Archives par mot-clé : XXe siècle

Parution : Il avait appris à écrire. Incipit des romans de Georges Simenon

Jean-Louis DUMORTIER (éd.), Il avait appris à écrire. Incipit des romans de Georges SimenonPresses Universitaires de Liège, 2020

« Il avait appris à écrire » : retourner ainsi le titre d’un célèbre essai consacré aux incipit, serait-ce donner à entendre que Simenon, au contraire d’Aragon, bien faraud de prétendre n’avoir jamais appris à écrire, applique des procédés qui lui ont été enseignés ? Bien sûr que non ! On sait que sa scolarité a été écourtée et qu’il n’a pu bénéficier, de la part de ses maîtres, de conseils d’écriture susceptibles de faire de lui le romancier qu’il est devenu, un « pêcheur au lancé » capable, en quelques phrases, d’appâter et de ferrer le lecteur. Cette capacité, c’est le fruit d’un apprentissage « sur le tas », en tant que fournisseur de la presse quotidienne, d’abord, puis, très vite, d’une littérature vouée à la consommation rapide.
Peut-on dire que Simenon, au cours des années de maturation sous pseudonymes, a fabriqué des hameçons tout à fait personnels et qu’il a découvert une manière de jeter la ligne à nulle autre pareille ? Sans doute pas : ce serait un jeu d’enfant de trouver, chez ses contemporains, à l’entame des romans, des situations et des personnages aussi indéterminés que les siens, qui piquent la curiosité et suscitent le désir de savoir qui ils sont et ce qui les a menés là où ils sont. Mais il y a chez lui un degré d’intrication des points de vue bien supérieur à celui qui se rencontre chez ses confrères, une alternance de perspectives – sans scrupules pourrait-on dire – qui, à la fois, peut décontenancer le lecteur engoncé dans les habitudes de réception de la narration réaliste, et lui ouvrir de vastes espaces d’interprétation. Quelque chose arrive à quelqu’un quelque part ; quelqu’un parle, mais ce qui a lieu ou ce qui est dit est donné à connaître à travers un énoncé dont la source est indécise ou dont l’énonciateur n’est pas sûr. Si la formule n’était rebattue, on pourrait dire « Ça parle » et il revient au lecteur de chercher ce que ça signifie pour lui, ce qui est à comprendre, ou, plutôt, ce qui peut être compris à partir de, grâce à, malgré aussi parfois ce qui est dit – ou tu.
De tous les écrivains « réalistes », Simenon est peut-être celui qui laisse le plus de marge à l’interprète, celui qui, en régime de clôture du sens, débarrasse le récit de la plupart des figures dévolues à son avènement, ou ne les convoque que pour contester leurs prétentions. Il invite ainsi implicitement le lecteur à débrouiller l’écheveau et, sans le mettre en garde noir sur blanc, il lui laisse entrevoir le risque de ne tirer que sur quelques fils.
Ici, très modestement, il a été proposé à des lecteurs issus de diverses communautés interprétatives et pas tous, loin de là, également familiers de Simenon, de mordre dans l’esche d’un incipit, ou de dire de quoi elle est faite, ou d’être à la fois le poisson et celui qui l’appâte. Il s’agissait de ne pas relancer le carrousel des généralités sur l’univers fictionnel du romancier, mais de mettre le doigt sur les mots, sur les phrases qui incitent à y entrer.

Jean-Louis DUMORTIER, professeur ordinaire honoraire de l’Université de Liège, y a dirigé, de 1999 à 2014, le Service de didactique du français. Il a publié trois livres et une vingtaine d’articles sur Simenon. Membre du Centre d’Études Georges Simenon, il est actuellement directeur de publication de la revue Traces, créée par Danielle Bajomée.

Parution : Le grisbi

Albert Simonin, Le Grisbi, La Manufacture de livres, 2020.

(la trilogie de Max le menteur : Touchez pas au grisbi, Le cave se rebiffeet Les Tontons flingueurs)

Regroupé dans un volume unique, l’ensemble de la trilogie Max le menteur est proposé dans une édition préfacée par François Guérif et agrémentée d’une interview de l’auteur par ce dernier. 

Max, dit le Menteur, vétéran des truands parisiens, s’apprête à se ranger. Le milieu, il en a fait le tour,  en a tiré le meilleur parti et ne le regrettera pas. D’autant que ce monde est en train de changer : les vendeurs de came gagnent du terrain, les truands s’internationalisent, le code d’honneur n’a pas l’air de préoccuper la jeunesse. Seulement quitter les «affaires», ça ne se fait pas en un clin d’œil. Il y a les vieux amis qui vous demandent un dernier service, la relève à organiser, l’avenir à assurer…

Réunis en un seul volume, les romans de la trilogie de Max le menteur sont un monument de la culture française populaire, immortalisés par des films de légende (Touchez pas au grisbi, Le cave se rebiffe et Les Tontons flingueurs). Plongeon dans un Paris qui n’est plus et où résonne la gouaille des truands, l’œuvre de Simonin sublime le monde des voyous et lui a ouvert les portes de la littérature française.

Lire un extrait sur Fabula

 

Parution : Contextes n°29, Logiques de la commande (XXe-XXIe siècles)

COnTEXTES n°29, Logiques de la commande (XXe-XXIe siècles), 2020.

Sous la direction de Adrien Chassain, Maud Lecacheur, Fanny Lorent et Hélène Martinelli

Parution : Belphégor 18-2, Roman Populaire Espagnol – Roman historique, 1900-1950

Belphégor 18-2, Àngels Santa et Carme Figuerola (dir.), “Roman Populaire Espagnol – Roman historique, 1900-1950”, 2020  

I. Roman Populaire Espagnol

Continuer la lecture de Parution : Belphégor 18-2, Roman Populaire Espagnol – Roman historique, 1900-1950

Appel à communications : “Vive le feu !” Bérurier Noir branché sur courant alternatif

« VIVE LE FEU ! »

Bérurier Noir, branchés sur courant alternatif

 Ça a existé, ici, en France…

Ça n’est pas encore assez su mais il s’est passé quelque chose de puissant et de profond au sein de la société française des années 80. Une agitation, plus qu’une révolte à proprement parler, qui a secoué ces années Mitterrand pendant lesquelles fut enterré l’espoir d’une révolution socialiste et même d’un simple changement qui transformerait la vie de tous. L’expression fut musicale, rageuse et festive, mais plus fondamentalement elle fut l’expression d’une immense envie de vivre et de vivre libre, c’est-à-dire libéré des carcans imposés par une société vieille, vieille de ses sempiternelles considérations « bourgeoises ». Sans doute y avait-il encore un écho lointain de 68, mais sans le soulèvement et avec une génération toute fraîche qui n’avait pas connu l’effervescence de mai, parce qu’elle était précisément sortie du ventre maternel à peu près à ce moment là, ou juste après. Une réplique, éloignée donc, du même cri de la jeunesse, contre la pesanteur étouffante de la société.

Apparu dans les squats puis sur les petites scènes de MJC avec des groupes chantant presque exclusivement en français, ce souffle naît aussi des derniers soubresauts importés du punk anglais de la décennie précédente. Même si l’énergie est sensiblement la même, le phénomène est bien différent dans le sens où l’esprit et les formes du mouvement sont nourris de conditions socioculturelles bien d’ici, en faisant un bouillonnement de culture tout à fait hexagonal. Il s’agissait d’insuffler un peu de jus et de décibels dans cette société française un peu terne et timorée, de vivre à nouveau au contact cru de la liberté, de crier, de créer, de vivre comme on voulait, entre « nous » les jeunes, à notre sauce (tomato Ketchup bien sûr), avec nos haines, nos joies et nos peines.

 Le phénomène n’a pas duré, à peine une décennie, et fut d’ailleurs baptisé «  alternatif », comme si le retour inexorable du continu devait dès le départ l’emporter sur cette fièvre trop forte pour être autre chose que passagère. Mais dans cette parenthèse, que d’aventures et de rages existentielles se sont jouées ! C’est pour cela que trente cinq ans plus tard, dans la jeunesse à son tour renouvelée, beaucoup les connaissent et les écoutent encore, y retrouvent quelque chose de sismique et d’authentiquement jouissif.

 Ce cri de la jeunesse, même s’il a été porté par beaucoup de groupes dans cette décennie (Oberkampf, La souris déglinguée, Ludwig von 88, Les Endimanchés, Les Wampas, etc.), s’est surtout incarné dans Bérurier Noir. « Les Bérus » sont, et de loin, le groupe phare de la scène underground française de l’époque, du « rock alternatif » comme on l’a appelé. À l’occasion d’une poignée d’albums et d’un peu plus de concerts, ils ont marqué profondément de leur rage contagieuse le paysage affectif de leur génération, des squats parisiens aux cours de lycée de province. Peu médiatisés évidemment, ils ont cependant massivement investi les radiocassettes et les conversations d’une frange de la jeunesse qui a étrenné avec eux sa sensibilité révoltée et une forme encore tâtonnante de radicalité. Continuer la lecture de Appel à communications : “Vive le feu !” Bérurier Noir branché sur courant alternatif

Parution : Création Collective au Cinéma, n° 3 : “Mais où sont passés les scénaristes ?”

Création Collective au Cinéma, n° 3 : “Mais où sont passés les scénaristes ?”

Introduction

Cahier Recherche

Jérôme Pacouret, Le déclassement des scénaristes (États-Unis, France, années 1910-1950).

Gabrielle Tremblay, Le scénario et le scénariste de cinéma au Québec.

Morgan Lefeuvre, Quelle place pour les scénaristes dans les coproductions franco-italiennes de l’après-guerre?  Continuer la lecture de Parution : Création Collective au Cinéma, n° 3 : “Mais où sont passés les scénaristes ?”

Parution : Agatha Christie. Le droit apprivoisé

Nicolas Bareït, Agatha Christie. Le droit apprivoisé, Paris, Classiques Garnier, “Esprit des Lois, Esprit des Lettres” n°12, 2020.

L’œuvre d’Agatha Christie peut donner lieu à une lecture juridique, car l’auteur y déploie une véritable poétique du droit. Le procès, le couple et la mort sont les trois motifs à la fois littéraires et juridiques qui participent à la structuration de son imaginaire et lui confèrent sa singularité. Continuer la lecture de Parution : Agatha Christie. Le droit apprivoisé

Parution : San-Antonio International – Circulation et imaginaire d’une série policière française

Loïc Artiaga, Dominique Jeannerod (dir.), San-Antonio International – Circulation et imaginaire d’une série policière française, Presses Universitaires de Limoges, “Médiatextes”, 2020. 

San-Antonio, parangon supposé d’ une littérature policière dérivative et franco-centrée, est-il compréhensible, voire apte à intéresser hors de France ? Depuis les années 1950, la série des aventures du «beau Commissaire» a pourtant articulé nombre de problématiques liées aux relations internationales et à la mondialisation des échanges. Elle a aussi été largement traduite à travers l’ Europe, en Amérique et en Asie.

C’ est cette histoire mondiale méconnue de l’ œuvre inventée par Frédéric Dard que le présent ouvrage invite à découvrir. On y interrogera les représentations de l’ autre et de soi, celles des diverses communautés, nationales, linguistiques ou imaginaires. On apercevra les contours d’ un continent aujourd’ hui à peu près perdu, celui des millions de livres et de plusieurs centaines de titres, pour beaucoup illisibles et introuvables, qui matérialisent l’ expansion de l’ univers de San-Antonio en langues étrangères. On y appréciera l’ art déployé par les traducteurs pour acclimater dans leurs cultures la langue et l’ esprit réputés intraduisibles de San-Antonio, ainsi que la manière dont il a été présenté et lu à travers le monde.

Au-delà du paradoxe d’une série mondialisée à son corps défendant, qui exporte des représentations de l’ étranger souvent chauvines, offrant un miroir peu flatteur aux lecteurs internationaux auxquels elle se voit proposée, ce livre envisage aussi la question de l’ internationalisation de San-Antonio sous deux angles. D’ une part comme produit de la culture de masse hexagonale, machine sans pilote à la conquête d’univers éditoriaux inconnus, au risque de l’ accident industriel. D’ autre part dans la perspective d’ une histoire de la francophonie et de de la francophilie. L’ examen du rôle des lecteurs et des traducteurs, dans leur fonction de prescripteurs et de passeurs culturels, renverse ici les perspectives habituelles de l’ histoire et de la critique littéraire. San-Antonio International permet de réévaluer les échanges internationaux dans le domaine de l’ édition comme dans les marges de la promotion officielle des œuvres. Se dessine ici l’  histoire populaire d’ une œuvre populaire, vestige d’ une mondialisation culturelle à la française. Continuer la lecture de Parution : San-Antonio International – Circulation et imaginaire d’une série policière française

Parution : Screening Twentieth Century in Europe. Television, History, Memory

Ib Bondebjerg, Screening Twentieth Century Europe. Television, History, Memory, Palgrave Macmillan, 2020. 

This book offers a comparative study of historical television genres in Europe, with a special focus on Germany and Great Britain and their way of narrating twentieth century European history. The book analyses our common European past and memory through central historical television narratives. Each chapter looks at how historical TV genres, fictional and documentary, have dealt with the most salient and defining periods, events and changes in the twentieth century— an age of extremes. Bondebjerg offers unique theoretical and analytical insight into the role of television in mediating and shaping the past. The book explores television’s creation of transnational cultural encounters across Europe in relation to our common and national past. The book addresses how television has influenced our understanding of history, collective memory and public debate over the twentieth century. It is fundamentally a book about the importance of the past in present day Europe and the centrality of media for transnational understanding.

Ib Bondebjerg is Professor Emeritus in the Department of Communication at the University of Copenhagen, Denmark. He co-directed the research projects Changing Media – Changing Europe (2000-2004) and Mediating Cultural Encounters through European Screens (2013-2016). His recent books include Engaging with Reality: Documentary and Globalisation (2014), European Cinema and Television: Cultural Policy and Everyday Life (co-ed. 2015), and Transnational European Television Drama: Production, Genres and Audiences (co-auth. 2017).

Appel à propositions : La vie culturelle en 1921

Un groupe international d’enseignants, d’auteurs et de lecteurs annonce la publication en ligne d’une revue trimestrielle pluridisciplinaire intitulée La Vie culturelle en 19**, dont le premier numéro sera consacré à l’année 1921. Les numéros suivants devraient concerner les années 1922, 1923 et 1924.

La vie culturelle, c’est celle des spectateurs et des critiques au théâtre, au musée, au cinéma, (et au cirque) ; celle des auditeurs au concert et aux conférences (au Collège de France, par exemple) mais aussi dans les réunions politiques et à la Chambre. C’est la vie des libraires et de lectrices et des lecteurs, abonnés des journaux et des revues.

C’est tout cela, mais ce qui intéresse la revue au premier chef, ce sont les liens qu’entretiennent ces petits évènements les uns avec les autres : ce que la mode de l’année fait écrire aux uns, l’influence de la politique, mais aussi de la science, voire du fait divers sur l’inspiration des uns et des autres, sur les affiches des spectacles. Ce sont aussi les longues séries, les « tendances » qui s’installent (ou sont déjà installées) dans l’esprit du public en général et dans celui de cet acteur influent : l’opinion publique.

La revue La Vie culturelle en 19** voudrait détailler, au fil des ans mais en revenant quelquefois sur ses pas, ces interactions entre les arts et les idées, à l’occasion des parutions, découvertes, expositions, évènements divers survenus au cours du siècle qui a précédé le nôtre.

Les contributions attendues comporteront un titre, un texte de moins de 3000 mots, accompagné éventuellement d’une ou deux illustrations libres de droits.

Les propositions de contribution, de 200 à 300 mots, accompagnés d’un très bref C.V sont à adresser à vieculturelle19@orange.fr avant le 10 décembre 2020.

Une réponse vous sera donnée le 15 décembre, pour une parution que nous envisageons avant la fin janvier 2021.