Parution : Trauma & Memory. The Holocaust in Contemporary Culture (dir. Christine Berberich)

Christine Berberich (ed.), Trauma & Memory. The Holocaust in Contemporary CultureRoutledge, 2021. 

Over the past decades, the memory of the Holocaust has not only become a common cultural consciousness but also a cultural property shared by people all over the world. This collection brings together academics, critics and creative practitioners from the fields of Holocaust Studies, Literature, History, Media Studies, Creative Writing and German Studies to discuss contemporary trends in Holocaust commemoration and representation in literature, film, TV, the entertainment industry and social media.

The essays in this trans-disciplinary collection debate how contemporary culture engages with the legacy of the Holocaust now that, 75 years on from the end of the Second World War, the number of actual survivors is dwindling. It engages with ongoing cultural debates in Holocaust Studies that have seen a development from, largely, testimonial presentations of the Holocaust to more fictional narratives both in literature and film. In addition to a number of chapters focusing in particular on literary trends in Holocaust representation, the collection also assesses other forms of cultural production surrounding the Holocaust, ranging from recent official memorialisation in Germany to Holocaust presentation in film, computer games and social media. The collection also highlights the contributions by creative practitioners such as writers and performers who use drama and the traditional art of storytelling in order to keep memories alive and pass them on to new generations.

The chapters in this book were originally published as a special issue of Holocaust Studies: A Journal of Culture and History.

Rencontre avec Anne Besson : LES POUVOIRS DE L’ENCHANTEMENT. Usages politiques de la fantasy et de la science-fiction

Mercredi 21 avril, de 17h30 à 19h
En ligne via Teams (lien envoyé lors de l’inscription)
Inscriptions par mail à claire.cornillon@unimes.fr 

Dans le cadre de la programmation de la mission Vie Culturelle (Université de Nîmes), Anne Besson, Autrice et Professeur de Littérature Comparée à l’Université d’Artois (Arras), présentera son livre Les pouvoirs de l’enchantement le mercredi 21 avril de 17h30 à 19h en ligne via TEAMS et sur inscription.  

Pourquoi brandir une pancarte aux slogans de Game of Thrones ou se réclamer de Harry Potter pour une action caritative ou militante ? Exiger des productions – y compris en science-fiction, fantasy ou fantastique –, des représentations plus justes et plus positives des minorités réelles, ou à l’inverse protester contre l’inclusion d’une jeune femme Jedi ou d’un « stormtrooper » noir par exemple, dans la dernière trilogie Star Wars ? Les genres de l’imaginaire, qui dominent la production médiatique depuis le tournant du XXe s., sont devenus une arène politique et il importe de mieux comprendre les évolutions profondes que cela révèle dans le rapport contemporain aux fictions. Les appropriations dont les œuvres font l’objet par leurs publics cherchent souvent à remettre en cause une autorité, un état des choses donné comme inéluctable, que ce soit le cours du monde ou la fin d’une histoire, à « reprendre le récit » comme on reprendrait le pouvoir.

Continuer la lecture de Rencontre avec Anne Besson : LES POUVOIRS DE L’ENCHANTEMENT. Usages politiques de la fantasy et de la science-fiction

Parution : La Parade monstrueuse. La naissance des monstres modernes (dir. Marc Attalah)

Marc Atallah (dir.), La Parade monstrueuse. La naissance des monstres modernes, Cernunnos/Dargaud, 2020.

Dracula, la créature de Frankenstein, Godzilla, mais aussi les savants fous, les Freaks, les super-héros et les mutants… Des feuilletons littéraires du XIXe siècle aux films d’horreur de la Hammer dans les années 1930 en passant par les aliens de la science-fiction, le monde s’est doté d’une nouvelle mythologie.

Dans cet ouvrage, spécialistes et historiens reviennent sur cette période d’intense créativité qui a donné naissance aux monstres modernes et questionnent le rôle qu’occupent ces représentations face à notre humanité.

Ce livre prolonge et approfondit l’exposition « Je est un monstre » présentée à la Maison d’Ailleurs, musée de la science-fiction, de l’utopie et des voyages extraordinaires d’Yverdon-les-Bains, du 1er décembre 2020 au 24 octobre 2021.

Dirigé par Marc Atallah (Section de français de l’Université de Lausanne), il réunit des textes de Marta Caraion, Danielle Chaperon, Dominique Kunz Westerhoff (toutes de la Section de français), Matthieu Pellet (Institut romand des sciences bibliques) et Stéphane Tralongo (Section d’histoire et esthétique du cinéma), ainsi qu’une riche illustration grâce aux œuvres des artistes Benjamin Lacombe (France) et Laurent Durieux (Belgique), et du fonds iconographique de la Maison d’Ailleurs.

 

Parution : Porn Work. Sex, Labor, and Late Capitalism (Heather Berg)

Heather Berg, Porn Work. Sex, Labor, and Late Capitalism, The University of North Carolina Press, 2021. 

Every porn scene is a record of people at work. But on-camera labor is only the beginning of the story. Porn Work takes readers behind the scenes to explore what porn performers think of their work and how they intervene to hack it. Blending extensive fieldwork with feminist and antiwork theorizing, Porn Work details entrepreneurial labor on the boundaries between pleasure and tedium. Rejecting any notion that sex work is an aberration from straight work, it reveals porn workers’ creative strategies as prophetic of a working landscape in crisis. In the end, it looks to what porn has to tell us about what’s wrong with work, and what it might look like to build something better.

Heather Berg is assistant professor of women, gender, and sexuality studies at Washington University in St. Louis. For more information about Heather Berg, visit the Author Page.

Parution : Women Make Horror. Filmmaking, Feminism, Genre (dir. Alison Peirse)

Alison Peirse (dir.), Women Make Horror. Filmmaking, Feminism, Genre, Rutgers University Press, 2021. 

“But women were never out there making horror films, that’s why they are not written about – you can’t include what doesn’t exist.”
“Women are just not that interested in making horror films.”

 
This is what you get when you are a woman working in horror, whether as a writer, academic, festival programmer, or filmmaker. These assumptions are based on decades of flawed scholarly, critical, and industrial thinking about the genre. Women Make Horror sets right these misconceptions. Women have always made horror. They have always been an audience for the genre, and today, as this book reveals, women academics, critics, and filmmakers alike remain committed to a film genre that offers almost unlimited opportunities for exploring and deconstructing social and cultural constructions of gender, femininity, sexuality, and the body.

Women Make Horror explores narrative and experimental cinema; short, anthology, and feature filmmaking; and offers case studies of North American, Latin American, European, East Asian, and Australian filmmakers, films, and festivals. With this book we can transform how we think about women filmmakers and genre.

Contributions by Alison Peirse, Alicia Kozma, Alexandra Heller-Nicholas, Martha Shearer, Katia Houde, Tosha R. Taylor, Dahlia Schweitzer, Laura Mee, Katarzyna Paszkiewicz, Maddison McGillvray, Molly Kim, Donna McRae, Erin Harrington, Lindsey Decker, Valeria Villegas Lindvall, Janice Loreck, Amy C. Chambers, Sonia Lupher

Alison Peirse is an associate professor in film and media at the University of Leeds, UK. She is author of After Dracula: The 1930s Horror Film and co-editor of Korean Horror Cinema.

Parution : L’Arc et le Heaume, hors-série n°2, « Conversations avec J.R.R. Tolkien »

L’Arc et le Heaume — Hors-série n°2 — Conversations avec J.R.R. Tolkien

 Association Tolkiendil, 2021.

Le 29 juillet 1954, 17 ans après la parution du Hobbit, paraît en Angleterre La Fraternité de l’Anneau, le premier volume du Seigneur des Anneaux de J.R.R. Tolkien, suivi en novembre 1954 et octobre 1955, des volumes Les Deux Tours et Le Retour du Roi. Le succès, bien qu’au rendez-vous, est modeste, à l’image d’autres bestsellers de l’époque. Pendant environ dix ans, les éditions Allen & Unwin rééditent les trois volumes jusqu’à parvenir à environ 275 000 exemplaires produits entre 1954 et 1965 pour les marchés anglais et américains. En 1969, ce nombre était estimé à près de 3 millions de copies, une explosion qui marque le début de la popularité croissante de Tolkien et un virage médiatique qui font suite, notamment, à la parution d’une édition pirate publiée aux USA par Ace Books en 1965. Cette popularité remarquée se traduit ainsi par un nombre croissant de lettres, d’appels téléphoniques (parfois en pleine nuit !), mais également de demandes d’interviews de la part de différents médias. Ainsi, pour la seule décennie 1960, Tolkien répond à une quinzaine d’interviews, sur la vingtaine connue, des interviews dans lesquels ses fans ont l’opportunité d’en apprendre plus sur sa vie d’écrivain, son œuvre et ses centres d’intérêt ! En tout cas, ses fans anglophones. Car bien que les premières traductions françaises du Hobbit et du Seigneur des Anneaux paraissent respectivement en 1969 et 1972-1973, son succès reste confidentiel en France et aucune interview n’est menée dans notre langue. C’est pourquoi, il nous a paru intéressant de traduire et publier des interviews pour le lectorat français.

Continuer la lecture de Parution : L’Arc et le Heaume, hors-série n°2, « Conversations avec J.R.R. Tolkien »

Parution : La Littérature-monde de J.R.R. Tolkien (Enrico Spadaro)

Enrico Spadaro, La Littérature-monde de J.R.R. Tolkien – Pertinence, discours et modernité d’une oeuvre originalePréface de Joanny Moulin, L’Harmattan, coll. « Espaces littéraires », 2021.

L’intention que Tolkien avait au début de sa carrière littéraire était la création d’une mythologie pour son pays, l’Angleterre. Cette profonde ambition s’unit à sa passion de jeunesse pour les langages imaginaires ainsi qu’à sa profession de philologue à l’université d’Oxford. La Terre du Milieu, le monde que Tolkien dessine, devient alors le lieu où ses contes se déroulent et où ses langages peuvent se développer. Dans cet ouvrage, Enrico Spadaro démontre la pertinence de l’oeuvre de Tolkien dans le contexte de la littérature contemporaine et le fait que sa production littéraire implique plusieurs éléments qui relient mythologie, philologie, fantaisie et modernité. Il revient sur certains aspects thématiques de la littérature européenne qui ont inspiré la création mythologique par Tolkien, puis explique le point de vue linguistique au sein de son oeuvre et le fait que la langue a la force de former un monde imaginaire. Il analyse également la théorisation des contes de fées par Tolkien, avant d’évoquer sa réception critique dans le monde moderne et contemporain, qui lui a aussi permis d’être l’un des auteurs les plus lus et influents du XXe siècle.

Enrico Spadaro (né en 1991) est traducteur, enseignant de langues et passionné des oeuvres de l’écrivain britannique J.R.R.Tolkien, auxquelles il a dévoué ses recherches. En 2018, il a obtenu le doctorat en études anglophones auprès de la faculté des arts, lettres, langues et sciences humaines de l’université d’Aix-Marseille.

Parution : Poïétique du jeu vidéo (Appareil n°23)

Appareil, n°23, « Poïétique du jeu vidéo », Sous la direction de Pascal Krajewski, 2021. 

Pour une grande part, l’imaginaire du xxie siècle sera forgé dans les studios de jeux vidéo. Un grand nombre de ressources créatives du xxie siècle leur sera dédié. Le présent numéro d’Appareil parie sur l’émergence de véritables artistes vidéoludiques et propose une analyse de leurs attributs et de leurs processus de création.

Sommaire

Parution : Gender and Digital Culture. Between Irreconcilability and the Datalogical (Helen Thornham)

Helen Thornham, Gender and Digital Culture. Between Irreconcilability and the Datalogical, Routledge, 2021. 

Gender and Digital Culture offers a unique contribution to the theoretical and methodological understandings of digital technology as inherently gendered and classed. The silences within, through and from the systems we experience every day, create inequalities that are deeply affective and constitute very real forms of algorithmic vulnerability. The book explores these lived and mundane algorithmic vulnerabilities across three interrelated research projects. These focus on recent digital phenomena including sexting, selfies and wearables, and particular decision-making systems used in health, education and social services.

Central to this book are the themes of irreconcilability and the datalogical. It makes the case that feminism and gender politics have become increasingly irreconcilable with not only long-running debates around representation and embodiment, but also with conceptions of the technological, conceptions of the user and of the systems themselves. In keeping with longstanding feminist scholarship, these irreconcilabilities can be productive and generative; they can be used to interrogate the power politics of digital culture.

By studying the lived and routine elements of digital technologies, Gender and Digital Culture asks about the many convolutions that are held together through the everyday use of these technologies, and the implications for how gender and technology are approached, discussed and theorised.

Table of Contents:

Chapter 1: Gender, Irreconcilability and the Datalogical Anthropocene Chapter 2: Being data(logical) Chapter 3: Being accountable: practices, images, infrastructure Chapter 4: Being known: autom-data-ed bodies, maternal subjectivity Chapter 5: Gender and the digital mundane Chapter 6: Gender and the digital mundane

Helen Thornham is Associate Professor in Digital Cultures at the University of Leeds, UK. Her publications include Ethnographies of the Videogame (2011, Renewing Feminisms (2013) and Content Cultures (2014). Her research focuses on gender and technological mediations, data and digital inequalities.

Association internationale des chercheurs en « Littératures populaires et culture médiatique » / International Research Association in Popular Literature and Media Culture

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search