Appel à contributions : « Just take a pinch of psychedelic ». Les esthétiques psychédéliques des XXe et XXIe siècles

Journée d’études : « Just take a pinch of psychedelic ». Les esthétiques psychédéliques des XXe et XXIe siècles

Mardi 26 septembre 2023, Auditorium, site Saint Charles 2, Université Paul-Valéry Montpellier 3

Échéance des propositions : 28 février 2023

Cette journée d’étude s’intéresse à la généalogie et à la dynamique des esthétiques psychédéliques au cours des XXe et XXIe siècles. Elle ne limite délibérément pas la notion de « psychédélisme » au mouvement contre-culturel des années 1960, mais l’aborde comme l’une des voies majeures empruntées par l’art occidental pour devenir et rester « moderne ». Elle l’envisage ainsi sur une durée relativement longue, dans l’ensemble des productions culturelles (musique populaire ou savante, arts de l’image, fiction littéraire, cinéma, graphisme et typographie, architecture, jeux vidéo, etc), et du point de vue de sa productivité formelle.

Le projet serait de questionner quelques uns des opérateurs esthétiques ayant permis aux principes d’expansion perceptive et de conscience modifiée (extase, hallucination, rêve, hypnagogie, psychose…), autant dire de multidimensionnalité et d’illimination, de s’articuler aux différents supports, pratiques ou matières de l’art au cours des XXe et XXIe siècles. À titre indicatif, on pourra s’interroger sur les notions d’organicité et de cinétisme, de syncrétisme et d’improvisation, de densité immersive et de distorsion, de saturation, d’ornement, de démultiplication – qualités qui situent indistinctement le psychédélisme du côté des puissances de capture, d’exagération et de débordement sensitif, de ce que l’on peut considérer comme une expérience de « réel augmenté », de « quatrième dimension » ou de « potentialisation de la vie ».

Plus concrètement, les analyses pourront porter sur les ondulations du Jugendstill comme sur la bande défilée immersive (Phallaina de Marietta Ren, 2016) ; sur les expériences de cinéma étendu qui ponctuent le siècle, comme sur William Burroughs (Les Lettres du Yage, 1963), Henri Michaux (Misérable Miracle, 1956) ou Joao Tordo (Le Domaine du Temps, 2009) ; sur Frantiszek Kupka ou Odilon Redon, Ernst Fuchs ou Philippe Druillet ; sur l’art de la lumière qui se développe dès les années 1910 (Lumia, Thomas Wilfred), sur les films d’Oskar Fishinger ou de Jordan Belson, sur le color field, les dispositifs stroboscopiques (Dream Machine, Brion Gyrin) ; sur les compositions de Terry Riley (Mescalin Mix, 1960-1962) et sur l’art optique de Bridget Riley ; sur les dream houses de La Monte Young, les Ganzfelds de James Turrell, la création digitale ou les œuvres récentes d’Arnaud Maguet — du moment qu’elles s’efforcent de montrer ce que l’idée psychédélique fait aux arts, comment elle s’en saisit et les travaille tout au long du siècle, dans l’espoir répété qu’ils deviennent les instruments d’une entreprise de déconditionnement des formes de vie et d’utopisation sensible du monde.

Les propositions de communication, d’un format de 25 minutes, peuvent être adressées à Lambert Barthélémy avant le 28 février 2023, accompagnées d’une petite notice bio-bibliographique. Une réponse sera donnée fin mars. 

lambert.barthelemy@univ-montp3.fr

barthelemy.lambert@orange.fr

Parution : Nouveau cirque. Paris de la Belle Epoque : 1886-1906 (D. Nouveau)

Dominique Denis, Nouveau cirque. Paris de la Belle Epoque : 1886-1906, Paris, H Diffusion, 2022.

Lorsque Paris était la capitale culturelle du monde, le Nouveau Cirque de la rue Saint-Honoré, avec sa piscine, créé par Joseph Oller, fur une authentique institution. Evoquant les spectacles les plus extravagants de ce Palais des Merveilles, Dominique Denis nous entraîne dans une folle sarabande. Il nous fait découvrir les fastueuses pantomimes nautiques de La Grenoullière à La noce de Chocolat, animées par les plus grandes étoiles de la Piste, de la Baronne de Rhaden aux rois de la comédie Foottit et Chocolat.

Une chronique d’une richesse inouïe qui se déroule de 1886 à 1907. Abondamment illustré de 200 documents inédits – affiches, programmes, gravures, photos, dessins, cartes postales, et annonces de presse – ce livre, unique en son genre, est un témoignage de la vie trépidante de ce cirque nautique, ses coulisses, ses directeurs, ses artistes et sa clientèle. Un véritable bain de jouvence dans le Paris de la Belle Epoque par Dominique Denis, l’historien du Cirque.

Appel à contributions : Journée masterant.e.s

Journée masterant·e·s organisée en partenariat par La Brèche et la Cité Internationale de la Bande Dessinée et de l’Image (CIBDI)

1er avril 2023

Musée de la bande dessinée d’Angoulême

Échéance des propositions : 20 janvier 2023

Organisée en partenariat par La Brèche
et la Cité Internationale de la Bande Dessinée et de l’Image (CIBDI)

Voir l’affiche de l’appel : Journée masterant.e.s LA BRECHE 1er avril 2023

 

Appel à contributions : L’illustration dans la litterature de jeunesse des pays francophones (Hammamet, Tunisie)

1ère édition du Colloque International L’illustration dans la litterature de jeunesse des pays francophones 

1, 2 et 3 juin 2022, Hôtel Diar Lemdina Yasmine, Hammamet, Tunisie

Échéance des propositions : 1er février 2023

La première édition du colloque international « l’illustration dans la littérature de jeunesse des pays francophones », sera organisée par l’unité de recherche ELLIADD, l’École Doctorale LECLA Besançon (France), en collaboration avec l’Association Tunisienne des Arts Visuels, l’Université de Sousse, l’Institut Supérieur des Beaux-arts de Sousse, l’Institut Supérieur des Arts du Multimédia de la Manouba, et le Commissariat Régional des Affaires Culturelles de Sousse.

L’espace de la francophonie constitue, à travers son histoire, un cadre favorable à l’effervescence des productions littéraires et artistiques destinées à la jeunesse. D’après le rapport de l’Observatoire de la langue française, publié en 2018, le nombre des locuteurs est estimé à 300 millions répandus sur les cinq continents.

Ce colloque se veut donc être une occasion internationale de riche partage sur les enjeux de l’illustration dans tous les types de livres de jeunesse.

Les professionnels de l’image, tels que les graphistes qui travaillent sur les maquettes des productions littéraires de jeunesse sont invités à enrichir les activités des conférences, notamment, par leur retour d’expérience. Les didacticiens également ont leurs propres profils et leurs visions.

Dans la même perspective, l’illustration de jeunesse pourrait être un médium incontournable pour une médiation culturelle ou artistique. Aujourd’hui, les codes de l’écrit ont changé et ont évolué.

L’illustrateur de jeunesse actuel est invité à acquérir un apprentissage spécifique des fonctions de l’image et du langage plastique et esthétique, traduit par certains éléments comme les angles de vue, le cadrage, les couleurs, les formats, la mise en page, rapport texte/image …

L’illustration de jeunesse interroge donc ses acteurs sur autant de questions : comment devient-on illustrateur ? Pourquoi illustrer ? Quelles relations entre les acteurs du livre illustré ? Quel est le rapport de l’œuvre à l’image dans son espace de production, ainsi que dans l’environnement de sa réception ? Quelles sont les influences et les sources d’inspiration aux moments de la création ? Quel sens prend l’œuvre dans un espace différent de celui pour lequel elle était conçue ? Quels sont les enjeux de la
digitalisation sur la promotion des illustrateurs et leurs ouvrages artistiques ? …

Telles seront quelques interrogations au cœur de la réflexion lors de ce colloque international.

Continuer la lecture de Appel à contributions : L’illustration dans la litterature de jeunesse des pays francophones (Hammamet, Tunisie)

Journée d’études : Le Webtoon, dix ans après : un état des lieux (Université Paul Valéry Montpellier 3)

Journée d’études : Le Webtoon, dix ans après : un état des lieux

29 novembre 2022, 9h-17h

Université Paul Valéry Montpellier 3, Salle St Charles 2 Auditorium

Cette manifestation bénéficie du soutien du programme ANR-Nexus (brique Littératies numériques), et des laboratoires IRIEC et RIRRA21.

La Table-ronde, qui réunira autrices, éditeurs et journalistes spécialisés sur le Webtoon a été organisée et sera animée par Sereine Coutellier et Manon Vrinat, étudiantes du Master 2 Métiers du Livre et de l’Edition (département de Lettres Modernes). Sabine Teyssoneyre dessinera en direct et les actes dessinés seront imprimés en fin de journée.

Si vous ne pouvez pas vous déplacer, sachez que la journée sera diffusée en direct Live sur YouTube.

Voici le lien : 

https://youtu.be/OATy4kAzuuM 

Florence Thérond et Lambert Barthélémy

Continuer la lecture de Journée d’études : Le Webtoon, dix ans après : un état des lieux (Université Paul Valéry Montpellier 3)

Thomas Luberriaga (Université de Limoges)

Doctorant contractuel, Université de Limoges – EHIC 1087 (Axe 3)

thomas.luberriaga@etu.unilim.fr/thomas.luberriaga@unilim.fr

Sujet de thèse :

Le jeu vidéo : un objet à la croisée des cultures médiatiques et artistiques, sous la direction de Loïc Artiaga

Axes / thématiques de recherche :

Game Studies – Play Studies – Histoire culturelle – Cultures populaires et médiatiques – Industries culturelles – Histoire de l’art – Game Design

Terrains de recherche :

France – Europe – Amérique du Nord – Japon

Production scientifique :

Mémoire de master 2 : L’œuvre d’art totale à l’ère du jeu vidéo : le concept de totalité dans les œuvres vidéoludiques, sous la direction de Alban Pichon (Université de Pau et des Pays de l’Adour)

Mémoire de master 2 : « Il était une fois… » le merveilleux : l’illustration des Contes de Perrault en France (1850-1914), sous la direction de Adriana Sotropa (Université Bordeaux Montaigne)

Formation :

2021-2022 :

Master Rhétorique des arts – Université de Pau et des Pays de l’Adour

2019-2021 :

Master Histoire de l’art moderne et contemporain – Université Bordeaux Montaigne

2016-2019 :

Licence Histoire de l’art – Université Bordeaux Montaigne

Appel à contributions : Collecter, lire, faire avec le populaire ? (Université de Bourgogne)

Collecter, lire, faire avec le populaire ?

7-8 décembre 2023, Université de Bourgogne (salle 319)

Échéance des propositions : 15 mai 2023

En clôture d’une recherche menée conjointement par le LIR3S et le CHXIX sous forme d’ateliers et de journées d’étude et avec la participation de l’Écomusée de la Bresse Bourguignonne, cet appel à communication souhaite questionner ce que serait, dans le domaine des SHS « Collecter le populaire ». Une définition, en tension devant l’opération qu’est la collecte, introduit cet appel.

Populaire…

Qui appartient au peuple, qui le caractérise; qui est répandu parmi le peuple
(Bonhomie, coutumes, crédulité, croyances, culture, génie, imagination, insouciance, instinct, légendes, mythes, opinion, passe-temps, préjugés, sagesse, tradition populaire(s) ; musée des arts et traditions populaires.)  Qui est composé de gens du peuple ; qui est fréquenté par le peuple 
(Arrondissement, bal, bar, café, fête, restaurant populaire). En parlant d’un groupe : classes, masses, meetings populaires.  Qui est accessible au peuple, qui est destiné au peuple
Air, chanson, conte, drame, édition, éducation, imagerie, littérature, publication, université populaire.

C’est ainsi que cartographie le Centre national de ressources textuelles et lexicales les principales acceptions d’un adjectif, populaire. L’adjectif, ou son substantif, semble toujours aller de soi, se donne abruptement comme tel : ainsi d’expressions comme mondes populaires, fêtes populaires, arts et traditions populaires, universités populaires, théâtre populaire, bibliothèques populaires, émeutes populaires…

Cet inventaire borgesien, jamais fini plus qu’infini, comment l’appréhender dans le monde des SHS ? Que désigne l’épithète populaire, si ce n’est l’apposition d’une forme de distinction, sinon de clôture à l’intérieur d’un espace social et/ou politique, intellectuel, plus vaste – au hasard, les bibliothèques, le théâtre, l’histoire, l’art, le patrimoine, la littérature…. Un espace qui n’est pas exactement celui d’un autre exotique, mais bien plus celui de l’autre d’une société, un espace socialement dénivelé.  Cet espace, l’analyste, le savant, le militant… l’arpentent, informant ainsi par l’adjectif une distance parcourue. Populaire s’étreint toujours sous la forme de la distance, s’entend dans un rapport construit et donné. On peut l’entendre dans le lexique de la domination, au risque d’écraser ce que ce qualificatif est pour l’essentiel, un mouvement. Un mouvement, une manière d’étreindre un reste anthropologique et/ou littéraire, artistique, sociologique, historique… quelque chose qui délimite, dit une tension.

Précisément, et c’est là le postulat de cet appel à communication, la collecte, qu’elle soit programmée et méthodique ou sauvage, pratiquée par les SHS au sens large, nous semble pouvoir questionner les temps de ce mouvement, les moments de cette mesure par l’objet, la photographie, le recueil de contes, de mots, de traditions, de savoir-faire et de gestes…

L’interrogation du colloque se déploie sur quatre temps, pariant sur la qualité de « faiseur d’embarras » de l’adjectif ou du substantif :

Continuer la lecture de Appel à contributions : Collecter, lire, faire avec le populaire ? (Université de Bourgogne)

Journée d’études : Partoches (Université Panthéon-Sorbonne)

Journée d’études : Partoches

Organisée par Marie Goupil-Lucas-Fontaine, Centre d’histoire du XIXe siècle, UR 3550, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne – Sorbonne Université

3 décembre 2022, Amphi Richelieu, 17, rue de la Sorbonne 75005 Paris

Inscription : sophie.lhermitte@univ-paris1.fr

Aussi évidente soit-elle pour le musicien d’hier et d’aujourd’hui, la partition musicale est un objet mal connu des historiens. Véritable archive ouverte, elle donne pourtant accès à une infinité d’usages et d’interprétations par sa multimodalité : images, texte, notation musicale s’entremêlent pour offrir un support unique qui fait appel, autant que la carte géographique, à l’imagination du lecteur.
Cette journée d’étude est une incitation à regarder la partition autrement que pour ses usages strictement musicaux, en s’interrogeant notamment sur la façon dont sont conçus ces supports en dehors de la ligne musicale. La partition, se situe précisément à la frontière des formes culturellement légitimes de l’imprimé en versant alternativement du côté de l’édition classique pour les formes musicales les plus complexes ou, à l’opposé, du côté de la culture médiatique, confondant presse, éphémères imprimés et airs du temps, aussi vite chantés qu’oubliés. Il existe ainsi une hiérarchie tacite au sein des imprimés musicaux, les plus complets, le « matériel » orchestral s’adressant aux bons lecteurs de musique, ceux qui pratiquent un instrument, tandis que les formes allégées visent un public de moins en moins familier de la notation musicale. Du grand format chant et piano pour artistes et amateurs éclairés au petit format pour chant seul à destination du « grand public », en passant par la presse et toutes les formes de recueils, poétiques, médiatiques, parfois sans notation musicale mais toujours destinés à faire de la musique ou du chant « sur l’air de » comme seule référence mélodique, tous les formats de l’édition musicale appellent à un traitement et à une réflexion spécifique.

Informations et programme

Appel à contributions : revue Genre en séries: cinéma, télévision, médias (Varia)

Genre en séries : cinéma, télévision, médias 

PPEL PERMANENT à dossiers thématiques et articles pour la rubrique « Varia » 

Contact : genreenseries@gmail.com 

La revue Genre en séries: cinéma, télévision, médias consacrée aux approches genrées, et plus largement culturelles, des productions médiatiques, diffuse un Appel permanent à lui soumettre des propositions d’articles destinés à sa rubrique Varia et des propositions de dossiers thématiques.

Genre en séries est une revue à comité de lecture pluridisciplinaire consacrée aux approches genrées, et plus largement culturelles, des productions médiatiques. Qualifiante en section CNU 71, sous contrat de diffusion avec les Presses universitaires de Bordeaux, elle est membre du bouquet OpenEdition Journals. 

Appel à dossiers thématiques 

Afin de poursuivre son développement à l’occasion de la migration de son site internet sur le portail revues.org, Genre en séries lance un appel permanent à proposition de dossiers thématiques relevant du champ couvert par la revue, dont le projet principal est d’explorer la manière dont le genre (gender) traverse les cultures médiatiques. Il s’agit de participer à l’appropriation, tardive pour les études médiatiques et audiovisuelles, de ces approches et outils d’analyse par le champ universitaire français. La place des médias dans la vie sociale, comme lieu spécifique de construction des identités et rapports de genre, nous impose d’analyser collectivement les questions de pouvoir, de structure sociale et de normes à l’œuvre dans les cultures médiatiques. Dans cette perspective, Genre en séries se donne pour ambition de diffuser et discuter des travaux originaux situés au croisement des études cinématographiques et audiovisuelles, des sciences de l’information et de la communication, de la sociologie (de la culture, des médias) et des cultural studies. La cohérence scientifique du projet éditorial réside à la fois dans l’héritage revendiqué de la critique féministe des médias et dans l’articulation des débats épistémologiques portés par les cultural et gender studies avec l’étude des cultures médiatiques. 

Les coordinateur·rices sont invité·es à soumettre au comité éditorial un appel à contributions, indiquant les angles envisagés et les références bibliographiques correspondantes. Chaque proposition fera l’objet d’une évaluation interne et, en cas de réponse favorable donnée au projet, d’un accompagnement par la revue aux différents stades du processus éditorial, de la finalisation et de la diffusion de l’appel à contribution à l’expertise des travaux. 

Appel à articles pour la rubrique « Varia » 

En complément du dossier central explorant dans chaque numéro une problématique spécifique au prisme du genre, la revue propose deux autres rubriques, l’une consacrée aux notes de lecture, l’autre aux varia. Cette dernière est destinée, depuis la création de la revue, à publier des articles hors thématiques qui mobilisent l’étude des rapports de genre dans les cultures et pratiques médiatiques, mais aussi la mise en lumière des rapports sociaux (de classe, race, âge, etc…) qui leur sont consubstantiels et coextensifs. Aussi la rubrique Varia est ouverte à des questionnements s’inscrivant plus largement dans l’articulation des débats épistémologiques portés par les cultural studies avec l’étude des cultures médiatiques.

Continuer la lecture de Appel à contributions : revue Genre en séries: cinéma, télévision, médias (Varia)

Parution : Circus sciences, n° 3, “Cirque et nouveaux médias”

Circus sciences, n° 3, “Cirque et nouveaux médias“, 2022.

Le cirque a toujours été trans/inter/pluridisciplinaire, et c’est sans doute cette capacité au décloisonnement, aux croisements et au métissage qui explique ses évolutions et sa longévité. Après sa rencontre fertile avec le cinéma, il a su une nouvelle fois se renouveler en intégrant les nouveaux médias, qui modifient pourtant en profondeur ses conditions d’existence. (A. de Morant et C. Chatelet)
 
Sommaire de la troisième livraison :

Lire en ligne

Continuer la lecture de Parution : Circus sciences, n° 3, “Cirque et nouveaux médias”

Association internationale des chercheurs en « Littératures populaires et culture médiatique » / International Research Association in Popular Literature and Media Culture

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search