Séminaire « Recherches contemporaines en narratologie » : StoryTelling et narratologie

Séminaire « Recherches contemporaines en narratologie » : année universitaire 2020-2021/Storytelling et narratologie

Le séminaire « Recherches contemporaines en narratologie » du Centre de recherches sur les arts et le langage (CNRS/EHESS), organisé par Annick Louis (Université de Reims et CRAL), avec la collaboration de Philippe Roussin (CNRS, CRAL) et John Pier (Université de Tours et CRAL) se réunit tous les quinze jours, les 1er, 3e et 5e mardi du mois, de 15h à 17h, dans la Salle Lombard, rez-de-chaussée, 96, boulevard Raspail, 75006 Paris.

Les séances seront enregistrées et mises en ligne une semaine plus tard.

La fin des grands récits a été suivie du tournant narratif et, plus récemment, de la plateformisation de la communication. Face à ces évolutions, le récit, pratique universelle et multiforme, s’est transformé, dans certaines de ses manifestations, en storytelling, né et répandu d’abord au sein des mondes de l’entreprise, de la politique et du journalisme, avant de se généraliser dans la vie sociale. Il constitue aujourd’hui une grande part des usages sociaux du récit. Discours qui formate l’esprit afin d’orienter les comportements, le storytelling cherche moins à représenter l’expérience humaine, à lui donner sens, qu’à convaincre son destinataire, à « tracer » son expérience. Il conduit à reconcevoir le récit et à faire dépendre son analyse de la rhétorique plus que de la poétique.

Durant cette période et encore aujourd’hui, la narratologie a évolué en suivant des voies multiples. Certains de ses courants, qui mettent particulièrement en avant les modalités de l’identification, de l’empathie, ou de l’immersion, entrent en résonance avec le storytelling boom.

Quel rôle peut aujourd’hui jouer la narratologie pour mieux appréhender le phénomène global du storytelling ? Continuer la lecture de Séminaire « Recherches contemporaines en narratologie » : StoryTelling et narratologie

Soutien de la LPCM et de Belphégor à l’Appel solennel pour la protection des libertés académiques et du droit d’étudier

La LPCM et Belphégor ont rejoint la liste des sociétés savantes, syndicats, collectifs et revues signataires de l’Appel solennel pour la protection des libertés académiques et du droit d’étudier, publié sur le site Academia. 

Ce texte a été écrit en réaction aux propos tenus le 22 octobre 2020 par le ministre de l’Éducation nationale, selon lequel les universités se rendraient coupable de « complicité intellectuelle du terrorisme ». Ces attaques atteignent tout particulièrement les recherches de nombreux·ses membres de notre Association. À l’instar des autres signataires, nous constatons une dégradation générale de l’état des libertés académiques dans le contexte du vote de la loi de programmation de la recherche, et nous nous inquiétons des atteintes aux libertés académiques susceptibles d’être inscrites dans le projet de loi sur les séparatismes, dont l’examen en Conseil des ministres est prévu le 9 décembre 2020.

Le Bureau de la LPCM, Association internationale des chercheurs en « Littératures populaires et culture médiatique » 

Parution : Le Bouquin de la bande dessinée

Thierry Groensteen (dir.), Le Bouquin de la bande dessinée, Robert Laffont, « Bouquins », 2020. 

Dessins de Lewis Trondheim.

La vitalité artistique de la bande dessinée est aujourd’hui largement reconnue, particulièrement en France. Ses créateurs sont considérés sur un pied d’égalité avec les artistes de toutes disciplines. Beaucoup d’entre eux élargissent d’ailleurs leur champ d’activité à d’autres formes, comme le roman, le cinéma, l’affiche ou la scénographie d’expositions.
Intronisée « neuvième art » à la fin des années 1960, la bande dessinée a aussi suscité, particulièrement depuis une vingtaine d’années, une littérature critique de plus en plus abondante. Il manquait cependant un ouvrage de grande synthèse pour faire le point sur toutes les notions relatives à ce mode d’expression qui, pour être populaire et enfin légitimé, reste quelquefois difficile à appréhender dans sa spécificité, à mi-chemin entre les arts du livre et les arts visuels. Le présent Bouquin de la bande dessinée. Dictionnaire esthétique et thématique vient combler cette lacune, abordant le genre sous tous ses aspects, à la fois comme art, comme langage, comme littérature et comme culture à part entière. Non seulement il présente un état complet et structuré du savoir et de la pensée sur la bande dessinée, mais il se risque à défricher quelques pistes nouvelles, esquissant une véritable poétique.
Avec près de cent cinquante entrées qui sont autant d’articles fouillés, ce dictionnaire satisfera la curiosité des amateurs, néophytes ou passionnés, et sera un outil irremplaçable pour les chercheurs et les enseignants.

En coédition avec la Cité internationale de la bande dessinée et de l’image.

Le Bouquin de la bande dessinée est dirigé par Thierry Groensteen, ancien directeur du musée de la Bande dessinée d’Angoulême, fondateur de la revue Neuvième Art et des éditions de l’An 2. Ce spécialiste de réputation internationale, qui a consacré une vingtaine d’essais à la bande dessinée, s’est entouré de plusieurs dizaines de spécialistes, universitaires, critiques, historiens et bibliothécaires.

Pour la rédaction de ce livre, il s’est adjoint près d’une quarantaine de contributeurs : Jean-Charles Andrieu de Levis – Raphaël Baroni – Camille Baurin – Evariste Blanchet – Alain Boillat – Elsa Caboche – Sébastien Charbonnier – Gilles Ciment – Benoît Crucifix – Pierre-Laurent Daures – Erwin Dejasse – Philippe Delisle – Isabelle Delorme – Julie Demange – Agnès Deyzieux – Jacques Dürrenmatt –  Henri Garric – Laurent Gerbier – Xavier Guilbert – Manuel Hirtz – Anne-Hélène Hoog – Nicolas Idier – Jean-Paul Jennequin – Bernard Joubert – Guillaume Laborie – Marion Lejeune – Clément Lemoine – Fabrice Leroy – Sylvain Lesage – Samuel Lévêque – Pierre Lungheretti – Vincent Marie – Jean-Philippe Martin – Jean-Pierre Mercier – Ann Miller – Benoît Mitaine – Harry Morgan – Philippe Morin – Frédéric Pâques – François Poudevigne – Gwendal Rannou – Mael Rannou – Camille Roelens – Nicolas Rouvière – Johanna Schipper – Bounthavy Suvilay – Nicolas Tellop – Philippe Videlier – Luc Vigier – Pascal Vimenet.

Le dessinateur a illustré la couverture et réalisé une série de culs-de-lampe (ornement en bas de certains chapitres). 

Appel à contributions : Presse et conflits dans les pays de langue romane

Presse et conflits dans les pays de langue romane

Dans le prolongement de la Journée d’Études qui s’est tenue à l’Université Paul Valéry Montpellier 3, en novembre 2019, notre publication a pour ambition de revenir sur les rapports qui existent depuis la fin du XVIIIe siècle jusqu’à nos jours entre la presse et les parties prenantes d’un conflit d’ordre diplomatique, socio-économique ou culturel. Elle nous donne l’occasion de faire dialoguer différents champs disciplinaires (histoire culturelle, sociale ou politique, linguistique, littérature et arts visuels) pour réfléchir sur l’importance et l’influence de la presse dans la représentation discursive ou sociétale de faits d’actualité bruts.

Argumentaire

Pour couvrir les crises et les conflits qui secouent le monde, les médias mobilisent au péril de leurs vies des professionnels aux multiples fonctions (correspondants de guerre, grands reporters, photographes) et des moyens techniques conséquents pour rendre compte d’une actualité brûlante, puis, dans un temps second, ils « créent l’événement ». Teinté de polémique, ce lieu commun rend manifeste un processus de configuration selon lequel les faits d’actualité sont façonnés par différentes instances qui, au terme d’un travail interprétatif, produisent une construction narrative chargée d’implicites et de présupposés. Continuer la lecture de Appel à contributions : Presse et conflits dans les pays de langue romane

Parution : The X-files. Histoires sans fin

Frédéric Gai, The X-files. Histoires sans fin, Presses Universitaires François-Rabelais, « Sérial », 2020.

Apparu pour la première fois sur la Fox en 1993, The X-Files va profondément changer l’univers télévisuel. Rénovant le récit fantastique et policier, le programme imaginé par Chris Carter ouvre une nouvelle ère
en questionnant le mode d’existence du format sériel et en faisant interagir toutes les fins qu’elle ne cesse d’annoncer : de soi, d’une ère, du monde.
Mais pour beaucoup, The X-Files c’est surtout Fox Mulder et Dana Scully, duo d’agents du FBI iconique, couple toujours en devenir et raison d’être d’un équilibre dialectique. Car entre l’illuminé traquant les extraterrestres et la cartésienne convaincue des progrès de la science, entre l’athée et la catholique, entre le postmoderne dépressif et la moderne aux accents positivistes, entre l’homme et la femme, les nombreuses tensions s’imposent comme autant de manières d’éprouver la valeur psychologique de la confiance et celle, héroïque, de la quête.
The X-Files, c’est enfin un phénomène de société qui dépasse les limites d’un produit audiovisuel. Interrogeant les pratiques culturelles de son époque, la série mêle habilement théories du complot, éternel recommencement de l’Histoire et peur de l’apocalypse. Surtout, elle joue avec les pouvoirs de la fiction, pour en montrer le puissant écho qui sourd jusqu’à nous.
Car proclamer que la vérité est ailleurs, c’est avant tout vouloir croire que le monde a, pour toujours et en tout temps, une infinité d’histoires à nous conter.

Frédéric Gai est enseignant-chercheur en littérature française du XXe siècle et en sciences de l’information et de la communication. Il étudie notamment les discours et pratiques artistiques à l’aune des cultures et supports médiatiques qui les diffusent.

Parution : Dictionnaire amoureux du polar

Pierre Lemaitre, Dictionnaire amoureux du polar, Plon, « Dictionnaire amoureux », 2020. 

« Voici le dictionnaire de ce que j’aime (à quelques oublis près). »

« Nos amis italiens et espagnols (ils ne sont pas les seuls) ne font guère de distinction entre « roman noir » et « roman policier ». Mais comme en France, nous la faisons, en toute logique ce dictionnaire devrait ne comprendre que des entrées concernant le roman policier. Si vous en êtes d’accord, ce sera ma première licence : je parle d’un univers littéraire qui est le mien, on y trouvera aussi bien du « polar » que du « noir ».
S’agissant d’un univers « littéraire », il ne devrait y avoir ici que des livres. Ce sera ma seconde licence : incidemment, on y trouvera quelques films, quelques séries TV, quelques BD, des librairies, des blogs.
Enfin, autant prévenir tout de suite : pour les définitions maîtrisées, les monographies exhaustives, les analyses thématiques, etc., le lecteur trouvera facilement d’excellents ouvrages (j’en cite quelques-uns, en fin de volume) qui correspondront à cette attente. C’est à un écrivain que l’éditeur a confié ce Dictionnaire amoureux. Je parlerai donc ici en lecteur et en romancier. Il y aura des oublis impardonnables, des injustices, des jugements contestables. C’est inévitable mais je ne fais que respecter le projet de cette collection : c’est le dictionnaire de ce que j’aime (à quelques oublis près).      Continuer la lecture de Parution : Dictionnaire amoureux du polar

Parution : antiDATA – La désobéissance numérique – Art et hacktivisme technocritique

Jean-Paul Fourmentraux, antiDATA – La désobéissance numérique – Art et hacktivisme technocritique, Les Presses du Réel, 2020. 

Une analyse des actes technocritiques d’artistes, hackers et activistes de l’ère (post-)numérique.

Contre l’hégémonie de l’innovation, ces derniers invitent à « mordre la machine », ré-ouvrir les boîtes noires, reprendre la main, transformer l’imaginaire technique. Leurs différentes approches – sous-veillance, médias tactiques, design spéculatif, statactivisme, archéologie des médias – explorent et expérimentent le hardware des machines, les coulisses de l’intelligence artificielle, les algorithmes de surveillance, la reconnaissance faciale, la visualisation des données.
Ces actes de désobéissance numérique prennent le contre-pied de la gouvernementalité et souveraineté des plateformes (GAFAM). Ils réinscrivent l’histoire du code, du cryptage et du calcul dans une critique de la culture contemporaine et ré-ouvrent des voies d’émancipation citoyenne. « Faire œuvre de hacking » recouvre ici des enjeux sociaux et politiques autant qu’esthétiques : réflexivité (critique), autonomie, indépendance, réappropriation des cultures matérielles (contre l’obsolescence et contre l’opacité des systèmes). La question du détournement y est centrale, l’humour et la parodie y occupent une place de choix. Continuer la lecture de Parution : antiDATA – La désobéissance numérique – Art et hacktivisme technocritique

Parution : Eating Fandom. Intersections Between Fans and Food Cultures

CarrieLynn D. Reinhard, Julia E. Largent, Bertha Chin (dir.), Eating Fandom. Intersections Between Fans and Food Cultures, Routledge, 2020.

This book considers the practices and techniques fans utilize to interact with different aspects and elements of food cultures. With attention to food cultures across nations, societies, cultures, and historical periods, the collected essays consider the rituals and values of fan communities as reflections of their food culture, whether in relation to particular foods or types of food, those who produce them, or representations of them. Presenting various theoretical and methodological approaches, the anthology brings together a series of empirical studies to examine the intersection of two fields of cultural practice and will appeal to sociologists, geographers and scholars of cultural studies with interests in fan studies and food cultures.

Continuer la lecture de Parution : Eating Fandom. Intersections Between Fans and Food Cultures

Parution : Le magasin du monde. La mondialisation par les objets du XVIIIe siècle à nos jours

Sylvain Venayre, Pierre Singaravélou (dir.), Le magasin du monde. La mondialisation par les objets du XVIIIe siècle à nos joursFayard, « Divers Histoire », 2020. 

Saviez-vous que le hamac, d’origine amérindienne, avait été mis au service de la conquête de l’espace  ? Que le surf fut d’abord une pratique politique et religieuse  ? Que le shampoing adopté par les Britanniques provient du sous-continent indien  ? Que la boîte de conserve a initié le développement spectaculaire de Kuala Lumpur  ? Que la passion du piano a accéléré l’extermination des éléphants des savanes africaines  ? Que de petits coquillages des Maldives permettaient d’acheter des captifs destinés aux plantations outre-Atlantique  ?À l’invitation de Pierre Singaravélou et Sylvain Venayre, près de quatre-vingt-dix historiennes et historiens ont accepté de relever le défi, savant et ludique, d’une histoire du monde par les objets.

De la tong au sari, du gilet jaune à la bouteille en plastique, en passant par le sex-toy et la chicotte, ces objets tour à tour triviaux et extraordinaires éclairent nos pratiques les plus intimes tout en nous invitant à comprendre autrement la mondialisation et ses limites.  Un voyage insolite et passionnant dans le grand magasin du monde.

Lire un extrait

Parution : La vie sociale des choses – Les marchandises dans une perspective culturelle

Arjun Appadurai (dir.), La vie sociale des choses – Les marchandises dans une perspective culturelle, Les Presses du Réel, 2020. 

Avant-propos de Nancy Farriss.
Essais de Arjun Appadurai, C. A. Bayly, Lee V. Cassanelli, William H. Davenport, Patrick Geary, Alfred Gell, Igor Kopytoff, William M. Reddy, Colin Renfrew, Brian Spooner.

Traduction de l’anglais (américain) par Nadège Dulot.

Publié avec la collaboration de Laurence Bertrand Dorléac – Centre d’Histoire de Sciences Po – et le concours de la Fondation de France.

La signification que les individus donnent aux choses repose nécessairement sur les transactions et les motivations humaines, et plus particulièrement sur la façon dont ces choses circulent et dont on en fait usage. Grâce aux essais de spécialistes en anthropologie sociale et d’historiens, ce livre construit un pont entre l’histoire sociale, l’anthropologie culturelle et l’économie et marque une étape majeure dans notre compréhension des fondements culturels de la vie économique et de la sociologie de la culture. Il trouvera un écho chez les anthropologues, les historiens des sociétés, les économistes, les archéologues et les historiens de l’art.
Les contributeurs de cet ouvrage examinent comment les choses sont vendues et échangées au sein de divers environnements culturels, passés et présents. En se concentrant sur des aspects de l’échange culturellement définis et des processus de circulation socialement régulés, les essais de ce livre visent à mettre au jour les façons dont les individus trouvent de la valeur dans les choses et dont ces dernières donnent de la valeur aux relations sociales. En envisageant les choses comme dotées d’une vie sociale, les auteurs nous livrent une nouvelle façon de comprendre comment la valeur est extériorisée et recherchée. Ils évoquent un grand éventail de biens – des tapis orientaux aux reliques sacrés – afin de démontrer que la logique sous-jacente à la vie économique quotidienne n’est pas si éloignée des principes de la circulation des objets exotiques et que la distinction entre les économies contemporaines et les économies plus distantes moins complexes est moins marquée qu’on ne le croit. Comme l’écrit Arjun Appadurai dans son introduction, derrière l’apparente infinité des besoins humains et la multiplicité des formes matérielles se cachent en réalité des mécanismes sociaux et politiques complexes, mais spécifiques, qui régulent les goûts, les échanges et le désir.

Sociologue culturaliste et anthropologue, spécialiste de l’Asie du Sud, reconnu comme théoricien majeur de la modernité et de la mondialisation, Arjun Appadurai (né en 1949 à Bombay) est professeur d’anthropologie à l’université de Pennsylvanie. Il est l’auteur de Worship and Conflict Under Colonial Rule (1981).

Association internationale des chercheurs en « Littératures populaires et culture médiatique » / International Research Association in Popular Literature and Media Culture

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search