Parution : Subjectivités numériques et posthumain

Sylvie Bauer, Claire Larsonneur, Hélène Machinal et Arnaud Regnauld (dir.)

Subjectivités numériques et posthumain

Presses Universitaires Rennes, collection « Interférences », 2020.

Comment penser l’humain quand toutes sortes d’objets connectés, du téléphone à la montre, se donnent comme des prothèses, voire des doubles de nous-mêmes (augmented self) ? De quelle autonomie dispose un sujet quand toutes nos traces numériques – tant celles que nous avons laissées volontairement que celles qui ont été collectées à notre insu – sont inventoriées et archivées quasi automatiquement (quantified self) ? L’approche proposée dans ce livre est fondamentalement interdisciplinaire car les questionnements relatifs aux devenirs de l’humain et à la définition de son identité que déclenche le posthumain sont universels.

Avec le soutien du laboratoire Anglophonie : communautés, écritures (ACE, EA 1796) de l’université Rennes 2 et de l’université de Bretagne occidentale.

Introduction

Table des matières

Les auteurs

URL de référence : http://pur-editions.fr/detail.php?idOuv=4982

Appel à contributions : IA Fictions – Fictions et Intelligence artificielle

IA Fictions / AI Fictions

Fictions et Intelligence artificielle / Artificial Intelligence and Fictions

Colloque international  / International conference

Date limite / Deadline : 30 Septembre 2020 / 30 September 2020.

C’est le premier colloque jamais organisé sur le thème de l’intelligence artificielle (IA) dans la fiction (littérature, séries, films, bande dessinée, jeux vidéo, arts plastiques) : on s’intéressera aux représentations de l’IA et à leurs significations ainsi qu’aux usages créatifs de l’IA pour produire et comprendre la fiction en textes, en sons, en images fixes et animées, comme en jeux vidéo.

Le colloque aura lieu à la Maison de la recherche de l’Université Paris 3 – Sorbonne nouvelle, Maison de la recherche, 3 rue des Irlandais, 75005 Paris, du 3 au 5 juin 2021. Continuer la lecture de Appel à contributions : IA Fictions – Fictions et Intelligence artificielle

Parution : Cahiers Robinson n°47, ROALD DAHL, LA FABRIQUE D’UN IMAGINAIRE

Noëlle Benhamou et Philippe Blondeau (éd.)

Le succès des livres de Roald Dahl tient en grande partie à l’efficacité d’un imaginaire à la fois singulier et riche de résonances universelles, qui mêle habilement les registres, oscillant toujours entre l’humour et la cruauté, entre le réel et le surnaturel, entre la morale et la dérision. C’est le travail de cet imaginaire, si reconnaissable et si séduisant par ses ambiguïtés même, que l’on se propose ici d’interroger. Il s’agit d’en explorer les origines, l’élaboration et le fonctionnement, selon des perspectives historiques, génériques, thématiques et transmédiatiques. En s’appuyant à la fois sur les œuvres pour adultes et sur les œuvres pour la jeunesse on s’intéresse notamment aux diverses formes d’intertextualité, aux stratégies développées en fonction des publics et des médias, à la question des genres et des registres, aux données biographiques et à leurs échos dans l’œuvre.

Source : Artois Presses Universités

Événement: Méta Game Jam

Le Liège Game Lab organise sa première Game Jam en ligne : la META GAME JAM, qui aura lieu les journées du 23 et 24 Mai 2020.

Les participant·e·s devront former des équipes et allier leurs compétences pour créer un jeu vidéo selon le thème imposé par le Lab : “Qu’est-ce que jouer ?”. Un jury sera présent pour discuter des créations réalisées par leurs soins.

Les créateurs et créatrices de tous niveaux sont bienvenu·e·s et pourront utiliser les logiciels d’aide à la création de leur choix (Construct, Twine, RPG Maker, Unity, ou d’autres encore).

Pour toutes demandes d’inscription ou d’informations supplémentaires, veuillez envoyer un mail à l’adresse suivante: dbecret97@gmail.com. Pensez aussi à indiquer si vous souhaitez participer seul ou si vous faites déjà partie d’une équipe.

La jam sera hébergée sur itch.io (https://itch.io/jam/lgl) et les participant·e·s  seront invité·e·s à collaborer sur Discord (https://discord.gg/5MRJGH).

Plus d’informations sur les activités du Liège Game Lab sur Twitter (@LiegeGameLab)

Appel à contribution : La pandémie en science-fiction

Appel à textes pour un numéro spécial de Stella Incognita

La pandémie en science-fiction

Quand la réalité rejoint la fiction :
L’imaginaire
à l’aune des pandémies au fil des siècles

L’apparition du virus COVID-19 à Wuhan en Chine en novembre 2019 a profondément bouleversé notre façon d’envisager l’équilibre mondial. Déployant une rhétorique guerrière, la classe politique se veut « en guerre. Pas contre une autre nation, mais contre un ennemi invisible et insaisissable. » (Emmanuel Macron, 16 mars 2020), ou prête à assumer le rôle de « chef de guerre » (« wartime president ») (Donald Trump, 28 mars 2020). Le combat contre la maladie ne présente pourtant pas, loin s’en faut, un front commun.

Depuis l’instauration d’un confinement généralisé et l’obligation, pour chaque individu, de limiter ses déplacements en vue d’endiguer la pandémie, la plus grande partie des systèmes politiques ont constaté la difficulté, voire, dans certains cas, l’impossibilité de lutter de manière efficace contre une menace virale de grande échelle. Toutefois, les approches différentes prises par les gouvernements amènent à se poser un certain nombre de questions sur les priorités de chacun d’entre eux : la reprise économique, l’« immunité collective », le maintien de l’ordre, les libertés individuelles, etc. L’État se trouve ainsi mis en cause, et plus particulièrement le système capitaliste. L’arrêt de l’activité humaine – à savoir, en ce qui concerne les pays dits « développés », la diminution de la production et de la consommation, et, conséquemment, de la pollution, – a, de façon évidente, un effet direct sur l’environnement. Ce phénomène met également en avant la dépendance de nos sociétés à une économie globalisée (importations, délocalisations).

La pandémie met ainsi à nu l’auto-insuffisance ; la paralysie économique qui s’ensuit précipite, ou enfonce un peu plus encore, une partie de la population dans la misère. La maladie rend en outre visible, de manière violente, une mise en concurrence entre, d’un côté, la santé publique et, de l’autre, une économie axée sur la rentabilité et prompte aux coupes budgétaires drastiques : il faudrait travailler coûte que coûte dans un système qui privilégie la continuité du tissu économique face au bien commun des individus. Déchirés entre des besoins vitaux et des besoins créés de toutes pièces par une société fondée sur le profit et l’individualisme, les citoyens ne savent plus à quelle théorie du complot se vouer. Continuer la lecture de Appel à contribution : La pandémie en science-fiction

Quelles perspectives pour la bande dessinée numérique ?

Annonce de publication du dernier numéro d’Alternative francophone intitulé « Quelles perspectives pour la bande dessinée numérique ? » (vol. 2, no 7 (2020)), dirigé par Côme Martin (chercheur indépendant) et Jean Sébastien (Collège de Maisonneuve).

Sommaire:

Jean Sébastien et Côme Martin : « Introduction : Lectures de la bande dessinée numérique. Succession de cases et fantôme de la case mémorable »

Philippe Paolucci : « La bande dessinée numérique : le triomphe du linéaire sur le tabulaire »

Nicolas Labarre et Julien Baudry : « De l’imprimé au numérique et retour. Lecture et perception d’une bande dessinée d’un support à l’autre »

Haniyeh Barahouie : « Entre bande dessinée et jeu vidéo : Le Secret de la Licorne d’Hergé »

Margarita Molina Fernandez : « 2 : expérimenter l’hypermédia dans la bande dessinée numérique »

Le numéro est disponible ici

L’illustration employée plus haut et pour le numéro est tirée de 2, bande dessinée numérique de Margarita Molina Fernández .

 

COLLOQUE ZOOM : « GAME OF THRONES, NOUVEAU MODÈLE POUR LA FANTASY ? »

Un an après la diffusion des derniers épisodes de Game of Thrones (David Benioff et D.B. Weiss, HBO, 2011-2019), ce colloque se veut l’occasion d’un premier bilan collectif sur ce que le succès médiatique et la réussite esthétique de la série télévisée mais aussi du cycle romanesque inachevé de George Martin dont elle est l’adaptation, A Song of Ice and Fire (Le Trône de fer), ont pu apporter à la manière dont la fantasy est perçue – dans quelle mesure le phénomène GoT a-t-il transformé la façon dont la fantasy se crée, se diffuse et se vit ?

Le colloque se déroulera sous forme de sessions zoom, tous les jours de 17h à 19h, du lundi 4 mai au vendredi 8 mai.

Comment procéder ?
1️⃣ Créez tout d’abord un compte ZOOM (www.zoom.us) ou installez l’application pour tablette / smartphone.
2️⃣ Inscrivez-vous à une ou plusieurs sessions et rejoignez-nous à l’adresse qui vous sera communiquée chaque jour par mail à 16h45.
Vous aurez le choix d’activer ou non votre caméra. Les micros seront désactivés jusqu’au moment des questions/réponses qui vous permettront d’interagir avec les intervenants.

Attention, les inscriptions sont limitées à 100 places par session !

Continuer la lecture de COLLOQUE ZOOM : « GAME OF THRONES, NOUVEAU MODÈLE POUR LA FANTASY ? »

Appel à contribution : La semaine : découpe et usages du temps social, XIXe-XXe s.

« La semaine : découpe et usages du temps social » (XIXe- XXe siècles)

Projet de n° 52 de Sociétés & Représentations, 2021,
dirigé par Dominique Kalifa dans le cadre de l’ANR Numapresse (2017-2022)

La semaine est évidemment une veille affaire puisqu’elle présida à l’invention du monde. Mais il se trouve que beaucoup l’oublièrent. Si ses usages, notamment religieux, ont longtemps ordonné l’organisation du temps collectif, ils tendirent à s’affaiblir dans le cours ordinaire des choses qui lui préféra d’autres scansions, quotidiennes, agricoles, saisonnières, etc. Une inflexion est cependant sensible à compter de la fin du XIXe siècle. Le déclin (relatif) de la semaine religieuse s’accompagne en effet, et paradoxalement, d’usages de plus en plus nombreux de découpes hebdomadaires. Au théâtre, puis au cinéma, la « semaine culturelle » a le vent en poupe. Le monde des affaires ou celui de la politique tendent également à réordonner le temps sur un mode hebdomadaire. Le temps scolaire suit le mouvement, celui du sport également, tandis que la paye « à la semaine » supplante progressivement la « journée » et que les lois sociales réglementent la durée hebdomadaire du travail, accordent le « repos hebdomadaire », puis la « semaine anglaise ». La radio, précédant la télévision, met en place des « grilles hebdomadaires » ; les médecins prescrivent des posologies hebdomadaires. Dans les bureaux, le semainier se substitue peu à peu à l’éphéméride et l’on sait combien l’hebdomadaire détrône peu à peu le quotidien dans les usages ordinaires de la presse. Quant aux quelques tentatives mises en œuvre pour détrôner la semaine traditionnelle (celle de la décade des révolutionnaires français ou celle de la nepreryvka soviétique), elles se soldèrent par des fiascos. Continuer la lecture de Appel à contribution : La semaine : découpe et usages du temps social, XIXe-XXe s.

Changement de date : Colloque « La fabrique de la bande dessinée »

Le colloque « La fabrique de la bande dessinée. Perspectives socio-logiques sur la bande dessinée », initialement prévu les 5 et 6 mai 2020, est reporté aux 9 et 10 novembre 2020. 

Colloque international organisé dans le cadre de l’année de la bande dessinée, organisé par l’Enssib – Elico, sous la responsabilité de Pascal Robert. Du 9 au 10 novembre mai 2020 à l’Enssib, 17-21 bd du 11 novembre 1918, 69100 Villeurbanne, France.

La bande dessinée a souvent été abordée au travers d’un prisme sémiotique, ce qui est en soi tout à fait légitime. Mais la bande dessinée ce n’est pas seulement un Texte, ou plutôt un hybride texte-image, c’est aussi des auteurs qui en font les scénarios et qui les dessinent, des éditeurs (et des imprimeurs ainsi que des distributeurs), petits ou grands, aux logiques plus ou moins expérimentales, des supports variés, de la revue au numérique en passant par l’album notamment, des festivals qui la célèbrent, du plus connu au plus méconnu, des libraires –souvent passionnés- qui la vendent, notamment dans des boutiques spécialisées, des bibliothécaires –non moins passionnés- qui la mettent en avant dans leurs médiathèques grâce à des expositions ou des conférences, des critiques également qui en parlent et singulièrement dans des revues papiers ou sur des sites internet… Bref, la bande dessinée c’est tout un monde de créateurs et de médiateurs qu’il faut décrire et analyser pour mieux le comprendre.

Il nous a semblé que, dans le cadre, de cette année 2020 consacrée à la bande dessinée, il serait peut être judicieux de faire le point sur les travaux qui rendent compte de ces différentes facettes du monde, complexe, de ceux qui font la bande dessinée. Autrement dit, il s’agit d’ouvrir la boite noire de la fabrique de la bande dessinée. L’approche ne peut être que pluridisciplinaire, c’est pourquoi il est bien question de socio-logies au pluriel, qui ne sont pas forcément des sociologies au sens disciplinaire du terme, mais au sens d’un type d’approche que peut pratiquer aussi bien le civilisationniste, le littéraire, que l’historien du présent et de la culture, le spécialiste d’information-communication comme le sémioticien ouvert à la question de la pluralité des supports.

Les mémoires, thèses, livres et articles se multiplient sur ces questions ces dernières années, il est temps d’essayer de dresser la carte de ce vaste paysage. Ce colloque voudrait être l’un des lieux où ces approches vont pouvoir à la fois s’exposer, se rassembler, se découvrir parfois, dialoguer, apprendre les unes des autres, bref s’enrichir mutuellement.

Parution : Littérature, image, périodicité (XVIIe-XIXe siècles)

Actes du colloque de Lausanne, les 15-16 novembre 2018.

En accès libre sur Fabula

Les études actuelles sur la presse littéraire du XIXe siècle, comme celles qui portent notamment sur les différents mercures des XVIIe et XVIIIe siècles, soulignent un lien privilégié entre la littérature et la poétique journalistique. Or, si l’on peut se réjouir du dynamisme critique qui caractérise aujourd’hui les études sur la presse littéraire, force est de constater que leurs résultats demeurent cloisonnés du point de vue diachronique.

La vocation première de ce recueil est par conséquent d’établir un dialogue entre les spécialistes des périodes pré-moderne et moderne autour des rapports entre presse et littérature envisagés dans un spectre chronologique peu exploré. L’image matérielle (gravure, photographie) et textuelle (description, ekphrasis) constitue en ce sens un levier optimal pour engager ce dialogue. Le postulat principal serait ainsi que l’image dans la presse littéraire entretient des rapports spécifiques avec la temporalité (transposition visuelle d’un fait d’actualité, d’un moment narratif singulier, etc.) dont l’expression s’exacerbe dans le cas d’une publication périodique, tributaire des contraintes éditoriales qu’implique une parution régulière.

Il s’agit en effet d’envisager à nouveaux frais les rapports entre des formes littéraires soumises à des formes de périodicité variées (presse périodique, livraisons, recueils, etc.) et différentes manifestations, figuratives et textuelles, du visuel ; et d’interroger notamment la nature et les usages des modèles littéraires qui informent les poétiques et les rhétoriques de la presse littéraire illustrée, les conditions matérielles qui modalisent la mise en image d’un fait d’actualité, le rythme particulier induit dans la lecture du périodique par la présence de l’image, la question de l’impact émotionnel des images dans leur articulation à la diffusion et à la conservation de l’information.

Textes réunis par Marta Caraion et Barbara Semelci et mis en ligne avec le soutien de l’Université de Lausanne.

Continuer la lecture de Parution : Littérature, image, périodicité (XVIIe-XIXe siècles)

Association internationale des chercheurs en « Littératures populaires et culture médiatique » / International Research Association in Popular Literature and Media Culture