APPEL : Figures du post-humain. Littérature, cinéma, BD.

Colloque International
Centre d’Études en Humanités de l’Université du Minho (CEHUM)
13-14 juin 2019 auditorium ILCH

Dans Nous, animaux et humains, Tristan Garcia soutient que la conception de l’humain impliquée dans l’humanisme moderne subit actuellement une crise profonde où se croisent deux tendances opposées. D’une part, une tendance interne qui morcelle le « nous » humain en de multiples « nous » communautaires (ethnies, religions, genres, etc) ; d’autre part, une tendance extensive qui élargit le cercle du « nous » à d’autres espèces animales, voire à la totalité du vivant. Une troisième tendance existe, celle qui concerne le triomphe de la technologie. La connexion du « nous » avec ses constants et (d’aucuns le pensent) inexorables devenirs, est de plus en plus intime et imperceptible. Il en va ainsi du techno-numérique qui est en train de redéfinir les frontières de l’humain au moyen d’une re-sémantisation du monde. Et si on ajoute le développement impressionnant de l’Intelligence Artificielle (IA), par exemple, il n’a jamais été aussi urgent de repenser la question de l’humain mais aussi et surtout du post-humain.

Continuer la lecture de APPEL : Figures du post-humain. Littérature, cinéma, BD.

Parution : Pardaillan n°5

Présente dans tous les mythes, la nourriture fait partie des constantes de l’imaginaire humain. Actes de prédation et de nutrition, banquets et famines, scènes de cuisine et de dévoration, source de vitalité et perversion excessive… la représentation de la nourriture prend bien des facettes, témoignant de notre rapport complexe, parfois comique, parfois angoissé, parfois sensuel jusqu’à l’érotisme, à ce dont on se nourrit. C’est à ce thème qu’est consacré le dossier du Pardaillan n°5.

Sommaire

Editorial : Et Ditto m’apparut…

Les Cahiers Zévaco
– Luce Roudier – L’Autre Zévaco. Petite enquête autour de Déchéance.

Dossier : Nourriture
– Laurent Bozard – Crimes gourmands pour lecteurs gourmets. Le polar de la table selon Balen et Barrot

Continuer la lecture de Parution : Pardaillan n°5

APPEL : Légitimité et illégitimité de la littérature et du théâtre – Qui a le droit d’écrire quoi ? Qui a le droit de montrer quoi ?

Colloque interuniversitaire jeunes chercheur·se·s
28 et 29 juin 2019
Sorbonne Université / Sorbonne Nouvelle

« [I]l y a des limites que la littérature, même la plus légère, ne doit pas dépasser, et dont Gustave Flaubert et co-inculpés paraissent ne s’être pas suffisamment rendu compte ». Ces mots sont ceux du jugement rendu à l’issue du procès intenté à Gustave Flaubert devant le tribunal correctionnel de la Seine le 8 février 1857[1], tels qu’on les trouve rapportés par la Gazette des tribunaux. Quelques mois plus tard, le 20 août, l’avocat Ernest Pinard, qui occupait déjà la fonction de procureur général lors du procès de Madame Bovary, prononce un réquisitoire à l’encontre du Baudelaire des Fleurs du mal : « De bonne foi, croyez-vous qu’on puisse tout dire, tout peindre, tout mettre à nu […] ?[2] » Pierre Desproges se demandait si l’on pouvait « rire de tout », ce n’était en fait que le déplacement et la limitation au seul domaine de l’humour d’une question plus vaste que l’on pourrait formuler ainsi :  « peut-on écrire de tout ? », ou encore « peut-on tout écrire ? »

Continuer la lecture de APPEL : Légitimité et illégitimité de la littérature et du théâtre – Qui a le droit d’écrire quoi ? Qui a le droit de montrer quoi ?

Colloque : Cinéma et littérature de jeunesse: quelles passerelles entre écrits et écrans ?

Jeudi 15 et vendredi 16 Novembre 2018.

Colloque international organisé par la Bibliothèque nationale de France / Centre national de la littérature pour la jeunesse et le Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines de l’Université Paris-Saclay, en partenariat avec Images en bibliothèque, l’ENS et l’Afreloce (Association française de recherches sur les livres et objets culturels de l’enfance).
Entrée gratuite sur inscription.

A l’heure où les jeunes générations semblent souvent avoir remplacé les écrits par les écrans, on ne peut que se réjouir de voir comment la littérature pour la jeunesse reste d’une créativité féconde tout en dialoguant avec les univers visuels avec lesquels elle entretient une relation privilégiée. Quels sont les formes et les enjeux d’un tel dialogue ? Comment cinéma, cinéma d’animation et télévision se nourrissent-ils des récits inventés dans les albums, contes, romans et bandes dessinées pour les jeunes publics ? Qu’est-ce qui se joue dans la « novellisation » et quels sont les effets en retour sur l’œuvre originelle ? Universitaires, créateurs et professionnels de la culture se pencheront sur les modalités de ces adaptations, transpositions et autres réécritures, qui engagent -et parfois modifient-les conditions de production autant que de réception d’une œuvre.

Programme ici

Parution : Femmes du roman policier

Caroline Granier, A armes égales. Les femmes armées dans les romans policiers contemporains, éditions Ressouvenances, 2018.

Les enquêtrices dans les polars… Les figures de fliquesses, de privées, de journalistes d’investigation, d’inspectrices sont de plus en plus nombreuses (françaises, européennes ou américaines). Cérébrales, fonceuses, intuitives ou rationnelles, épanouies ou névrosées. Célibataires ou en couple, avec ou sans enfants. Qu’ont-elles en commun ? Un désir d’aventures et une soif de liberté sans limites. Attention : elles sont souvent armées… combatives en tout cas. Car leur place dans un monde encore dominé par les hommes n’est pas acquise. Alors elles agissent et prennent leurs affaires en main : et si elles nous montraient la voie ?

Continuer la lecture de Parution : Femmes du roman policier

CfP: “Delicate Infractions: Innovations, Expansions, and Revolutions in the Crime Genre »

Friday 14 – Saturday 15 June2019
Maynooth University, Ireland

The Argentine writer Jorge Luis Borges famously remarked that the detective genre “thrives on the continual and delicate infraction of its rules”. Taking this as a point of departure, the 8th Biennial conference of the International Crime Fiction Research Group will aim to bring together researchers with a shared interest in exploring how the genre has changed and continues to change by way of such delicate infractions, but also occasionally by way of full-blown transgression and definitive ruptures.

Under the broad title of “Delicate Infractions”, we invite proposals related to the following areas:

Systemic troubles reflected in the crime genre

  • The crime genre in the age of Black Lives Matter, Trump and resurgent far-right ideology.
  • The representation and promotion of radical politics in crime narrative.
  • Genre responses to the refugee crisis in Europe and beyond.
  • How can or should the genre reckon with the ‘slow violence’ of pollution, climate change, ocean acidification, and ecocide?

Formal re-configurations of the crime genre:

  • Re-imaginings and re-workings of the tropes of crime.
  • Re-configurations of the archetypal detective/criminal/victim triad.
  • Challenges to the gendered and racialized assumptions of conventional crime narratives.
  • Crime, Modernism, and/or Postmodernism (and beyond).
  • Crime, Surrealism, and the Avant-Garde.
  • Hybrids and intersections with other genres.

Changing technologies and how they influence crime, crime detection, and crime writing

  • The technological pre-conditions for the emergence of the genre.
  • Historic changes or ruptures wrought on the genre since its inception by technological innovations in transport, communications, and weaponry.
  • Cyberspace, Artificial Intelligence, and the elaboration of new kinds of crime and new modes of investigation.
  • Digital Humanities, Big Data, Digital Gazetteers, Crowd Sourcing; New technologies for Crime Fiction Studies.
  • Apps, Immersive Narratives and technology-supported Crime Fiction Tourism.
  • The place of YouTube, Social Media, podcasting, and other online platforms in the publication of crime narrative.
  • New technologies and new experiences of reading Crime Fiction.

As in previous years, we also welcome submissions that do not fall neatly within the above categories (or that expand them), and we are open to research questions that are themselves ‘infractional’ in respect of the critical paradigms that have grown around crime genre scholarship.

Submissions can be centred on crime fiction and/or film, but we also welcome submissions relating to true crime and that analyse other forms of media, as well as examinations of relevant topics within fields such as history, criminology, anthropology etc. Our guiding objective since our first conference in 2005 is to bring together scholars from a diverse range of areas with a view to highlighting and exploring the points of convergence (and divergence) that emerge.

Organising Committee Chair Dr David Conlon (MU). Committee members Dr Dominique Jeannerod (QUB); Dr Kate Quinn (NUIG); Dr Marieke Krajenbrink (UL).

Please send your abstracts to one of the following by November 29th 2018:

david.conlon@mu.ie
d.jeannerod@qub.ac.uk
kate.quinn@nuigalway.ie
marieke.krajenbrink@ul.ie

Parution : « La Bohème »

Anthony Glinoer,  La bohème. Une figure de l’imaginaire social, 
Les Presses de l’Université de Montréal, collection « Socius », 2018.

Image :  Octave Tassaert,  Intérieur d’atelier (1845)

Depuis qu’au milieu du XIXe siècle Henri Murger a appelé « bohèmes » une bande d’artistes vivant d’amour et de pain sec à Paris, le bohème et la vie de bohème n’ont plus quitté l’imaginaire social. Ils ont existé dans les faits et dans les textes littéraires non seulement à Paris mais à Madrid, à Varsovie, à Oslo et à New York, tandis que la chanson de Charles Aznavour et l’opéra de Puccini sont entrés dans le patrimoine culturel mondial. Ce livre fait émerger d’une vaste masse de discours des lieux emblématiques, des pratiques collectives, des vies exemplaires, des figures antagonistes, des variations sur le thème de la bohème. Le lecteur rencontre Albert Glatigny, Nina de Villard, la Brasserie des Martyrs, les orgies fictionnelles ou encore la bohème montréalaise. Au fil des chapitres, la bohème se dévoile comme un objet inséparablement imaginaire et social, façonné et incarné par de nombreux hommes de lettres et d’art. Anthony Glinoer poursuit ici son exploration des phénomènes collectifs au xix e siècle. Il procède en sociologue des faits et des imaginaires littéraires pour dresser le portrait d’une des figures clés de nos représentations de la vie d’écrivain et de la vie d’artiste, depuis Murger jusqu’aux bobos.   

Anthony Glinoer est titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur l’histoire de l’édition et la sociologie du littéraire et professeur à l’Université de Sherbrooke. Il a notamment publié L’âge des cénacles. Confraternités littéraires et artistiques au XIXe siècle avec Vincent Laisney (2013).

Marie Goupil-Lucas-Fontaine (Université Paris 1)

Doctorante contractuelle en histoire contemporaine

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (ED113) – Centre d’Histoire du XIXe siècle (EA3550)

Thèse en cours depuis 2016Chanteur « réaliste » : histoire sociale et imaginaire d’une profession (1880-1950) sous la direction de Dominique Kalifa

Thèmes de recherche

Histoire des imaginaires sociaux et culturels, France XIX-XXe siècles

Histoire de la chanson française et des musiques populaires, XIX-XXe siècles

Histoire sociale de la musique (acteurs et espaces de la chanson populaire), XIX-XXe siècles

Histoire du son, XIX-XXe siècles

Histoire des femmes et du genre, XIX-XXe siècles

 Publications

·       Actes de colloques ou journées d’études :

o   édités 

– « Chanteur de genre. Genre artistique et identités professionnelles des artistes lyriques au café-concert (1880-1914) », Page 19, 2018, p. 33-46, publication issue d’une communication donnée le 11 mai 2017  dans le cadre des Doctoriales du Centre d’histoire du XIXe siècle, Université Paris I-Panthéon-Sorbonne-Sorbonne-Université, [en ligne : https://www.pantheonsorbonne.fr/fileadmin/CRHXIX/4goupil.pdf

o   à paraître

– « L’espace de la chanson vécue. Cartographier le Paris “réaliste” », Doctoriales du Centre d’histoire du XIXe siècle, Université Paris I-Panthéon-Sorbonne-Sorbonne-Université, le 26 mai 2018

– « Ringard, mélo et populaire : le goût “pervers” de la chanson réaliste (1950-2000) », Journée d’étude Le mauvais goût : marginalités, ambiguïtés, paradoxes Université de Versailles-Saint-Quentin, le 23 mai 2018

– « Gainsbourg “réaliste”. Influences et réappropriations du genre réaliste chez Gainsbourg », Colloque An international conference on Serge Gainsbourg, Université Sorbonne-Université/IREMUS, le 10 avril 2018

– « La voix : source et objet d’histoire. Introduction » et « Le micro est un maquereau. Le chanteur face au micro, un partenaire particulier (1930-1970) », Rencontres de l’Ecole doctorale d’Histoire, Université Paris I-Panthéon-Sorbonne, 2 décembre 2017

Appel : Précurseurs de la fantasy

(English version below)

Frontières et Limites de la Fantasy.  Précurseurs, Apparentés, Compagnons de Route 

27 février – 1er mars 2019, Boulogne-sur-Mer

Appel prolongé, pour le 20 octobre.

Image : Domnei de James Branch  Cabell (1913), édition 
Ballantine Adult Fantasy series de 1972. 

Anna Vaninskaya (University of Edinburgh), Justine Breton (U. de Picardie), Xavier Escudero (ULCO), Claire Jardillier (ULCO), Marc Rolland (ULCO)

C’est Lin Carter dans A Look Behind the Lord of the Rings (1969) qui, avec plus d’enthousiasme que de science, a été l’un des premiers à inscrire l’oeuvre de J.R.R. Tolkien dans une tradition littéraire, celle de la ‘Epic Fantasy’. Ainsi, bien loin d’être une œuvre unique, répondant aux seules définitions de la « création secondaire » établies par l’auteur lui-même, ce cycle de romans prend place dans une tradition composée d’épopées gréco-romaines, de chansons de geste, de sagas scandinaves, des romans de l’Arioste et, plus récemment, de la production romanesque d’auteurs tels William Morris, Lord Dunsany, E.R. Eddison, C.S. Lewis, James Branch Cabell et bien d’autres.

Continuer la lecture de Appel : Précurseurs de la fantasy

Parution : Le Zouk

Gérald Désert, Le Zouk, Génèse et représentations sociales d’une musique populaire, Anibwe, 2018.

Image, album « Francky Goes To Pointe​-​à​-​Pitre », A Tant Rêver Du Roi Records

Qu’est-ce que le zouk ? Si tout un chacun a pu entendre cette musique populaire, même de façon très passive, dans des circonstances d’écoutes diverses, à ce jour, son histoire n’a pas encore fait l’objet d’une réflexion spécifique et systématique ; alors s’interroger sur ce qu’est le zouk ne relève pas d’une lubie personnelle, sans fondement autre que le pathos, mais bien d’un questionnement d’intérêt général
sur la culture musicale dans l’espace local, national et international.

Le zouk, la pensée du zouk, sa représentation dans la réflexion universitaire n’est qu’à ses débuts et c’est ce qui fait tout l’intérêt de ce livre.

Gérald Désert est enseignant de langues, littératures et civilisations hispaniques au CRILLASH-Université des Antilles. Il fut chargé d’enseignement au Centre Universitaire de Mayotte (2015-2016).

Ses recherches portent notamment sur la littérature mexicaine et sur les relations entre musique populaire et littérature (Rubén Blades, le Zouk, etc.).

Association internationale des chercheurs en « Littératures populaires et culture médiatique » / International Research Association in Popular Literature and Media Culture