Archives par mot-clé : XXe siècle

PARUTION : JEAN-CHRISTOPHE AVERTY : PENSER LA TÉLÉVISION AU XXE SIÈCLE, Sylvie Pierre (dir.)

Jean-Christophe Averty : penser la télévision au XXe siècle, sous la direction de Sylvie Pierre. L’Harmattan. 188 pages, 19,50 €

Dès qu’il s’agit d’histoire de la création à la télévision, on évoque l’oeuvre de Jean-Christophe Averty (1928-2017), considéré comme le meilleur « metteur en scène » ou « metteur en page » de toute l’histoire de la télévision. Mais comment Averty pense-t-il – dès la fin des années 1950 – la question de l’image électronique et des codes visuels, en rupture avec le principe du direct ? Comment envisage-t-il la question esthétique ? Quelle est son originalité ? Quelle idée se fait-il de ses obligations envers le public ? Ce livre propose aux téléspectateurs aussi bien qu’aux professionnels et étudiants une réflexion sur les multiples dimensions de cette oeuvre télévisuelle originale, et sur la manière dont Averty a exploré « l’effet télé ».

 

Publications récentes de l’ANR Anticipation et colloque “Les Temps de l’anticipation”

L’ANR Anticipation a fait paraître en 2019 un ouvrage issu d’un colloque tenu à Montréal en 2017:

Le roman des possibles. L’anticipation dans l’espace médiatique francophone (1860-1940), sous la direction de Claire Barel-Moisan et Jean-François Chassay, Presses Universitaires de Montréal, 2019.  

La fiche se trouve ici.

Nous pouvons en profiter pour rappeler aussi la publication en 2018 d’un numéro de la revue COnTEXTES, L’Anticipation dans les discours médiatiques et sociaux : genres, supports, valeurs, sous la direction de Matthieu Letourneux et Valérie Stiénon, que l’on peut consulter ici.

Enfin, vous trouverez plus bas le programme du plus récent colloque organisé par l’ANR: 

“Les Temps de l’anticipation”

Programme

Continuer la lecture de Publications récentes de l’ANR Anticipation et colloque “Les Temps de l’anticipation”

Colloque : genre et médias

Colloque « Genre et médias francophones dans l’Europe des années 1940 et 1950 », sous la direction de Delphine Chedaleux, Alain Boillat, Charles-Antoine Courcoux et Jeanne Rohner

Université de Lausanne, 21-22 mars 2919

Ce colloque se propose d’interroger les phénomènes de reconfiguration et d’expansion médiatique des années 1940 et 1950 à l’échelle de l’espace européen francophone et au prisme du genre. Théâtre de reconfigurations sociales et politiques, la Seconde Guerre mondiale constitue un moment de transition médiatique et culturelle. Les années 1940 et 1950 sont par ailleurs marquées par un ensemble de mutations des identités et des rapports de genre. Après les déstabilisations engendrées par la guerre, la reconstruction européenne passe par la promotion d’un modèle familial basé sur une stricte répartition des rôles masculin et féminin. Des travaux d’historiens et historiennes informés par les études sur le genre ont montré le rôle ambivalent des médias dans la production et la diffusion de ces normes, mais aussi dans leur négociation, voire – certes plus rarement – dans leur subversion. Ce colloque propose d’approfondir et d’élargir ces recherches, tant du point de vue des objets étudiés, de l’aire géographique ou culturelle considérée que des méthodes mobilisées.

Programme et résumés des communications : 

Continuer la lecture de Colloque : genre et médias

Marie Goupil-Lucas-Fontaine (Université Paris 1)

Doctorante contractuelle en histoire contemporaine

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (ED113) – Centre d’Histoire du XIXe siècle (EA3550)

Thèse en cours depuis 2016Chanteur « réaliste » : histoire sociale et imaginaire d’une profession (1880-1950) sous la direction de Dominique Kalifa

Thèmes de recherche

Histoire des imaginaires sociaux et culturels, France XIX-XXe siècles

Histoire de la chanson française et des musiques populaires, XIX-XXe siècles

Histoire sociale de la musique (acteurs et espaces de la chanson populaire), XIX-XXe siècles

Histoire du son, XIX-XXe siècles

Histoire des femmes et du genre, XIX-XXe siècles

 Publications

·       Actes de colloques ou journées d’études :

o   édités 

– « Chanteur de genre. Genre artistique et identités professionnelles des artistes lyriques au café-concert (1880-1914) », Page 19, 2018, p. 33-46, publication issue d’une communication donnée le 11 mai 2017  dans le cadre des Doctoriales du Centre d’histoire du XIXe siècle, Université Paris I-Panthéon-Sorbonne-Sorbonne-Université, [en ligne : https://www.pantheonsorbonne.fr/fileadmin/CRHXIX/4goupil.pdf

o   à paraître

– « L’espace de la chanson vécue. Cartographier le Paris “réaliste” », Doctoriales du Centre d’histoire du XIXe siècle, Université Paris I-Panthéon-Sorbonne-Sorbonne-Université, le 26 mai 2018

– « Ringard, mélo et populaire : le goût “pervers” de la chanson réaliste (1950-2000) », Journée d’étude Le mauvais goût : marginalités, ambiguïtés, paradoxes Université de Versailles-Saint-Quentin, le 23 mai 2018

– « Gainsbourg “réaliste”. Influences et réappropriations du genre réaliste chez Gainsbourg », Colloque An international conference on Serge Gainsbourg, Université Sorbonne-Université/IREMUS, le 10 avril 2018

– « La voix : source et objet d’histoire. Introduction » et « Le micro est un maquereau. Le chanteur face au micro, un partenaire particulier (1930-1970) », Rencontres de l’Ecole doctorale d’Histoire, Université Paris I-Panthéon-Sorbonne, 2 décembre 2017

Appel : Marginalité en littérature populaire

Pour sa prochaine livraison, à paraître mi-2018, La revue L’Ull crític lance un appel à contribution pour un numéro portant sur la marginalité dans la littérature populaire.

 L’Ull crític est une revue d’études de langue et de littérature françaises et francophones. Elle contient des articles originaux et inédits portant sur les domaines cités, en plus d’autres sur des aspects culturels, de littérature comparée, de réception. Ses langues de rédaction sont le catalan, le castillan et le français.

Responsables du numéro : Dr. Àngels Santa – Dr.Carme Figuerola

Descriptif :

La littérature populaire est déjà en soi même une littérature de la marge par les circonstances de sa naissance et par l’emplacement  Continuer la lecture de Appel : Marginalité en littérature populaire

Parution: ResFuturae 3, 2013 La science-fiction française depuis 1970

resfuturae

ResFuturae 3 | 2013

La science-fiction française depuis 1970

Dossier thématique : « La science-fiction française depuis 1970 » (automne 2013)

Après un premier élan au début des années cinquante, puis une traversée du désert pendant les années soixante, la création française s’est fermement établie dans le champ littéraire de la science-fiction en France. Des figures majeures ont su imposer leur style personnel et certains récits devenir des références. ReS Futurae entend poser les premières bases d’une étude systématique de cette histoire récente.

 

Parution: Fantômas! Biographie d'un criminel imaginaire

Parution

Loïc Artiaga et Matthieu Letourneux

Fantômas, Biographie d’un criminel imaginaire

Paris, Les Prairies Ordinaires, “Singulières Modernités”, 2013

Fantômas ! Le nom du « Génie du crime » a traversé tout le XXe siècle. À bien des égards, Pierre Souvestre et Marcel Allain ont enfanté en 1911 une œuvre monstre. Fantômas, revers obscur et grimaçant de notre monde, y invente, page après page, une violence sans visage, sans motivations et sans signification apparente. La série des Fantômas a fasciné les avant-gardes des années 1920-1930, qui en ont loué le génie créatif et la puissance subversive. Le mythe du criminel voleur d’identités, tueur cruel, virtuose de la mise en scène morbide, a inspiré tableaux, films expérimentaux, textes poétiques et polémiques. Nourri par un travail de collecte inédit, cet ouvrage propose de relire Fantômas à la lumière des travaux qui ont questionné la place des fictions dans les sociétés contemporaines. La trajectoire du protagoniste éclaire l’organisation du champ littéraire, partagé entre littérature légitime et productions de grande consommation. Consacrant la toute-puissance de l’information et des faits divers, l’œuvre apparaît bien comme « l’Énéide des temps modernes », selon la formule de Blaise Cendrars. La modernité du XXe siècle naissant y est, il est vrai, partout : grands magasins, chirurgie plastique, nouvelles techniques policières… En subvertissant les logiques classiques du detective novel où la raison et la progression de l’enquête priment sur le crime, Fantômas questionne les identités sociales, le maintien de l’Ordre et la répression des pulsions.

Conférence: Fantômas ! Biographie d’un monstre moderne (BILIPO, 8 juin)

La bibliothèque des littératures policières a le plaisir de vous convier à la conférence « Fantômas ! Biographie d’un monstre moderne » le samedi 8 juin à 16 heures.

Présentation

En 1913, Pierre Souvestre et Marcel Allain mettaient un terme au premier cycle des aventures de Fantômas par un trente-deuxième volume annonçant « La fin de Fantômas ».

À cette date, le personnage avait déjà quitté en partie l’espace de la littérature populaire pour entamer une carrière au cinéma, sous la direction de Louis Feuillade, avant de susciter dès l’année suivante l’intérêt de Guillaume Apollinaire, de Blaise Cendrars, de Max Jacobs.

Il continuera par la suite sa course sanglante dans tous les médias, théâtre, cinéma, radio, bande dessinée, romans-photos, au point d’apparaître comme l’une des figures clés de l’imaginaire du xxe siècle.

Cette importance s’explique par la modernité du criminel masqué : le monde de Fantômas, c’est celui de la ville, des machines et de l’électricité ; c’est aussi celui des faits-divers et de l’actualité sanglante qui servent de sous-texte à la série, c’est celui encore des fantasmes d’une génération hantée par la violence. Mais cette modernité, c’est aussi celle d’auteurs appliquant les techniques les plus récentes de l’industrie culturelle, cherchant à exploiter leur personnage sur des médias différents, inventant de nouvelles formes, de nouvelles pratiques d’écriture, et invitant le lecteur à lire lui-même autrement.

C’est cette modernité que présenteront dans leur conférence Loïc Artiaga et Matthieu Letourneux, auteurs d’un essai sur le criminel aux éditions Les Prairies Ordinaires (Fantômas ! Biographie d’un criminel imaginaire, 2013) et responsables de la réédition de l’intégrale de Fantômas aux éditions Bouquins (juin 2013).

Loïc Artiaga est maître de conférences en Histoire culturelle à l’Université de Limoges. Il a publié Des Torrents de papier (PULIM, 2007) et Le Roman populaire, 1836-1960 (Autrement, 2008).

Matthieu Letourneux est maître de conférences en Littérature française à l’Université Paris Ouest. Il a publié Le Roman d’aventures, 1860-1920 (PULIM, 2010) et La Librairie Jules Tallandier, histoire d’une grande maison populaire (avec Jean-Yves Mollier, Nouveau Monde, 2011).

Nous vous conseillons de réserver en nous contactant au 01 42 34 93 00 ou en nous écrivant à bilipo@paris.fr

Très cordialement,

Bibliothèque des littératures policières

48/50, rue du Cardinal-Lemoine

75005 PARIS

tél : 01 42 34 93 00

bilipo@paris.fr