Archives par mot-clé : XXe siècle

Parution : Albert Robida, de la satire à l’anticipation

Claire Barel-Moisan et Matthieu Letourneux (dir.), Albert Robida, de la satire à l’anticipation, Les Impressions Nouvelles, 2022.

Illustrateur et satiriste de génie à l’influence considérable, Albert Robida (1848-1926) est resté fameux pour ses fresques d’anticipation, comme Le Vingtième siècle ou La Vie électrique, ou pour ses grands dessins de presse. On voit parfois en lui un précurseur de la science-fiction, un prophète visionnaire des sociétés du XXe siècle, ou même l’inventeur avant l’heure de la télévision, du téléphone et du voyage en avion… Contre ces raccourcis quelque peu anachroniques, cet ouvrage a pour ambition de replacer les grandes anticipations de Robida dans leur contexte, celui de la presse satirique et de ses cibles, mais aussi celui des logiques du rire au XIXe siècle : les transports, les médias, les femmes, la technophilie, les spectacles… c’est toute la culture de l’époque qui est passée au crible de sa verve satirique à travers une technique d’exagération qui le conduit à imaginer inlassablement ce que pourraient donner dans l’avenir les mutations qui transforment en profondeur le XIXe siècle finissant.

 

Appel à contributions : Fictions du complot (ELFE XX-XXI)

Elfe XX-XXI, n° 12, automne 2023, « Fictions du complot »

Échéance des propositions : 20 mars 2022

Modalités de participation

Les projets d’articles d’une page maximum (taille de police : 12) devront être envoyés à Chloé Chaudet (chloe.chaudet@uca.fr) et Ivanne Rialland (ivanne.rialland@uvsq.fr) accompagnés d’une brève notice bio-bibliographique avant le 20 mars 2022.

L’acceptation ou le refus sera indiqué.e aux auteur.e.s mi-avril 2022, accompagné.e, le cas échéant, des consignes de présentation des textes (d’une longueur comprise entre 25 000 et 40 000 signes espaces incluses).

Les articles seront à envoyer à Chloé Chaudet et Ivanne Rialland avant le 15 octobre 2022. Ils seront évalués en double aveugle par le comité de lecture de la revue.

Fictions du complot

La fiction du complot prend son essor parallèlement à celui du roman et de l’État-nation, fondant un imaginaire sociopolitique de la modernité qui n’a ensuite cessé de se développer et de se reconfigurer. Au tournant du xixesiècle se multiplient en Europe les figures fictives de comploteurs, qui ressurgiront à chaque période de crise. Au cours des xxe et xxie siècles, les discours conspirationnistes prolifèrent de manière presque ininterrompue dans l’aire atlantique et au-delà. S’ils ont fait l’objet de diverses approches sociologiques, politologiques, historiques, médiatiques, rhétoriques ou anthropologiques, les fictions littéraires du complot sont pour l’heure abordées soit de façon très générale – dans le cadre d’approches panoramiques relevant des études culturelles, par exemple – soit de manière circonscrite, par l’analyse philologique des œuvres d’un seul auteur ou d’une seule autrice. En proposant une étude collective inédite des fictions du complot des xxe et xxiesiècles, attentive autant au macro- qu’au microtexte, ce numéro de la revue ELFe XX-XXI entend contribuer à combler une lacune au sein des études littéraires de langue française.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Fictions du complot (ELFE XX-XXI)

Parution : Le Théâtre de science-fiction : premiers éléments de cartographie (ReS Futurae n° 18)

ReS Futurae, n° 18, “Le Théâtre de science-fiction : premiers éléments de cartographie”, dir. de Romain Bionda, en ligne, 2021.

Depuis une dizaine d’années au moins, on trouve avec une régularité certaine des éléments science-fictionnels au théâtre. Celui-ci a par ailleurs donné à la science-fiction quelques-unes de ses œuvres les plus célèbres, à l’instar de R.U.R. (1921) de Karel Čapek. Il est toutefois rare de faire une place à la science-fiction dans les études théâtrales, tout comme il est rare de faire une place au théâtre dans les études science-fictionnelles. Ce numéro entend interroger cette incuriosité réciproque et engager l’étude de la SF au théâtre. Mais plutôt que d’identifier un corpus de «théâtre de science-fiction» à faire exister comme tel, il s’agit d’en questionner les modes d’existence. L’ambition n’est pas de planter un drapeau pour délimiter un territoire, mais d’assembler des éléments de cartographie permettant de se déplacer avec plus d’aisance dans un paysage nébuleux : celui des multiples formes et fonctions de la SF au théâtre, telle qu’elle s’y présente, mais aussi telle qu’on la perçoit et telle qu’on l’énonce.

INTRODUCTION

Romain Bionda
Cartographier la science-fiction au théâtre [doi.org/10.4000/resf.10505]

POINTS ET ZONES DE PROJECTION

Danielle Chaperon
« Ascénir » le space opera : de Joël Maillard à Bruno Latour [doi.org/10.4000/resf.9649]

Yann-Guewen Basset
D’une eschatologie heurtée par la science-fiction : les genèses clivées du blitz theatre group et du Groupe la Galerie [doi.org/10.4000/resf.9495]

Aurélien Maignant et Roberta Alberico
Du théâtre de science-fiction politique au macro-événement culturel : étude de cas sur Vous êtes ici (en compagnie des créatrices) [doi.org/10.4000/resf.9554]

Anne Pellus
Présence du futur en danse contemporaine (devenirs hybrides et rêves cybernétiques) [doi.org/10.4000/resf.9699]

Continuer la lecture de Parution : Le Théâtre de science-fiction : premiers éléments de cartographie (ReS Futurae n° 18)

Parution : De la scène à la pellicule (dir. Rémy Campos, Alain Carou, Aurélien Poidevin)

Rémy Campos, Alain Carou, Aurélien Poidevin (dir.), De la scène à la pellicule. Théâtre, musique et cinéma autour de 1900, L’œil d’or, 2021. 

Au début XXe siècle, le cinéma naissant entretient des rapports étroits avec le spectacle vivant. Les procédés du théâtre, de l’opéra, de la féerie, du ballet ou du café-concert sont alors employés dans les théâtres de prise de vue, ancêtres des plateaux de tournage. Les artistes et techniciens qui construisent les décors, fabriquent les costumes ou réalisent les trucages cinématographiques œuvrent aussi dans les salles de spectacle à Paris et en province. Les metteurs en scène de cinéma ont souvent été régisseurs de théâtres. Devant la caméra, les acteurs reprennent les mêmes gestes expressifs que sous les feux de la rampe. Des histoires identiques sont racontées sur les scènes ou à l’écran. À chaque instant, le cinéma des premiers temps puise dans des traditions scéniques anciennes des ressources nouvelles. 

De la scène à la pellicule documente et interroge la théâtralité du cinéma en France, notamment à partir de productions du Film d’Art, réalisées entre 1908 et 1912. L’ouvrage contient une centaine d’illustrations, de nombreuses sources inédites et deux DVD. Pour trois des 20 films restaurés, l’accompagnement musical originel a été réinterprété, enregistré et synchronisé, permettant pour la première fois de retrouver les conditions de projection d’origine. La musique de L’Assassinat du duc de Guise (Camille Saint-Saëns) est jouée par l’orchestre de la Haute école de musique de Genève dirigé par Laurent Gay, celles de L’Empreinte ou La Main rouge (Fernand Le Borne) et du Retour d’Ulysse (Georges Hüe) sont interprétées au piano par Anne Le Bozec. 

Avec les contributions d’Iris Berbain, Rémy Campos, Alain Carou, Quentin Gailhac, Agnès Hospitalier, Priska Morrissey, Aurélien Poidevin, Valentine Robert, Frédérick Sully, Stéphane Tralongo et des entretiens avec Béatrice de Pastre, Anne Le Bozec, Laurent Gay et Didier Henry. 

2 DVD (pour une durée totale de 4 h 22 m) : L’Assassinat du duc de Guise – L’Empreinte ou La Main rouge – Le Retour d’Ulysse – La Main – Un duel sous Richelieu – L’Enfant prodigue – Mireille – La Tour de Nesle – La Grande Bretèche – Une conquête – Moines et guerriers. Épisode du siège de Saragosse (1808) – Le Luthier de Crémone – Macbeth – Carmen – Lucien Fugère dans Don Juan – Jeanne Hatto dans Iphigénie en Tauride – Émile Cossira dans Roméo et Juliette – La Rançon du bonheur – Manon Lescaut – Œdipe roi. 

Journée d’étude – “Littératures de genre et stratégies littéraires” (ENS de Lyon)

Journée d’étude – “Littératures de genre et stratégies littéraires”

Vendredi 26 novembre 2021

ENS de Lyon

Organisée par Hélène Martinelli (ENS de Lyon, IHRIM) et Raphaël Luis (ENS de Lyon, CERCC)

Programme

10h Accueil des par­ti­ci­pant·e·s

Littérature majeure, lit­té­ra­ture mineure : se situer dans l’espace lit­té­raire

10h30 Sarah MOMBERT (MCF, ÉNS de Lyon)

« Cyrano de Bergerac d’Edmond Rostand, le triom­phe du théâ­tre de genre ? »

11h Matthieu LETOURNEUX (pro­fes­seur, Paris X Nanterre)

« L’écrivain popu­laire, centre de la culture : les auteurs du Fleuve noir et des Presses de la cité dans l’écosystème cultu­rel du second XXe siècle »

11h30 Pauline FRANCHINI (doc­to­rante, Université de Bourgogne)

« Genres mineurs et majeurs chez Gisèle Pineau et Maryse Condé »

12h Discussion

Pause déjeu­ner

Questions de sup­ports

14h Denis SAINT AMAND (cher­cheur FNRS, Université de Namur)

« Torpiller Spirou ? Le Trombone illus­tré, heb­do­ma­daire pirate »

14h30 Stéphanie COLOMBIER-PARMENTIER (doc­teure, aca­dé­mie de Marseille)

« Littératures de genre et stra­té­gies éditoriales en régime numé­ri­que »

15h Vivien BESSIERE (MCF, uni­ver­sité de Limoges)

« Les manuels d’écriture consa­crés aux lit­té­ra­tu­res de genre : entre stra­té­gies économiques et stra­té­gies poli­ti­ques »

15h30 Discussion

Pause café

Deux uni­vers éditoriaux : roman poli­cier et lit­té­ra­ture jeu­nesse

16h30 Marc VERVEL (doc­teur, Université de Paris)

« L’auto­bio­gra­phie de l’écrivain de récits poli­ciers : un genre impos­si­ble ? Agatha Christie et Jean Meckert »

17h Sarah MALLAH (doc­to­rante, Université Gustave Eiffel)

« La lit­té­ra­ture jeu­nesse, une stra­té­gie éditoriale spé­ci­fi­que ? »

17h30 Discussion

 

Journée d’études : Hommage à l’historien Dominique Kalifa. L’histoire en jeu. Vies déviantes et faits divers (Université Paul-Valéry, Montpellier)

Journée d’études : Hommage à l’historien Dominique Kalifa. L’histoire en jeu. Vies déviantes et faits divers

20 novembre 2021, 9h30-17h

Université Paul-Valéry, Amphithéâtre de Pierrevives, 907 Rue du Professeur Blayac 34000 Montpellier

TRAM Ligne 3 : arrêt “Hôtel du département” ou Ligne 1 : arrêt “Halles de La Paillade”

Cette journée, pensée dans le sillon des recherches menées par l’historien Dominique Kalifa, disparu à l’automne 2020, souhaite différer des colloques d’hommage pour mettre en avant son goût pour le jeu. Chaque participant va choisir dans le journal de son choix un article (fait divers énigmatique, canard, canular, petite annonce…) mettant en scène une incongruité du quotidien, un déraillement de la logique, une petite vie déviante soudainement placée sous les feux des projecteurs. Dans un premier temps, une lecture théâtralisée de l’article aura lieu. Dans un second temps, chaque participant, dans l’esprit des travaux de Dominique Kalifa, expliquera en quoi ce petit fait est un symptôme éclairant les peurs, les désirs, les aspirations de la société qui l’a produit ou un régulateur des affects et des sensibilités. L’objectif est d’identifier certaines thématiques chères à Dominique Kalifa : le fait divers, le crime, le sensationnalisme, la presse, les marginaux, le bagne, les bas-fonds, l’érotisme…

Télécharger le programme

Organisé dans le cadre de l’exposition “La science à la poursuite du crime Alphonse Bertillon, pionnier des experts policiers”.

Renseignements : 04 67 67 37 68 / psecondy@herault.fr

 

Appel à contributions : Sérieganiennes. Les séries des années Reagan (1981-1989) (En ligne)

Journées d´études : “Sérieganiennes. Les séries des années Reagan (1981-1989)”

8 octobre 2021, 10 décembre 202128 janvier 2022, en ligne

Échéance des propositions : 13 septembre 2021

Cette série de journées d’études sera dévolue aux séries des années Reagan, englobant tour à tour teen dramas et autres school shows, séries familiales, soaps, polars, séries d’animation, séries surnaturelles ou de science-fiction. Ces études génériques s’accompagneront d’interventions généralistes portant sur l’esprit de l’époque reaganienne. Les journées se déroulement sur Zoom le 8 octobre 2021, le 10 décembre 2021 et le 28 janvier 2022.

Dans les faits comme dans l’imaginaire collectif, Reagan aura sans doute été, avec Roosevelt et Kennedy, le président le plus marquant du XXe siècle. Comme Kennedy, il a su utiliser les médias de masse pour se construire un personnage, un album d’images d’Epinal reprenant et resémantisant les stéréotypes du rêve américain ; en l’occurrence celui de l’Ouest américain et du vigilante. Roosevelt avait inauguré une nouvelle ère dans les années 1930 avec le New Deal établissant sur le sol américain un état-providence. Reagan, dont on oublie souvent qu’il avait commencé sa carrière comme Démocrate, s’employa justement à attaquer systématiquement ce welfare state en réduisant drastiquement les dépenses publiques et en remettant le marché aux commandes. Mais, à n’en pas douter, son entreprise fut encore davantage idéologique qu’économique comme en atteste clairement sa campagne de 1984, « It’s morning in America ». Rêvant d’en finir avec la contre-culture des années 1960 et 1970, de « nettoyer Berkeley » (« clean up the mess at Berkeley ») de ses contestataires (« communist sympathizers, protesters, and sex deviants ») et de redorer l’image des Etats-Unis ternie par le Vietnam et les impuissances de l’administration Carter, il est parvenu à discréditer l’idée même que l’État puisse intervenir dans l’économie pour aider les pauvres, réglementer la conduite des entreprises ou soutenir l’intérêt public. Insistant sur le fait que le gouvernement est la cause de tous les maux de la société (« government is not the solution to our problem, government is the problem »), le mot d’ordre est clair : « laissez le marché tranquille, et chacun s’en portera mieux ». De ce point de vue, le reaganisme, loin d’être seulement une parenthèse dans l’histoire du XXe siècle, continue de dominer le débat public, aux États-Unis et ailleurs. Pareillement, les fictions télévisées reaganiennes (qui excèdent de beaucoup la période 1981-1989) ont fixé les règles qui, pour beaucoup, régissent encore quantité de séries d’aujourd’hui, de Chicago Police Department à Blue Bloods (la famille de policiers-justiciers de celle-ci porte justement pour nom Reagan et l’on voit clairement au mur du bureau de Frank Reagan un portrait de Teddy Roosevelt, chef de la police de New York avant d’être président et modèle de Ronald Reagan à bien des égards).

Continuer la lecture de Appel à contributions : Sérieganiennes. Les séries des années Reagan (1981-1989) (En ligne)

Marion Brachet (EHESS)

marion.brachet@ehess.fr

Marion Brachet (Dax, 1996) est doctorante en musicologie à l’EHESS – École des Hautes Études en Sciences Sociales (Paris, France) et à l’Université Laval (Québec, Canada). Elle a travaillé de 2019 à 2021 comme chargée d’enseignement à l’EHESS dans le master Arts, Littératures, Langages. Après avoir soutenu en 2018 un mémoire de master sur les récits dans le rock progressif, elle travaille maintenant à une thèse de doctorat portant sur les récits des musiques rock et folk des années 1960 à 1980. Elle cherche à comprendre ce que racontent respectivement les chansons rock et folk, comment les récits y sont mis en musique, mais aussi comment ils sont perçus par les auditeurs et dans quelle mesure ils participent à la définition des traditions rock et folk.

Doctorante en cotutelle : EHESS, ED 286, mention « Musique, histoire, société »

Université Laval (Québec, Canada), département de Musicologie

Directeurs de thèse : Esteban Buch (EHESS) et Serge Lacasse (ULaval)

Sujet de thèse : La narrativité dans les musiques populaires : enjeux génériques et politiques des musiques rock et folk des années 1960 aux années 1980

Centres de recherche : CRAL (EHESS) / OICRM-ULaval

Mémoire de master : « Les récits dans le rock progressif. Approches croisées en narratologie et musicologie », sous la direction de Marc Chemillier. Master Arts et Langages, EHESS, soutenu en 2018. https://www.academia.edu/39159191/Les_r%C3%A9cits_dans_le_rock_progressif_Approches_crois%C3%A9es_en_narratologie_et_musicologie

Continuer la lecture de Marion Brachet (EHESS)

Appel à communications : Les années 1920 au Québec : reconfiguration de l’espace culturel et nouvelles modélisations littéraires, artistiques et médiatiques (Université de Montréal)

Les années 1920 au Québec  : reconfiguration de l’espace culturel et nouvelles modélisations littéraires, artistiques et médiatiques

Université de Montréal 

Les 10 et 11 mars 2022

Échéance des propositions : 5 juillet 2021

English version follows.

Organisé par Stéphanie Bernier (CRILCQ-Université de Montréal), Vanessa Blais-Tremblay (CRILCQ-Université du Québec à Montréal, IREF), Caroline Loranger(CRILCQ-Université du Québec à Montréal) et Adrien Rannaud (Université de Toronto), dans le cadre des 60e journées d’étude de l’Association québécoise pour l’étude de l’imprimé (AQÉI).

Il est devenu courant de voir s’établir, dans le discours public, un parallèle entre l’époque contemporaine, marquée par l’actuelle pandémie de COVID-19, et la décennie 1920, au sortir de l’épidémie de grippe espagnole de 1918-1919. Si une telle comparaison appelle assurément son lot de nuances (Chabot, 2021), force est cependant de constater que l’espoir des lendemains qui chantent marque aussi le retour d’un imaginaire des « années folles » dans le discours public, chrononyme désignant une période caractérisée par un relatif essor économique, une effervescence sur le plan de la création artistique et culturelle, mais également durant laquelle germent déjà les inquiétudes qui éclateront au grand jour, au lendemain de la crise économique de 1929.

Continuer la lecture de Appel à communications : Les années 1920 au Québec : reconfiguration de l’espace culturel et nouvelles modélisations littéraires, artistiques et médiatiques (Université de Montréal)

Appel à contributions : D’argot à zygomatique : “San-Antonio de A jusqu’à Z”. Colloque international Frédéric Dard (Université de Bourgogne)

Colloque international : D’argot à zygomatique : « San-Antonio de A jusqu’à Z »

Hommage à Frédéric Dard à l’occasion du centenaire cent-unième anniversaire de sa naissance.

Université de Bourgogne

Échéance des propositions : 15 septembre 2021

100 ans, c’est bien, 101 ans, c’est mieux !

Du fait de la pandémie, le colloque initialement prévu à l’occasion du centenaire de la naissance de Frédéric Dard a été reporté d’un an.

Le « Phénomène San-Antonio », tel était le titre de la première rencontre universitaire autour de l’écrivain. Nous étions alors en 1965, lors d’un séminaire de littérature générale, à Bordeaux. Frédéric Dard y était convié par Robert Escarpit. Entouré d’un aéropage de professeurs qui lui demandèrent ce qu’il avait retenu des propos des uns et des autres, mal à l’aise dans le rôle d’écolier qui lui était assigné, Frédéric Dard eut ses mots : 

« J’avais fabriqué une montre. Vous venez de la démonter en deux temps trois mouvements, et maintenant vous me demandez de dire l’heure ! Je ne sais pas si vous vous rendez compte, mais désormais je vais écrire avec le stylo entre les jambes ! Comment en serait-il autrement puisque j’ai vu de quelle façon vous décortiquez ma prose ». 

Est-ce à dire que la relation entre l’écrivain et la critique universitaire commençait mal ? Non. Frédéric Dard fut flatté de cette reconnaissance académique. Preuve s’il en est : Vas-y Béru, roman publié aussitôt après cette rencontre, fut dédié à Robert Escarpit, de la part de son « Séminariste reconnaissant ».

Continuer la lecture de Appel à contributions : D’argot à zygomatique : “San-Antonio de A jusqu’à Z”. Colloque international Frédéric Dard (Université de Bourgogne)