Archives par mot-clé : XXe siècle

Parution : Écrivains et artistes en revue. Circulations des idées et des images dans la presse périodique entre France et Italie (1880-1940) (dir. Alessandra Marangoni, Julien Schuh)

Alessandra Marangoni, Julien Schuh (dir.), Écrivains et artistes en revue. Circulations des idées et des images dans la presse périodique entre France et Italie (1880-1940), Turin, Rosenberg & Sellier, coll. “Biblioteca di studi francesi”, 2022.

Au tournant des XIXe et XXe siècles, les «petites revues» de littérature et d’art ont été de véritables laboratoires d’expérimentation esthétique, mais aussi des lieux de discussion, de débats, d’échanges à une echelle internationale. C’est aussi au sein de ces périodiques, qui circulaient à travers toutes les grandes villes européennes, que se sont tissées et consolidées les relations culturelles entre la France et l’Italie. Leurs collaborateurs, tels Remy de Gourmont, Ricciotto Canudo, Guillaume Apollinaire ou Giovanni Papini, ont oeuvré de concert à l’émergence de réseaux artistiques et littéraires.

Les revues, objets collectifs, hétéroclites, mêlant les genres (poésie, roman, chroniques, critique, beaux-arts) et les médias (texte, illustration, photographie, experimentations typographiques voire musique) sont par nature des lieux de comparaison, de dialogue, de réappropriation, de jonction entre des champs et des espaces culturels différents.

L’étude de ces périodiques permet de dévoiler les mécanismes des échanges culturels internationaux dans l’Europe de la Belle Époque.

Ce volume collectif, issu de deux Journées d’étude à Padoue et à Paris, offre des pistes pour repenser l’histoire des circulations culturelles entre l’Italie et la France au prisme des revues. Continuer la lecture de Parution : Écrivains et artistes en revue. Circulations des idées et des images dans la presse périodique entre France et Italie (1880-1940) (dir. Alessandra Marangoni, Julien Schuh)

Parution : Television before TV. New Media and Exhibition Culture in Europe and the USA, 1928-1939 (Anne-Katrin Weber)

Anne-Katrin Weber, Television before TV. New Media and Exhibition Culture in Europe and the USA, 1928-1939, Amsterdam University Press, 2022.

Television before TV rethinks the history of interwar television by exploring the medium’s numerous demonstrations organized at national fairs and international exhibitions in the late 1920s and 1930s. Building upon extensive archival research in Britain, Germany, and the United States, Anne-Katrin Weber analyses the sites where the new medium met its first audiences. She argues that public displays offered spaces where television’s symbolic, cultural, political, and social definitions were negotiated and eventually stabilized; for the historian, the exhibitions therefore constitute crucial events to understand not only the medium’s pre-war emergence, but also its subsequent domestication in the post-war years. Designed as a transnational study, her book highlights the multiple circulations of artefacts and ideas across borders of democratic and totalitarian regimes alike. Richly illustrated with 100 photographs, Television before TV finally emphasizes that even without regular programmes, interwar television was widely seen.

Anne-Katrin Weber is a television historian with a special interest in non-institutional televisual uses and technologies. Her work is at the intersection of media history and archaeology, science and technology studies, and exhibition studies. She holds a PhD from the University of Lausanne, Switzerland, and is currently a NOMIS Fellow at eikones. Centre for the Theory and History of the Image (University of Basel). Her research has been published in English and French; she has edited several journal issues and volumes.

Appel à contributions : La presse dans l’Empire colonial français – XIXe-XXe s. (Le Mans Université)

Colloque international : La presse dans l’Empire colonial français – XIXe-XXe siècles

Le Mans Université, 21-22 juin 2023

Échéance des propositions : 1er août 2022

Les études de presse (presse périodique et revues) portant sur les espaces coloniaux sont encore relativement rares et commencent à peine à bénéficier des avancées conceptuelles et méthodologiques qui ont marqué le renouvellement en France depuis une quinzaine d’années de l’histoire et de la critique des périodiques en métropole (Blandin, Charle, Delporte, Kalifa, Mollier, Robinet, Thérenty, Vaillant…), elles-mêmes en partie tributaires du renouveau des études sur l’histoire du livre, de la lecture, et des pratiques culturelles liées à l’écrit (Chartier, Cavallo, Lyons, Lahire…). La presse des colonies (à distinguer de la presse « coloniale » publiée en métropole) n’est encore souvent convoquée que comme source documentaire, ou seulement évaluée en fonction du positionnement de tel ou tel titre dans l’échiquier politique local. La prise en compte des organes de presse animés par les autochtones est plus faible encore, à l’exception parfois de ceux qui ont hébergé un temps de grandes figures littéraires et politiques, et/ou qui ont joué un rôle explicite dans l’accession à l’indépendance. Or la presse périodique constitue un excellent point d’entrée pour étudier les transformations politiques, sociales et culturelles, et identifier au plus près le système complexe des interactions entre les différentes forces socio-ethniques en présence et au travail dans le cadre colonial – interactions qui ne peuvent être décrites seulement en termes d’imitation, de confrontation, d’aliénation, ou de simple transfert.

Centrées sur l’Empire colonial français (colonies, mandats, protectorats, concessions) et sur la période 1830-1960, les propositions peuvent porter (liste non limitative) sur les rapports entre la presse métropolitaine et la presse publiée dans les colonies, sur les liens entre les différents espaces coloniaux (emprunts, circulation des textes), sur les relations entre presse francophone et presse publiée dans les langues locales, sur le rôle de la presse dans l’émergence d’élites locales et dans les mutations culturelles et politiques des sociétés colonisées, sur l’articulation entre presse « autochtone » des espaces coloniaux et les modalités précoloniales locales de publication et d’information et enfin sur les problèmes d’accessibilité des collections, de localisation des fonds et l’usage des outils numériques en vue de leur exploitation.

Les propositions (300 mots environ) accompagnées d’une brève bio-bibliographie (150 mots environ) sont à adresser avant le 1er août 2022 à l’adresse suivante : colloquepressecolonies@gmail.com.

Les participants seront notifiés le 15 septembre 2022.

Colloque : Congrès Médias 19 – Numapresse

Congrès Médias 19 – Numapresse – Programme complet

30 mai – 3 juin 2022, Centre culturel canadien et Bibliothèque nationale de France, Paris

Le projet scientifique franco-québécois Médias 19, articulé autour de la plateforme numérique www.medias19.org et le projet scientifique international Numapresse organisent un congrès à Paris pour faire état de la recherche actuelle sur la presse, à l’heure de la numérisation des corpus. Ce congrès interrogera notamment la circulation internationale des textes, genres, formats de presse, la rééditorialisation des contenus du journal et proposera une histoire culturelle et littéraire de la presse du dix-neuvième au vingt-et-unième siècle, en mobilisant les grands corpus de presse numérisés et les nouveaux outils de lecture fournis par les humanités numériques.

Le congrès, piloté par Guillaume Pinson (Université Laval) et Marie-Ève Thérenty (Université Paul Valéry Montpellier 3), se tiendra du 30 mai au 3 juin 2022. Les trois premières journées se dérouleront au Centre Culturel canadien, les deux suivantes à la BnF. Un hommage à Dominique Kalifa, historien du crime, de la presse et des imaginaires culturels, clôturera la manifestation.

Comité d’organisation : Nejma Omari, Claire-Marine Parodi, Guillaume Pinson, Marie-Ève Thérenty

Programme

Lundi 30 mai – Centre culturel canadien

9h00-10h00 Séance 1, Grand auditorium

Guillaume Pinson (Université Laval) et Marie-Ève Thérenty (Université Paul-Valéry Montpellier 3) : Introduction du congrès

Pierre-Carl Langlais (Numapresse), conférence d’ouverture

Modéliser le journal : nouvelles perspectives sur deux siècles de presse numérisée

Continuer la lecture de Colloque : Congrès Médias 19 – Numapresse

Appel à communication : Colloque international “La littérature aux champs. La ruralité dans le texte et l’image de la littérature et de la littérature pour la jeunesse contemporaine (XXe-XXIe siècles)” (UCLouvain et ULille)

Colloque international: « La littérature aux champs. La ruralité dans le texte et l’image de la littérature et de la littérature pour la jeunesse contemporaine (XXe-XXIe siècles) »

1-2 décembre 2022

Louvain-la-Neuve

Organisé par : GRIT (UCLouvain)-ALITHILA (ULille)

Programme Horizon 2020 « Comics » (Conseil Européen de la Recherche-UGent)

Présentation

Depuis plusieurs années, les médias rendent compte d’une crise mondiale qui touche à une réalité devenue de plus en plus prioritaire : la Nature. Réchauffement climatique, pollution, érosion des terres, appauvrissement des sols, déforestation, épuisement de la biodiversité… Autant de causes et d’effets qui préoccupent un nombre de plus en plus important de savants comme de citoyens lambdas, de jeunes et de moins jeunes, en Europe et ailleurs. Mais qu’en est-il de cette crise quand on se focalise sur cette Nature particulière qu’est la campagne ? Continuer la lecture de Appel à communication : Colloque international “La littérature aux champs. La ruralité dans le texte et l’image de la littérature et de la littérature pour la jeunesse contemporaine (XXe-XXIe siècles)” (UCLouvain et ULille)

Séminaire: “La prospective vue par un géographe et un historien” (Epitech, Paris)

Séminaire: “La prospective vue par un géographe et un historien”

18 mars 2022, 14h-17h

Laboratoire MNSHS Epitech Paris 14-16 rue Voltaire 94270 Kremlin-Bicêtre

Organisé par Marie Puren et Émilie Richard

Présentation

Le laboratoire MNSHS (Méthodes numériques appliquées aux sciences humaines et sociales) a le plaisir d’accueillir Dominique Royoux, professeur de géographie à l’Université de Poitiers, et Pierre-Antoine Marti, doctorant en histoire à l’EHESS, au sein du CRH – Grihl pour une séance consacrée à la perception et à l’utilisation de la prospective en Histoire et en Géographie.

Le séminaire est hybride et peut donc être suivi en présentiel ou en distanciel. Pour assister à la séance, il suffit d’envoyer un mail à recherche@epitech.eu en précisant le mode de participation. Nous vous enverrons le lien de connexion en retour. Continuer la lecture de Séminaire: “La prospective vue par un géographe et un historien” (Epitech, Paris)

Colloque : “Le cinéma en France de 1908 à 1919” (Centre national du cinéma et de l’image animée)

Colloque international : “Le cinéma en France de 1908 à 1919”

16, 17 et 18 mars 2022, Centre national du cinéma et de l’image animée

Organisation

Carole Aurouet (Université Gustave Eiffel) et Béatrice de Pastre (Centre national du cinéma et de l’image animée).

Comité scientifique

Carole Aurouet (Université Gustave Eiffel), Morgan Corriou (Université Paris 8), Laurent Guido (Université de Lille), Béatrice de Pastre (Centre national du cinéma et de l’image animée), Clément Puget (Université Bordeaux Montaigne) et Laurent Véray (Université de la Sorbonne Nouvelle).

Projet anr Ciné08-19

Ciné08-19, projet de recherche financé par l’Agence nationale de la Recherche, vise à mettre en exergue le rôle essentiel des années 1910 sur le chemin de l’institutionnalisation du cinéma. Cette période, assez peu explorée par la recherche, est celle où s’est mis en place le cinéma tel qu’on le connaît aujourd’hui au plan de ses structures économiques et industrielles. Outre le système de location des copies, le développement des salles spécialisées, la standardisation de la production, sous l’égide du modèle Pathé frères, elle marque un tournant essentiel dans la manière dont les films sont fabriqués et reçus, en accord avec un processus général de « narrativisation ». C’est ainsi qu’a émergé la conception « classique » qui gouverne encore l’essentiel de la production audiovisuelle : celle de la représentation d’un espace-temps continu, via le montage par raccords, au service d’un récit. Ciné08-19 explore cette « transition » vers le cinéma classique à travers de multiples sources, film et non-film, devenues accessibles récemment grâce au travail de nombre de centres d’archives et de conservation, publics et privés. Elles sont scrutées par un consortium et une équipe élargie, constituée à la fois de chercheurs universitaires et de représentants des institutions patrimoniales partenaires. Le consortium de Ciné08-19 – porté par Laurent Véray (Université de la Sorbonne Nouvelle) – est composé de Carole Aurouet (Université Gustave Eiffel), Teresa Castro (Université de la Sorbonne Nouvelle), Béatrice de Pastre (Centre national du cinéma et de l’image animée), Magali Mélandri (Musée départemental Albert-Kahn), Christophe Gauthier (École nationale des Chartes), Clément Puget (Université Bordeaux Montaigne), Cécile Roger (Établissement de Communication et de Production Audiovisuelle de la Défense) et Véronique Rossignol (Cinémathèque française). Ce consortium reçoit également les contributions régulières de l’Université de Lille, de l’Université de Lorraine-Metz, de la Bibliothèque littéraire Jacques Doucet (Paris) et des Archives départementales de la Gironde. Le séminaire mis en œuvre autour de ce groupe élargi, a accueilli de nombreux chercheurs français et étrangers qui ont permis d’éclairer la période d’un jour nouveau. Ciné08-19 s’est aussi attaché à reconstituer les séances de cinéma de cette période caractérisées par leur hybridité. Des spectacles construits à partir de programmes d’époque retrouvés en archives, associant films projetés dans des copies restaurées (scène comique, actualités, documentaire, dessin animé, film scientifique, phono-scène, mélodrame patriotique) et attractions (musique, chants, acrobaties, jongleries) ont été présentés à un public non spécialiste aux festivals de Blois, Compiègne, Toute la mémoire du monde de la Cinémathèque française, à l’auditorium du Louvre, aux Rencontres d’été théâtre & lecture en Normandie… Ces initiatives permettent de valoriser les travaux de la recherche et de les partager avec un large public qui retrouve ainsi toute la richesse du spectacle cinématographique, notamment pendant la Première Guerre mondiale.

Du 20 novembre 2021 au 6 mars 2022 s’est tenu aux Archives départementales de la Gironde à Bordeaux l’exposition Ciné 08-19 « Ils y viennent tous… au cinéma ! L’essor d’un spectacle populaire (1908-1919) » dont le commissariat a été assuré par Laurent Véray. Le catalogue de l’exposition a été publié par les éditions Le Passage.

Continuer la lecture de Colloque : “Le cinéma en France de 1908 à 1919” (Centre national du cinéma et de l’image animée)

Appel à contributions : “La culture pop dans le post-communisme et au-delà” (Meridian Critic)

Meridian critic, “La culture pop dans le post-communisme et au-delà”

Date limite de soumission des articles complets : 31 mars 2022

La culture pop occidentale a été l’un des facteurs culturels qui ont contribué de manière significative à la chute du rideau de fer en 1989. L’industrie de la musique pop et de la vidéo, les films hollywoodiens, les produits commerciaux (jeans Levi’s, baskets Adidas ou Nike, Coca Cola), les magazines de mode, etc. étaient, pour les Européens de l’Est, des incarnations du rêve de liberté et de prospérité. On peut donc dire que la culture pop occidentale était subversive par rapport au camp communiste. La situation dans la période post-communiste est différente, la culture pop devenant la culture dominante. Au cours des trente dernières années, les transformations ont été majeures et diverses. Elles ont conduit à une aggravation de la crise de la «haute culture», à un déclin spectaculaire de l’audience de la culture pop locale ou à l’imposition de nouvelles tendances culturelles ayant un impact mondial. On peut parler d’une influence de la culture pop occidentale sur la musique roumaine (de nouvelles tendances musicales telles que le hip hop ont émergé), mais aussi sur la littérature, la génération née après 2000 étant notamment très influencée par ce type de culture. Ces transformations ont également conduit à l’émergence de nouvelles institutionnalisations et pratiques sociales propres à la société de consommation : l’acuisition de nouveaux sens par l’environnement urbain à travers la publicité, le développement de la culture des centres commerciaux, du pique-nique et du tourisme automobile. L’expansion mondiale de l’Internet n’a fait qu’accroître l’influence de la culture pop au-delà des sources de transmission nationales : la télévision et les autres médias locaux. Elle a conduit à l’émergence des réseaux sociaux en ligne et a profondément influencé la culture des jeunes. 

Meridian critic publiera des articles présentant de nouvelles approches interdisciplinaires dans les domaines thématiques suivants : 

  • l’influence de la culture pop sur la littérature et les autres domaines culturels (musique, art, cinéma, etc.) ; 
  • la culture pop en tant que discours (aspects axiologiques, idéologiques, etc.), transformations au cours des 30 dernières années, hybridation de la culture pop dans le post-communisme ; 
  • médias, publicité et culture pop dans le post-communisme ; 
  • paradigmes discursifs «post» : postcommunisme, postcolonialisme, postmodernisme. 

Les articles peuvent être rédigés en roumain, anglais, français ou allemand. Les communications (7000 mots maximum), accompagnées d’un résumé en anglais (200 mots maximum) et d’une courte présentation de l’auteur (une notice biographique de 400 mots maximum) doivent être envoyées à mircea_a_diaconu@hotmail.com et meridian.critic.flsc@gmail.com. Pour plus de détails sur les règles et le style d’écriture, veuillez respecter les exigences figurant sur le site web de la revue : http://meridiancritic.usv.ro/index.php?page=norme-de-redactare

Appel à contributions : Marguerite Duras et la culture populaire (Université de Lille)

Journée d’étude annuelle Marguerite Duras : Marguerite Duras et la culture populaire

Vendredi 7 octobre 2022, Université de Lille, Maison de la recherche

Université de Lille (ALITHILA) – Société internationale Marguerite Duras 

Échéance des propositions : 30 avril 2022

Gagner l’estime des élites intellectuelles et être lu par le plus grand nombre, rares sont les écrivains qui ont osé tenir ce pari sans s’y brûler les ailes. Si Marguerite Duras a longtemps souffert d’une réputation ambiguë, ce n’était pas sans lien avec cette ambition. Pourtant, dans le monde hypermédiatique qui est le nôtre, plus de 25 ans après la disparition de l’autrice, l’on peut se demander si elle n’a pas joué un rôle de précurseur, en assumant les influences populaires et en consentant à entrer de plain-pied dans la culture de masse, bâtissant au fil du temps un personnage public qui a, le succès croissant, fait grincer de plus en plus de dents.

Faisant fi des bienséances prêtées au métier d’écrire, Duras a tenu chronique dans l’émission de télévision Dim dam dom dans les années 1960, s’est rendue dans des usines pour lire des poèmes d’Henri Michaux à des ouvriers, s’est plu à interroger des enfants sur toutes sortes de sujets, a pris part à de grands débats de société (l’affaire Villemin entre autres) : tout semble prétexte à briser les cloisons qui opposent traditionnellement culture d’élite et culture populaire. L’auteur d’Outside et de L’Été 80 n’a dénigré ni la presse à grand tirage, ni le cinéma, ni la télévision, ni la chanson populaire, ni même la publicité ; ses textes et ses films affichent une imprégnation par toutes sortes de genres considérés comme mineurs : le conte de fées, la bande dessinée, la littérature sentimentale, etc. Touche-à-tout, Duras faisait œuvre de tout matériau, à travers des supports de grande diffusion, qui ne correspondaient pourtant pas, à l’époque, aux prescrits de l’art noble qu’est la littérature.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Marguerite Duras et la culture populaire (Université de Lille)

Parution : Petits soldats dans la Grande Guerre. Les combattants juvéniles dans la littérature française entre 1914 et 1918 (Daniel Aranda)

Daniel Aranda, Petits soldats dans la Grande Guerre. Les combattants juvéniles dans la littérature française entre 1914 et 1918, Presses Universitaires de Lyon, 2022. 

Disponible au format numérique sur OpenEdition

Entre 1914 et 1918, la littérature populaire et de jeunesse met régulièrement en scène des enfants et des adolescents qui aspirent à se battre contre l’ennemi allemand. Leur engagement est poutant illicite : l’âge minimum requis pour rejoindre l’armée est de 17 ans.

Victime, fugueur, vengeur, frondeur, le personnage du combattant juvénile est d’autant plus apprécié du public que les romanciers savent tirer parti du patriotisme propre à la période. Mais ces auteurs cherchent également à peser sur l’opinion des lecteurs, sur leurs convictions. Entre littérature et propagande, ils rusent alors avec les contraintes réglementaires pour justifier les actions de leurs jeunes héros.

Exhumant un corpus de romans, nouvelles, contes journalistiques ou historiettes, dont une grande partie, publiée dans des périodiques, était tombée dans l’oubli, Daniel Aranda propose dans cet ouvrage une analyse de ce personnage politiquement incorrect qu’est l’enfant-soldat. Véritable métaphore de la France en danger de mort des premiers mois du conflit, ce dernier sera concurrencé puis supplanté par la figure du « poilu », représentatif de la guerre de position des années suivantes. Une anthologie vient compléter cette étude, offrant à la lecture une trentaine de ces textes jusqu’alors introuvables.

Daniel Aranda est agrégé en lettres, docteur en littérature générale et comparée et maître de conférences en langue et littérature françaises à l’Université de Nantes. Il est également membre du Centre de recherche en éducation de Nantes (CREN EA2661). Il interroge la notion de personnage à travers les phénomènes de récurrence romanesque et de morphogenèse dans le domaine du conte populaire.