Archives par mot-clé : XIXe siècle

Appel : Poétique du Chat Noir

Appel à communication

Poétique du Chat Noir (1882-1897)

Colloque international, Bibliothèque Historique de la Ville de Paris,

jeudi 6 et vendredi 7 décembre 2018.

 

Image : Affiche du « Chat Noir » par Théophile-Alexandre Steinlen

Organisateurs : Caroline Crépiat (Université Clermont Auvergne – CELIS), Denis Saint-Amand (HEL – Université de Namur – COnTEXTES) et Julien Schuh (Université Paris Nanterre – HIRIM).

Comité scientifique : Paul Aron (Université libre de Bruxelles – FNRS), Laurent Bihl (Paris 1 – CRHXIX), Phillip Dennis Cate (Rutgers University, émérite), Philip Kaenel (Université de Lausanne), Ségolène Le Men (Université Paris Nanterre – HIRIM), Évanghélia Stead (Université de Versailles – CHCSC), Valérie Stiénon (Université Paris 13 – PLÉIADE), Marie-Ève Thérenty (Université Paul-Valéry – RIRRA21 – Numapresse), Alain Vaillant (Université Paris Nanterre – HIRIM), Jean-Didier Wagneur (CLCF-Université Paris Nanterre).

Malgré le regain d’intérêt, ces quinze dernières années, pour l’étude de la presse du XIXe siècle[1], un titre phare de la fin de siècle, Le Chat Noir, n’a jamais fait l’objet d’une étude approfondie en tant que journal. C’est en effet surtout à l’histoire de l’art ou de la culture montmartroise que nous devons la majorité des recherches sur ce périodique, qui est souvent réduit à une fonction d’archive. Ses textes, ses illustrations, relevant essentiellement de la blague, n’auraient guère d’intérêt, à l’exception des productions de quelques collaborateurs notoires – Paul Verlaine, Alphonse Allais, Léon Bloy, Caran d’Ache, Jules Jouy, Charles Cros, Willy, George Auriol, Adolphe Willette – qu’on a souvent détachées de leur contexte de publication original pour les mettre en recueil. Comment expliquer alors la longévité de cette feuille – quinze ans, 690 numéros – si son contenu était d’une telle indigence ? Ce colloque se propose de poursuivre l’exploration du Chat Noir – entendu ici comme l’ensemble des pratiques qui s’organisent sous cet emblème : une revue, un cabaret et un collectif – en envisageant comme centrale la question de la production écrite. En somme, de prendre au « SÉRIEUX QUAND MÊME » les écrits d’un collectif qui, de façon systématique, tourne en dérision tout discours sérieux et les codes qui en découlent, et peut à ce titre aujourd’hui souffrir de sa réputation blagueuse.                                                       Continuer la lecture de Appel : Poétique du Chat Noir

Parution : villes et crimes

Nicolas Gauthier, Lire la ville, dire le crime. Mise en scène de la criminalité dans les mystères urbains de 1840 à 1860, Limoges, PULIM « Médiatextes », 2018.

Des brutes sauvages et sanguinaires rôdant au coeur de la cité, des policiers qui volent, des médecins qui assassinent, des surhommes punissant en dehors des lois : les mystères urbains offrent au lecteur une imposante galerie de criminels dans une société où les honnêtes gens semblent confinés au rôle de victime. Leur principale contribution au mythe de la ville moderne consiste ainsi à cristalliser une criminalité urbaine anxiogène et à affirmer déchiffrer un espace social chaotique et incompréhensible pour le non-initié.
Entre 1840 et 1860, E. Sue, A. Dumas, P. Féval, L.-F. Raban, C. Robert et E.-F. Vidocq offrent chacun leurs mystères urbains. De ce riche corpus, Continuer la lecture de Parution : villes et crimes

Appel : lectures du journal

Call for Papers   (pour le 5 mars 2018)

Interrupted Reading – Follow-on Readings: Reading Journals 

International conference of the DFG Research Unit “Journal Literature” (FOR 2288) 

17-19 September 2018 

Ruhr-Universität Bochum 

Image : Le Cabinet de lecture de Johann Peter Hasenclever (1843).

The international conference “Lektüreabbruch – Anschlußlektüren: Journale lesen” (“Interrupted Reading – Follow-on Readings: Reading Journals”) will take place from 17-19 September 2018 at the Ruhr-Universität Bochum. It will be organized by DFG Research Unit 2288, Journal Literature, in the framework of the programme priority “Coherence/interruption”. The aim of the conference is to examine journals of the 19th and early 20th century, taking the concrete materiality of the journal’s form of publication, and its potential to govern reception, as a methodological starting point. The specific temporality and materiality of journal literature governs processes of generation and superimposition of meaning, and both the conditions and the consequences of these processes will be explored. Areas of enquiry will therefore include materially offered reading paths and directions of reading, forms of reflection on journal mediality, and journal-specific logics of format and practices of reception. Case studies are welcome, as are historical and international comparisons, or work in the area of comparative media studies. Proposals focusing on the following areas are invited:

  1. Conditions: production/distribution/communication 

The contemporary reading of journals is subject to specific historical conditions. Developments in the production and distribution of the periodical press can thus be seen as dictating reception processes: they form the technological and economic basis for the diverse forms of periodicity, thereby determining the pace and rhythm of journal reception, and they develop formats and economies which condition journal-specific reception processes. In this sense, discontinuous reading of periodical publications is to be regarded as an effect of journalistic conditions, which are worthy of closer examination. The same goes for the development of coherence-forming practices of reception. This is closely linked with cultural, institutional and medial conditions of contemporary reading, which mediate the media-specific openness of the journal, and develop journal-specific forms of communication. Some of the questions to be asked here are: What developments in printing technology govern the timing of journal reception? At what pace, in what ways, and via what institutions do journals reach their readership? What economic considerations underlie periodical interruptions and their literary counterparts, cliffhangers? In which formats are there tendencies to encourage and institutionalize communication with readers, and what binding force is generated by relevant sections of journals, i.e. the printing of readers’ letters, or sections for correspondence and advertising?

  1. Forms: materiality/time/space 

Secondly, the conference will investigate the temporal and spatial format-related conditions of journal publications, and their effects on the reception of journal literature. The basic temporal and textual-spatial conditions of the journal as a media format, conditions to which both the publication and reading of journals are subject, are not aimed at closure, but at continuation, not at homogeneous coherence, but at heterogeneous diversity and permeable boundaries between written and pictorial components. Possible areas of enquiry therefore include forms of seriality and sequentiality, as well as narrative, thematic or media-format-specific forms of periodic interruption and the development of coherence, which condition both interruptions in reading and follow-on readings. The aim will be to examine micro and macro levels of coherent and discontinuous reception, and ways in which the materiality of journals governs reception: What reading paths and directions of reading are offered by narrative, structural, textual or visual elements? What modes of reception do journals, in their specific structure, mediality and materiality, invite? What reader expectations can be reconstructed in this way, and how are these fulfilled or disappointed?

  1. Consequences: practices/semantics 

The economic and institutional parameters and the resulting forms of journal communication, with their respective format-related conditions, favour the development of certain practices of reception and corresponding semantics. This raises the question of what practices of reception are implied by the logic of the format, which is based on coherence/interruption. The development of coherence takes place, for example, on the level of archiving: the binding of a year’s issues into a single volume, the issuing of title pages, the supplying of covers at the end of the year, and perhaps even indexes or library classification systems emphasize the nature of journals as works. Another question to be asked in this context – as part of the focus on coherence and interruption – is how to evaluate different options for reception resulting from parallel editions of a journal with differences in quality and design, or different intervals of publication (daily, weekly or monthly); different rhythms of distribution (e.g. depending on the place of residence of the subscriber) should also be taken into account. In this context we would also welcome contrasting studies on book and journal reception, on contexts of reception relevant across different works, and on ‘migrating’ texts and figures, which transcend the boundaries of more than one issue or of different journals. Removed from the context of the individual journal, individual (segments of) texts appear as mediated through decontextualized and recontextualized practices, embedded in partly private, partly public forms of reception and presentation such as scrapbooks, albums, reprints or grangerized books. These also seem a promising object of study in the framework of this section.

Submissions

Presentations should be 25 minutes long. The conference languages will be English and German, but papers in French are also welcome. Travel and accommodation costs will be covered by the research unit organizing the conference. Applicants should send an abstract (maximum length 500 words) and a short CV (maximum length 150 words) to journalelesen@rub.de by 5 March 2018.

The conference will be organized by sub-projects 2 (Nicola Kaminski, Volker Mergenthaler, Nora Ramtke, Sven Schöpf) and 6 (Monika Schmitz-Emans, Christian A. Bachmann) of DFG Research Unit 2288, Journal Literature.

Please address any queries to journalelesen@rub.de

Website of the research unit: https://journalliteratur.blogs.ruhr-uni-bochum.de/

Appel : Marginalité en littérature populaire

Pour sa prochaine livraison, à paraître mi-2018, La revue L’Ull crític lance un appel à contribution pour un numéro portant sur la marginalité dans la littérature populaire.

 L’Ull crític est une revue d’études de langue et de littérature françaises et francophones. Elle contient des articles originaux et inédits portant sur les domaines cités, en plus d’autres sur des aspects culturels, de littérature comparée, de réception. Ses langues de rédaction sont le catalan, le castillan et le français.

Responsables du numéro : Dr. Àngels Santa – Dr.Carme Figuerola

Descriptif :

La littérature populaire est déjà en soi même une littérature de la marge par les circonstances de sa naissance et par l’emplacement  Continuer la lecture de Appel : Marginalité en littérature populaire

Colloque : utopie sociale au XIX siècle

« L’utopie sociale dans la littérature française du XIX siècle », Università di Salerno, 5-6 décembre 2017

Responsables scientifiques

BRIGITTE DIAZ et AGNESE SILVESTRI

Colloque organisé avec le soutien de / Convegno organizzato con il contributo di Ateneo di Salerno – Dipartimento di Studi Umanistici – Centro Linguistico di Ateneo – Institut français Italia

Comité scientifique

BRIGITTE DIAZ (Université de Caen-Normandie) – SUSI PIETRI (Università di Macerata) – AGNESE SILVESTRI (Università di Salerno) – DAMIEN ZANONE (Université catholique de Louvain)

Organisation

AGNESE SILVESTRI, asilvestri@unisa.it VINCENZO DE SANTIS,  vdesantis@unisa.it

BIBLIOTECA DI STUDI LETTERARI E LINGUISTICI – BÂTIMENT D3, 3è ÉTAGE

  • 5 DÉCEMBRE

14h30 – Ouverture du Colloque Continuer la lecture de Colloque : utopie sociale au XIX siècle

Colloque : Ville et roman populaire

Romanesque et ville dans le roman populaire du XIXe au XXIe s. : documents, indices, stratégies

Du 12 octobre 2017 au 13 octobre 2017

Université Picardie Jules Verne, Amiens, Logis du Roy

Ce colloque international et pluridisciplinaire s’inscrit dans le cadre d’un programme Balaton (de coopération franco-hongroise, sur financement européen) porté, d’une part, par le Centre d’Etudes des Relations et des Contacts Linguistiques et Littéraires (axe Roman & Romanesque) de l’Université de Picardie Jules Verne et, d’autre part, par le Département des Sciences de la Communication et des Médias et le Département des Études Françaises de l’Université de Debrecen, en Hongrie. Il en constitue le second volet, après un séminaire de recherche organisé à Debrecen en 2016 pour préciser les questions propres au romanesque de la ville dans le roman populaire européen du XIXe au XXIe siècle. L’ensemble des travaux sera publié à l’automne 2018 dans la revue Romanesques (chez les Classiques Garnier).

Comment les romanciers plongent-ils leurs lecteurs dans une ville volontiers labyrinthique ? Comment l’écriture de cette ville mystérieuse et mouvante, lieu d’aventures souvent incroyables, Continuer la lecture de Colloque : Ville et roman populaire

Appel : sérialité au XIXe siècle

CALL FOR PAPERS: « SERIALS, CYCLES, SUSPENSIONS »

Interdisciplinary Nineteenth-Century Studies Conference, http://incsscholars.org

March 1-4, 2018 at the Hotel Whitcomb in San Francisco, CA Host

Institution: San Francisco State University Lead

Organizer: Sara Hackenberg, shackenb@sfsu.edu

CFP deadline: October 15, 2017

The nineteenth century was shaped by serial forms of organization, production, and communication. By the nineteenth century the idea of the « series » had moved from the discipline of mathematics into the culture at large, as theories of temporal and spatial connection became dominant organizing principles for systems of knowledge developed in laboratories, libraries, and museums. Implied within seriality is both the continuity of cycles and the discontinuity of suspensions.

INCS 2018 invites proposals for papers having to do with any aspect of nineteenth-century seriality, including, but not limited to:

SERIAL CULTURE (PRINT, LITERARY, VISUAL ARTS, THEATER, Continuer la lecture de Appel : sérialité au XIXe siècle

Parution : « Mousquetaires »

Mousquetaires ! – Cahiers Alexandre Dumas n°43

sous la direction de Matthieu Letourneux et Isabelle Safa, Classiques Garnier, 2017. 

Image (extrait) : Fabien Calvez, Mousquetaire, éd. Delcourt

L’essor du roman historique au XIXe siècle engage la représentation de l’histoire dans un dialogue avec les imaginaires contemporains de la culture médiatique. En convoquant des personnages du passé, les écrivains les redéfinissent pour en faire des stéréotypes romanesques tout en leur associant des traits attendus qui construisent une représentation de l’Histoire. L’un des exemples les plus frappants de cette reconfiguration par la littérature est la figure du mousquetaire immortalisée par le roman d’Alexandre Dumas, qui participe de la construction d’une identité collective. Cet imaginaire évoluera en fonction des mutations sociales, politiques et culturelles qui redéfinissent le personnage et les significations qui lui sont associées.

Les contributions réunies dans ce Cahier correspondent aux Actes de la journée d’études organisée au Musée de l’Armée le 7 juin 2014 et consacrée aux « héroïsmes passés relus par la fiction : la figure du Mousquetaire (XIXe-XXe) ».

Contributeurs et contributrices  : Julie Anselmini, Thomas Conrad, Lise Dumasy, Gérard Gengembre, Brigitte Krulic, François Lagrange, Matthieu Letourneux, Sarah Mombert, Jacqueline Razgonnikoff , Isabelle Safa, Angels Santa et Claude Schopp.

Parution : Victorien Sardou

Drames et pièces historiques de Victorien Sardou

Classiques Garnier, 2017

 

Image : « Victorien Sardou (1831-1908), sa femme et ses enfants dans le grand salon de leur maison de Marly-le-Roi » par Auguste de la Brély, vers 1885. Huile sur toile. Paris, musée Carnavalet.

 

Victorien Sardou (1831-1908) – l’auteur de La Tosca et de Madame Sans-Gêne, l’ami de Sarah Bernhardt et de Coquelin – s’illustra dans la comédie, le vaudeville, la féerie et le drame. Brillantes et bien ficelées, propices au déploiement de la mise en scène et aptes à soulever l’enthousiasme de publics très divers, ses œuvres furent jouées, traduites et adaptées dans le monde entier.
Les six premiers volumes du Théâtre complet réunissent les 16 grandes pièces de la maturité : Patrie ! et La Haine (tome I), Fédora, La Tosca et Spiritisme (tome II), Thermidor et Robespierre (tome III), Les Merveilleuses, Madame Sans-Gêne et Paméla, marchande de frivolités (tome IV), Théodora, Cléopâtre et Gismonda (tome V), La Sorcière, Dante et L’Affaire des poisons (tome VI). Le premier tome comprend en outre une biographie de l’auteur.
Il s’agit de la première édition critique du théâtre de Victorien Sardou, établie à partir des manuscrits, éditions et livrets de mise en scène de l’époque de l’auteur, ainsi que de quantité d’autres archives.

Elle a été réalisée sous la direction d’Isabelle Moindrot par une équipe de dix universitaires en études théâtrales, littérature Continuer la lecture de Parution : Victorien Sardou

Parution : Scandales de Paris

La Vierge du Trottoir, Dubut de Laforest, collection « Les Oubliés », La Taupe médite (éditions du CMZ)

En octobre 1898, Dubut de Laforest et son nouvel éditeur, Fayard, se lancent dans l’entreprise prodigieuse des Derniers Scandales de Paris. Le défi qu’ils se lancent consiste à présenter au public une vaste série romanesque composé de 37 épisodes, totalisant plus de 5000 pages, et diffusée le plus largement possible. Rien de moins !
Depuis qu’il s’est installé à Paris, en 1881, Dubut de Laforest a écrit une trentaine d’ouvrages, des romans, principalement, mais aussi des recueils de contes et des pièces de théâtre. De cette manière, il a acquis une certaine notoriété, laquelle est accrue pas la condamnation de son roman, Le Gaga, pour « outrage aux bonnes mœurs » en 1886. Continuer la lecture de Parution : Scandales de Paris