Archives par mot-clé : XIXe siècle

Parution : Femmes de spectacle au XIXe siècle (F. Fix, V. Ponzetto)

Florence Fix, Valentina Ponzetto, Femmes de spectacle au XIXe siècle, Berne, Bruxelles, Peter Lang, coll. “Dramaturgies”, 2022.

Quelle est la place des femmes dans l’industrie du spectacle du XIXe siècle au-delà des métiers de performance très exposés qu’exercent les actrices, chanteuses, et danseuses ? Comment les femmes qui dirigent une salle ou une troupe peuvent-elles se frayer un chemin dans un milieu socio-économique considéré principalement comme une affaire d’hommes ? Comment être autrice, organisatrice de tournées et de programmations, critique littéraire, écuyère ou maîtresse de ballet ?

Dans une perspective pluridisciplinaire et internationale, ce volume propose des interprétations et des réponses à ces enjeux qui embrassent le monde du spectacle dans sa diversité et sa complexité. Les contributrices proposent de jouer au féminin l’adaptation à un milieu socio-professionnel masculin, entre défi des préjugés et mimétisme, censure, voire autocensure, et affirmation de soi, utilisation avisée des aléas de la vie familiale et professionnelle et création de nouveaux réseaux.

Continuer la lecture de Parution : Femmes de spectacle au XIXe siècle (F. Fix, V. Ponzetto)

Appel à contributions : L’invention de l’art populaire (1830-1870) (encyclopédie Bérose, dir. Michela Lo Feudo)

L’invention de l’art populaire (1830-1870) (encyclopédie Bérose, dir. Michela Lo Feudo)

Échéance des propositions : 15 décembre 2022. 

Bérose est une encyclopédie internationale des histoires de l’anthropologie. Doté d’un conseil scientifique international, de dix-huit équipes de recherche et d’un réseau de contributeurs en expansion constante provenant de tous les continents, Bérose est un projet d’humanités numériques en libre accès, partisan d’une science ouverte de qualité. Son site internet est navigable en français et en anglais. Éditeur scientifique (ISSN 2648-2770), Bérose publie régulièrement, tout au long de l’année, des articles encyclopédiques en plusieurs langues (français, anglais, espagnol, portugais et italien), qui ont fait l’objet d’une évaluation par les directeurs et le comité éditorial. Créé en 2006 par Claudie Voisenat (ministère de la culture, Héritages), Jean-Christophe Monferran (CNRS, Héritages), dirigé à partir de 2008 par Daniel Fabre (EHESS, IIAC-LAHIC), le programme est dirigé depuis novembre 2016 par Christine Laurière (CNRS, Héritages) et Frederico Delgado Rosa (Université NOVA de Lisbonne, CRIA).

Dans le cadre de ses activités éditoriales, Bérose lance un appel à contributions pour le thème de recherche interdiciplinaire L’invention de l’art populaire (1830-1870), dirigé par Michela Lo Feudo (Università degli Studi di Napoli Federico II).  Les langues de publication seront le français, l’anglais et l’italien.

Ce thème de recherche entend interroger l’émergence du débat autour de la notion d’art populaire avec ses implications idéologiques, formelles et esthétiques dans le milieu artistique et culturel de la France entre la Monarchie de Juillet et le Second Empire. Si l’ensemble des productions artistiques relevant de la culture populaire existe certes avant le XIXe siècle, les études menées par Daniel Fabre montrent que, dans la période située entre le post-romantisme et la première génération réaliste, ce vaste champ hétéroclite commence à catalyser, de manière inédite, l’intérêt d’un certain nombre d’auteurs exprimant l’émergence d’une nouvelle sensibilité. Autour d’eux, prend pied un réseau d’échanges intellectuels qui mérite d’être creusé, un réseau susceptible, d’un côté, de discuter les hiérarchies esthétiques dominantes ; de l’autre, d’alimenter un moment de réflexion théorique important pour le développement de savoirs ethnographiques qui seront de plus en plus structurés les décennies suivantes autour des notions de folklore, de peuple, de primitif, d’enfantin, de nation, de tradition, d’arts et traditions populaires, de culture matérielle, de techniques traditionnelles à partir des travaux de la génération de savants nés sous la Troisième République dont Van Gennep, Patrice Coirault et Paul Delarue, par exemple. 

Continuer la lecture de Appel à contributions : L’invention de l’art populaire (1830-1870) (encyclopédie Bérose, dir. Michela Lo Feudo)

Appel à contributions : Voyager dans les séries télévisées situées au XIXe siècle (revue Astrolabe)

Revue Astrolabe : “Voyager dans les séries télévisées situées au XIXe siècle”

Échéance des contributions : 20 janvier 2023

La série Le Tour du monde en 80 jours (France TV/Rai/ZDF, 2022) constitue un bon exemple du renouvellement des fictions historiques auquel on assiste depuis quelques années. Les personnages sont à la fois plus divers (un personnage féminin est rajouté dès le début de l’expédition) et dotés d’une psychologie plus complexe ; la narration est émaillée de micro-intrigues et d’analepses ; et la série célèbre, avec anachronismes et intertextualité cinématographique, les décors et la technologie du XIXe siècle victorien. La question demeure : que fait cette série, et d’une manière générale, que font les séries historiques, du thème central dans le roman de Jules Verne, celui du voyage ?

Que ce soit par le voyage temporel, l’uchronie ou les archétypes de la Fantasy, « l’ailleurs » apparaît selon des tropes et motifs évocateurs de la posture de l’explorateur, du gentleman bourlingueur ou du colon issus de la littérature du XIXe siècle. Ainsi, les séries steampunk emploient des figures de mercenaires et de globe-trotteurs, non sans référents historiques précis, comme celui de l’expédition pour trouver la source du Nil dans Penny Dreadful (ITV, 2014-2017) ou de l’explorateur Joseph-Elzéard Bernier dans Murdoch Mysteries (CBC, 2008-).

Quand les personnages voyagent réellement, ce sont les moyens de transport qui sont objets d’attention, à la fois pour leur esthétique et pour leur capacité à fournir des dispositifs narratifs singuliers. La minisérie Dracula (Netflix, 2020) réalise tout un épisode sur la macabre traversée de la Manche par Dracula, alors que cette étape fait l’objet d’une ellipse dans le roman de Bram Stoker. Dans Murdoch Mysteries (CBC, 2008), le protagoniste éponyme se rend fréquemment en-dehors de sa ville de Toronto pour résoudre des enquêtes, mais les trajets en calèche ou en train sont eux-mêmes déjà des parcours périlleux, qui vont en réalité occuper toute la durée de l’épisode. Temps suspendu, course contre la montre comme dans Le Tour du monde en 80 jours : les aléas du voyage à l’ère de la Révolution industrielle sont toujours affaire de rythme dans les séries néo-victoriennes.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Voyager dans les séries télévisées situées au XIXe siècle (revue Astrolabe)

Parution : Écrire l’histoire, n° 22, “Chanson, histoire, mémoire”

Écrire l’histoire, n° 22, “Chanson, histoire, mémoire”, dir. Jean Vigne, Paris, CNRS éditions, 2022.

« Les albums dignes d’intérêt avaient beau sortir par brassées, celui-là occultait tous les autres, comme s’il parvenait à concentrer sur ses quatre faces, au-delà de ses radicales qualités, le son de l’époque. On peut rationaliser tant qu’on veut, souligner la cohérence du projet, la qualité des morceaux, l’excellence de la production, l’atout majeur de London Calling, d’autant plus évident avec le recul, c’est que, comme tous les disques phares qui balisent l’océan du rock, il résume à lui seul un moment capital de l’histoire. » Antoine de Caunes, Dictionnaire amoureux du rock, 2e éd. Plon, 2020, article « Clash, The », p. 88.

Peut-on écrire l’histoire sans prêter l’oreille aux chansons ? Et les chanteurs, les chanteuses dont nous aimons fredonner les succès, ne sont-ils pas eux-mêmes les premiers chroniqueurs de notre histoire en train de se faire ? Alors que monte en puissance, dans le champ universitaire, la reconnaissance de la chanson comme vecteur poétique efficace d’un discours social et politique, et par conséquent comme objet historique majeur, notre dossier explore ces liens de la chanson avec l’histoire, sur la base d’exemples très variés, qui vont des couplets des légionnaires romains au rap français le plus contemporain, en passant par les refrains satiriques de la Fronde ou du règne de Louis XV, la romance du XIXe siècle, le musical hollywoodien, la canción protesta espagnole, cubaine ou vénézuélienne, le rock polonais de l’ère communiste, etc. Ces études de cas, focalisant le plus souvent l’attention sur un petit nombre de chansons soigneusement choisies, en mettant en valeur les traces d’une expérience individuelle et collective de la chanson, illustrent les enjeux politiques et mémoriels du genre, les façons très diverses dont il devient lieu de mémoire, dont il participe de l’écriture de l’histoire et suscite la curiosité légitime des historiographes, de Suétone à Robert Darnton, sans oublier Jules Michelet. Ce travail d’équipe, né dans la cadre du projet Idex L’Air du temps à l’Université de Paris (ANR-18-IDEX-0001), réunit les études convergentes de chercheuses et chercheurs venus de disciplines diverses (littérature, musicologie, histoire, sociologie) et soucieux de les faire dialoguer. Qu’ils en soient ici remerciés !

Continuer la lecture de Parution : Écrire l’histoire, n° 22, “Chanson, histoire, mémoire”

Parution : Faits divers & vies déviantes – XIXe-XXIe siècle (R. Pinker)

Roy Pinker, Faits divers & vies déviantes – XIXe-XXIe siècle, Paris, Éditions du CNRS, 2022.

Un « chourinage » dans la Seine en 1890, l’empoisonnement d’une archiduchesse d’Autriche par ses bas noirs en 1894, l’inquiétude autour d’une maison hantée à Yzeures-sur-Creuse en 1897, la mystérieuse disparition d’un étudiant en 1906, l’explosion de l’outil piégé d’un marbrier en 1914, un meurtre de chien en 2015 : voilà quelques-unes des affaires sélectionnées ici par Roy Pinker dans la presse du XIXe au XXIe siècle. Ces faits divers, incidents, accidents, canulars, délits, voire crimes, mettent en scène une incongruité du quotidien, un déraillement de la logique, une petite vie obscure ou infâme soudainement rendue visible par un journal.

Ces petits faits curieux, loin d’être insignifiants, apparaissent alors comme les symptômes des inquiétudes ou des enthousiasmes d’une société ; ils forment les éléments significatifs d’un vaste imaginaire social et médiatique, qui passionnait l’historien du crime, Dominique Kalifa, auquel ce livre est dédié, abordant tous ses sujets de prédilection : le fait divers, le sensationnalisme, les marginaux, la Belle Époque, le bagne, les bas-fonds, l’érotisme.

Pour Faits divers et vies déviantes (2022), Roy Pinker dissimule une trentaine d’universitaires, de journalistes et d’écrivains, amis de Dominique Kalifa auquel le livre rend hommage. L’ouvrage a été piloté par Marie-Ève Thérenty.

Préface d’Alain Corbin.

Roy Pinker était un pseudonyme collectif utilisé par les journalistes de Détective dans les années trente pour faire croire que leur hebdomadaire avait aux États-Unis un dynamique correspondant particulier et pour pratiquer en fait un journalisme inventif, créatif et parfois romancé. Ce pseudonyme a été repris par une équipe d’historiens de la presse (voir le projet Numapresse) qui signent ainsi des livres inventifs avec une écriture plus grand public que les ouvrages académiques.  

Appel à contributions : Magic. Enchantment and Disenchantment (University of Oxford)

Call for Papers : Twenty-first Annual Conference – Society of Dix-Neuviémistes

Magic: Enchantment and Disenchantment / La Magie : enchantement et désenchantement

University of Oxford (Christ Church), 27 – 29 March 2023

(La version française suit)

Proposals should be sent to sdn.proposals@yahoo.co.uk by 30 November 2022.

In addition to papers with links to the 2023 conference theme, ‘Magic’, for which the regular Call for Papers can be consulted below, we invite submissions for individual papers or panels on:

Research Methodology and/or Theory:  five ten-minute papers and questions*

Pedagogy Roundtable: five ten-minute papers and discussion*

*work-in-progress papers warmly welcomed

We invite individual papers or panels on subjects related to the conference theme, on topics including, but not limited to:

  • The power of the imagination
  • Voyages: the magic of travel; the disenchantment of the world
  • Magical worlds: utopias and dystopias
  • Exoticism as Magic
  • Magic money: get rich quick schemes, stock market bubbles and crashes
  • Magic money: the ‘oncle d’Amérique’, the sudden inheritance and other forms
  • of deus ex machina
  • Romanticism and ‘l’école du désenchantement’ (Bénichou)
  • Le merveilleux and le fantastique (Todorov)
  • Folklore
  • Miracles, transformations and epiphanies
  • Enchantment, fantasy, faërie
  • Belief and scepticism
  • Rationalism and the irrational
  • Mystery and the unexplained; Ghosts
  • The occult and prophecy
  • Spells, Mediums, turning tables, speaking with the dead
  • Witches (Michelet) and Mages (Sâr Péladan…)
  • Demons, devils, and dangerous fairies
  • Science as disenchantment/science as enchantment
  • The Magic of technology: la fée électricité and other innovations
  • Shock and Surprises: the unexpected
  • Poetry as incantation
  • Literature/Poetry as alchemy
  • The Writer/The Poet as alchemist; The Poet as demiurge
  • Art and the uncanny; the artist as magician; the Pygmalion myth
  • Fantastic illustrations and caricatures: Gustave Doré, Grandville…
  • Rewritings of the Mille et une nuits and of Perrault’s Histoires ou contes du temps passé
  • Rewritings of plots and motifs found in les contes de fées (Maupassant, Lorrain)
  • The magic of performance
  • Staging Magic: Acts of illusion and theatrical representations of magic
  • The reception of the Gothic novel in France
  • Hoffmann in France
  • Power over nature and natural forces

Continuer la lecture de Appel à contributions : Magic. Enchantment and Disenchantment (University of Oxford)

Appel à contributions : La “civilisation du journal” dans les espaces méditerranéens de la fin du XVIIIe s. à la Première Guerre mondiale (Université Côte d’Azur, Nice)

Colloque : La “civilisation du journal” dans les espaces méditerranéens de la fin du XVIIIe s. à la Première Guerre mondiale

Jeudi 23 et vendredi 24 mars 2023, Université Côte d’Azur, Nice.

Échéance des propositions : 10 novembre 2022.

À partir de la fin du XVIIIe siècle, une grande transformation médiatique a marqué la transition entre les anciens régimes et le monde contemporain, avant de s’approfondir tout au long du XIXe siècle. Entre les gazettes de la fin de l’époque moderne et les organes de la presse de masse apparus un siècle plus tard, une véritable « civilisation du journal » (D. Kalifa, P. Régnier, M.-È. Thérenty, A. Vaillant, 2011) s’est épanouie, au gré des luttes pour la liberté de la presse, du développement industriel et de l’alphabétisation massive des populations. Si pendant longtemps l’historiographie a privilégié un prisme politique pour l’étudier, depuis deux décennies les recherches ont porté une grande attention aux dimensions culturelles, sociales et matérielles des journaux.

C’est ce renouvellement historiographique qu’il s’agit d’approfondir, à partir d’un terrain d’étude : les espaces méditerranéens. Ceux-ci n’ont pas été précurseurs dans le développement d’une presse moderne, à l’inverse d’espaces plus septentrionaux (comme le Royaume-Uni) ou atlantiques (États-Unis). Toutefois, les départements méditerranéens français, l’Italie, l’Espagne, puis des espaces plus orientaux, telle la Grèce, sont entrés progressivement dans cette nouvelle « civilisation du journal ».L’objectif n’est pas d’envisager un espace médiatique proprement méditerranéen, mais plutôt la manière dont, à partir de la fin du XVIIIe siècle, ces territoires, avec leurs caractéristiques propres (rôle fondamental des villes portuaires dans les réseaux journalistiques) et leurs liens extérieurs (qui les relient aux espaces septentrionaux) sont entrés progressivement dans la modernité médiatique.

Continuer la lecture de Appel à contributions : La “civilisation du journal” dans les espaces méditerranéens de la fin du XVIIIe s. à la Première Guerre mondiale (Université Côte d’Azur, Nice)

Parution : L’histoire feuilletée. Dispositifs intertextuels dans la fiction historique du XIXe siècle (dir. Saminadayar-Perrin Corinne et Bernard Claudie)

Saminadayar-Perrin Corinne et Claudie Bernard (dir.), L’histoire feuilletée. Dispositifs intertextuels dans la fiction historique du XIXe siècle, Presses Universitaires de Rennes, 2022. 

Au XIXe siècle, toute fiction historique constitue une sorte de millefeuille de papier. Elle utilise en effet un abondant matériau historiographique et se réfère éventuellement à des sources d’époque ; elle emprunte à la fiction antérieure, historique ou non. Les récits activent ainsi un dispositif intertextuel complexe, fondé sur la reprise et la reconfiguration de situations, de scénarios, de figures, d’images, de postures auctoriales. Leur dynamique transdiscursive leur permet de problématiser les schémas narratifs, les modèles interprétatifs, les partis pris idéologiques, de proposer des perspectives inédites. Volontiers ironiques, les fictions historiques interrogent à la fois la capacité de l’histoire à faire sens, et les pouvoirs épistémologiques et émotionnels de la fiction.

avec le soutien du laboratoire RIRRA 21 de l’université Paul-Valéry Montpellier 3

Claudie Bernard, professeure à New York University, est l’auteur d’ouvrages sur les savoirs et les représentations de la famille en France au XIXe siècle, ainsi que de trois livres sur le roman historique, dont les deux derniers, Le Passé recomposé, le roman historique français au XIXe siècle et Si l’Histoire m’était contée, le roman historique de Vigny à Rosny aîné, sont parus chez Classiques Garnier en 2021.

Corinne Saminadayar-Perrin, professeure à l’université Paul-Valéry Montpellier 3, a consacré une grande partie de ses travaux à l’oeuvre de Vallès ainsi qu’à l’écriture de l’histoire au XIXe siècle. Elle a notamment co-dirigé, avec Jean-Marie Roulin, l’ouvrage collectif Fictions de la Révolution, paru aux Presses universitaires de Rennes en 2017.

Appel à contributions : Dispositifs spectaculaires dans le long XIXe siècle (Université de Lausanne)

Conférence internationale : Dispositifs spectaculaires : cultures visuelles, littéraires et matérielles de l’émerveillement dans le long XIXe siècle

Université de Lausanne,  1-2 décembre 2022

Échéance des propositions : 18 septembre 2022

Ce colloque vise à investiguer, dans une optique d’interdisciplinarité, valeurs, critères et modalités qui régissent les représentations de l’émerveillement, de l’étonnement et des approches spectaculaires dans la culture visuelle du long XIXe siècle. Une attention particulière sera portée à la manière dans laquelle les notions d’émerveillement et de spectaculaire sont dépeintes, perçues, diffusées, mises en question, reprises et modifiées.
L’importance croissante des individualités liée à la période romantique, ainsi qu’une demande grandissante d’images, ont nourri, entre autres, les représentations d’émerveillement et de spectaculaire, entendu comme l’étonnant, l’impressionnant, le sensationnel, l’extra-ordinaire. L’industrialisation, tout comme les nouvelles technologies, a sans doute aidé à développer des nouvelles formes d’expression visuelle et culturelle. Cette matérialité résulte dans une multitude de supports, médias et pratiques qui se soutiennent mutuellement et se réfèrent les uns aux autres. Peintures, estampes, photographies, écrans portatifs, toute sorte de boîtes à images ou encore des textes littéraires, pour ne mentionner que quelques-uns, contribuent à des synergies et dialogues entre facettes de la matérialité. Dans ce contexte, les représentations de l’émerveillement et du spectaculaire permettent la connexion entre différentes sphères, telles que, par exemple, l’émotionnel et le pragmatique, le fantastique et le réaliste, ou encore le spirituel et le tangible.
Deux aspects sont ici importants dans le cadre de ce colloque : les valeurs de l’émerveillement et du spectaculaire et la capacité de projection et de production d’images qui est ancrée dans ces notions. Dans un premier temps, les valeurs de l’émerveillement et du spectaculaire permettent une analyse multiple de la manière dans laquelle ces notions sont exprimées, des médias qui sont impliqués dans ce processus de matérialisation et des codes et règles sur lesquels elles reposent. L’interdisciplinarité du discours est cruciale pour l’étude des interactions, échanges et correspondance entre plusieurs contextes. Deuxièmement, les représentations de l’émerveillement et du spectaculaire contribuent à la création d’une série d’images et d’espaces imaginaires qui méritent une discussion approfondie. Ces dimensions communiquent entre elles, facilitant l’essor de nouvelles formes de représentation et d’expression menant à des nouvelles réalités visuelles et littéraires, ainsi qu’à des nouveaux dispositifs et thématiques.
L’objectif de ce colloque est de réunir ces multiples dimensions et d’étudier leurs différentes formes d’expression.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Dispositifs spectaculaires dans le long XIXe siècle (Université de Lausanne)

Parution : Écrivains et artistes en revue. Circulations des idées et des images dans la presse périodique entre France et Italie (1880-1940) (dir. Alessandra Marangoni, Julien Schuh)

Alessandra Marangoni, Julien Schuh (dir.), Écrivains et artistes en revue. Circulations des idées et des images dans la presse périodique entre France et Italie (1880-1940), Turin, Rosenberg & Sellier, coll. “Biblioteca di studi francesi”, 2022.

Au tournant des XIXe et XXe siècles, les «petites revues» de littérature et d’art ont été de véritables laboratoires d’expérimentation esthétique, mais aussi des lieux de discussion, de débats, d’échanges à une echelle internationale. C’est aussi au sein de ces périodiques, qui circulaient à travers toutes les grandes villes européennes, que se sont tissées et consolidées les relations culturelles entre la France et l’Italie. Leurs collaborateurs, tels Remy de Gourmont, Ricciotto Canudo, Guillaume Apollinaire ou Giovanni Papini, ont oeuvré de concert à l’émergence de réseaux artistiques et littéraires.

Les revues, objets collectifs, hétéroclites, mêlant les genres (poésie, roman, chroniques, critique, beaux-arts) et les médias (texte, illustration, photographie, experimentations typographiques voire musique) sont par nature des lieux de comparaison, de dialogue, de réappropriation, de jonction entre des champs et des espaces culturels différents.

L’étude de ces périodiques permet de dévoiler les mécanismes des échanges culturels internationaux dans l’Europe de la Belle Époque.

Ce volume collectif, issu de deux Journées d’étude à Padoue et à Paris, offre des pistes pour repenser l’histoire des circulations culturelles entre l’Italie et la France au prisme des revues. Continuer la lecture de Parution : Écrivains et artistes en revue. Circulations des idées et des images dans la presse périodique entre France et Italie (1880-1940) (dir. Alessandra Marangoni, Julien Schuh)