Archives par mot-clé : XIXe siècle

Appel à communications : Écrire en petit, jouer en mineur. Marginalités littéraires, scéniques et médiatiques (1880-1914) (Université Paul-Valéry Montpellier 3)

Colloque : Écrire en petit, jouer en mineur. Marginalités littéraires, scéniques et médiatiques (1880-1914)

12-14 octobre 2022

Université Paul-Valéry Montpellier 3, RIRRA 21 et IRIEC

Échéance des propositions : 15 décembre 2021

Colloque international organisé par Marie-Astrid Charlier et Florence Thérond en partenariat avec La Baignoire, l’écriture en travail.

Sous la IIIe République, nombreux sont les écrivains à développer des pratiques et des postures que l’on qualifiera de mineures, parfois revendiquées comme telles, parfois subies parce qu’imposées par les rapports de force du champ littéraire, notamment pour les femmes qui peinent à s’y faire une place.

« Petits naturalistes », symbolistes, décadents, fumistes (Zutistes, Hydropathes, Hirsutes, Je-m’en-foutistes, etc.) puis naturistes se construisent selon des logiques de sociabilités et de diffusion plus ou moins restreintes alors même que le champ littéraire entre dans la culture de masse. À côté, à rebours ou contre les quelques « grands » écrivains déjà canonisés, les grands genres, les grands formats totalisants hérités du romantisme panoramique et les circuits de diffusion mainstream (grande presse et grandes maisons d’édition), la plupart des écrivains choisissent et/ou subissent des formats réduits. Ils passent par des circuits confidentiels pour happy few ou pour écrivains refusés : petite presse, petites maisons d’édition, souvent impliquées dans des scandales littéraires comme les belges Henry Kistemaeckers et Auguste Bancart, ou encore petites scènes d’avant-garde. Avec son Théâtre-Libre, André Antoine a fait jouer nombre de pièces naturalistes, parfois proches des mouvements anarchistes, et fait découvrir le théâtre d’Ibsen et Strindberg, dont les symbolistes revendiqueront l’héritage par l’intermédiaire d’Aurélien Lugné-Poe, ancien acteur d’Antoine. Cet exemple montre la plasticité des réseaux, voire leur réversibilité, mais aussi le partage de figures tutélaires et de principes esthétiques par des groupes qui ne s’opposent finalement pas tout à fait. C’est dans cette perspective que Jean-Pierre Sarrazac a proposé de parler de « tournant naturalo-symboliste » (1999).

Continuer la lecture de Appel à communications : Écrire en petit, jouer en mineur. Marginalités littéraires, scéniques et médiatiques (1880-1914) (Université Paul-Valéry Montpellier 3)

Parution : Félix Pyat et Eugène Sue, Mathilde, drame, suivi de sa parodie par Gabriel de Lurieu et Michel Masson

Félix Pyat et Eugène Sue, Mathilde, drame, suivi de sa parodie par Gabriel de Lurieu et Michel Masson, Présentation de Barbara T. Cooper avec la collaboration de Roger Little, L’Harmattan , coll. « Autrement Mêmes », 2021.

Mathilde n’est pas la mieux connue des œuvres d’Eugène Sue mais mérite bien qu’on la redécouvre. Écrite en collaboration avec Félix Pyat, la pièce offre une image des dangers que représente pour la France de Louis-Philippe et Guizot l’importance accordée à l’argent et à la mobilité sociale. Le scélérat riche, pervers et froidement cynique qu’est Lugarto, métis brésilien venu s’installer dans la bonne société française, est un monstre qu’il était, et est encore, permis de condamner comme une caricature irrecevable de l’homme noir, mais qu’une bonne partie du public théâtral de l’époque prenait en haine puisqu’il représentait le règne immoral de l’argent. D’autres choisissaient d’en rire, exagérant plus encore les traits détestables du traître pour en faire une parodie. Nous offrons le drame sérieux et sa version parodique dans ce volume ainsi que de nombreux comptes rendus et la liste des traductions-adaptations en langue étrangère.

Lire un extrait

 

Marc Vervel (Université de Paris)

Marc Vervel est PRAG à l’Université de Paris. 

Domaines de recherche
Littérature XIXe-XXIe, avec une prédilection pour le tournant XIXe-XXe ; récit médiatique, récit policier, récit fantastique, le mystère en littérature, la distinction genres hauts-genres bas, tension narrative, immersion narrative. Littérature française et comparée (littératures française et francophone, anglo-saxonne, hispanique et hispanophone, germanique), rapports texte-image, texte-cinéma, littérature et internet.

CV et publications

Parution : Human Evolution and Fantastic Victorian Fiction (Anna Neill)

Anna Neill, Human Evolution and Fantastic Victorian FictionRoutledge, 2021

Following the publication of Darwin’s On the Origin of Species, Victorian anthropology made two apparently contradictory claims: it distinguished « civilized man » from animals and « primitive » humans and it linked them though descent. Paradoxically, it was by placing human history in a deep past shaped by minute, incremental changes (rather than at the apex of Providential order) that evolutionary anthropology could assert a new form of human exceptionalism and define civilized humanity against both human and nonhuman savagery.

This book shows how fantastic Victorian and early Edwardian fictions—utopias, dystopias, nonsense literature, gothic horror, and children’s fables—untether human and nonhuman animal agency from this increasingly orthodox account of the deep past. As they imagine worlds that lift the evolutionary constraints on development and as they collapse evolution into lived time, these stories reveal (and even occupy) dynamic landscapes of cognitive descent that contest prevailing anthropological ideas about race, culture, and species difference.

Continuer la lecture de Parution : Human Evolution and Fantastic Victorian Fiction (Anna Neill)

Parution : Vingt mille lieues sous les mers (Jules Verne, éd. William Butcher)

Jules Verne, Vingt mille lieues sous les mersÉdité par William Butcher, Presses Universitaires de Clermont-Ferrand, 2021. 

Vers février 1868, Jules Verne entame, presque sans repos, la rédaction de ce qui deviendra Vingt mille lieues sous les mers. Ce roman, qui commence à paraître treize mois plus tard, est sans doute le plus ambitieux des Voyages extraordinaires. La maîtrise vernienne se voit dans la grandeur des thèmes et dans le style, alternativement humoristique et majestueux. Vingt mille lieues figure parmi les livres les plus connus de tous les temps et parmi les textes classiques les plus vendus en toute langue.
William Butcher nous livre la relation qui se joue entre Jules Verne et son éditeur Hetzel, deux visions du roman qui s’affrontent, et révèle les nombreuses modifications contraintes contribuant à la naissance d’une première édition sous une forme fortement modifiée de celle du manuscrit, au point que l’auteur exprime des regrets amers pour les idées originales. Son brouillon contient ainsi de larges sections inédites, abondamment citées dans ce volume, qui transmettent un message esthétique, politique et idéologique méconnu.

 

Parution : La Commune en romans (Rocambole n°95/96)

Rocambole, « La Commune en romans », dir. Daniel Compère, n°95/96, été-automne 2021 (à paraître)

Le Rocambole ne pouvait ignorer le 150e anniversaire de la Commune de Paris. Non pour célébrer l’événement ou l’analyser, ni parce qu’il s’agit d’une insurrection populaire, mais parce que de nombreux romanciers l’ont vécu et s’en sont inspirés. Comme l’affaire Dreyfus, elle a divisé pour longtemps les Français, entre fédérés et Versaillais, insurgés et légitimistes. Aujourd’hui, les passions sont retombés (enfin presque !) et voici le temps de regarder ce qu’en disent les romanciers populaires.
Nous sommes en effet frappés — encore une fois — que les ouvrages et articles qui ont l’ambition d’observer les relations entre les écrivains et la Commune, ignorent les romans populaires, ou quasiment tous. Cette ignorance tient au fait que les auteurs de ces travaux en restent souvent aux auteurs légitimés et ne pensent pas à sortir un peu de ce domaine bien balisé. Certes, s’intéresser aux romans populaires demande plus de travail : il faut les repérer dans la presse ou sous des plumes peu connues, les trouver, les lire, les analyser. Mais, comme vous le verrez à la lecture de ce dossier, la recherche en vaut la peine. Il y a des textes tout à fait passionnants dans le secteur qui nous intéresse. Et ils ne manquent pas !

Continuer la lecture de Parution : La Commune en romans (Rocambole n°95/96)

Parution : Égalité, Edward Bellamy

Edward Bellamy, Égalité, Publie.net, 2021 [1897]

Auteur en 1888 de Dans cent ans ou l’an 2000 qui connut un succès mondial et de multiples éditions en France à partir de 1891, Edward Bellamy propose une suite de ce classique de l’anticipation utopique avec Égalité (Equality). De ce second roman, seule « La parabole du réservoir d’eau » a largement été diffusée dans la presse libertaire et socialiste. Mais bien d’autres aspects du texte sont importants : Bellamy place les femmes à égalité avec les hommes (éducation, mariage, vie professionnelle, revenus, vêtements…), se positionne comme auteur précurseur de l’économie distributive (revenus annuels non capitalisables, propriété d’usage…), questionne la défense de l’environnement, la protection des animaux, l’impact des activités humaines sur la Terre, ainsi que l’unité de l’humanité (chaque habitant parle sa langue maternelle et la langue universelle). Il ne néglige pas non plus les progrès techniques et l’on voit apparaître l’électroscope, les disques phonographiques, les voitures à moteur et les véhicules aériens… Il invente également — il écrit ces lignes en 1897 — une « carte de crédit » qui permet aux citoyens du XXe siècle de régler toutes leurs dépenses.
Pour la première fois, ce texte majeur de la littérature d’anticipation utopique est disponible en français.

Traduction de Paul Zimmermann, revue, complétée et modernisée par Philippe Éthuin.

Parution : Ce que publier signifie. Une révolution par l’encre et le papier, Nice (1847-1850) (Julien Contes)

Julien Contes, Ce que publier signifie. Une révolution par l’encre et le papier, Nice (1847-1850)préface rédigée par Jean-Paul Pellegrinetti, Paris, Classiques Garnier, coll. Les Méditerranées, 2021.

À travers l’étude d’une équipe de rédaction qui découvre la liberté de la presse à Nice dans le contexte des révolutions européennes de 1848, ce livre explore, grâce à une riche documentation inédite, des aspects sociaux, culturels et matériels encore méconnus de la civilisation du journal du xixe siècle.

Table des matières

Parution : Dérégler l’art moderne. De la caricature au caricatural, au XIXe siècle (Bertrand Tillier)

Depuis la Renaissance, les peintres ont pratiqué la caricature, d’abord comme un jeu d’atelier, puis comme une intervention politique et sociale à destination de l’opinion publique, à la faveur des Lumières et de la Révolution française. Tout au long d’un xixe  siècle attaché aux normes, aux genres et aux hiérarchies, qui a été le siècle de la reproductibilité technique des images et de la densification de leur circulation, le champ artistique s’est trouvé confronté à l’inflation des images satiriques. Grimaçante et expressive, la caricature a connu une expansion inédite, qui a d’abord été perçue comme une menace pour la peinture, d’autant que Hogarth, Goya, David, Delacroix ou Daumier s’y adonnaient.

Progressivement, cet objet partisan et utilitaire, doté d’une faible légitimité artistique et culturelle, considéré comme ingrat et régressif, quand il ne passait pour vulgaire, a pourtant été disjoint de ses intentions initiales  – le comique, la polémique et la critique –, pour devenir un langage formel. De la sorte, les procédés usuels de l’image satirique  – la déformation, l’exagération, l’altération ou la condensation  – se sont institués en moyens plastiques, selon un double processus de translation et de déterritorialisation qui caractérise aussi la modernité de Courbet, Cézanne ou Ensor.
Cet essai analyse comment, dans l’historiographie, la critique d’art et la pratique même des artistes, la caricature et son arsenal de dérèglements sont devenus, jusqu’au xxe  siècle, le lieu d’invention du caricatural, comme en témoignent les œuvres de Rouault, Klee, Grosz, Picasso, Erró, Basquiat ou Combas.

Appel à contributions : Théâtre et jeunesse au XIXe siècle (Cahiers Fablijes)

« Théâtre et jeunesse au XIXe siècle »

Cahier Fablijes

Échéance des propositions : 1er octobre 2021

Les Cahiers Fablijes sont la revue du séminaire de recherche la Fabrique des littératures des jeunesses, animé par Marion Mas (INSPE-Lyon 1) et Amélie Calderone (IHRIM-CNRS), dont le premier numéro doit paraître à l’automne prochain. Ce groupe de travail entend, dans une perspective interdisciplinaire, mettre au jour et explorer le laboratoire esthétique et pédagogique que put être la littérature de jeunesse au XIXe siècle. Pour son troisième numéro, dirigé par Marine Wisniewski (Lyon 2 – IHRIM), la revue se propose d’explorer les rapports entre théâtre et jeunesse.

Dans l’ouvrage qu’elle consacre à Léon Chancerel, fondateur de l’une des premières troupes professionnelles de théâtre pour la jeunesse dans les années 1930, le Théâtre de l’Oncle Sébastien, Maryline Romain affirme : « Jusqu’au début du XXesiècle, en dehors du cirque, du guignol et des théâtres d’ombres, il n’existe pas en France de théâtre spécifique pour la jeunesse. L’enfant-spectateur découvre le théâtre en famille à travers le répertoire « tout public » (vaudeville, opérettes, mélodrames) des théâtres de boulevard et des troupes ambulantes1 ». Nicolas Faure, auteur d’une thèse pionnière sur le théâtre de jeunesse contemporain, confirme ce propos, soulignant qu’avant le XXe siècle, l’enfant est « soit spectateur aux côtés des adultes, soit spectateur de ses pairs, c’est-à-dire d’autres enfants en représentation d’un théâtre pédagogique ou commercial2 ».

Continuer la lecture de Appel à contributions : Théâtre et jeunesse au XIXe siècle (Cahiers Fablijes)

  1. Maryline Romain, Léon Chancerel : portrait d’un réformateur du théâtre français (1886-1965), Lausanne, L’Âge d’homme, 2005, p. 246. []
  2. Nicolas Faure, Le Théâtre jeune public. Un nouveau répertoire, Rennes, PUR, 2009, p. 8. []