Archives par mot-clé : XIXe siècle

Parution : Albert Robida, de la satire à l’anticipation

Claire Barel-Moisan et Matthieu Letourneux (dir.), Albert Robida, de la satire à l’anticipation, Les Impressions Nouvelles, 2022.

Illustrateur et satiriste de génie à l’influence considérable, Albert Robida (1848-1926) est resté fameux pour ses fresques d’anticipation, comme Le Vingtième siècle ou La Vie électrique, ou pour ses grands dessins de presse. On voit parfois en lui un précurseur de la science-fiction, un prophète visionnaire des sociétés du XXe siècle, ou même l’inventeur avant l’heure de la télévision, du téléphone et du voyage en avion… Contre ces raccourcis quelque peu anachroniques, cet ouvrage a pour ambition de replacer les grandes anticipations de Robida dans leur contexte, celui de la presse satirique et de ses cibles, mais aussi celui des logiques du rire au XIXe siècle : les transports, les médias, les femmes, la technophilie, les spectacles… c’est toute la culture de l’époque qui est passée au crible de sa verve satirique à travers une technique d’exagération qui le conduit à imaginer inlassablement ce que pourraient donner dans l’avenir les mutations qui transforment en profondeur le XIXe siècle finissant.

 

Parution : Utopie : entre non-lieu et contrée idéale (QUêtes littéraires n°11)

Quêtes littéraires, n°11 : « Utopie : entre non-lieu et contrée idéale » 

Table des matières

Avant-propos

François Rosset
D’Amaurote à Dumocala : variations sur les rois en utopie  
https://doi.org/10.31743/ql.13306

Matthieu Founeau
L’Abbaye de Thélème : une enclave soustraite au réel ou le paroxysme d’une société élitiste
https://doi.org/10.31743/ql.13307

Pauline Philipps
La trop fragile utopie de L’Astrée : une variation du pot de terre contre le pot de fer
https://doi.org/10.31743/ql.13308

Stanisław Świtlik
Azor d’Aunillon : l’équivoque du langage dans un récit utopique de 1750
https://doi.org/10.31743/ql.13309 

Continuer la lecture de Parution : Utopie : entre non-lieu et contrée idéale (QUêtes littéraires n°11)

Parution : Le Théâtre de science-fiction : premiers éléments de cartographie (ReS Futurae n° 18)

ReS Futurae, n° 18, “Le Théâtre de science-fiction : premiers éléments de cartographie”, dir. de Romain Bionda, en ligne, 2021.

Depuis une dizaine d’années au moins, on trouve avec une régularité certaine des éléments science-fictionnels au théâtre. Celui-ci a par ailleurs donné à la science-fiction quelques-unes de ses œuvres les plus célèbres, à l’instar de R.U.R. (1921) de Karel Čapek. Il est toutefois rare de faire une place à la science-fiction dans les études théâtrales, tout comme il est rare de faire une place au théâtre dans les études science-fictionnelles. Ce numéro entend interroger cette incuriosité réciproque et engager l’étude de la SF au théâtre. Mais plutôt que d’identifier un corpus de «théâtre de science-fiction» à faire exister comme tel, il s’agit d’en questionner les modes d’existence. L’ambition n’est pas de planter un drapeau pour délimiter un territoire, mais d’assembler des éléments de cartographie permettant de se déplacer avec plus d’aisance dans un paysage nébuleux : celui des multiples formes et fonctions de la SF au théâtre, telle qu’elle s’y présente, mais aussi telle qu’on la perçoit et telle qu’on l’énonce.

INTRODUCTION

Romain Bionda
Cartographier la science-fiction au théâtre [doi.org/10.4000/resf.10505]

POINTS ET ZONES DE PROJECTION

Danielle Chaperon
« Ascénir » le space opera : de Joël Maillard à Bruno Latour [doi.org/10.4000/resf.9649]

Yann-Guewen Basset
D’une eschatologie heurtée par la science-fiction : les genèses clivées du blitz theatre group et du Groupe la Galerie [doi.org/10.4000/resf.9495]

Aurélien Maignant et Roberta Alberico
Du théâtre de science-fiction politique au macro-événement culturel : étude de cas sur Vous êtes ici (en compagnie des créatrices) [doi.org/10.4000/resf.9554]

Anne Pellus
Présence du futur en danse contemporaine (devenirs hybrides et rêves cybernétiques) [doi.org/10.4000/resf.9699]

Continuer la lecture de Parution : Le Théâtre de science-fiction : premiers éléments de cartographie (ReS Futurae n° 18)

Appel à contributions : Les spectacles de curiosités en Europe de la Révolution française à la fin du XIXe siècle (Clermont-Ferrand)

Colloque : Les spectacles de curiosités en Europe de la Révolution française à la fin du XIXe siècle

Clermont-Ferrand, 29-30 septembre 2022

Les spectacles de curiosités ont longtemps fait partie du quotidien de nos ancêtres. Montreurs d’animaux, tours de physique et de mécanique, lanternes magiques, ventriloques, jongleurs et équilibristes sur pied ou à cheval, aérostats, marionnettes et cires sont, aux XVIIIe et XIXe siècles, l’âme de petits métiers ambulants qui animent les places publiques, les rues, les auberges, les cabarets, les loges des foires, les cirques naissants, voire les maisons particulières.

À des prix accessibles à tous, ou à la plupart des contemporains, d’abord ceux des villes, ces numéros les transportent vers un monde de prouesses, vers des ailleurs inaccessibles, aux confins de l’humanité – celle qui fraye avec l’animalité, la monstruosité, a du mal à accepter sa diversité. Entre rêve d’ailleurs et réalités déformées, ils créent un horizon d’attente et un espace mental particuliers ; ils anticipent les premières heures du cinématographe, les Enfants du Paradis.

Surveillés de près par la police, ils proposent également, tant dans leurs mises en scène que dans les rares mots des bateleurs, un ordre moral qui sert aussi bien la mémoire immédiate des régimes politiques, la reconquête catholique des esprits, qu’une approximative vulgarisation scientifique ou artistique (celle que favorisent les transparents de plus en plus précis et inspirés des lanternes). Ils mêlent sans cesse les références culturelles, faisant voisiner Robespierre et le bourreau de Londres, Napoléon et les brigands napolitains, les vierges et les rires païens si la sidération, l’accroche, le fait divers l’exigent. Ils flirtent avec les frontières de l’acceptable, au risque de sulfureuses réputations pour des saltimbanques qui en tirent autant d’arguments publicitaires, ou subissent suspicion et rejet.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Les spectacles de curiosités en Europe de la Révolution française à la fin du XIXe siècle (Clermont-Ferrand)

Parution :Michel Morphy (1863-1928), de l’anarchisme au roman rose (François Gaudin)

François Gaudin, Michel Morphy (1863-1928), de l’anarchisme au roman rose, Paris, Honoré Champion , coll. “Champion Essais”, 2021

Comment a-t-on pu oublier Michel Morphy (1863-1928) ? Anarchiste, agitateur, orateur et journaliste, il fut condamné plusieurs fois et exilé avant sa majorité. Ensuite, il devint boulangiste mais ne cessa, de toute sa vie, d’être fidèle à ses amis communards. Homme de plume, il fut journaliste, fondateur de journaux, feuilletoniste, puis se fit romancier. Il passa du drapeau noir à l’eau de rose et se consacra à l’écriture. Il devint l’un des auteurs les plus lus au tournant des XIXe et XXe siècles et fit fortune. Les aventures de son héroïne Mignon furent commercialisées jusque dans les années 1960. Il fut l’ami notamment d’Aristide Bruant, d’Hector France, de Maurice Lachâtre, de Louise Michel, de Félix Pyat ou de Michel Zevaco. Son œuvre et son parcours sont tombés dans un complet oubli. Le lecteur les trouvera restitués ici dans le détail à l’aide de documents inédits. Il découvrira un itinéraire révélateur des contradictions de la gauche de la Troisième république et un personnage complexe et attachant qui sut émouvoir sans les mépriser les foules sentimentales.

François Gaudin, professeur à l’université de Rouen et membre du laboratoire LT2D, a déjà publié chez Honoré Champion Le Monde perdu de Maurice Lachâtre en 2006, La lexicographie militante du XVIIIe au XXe siècle en 2013, et enfin, en 2021 et en collaboration et en partant de l’œuvre éditoriale d’André Girard, le Dictionnaire de l’anarchie

Table des matières 

Introduction

Journée d’études : Hommage à l’historien Dominique Kalifa. L’histoire en jeu. Vies déviantes et faits divers (Université Paul-Valéry, Montpellier)

Journée d’études : Hommage à l’historien Dominique Kalifa. L’histoire en jeu. Vies déviantes et faits divers

20 novembre 2021, 9h30-17h

Université Paul-Valéry, Amphithéâtre de Pierrevives, 907 Rue du Professeur Blayac 34000 Montpellier

TRAM Ligne 3 : arrêt “Hôtel du département” ou Ligne 1 : arrêt “Halles de La Paillade”

Cette journée, pensée dans le sillon des recherches menées par l’historien Dominique Kalifa, disparu à l’automne 2020, souhaite différer des colloques d’hommage pour mettre en avant son goût pour le jeu. Chaque participant va choisir dans le journal de son choix un article (fait divers énigmatique, canard, canular, petite annonce…) mettant en scène une incongruité du quotidien, un déraillement de la logique, une petite vie déviante soudainement placée sous les feux des projecteurs. Dans un premier temps, une lecture théâtralisée de l’article aura lieu. Dans un second temps, chaque participant, dans l’esprit des travaux de Dominique Kalifa, expliquera en quoi ce petit fait est un symptôme éclairant les peurs, les désirs, les aspirations de la société qui l’a produit ou un régulateur des affects et des sensibilités. L’objectif est d’identifier certaines thématiques chères à Dominique Kalifa : le fait divers, le crime, le sensationnalisme, la presse, les marginaux, le bagne, les bas-fonds, l’érotisme…

Télécharger le programme

Organisé dans le cadre de l’exposition “La science à la poursuite du crime Alphonse Bertillon, pionnier des experts policiers”.

Renseignements : 04 67 67 37 68 / psecondy@herault.fr

 

Appel à communications : Écrire en petit, jouer en mineur. Marginalités littéraires, scéniques et médiatiques (1880-1914) (Université Paul-Valéry Montpellier 3)

Colloque : Écrire en petit, jouer en mineur. Marginalités littéraires, scéniques et médiatiques (1880-1914)

12-14 octobre 2022

Université Paul-Valéry Montpellier 3, RIRRA 21 et IRIEC

Échéance des propositions : 15 décembre 2021

Colloque international organisé par Marie-Astrid Charlier et Florence Thérond en partenariat avec La Baignoire, l’écriture en travail.

Sous la IIIe République, nombreux sont les écrivains à développer des pratiques et des postures que l’on qualifiera de mineures, parfois revendiquées comme telles, parfois subies parce qu’imposées par les rapports de force du champ littéraire, notamment pour les femmes qui peinent à s’y faire une place.

« Petits naturalistes », symbolistes, décadents, fumistes (Zutistes, Hydropathes, Hirsutes, Je-m’en-foutistes, etc.) puis naturistes se construisent selon des logiques de sociabilités et de diffusion plus ou moins restreintes alors même que le champ littéraire entre dans la culture de masse. À côté, à rebours ou contre les quelques « grands » écrivains déjà canonisés, les grands genres, les grands formats totalisants hérités du romantisme panoramique et les circuits de diffusion mainstream (grande presse et grandes maisons d’édition), la plupart des écrivains choisissent et/ou subissent des formats réduits. Ils passent par des circuits confidentiels pour happy few ou pour écrivains refusés : petite presse, petites maisons d’édition, souvent impliquées dans des scandales littéraires comme les belges Henry Kistemaeckers et Auguste Bancart, ou encore petites scènes d’avant-garde. Avec son Théâtre-Libre, André Antoine a fait jouer nombre de pièces naturalistes, parfois proches des mouvements anarchistes, et fait découvrir le théâtre d’Ibsen et Strindberg, dont les symbolistes revendiqueront l’héritage par l’intermédiaire d’Aurélien Lugné-Poe, ancien acteur d’Antoine. Cet exemple montre la plasticité des réseaux, voire leur réversibilité, mais aussi le partage de figures tutélaires et de principes esthétiques par des groupes qui ne s’opposent finalement pas tout à fait. C’est dans cette perspective que Jean-Pierre Sarrazac a proposé de parler de « tournant naturalo-symboliste » (1999).

Continuer la lecture de Appel à communications : Écrire en petit, jouer en mineur. Marginalités littéraires, scéniques et médiatiques (1880-1914) (Université Paul-Valéry Montpellier 3)

Parution : Félix Pyat et Eugène Sue, Mathilde, drame, suivi de sa parodie par Gabriel de Lurieu et Michel Masson

Félix Pyat et Eugène Sue, Mathilde, drame, suivi de sa parodie par Gabriel de Lurieu et Michel Masson, Présentation de Barbara T. Cooper avec la collaboration de Roger Little, L’Harmattan , coll. “Autrement Mêmes”, 2021.

Mathilde n’est pas la mieux connue des œuvres d’Eugène Sue mais mérite bien qu’on la redécouvre. Écrite en collaboration avec Félix Pyat, la pièce offre une image des dangers que représente pour la France de Louis-Philippe et Guizot l’importance accordée à l’argent et à la mobilité sociale. Le scélérat riche, pervers et froidement cynique qu’est Lugarto, métis brésilien venu s’installer dans la bonne société française, est un monstre qu’il était, et est encore, permis de condamner comme une caricature irrecevable de l’homme noir, mais qu’une bonne partie du public théâtral de l’époque prenait en haine puisqu’il représentait le règne immoral de l’argent. D’autres choisissaient d’en rire, exagérant plus encore les traits détestables du traître pour en faire une parodie. Nous offrons le drame sérieux et sa version parodique dans ce volume ainsi que de nombreux comptes rendus et la liste des traductions-adaptations en langue étrangère.

Lire un extrait

 

Marc Vervel (Université de Paris)

Marc Vervel est PRAG à l’Université de Paris. 

Domaines de recherche
Littérature XIXe-XXIe, avec une prédilection pour le tournant XIXe-XXe ; récit médiatique, récit policier, récit fantastique, le mystère en littérature, la distinction genres hauts-genres bas, tension narrative, immersion narrative. Littérature française et comparée (littératures française et francophone, anglo-saxonne, hispanique et hispanophone, germanique), rapports texte-image, texte-cinéma, littérature et internet.

CV et publications

Parution : Human Evolution and Fantastic Victorian Fiction (Anna Neill)

Anna Neill, Human Evolution and Fantastic Victorian FictionRoutledge, 2021

Following the publication of Darwin’s On the Origin of Species, Victorian anthropology made two apparently contradictory claims: it distinguished “civilized man” from animals and “primitive” humans and it linked them though descent. Paradoxically, it was by placing human history in a deep past shaped by minute, incremental changes (rather than at the apex of Providential order) that evolutionary anthropology could assert a new form of human exceptionalism and define civilized humanity against both human and nonhuman savagery.

This book shows how fantastic Victorian and early Edwardian fictions—utopias, dystopias, nonsense literature, gothic horror, and children’s fables—untether human and nonhuman animal agency from this increasingly orthodox account of the deep past. As they imagine worlds that lift the evolutionary constraints on development and as they collapse evolution into lived time, these stories reveal (and even occupy) dynamic landscapes of cognitive descent that contest prevailing anthropological ideas about race, culture, and species difference.

Continuer la lecture de Parution : Human Evolution and Fantastic Victorian Fiction (Anna Neill)