Archives par mot-clé : XIXe siècle

Publications récentes de l’ANR Anticipation et colloque “Les Temps de l’anticipation”

L’ANR Anticipation a fait paraître en 2019 un ouvrage issu d’un colloque tenu à Montréal en 2017:

Le roman des possibles. L’anticipation dans l’espace médiatique francophone (1860-1940), sous la direction de Claire Barel-Moisan et Jean-François Chassay, Presses Universitaires de Montréal, 2019.  

La fiche se trouve ici.

Nous pouvons en profiter pour rappeler aussi la publication en 2018 d’un numéro de la revue COnTEXTES, L’Anticipation dans les discours médiatiques et sociaux : genres, supports, valeurs, sous la direction de Matthieu Letourneux et Valérie Stiénon, que l’on peut consulter ici.

Enfin, vous trouverez plus bas le programme du plus récent colloque organisé par l’ANR: 

“Les Temps de l’anticipation”

Programme

Continuer la lecture de Publications récentes de l’ANR Anticipation et colloque “Les Temps de l’anticipation”

Appel : le XIXe siècle en série(s)

Appel à communications – Atelier de la SERD, Paris, équipe ELH (UT2J), 20 novembre 2020

Présentation

L’époque contemporaine voit « une part vertigineuse des objets culturels qui nous entourent met[tre] en jeu les mécanismes d’une communication sérielle » caractérisée par la multiplicité et la diversité de de ses supports (Matthieu Letourneux). Le triangle traditionnellement formé par un auteur, son œuvre et son lecteur a laissé place à des mécanismes de réception protéiformes, au gré de la circulation d’une matière fictionnelle qui essaime d’un support et d’un public à l’autre avec une facilité déconcertante. Du roman à la bande-dessinée, en passant par le film, l’animation ou encore les produits dérivés, les univers fictionnels se déclinent à l’envi, faisant fi des frontières génériques, esthétiques ou médiatiques.

Parmi ces nouveaux modes de diffusion du récit, la série télévisée occupe aujourd’hui une place privilégiée, au point d’apparaître comme un « laboratoire incontournable de la fiction » (Claire Cornillon). Déjà forte d’une tradition de plusieurs décennies, initialement en butte à une défiance qui n’est pas sans rappeler les réserves formulées par les contempteurs de la « littérature industrielle » à l’encontre du roman-feuilleton, la série télévisée s’est en effet définitivement imposée comme un espace de création particulièrement fécond. Le succès à la fois commercial et critique de sagas majeures comme Game of thrones est ainsi révélateur de la légitimité progressivement conquise par un médium de masse longtemps relégué du côté d’une « médiaculture » largement entendue comme « sous-culture ».

Continuer la lecture de Appel : le XIXe siècle en série(s)

Parution : Robert Macaire

ROBERT MACAIRE : LA CONSTRUCTION D’UN MYTHE. Du personnage théâtral au type social. 1823-1848, Marion LEMAIRE, Honoré Champion, 2018

Image : “Robert Macaire professeur de français”, Honoré Daumier/Charles Philipon, 1841.

Présentation de l’éditeur : Robert Macaire apparaît en 1823 dans le mélodrame L’Auberge des Adrets sur la scène du Théâtre de l’Ambigu-Comique. Cette pièce marque l’histoire du mélodrame grâce à l’interprétation qu’en fait Frédérick Lemaître. Il crée un costume extravagant et improvise sur scène, transformant alors ce personnage secondaire en héros. Cette étude met en lumière les modifications apportées dans l’oeuvre initiale grâce au jeu du comédien et recontextualise l’histoire des premières représentations. Le personnage apparaît de nouveau en 1834 dans Robert Macaire. Il devient un témoin emblématique des travers de la société de l’époque et héraut des contestations sociales et politiques de la monarchie de Juillet. Le succès est tel que le personnage réapparaît dans de nombreuses suites et avatars, donnant naissance au « macairisme ». Il s’attire ainsi les foudres de la censure.

Continuer la lecture de Parution : Robert Macaire

Parution : “La Bohème”

Anthony Glinoer,  La bohème. Une figure de l’imaginaire social, 
Les Presses de l’Université de Montréal, collection “Socius”, 2018.

Image :  Octave Tassaert,  Intérieur d’atelier (1845)

Depuis qu’au milieu du XIXe siècle Henri Murger a appelé « bohèmes » une bande d’artistes vivant d’amour et de pain sec à Paris, le bohème et la vie de bohème n’ont plus quitté l’imaginaire social. Ils ont existé dans les faits et dans les textes littéraires non seulement à Paris mais à Madrid, à Varsovie, à Oslo et à New York, tandis que la chanson de Charles Aznavour et l’opéra de Puccini sont entrés dans le patrimoine culturel mondial. Ce livre fait émerger d’une vaste masse de discours des lieux emblématiques, des pratiques collectives, des vies exemplaires, des figures antagonistes, des variations sur le thème de la bohème. Le lecteur rencontre Albert Glatigny, Nina de Villard, la Brasserie des Martyrs, les orgies fictionnelles ou encore la bohème montréalaise. Au fil des chapitres, la bohème se dévoile comme un objet inséparablement imaginaire et social, façonné et incarné par de nombreux hommes de lettres et d’art. Anthony Glinoer poursuit ici son exploration des phénomènes collectifs au xix e siècle. Il procède en sociologue des faits et des imaginaires littéraires pour dresser le portrait d’une des figures clés de nos représentations de la vie d’écrivain et de la vie d’artiste, depuis Murger jusqu’aux bobos.   

Anthony Glinoer est titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur l’histoire de l’édition et la sociologie du littéraire et professeur à l’Université de Sherbrooke. Il a notamment publié L’âge des cénacles. Confraternités littéraires et artistiques au XIXe siècle avec Vincent Laisney (2013).

Marie Goupil-Lucas-Fontaine (Université Paris 1)

Doctorante contractuelle en histoire contemporaine

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (ED113) – Centre d’Histoire du XIXe siècle (EA3550)

Thèse en cours depuis 2016Chanteur « réaliste » : histoire sociale et imaginaire d’une profession (1880-1950) sous la direction de Dominique Kalifa

Thèmes de recherche

Histoire des imaginaires sociaux et culturels, France XIX-XXe siècles

Histoire de la chanson française et des musiques populaires, XIX-XXe siècles

Histoire sociale de la musique (acteurs et espaces de la chanson populaire), XIX-XXe siècles

Histoire du son, XIX-XXe siècles

Histoire des femmes et du genre, XIX-XXe siècles

 Publications

·       Actes de colloques ou journées d’études :

o   édités 

– « Chanteur de genre. Genre artistique et identités professionnelles des artistes lyriques au café-concert (1880-1914) », Page 19, 2018, p. 33-46, publication issue d’une communication donnée le 11 mai 2017  dans le cadre des Doctoriales du Centre d’histoire du XIXe siècle, Université Paris I-Panthéon-Sorbonne-Sorbonne-Université, [en ligne : https://www.pantheonsorbonne.fr/fileadmin/CRHXIX/4goupil.pdf

o   à paraître

– « L’espace de la chanson vécue. Cartographier le Paris “réaliste” », Doctoriales du Centre d’histoire du XIXe siècle, Université Paris I-Panthéon-Sorbonne-Sorbonne-Université, le 26 mai 2018

– « Ringard, mélo et populaire : le goût “pervers” de la chanson réaliste (1950-2000) », Journée d’étude Le mauvais goût : marginalités, ambiguïtés, paradoxes Université de Versailles-Saint-Quentin, le 23 mai 2018

– « Gainsbourg “réaliste”. Influences et réappropriations du genre réaliste chez Gainsbourg », Colloque An international conference on Serge Gainsbourg, Université Sorbonne-Université/IREMUS, le 10 avril 2018

– « La voix : source et objet d’histoire. Introduction » et « Le micro est un maquereau. Le chanteur face au micro, un partenaire particulier (1930-1970) », Rencontres de l’Ecole doctorale d’Histoire, Université Paris I-Panthéon-Sorbonne, 2 décembre 2017

Séminaire “Roman-Feuilleton”


Lundi 8 octobre, de 14h00 à 17h00, à l’Université Paris Nanterre (Bâtiment M, salle M205).

La prochaine séance de séminaire du projet ANR Numapresse, consacrée au roman-feuilleton, accueillera Nicolas Gauthier, auteur d’un ouvrage récent intitulé Lire la ville, dire le crime – Mise en scène de la criminalité dans les mystères urbains de 1840 à 1860 , (PULIM, 2018,  http://www.pulim.unilim.fr/index.php).

Il présentera « Le Rez-de-chaussée », base de données en ligne de romans-feuilletons publiés entre 1836 et 1881 dans six des plus importants journaux français du XIXe siècle. Pierre-Carl Langlais, chercheur en post-doc pour l’ANR Numapresse spécialisé dans l’utilisation des nouvelles méthodes de text mining, démontrera qu’au-delà de la constitution automatisée de grands corpus, les outils de détection et d’extraction interrogent les délimitations et les frontières des formes journalistiques.

Continuer la lecture de Séminaire “Roman-Feuilleton”

Parution: 4ème numéro de Fantasy Art and Studies consacré aux racines victoriennes

Le 4ème numéro de la revue Fantasy Art and Studies, consacré aux racines victoriennes de la fantasy, est désormais disponible en impression à la demande et au format ebook. Une occasion de découvrir ce que la fantasy doit au Gothique, ou encore pourquoi William Morris est l’un des fondateurs du genre et comment les Victoriens consignaient et réinterprétaient le folklore et la littérature médiévale, tout en plongeant dans des récits où la magie s’immisce dans l’Angleterre victorienne.

Continuer la lecture de Parution: 4ème numéro de Fantasy Art and Studies consacré aux racines victoriennes

Colloque international : Le transmédia à l’épreuve du réel

20-21 mai 2019

Louvain-la-Neuve (Belgique)

Université catholique de Louvain et Université de Namur

Groupe Interdisciplinaire de Recherche sur les Cultures et les Arts en Mouvement (Gircam) // Observatoire de Rcherche sur les Médias et le journalisme (ORM) // Centre de Recherche Information, Droit et Société (CRIDS)

Ce colloque s’intéresse à la portée référentielle des univers transmédiatiques, à la façon dont ceux-ci viennent bouleverser notre rapport au réel, enrichir notre perception du monde. Plus précisément, notre rencontre vise à explorer quatre univers qui ont été jusqu’à ce jour peu (ou moins) explorés sous l’angle transmédiatique : 1) le journalisme, 2) le documentaire, 3) l’éducation et la culture (au sens large, formelle ou informelle) et 4) la fiction (lorsqu’elle utilise des éléments authentifiants ou qu’elle s’hybride avec les genres du réel).

Par univers journalistique, documentaire, éducationnel ou fictionnel, nous entendons aussi bien des mondes socio-professionnels (des « mondes de l’art » pour reprendre le terme de Becker) que des modes de discours caractérisés par certains pactes de lecture/vision engageant le lecteur/spectateur dans un rapport spécifique au réel (certains parlent de « réalité ordinaire » ou « réalité quotidienne » ou d’« actuel », notamment Tom Boellstorff). On peut penser au pacte documentaire (Niney, 2002), au mode authentifiant (Jost, 1999 ; Odin, 2000), ou encore au pacte autobiographique (Lejeune, 1975), mais aussi aux feintises (Jost,1999) permettant de jouer avec ces modes/pactes, sans compter les effets de réel décrits par Glevarec (2010) ou les genres hybrides comme le docudrama ou les fictions du réel (Veyrat-Masson, 2008 ; Paget, 1998).

Continuer la lecture de Colloque international : Le transmédia à l’épreuve du réel

Publication: Fiction et culture médiatique à la Belle Époque, D. Couégnas

Daniel Couégnas, Fiction et culture médiatique à la Belle Époque dans le magazine Je sais tout (1905-1914)

Enquête et essai, ce livre se focalise sur l’étude des fictions (nouvelles et romans) publiées dans le magazine Je sais tout avant la Première Guerre mondiale, parmi lesquelles les premières aventures d’Arsène Lupin, La Guerre du feu de Rosny, Le Fauteuil hanté de Leroux, Moi et l’Autre, de Jules Claretie…

Créé en 1905 par Pierre Lafitte, Je sais tout affiche un projet « encyclopédique » qui s’estompera à partir de 1914. Il participe de la culture médiatique, s’efforçant d’atteindre, par les procédés du « syncrétisme homogénéisé » (Edgar Morin) le plus large éventail socio-culturel de lecteurs. Miroir brillant de la « Belle » Epoque, il en naturalise les choix idéologiques dominants, les partis pris, les préjugés, les conformismes. Son enthousiasme moderniste pour le dynamisme techno-scientifique des débuts du XXe siècle ne parvient pas à masquer totalement les interrogations, les doutes, les hantises de la bonne conscience occidentale.

Continuer la lecture de Publication: Fiction et culture médiatique à la Belle Époque, D. Couégnas

Appel : Poétique du Chat Noir

Appel à communication

Poétique du Chat Noir (1882-1897)

Colloque international, Bibliothèque Historique de la Ville de Paris,

jeudi 6 et vendredi 7 décembre 2018.

 

Image : Affiche du “Chat Noir” par Théophile-Alexandre Steinlen

Organisateurs : Caroline Crépiat (Université Clermont Auvergne – CELIS), Denis Saint-Amand (HEL – Université de Namur – COnTEXTES) et Julien Schuh (Université Paris Nanterre – HIRIM).

Comité scientifique : Paul Aron (Université libre de Bruxelles – FNRS), Laurent Bihl (Paris 1 – CRHXIX), Phillip Dennis Cate (Rutgers University, émérite), Philip Kaenel (Université de Lausanne), Ségolène Le Men (Université Paris Nanterre – HIRIM), Évanghélia Stead (Université de Versailles – CHCSC), Valérie Stiénon (Université Paris 13 – PLÉIADE), Marie-Ève Thérenty (Université Paul-Valéry – RIRRA21 – Numapresse), Alain Vaillant (Université Paris Nanterre – HIRIM), Jean-Didier Wagneur (CLCF-Université Paris Nanterre).

Malgré le regain d’intérêt, ces quinze dernières années, pour l’étude de la presse du XIXe siècle[1], un titre phare de la fin de siècle, Le Chat Noir, n’a jamais fait l’objet d’une étude approfondie en tant que journal. C’est en effet surtout à l’histoire de l’art ou de la culture montmartroise que nous devons la majorité des recherches sur ce périodique, qui est souvent réduit à une fonction d’archive. Ses textes, ses illustrations, relevant essentiellement de la blague, n’auraient guère d’intérêt, à l’exception des productions de quelques collaborateurs notoires – Paul Verlaine, Alphonse Allais, Léon Bloy, Caran d’Ache, Jules Jouy, Charles Cros, Willy, George Auriol, Adolphe Willette – qu’on a souvent détachées de leur contexte de publication original pour les mettre en recueil. Comment expliquer alors la longévité de cette feuille – quinze ans, 690 numéros – si son contenu était d’une telle indigence ? Ce colloque se propose de poursuivre l’exploration du Chat Noir – entendu ici comme l’ensemble des pratiques qui s’organisent sous cet emblème : une revue, un cabaret et un collectif – en envisageant comme centrale la question de la production écrite. En somme, de prendre au « SÉRIEUX QUAND MÊME » les écrits d’un collectif qui, de façon systématique, tourne en dérision tout discours sérieux et les codes qui en découlent, et peut à ce titre aujourd’hui souffrir de sa réputation blagueuse.                                                       Continuer la lecture de Appel : Poétique du Chat Noir