Archives par mot-clé : XIXe siècle

Parution : « La Bohème »

Anthony Glinoer,  La bohème. Une figure de l’imaginaire social, 
Les Presses de l’Université de Montréal, collection « Socius », 2018.

Image :  Octave Tassaert,  Intérieur d’atelier (1845)

Depuis qu’au milieu du XIXe siècle Henri Murger a appelé « bohèmes » une bande d’artistes vivant d’amour et de pain sec à Paris, le bohème et la vie de bohème n’ont plus quitté l’imaginaire social. Ils ont existé dans les faits et dans les textes littéraires non seulement à Paris mais à Madrid, à Varsovie, à Oslo et à New York, tandis que la chanson de Charles Aznavour et l’opéra de Puccini sont entrés dans le patrimoine culturel mondial. Ce livre fait émerger d’une vaste masse de discours des lieux emblématiques, des pratiques collectives, des vies exemplaires, des figures antagonistes, des variations sur le thème de la bohème. Le lecteur rencontre Albert Glatigny, Nina de Villard, la Brasserie des Martyrs, les orgies fictionnelles ou encore la bohème montréalaise. Au fil des chapitres, la bohème se dévoile comme un objet inséparablement imaginaire et social, façonné et incarné par de nombreux hommes de lettres et d’art. Anthony Glinoer poursuit ici son exploration des phénomènes collectifs au xix e siècle. Il procède en sociologue des faits et des imaginaires littéraires pour dresser le portrait d’une des figures clés de nos représentations de la vie d’écrivain et de la vie d’artiste, depuis Murger jusqu’aux bobos.   

Anthony Glinoer est titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur l’histoire de l’édition et la sociologie du littéraire et professeur à l’Université de Sherbrooke. Il a notamment publié L’âge des cénacles. Confraternités littéraires et artistiques au XIXe siècle avec Vincent Laisney (2013).

Marie Goupil-Lucas-Fontaine (Université Paris 1)

Doctorante contractuelle en histoire contemporaine

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (ED113) – Centre d’Histoire du XIXe siècle (EA3550)

Thèse en cours depuis 2016Chanteur « réaliste » : histoire sociale et imaginaire d’une profession (1880-1950) sous la direction de Dominique Kalifa

Thèmes de recherche

Histoire des imaginaires sociaux et culturels, France XIX-XXe siècles

Histoire de la chanson française et des musiques populaires, XIX-XXe siècles

Histoire sociale de la musique (acteurs et espaces de la chanson populaire), XIX-XXe siècles

Histoire du son, XIX-XXe siècles

Histoire des femmes et du genre, XIX-XXe siècles

 Publications

·       Actes de colloques ou journées d’études :

o   édités 

– « Chanteur de genre. Genre artistique et identités professionnelles des artistes lyriques au café-concert (1880-1914) », Page 19, 2018, p. 33-46, publication issue d’une communication donnée le 11 mai 2017  dans le cadre des Doctoriales du Centre d’histoire du XIXe siècle, Université Paris I-Panthéon-Sorbonne-Sorbonne-Université, [en ligne : https://www.pantheonsorbonne.fr/fileadmin/CRHXIX/4goupil.pdf

o   à paraître

– « L’espace de la chanson vécue. Cartographier le Paris “réaliste” », Doctoriales du Centre d’histoire du XIXe siècle, Université Paris I-Panthéon-Sorbonne-Sorbonne-Université, le 26 mai 2018

– « Ringard, mélo et populaire : le goût “pervers” de la chanson réaliste (1950-2000) », Journée d’étude Le mauvais goût : marginalités, ambiguïtés, paradoxes Université de Versailles-Saint-Quentin, le 23 mai 2018

– « Gainsbourg “réaliste”. Influences et réappropriations du genre réaliste chez Gainsbourg », Colloque An international conference on Serge Gainsbourg, Université Sorbonne-Université/IREMUS, le 10 avril 2018

– « La voix : source et objet d’histoire. Introduction » et « Le micro est un maquereau. Le chanteur face au micro, un partenaire particulier (1930-1970) », Rencontres de l’Ecole doctorale d’Histoire, Université Paris I-Panthéon-Sorbonne, 2 décembre 2017

Séminaire « Roman-Feuilleton »


Lundi 8 octobre, de 14h00 à 17h00, à l’Université Paris Nanterre (Bâtiment M, salle M205).

La prochaine séance de séminaire du projet ANR Numapresse, consacrée au roman-feuilleton, accueillera Nicolas Gauthier, auteur d’un ouvrage récent intitulé Lire la ville, dire le crime – Mise en scène de la criminalité dans les mystères urbains de 1840 à 1860 , (PULIM, 2018,  http://www.pulim.unilim.fr/index.php).

Il présentera « Le Rez-de-chaussée », base de données en ligne de romans-feuilletons publiés entre 1836 et 1881 dans six des plus importants journaux français du XIXe siècle. Pierre-Carl Langlais, chercheur en post-doc pour l’ANR Numapresse spécialisé dans l’utilisation des nouvelles méthodes de text mining, démontrera qu’au-delà de la constitution automatisée de grands corpus, les outils de détection et d’extraction interrogent les délimitations et les frontières des formes journalistiques.

Continuer la lecture de Séminaire « Roman-Feuilleton »

Parution: 4ème numéro de Fantasy Art and Studies consacré aux racines victoriennes

Le 4ème numéro de la revue Fantasy Art and Studies, consacré aux racines victoriennes de la fantasy, est désormais disponible en impression à la demande et au format ebook. Une occasion de découvrir ce que la fantasy doit au Gothique, ou encore pourquoi William Morris est l’un des fondateurs du genre et comment les Victoriens consignaient et réinterprétaient le folklore et la littérature médiévale, tout en plongeant dans des récits où la magie s’immisce dans l’Angleterre victorienne.

Continuer la lecture de Parution: 4ème numéro de Fantasy Art and Studies consacré aux racines victoriennes

Colloque international : Le transmédia à l’épreuve du réel

20-21 mai 2019

Louvain-la-Neuve (Belgique)

Université catholique de Louvain et Université de Namur

Groupe Interdisciplinaire de Recherche sur les Cultures et les Arts en Mouvement (Gircam) // Observatoire de Rcherche sur les Médias et le journalisme (ORM) // Centre de Recherche Information, Droit et Société (CRIDS)

Ce colloque s’intéresse à la portée référentielle des univers transmédiatiques, à la façon dont ceux-ci viennent bouleverser notre rapport au réel, enrichir notre perception du monde. Plus précisément, notre rencontre vise à explorer quatre univers qui ont été jusqu’à ce jour peu (ou moins) explorés sous l’angle transmédiatique : 1) le journalisme, 2) le documentaire, 3) l’éducation et la culture (au sens large, formelle ou informelle) et 4) la fiction (lorsqu’elle utilise des éléments authentifiants ou qu’elle s’hybride avec les genres du réel).

Par univers journalistique, documentaire, éducationnel ou fictionnel, nous entendons aussi bien des mondes socio-professionnels (des « mondes de l’art » pour reprendre le terme de Becker) que des modes de discours caractérisés par certains pactes de lecture/vision engageant le lecteur/spectateur dans un rapport spécifique au réel (certains parlent de « réalité ordinaire » ou « réalité quotidienne » ou d’« actuel », notamment Tom Boellstorff). On peut penser au pacte documentaire (Niney, 2002), au mode authentifiant (Jost, 1999 ; Odin, 2000), ou encore au pacte autobiographique (Lejeune, 1975), mais aussi aux feintises (Jost,1999) permettant de jouer avec ces modes/pactes, sans compter les effets de réel décrits par Glevarec (2010) ou les genres hybrides comme le docudrama ou les fictions du réel (Veyrat-Masson, 2008 ; Paget, 1998).

Continuer la lecture de Colloque international : Le transmédia à l’épreuve du réel

Publication: Fiction et culture médiatique à la Belle Époque, D. Couégnas

Daniel Couégnas, Fiction et culture médiatique à la Belle Époque dans le magazine Je sais tout (1905-1914)

Enquête et essai, ce livre se focalise sur l’étude des fictions (nouvelles et romans) publiées dans le magazine Je sais tout avant la Première Guerre mondiale, parmi lesquelles les premières aventures d’Arsène Lupin, La Guerre du feu de Rosny, Le Fauteuil hanté de Leroux, Moi et l’Autre, de Jules Claretie…

Créé en 1905 par Pierre Lafitte, Je sais tout affiche un projet « encyclopédique » qui s’estompera à partir de 1914. Il participe de la culture médiatique, s’efforçant d’atteindre, par les procédés du « syncrétisme homogénéisé » (Edgar Morin) le plus large éventail socio-culturel de lecteurs. Miroir brillant de la « Belle » Epoque, il en naturalise les choix idéologiques dominants, les partis pris, les préjugés, les conformismes. Son enthousiasme moderniste pour le dynamisme techno-scientifique des débuts du XXe siècle ne parvient pas à masquer totalement les interrogations, les doutes, les hantises de la bonne conscience occidentale.

Continuer la lecture de Publication: Fiction et culture médiatique à la Belle Époque, D. Couégnas

Appel : Poétique du Chat Noir

Appel à communication

Poétique du Chat Noir (1882-1897)

Colloque international, Bibliothèque Historique de la Ville de Paris,

jeudi 6 et vendredi 7 décembre 2018.

 

Image : Affiche du « Chat Noir » par Théophile-Alexandre Steinlen

Organisateurs : Caroline Crépiat (Université Clermont Auvergne – CELIS), Denis Saint-Amand (HEL – Université de Namur – COnTEXTES) et Julien Schuh (Université Paris Nanterre – HIRIM).

Comité scientifique : Paul Aron (Université libre de Bruxelles – FNRS), Laurent Bihl (Paris 1 – CRHXIX), Phillip Dennis Cate (Rutgers University, émérite), Philip Kaenel (Université de Lausanne), Ségolène Le Men (Université Paris Nanterre – HIRIM), Évanghélia Stead (Université de Versailles – CHCSC), Valérie Stiénon (Université Paris 13 – PLÉIADE), Marie-Ève Thérenty (Université Paul-Valéry – RIRRA21 – Numapresse), Alain Vaillant (Université Paris Nanterre – HIRIM), Jean-Didier Wagneur (CLCF-Université Paris Nanterre).

Malgré le regain d’intérêt, ces quinze dernières années, pour l’étude de la presse du XIXe siècle[1], un titre phare de la fin de siècle, Le Chat Noir, n’a jamais fait l’objet d’une étude approfondie en tant que journal. C’est en effet surtout à l’histoire de l’art ou de la culture montmartroise que nous devons la majorité des recherches sur ce périodique, qui est souvent réduit à une fonction d’archive. Ses textes, ses illustrations, relevant essentiellement de la blague, n’auraient guère d’intérêt, à l’exception des productions de quelques collaborateurs notoires – Paul Verlaine, Alphonse Allais, Léon Bloy, Caran d’Ache, Jules Jouy, Charles Cros, Willy, George Auriol, Adolphe Willette – qu’on a souvent détachées de leur contexte de publication original pour les mettre en recueil. Comment expliquer alors la longévité de cette feuille – quinze ans, 690 numéros – si son contenu était d’une telle indigence ? Ce colloque se propose de poursuivre l’exploration du Chat Noir – entendu ici comme l’ensemble des pratiques qui s’organisent sous cet emblème : une revue, un cabaret et un collectif – en envisageant comme centrale la question de la production écrite. En somme, de prendre au « SÉRIEUX QUAND MÊME » les écrits d’un collectif qui, de façon systématique, tourne en dérision tout discours sérieux et les codes qui en découlent, et peut à ce titre aujourd’hui souffrir de sa réputation blagueuse.                                                       Continuer la lecture de Appel : Poétique du Chat Noir

Parution : villes et crimes

Nicolas Gauthier, Lire la ville, dire le crime. Mise en scène de la criminalité dans les mystères urbains de 1840 à 1860, Limoges, PULIM « Médiatextes », 2018.

Des brutes sauvages et sanguinaires rôdant au coeur de la cité, des policiers qui volent, des médecins qui assassinent, des surhommes punissant en dehors des lois : les mystères urbains offrent au lecteur une imposante galerie de criminels dans une société où les honnêtes gens semblent confinés au rôle de victime. Leur principale contribution au mythe de la ville moderne consiste ainsi à cristalliser une criminalité urbaine anxiogène et à affirmer déchiffrer un espace social chaotique et incompréhensible pour le non-initié.
Entre 1840 et 1860, E. Sue, A. Dumas, P. Féval, L.-F. Raban, C. Robert et E.-F. Vidocq offrent chacun leurs mystères urbains. De ce riche corpus, Continuer la lecture de Parution : villes et crimes

Appel : lectures du journal

Call for Papers   (pour le 5 mars 2018)

Interrupted Reading – Follow-on Readings: Reading Journals 

International conference of the DFG Research Unit “Journal Literature” (FOR 2288) 

17-19 September 2018 

Ruhr-Universität Bochum 

Image : Le Cabinet de lecture de Johann Peter Hasenclever (1843).

The international conference “Lektüreabbruch – Anschlußlektüren: Journale lesen” (“Interrupted Reading – Follow-on Readings: Reading Journals”) will take place from 17-19 September 2018 at the Ruhr-Universität Bochum. It will be organized by DFG Research Unit 2288, Journal Literature, in the framework of the programme priority “Coherence/interruption”. The aim of the conference is to examine journals of the 19th and early 20th century, taking the concrete materiality of the journal’s form of publication, and its potential to govern reception, as a methodological starting point. The specific temporality and materiality of journal literature governs processes of generation and superimposition of meaning, and both the conditions and the consequences of these processes will be explored. Areas of enquiry will therefore include materially offered reading paths and directions of reading, forms of reflection on journal mediality, and journal-specific logics of format and practices of reception. Case studies are welcome, as are historical and international comparisons, or work in the area of comparative media studies. Proposals focusing on the following areas are invited:

  1. Conditions: production/distribution/communication 

The contemporary reading of journals is subject to specific historical conditions. Developments in the production and distribution of the periodical press can thus be seen as dictating reception processes: they form the technological and economic basis for the diverse forms of periodicity, thereby determining the pace and rhythm of journal reception, and they develop formats and economies which condition journal-specific reception processes. In this sense, discontinuous reading of periodical publications is to be regarded as an effect of journalistic conditions, which are worthy of closer examination. The same goes for the development of coherence-forming practices of reception. This is closely linked with cultural, institutional and medial conditions of contemporary reading, which mediate the media-specific openness of the journal, and develop journal-specific forms of communication. Some of the questions to be asked here are: What developments in printing technology govern the timing of journal reception? At what pace, in what ways, and via what institutions do journals reach their readership? What economic considerations underlie periodical interruptions and their literary counterparts, cliffhangers? In which formats are there tendencies to encourage and institutionalize communication with readers, and what binding force is generated by relevant sections of journals, i.e. the printing of readers’ letters, or sections for correspondence and advertising?

  1. Forms: materiality/time/space 

Secondly, the conference will investigate the temporal and spatial format-related conditions of journal publications, and their effects on the reception of journal literature. The basic temporal and textual-spatial conditions of the journal as a media format, conditions to which both the publication and reading of journals are subject, are not aimed at closure, but at continuation, not at homogeneous coherence, but at heterogeneous diversity and permeable boundaries between written and pictorial components. Possible areas of enquiry therefore include forms of seriality and sequentiality, as well as narrative, thematic or media-format-specific forms of periodic interruption and the development of coherence, which condition both interruptions in reading and follow-on readings. The aim will be to examine micro and macro levels of coherent and discontinuous reception, and ways in which the materiality of journals governs reception: What reading paths and directions of reading are offered by narrative, structural, textual or visual elements? What modes of reception do journals, in their specific structure, mediality and materiality, invite? What reader expectations can be reconstructed in this way, and how are these fulfilled or disappointed?

  1. Consequences: practices/semantics 

The economic and institutional parameters and the resulting forms of journal communication, with their respective format-related conditions, favour the development of certain practices of reception and corresponding semantics. This raises the question of what practices of reception are implied by the logic of the format, which is based on coherence/interruption. The development of coherence takes place, for example, on the level of archiving: the binding of a year’s issues into a single volume, the issuing of title pages, the supplying of covers at the end of the year, and perhaps even indexes or library classification systems emphasize the nature of journals as works. Another question to be asked in this context – as part of the focus on coherence and interruption – is how to evaluate different options for reception resulting from parallel editions of a journal with differences in quality and design, or different intervals of publication (daily, weekly or monthly); different rhythms of distribution (e.g. depending on the place of residence of the subscriber) should also be taken into account. In this context we would also welcome contrasting studies on book and journal reception, on contexts of reception relevant across different works, and on ‘migrating’ texts and figures, which transcend the boundaries of more than one issue or of different journals. Removed from the context of the individual journal, individual (segments of) texts appear as mediated through decontextualized and recontextualized practices, embedded in partly private, partly public forms of reception and presentation such as scrapbooks, albums, reprints or grangerized books. These also seem a promising object of study in the framework of this section.

Submissions

Presentations should be 25 minutes long. The conference languages will be English and German, but papers in French are also welcome. Travel and accommodation costs will be covered by the research unit organizing the conference. Applicants should send an abstract (maximum length 500 words) and a short CV (maximum length 150 words) to journalelesen@rub.de by 5 March 2018.

The conference will be organized by sub-projects 2 (Nicola Kaminski, Volker Mergenthaler, Nora Ramtke, Sven Schöpf) and 6 (Monika Schmitz-Emans, Christian A. Bachmann) of DFG Research Unit 2288, Journal Literature.

Please address any queries to journalelesen@rub.de

Website of the research unit: https://journalliteratur.blogs.ruhr-uni-bochum.de/

Appel : Marginalité en littérature populaire

Pour sa prochaine livraison, à paraître mi-2018, La revue L’Ull crític lance un appel à contribution pour un numéro portant sur la marginalité dans la littérature populaire.

 L’Ull crític est une revue d’études de langue et de littérature françaises et francophones. Elle contient des articles originaux et inédits portant sur les domaines cités, en plus d’autres sur des aspects culturels, de littérature comparée, de réception. Ses langues de rédaction sont le catalan, le castillan et le français.

Responsables du numéro : Dr. Àngels Santa – Dr.Carme Figuerola

Descriptif :

La littérature populaire est déjà en soi même une littérature de la marge par les circonstances de sa naissance et par l’emplacement  Continuer la lecture de Appel : Marginalité en littérature populaire