Archives par mot-clé : XIXe siècle

Changement de date : La série télé à l’heure du XIXe siècle

L’atelier de la SERD “La série télé à l’heure du XIXe siècle” (Paris, équipe ELH, UT2J), initialement prévu le 20 novembre 2020, a été repoussé au 26 janvier 2021

Localisation de l’événement :  Musée d’Orsay, Paris

Date-butoir de l’appel : 30 juin 2020

Présentation

L’époque contemporaine voit « une part vertigineuse des objets culturels qui nous entourent met[tre] en jeu les mécanismes d’une communication sérielle » caractérisée par la multiplicité et la diversité de de ses supports (Matthieu Letourneux). Le triangle traditionnellement formé par un auteur, son œuvre et son lecteur a laissé place à des mécanismes de réception protéiformes, au gré de la circulation d’une matière fictionnelle qui essaime d’un support et d’un public à l’autre avec une facilité déconcertante. Du roman à la bande-dessinée, en passant par le film, l’animation ou encore les produits dérivés, les univers fictionnels se déclinent à l’envi, faisant fi des frontières génériques, esthétiques ou médiatiques.

Parmi ces nouveaux modes de diffusion du récit, la série télévisée occupe aujourd’hui une place privilégiée, au point d’apparaître comme un « laboratoire incontournable de la fiction » (Claire Cornillon). Déjà forte d’une tradition de plusieurs décennies, initialement en butte à une défiance qui n’est pas sans rappeler les réserves formulées par les contempteurs de la « littérature industrielle » à l’encontre du roman-feuilleton, la série télévisée s’est en effet définitivement imposée comme un espace de création particulièrement fécond. Le succès à la fois commercial et critique de sagas majeures comme Game of thrones est ainsi révélateur de la légitimité progressivement conquise par un médium de masse longtemps relégué du côté d’une « médiaculture » largement entendue comme « sous-culture ».

Continuer la lecture de Changement de date : La série télé à l’heure du XIXe siècle

Gaboriaud, Marie (Université de Gênes)

Marie Gaboriaud est agrégée de Lettres Modernes et docteure en littérature des Universités de Paris-Sorbonne, Bonn et Florence (co-diplomation). Elle et actuellement lectrice d’échange à l’Université de Gênes (recherche postdoctorale et enseignement), où elle est également chargée de coopération universitaire pour l’Institut français en Italie.

Sa thèse, menée sous la direction de Didier Alexandre, Michela Landi et Paul Geyer, a été publiée en 2017 sous le titre Une vie de gloire et de souffrance. Le mythe de Beethoven sous la Troisième République. Elle interroge la construction d’un mythe culturel dans l’imaginaire collectif, à travers un corpus musicographique constitué de romans, pièces de théâtre, presse musicale, biographies, littérature de vulgarisation, littérature jeunesse, etc. 

Elle travaille aujourd’hui sur la presse et les biographies musicales, les collections éditoriales de vulgarisation artistique, et plus largement sur la construction des canons culturels dans des corpus “délégitimés”.

Elle coordonne depuis 2018 la rubrique musicale du Magasin du XIXe siècle, dirigé par José-Luis Diaz, ainsi que le site d’informations en études franco-italiennes EFMR, et le carnet Hypothèses lié à ce projet.  Continuer la lecture de Gaboriaud, Marie (Université de Gênes)

APPEL : Colloque international “Daniel Lesueur” (1854-1921)

Sous la direction de Diana Holmes (University of Leeds), Martine Reid (université de Lille) et Anne Tomiche (Sorbonne Université)

21-22 janvier 2021
Maison de la recherche de la Sorbonne,
28 rue Serpente, 75006 Paris

La fin du XIXe siècle et la Belle Epoque se caractérisent notamment par un nombre croissant d’auteures, poètes, romancières, dramaturges et journalistes. Certaines d’entre elles connaissent une visibilité incontestable et une notoriété exceptionnelle : appartenant au Tout-Paris littéraire du temps, elles comptent de plus au nombre des auteurs les mieux rémunérés. Tel est le cas de Jeanne Loiseau, qui, sur la recommandation de son éditeur, a pris en littérature le pseudonyme de Daniel Lesueur (elle épousera plus tard Henry Lapauze, conservateur au musée du Petit-Palais). 

Continuer la lecture de APPEL : Colloque international “Daniel Lesueur” (1854-1921)

Appel à contribution : Les Rencontres du XIXe siècle, Deuxième édition, « Populaire »

Date limite : 1er février 2020

RÉSUMÉ

Après une première édition autour du thème « Petites et grandes rencontres du XIXe siècle», Les Rencontres du XIXe siècle proposent à nouveau de réunir, autour d’un colloque transversal, les jeunes dix-neuviémistes (doctorants et jeunes docteurs), par-delà les frontières des écoles doctorales et des champs historiographiques. Organisées par un comité issu d’une dizaine d’institutions différentes, elles proposent cette année de mettre en commun les travaux de chacun.e et de mener une réflexion collective autour du thème « Populaire ». Continuer la lecture de Appel à contribution : Les Rencontres du XIXe siècle, Deuxième édition, « Populaire »

PARUTION : Les genres du prétoire La médiatisation des procès au XIXe siècle, Amélie Chabrier

Présentation de l’éditeur

Les représentations médiatiques des procès au XIXe siècle se situent entre information et divertissement. À partir des années 1840, le compte rendu judiciaire devient un incontournable de la presse quotidienne, où il informe, instruit et divertit les lecteurs. Les grands crimes et les petits délits sont recopiés, modifiés, réécrits, ils circulent d’un média à un autre, pour effrayer ou pour faire rire. En changeant de support, en étant republiés et illustrés ou adaptés sur scène ou en chanson, les procès peuvent ainsi changer de genre et être lus ou vus par le public comme des fictions.

Ce livre propose de replonger dans le bain médiatique qui a vu naître un genre journalistique, la chronique judiciaire, et les nombreuses représentations ayant créé et entretenu la fascination autour de ce moment du procès.

Amélie Chabrier est maîtresse de conférence à l’université de Nîmes où elle enseigne la littérature et la linguistique. Elle travaille sur la culture médiatique et populaire au laboratoire RIRRA21 (Représenter et Inventer la réalité, du Romantisme au 21e siècle).

Mare et Martin, Droit & Littérature , 362 pages.  36,00 €

Publications récentes de l’ANR Anticipation et colloque “Les Temps de l’anticipation”

L’ANR Anticipation a fait paraître en 2019 un ouvrage issu d’un colloque tenu à Montréal en 2017:

Le roman des possibles. L’anticipation dans l’espace médiatique francophone (1860-1940), sous la direction de Claire Barel-Moisan et Jean-François Chassay, Presses Universitaires de Montréal, 2019.  

La fiche se trouve ici.

Nous pouvons en profiter pour rappeler aussi la publication en 2018 d’un numéro de la revue COnTEXTES, L’Anticipation dans les discours médiatiques et sociaux : genres, supports, valeurs, sous la direction de Matthieu Letourneux et Valérie Stiénon, que l’on peut consulter ici.

Enfin, vous trouverez plus bas le programme du plus récent colloque organisé par l’ANR: 

“Les Temps de l’anticipation”

Programme

Continuer la lecture de Publications récentes de l’ANR Anticipation et colloque “Les Temps de l’anticipation”

Appel : le XIXe siècle en série(s)

Appel à communications – Atelier de la SERD, Paris, équipe ELH (UT2J), 20 novembre 2020

Présentation

L’époque contemporaine voit « une part vertigineuse des objets culturels qui nous entourent met[tre] en jeu les mécanismes d’une communication sérielle » caractérisée par la multiplicité et la diversité de de ses supports (Matthieu Letourneux). Le triangle traditionnellement formé par un auteur, son œuvre et son lecteur a laissé place à des mécanismes de réception protéiformes, au gré de la circulation d’une matière fictionnelle qui essaime d’un support et d’un public à l’autre avec une facilité déconcertante. Du roman à la bande-dessinée, en passant par le film, l’animation ou encore les produits dérivés, les univers fictionnels se déclinent à l’envi, faisant fi des frontières génériques, esthétiques ou médiatiques.

Parmi ces nouveaux modes de diffusion du récit, la série télévisée occupe aujourd’hui une place privilégiée, au point d’apparaître comme un « laboratoire incontournable de la fiction » (Claire Cornillon). Déjà forte d’une tradition de plusieurs décennies, initialement en butte à une défiance qui n’est pas sans rappeler les réserves formulées par les contempteurs de la « littérature industrielle » à l’encontre du roman-feuilleton, la série télévisée s’est en effet définitivement imposée comme un espace de création particulièrement fécond. Le succès à la fois commercial et critique de sagas majeures comme Game of thrones est ainsi révélateur de la légitimité progressivement conquise par un médium de masse longtemps relégué du côté d’une « médiaculture » largement entendue comme « sous-culture ».

Continuer la lecture de Appel : le XIXe siècle en série(s)

Parution : Robert Macaire

ROBERT MACAIRE : LA CONSTRUCTION D’UN MYTHE. Du personnage théâtral au type social. 1823-1848, Marion LEMAIRE, Honoré Champion, 2018

Image : “Robert Macaire professeur de français”, Honoré Daumier/Charles Philipon, 1841.

Présentation de l’éditeur : Robert Macaire apparaît en 1823 dans le mélodrame L’Auberge des Adrets sur la scène du Théâtre de l’Ambigu-Comique. Cette pièce marque l’histoire du mélodrame grâce à l’interprétation qu’en fait Frédérick Lemaître. Il crée un costume extravagant et improvise sur scène, transformant alors ce personnage secondaire en héros. Cette étude met en lumière les modifications apportées dans l’oeuvre initiale grâce au jeu du comédien et recontextualise l’histoire des premières représentations. Le personnage apparaît de nouveau en 1834 dans Robert Macaire. Il devient un témoin emblématique des travers de la société de l’époque et héraut des contestations sociales et politiques de la monarchie de Juillet. Le succès est tel que le personnage réapparaît dans de nombreuses suites et avatars, donnant naissance au « macairisme ». Il s’attire ainsi les foudres de la censure.

Continuer la lecture de Parution : Robert Macaire

Parution : “La Bohème”

Anthony Glinoer,  La bohème. Une figure de l’imaginaire social, 
Les Presses de l’Université de Montréal, collection “Socius”, 2018.

Image :  Octave Tassaert,  Intérieur d’atelier (1845)

Depuis qu’au milieu du XIXe siècle Henri Murger a appelé « bohèmes » une bande d’artistes vivant d’amour et de pain sec à Paris, le bohème et la vie de bohème n’ont plus quitté l’imaginaire social. Ils ont existé dans les faits et dans les textes littéraires non seulement à Paris mais à Madrid, à Varsovie, à Oslo et à New York, tandis que la chanson de Charles Aznavour et l’opéra de Puccini sont entrés dans le patrimoine culturel mondial. Ce livre fait émerger d’une vaste masse de discours des lieux emblématiques, des pratiques collectives, des vies exemplaires, des figures antagonistes, des variations sur le thème de la bohème. Le lecteur rencontre Albert Glatigny, Nina de Villard, la Brasserie des Martyrs, les orgies fictionnelles ou encore la bohème montréalaise. Au fil des chapitres, la bohème se dévoile comme un objet inséparablement imaginaire et social, façonné et incarné par de nombreux hommes de lettres et d’art. Anthony Glinoer poursuit ici son exploration des phénomènes collectifs au xix e siècle. Il procède en sociologue des faits et des imaginaires littéraires pour dresser le portrait d’une des figures clés de nos représentations de la vie d’écrivain et de la vie d’artiste, depuis Murger jusqu’aux bobos.   

Anthony Glinoer est titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur l’histoire de l’édition et la sociologie du littéraire et professeur à l’Université de Sherbrooke. Il a notamment publié L’âge des cénacles. Confraternités littéraires et artistiques au XIXe siècle avec Vincent Laisney (2013).

Marie Goupil-Lucas-Fontaine (Université Paris 1)

Doctorante contractuelle en histoire contemporaine

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (ED113) – Centre d’Histoire du XIXe siècle (EA3550)

Thèse en cours depuis 2016Chanteur « réaliste » : histoire sociale et imaginaire d’une profession (1880-1950) sous la direction de Dominique Kalifa

Thèmes de recherche

Histoire des imaginaires sociaux et culturels, France XIX-XXe siècles

Histoire de la chanson française et des musiques populaires, XIX-XXe siècles

Histoire sociale de la musique (acteurs et espaces de la chanson populaire), XIX-XXe siècles

Histoire du son, XIX-XXe siècles

Histoire des femmes et du genre, XIX-XXe siècles

 Publications

·       Actes de colloques ou journées d’études :

o   édités 

– « Chanteur de genre. Genre artistique et identités professionnelles des artistes lyriques au café-concert (1880-1914) », Page 19, 2018, p. 33-46, publication issue d’une communication donnée le 11 mai 2017  dans le cadre des Doctoriales du Centre d’histoire du XIXe siècle, Université Paris I-Panthéon-Sorbonne-Sorbonne-Université, [en ligne : https://www.pantheonsorbonne.fr/fileadmin/CRHXIX/4goupil.pdf

o   à paraître

– « L’espace de la chanson vécue. Cartographier le Paris “réaliste” », Doctoriales du Centre d’histoire du XIXe siècle, Université Paris I-Panthéon-Sorbonne-Sorbonne-Université, le 26 mai 2018

– « Ringard, mélo et populaire : le goût “pervers” de la chanson réaliste (1950-2000) », Journée d’étude Le mauvais goût : marginalités, ambiguïtés, paradoxes Université de Versailles-Saint-Quentin, le 23 mai 2018

– « Gainsbourg “réaliste”. Influences et réappropriations du genre réaliste chez Gainsbourg », Colloque An international conference on Serge Gainsbourg, Université Sorbonne-Université/IREMUS, le 10 avril 2018

– « La voix : source et objet d’histoire. Introduction » et « Le micro est un maquereau. Le chanteur face au micro, un partenaire particulier (1930-1970) », Rencontres de l’Ecole doctorale d’Histoire, Université Paris I-Panthéon-Sorbonne, 2 décembre 2017