Archives par mot-clé : violence

Parution : A Coups de cases et de bulles. Les violences faites aux femmes dans la bande dessinée (dir. F. Chauvaud, L. Bodiou, J.-Ph. Marti, H. Morel)

Lydie Bodiou, Frédéric Chauvaud, Jean-Philippe Martin et Héloïse Morel, A Coups de cases et de bulles. Les violences faites aux femmes dans la bande dessinée, Rennes, PUR, 2023.

Premier ouvrage abordant les violences faites aux femmes dans le 9e art, À coups de cases et de bulles est à même de montrer la façon dont la bande dessinée franco-belge, les comics mais aussi les mangas traitent les agressions et les crimes de sang. La bande dessinée qui ne cesse d’ouvrir de nouveaux chantiers et de revisiter des domaines déjà balisés, soit en les renouvelant, soit en les inscrivant dans une tradition, continue d’investir l’imaginaire des sociétés contemporaines. Quotidiens, hebdomadaires, trimestriels font désormais une place de plus en plus importante aux cases et aux bulles, mais si les femmes de papier ont été parfois mises à l’honneur ou étudiées, c’est rarement le cas des brutalités, des insultes et des viols qu’elles subissent.

Et pourtant, les récits graphiques regorgent de femmes victimes de violences les plus diverses : mariages forcés, humiliations, agressions physiques, viols. Des bandes dessinées relèvent du témoignage et de la littérature du réel, d’autres appartiennent au registre de l’imaginaire, mais toutes traitent d’un fléau universel, parfois en une seule case, d’autres fois en plusieurs planches. La visée du présent ouvrage est d’inverser les perspectives communes, de montrer que les femmes ne sont pas enfermées dans la catégorie des femmes aguicheuses, ni dans celle des faire-valoir, ni non plus dans celles des seules victimes. En effet, même humiliées, brutalisées, martyrisées, elles conservent leur dignité ou leur fierté.

Table des matières  Continuer la lecture de Parution : A Coups de cases et de bulles. Les violences faites aux femmes dans la bande dessinée (dir. F. Chauvaud, L. Bodiou, J.-Ph. Marti, H. Morel)

Appel à contributions : Relire (tout) Tardi (Aarhus, Danemark)

Colloque : Relire (tout) Tardi

Université d’Aarhus, Danemark, 16 et 17 juin 2023

Échéance des proposition : 1er février 2023

Depuis Le Démon des glaces (1974) et son usage inaugural de la figure du savant fou, du « fabricant de merveilles », l’oeuvre de Jacques Tardi s’est développée en suivant des lignes thématiques ou narratives foisonnantes, mais en restant relativement constante dans les questions qu’elle formule, questions lancinantes qui sont notamment liées à la politique et à la légitimité de la violence (c’est-à-dire plus précisément au discours et à la pratique militante) ; à la mémoire historique des XIXe et XXe siècles et à ses différentes modalités de constitution antagonistes (publique / privée ; officielle / alternative ; documentée / imaginaire, macro / micro, etc.) ; à l’imaginaire populaire du hors-norme, du bizarre ou de l’excentrique (savant fou, mais aussi monstre, nain, géant ou gueule cassée, etc). Narrations explicitement critiques, histoires orientées contre les ordres, les classes et les hiérarchies de la société (capitalisme, militarisme, colonialisme…), fictions qui privilégient un imaginaire de l’hybride et du marginal, les récits dissensuels de Tardi n’en ont pas moins connu au fil du temps un mouvement d’intégration, de reconnaissance, voire d’institutionnalisation culturelle remarquable – jusqu’à cette proposition incongrue qui lui a été faite de la Légion d’honneur – qu’il conviendrait d’analyser plus en détails dans le contexte de la culture de masse.

Si la perspective historique et politique de l’oeuvre de Tardi a déjà pu faire l’objet de nombreuses approches, il n’en est pas de même de quelques autres pistes que nous engageons les intervenants à emprunter. Et notamment celle du trauma, tant physique que psychologique, de la rémanence traumatique dans la constitution de l’imaginaire – qui est probablement l’une des clefs permettant d’unifier sa production. Celle du dialogue avec les genres de la fiction populaire réputés d’inspiration progressiste (roman social, roman policier, dystopies steampunk…), ainsi qu’avec leurs formes traditionnelles (dimension sérielle des Adèle Blanc-Sec, par exemple), qui contrastent avec celle des albums plus expérimentaux. Celle de la dimension testamentaire de l’oeuvre, Tardi abordant parfois le fait historique à travers le prisme familial et ponctuant ses récits d’allusions graphiques à ses amis ou à sa compagne. Celle de l’intense dynamique d’adaptation qui traverse toute sa production et qu’il conviendrait d’interroger en tant que telle, c’est-à-dire non pas de façon purement monographique (Tardi et Malet, Daeninckx, Vautrin, Manchette, Céline, etc.), mais bien en tant que logique créatrice générale. Interroger ainsi l’une des puissances d’engendrement essentielles de l’art de Tardi pourra encore nous conduire à éclairer les liens qu’il entretient avec le cinéma (cinéphilie,
contribution à Avril ou le monde truqué et adaptation à l’écran d’Adèle Blanc-Sec). Celle encore de sa réception et de ses traductions – tout particulièrement dans les langues scandinaves.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Relire (tout) Tardi (Aarhus, Danemark)

Appel à contributions : The Crime Genre and Crisis (Univ. of Galway, Ireland)

The Ninth Interdisciplinary Conference of the International Crime Genre Research Network, Ireland The Crime Genre and Crisis

Friday 16 – Saturday 17 June 2023

University of Galway, Ireland

Échéance des propositions : 10 février 2023

In 2022 Collins Dictionary chose ‘Permacrisis’ as their word of the year, reflecting a sense of moving from one crisis to another: pandemic; warfare; mass migration; climate change and environmental breakdown. We read about energy crisis, economic crisis, supply chain crisis, mental health crisis, political crisis, global crisis in gender-based violence. Crisis breeds fear and uncertainty but can also represent a turning point and the potential for urgent, radical action. The aim of this ninth interdisciplinary conference is to examine how the crime genre reflects and engages with ideas of crisis. Indeed, crisis is at the heart of the genre, with crimes affecting individuals, families, communities, nations, forcing them to confront terrible acts and face up to devastating truths. Furthermore, the embeddedness of the modern subject within transnational and global networks of travel, commerce, exchange, influence, raises complex questions of complicity and responsibility in local and global crises. We invite submissions on the theme of crisis within the genre, from the individual to the global. We also invite scholars to consider to what extent genre production reinforces a sense of helplessness in the face of these crises and to what extent it suggests or proposes potential solutions.  

As always, we welcome submissions from those working on crime fiction and film, and wider media production. We invite proposals for papers or panels from a wide range of disciplinary perspectives: literature and languages, criminology, anthropology, economics, politics, sociology, gender studies, health, law, etc. Our ambition remains to bring together researchers from a broad range of disciplines, countries and cultures to share knowledge and insights. We welcome established, early career and postgraduate scholars.

Papers can be on any aspect of crisis and can be on crime fiction production from the inception of the genre to the present day. Papers are welcome from any language area, but must be delivered in English and should be no more than twenty minutes in length.

Gender-based violence: Within the broader call, we include an invitation to scholars working on gender-based violence in the crime genre to register their interest in joining a research network to share expertise in this area.

Continuer la lecture de Appel à contributions : The Crime Genre and Crisis (Univ. of Galway, Ireland)

Parution : Les Peurs de la Belle époque. Crimes, attentats, catastrophes et autres périls (A.-D. Houte)

Arnaud-Dominique Houte, Les Peurs de la Belle époque. Crimes, attentats, catastrophes et autres périls, Paris, Tallandier, 2022.

Paris, 1889 : la tour Eiffel éclaire la Ville Lumière. La Belle Époque qui s’annonce est faite de progrès technique, de prospérité économique, de démocratie politique et de grandeur diplomatique. Mais rien n’est si simple : la modernité éveille aussi les peurs, qui se nourrissent des menaces de guerre, des tensions sociales, des divisions partisanes, d’une sensibilité croissante aux violences et aux drames. Loin d’être cachées ou refoulées, ces craintes sont au coeur de l’imaginaire des hommes et des femmes de 1900 : les meurtres, les mauvais coups des « apaches », les accidents spectaculaires, les épidémies, les attentats anarchistes, les manifestations réprimées dans le sang et les menaces plus ou moins fantasmées s’épanouissent dans la presse, les feuilletons et même le cinéma naissant.

Arnaud-Dominique Houte étudie, de l’Exposition universelle de 1889 à la mobilisation générale de l’été 1914, les préoccupations de la société française. Ses chapitres sont autant d’éclats dans lesquels se décrypte l’imaginaire de la Belle Époque ; leur combinaison constitue une formidable traversée de la France de 1900.

Arnaud-Dominique Houte est professeur d’histoire contemporaine à Sorbonne-Université, spécialiste des questions de sécurité et de la Troisième République. Il est notamment l’auteur de Propriété défendue : La société française à l’épreuve du vol (2021), prix du Sénat du livre d’histoire.

 

Parution : Démons du crime. Les pouvoirs du truand dans l’entre-deux-guerres (V. Platini)

Vincent Platini, Démons du crime. Les pouvoirs du truand dans l’entre-deux-guerres, Paris, Classiques Garnier, coll. “Perspectives comparatistes”, 2022.

Durant l’entre-deux-guerres apparaissent dans la littérature des figures de truands ambiguës. Cet ouvrage examine les discours à l’œuvre dans la construction de personnages qui transgressent une norme de vie. Le public se réapproprie ces figures et en fait les vecteurs de nouvelles pratiques culturelles.

Mots-clés: Michel Foucault, XXe siècle, littérature populaire, roman policier, film noir, film de gangsters, crime, criminel, violence, discipline

Continuer la lecture de Parution : Démons du crime. Les pouvoirs du truand dans l’entre-deux-guerres (V. Platini)

Appel à contributions : La violence dans les objets sémiotiques fictionnels destinés à l’enfance et à la jeunesse (Revue Cultural Express)

Appel à contributions pour un numéro de la revue Cultural Express qui paraîtra en 2023 : “La violence dans les objets sémiotiques fictionnels destinés à l’enfance et à la jeunesse”

Échéance des propositions : 1er octobre 2022

La violence, « huitième péché capital1 » tend à devenir une constante de l’écriture romanesque contemporaine. Après les contes populaires où l’on dévore, trucide et mutile sans vergogne, où il est question d’inceste (Peau d’âne), de mauvais traitements (Grisélidis), de mise à l’écart et de soumission (Cendrillon, Les Fées), d’exclusion (Le Chat botté), d’abandon d’enfants (Petit Poucet), d’infanticide (Le Genevrier), de sacrifice humain (Jean-le-Fidèle), de cannibalisme (Chaperon rouge, dans sa version archaïque), des récits contemporains – véritables « graphies de l’horreur2 » – exposent des atrocités et leurs manifestations. Sous prétexte de dénoncer une société dystopique et à la dérive, Hunger Games renoue avec les combats mythiques et délecte les lecteurs/spectateurs du spectacle d’un combat à mort d’enfants et d’adolescents dans une arène hostile.  Cette trilogie de Suzanne Collins a relancé le débat sur la violence dans la littérature jeunesse en se classant en 5ème position du classement des livres les plus violents, classement établi par l’American Library Association. Twilight, la saga de Stephenie Meyer, présente une justification de la violence masculine physique et morale et « glamourise » les relations toxiques. Divergente et Le Labyrintheplongent les lecteurs/spectateurs dans des mondes futuristes totalitaires et sombres. Dans le monde post-apocalyptique du roman de Veronica Roth, les Divergents sont traqués et tués par le gouvernement ; James Dashner met en scène une cinquantaine d’adolescents amnésiques qui servent de cobayes dans un labyrinthe gigantesque sans issue et peuplé de monstres mécaniques rôdant chaque nuit. Chez J. K. Rowling, la violence intrinsèque au monde magique est présente dès le premier tome de la série littéraire de « low fantasy » Harry Potter : le personnage éponyme brûle le visage du professeur Quirrell d’un simple contact ; ailleurs, il transperce Drago de dizaines de coups d’épée d’un « simple » Sectumsempra. Le lecteur/spectateur découvre un univers où des enfants sont jetés en pâture à des dragons et où de nombreux dangers rôdent au détour d’un couloir. Les violences physiques et morales sont monnaie courante dans ce monde magique et y sont même banalisées au point de servir de point de départ à des divertissements populaires, dont le Quidditch, où les batteurs expédient des sphères métalliques sur des joueurs adverses afin de provoquer une chute de plusieurs mètres de haut. Le héros, Harry Potter, brimé par ses gardiens légaux, fait face à une violence physique et mentale presque permanente sans que les services sociaux moldus interviennent. Dans le monde des sorciers et à Poudlard tout particulièrement, la violence physique est justifiée par la magie qui excuse la gravité de certains actes. Dans les mangas, la violence a une valeur symbolique et renvoie aux archétypes du « bien » contre le « mal ». La cruauté mise en scène dans le manga pour adultes est déplacée sur le versant psychologique dans celui pour adolescents, avec des humiliations (enfermer une fille dans un placard, lui mettre la tête dans l’eau des toilettes, …) ou du harcèlement.

Continuer la lecture de Appel à contributions : La violence dans les objets sémiotiques fictionnels destinés à l’enfance et à la jeunesse (Revue Cultural Express)

  1. Jim Harrison, Entretien (avec François Busnel) sur la sortie de son roman Péchés capitaux, diffusé dans le cadre de l’émission La Grande Librairie, sur France 5, le 3 septembre 2015. []
  2. Rachid Mokhtari, La graphie de l’horreur : essai sur la littérature algérienne, 1990-2000, Alger, Éditions Chihab, 2002. []

Appel à contributions : Écrire l’histoire du harcèlement sexuel sur la longue durée (Univ. Versailles Saint-Quentin)

Colloque Écrire l’histoire du harcèlement sexuel sur la longue durée : nommer, dénoncer, représenter, mettre en image ou en musique

9-10 décembre 2021

Université de Versailles-Saint-Quentin

Échéance des propositions : 15 juin 2021

Dans le cadre du projet AVISA, colloque co-dirigé par Armel Dubois-Nayt de l’université de Versailles-Saint-Quentin (DYPAC) et Réjane Vallée de l’université d’Évry Val d’Essonne (Centre Pierre Naville en collaboration avec le SLAM) avec le soutien de la Maison des Sciences de l’Homme Paris-Saclay et le parrainage de la SIEFAR et de la SAGEF. Ce projet entend ouvrir le chantier de l’historicisation sur la longue période du phénomène social qualifié aujourd’hui de harcèlement sexuel en mobilisant la littérature, l’histoire, le cinéma, les arts. Pour une présentation générale, voir le site : https://avisa.huma-num.fr/s/avisa/page/accueil

Appel :

Françoise Héritier s’interrogeait quelque temps avant sa mort sur le moment historique que l’Occident vit sous l’effet de l’affaire Harvey Weinstein, un moment qui semble marquer une rupture de sensibilité sur la question du harcèlement sexuel et qui correspondrait à une libération de la parole des femmes devant les violences qu’elles subissent.

Pour établir la singularité de l’ère post-Weinstein, il apparaît cependant nécessaire de considérer le harcèlement sexuel comme un phénomène historique ayant connu des occurrences antérieures à la post-modernité, une position déjà défendue en 1994 par Carol Bacchi et Jim Jose, qui mettaient en garde contre la tendance à représenter le harcèlement sexuel comme une « découverte » des mouvements féministes actuels (Bacchi & Jose 263). Telle est la dynamique générale du projet AVISA.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Écrire l’histoire du harcèlement sexuel sur la longue durée (Univ. Versailles Saint-Quentin)

Parution : Marâtre Nature. Quand Gaïa contre-attaque

Publication du premier numéro de la revue Pagaille

http://revue-pagaille.fr

Marâtre Nature. Quand Gaïa contre-attaque (1 | 2021)

Par sa puissance heuristique, la comparaison fait naître des chemins de traverse sans nul doute essentiels dans ce moment de crise qu’est l’Anthropocène. Face à des défis qui paraissent insurmontables, les sociétés néolibérales ont plus que jamais besoin d’une pensée mise en regard d’un Autre, construit volontairement comme représentation alternative.

Sommaire

Introduction
Manon Amandio, Julie Brugier, Hélène Dubail, Amandine Lebarbier & Sébastien Wit

Perspectives historiques

Gaï/ia sur la scène. Figurations de la terre chez Eschyle et Bruno Latour
Déborah Bucchi

La Marâtre indifférente et le poète inconsolable (Du Bellay, Ronsard et Leopardi)
Louise Dehondt

« La nature finira par se venger ! » Lectures croisées de Chen Yingsong, Gao Xingjian et Yan Lianke
Virginie Berthebaud

Perspectives écoféministes

La « Marâtre nature » et la femme révoltée : visions subversives chez Marie Darrieussecq, Laura Pugno et Han Kang
Irene Cecchini

Le Mur invisible [Die Wand] de Marlen Haushofer, une robinsonnade moderne au féminin
Annabel Audureau

Fictions de la catastrophe et extinction de l’être humain

De la violence naturelle à la nature des violences contemporaines. Considérations sur les présupposés théoriques des fictions catastrophistes
Miruna Craciunescu

Du figuré au littéral. Apocalypse végétale dans quelques récits de fin du monde
Aude Volpilhac

Billets d’humeur

Pompéi au Grand Palais : la violence de la Nature en 3 dimensions
Amandine Lebarbier

Temporalités de la catastrophe. Marâtre Nature en bande dessinée
Hélène Dubail

Appel à communications : Les enfants mis en cases

Appel à communications : “Les enfants mis en cases”

Poitiers 21 octobre 2021 – Angoulême 11 mars 2022

La presse satirique, en particulier L’Assiette au Beurre avait consacré plusieurs numéros au « scandale » de Mettray, notamment en 1909, conçu comme un reportage visuel qui a marqué durablement les imaginaires sociaux de plusieurs générations. 

Très tôt, la bande dessinée s’est saisie de l’enfermement. Dans les années 1930, de chaque côté de l’Atlantique, des cellules, des prisons de fortune, des cages aussi enferment les héros que suit le public juvénile. Mais les maisons de corrections, colonies agricoles et pénitentiaires et autres établissements pour mineurs ont fait une entrée souvent discrète dans l’univers de la bande dessinée. Dans La profession du père, l’armoire de l’appartement est appelée « Maison de correction » ; dans Le fils de l’officier, il s’agit cette fois non pas d’un meuble mais d’un véritable « bagne pour enfants ». Dans un autre album, Le Bagne de la honte, Joachim, un enfant de 11 ans, se retrouve, en 1855, dans un centre pénitentiaire pour enfants.

Continuer la lecture de Appel à communications : Les enfants mis en cases

Appel à contributions : Fixxion n°24, “Sexualités : violences subies et reprises de pouvoir”

Fixxion n°24, “Sexualités : violences subies et reprises de pouvoir”

coordonné par Denis Saint-Amand et Mathilde Zbaeren

En 2017, l’éclatement de l’affaire Weinstein a favorisé le rayonnement du mouvement #MeToo, chaîne de solidarité rassemblant les victimes d’agressions sexuelles initiée en 2007 par Tarana Burke, une militante et travailleuse sociale noire américaine. La médiatisation de cette campagne dix ans après l’appel initial de Burke a non seulement permis de révéler au grand public le système de prédation en vigueur au sein du milieu hollywoodien, mais aussi de faire apparaître plus largement l’omniprésence des formes et mécanismes de la violence sexuelle et sexiste au sein des différents espaces sociaux. Autour d’une devise qui fonde les possibilités de reconquérir un pouvoir dans l’empathie, le mouvement #MeToo s’est largement déployé pour impliquer et rallier progressivement des voix de femmes victimes de harcèlement et de violences sexuelles au sein de communautés diverses. Émergeant il y a trois ans comme une dynamique réflexive puissante et polymorphe, ce phénomène médiatique et politique trouve un appui solide sur une tradition de luttes féministes articulées, dans une perspective intersectionnelle (Crenshaw, 1989 ; McCall, 2005), à d’autres mouvements d’émancipation, luttes décoloniales et LGBTQIA+, notamment. Ces perspectives conjointes fournissent des outils épistémologiques puissants permettant à des actrices et acteurs sociaux de défier l’hégémonie d’un patriarcat autant prescriptif que restrictif. Une opération médiatique telle que celle menée en 2017 atteste d’une volonté de démocratiser l’accès aux luttes et de donner au plus grand nombre les moyens de secouer les normes imposées en matière de rapport de genre et de sexualités. Continuer la lecture de Appel à contributions : Fixxion n°24, “Sexualités : violences subies et reprises de pouvoir”