Archives par mot-clé : violence

Appel à contributions : Écrire l’histoire du harcèlement sexuel sur la longue durée (Univ. Versailles Saint-Quentin)

Colloque Écrire l’histoire du harcèlement sexuel sur la longue durée : nommer, dénoncer, représenter, mettre en image ou en musique

9-10 décembre 2021

Université de Versailles-Saint-Quentin

Échéance des propositions : 15 juin 2021

Dans le cadre du projet AVISA, colloque co-dirigé par Armel Dubois-Nayt de l’université de Versailles-Saint-Quentin (DYPAC) et Réjane Vallée de l’université d’Évry Val d’Essonne (Centre Pierre Naville en collaboration avec le SLAM) avec le soutien de la Maison des Sciences de l’Homme Paris-Saclay et le parrainage de la SIEFAR et de la SAGEF. Ce projet entend ouvrir le chantier de l’historicisation sur la longue période du phénomène social qualifié aujourd’hui de harcèlement sexuel en mobilisant la littérature, l’histoire, le cinéma, les arts. Pour une présentation générale, voir le site : https://avisa.huma-num.fr/s/avisa/page/accueil

Appel :

Françoise Héritier s’interrogeait quelque temps avant sa mort sur le moment historique que l’Occident vit sous l’effet de l’affaire Harvey Weinstein, un moment qui semble marquer une rupture de sensibilité sur la question du harcèlement sexuel et qui correspondrait à une libération de la parole des femmes devant les violences qu’elles subissent.

Pour établir la singularité de l’ère post-Weinstein, il apparaît cependant nécessaire de considérer le harcèlement sexuel comme un phénomène historique ayant connu des occurrences antérieures à la post-modernité, une position déjà défendue en 1994 par Carol Bacchi et Jim Jose, qui mettaient en garde contre la tendance à représenter le harcèlement sexuel comme une « découverte » des mouvements féministes actuels (Bacchi & Jose 263). Telle est la dynamique générale du projet AVISA.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Écrire l’histoire du harcèlement sexuel sur la longue durée (Univ. Versailles Saint-Quentin)

Parution : Marâtre Nature. Quand Gaïa contre-attaque

Publication du premier numéro de la revue Pagaille

http://revue-pagaille.fr

Marâtre Nature. Quand Gaïa contre-attaque (1 | 2021)

Par sa puissance heuristique, la comparaison fait naître des chemins de traverse sans nul doute essentiels dans ce moment de crise qu’est l’Anthropocène. Face à des défis qui paraissent insurmontables, les sociétés néolibérales ont plus que jamais besoin d’une pensée mise en regard d’un Autre, construit volontairement comme représentation alternative.

Sommaire

Introduction
Manon Amandio, Julie Brugier, Hélène Dubail, Amandine Lebarbier & Sébastien Wit

Perspectives historiques

Gaï/ia sur la scène. Figurations de la terre chez Eschyle et Bruno Latour
Déborah Bucchi

La Marâtre indifférente et le poète inconsolable (Du Bellay, Ronsard et Leopardi)
Louise Dehondt

« La nature finira par se venger ! » Lectures croisées de Chen Yingsong, Gao Xingjian et Yan Lianke
Virginie Berthebaud

Perspectives écoféministes

La « Marâtre nature » et la femme révoltée : visions subversives chez Marie Darrieussecq, Laura Pugno et Han Kang
Irene Cecchini

Le Mur invisible [Die Wand] de Marlen Haushofer, une robinsonnade moderne au féminin
Annabel Audureau

Fictions de la catastrophe et extinction de l’être humain

De la violence naturelle à la nature des violences contemporaines. Considérations sur les présupposés théoriques des fictions catastrophistes
Miruna Craciunescu

Du figuré au littéral. Apocalypse végétale dans quelques récits de fin du monde
Aude Volpilhac

Billets d’humeur

Pompéi au Grand Palais : la violence de la Nature en 3 dimensions
Amandine Lebarbier

Temporalités de la catastrophe. Marâtre Nature en bande dessinée
Hélène Dubail

Appel à communications : Les enfants mis en cases

Appel à communications : « Les enfants mis en cases »

Poitiers 21 octobre 2021 – Angoulême 11 mars 2022

La presse satirique, en particulier L’Assiette au Beurre avait consacré plusieurs numéros au « scandale » de Mettray, notamment en 1909, conçu comme un reportage visuel qui a marqué durablement les imaginaires sociaux de plusieurs générations. 

Très tôt, la bande dessinée s’est saisie de l’enfermement. Dans les années 1930, de chaque côté de l’Atlantique, des cellules, des prisons de fortune, des cages aussi enferment les héros que suit le public juvénile. Mais les maisons de corrections, colonies agricoles et pénitentiaires et autres établissements pour mineurs ont fait une entrée souvent discrète dans l’univers de la bande dessinée. Dans La profession du père, l’armoire de l’appartement est appelée « Maison de correction » ; dans Le fils de l’officier, il s’agit cette fois non pas d’un meuble mais d’un véritable « bagne pour enfants ». Dans un autre album, Le Bagne de la honte, Joachim, un enfant de 11 ans, se retrouve, en 1855, dans un centre pénitentiaire pour enfants.

Continuer la lecture de Appel à communications : Les enfants mis en cases

Appel à contributions : Fixxion n°24, « Sexualités : violences subies et reprises de pouvoir »

Fixxion n°24, « Sexualités : violences subies et reprises de pouvoir »

coordonné par Denis Saint-Amand et Mathilde Zbaeren

En 2017, l’éclatement de l’affaire Weinstein a favorisé le rayonnement du mouvement #MeToo, chaîne de solidarité rassemblant les victimes d’agressions sexuelles initiée en 2007 par Tarana Burke, une militante et travailleuse sociale noire américaine. La médiatisation de cette campagne dix ans après l’appel initial de Burke a non seulement permis de révéler au grand public le système de prédation en vigueur au sein du milieu hollywoodien, mais aussi de faire apparaître plus largement l’omniprésence des formes et mécanismes de la violence sexuelle et sexiste au sein des différents espaces sociaux. Autour d’une devise qui fonde les possibilités de reconquérir un pouvoir dans l’empathie, le mouvement #MeToo s’est largement déployé pour impliquer et rallier progressivement des voix de femmes victimes de harcèlement et de violences sexuelles au sein de communautés diverses. Émergeant il y a trois ans comme une dynamique réflexive puissante et polymorphe, ce phénomène médiatique et politique trouve un appui solide sur une tradition de luttes féministes articulées, dans une perspective intersectionnelle (Crenshaw, 1989 ; McCall, 2005), à d’autres mouvements d’émancipation, luttes décoloniales et LGBTQIA+, notamment. Ces perspectives conjointes fournissent des outils épistémologiques puissants permettant à des actrices et acteurs sociaux de défier l’hégémonie d’un patriarcat autant prescriptif que restrictif. Une opération médiatique telle que celle menée en 2017 atteste d’une volonté de démocratiser l’accès aux luttes et de donner au plus grand nombre les moyens de secouer les normes imposées en matière de rapport de genre et de sexualités. Continuer la lecture de Appel à contributions : Fixxion n°24, « Sexualités : violences subies et reprises de pouvoir »

Appel à propositions : Representaciones de la violencia en la literatura infantil y juvenil contemporánea de América Latina

Convocatoria para dossier especial des la revista Cambios y permanencias Vol. 12 N°1, 2021

Dossier: Representaciones de la violencia en la literatura infantil y juvenil contemporánea chilena y colombiana desde 1990 y su articulación con el silencio y la memoria.

La revista digital Cambios y Permanencias de la Universidad Industrial de Santander es una publicación semestral y de acceso abierto. Es un espacio de socialización de resultados inéditos de investigación en ciencias sociales, artes y letras, de carácter multi e interdisciplinario orientado a los estudios sociales, para proponer la interacción y los diálogos que permitan indagar la sociedad desde la pluralidad de dimensiones que la conforman, reconociendo su complejidad y dinamismo. La relación interdisciplinar involucra una colaboración estrecha entre conocedores y especialistas de áreas heterogéneas con el fin de resolver problemas conforme al principio de integralidad, diversas escuelas de pensamiento, modelos y posturas para el análisis de cuestiones derivadas de preocupaciones convergentes, complejizando el abordaje y el reconocimiento de un objeto específico, y contribuyendo a evitar que los saberes se definan en función de actividades fraccionadas, dispersas y aisladas.

En su volumen 12 Num.1, del primer semestre de 2021, la revista Cambios y Permanencias publicará artículos relacionados con el tema Representaciones de la violencia en la literatura infantil y juvenil contemporánea de América Latina”  Continuer la lecture de Appel à propositions : Representaciones de la violencia en la literatura infantil y juvenil contemporánea de América Latina

Parution : Femmes du roman policier

Caroline Granier, A armes égales. Les femmes armées dans les romans policiers contemporains, éditions Ressouvenances, 2018.

Les enquêtrices dans les polars… Les figures de fliquesses, de privées, de journalistes d’investigation, d’inspectrices sont de plus en plus nombreuses (françaises, européennes ou américaines). Cérébrales, fonceuses, intuitives ou rationnelles, épanouies ou névrosées. Célibataires ou en couple, avec ou sans enfants. Qu’ont-elles en commun ? Un désir d’aventures et une soif de liberté sans limites. Attention : elles sont souvent armées… combatives en tout cas. Car leur place dans un monde encore dominé par les hommes n’est pas acquise. Alors elles agissent et prennent leurs affaires en main : et si elles nous montraient la voie ?

Continuer la lecture de Parution : Femmes du roman policier

CFP: Graphic Art: Violence and Healing in Comics and Graphic Novels (1e mars 2013)

Call for Papers
Graphic Art: Violence and Healing in Comics and Graphic Novels
Rocky Mountain Conference on Comics and Graphic Novels (ROMOCOCO)
May 28-30, 2013
Contact email: cfp@romococo.com

Recent tragedies, including the Aurora shooting that struck close to the heart of the ROMOCOCO and Denver Comic Con family, have turned the national conversation towards the roots and consequences of violence. Though there are many sociological and psychological areas of study that theorize about the relationship between violence in the media and “real world” violence, it is also important to examine this pervasive topic through literary analysis. For ROMOCOCO 2013, we are particularly interested in essays that investigate the role, purpose and representation of violence in comic books and graphic novels and/or their subsequent film versions. Some possible topics include, but are not limited to:
The Dark Knight Rises specifically; Batman generally
Gender and violence
Formal violence—how the medium itself encourages a visual assault on the eye and page
Violence and ethics—how is violence justified?
Postapocalyptic violence
Rebuilding from catastrophe
Verbal violence
Critiques of violence in story or theme
Cartoonish vs. realistic representations of violence
Girard’s Violence and the Sacred and comics
Violence and psychology/psychoanalysis (Freudian, Jungian, etc.)
Resisting violence
War and peace
Violence and the environment/environmental violence
Trauma Theory
Though we are looking to focus on this theme, any essays or panels on other topics current in comics scholarship are also welcomed. ROMOCOCO strongly encourages multimedia presentations, and will provide basic A/V equipment for all panels.

Deadline for submission is March 1, 2013. Abstracts of up to 500 words and a brief personal bio should be emailed to cfp@romococo.com.

Captivity and Culpability: The Disciplining Subject in the Literary and Cultural Imagination

Captivity and Culpability: The Disciplining Subject in the Literary and Cultural Imagination

14 December 2012, 10:00 – 15 December 2012 18:00

Organised by: Human Rights Consortium
Event Type: Conference / Symposium
Venue: The Senate Room (Senate House, First Floor)
Venue Details: South Block of Senate House, Ground Floor

Description

Societies often have ambiguous and even conflicting attitudes towards state institutions that fulfil normalising, reformatory, punitive or disciplinary functions. This unease is frequently represented in an ambivalence or a hostility not only towards those disciplined or incarcerated but also, and perhaps paradoxically, towards the agents of those institutions, e.g. state incarcerators, the police, interrogators, soldiers, counterterrorist agents, or staff in mental hospitals. These figures tend to be conceptualised and represented in simplistic and often reductively negative terms. This demonisation reflects an unease towards institutions that are understood to be at once socially and politically necessary and saturated with threatening potential.

Connected to this is a complex social attitude towards state violence. At the same time as societies sanction it, figures such as executioners, torturers, and concentration camp guards are frequently despised. For this reason, while severe state violence is sometimes deemed to have situational or conditional necessity, expedience, or legitimacy, it often must also seek to conceal or disguise its own extreme nature as violence. Much as those perpetrating acts of state-sanctioned violence are disavowed, the violence itself is also surrounded by an apparent uncomfortable double standard.

This conference aims to interrogate literary, filmic, popular cultural and artistic representations of the agents of those institutions, specifically in terms of guilt and culpability. Why, for example, can we observe a tendency to hold at a cautious distance the disciplining subject whilst accepting (or even celebrating) the institutions they represent as socially and politically necessary? Why, when the actions of such agents become extreme, transgressive or criminal, is there a tendency to pathologise such actions in terms of individual perversity – as the actions of ‘bad apples’ – and thereby transfer culpability from the institution to the individual subject, rather than explaining such actions in systemic, structural or institutional terms?

Please see the Call for Papers

The conference is organised by Alex Adams (Newcastle University) and Cornelia Wächter (University of Paderborn, Bielefeld University) in cooperation with the Institute of English Studies (University of London) and the Human Rights Consortium (University of London). Please email 200-300 word abstracts for 20 minute papers to a.t.adams@newcastle.ac.uk and cornelia.waechter@uni-paderborn.de by Sunday, 19th August 2012.