Archives par mot-clé : ville

Appel à communications : La ville postapocalyptique comme objet critique dans l’imaginaire nord-américain. Perspectives pluridisciplinaires (Saint-Étienne)

La ville postapocalyptique comme objet critique dans l’imaginaire nord-américain. Perspectives pluridisciplinaires.

3 et 4 octobre 2024

Université Jean Monnet, Saint-Etienne

Date d’échéance : 24 mai 2024

Journées d’études organisées par Vincent Jaunas et Jonathan Tichit.

Texte de l’appel :

Si les fictions nord-américaines regorgent de récits de fins du monde et d’environnements postapocalyptiques variés, elles témoignent d’une fascination particulière pour l’effondrement du mode de vie urbain. A maintes reprises, New York a par exemple été envahie par des monstres (Je suis une légende, Richard Matheson, 1954), des zombies et des vampires (Empire of the Dead, tome 1, George Romero et Alex Maleev, 2014), des Kaiju (Cloverfield, Matt Reeves, 2008) ou des extra-terrestres (Avengers, Joss Whedon, 2012). Elle est aussi devenue trop chaude pour l’espèce humaine (Le Dieu venu du Centaure, Philip K. Dick, 1965), a été engloutie (New York 2140, Kim Stanley Robinson, 2017), ensevelie (La Planète des singes, Franklin Schaffner, 1968) et a sombré dans l’anarchie après un virus mortel (Tom Clancy’s The Division, Ubisoft, 2016) ou une décision politique (New York 1997, John Carpenter, 1981). La ruine totale d’une mégalopole, identifiable au premier coup d’œil, acquiert une dimension emblématique, signifiant par métonymie la ruine du monde. Depuis l’adaptation filmique de La Planète des singes réalisée par Franklin Schaffner et son célèbre twist final, on ne compte plus le nombre de représentations figurant la Statue de la Liberté sous la forme d’un vestige, pour sa capacité à symboliser à elle seule un futur postapocalyptique. Continuer la lecture de Appel à communications : La ville postapocalyptique comme objet critique dans l’imaginaire nord-américain. Perspectives pluridisciplinaires (Saint-Étienne)

PARUTION : Strenæ n°23 : La ville et l’enfant.

Strenæ n°23, “La ville et l’enfant”, sous la direction de Christophe Meunier, 2024.

Nous avons le grand plaisir d’annoncer la parution du n°23 de la revue de l’Afreloce, Strenæ. Recherches sur les livres et les objets culturels de l’enfance. Dirigé par Christophe Meunier, ce numéro est intitulé La ville et l’enfant. Images, récits, espaces.

Accessible en ligne gratuitement ici, le numéro offre une riche table des matières. Ce numéro a bénéficié du soutien du laboratoire InTRu (Université de Tours). Il est dédié à la mémoire de Sandrine Depeau.

PARUTION: En des verres miroirs, obscurément – Une lecture mésocritique de l’habiter urbain dans la fiction cyberpunk (Mésalgie, Tome II)

Christophe Duret, En des verres miroirs, obscurément : Une lecture mésocritique de l’habiter urbain dans la fiction cyberpunk, Les Éditions de l’Inframince, 2023.

 

Le livre En des verres miroirs, obscurément : Une lecture mésocritique de l’habiter urbain dans la fiction cyberpunkde Christophe Duret, est paru aujourd’hui en accès libre et gratuit aux Éditions de l’Inframince.

Il s’agit du deuxième tome du diptyque intitulé MÉSALGIE. Il fait suite à l’ouvrage Moyen Âge postcatastrophique: L’utopie nostalgique au prisme de la mésocritique. 

Cliquez ici pour télécharger l’ouvrage En des verres miroirs, obscurément (Mésalgie, Tome II). 

Cliquez ici pour télécharger l’ouvrage Moyen Âge postcatastrophique (Mésalgie, Tome I).

Informations sur la publication  

Le cyberpunk est mort en 1995, ont jadis affirmé Arthur et Marilouise Kroker, soit le jour où le film Johnny Mnemonic est sorti au cinéma. Pour eux, l’échec de cette œuvre s’explique moins par des raisons esthétiques que par l’avènement de changements culturels rapides, alors que les métaphores cyberpunk des années 1980 ne fonctionnent plus dans les années 1990.

Continuer la lecture de PARUTION: En des verres miroirs, obscurément – Une lecture mésocritique de l’habiter urbain dans la fiction cyberpunk (Mésalgie, Tome II)

Parution : Polarville. Images de la ville dans le roman policier (J.-N. Blanc)

Jean-Noël Blanc, Polarville. Images de la ville dans le roman policier, Lyon, ENS Éditions, 2023.

Préface de Dominique Manotti

Sociologue de la ville, Jean-Noël Blanc endosse dans cet essai le costume du détective privé pour enquêter sur les visions de la ville dans le roman policier.

Il montre ainsi que le polar classique américain (Raymond Chandler, Dashiell Hammett, etc.) a développé un formidable vocabulaire expressionniste des lieux urbains, mais que sa conception de la Grande Ville perverse était très ambiguë. Par la suite, ce modèle d’écriture a évolué sous la pression des conditions réelles de l’urbanisation, comme sous l’influence de divers courants littéraires et politiques. La première édition de Polarville concluait ainsi à la disparition progressive des thèmes principaux du roman noir des origines, sous couvert du maintien de son lexique d’images. Cette réédition, enrichie d’une préface de Dominique Manotti, confirme dans sa postface le passage à un roman beaucoup plus ouvertement urbain et réaliste.

Jean-Noël Blanc, qui enseigné dans les écoles d’architecture de Lyon et de Saint-Étienne, est l’auteur de nombreux romans, recueils de nouvelles ou essais, comme Tête de moi (Gallimard jeunesse, 2002), Besoin de ville (Éditions du Seuil, 2003), L’Inauguration des ruines (Joëlle Losfeld, 2013), et de quelques romans policiers.

Continuer la lecture de Parution : Polarville. Images de la ville dans le roman policier (J.-N. Blanc)

Parution : La ville en planches. Bande dessinée et mondes urbains (Pascal Robert, dir.)

Pascal Robert, dir., La ville en planches : Bande dessinée et mondes urbains, Hermann, 2021

Présentation de l’ouvrage

La ville est actuellement une question vive. La bande dessinée s’en est emparée depuis longtemps. Pour autant, l’analyse de ses représentations bédéiques reste encore largement à investir et ce livre collectif ne sera qu’une pierre à un édifice qu’il faudra encore largement enrichir. La ville est un « objet » complexe, ou plutôt un complexe d’objets qui ne relèvent pas forcément de l’évidence : la bande dessinée, justement, en offre, si on accepte de la regarder avec attention, des objets inattendus comme l’incommunication ou un rayon lumineux, par exemple. Ce qui signifie aussi que ce livre porte moins sur la représentation de la ville en bande dessinée qu’il ne s’interroge sur leur relation. Parce que la bande dessinée peut, à sa manière, documenter la ville ou intervenir dans le processus même de sa production. Parce que, lorsqu’elle met en scène la ville, elle ne manque pas de questionner, sur un mode théorique, le statut de la ville dans un récit de bande dessinée : est-ce un simple décor, ou bien tout autre chose ? À quoi sert-elle dans la dynamique narrative ? Quel rôle joue-t-elle ? Parce que ville et bande dessinée peuvent partager la question de la marge ou de la fenêtre et nouer un dialogue à ce sujet. Il se dégage, dès lors, deux grandes logiques dans ces approches : l’une qui explore plutôt l’urbain comme un jeu de cadres et l’autre qui explore plutôt les interstices, le presque rien et le décalage.

Parution : Paris en ses jardins (J. Synowiecki)

Jan Synowiecki, Paris en ses jardins. Nature et culture urbaine au XVIIIe siècle, Champ Vallon, coll. “L’environnement a une histoire”, 2021

Royaux ou princiers, les jardins de Paris au XVIIIe siècle devaient offrir à la population urbaine des îlots salvateurs face aux exhalaisons et aux miasmes de la ville. Loin d’être figés dans un écrin de verdure et de représenter des enclaves champêtres au cœur de la ville, ces espaces étaient fermement insérés dans le tissu urbain. Ce livre propose ainsi une véritable microphysique de la nature parisienne, des dégâts causés par les taupes à l’élagage des arbres. L’histoire matérielle et vivante des jardins parisiens du XVIIIe siècle permet ainsi de restituer avec le plus de fidélité possible un monde composé de micropartages faisant la part belle aux conflits entre juridictions, aux régulations policières ainsi qu’aux tensions entre les différents usages sociaux de l’espace du jardin.

Lire la table des matières.

Ancien étudiant de l’ENS Ulm, agrégé et docteur en histoire de l’EHESS, Jan Synowiecki est Attaché temporaire d’enseignement et de recherche (ATER) à l’Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis.

colloque : la ville dans les fictions climatiques

La ville dans les fictions climatiques

5-6 mai 2021

En ligne.  Inscriptions : sami@ecoloinfo.com

Organisé par Irène Langlet et Nadège Pérelle, LISAA, Université Gustave Eiffel.

Ce colloque prend place dans le programme PARVIS de l’I-Site FUTURE consacré aux imaginaires urbains futuristes. Il propose de les observer au sein d’un corpus spécifique, les fictions climatiques, en les articulant aux concepts d’Anthropocène et d’Urbanocène.

Les axes de recherche du colloque sont développés dans le CFP « La ville dans les fictions climatiques ».

 

Programme en format PDF.
Continuer la lecture de colloque : la ville dans les fictions climatiques