Archives par mot-clé : utopie

Appel à contributions : Savants fous, machines extraordinaires et créatures (revue Imagin(r)s)

Savants fous, machines extraordinaires et créatures

University of Malta

Revue Imagin(r)s. Revue des littératures utopiques, dystopiques et uchroniques, n° 2

Date d’échéance : 30 juin 2024

Texte de l’appel :

Qu’il s’agisse de créatures qui leur soient soumises ou qui leur échappent ou de machines destinées à améliorer le sort de l’humanité ou à détruire la planète, les créations des savants aussi fous que géniaux alimentent de longue date les littératures de l’imaginaire. Alors que le premier numéro de la revue est sous presse, nous lançons un appel pour ce second numéro. Une invite à se replonger dans les littératures populaires, les oeuvres de Jules Verne, d’Edgar Allan Poe, de Robert Louis Stevenson, de Herbert George Wells, mais aussi de H.P. Lovecraft, William Gibson, Johann Héliot, Xavier Mauméjean… Créations, créatures, créateurs, modes de fabrication, desseins… tous les asepcts de cette vaste problématique pourront être envisagés.

Publiée sous l’égide des Editions Traverse(s), la revue Imagin(r)s a pour finalité de publier des articles inédits dédiés aux littératures de l’imaginaire, appréhendées dans toutes les composantes de leur diversité, dans des numéros thématiques et des varia. Elle se veut lieu de rencontre entre chercheurs en littérature, en histoire, en anthropologie, en cinéma, en bande-dessinée, en art numérique, etc. mais aussi entre romanciers, nouvellistes, illustrateurs, graphistes, dessinateurs… Continuer la lecture de Appel à contributions : Savants fous, machines extraordinaires et créatures (revue Imagin(r)s)

Appel à contributions : Extension africaine francophone du domaine paralittéraire. Formes, enjeux et perspectives (revue Interculturel Francophonies)

Extension africaine francophone du domaine paralittéraire. Formes, enjeux et perspectives

Revue Interculturel Francophonies

Date d’échéance : 15 septembre 2024

Texte de l’appel : 

Ce numéro de la revue Interculturel Francophonies ambitionne d’explorer le domaine postcolonial et francophone d’une réalité littéraire qui, si l’on en croit Yves Reuter, est l’objet d’une « dévalorisation théorique et pédagogique généralisée » ( 1986 : 3) : les paralittératures. Concept mettant l’accent sur le caractère marginal et plus ou moins culturellement illégitime d’un ensemble varié de genres dont la typologie est particulièrement stable, le terme ‘‘paralittératures’’ sert à tracer une frontière institutionnelle entre ce qui relèverait du littéraire et ce qui, en dépit d’une ressemblance apparente, s’en écarte. Quant à l’usage du pluriel, quels que soient le champ littéraire et l’aire géographique où l’on se situe, il revêt un double enjeu. D’une part, cet usage met en lumière « une masse hétéroclite d’objets ‘‘culturels’’ qui semblent n’avoir d’autre chose en commun que leur absence prétendue de valeur esthétique » (Angenot, 1974 : 9), quand, d’autre part, l’emploi du pluriel semble traduire non seulement la « nature intergénérique » (Huybrechts, 2014) du domaine paralittéraire mais également la diversité des codes sémiotiques distinguant les genres paralittéraires. Continuer la lecture de Appel à contributions : Extension africaine francophone du domaine paralittéraire. Formes, enjeux et perspectives (revue Interculturel Francophonies)

Appel à contributions : La dystopie (Colloquia Comparativa Litterarum 2024)

La dystopie

Revue Colloquia Comparativa Letterarum, 10/2024

Date d’échéance : 31 janvier 2024

 

Thématique du numéro :

Dystopia: traditions, genre dynamics, directions of transformation.

Dystopia is a genre of crisis in the modern world, and symptomatically it is becoming increasingly relevant and popular in 21st century literature – as a genre, but no less so as a narrative approach, a type of fiction that adapts to other approaches and genres. Dystopian foresight is more than ever emerging as a practical act by which writers respond to the crises that beset out world. Even Bulgarian literature, which has almost no dystopian tradition, is experiencing a wave of interest in “anti-utopia”, as we are accustomed to naming this genre.

Thematic aspects: historical roots of contemporary dystopia; continuity with the last quarter of the 20th century; political dimensions of dystopian space; subgenre forms and variations; migration of dystopian narrative to mythology, folklore and mass culture; crisis of humanism, problems of the posthuman, post-pessimism. Continuer la lecture de Appel à contributions : La dystopie (Colloquia Comparativa Litterarum 2024)

Appel à communications : Quand la science-fiction change le monde… XIIe Colloque Stella Incognita (Aix-Marseille)

Quand la science-fiction change le monde… XIIe Colloque Stella Incognita

10 à 12 avril 2024.

Aix-Marseille Université.

Date d’échéance : 20 novembre 2023.

Colloque international et pluridisciplinaire, organisé par Collectif Esprit Futur et l’association Stella Incognita, en partenariat avec les laboratoires d’Aix-Marseille Université (PSYCLE, LERMA, LESA, CIELAM, CGGG et l’institut InCIAM).

Texte de l’appel

Version française – English version below 

Comme personne ne connaît le futur, nul ne peut s’en dire expert. Néanmoins, puisque chacun se projette vers le futur, nous en construisons tous forcément un récit, et même un bouquet de récits multiples, où s’entremêlent toutes les questions possibles. Cet appel à communications s’adresse donc à de nombreux domaines disciplinaires pour envisager intuitivement des futurs probables, plausibles, possibles (Voros, 2006), ou significatifs dans ce qu’ils donnent à penser et à vivre par procuration. Si les autres littératures de l’imaginaires (Fantasy, Fantastique) reposent sur un saut hors du réel, nous voudrions dans cet appel porter le regard sur nos relations avec les changements du monde, ce qui correspond plutôt à la science-fiction, même s’il existe plusieurs définitions du genre « science-fiction ». Continuer la lecture de Appel à communications : Quand la science-fiction change le monde… XIIe Colloque Stella Incognita (Aix-Marseille)

Appel à contributions : Eu-topies. Géocritique du mode utopique dans les littératures européennes contemporaines (Rilune, n° 18)

“Eu-topies. Géocritique du mode utopique dans les littératures européennes contemporaines”

Rilune. Revue des littératures européennes, n° 18

Échéance des propositions : 13 avril 2023

Date prévue de parution : novembre 2024

Dirigé par Gaetano Lacalandra et Camilla Marchisotti

[English and Italian below]

APPEL À CONTRIBUTIONS – VERSION FRANÇAISE

La période historique qui s’étend de la Seconde Guerre mondiale à nos jours ne semble pas avoir été particulièrement favorable à l’utopie, entendue comme mise en scène de la cité idéale. La crise du genre se trouve confirmée par le succès de son inverse, à savoir par la prolifération du modèle dystopique dans les récits contemporains de tous types, du roman au théâtre, en passant par les séries télévisées. Du côté de la philosophie, la situation n’est pas plus encourageante : après les derniers grands penseurs du XXe siècle (Bloch, Mannheim, Marcuse), la réflexion philosophique sur l’utopie ne semble pas avoir progressé. Dans le langage courant, le terme est désormais synonyme de projet irréalisable, de chimère. En outre, dans la seconde moitié du siècle dernier, une partie de la méfiance à l’égard de l’utopie en tant que genre littéraire s’explique par l’échec de celles qui, nées d’abord comme des projets politiques utopiques, ont ensuite dégénéré en dictatures (le socialisme de la révolution d’Octobre ou la révolution culturelle de Mao Tsé-toung, le national-socialisme allemand et le régime fasciste en Italie, etc.). De nombreuses dystopies contemporaines ont été écrites dans le but de dénoncer ces régimes totalitaires ou d’analyser leur échec (de 1984 d’Orwell à This perfect day d’Ira Levin). Ces textes problématisent la polarisation entre utopies et dystopies, en rappelant que certaines injonctions totalitaires sont présentes dans le genre utopique depuis ses origines (Platon, Aristote).

Pourtant, paradoxalement, force est de constater que nos sociétés européennes entretiennent toujours un fort désir d’utopie. Il suffit de penser, dans le domaine plus proprement politique, à la quatrième vague (trans)féministe ou aux nouveaux mouvements écologistes. Or, il est légitime de constater que ces désirs ne prennent plus, à l’époque contemporaine et au sein de leurs transpositions littéraires récentes, la forme d’utopies littéraires au sens le plus strict et technique du terme – celle qui, inaugurée par Thomas More, s’est développée au cours des siècles suivants avec Agostini, Campanella, Bacon, Saint-Simon, Fourier et Cabet pour atteindre l’apogée de sa diffusion au XVIIIe siècle, puis connaître un lent déclin à partir de la moitié du XIXe siècle. Cependant, en dissociant l’étude de l’utopie de la catégorie littéraire du genre, pour la rapprocher de la catégorie plus large du mode (cf. Frye ; Cesarani ; Wellek et Warren), on pourrait imaginer de nouvelles possibilités d’application dans un domaine –celui des études utopiques– qui n’a pas encore exploré toutes ses potentialités. Dans ce sens, il suffit de penser aux romans analysés par Tom Moylan dans Demand the Impossible : Science Fiction and the Utopian Imagination (1986, 2014) au prisme de son critère d’utopie critique: The Female Man de Joanna Russ, The Dispossessed d’Ursula K. Le Guin, Woman on the Edge of Time de Marge Piercy et Triton de Samuel R. Delany. À cette suggestion théorique, on souhaite en juxtaposer une autre, de nature méthodologique, en invitant les contributeurs.trices à étudier les instances utopiques présentes dans la littérature européenne contemporaine avec les outils de la géocritique. Dans les théories les plus classiques, l’utopie est souvent évoquée en termes abstraits d’« impulse » (Ernst Bloch, Das Prinzip Hoffnung, 1954-59), avec le risque de l’interpréter comme quelque chose d’abstrait, ‘à venir’. Que se passerait-il, au contraire, en focalisant l’attention de l’analyse critique sur la nature et le fonctionnement de ces espaces textuels, sur l’eu-topie en tant que tentative (souvent contradictoire) d’établir de bons endroits ? En effet, l’espace est une catégorie interprétative qui, contrairement à l’utopie au sens strict, se porte très bien également en littérature. Dans le sillage du Spatial turn qui a concerné les sciences humaines dans les années 1970 (Foucault, Des espaces autres, 1984), à partir des travaux pionniers de Tally (Utopia in the Age of Globalization. Space, Representation, and the World-System, 2013) et Westphal (La géocritique. Réel, fiction, espace, 2007), la géocritique s’est avérée être l’une des méthodologies les plus fécondes dans le contexte littéraire récent.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Eu-topies. Géocritique du mode utopique dans les littératures européennes contemporaines (Rilune, n° 18)

Parution : Moyen Âge postcatastrophique : L’utopie nostalgique au prisme de la mésocritique (Mésalgie, Tome I)

 

Sherbrooke, Canada, 29 mars 2023 – L’ouvrage Moyen Âge postcatastrophique : L’utopie nostalgique au prisme de la mésocritique (Mésalgie, Tome I), de Christophe Duret, vient de paraître en accès libre et gratuit aux Éditions de l’Inframince, dans la collection de l’Hyphe.  

L’ouvrage porte sur la représentation des milieux humains et de leur habiter dans les fictions postcatastrophiques des deux dernières décennies inspirées par le Moyen Âge. Il s’agit du premier tome d’un diptyque consacré à la mésalgie contemporaine dans la science-fiction, un phénomène désignant les rapports problématiques, voire douloureux, des habitants à leur milieu de vie. 

Cliquez ici pour télécharger l’ouvrage 

 

Informations sur la publication  

Lors d’une conférence prononcée en 1984, Umberto Eco dressait le constat d’un regain d’intérêt pour le Moyen Âge dans la culture occidentale d’alors. Cela reste vrai quatre décennies plus tard et le phénomène teinte un grand nombre de fictions postcatastrophiques dans les­quelles cette période historique est mise à profit pour dépeindre sous un jour dysphorique le retour de la barbarie après la chute de la civilisation telle que nous la connaissons ou, sous un jour eupho­­rique, la possibilité de faire table rase d’une société complexe et chaotique, mais aussi de revoir la manière d’ha­biter la Terre en prenant pour inspiration un monde réputé simple, ordonné, à l’échelle humaine.

Continuer la lecture de Parution : Moyen Âge postcatastrophique : L’utopie nostalgique au prisme de la mésocritique (Mésalgie, Tome I)

Appel à contributions : Chinese Science Fiction Cinema

Chinese Science Fiction Cinema

Deadline : May 1, 2023

Submissions are invited for a special issue on Chinese Science Fiction (SF) cinema. Articles addressing cinematic works from all periods and Sinophone regions are welcome. Topics may include, but are not limited to, themes of travel and transportation, gender and sexuality, communication and transmission, infection and contagion, and death and extinction, as well as time travel and uchronic narratives, ecological and environmental concerns, posthuman and non-human perspectives, and utopian, dystopian, and heterotopian visions. Attention to transmedial phenomena positioned at the interstices of cinema, television, literature, graphic novels, video games, etc., are also encouraged.

  • Deadline for abstracts (300-500 words, excluding references): May 1, 2023
  • Abstract decisions: June 1, 2023
  • Submission of full manuscripts (6000-8000 words): September 1, 2023
  • Resubmission of manuscripts with corrections: December 1, 2023
  • Publication: 2024

Abstracts of this special issue should be sent to the guest editor Carlos Rojas (c.rojas@duke.edu) no later than 1st May 2022. Any inquiries should be addressed to the guest editor as well.

Parution : La science-fiction. Une introduction historique et philosophique

Gilbert Hottois, La science-fiction. Une introduction historique et philosophique, Vrin, coll. “Pour Demain”, 2022. 

« Pour Gilbert Hottois, la science-fiction nous aide à penser le futur en confrontant le lecteur à tous les avenirs imaginables. Pétrie de fantasmes et de spéculations transhumanistes, la science-fiction est un lieu idéal pour tester symboliquement les limites de l’humain. La grande science-fiction – de Stapledon à Egan, Banks ou Benford, en passant par Clarke, Lem et quelques autres – conduit de façon passionnante au seuil des singularités. Toutes les merveilles et toutes les abominations sont là, écrites : toutes les utopies, toutes les apocalypses, toutes les transfigurations et tous les anéantissements, tous les progrès et toutes les régressions… La rhétorique de la science-fiction dit que l’espèce humaine peut errer et s’autodétruire ou être victime d’un cataclysme cosmique, mais aussi poursuivre indéfiniment l’exploration et l’invention de soi-même et de l’univers. » (Jean-Noël Missa)

Membre de l’Académie Royale de Belgique et de l’Institut International de Philosophie, Gilbert Hottois était professeur émérite de l’Université Libre de Bruxelles.

Télécharger la table des matières

 

Appel à contributions : Magic. Enchantment and Disenchantment (University of Oxford)

Call for Papers : Twenty-first Annual Conference – Society of Dix-Neuviémistes

Magic: Enchantment and Disenchantment / La Magie : enchantement et désenchantement

University of Oxford (Christ Church), 27 – 29 March 2023

(La version française suit)

Proposals should be sent to sdn.proposals@yahoo.co.uk by 30 November 2022.

In addition to papers with links to the 2023 conference theme, ‘Magic’, for which the regular Call for Papers can be consulted below, we invite submissions for individual papers or panels on:

Research Methodology and/or Theory:  five ten-minute papers and questions*

Pedagogy Roundtable: five ten-minute papers and discussion*

*work-in-progress papers warmly welcomed

We invite individual papers or panels on subjects related to the conference theme, on topics including, but not limited to:

  • The power of the imagination
  • Voyages: the magic of travel; the disenchantment of the world
  • Magical worlds: utopias and dystopias
  • Exoticism as Magic
  • Magic money: get rich quick schemes, stock market bubbles and crashes
  • Magic money: the ‘oncle d’Amérique’, the sudden inheritance and other forms
  • of deus ex machina
  • Romanticism and ‘l’école du désenchantement’ (Bénichou)
  • Le merveilleux and le fantastique (Todorov)
  • Folklore
  • Miracles, transformations and epiphanies
  • Enchantment, fantasy, faërie
  • Belief and scepticism
  • Rationalism and the irrational
  • Mystery and the unexplained; Ghosts
  • The occult and prophecy
  • Spells, Mediums, turning tables, speaking with the dead
  • Witches (Michelet) and Mages (Sâr Péladan…)
  • Demons, devils, and dangerous fairies
  • Science as disenchantment/science as enchantment
  • The Magic of technology: la fée électricité and other innovations
  • Shock and Surprises: the unexpected
  • Poetry as incantation
  • Literature/Poetry as alchemy
  • The Writer/The Poet as alchemist; The Poet as demiurge
  • Art and the uncanny; the artist as magician; the Pygmalion myth
  • Fantastic illustrations and caricatures: Gustave Doré, Grandville…
  • Rewritings of the Mille et une nuits and of Perrault’s Histoires ou contes du temps passé
  • Rewritings of plots and motifs found in les contes de fées (Maupassant, Lorrain)
  • The magic of performance
  • Staging Magic: Acts of illusion and theatrical representations of magic
  • The reception of the Gothic novel in France
  • Hoffmann in France
  • Power over nature and natural forces

Continuer la lecture de Appel à contributions : Magic. Enchantment and Disenchantment (University of Oxford)

Appel à contributions : Utopies / uchronies /rétrofuturisme : transmondes, nouveaux mondes, antimondes (Université de Toulon)

Colloque international : Utopies / uchronies /rétrofuturisme : transmondes, nouveaux mondes, antimondes
 
17-18 novembre 2022, Université de Toulon

Échéance des propositions : 31 juillet 2022
 
Organisation : Valérie Michel-Fauré
 
Notre rapport au temps et à l’espace de l’Histoire, des histoires, s’est considérablement modifié depuis la seconde moitié du XVIIIe siècle et ses évolutions/révolutions politiques, scientifiques, technologiques, industrielles, de transport et de communication. Du temps universel et universaliste structuré par nos civilisations occidentales, tout au long des XIXe et XXe siècles, nous sommes passés à une accélération puis à une relativité temporelle, compression puis expansion spatiale. Aujourd’hui, en ce XXIe siècle, héritiers de cette idéologie progressiste, nos regards sont tournés vers le postmodernisme et sa déconstruction, le postcolonialisme, le posthumanisme, le transhumanisme, les biotechnologies, les transidentités…

Si la notion d’Utopie et la cité d’Utopia, ce lieu de bonheur hors du temps et de l’espace des hommes, nulle part, ainsi définie et fondée en Europe par l’humaniste anglais Thomas More[1], à la Renaissance, a inspiré nombre d’écrivains, d’artistes, de scientifiques et d’explorateurs depuis sa parution, elle trouve sa source dans l’imaginaire antique méditerranéen aspirant à une expansion civilisatrice. Elle se prolonge dans sa structuration et son argumentation à travers la première utopie humaniste littéraire française, l’anti-couvent de l’abbaye de Thélème décrit par Rabelais dans son célèbre Gargantua en 1534[2]. Elle se développe avec une nouvelle dynamique de contestation et une énergie chimérique à travers le regard de Louis-Sébastien Mercier et son roman à succès dans l’ensemble de l’Europe, L’An 2440[3]. Ce récit d’anticipation programmatique de la philosophie des Lumières, cette nouvelle Utopie, inscrite dans le champ de l’Uchronie, se situe bien sur Terre, comme une « prophétie » de la révolution française selon son auteur. Elle sera revue et augmentée à trois reprises jusqu’en 1799 et propose une relecture de l’Histoire, une Histoire parallèle, préromantique et paradoxale.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Utopies / uchronies /rétrofuturisme : transmondes, nouveaux mondes, antimondes (Université de Toulon)