Archives par mot-clé : utopie

Parution : Utopie : entre non-lieu et contrée idéale (QUêtes littéraires n°11)

Quêtes littéraires, n°11 : « Utopie : entre non-lieu et contrée idéale » 

Table des matières

Avant-propos

François Rosset
D’Amaurote à Dumocala : variations sur les rois en utopie  
https://doi.org/10.31743/ql.13306

Matthieu Founeau
L’Abbaye de Thélème : une enclave soustraite au réel ou le paroxysme d’une société élitiste
https://doi.org/10.31743/ql.13307

Pauline Philipps
La trop fragile utopie de L’Astrée : une variation du pot de terre contre le pot de fer
https://doi.org/10.31743/ql.13308

Stanisław Świtlik
Azor d’Aunillon : l’équivoque du langage dans un récit utopique de 1750
https://doi.org/10.31743/ql.13309 

Continuer la lecture de Parution : Utopie : entre non-lieu et contrée idéale (QUêtes littéraires n°11)

APPel à contributions : “Science-fiction audiovisuelle, technologies et innovations” (revue Technologie et Innovation)

Appel à contributions : “Science-fiction audiovisuelle, technologies et innovations”Technologies et innovation.

Échéance des propositions : 15 mars 2022

Les fictions cinématographiques et télévisuelles de science-fiction mettent souvent en scène des technologies imaginaires, utopiques ou dystopiques. Ces dernières plongent le spectateur dans une atmosphère futuriste, propice à l’innovation. Ce numéro de la revue Technologie et Innovation propose aux auteurs de rédiger des articles analysant la fonction de ces technologies dans les récits, et leur éventuel impact sur les pratiques innovantes des acteurs économiques. Robert Shiller (2019) a en effet montré à travers son concept d’économie narrative que les discours ont une influence sur le comportement des consommateurs, des investisseurs et des entrepreneurs. Les films et les séries ont ainsi un impact dans la création des discours des prospectivistes et innovateurs chargés d’imaginer le monde de demain. La science-fiction participe ainsi à la création du futur en présentant des technologies utopiques aux spectateurs. Certains films provoquent le rejet de la technologie présentée. D’autres, au contraire, suscitent l’intérêt pour un nouvel objet.

L’économie a besoin de fictions pour créer des modèles de technologies et de sociétés à réaliser. Le cinéma joue un rôle important dans la création de ces récits. Hollywood, objet de soft power américain, développe ainsi des fictions à l’influence centrale dans la diffusion de l’utopisme technologique de la première puissance mondiale. La science-fiction participe de plus en plus à l’innovation, au point que des prospectivistes, auteurs, et spécialistes de design fiction contribuent à des projets de recherche en amont de la R&D (Michaud, 2017). Kirby (2009) a parlé à propos des technologies utopiques de prototypes diégétiques et en a étudié la performativité et le rôle dans la création d’innovations technologiques.

Pensons par exemple à l’OASIS du film Ready Player One, réalisé par Steven Spielberg, un monde virtuel immersif faisant penser au métavers que souhaitent réaliser les entrepreneurs du numérique dont le chef de file est Mark Zuckerberg. Quelles sont les influences littéraires, technoscientifiques et artistiques qui ont inspiré cette technologie imaginaire ? Dans quelle mesure a-t-elle contribué à l’élaboration de la vision stratégique des acteurs du secteur de la réalité virtuelle et des télécommunications ? (Michaud, 2018)

Continuer la lecture de APPel à contributions : “Science-fiction audiovisuelle, technologies et innovations” (revue Technologie et Innovation)

Parution: William S. Burroughs SF machine (Clémentine Hougue)

Clémentine Hougue, William S. Burroughs SF machine,  Éditions JOU, 2021

Présentation de l’ouvrage

Des envahisseurs vénusiens, des complots interplanétaires, des voyages dans le temps, des organes de surveillance omniprésents et des insurrections pirates : l’œuvre de William S. Burroughs est profondément marquée par l’imaginaire de la science-fiction, genre dont il était un lecteur enthousiaste. Dans cet essai, Clémentine Hougue, docteure en littérature comparée, apporte un éclairage inédit sur la manière dont l’auteur du Festin nu combine les thèmes de la littérature de genre et les expérimentations d’avant-garde, générant une «machine textuelle» conçue comme une contre-offensive à la prééminence des images, à la prolifération virale de l’information et aux systèmes de contrôle. Continuer la lecture de Parution: William S. Burroughs SF machine (Clémentine Hougue)

Parution : Human Evolution and Fantastic Victorian Fiction (Anna Neill)

Anna Neill, Human Evolution and Fantastic Victorian FictionRoutledge, 2021

Following the publication of Darwin’s On the Origin of Species, Victorian anthropology made two apparently contradictory claims: it distinguished “civilized man” from animals and “primitive” humans and it linked them though descent. Paradoxically, it was by placing human history in a deep past shaped by minute, incremental changes (rather than at the apex of Providential order) that evolutionary anthropology could assert a new form of human exceptionalism and define civilized humanity against both human and nonhuman savagery.

This book shows how fantastic Victorian and early Edwardian fictions—utopias, dystopias, nonsense literature, gothic horror, and children’s fables—untether human and nonhuman animal agency from this increasingly orthodox account of the deep past. As they imagine worlds that lift the evolutionary constraints on development and as they collapse evolution into lived time, these stories reveal (and even occupy) dynamic landscapes of cognitive descent that contest prevailing anthropological ideas about race, culture, and species difference.

Continuer la lecture de Parution : Human Evolution and Fantastic Victorian Fiction (Anna Neill)

Parution : Égalité, Edward Bellamy

Edward Bellamy, Égalité, Publie.net, 2021 [1897]

Auteur en 1888 de Dans cent ans ou l’an 2000 qui connut un succès mondial et de multiples éditions en France à partir de 1891, Edward Bellamy propose une suite de ce classique de l’anticipation utopique avec Égalité (Equality). De ce second roman, seule « La parabole du réservoir d’eau » a largement été diffusée dans la presse libertaire et socialiste. Mais bien d’autres aspects du texte sont importants : Bellamy place les femmes à égalité avec les hommes (éducation, mariage, vie professionnelle, revenus, vêtements…), se positionne comme auteur précurseur de l’économie distributive (revenus annuels non capitalisables, propriété d’usage…), questionne la défense de l’environnement, la protection des animaux, l’impact des activités humaines sur la Terre, ainsi que l’unité de l’humanité (chaque habitant parle sa langue maternelle et la langue universelle). Il ne néglige pas non plus les progrès techniques et l’on voit apparaître l’électroscope, les disques phonographiques, les voitures à moteur et les véhicules aériens… Il invente également — il écrit ces lignes en 1897 — une « carte de crédit » qui permet aux citoyens du XXe siècle de régler toutes leurs dépenses.
Pour la première fois, ce texte majeur de la littérature d’anticipation utopique est disponible en français.

Traduction de Paul Zimmermann, revue, complétée et modernisée par Philippe Éthuin.

Colloque : De l’utopie à la science-fiction. Imaginaire et fantasmatique (La Réunion, en ligne)

Colloque “De l’utopie à la science-fiction. Imaginaire et fantasmatique

Du 27 mai 2021 au 29 mai 2021

En ligne sur Zoom

Organisé par l’Université de La Réunion (responsable : Françoise Sylvos)

Présentation

Ce colloque sur les imaginaires de la science-fiction et de l’utopie qui se propose d’inclure un questionnement sur les mondes possibles ou alterréalités, la femme ou l’environnement, prolongera les recherches déjà menées au cours de récents colloques (SERD, Universités de Caen, de Tunis/Carthage,de Salerne, La Réunion), et complétera la réflexion en l’engageant sur de nouvelles voies. Sans négliger les visées et visions politiques et sociales des réformateurs, ce colloque mettra l’accent sur la poétique de l’imaginaire à l’oeuvre dans les textes utopiques, d’anticipation et de science-fiction – comme dans les représentations post-apocalyptiques. Textes et oeuvres – productions visuelles et audiovisuelles, arts plastiques, cinéma et séries confondus – seront abordés de façon novatrice, sous l’angle de la psychocritique, de la poétique bachelardienne, mais aussi sur le plan du symbole, du mythe, de la dimension fantasmatique et du comique. On pourrait aussi montrer en quoi l’esthétique de ces productions littéraires ou artistiques fait appel aux désirs, aux émotions et à la sensibilité du lecteur. Continuer la lecture de Colloque : De l’utopie à la science-fiction. Imaginaire et fantasmatique (La Réunion, en ligne)

Parution : Dystopias and Utopias on Earth and Beyond (D. A. Vakoch, ed.)

Douglas A. Vakoch (ed.), Dystopias and Utopias on Earth and Beyond. Feminist Ecocriticism of Science Fiction, Routledge, 2021

Presentation

Caught as we are in a grave climate crisis that seems more irreversible with every passing year, our literary portrayals of the future often feature the dystopian collapse of the world as we know it. Science fiction explores how we got here, while pointing toward a more hopeful path forward. From an ecofeminist perspective, a core cause of our current ecological catastrophe is the patriarchal domination of nature, playing out in parallel with the oppression of women. As an alternative to dystopian futures that seem increasingly inevitable, ecofeminist science fiction helps us conjure utopias that promote environmental sustainability based on more egalitarian human relationships.

Dystopias and Utopias on Earth and Beyond: Feminist Ecocriticism of Science Fiction explores the fictional worlds of such canonical novelists as Margaret Atwood, Octavia Butler, Ursula K. Le Guin, Doris Lessing, and Joan Slonczewski, as well as those of lesser-known science fiction writers, as they collectively probe humanity’s greatest existential threats. Contributors from five continents provide compelling analyses of far future dystopias on Earth that are all too easy to imagine becoming reality if humankind’s current trajectory continues, as well as provocative insights into science fiction utopias set on idyllic planets orbiting distant stars, which offer liberatory alternatives that might someday be actualized in the real world. By examining the links between the destruction of the environment and the domination of women, Dystopias and Utopias on Earth and Beyond provides the tools to counteract those intertwined oppressions, helping create a foundation for a truly habitable world.

Continuer la lecture de Parution : Dystopias and Utopias on Earth and Beyond (D. A. Vakoch, ed.)

Appel à contributions : Les esthétiques du désordre. Pour une autre généalogie de l’utopie.

Ouvrage collectif :  Les Esthétiques du désordre. Pour une nouvelle généalogie de l’utopie

Échéances des propositions : 4 juillet 2021

Dirigé par Aurore Turbiau, Samy Lagrande, Judith Cohen

Appel

L’ouvrage Les Esthétiques du désordre. Pour une nouvelle généalogie de l’utopie vise à proposer une relecture du genre de l’utopie sous l’angle du désordre, de l’anarchie, de la déconstruction et de la destruction.

L’utopie est ordinairement définie comme un genre fictionnel et politique apparu à la suite de l’œuvre éponyme de Thomas More en 1516, Utopia. Ce modèle classique de l’utopie, celui de la fiction méditative, semble, aujourd’hui encore, nourrir les imaginaires – bien que d’autres modèles eussent pu, dans l’histoire, le remplacer.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Les esthétiques du désordre. Pour une autre généalogie de l’utopie.

Parution : Demain, la Commune ! Anticipations sur la Commune de Paris de 1871. Une anthologie (1872-1899)(dir. Philippe Ethuin)

Demain, la Commune !  Anticipations sur la Commune de Paris de 1871 – Une anthologie (1872-1899), Textes réunis par Philippe Ethuin, Préface de Jean-Guillaume Lanuque, publie.net, collection “Archéo SF”, 2021.

Depuis son écrasement au terme de la Semaine sanglante, la Commune de Paris ne cesse de hanter notre imaginaire.

Dès 1871, anti-communards et pro-communards ont cauchemardé ou rêvé d’un triomphe à venir de la Commune, imaginant des anticipations, dystopies, uchronies et utopies. Chacun des textes rassemblés dans Demain, la Commune ! imagine, pour le pire ou pour le meilleur, la victoire de la Commune.

« La période que nous vivons n’est pas sans rappeler celle qui s’intercale entre la chute de la Commune en mai 1871 et la mobilisation générale d’août 1914, qui sonna en apparence le glas des possibilités révolutionnaires. Durant ce presque demi-siècle, les écrivains demeurèrent hantés par le spectre de la Commune, cet épisode révolutionnaire qui devint la nouvelle référence majeure, prenant le relais dans l’imaginaire collectif de la Grande Révolution de 1789, et précédant l’hégémonie dominante que la révolution russe imposa entre 1917 et 1991 aux anticipations révolutionnaires. »

Philippe Ethuin est membre de l’Association des Amis du Roman Populaire, enseignant à l’Université de Picardie Jules Verne.

Jean-Guillaume Lanuque est professeur d’histoire-géographie, membre du collectif interdisciplinaire Dissidences.

Appel à propositions : La technique comme narration : entre récit, droit et politique

La technique comme narration : entre récit, droit et politique

Revue Études Digitales

La représentation narrative du monde technologique est, au premier abord, relativement pauvre, bien que les productions littéraires, cinématographiques ou télévisuelles soient, en cette matière, particulièrement nombreuses. En effet, l’essentiel de ce champ fictionnel est occupé, depuis une vingtaine d’années, par des histoires apocalyptiques ou post-apocalyptiques plus ou moins stéréotypées.

Utopie / Dystopie
Un grand nombre de dystopies racontent ainsi la vie de sociétés enfermées derrière les limites étroites d’un monde résiduel réputé “encore vivable” alors que l’extérieur sourd de menaces. Cette nouvelle forme d’insularité, contrairement aux utopies anciennes, n’est pas l’embryon d’un monde prometteur, ni le laboratoire d’une expérience politique, ni, enfin, le lieu d’une science unifiée et conciliatrice. Les dystopies dont cette insularité contemporaine procède ne font que présenter l’impossibilité de toute politique – l’exclusivité étant donnée à un traitement économique d’un réel déceptif, autrement dit à une pure et simple gestion de crise permanente. Ainsi, non seulement ces matrices narratives ne proposent aucune alternative, mais elles ne dénoncent jamais complètement un état de fait qui semble indépassable.
À l’opposé du spectre, se déploie une narration “logico-scientifique” pour laquelle l’efficacité de la technique est une preuve de la validité de cette dernière : cette autojustification permet de donner la technique pour une fin en soi la laissant par conséquent ininterrogée. Tout se passe comme si la science et la technologie disposaient d’un pouvoir “thaumaturge” et étaient donc susceptibles de s’exonérer de détours narratifs perçus comme d’inutiles pertes de temps.

Continuer la lecture de Appel à propositions : La technique comme narration : entre récit, droit et politique