Archives par mot-clé : uchronie

Appel à contributions : Savants fous, machines extraordinaires et créatures (revue Imagin(r)s)

Savants fous, machines extraordinaires et créatures

University of Malta

Revue Imagin(r)s. Revue des littératures utopiques, dystopiques et uchroniques, n° 2

Date d’échéance : 30 juin 2024

Texte de l’appel :

Qu’il s’agisse de créatures qui leur soient soumises ou qui leur échappent ou de machines destinées à améliorer le sort de l’humanité ou à détruire la planète, les créations des savants aussi fous que géniaux alimentent de longue date les littératures de l’imaginaire. Alors que le premier numéro de la revue est sous presse, nous lançons un appel pour ce second numéro. Une invite à se replonger dans les littératures populaires, les oeuvres de Jules Verne, d’Edgar Allan Poe, de Robert Louis Stevenson, de Herbert George Wells, mais aussi de H.P. Lovecraft, William Gibson, Johann Héliot, Xavier Mauméjean… Créations, créatures, créateurs, modes de fabrication, desseins… tous les asepcts de cette vaste problématique pourront être envisagés.

Publiée sous l’égide des Editions Traverse(s), la revue Imagin(r)s a pour finalité de publier des articles inédits dédiés aux littératures de l’imaginaire, appréhendées dans toutes les composantes de leur diversité, dans des numéros thématiques et des varia. Elle se veut lieu de rencontre entre chercheurs en littérature, en histoire, en anthropologie, en cinéma, en bande-dessinée, en art numérique, etc. mais aussi entre romanciers, nouvellistes, illustrateurs, graphistes, dessinateurs… Continuer la lecture de Appel à contributions : Savants fous, machines extraordinaires et créatures (revue Imagin(r)s)

Appel à communications : Temps lointains – De la littérature géologique à la science-fiction, XIXe-XXIe siècle

Journée d’étude jeunes chercheurs : Temps lointains – De la littérature géologique à la science-fiction, XIXe-XXIe siècle.

13 juin 2024

Université Gustave Eiffel, Paris-Est (Champs-sur-Marne) – LISAA (FTD)

Echéance des propositions : 24 mars 2024

Organisé par Tristan Tailhades et Sarah Mallah, Laboratoire Littératures, Savoirs et Arts (LISAA)

Aux XVIIIe et XIXe siècles, c’est à la géologie qu’il est revenu de s’engager dans « le sombre abîme du temps » qu’évoquait Buffon, et de révéler que l’histoire du monde ne s’écrivait pas en milliers d’années, comme l’enseignait l’Écriture, mais en millions et bientôt en milliards d’années. On sait l’usage qu’ont fait les sciences de ces très longues durées : Charles Darwin y a adossé sa théorie de l’évolution, qui ne réclamait pas moins que « des milliers de générations » (Darwin, 1859) pour expliquer le passage progressif d’une espèce à une autre. Les temporalités longues des sciences de la nature ont inspiré à Michelet, dans le domaine des sciences humaines, des développements sur la préhistoire des nations (Petitier, 1997). Les découvertes scientifiques rendent possible d’imaginer le monde en des temps très éloignés, dans le passé comme dans le futur. Sur le plan politique, Roger Luckhurst rappelle que le XIXe siècle est le grand moment de la domination des empires coloniaux, ce qui explique selon lui l’élargissement des échelles à la fois temporelles et spatiales  (Luckhurst, 2012). Continuer la lecture de Appel à communications : Temps lointains – De la littérature géologique à la science-fiction, XIXe-XXIe siècle

Appel à contributions : Extension africaine francophone du domaine paralittéraire. Formes, enjeux et perspectives (revue Interculturel Francophonies)

Extension africaine francophone du domaine paralittéraire. Formes, enjeux et perspectives

Revue Interculturel Francophonies

Date d’échéance : 15 septembre 2024

Texte de l’appel : 

Ce numéro de la revue Interculturel Francophonies ambitionne d’explorer le domaine postcolonial et francophone d’une réalité littéraire qui, si l’on en croit Yves Reuter, est l’objet d’une « dévalorisation théorique et pédagogique généralisée » ( 1986 : 3) : les paralittératures. Concept mettant l’accent sur le caractère marginal et plus ou moins culturellement illégitime d’un ensemble varié de genres dont la typologie est particulièrement stable, le terme ‘‘paralittératures’’ sert à tracer une frontière institutionnelle entre ce qui relèverait du littéraire et ce qui, en dépit d’une ressemblance apparente, s’en écarte. Quant à l’usage du pluriel, quels que soient le champ littéraire et l’aire géographique où l’on se situe, il revêt un double enjeu. D’une part, cet usage met en lumière « une masse hétéroclite d’objets ‘‘culturels’’ qui semblent n’avoir d’autre chose en commun que leur absence prétendue de valeur esthétique » (Angenot, 1974 : 9), quand, d’autre part, l’emploi du pluriel semble traduire non seulement la « nature intergénérique » (Huybrechts, 2014) du domaine paralittéraire mais également la diversité des codes sémiotiques distinguant les genres paralittéraires. Continuer la lecture de Appel à contributions : Extension africaine francophone du domaine paralittéraire. Formes, enjeux et perspectives (revue Interculturel Francophonies)

Colloque : Temporalités alternatives. Uchronies, mondes parallèles, rétrofuturisme (Montréal, 17-19 mai 2023)

Colloque Temporalités alternatives. Uchronies, mondes parallèles, rétrofuturisme

17-19 mai 2023

Montréal

Organisé par Elaine Després, Jean-François Chassay, Gina Cortopassi, Antonio Dominguez Leiva, Hélène Machinal, Louis-Paul Willis

Programme

Toutes les séances seront diffusées sur zoom (https://uqam.zoom.us/my/centrefigura). Les heures indiquées sont celles de Montréal.

Mercredi 17 mai 2023

Salle Pierre-Bourgault – J-1450 (405, rue Sainte-Catherine Est)

9h20 – Mots de bienvenue

9h30-10h30

Présidence : Hélène Machinal

  • Conférence d’honneur d’Irène LANGLET, Du « mal de l’avenir » aux « futurs de la nostalgie ». Les émotions des temporalités alternatives

10h30-10h45 – Pause

 

Uchronies de l’intime

10h45-12h15

Présidence : Jean-François Chassay

  • Cassie BÉRARD, Contrefaire la mort. Les fictions extrêmes de David Vann
  • Stanislas DERRIEN, « Having no home other than the chronoclastic ether ». Temporalité instable et nostalgie réparatrice dans la fiction de Jasper Fforde
  • Louis-Paul WILLIS, Nostalgie des origines. Désir et atemporalité dans la série Dark

12h15-13h45 – Repas du midi sur place (offert aux participant.es)

 

Uchronie et histoire contrefactuelle

13h45-15h15

Présidence : Gina Cortopassi

  • Ivan BUREL, The Years of Rice and Salt de Kim Stanley Robinson. Défendre le progressisme occidental sans l’Occident?
  • Simon DANSEREAU-LABERGE, L’uchronie comme écriture ruiniforme. L’Après de la catastrophe dans The Yiddish Policemen’s Union et L’Avenir
  • Mélanie JOSEPH-VILAIN, Fonction(s) de l’uchronie dans Noughts and Crosses de Malorie Blackman

15h15-15h30 – Pause

15h30-16h30

Présidence : Louis-Paul Willis

  • Sophie MARCOTTE, « Mon pays, ce n’est pas un pays… ». Le Québec souverain dans Vies parallèles et La Maison-Bleue
  • Shannon WELLS-LASSAGNE, Making it Real/Reel. Newsreel in The Man in the High Castle and The Plot Against America
 

Jeudi 18 mai 2023

Salle PK-1140 (201, av. du Président-Kennedy)

Temporalités multiples et mondes parallèles

Présidence : Vincent Lavoie

9h30-11h

  • Marceau FORÊT, Utopie, uchronie, science-fiction. Des temporalités discordantes? Diachronie d’une opposition générique et de sa métabolisation dans les sciences humaines et sociales
  • Gaëlle DEBEAUX, Vers une cartographie du temps. Multiplication des récits et pensée du temps dans Cloud Atlas
  • Denis MELLIER, L’histoire du chat qui bifurque. Récit, figures, simultanéité (retour à Borges)

11h-11h15 – Pause

11h15-12h15

  • Hélène MACHINAL, Et si…. une autre espèce. Fictions de mondes possibles et spéciations divergentes
  • Sylvain DAVID, Hypothèses et méta-uchronie. L’épisode « If-Then-Else » de Person of Interest

12h15-13h45 – Repas du midi sur place (offert aux participant.es)

 

Boucles et paradoxes temporels

Présidence : Gabriel Tremblay-Gaudette

13h45-15h15

  • Antonio DOMINGUEZ LEIVA, Généalogies des boucles temporelles
  • André-Philippe LAPOINTE, Ambiguïté, dualité et simultanéité d’une perspective schrödingerienne
  • Arnaud REGNAULD, Grégory Chatonsky. La boucle et le flux

15h15-15h30 – Pause

15h30-16h30

  • Gaïd GIRARD, Les temps spectaculaires de Christopher Nolan
  • Bertrand GERVAIS, Une promenade en mer. Uchronies privées et lignes brisées en culture de l’écran
 

Vendredi 19 mai 2023

Salle PK-1140 (201, av. du Président-Kennedy)

Rétrofuturisme et résurgence du passé

Présidence : Laurence Perron

9h30-11h

  • Victor-Arthur PIÉGAY, No « no future! » Le paléofuturisme conservateur de Dr Stone
  • Anne BESSON, Le Moyen Âge comme fiction. Réflexions sur les passés imaginaires de la fantasy
  • Jessy NEAU, Recompositions géopolitiques et esthétiques de l’ère victorienne avec la gaslamp fantasy

11h-11h15 – Pause

11h15-12h15

  • Laure LÉVÊQUE, Quand les aiguilles tournent à l’envers. L’Horloge des siècles d’Albert Robida ou le progrès dans la régression
  • Fleur HOPKINS-LOFÉRON, Vanitas Vanitatum. Les spectateurs du temps qui passe dans les récits merveilleux-scientifiques

12h15-14h – Repas du midi libre au Central (30, Ste-Catherine Ouest)

 

Nostalgie du futur et travail de mémoire

Présidence : Sylvano Santini

14h-15h

  • Marie SOMMER, Ruines du futur
  • Elaine DESPRÉS, Du passé aux futurs. Temporalités, sérialité et déphasage dans Devs d’Alex Garland

15h-15h15 – Pause

15h15-16h45

  • Lisa HARISTOY, « Junkies stoned on history ». Échapper au présent dans The Tiger Flu de Larissa Lai
  • Sylvie BAUER, « What do you do with all these tenses, these continuous misplacements in time? » Collisions temporelles entre passé décomposé et futur désincarné dan Skin Elegies de Lance Olsen
  • Jean-François CHASSAY, Galileo au pays des merveilles (mathématiques)
 

Soirée à la Cinémathèque québécoise

(335, boul. de Maisonneuve Est)

18h30 – Projection du film Cours, Lola, cours de Tom Tykwer

20h – Cocktail dînatoire de clôture au Café-Bar

Appel à contributions : “Rétrotopies”, Pagaille, revue de littératures et médias comparés

Appel à publications pour le troisième numéro de la revue Pagaille, revue de littératures et médias comparés : “Rétrotopies”

Échéance des propositions : 15 mars 2023

En 2017, l’essai Retrotopia de Zygmunt Baumann, publié de manière posthume, interroge le rapport qu’entretiennent les sociétés occidentales avec le passé. Selon le sociologue, ces dernières se caractériseraient par une perte de foi en l’avenir, « devenu le réceptacle même de tous les cauchemars » (BAUMANN, 2017). Elles seraient ainsi animées par un mouvement de nostalgie envers un passé fantasmé, censé garantir la stabilité en réconciliant sécurité et liberté. Cet élan que Baumann définit comme une rétrotopie est qualifié de réactionnaire, tendant à fermer les imaginaires, à entraîner des régressions politiques, sociales, à construire des communautarismes. Dans une perspective différente mais complémentaire, la réflexion de François Hartog sur le présentisme posait un constat similaire sur nos sociétés contemporaines, devenues incapables de se projeter dans un futur trop anxiogène, bloquées à « un moment d’arrêt, de stase » (HARTOG, 2003), enfermées dans une crise du rapport au temps.

Ce troisième numéro de Pagaille propose ainsi de réfléchir à la manière dont la fiction s’est souvent nourrie de cet élan rétrotopique pour construire des univers parallèles, des mondes possibles, des « utopies régressives » (MURVAI, 2018), caractérisés par un même mouvement de retour vers un passé idéalisé, contrepoint salutaire à un présent décevant ou projection réflexive permettant de dialoguer avec le monde contemporain, de l’enrichir, de rêver à ce qu’il aurait pu être. Ce phénomène est-il bien une « constante de l’esprit humain confronté au temps » comme l’affirment Bénédicte Brémard et Marc Rolland dans De l’âge d’or aux regrets, ou est-il un trait particulièrement saillant de nos sociétés actuelles emmurées dans une crise de l’imaginaire?

La réflexion proposée invite à travailler à la fois sur des œuvres rétrotopiques, sur des œuvres questionnant le phénomène de la rétrotopie, mais aussi à développer une lecture rétrotopique d’œuvres qui ne le sont pas. Continuer la lecture de Appel à contributions : “Rétrotopies”, Pagaille, revue de littératures et médias comparés

Parution: Peut-on sauver le passé ? Imaginaires et récits contre-factuels (Cultural Express, n° 7)

Isabelle-Rachel Casta (dir.), “Peut-on sauver le passé ? Imaginaires et récits contre-factuels”, Cultural Express, n° 7

Sommaire

Appel à contributions : Utopies / uchronies /rétrofuturisme : transmondes, nouveaux mondes, antimondes (Université de Toulon)

Colloque international : Utopies / uchronies /rétrofuturisme : transmondes, nouveaux mondes, antimondes
 
17-18 novembre 2022, Université de Toulon

Échéance des propositions : 31 juillet 2022
 
Organisation : Valérie Michel-Fauré
 
Notre rapport au temps et à l’espace de l’Histoire, des histoires, s’est considérablement modifié depuis la seconde moitié du XVIIIe siècle et ses évolutions/révolutions politiques, scientifiques, technologiques, industrielles, de transport et de communication. Du temps universel et universaliste structuré par nos civilisations occidentales, tout au long des XIXe et XXe siècles, nous sommes passés à une accélération puis à une relativité temporelle, compression puis expansion spatiale. Aujourd’hui, en ce XXIe siècle, héritiers de cette idéologie progressiste, nos regards sont tournés vers le postmodernisme et sa déconstruction, le postcolonialisme, le posthumanisme, le transhumanisme, les biotechnologies, les transidentités…

Si la notion d’Utopie et la cité d’Utopia, ce lieu de bonheur hors du temps et de l’espace des hommes, nulle part, ainsi définie et fondée en Europe par l’humaniste anglais Thomas More[1], à la Renaissance, a inspiré nombre d’écrivains, d’artistes, de scientifiques et d’explorateurs depuis sa parution, elle trouve sa source dans l’imaginaire antique méditerranéen aspirant à une expansion civilisatrice. Elle se prolonge dans sa structuration et son argumentation à travers la première utopie humaniste littéraire française, l’anti-couvent de l’abbaye de Thélème décrit par Rabelais dans son célèbre Gargantua en 1534[2]. Elle se développe avec une nouvelle dynamique de contestation et une énergie chimérique à travers le regard de Louis-Sébastien Mercier et son roman à succès dans l’ensemble de l’Europe, L’An 2440[3]. Ce récit d’anticipation programmatique de la philosophie des Lumières, cette nouvelle Utopie, inscrite dans le champ de l’Uchronie, se situe bien sur Terre, comme une « prophétie » de la révolution française selon son auteur. Elle sera revue et augmentée à trois reprises jusqu’en 1799 et propose une relecture de l’Histoire, une Histoire parallèle, préromantique et paradoxale.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Utopies / uchronies /rétrofuturisme : transmondes, nouveaux mondes, antimondes (Université de Toulon)

Appel à contributions : Utopies / uchronies /rétrofuturisme : transmondes, nouveaux mondes, antimondes (Université de Toulon)

Colloque international : Utopies / uchronies /rétrofuturisme : transmondes, nouveaux mondes, antimondes

Échéance des propositions : 25 juin 2022

17-18 novembre 2022, Université de Toulon
 
Organisation : Valérie Michel-Fauré
 
Notre rapport au temps et à l’espace de l’Histoire, des histoires, s’est considérablement modifié depuis la seconde moitié du XVIIIe siècle et ses évolutions/révolutions politiques, scientifiques, technologiques, industrielles, de transport et de communication. Du temps universel et universaliste structuré par nos civilisations occidentales, tout au long des XIXe et XXe siècles, nous sommes passés à une accélération puis à une relativité temporelle, compression puis expansion spatiale. Aujourd’hui, en ce XXIe siècle, héritiers de cette idéologie progressiste, nos regards sont tournés vers le postmodernisme et sa déconstruction, le postcolonialisme, le posthumanisme, le transhumanisme, les biotechnologies, les transidentités…

Si la notion d’Utopie et la cité d’Utopia, ce lieu de bonheur hors du temps et de l’espace des hommes, nulle part, ainsi définie et fondée en Europe par l’humaniste anglais Thomas More[1], à la Renaissance, a inspiré nombre d’écrivains, d’artistes, de scientifiques et d’explorateurs depuis sa parution, elle trouve sa source dans l’imaginaire antique méditerranéen aspirant à une expansion civilisatrice. Elle se prolonge dans sa structuration et son argumentation à travers la première utopie humaniste littéraire française, l’anti-couvent de l’abbaye de Thélème décrit par Rabelais dans son célèbre Gargantua en 1534[2]. Elle se développe avec une nouvelle dynamique de contestation et une énergie chimérique à travers le regard de Louis-Sébastien Mercier et son roman à succès dans l’ensemble de l’Europe, L’An 2440[3]. Ce récit d’anticipation programmatique de la philosophie des Lumières, cette nouvelle Utopie, inscrite dans le champ de l’Uchronie, se situe bien sur Terre, comme une « prophétie » de la révolution française selon son auteur. Elle sera revue et augmentée à trois reprises jusqu’en 1799 et propose une relecture de l’Histoire, une Histoire parallèle, préromantique et paradoxale.

Fascistes ou libertaires vont s’emparer de la notion d’Utopie, rêver à des mondes alternatifs, tenter d’imprimer sur le monde réel leur imaginaire, en dystopie, en paradigme.

Les portes de la perception ainsi entrouvertes par le poète et peintre anglais William Blake en 1790[4], réactualisées en 1954 par l’écrivain de Science-fiction Aldous Huxley[5], vont conduire les écrivains à réinventer le genre, autour d’une interpolarité temporelle.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Utopies / uchronies /rétrofuturisme : transmondes, nouveaux mondes, antimondes (Université de Toulon)

Appel à contributions : Revue Bibliomanie. Letterature, storiografie, semiotiche, “Science-fiction, Histoire alternative”

Bibliomanie. Letterature, storiografie, semiotiche , n°54, décembre 2022, “Science-fiction, histoire alternative”, Section “Essais et études”.

Échéance des propositions : 10 juillet 2022

Le langage de la science-fiction est désormais devenu un langage commun utilisé pour raconter notre présent, relire notre passé et imaginer notre futur ; en allant ainsi bien outre le canon littéraire, le genre, la science-fiction devient une modalité de discours apte à recueillir les réflexions interdisciplinaires. La revue « Bibliomanie » (www.bibliomanie.it) propose de réfléchir sur les façons dont des formes et des tropes de la science-fiction ont contribué à former de la pensée critique au-delà de leur contexte littéraire d’origine, en créant des parcours de recherche singuliers et innovants y compris dans le champ de l’enquête historiographique et sémiotique. 

« Bibliomanie », en accord avec son approche scientifique interdisciplinaire, appelle pour son numero # 54 (Dicembre 2022), section « Essais et études », des contributions d’approche littéraire, historique et sémiotique, de l’âge moderne à nos jours, qui abordent l’un des thèmes suivants : 

– Vieux et nouveaux langages (signes, codes, formes) du genre de la science-fiction ;
– Hybrides et mutations science-fictionnelles : Sci-Fi, gothique, horreur ; 
– Uchronies, mondes alternatifs, histoire alternative : société, politique, révisionnisme, falsifications ; 
– Futurisme et futurismes alternatifs : afrofuturisme, futurisme autochtone, éco-futurisme, rétro-futurisme, silk/steam/cyberpunk, autres futurismes ; 
– Sémiosphère : Culture, imagination, science-fiction ;
– Science-fiction, science, religion : intersections, hybridations, vulgarisation, instrumentalisation ; 
– Narration et technologie/narration de la technologie ; 
– Scénarios du futur : utopies et dystopies dans la science-fiction ;  
– Science-fiction et science : comment la science-fiction développe et ré-élabore les progrès du monde scientifique ;
– Science-fiction, traumatisme et temporalité : outre l’inhérente dimension futuriste, quels types de chronologies, de traumatismes, de mémoire et mémoires sont récupérés, ré-élaborés et valorisés par la science-fiction ? 

Les propositions de contribution n’excéderont pas les 8000 caractères et devront être envoyées avant le 10 juillet 2022, en indiquant à part les sources et les références bibliographiques. La rédaction contactera uniquement les auteur.e.s sélectionné.e.s avant le 31 juillet 2022. Le rendu des contributions est prévu pour le 31 octobre 2022(longueur maximum 50 000 caractères). Les propositions doivent être envoyées à : info@bibliomanie.it

Veuillez noter que Bibliomanie accepte également des propositions de contribution destinées aux autres sections de la revue : « Notes et réflexions », « Lectures et critiques », « Traductions, inédits, textes rares », « Didactique ». Veuillez contacter la rédaction pour plus d’informations : info@bibliomanie.it

Continuer la lecture de Appel à contributions : Revue Bibliomanie. Letterature, storiografie, semiotiche, “Science-fiction, Histoire alternative”

Appel à contributions : Temporalités alternatives : uchronies, mondes parallèles et rétrofuturisme (Université du Québec, Montréal)

Colloque international : Temporalités alternatives : uchronies, mondes parallèles et rétrofuturisme

Université du Québec à Montréal, 17-19 mai 2023

Organisé par Elaine Després, Gina Cortopassi, Hélène Machinal, Antonio Dominguez Leiva et Jean-François Chassay

Si nos perceptions et nos représentations du temps ont longtemps été stables, elles se sont diversifiés et complexifiés depuis le 19e siècle. Les révolutions industrielles, du transport et des communications nous ont d’abord fait entrer dans le temps accéléré et irrémédiablement tourné vers l’avenir de l’idéologie progressiste. Puis, au 20e siècle, la physique théorique a proposé une relativisation du temps, sa courbure et son maillage avec l’espace, un temps cosmique qui n’a plus rien d’humain et qui donne le vertige. C’est également le siècle de la Seconde Guerre mondiale et son temps de la fin de l’humanité; la fin des empires coloniaux et de son temps universel; la fin de la guerre froide et celle de l’Histoire, selon les vainqueurs néo-libéraux; mais aussi la fin des grands récits et la déconstruction temporelle postmoderniste. Au 21e siècle, le présentisme s’est imposé avec l’arrivée du numérique et des écrans, sans compter la pandémie actuelle dont l’impact sur notre rapport au temps est encore à étudier. Il s’agit là d’un portrait incomplet, mais il montre la complexité de ce qui est en jeu : plutôt que de se succéder, ces changements s’additionnent et demeurent bien prégnants. Ce n’est donc pas un hasard si l’émergence et la montée en popularité des représentations alternatives du temps débute également au 19e siècle. Alors que la solidité du réel s’effrite et que le temps apparaît de moins en moins linéaire, que le rapport au passé, au présent et au futur se fait incertain, l’imaginaire devient l’interface idéale pour l’appréhender, et les différentes formes de fiction et de représentation contemporaines lui offrent un support parfait.

En 1857, le philosophe Charles Renouvier invente le terme « uchronie » – cette « utopie dans l’Histoire » – et marque la naissance d’un genre qui fleurit autant chez les philosophes politiques que chez les littéraires, un genre qui nous ramène aux fondements mêmes de la fiction en posant la question : « Et si… ? ». L’uchronie déplace l’utopie spatiale vers une nouvelle frontière, celle du temps, et comme l’utopie, elle est politique dès le départ. Au 19e siècle, les uchronies permettent d’imaginer ce que serait le monde occidental si l’Empire romain ne s’était pas écroulé, si Napoléon avait vaincu, si les rois n’avaient pas perdu la tête, mais au 20e siècle, elles se déplacent vers un point de divergence uchronique quasi unique qui obsède, qui apparaît comme le temps zéro de notre époque : la fin de la Seconde Guerre mondiale. La très vaste majorité des uchronies récentes imaginent ce que serait notre présent après une victoire nazie, si Hitler était mort plus tôt ou s’il était devenu un artiste. Si l’on parle de « ground zero » dans l’imaginaire de la fin (pour parler de la bombe nucléaire ou des attaques du 11 septembre), l’imaginaire uchronique diverge à partir d’un « temps zéro » qui se situe souvent en 1945. Ce choix pourrait s’expliquer de plusieurs manières : une vraie impression qu’il s’agit là d’un moment de basculement majeur; la peur d’un retour du fascisme aujourd’hui; la nostalgie d’une époque sans ambiguïté morale, etc. Aujourd’hui, l’uchronie prend plusieurs formes : individuelle, explorant les enjeux des choix personnels et leurs contingences; économique (Sagan); ou culturelle. Dans ce dernier cas, elle peut offrir la possibilité de ré-imaginer une version de l’histoire avec, au centre de celle-ci, des acteurs autrement marginalisés dans celle de l’Occident, afin de mettre en exergue et de dé-essentialiser cette marginalité.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Temporalités alternatives : uchronies, mondes parallèles et rétrofuturisme (Université du Québec, Montréal)