Archives par mot-clé : uchronie

Parution: Peut-on sauver le passé ? Imaginaires et récits contre-factuels (Cultural Express, n° 7)

Isabelle-Rachel Casta (dir.), “Peut-on sauver le passé ? Imaginaires et récits contre-factuels”, Cultural Express, n° 7

Sommaire

Appel à contributions : Utopies / uchronies /rétrofuturisme : transmondes, nouveaux mondes, antimondes (Université de Toulon)

Colloque international : Utopies / uchronies /rétrofuturisme : transmondes, nouveaux mondes, antimondes
 
17-18 novembre 2022, Université de Toulon

Échéance des propositions : 31 juillet 2022
 
Organisation : Valérie Michel-Fauré
 
Notre rapport au temps et à l’espace de l’Histoire, des histoires, s’est considérablement modifié depuis la seconde moitié du XVIIIe siècle et ses évolutions/révolutions politiques, scientifiques, technologiques, industrielles, de transport et de communication. Du temps universel et universaliste structuré par nos civilisations occidentales, tout au long des XIXe et XXe siècles, nous sommes passés à une accélération puis à une relativité temporelle, compression puis expansion spatiale. Aujourd’hui, en ce XXIe siècle, héritiers de cette idéologie progressiste, nos regards sont tournés vers le postmodernisme et sa déconstruction, le postcolonialisme, le posthumanisme, le transhumanisme, les biotechnologies, les transidentités…

Si la notion d’Utopie et la cité d’Utopia, ce lieu de bonheur hors du temps et de l’espace des hommes, nulle part, ainsi définie et fondée en Europe par l’humaniste anglais Thomas More[1], à la Renaissance, a inspiré nombre d’écrivains, d’artistes, de scientifiques et d’explorateurs depuis sa parution, elle trouve sa source dans l’imaginaire antique méditerranéen aspirant à une expansion civilisatrice. Elle se prolonge dans sa structuration et son argumentation à travers la première utopie humaniste littéraire française, l’anti-couvent de l’abbaye de Thélème décrit par Rabelais dans son célèbre Gargantua en 1534[2]. Elle se développe avec une nouvelle dynamique de contestation et une énergie chimérique à travers le regard de Louis-Sébastien Mercier et son roman à succès dans l’ensemble de l’Europe, L’An 2440[3]. Ce récit d’anticipation programmatique de la philosophie des Lumières, cette nouvelle Utopie, inscrite dans le champ de l’Uchronie, se situe bien sur Terre, comme une « prophétie » de la révolution française selon son auteur. Elle sera revue et augmentée à trois reprises jusqu’en 1799 et propose une relecture de l’Histoire, une Histoire parallèle, préromantique et paradoxale.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Utopies / uchronies /rétrofuturisme : transmondes, nouveaux mondes, antimondes (Université de Toulon)

Appel à contributions : Utopies / uchronies /rétrofuturisme : transmondes, nouveaux mondes, antimondes (Université de Toulon)

Colloque international : Utopies / uchronies /rétrofuturisme : transmondes, nouveaux mondes, antimondes

Échéance des propositions : 25 juin 2022

17-18 novembre 2022, Université de Toulon
 
Organisation : Valérie Michel-Fauré
 
Notre rapport au temps et à l’espace de l’Histoire, des histoires, s’est considérablement modifié depuis la seconde moitié du XVIIIe siècle et ses évolutions/révolutions politiques, scientifiques, technologiques, industrielles, de transport et de communication. Du temps universel et universaliste structuré par nos civilisations occidentales, tout au long des XIXe et XXe siècles, nous sommes passés à une accélération puis à une relativité temporelle, compression puis expansion spatiale. Aujourd’hui, en ce XXIe siècle, héritiers de cette idéologie progressiste, nos regards sont tournés vers le postmodernisme et sa déconstruction, le postcolonialisme, le posthumanisme, le transhumanisme, les biotechnologies, les transidentités…

Si la notion d’Utopie et la cité d’Utopia, ce lieu de bonheur hors du temps et de l’espace des hommes, nulle part, ainsi définie et fondée en Europe par l’humaniste anglais Thomas More[1], à la Renaissance, a inspiré nombre d’écrivains, d’artistes, de scientifiques et d’explorateurs depuis sa parution, elle trouve sa source dans l’imaginaire antique méditerranéen aspirant à une expansion civilisatrice. Elle se prolonge dans sa structuration et son argumentation à travers la première utopie humaniste littéraire française, l’anti-couvent de l’abbaye de Thélème décrit par Rabelais dans son célèbre Gargantua en 1534[2]. Elle se développe avec une nouvelle dynamique de contestation et une énergie chimérique à travers le regard de Louis-Sébastien Mercier et son roman à succès dans l’ensemble de l’Europe, L’An 2440[3]. Ce récit d’anticipation programmatique de la philosophie des Lumières, cette nouvelle Utopie, inscrite dans le champ de l’Uchronie, se situe bien sur Terre, comme une « prophétie » de la révolution française selon son auteur. Elle sera revue et augmentée à trois reprises jusqu’en 1799 et propose une relecture de l’Histoire, une Histoire parallèle, préromantique et paradoxale.

Fascistes ou libertaires vont s’emparer de la notion d’Utopie, rêver à des mondes alternatifs, tenter d’imprimer sur le monde réel leur imaginaire, en dystopie, en paradigme.

Les portes de la perception ainsi entrouvertes par le poète et peintre anglais William Blake en 1790[4], réactualisées en 1954 par l’écrivain de Science-fiction Aldous Huxley[5], vont conduire les écrivains à réinventer le genre, autour d’une interpolarité temporelle.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Utopies / uchronies /rétrofuturisme : transmondes, nouveaux mondes, antimondes (Université de Toulon)

Appel à contributions : Revue Bibliomanie. Letterature, storiografie, semiotiche, “Science-fiction, Histoire alternative”

Bibliomanie. Letterature, storiografie, semiotiche , n°54, décembre 2022, “Science-fiction, histoire alternative”, Section “Essais et études”.

Échéance des propositions : 10 juillet 2022

Le langage de la science-fiction est désormais devenu un langage commun utilisé pour raconter notre présent, relire notre passé et imaginer notre futur ; en allant ainsi bien outre le canon littéraire, le genre, la science-fiction devient une modalité de discours apte à recueillir les réflexions interdisciplinaires. La revue « Bibliomanie » (www.bibliomanie.it) propose de réfléchir sur les façons dont des formes et des tropes de la science-fiction ont contribué à former de la pensée critique au-delà de leur contexte littéraire d’origine, en créant des parcours de recherche singuliers et innovants y compris dans le champ de l’enquête historiographique et sémiotique. 

« Bibliomanie », en accord avec son approche scientifique interdisciplinaire, appelle pour son numero # 54 (Dicembre 2022), section « Essais et études », des contributions d’approche littéraire, historique et sémiotique, de l’âge moderne à nos jours, qui abordent l’un des thèmes suivants : 

– Vieux et nouveaux langages (signes, codes, formes) du genre de la science-fiction ;
– Hybrides et mutations science-fictionnelles : Sci-Fi, gothique, horreur ; 
– Uchronies, mondes alternatifs, histoire alternative : société, politique, révisionnisme, falsifications ; 
– Futurisme et futurismes alternatifs : afrofuturisme, futurisme autochtone, éco-futurisme, rétro-futurisme, silk/steam/cyberpunk, autres futurismes ; 
– Sémiosphère : Culture, imagination, science-fiction ;
– Science-fiction, science, religion : intersections, hybridations, vulgarisation, instrumentalisation ; 
– Narration et technologie/narration de la technologie ; 
– Scénarios du futur : utopies et dystopies dans la science-fiction ;  
– Science-fiction et science : comment la science-fiction développe et ré-élabore les progrès du monde scientifique ;
– Science-fiction, traumatisme et temporalité : outre l’inhérente dimension futuriste, quels types de chronologies, de traumatismes, de mémoire et mémoires sont récupérés, ré-élaborés et valorisés par la science-fiction ? 

Les propositions de contribution n’excéderont pas les 8000 caractères et devront être envoyées avant le 10 juillet 2022, en indiquant à part les sources et les références bibliographiques. La rédaction contactera uniquement les auteur.e.s sélectionné.e.s avant le 31 juillet 2022. Le rendu des contributions est prévu pour le 31 octobre 2022(longueur maximum 50 000 caractères). Les propositions doivent être envoyées à : info@bibliomanie.it

Veuillez noter que Bibliomanie accepte également des propositions de contribution destinées aux autres sections de la revue : « Notes et réflexions », « Lectures et critiques », « Traductions, inédits, textes rares », « Didactique ». Veuillez contacter la rédaction pour plus d’informations : info@bibliomanie.it

Continuer la lecture de Appel à contributions : Revue Bibliomanie. Letterature, storiografie, semiotiche, “Science-fiction, Histoire alternative”

Appel à contributions : Temporalités alternatives : uchronies, mondes parallèles et rétrofuturisme (Université du Québec, Montréal)

Colloque international : Temporalités alternatives : uchronies, mondes parallèles et rétrofuturisme

Université du Québec à Montréal, 17-19 mai 2023

Organisé par Elaine Després, Gina Cortopassi, Hélène Machinal, Antonio Dominguez Leiva et Jean-François Chassay

Si nos perceptions et nos représentations du temps ont longtemps été stables, elles se sont diversifiés et complexifiés depuis le 19e siècle. Les révolutions industrielles, du transport et des communications nous ont d’abord fait entrer dans le temps accéléré et irrémédiablement tourné vers l’avenir de l’idéologie progressiste. Puis, au 20e siècle, la physique théorique a proposé une relativisation du temps, sa courbure et son maillage avec l’espace, un temps cosmique qui n’a plus rien d’humain et qui donne le vertige. C’est également le siècle de la Seconde Guerre mondiale et son temps de la fin de l’humanité; la fin des empires coloniaux et de son temps universel; la fin de la guerre froide et celle de l’Histoire, selon les vainqueurs néo-libéraux; mais aussi la fin des grands récits et la déconstruction temporelle postmoderniste. Au 21e siècle, le présentisme s’est imposé avec l’arrivée du numérique et des écrans, sans compter la pandémie actuelle dont l’impact sur notre rapport au temps est encore à étudier. Il s’agit là d’un portrait incomplet, mais il montre la complexité de ce qui est en jeu : plutôt que de se succéder, ces changements s’additionnent et demeurent bien prégnants. Ce n’est donc pas un hasard si l’émergence et la montée en popularité des représentations alternatives du temps débute également au 19e siècle. Alors que la solidité du réel s’effrite et que le temps apparaît de moins en moins linéaire, que le rapport au passé, au présent et au futur se fait incertain, l’imaginaire devient l’interface idéale pour l’appréhender, et les différentes formes de fiction et de représentation contemporaines lui offrent un support parfait.

En 1857, le philosophe Charles Renouvier invente le terme « uchronie » – cette « utopie dans l’Histoire » – et marque la naissance d’un genre qui fleurit autant chez les philosophes politiques que chez les littéraires, un genre qui nous ramène aux fondements mêmes de la fiction en posant la question : « Et si… ? ». L’uchronie déplace l’utopie spatiale vers une nouvelle frontière, celle du temps, et comme l’utopie, elle est politique dès le départ. Au 19e siècle, les uchronies permettent d’imaginer ce que serait le monde occidental si l’Empire romain ne s’était pas écroulé, si Napoléon avait vaincu, si les rois n’avaient pas perdu la tête, mais au 20e siècle, elles se déplacent vers un point de divergence uchronique quasi unique qui obsède, qui apparaît comme le temps zéro de notre époque : la fin de la Seconde Guerre mondiale. La très vaste majorité des uchronies récentes imaginent ce que serait notre présent après une victoire nazie, si Hitler était mort plus tôt ou s’il était devenu un artiste. Si l’on parle de « ground zero » dans l’imaginaire de la fin (pour parler de la bombe nucléaire ou des attaques du 11 septembre), l’imaginaire uchronique diverge à partir d’un « temps zéro » qui se situe souvent en 1945. Ce choix pourrait s’expliquer de plusieurs manières : une vraie impression qu’il s’agit là d’un moment de basculement majeur; la peur d’un retour du fascisme aujourd’hui; la nostalgie d’une époque sans ambiguïté morale, etc. Aujourd’hui, l’uchronie prend plusieurs formes : individuelle, explorant les enjeux des choix personnels et leurs contingences; économique (Sagan); ou culturelle. Dans ce dernier cas, elle peut offrir la possibilité de ré-imaginer une version de l’histoire avec, au centre de celle-ci, des acteurs autrement marginalisés dans celle de l’Occident, afin de mettre en exergue et de dé-essentialiser cette marginalité.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Temporalités alternatives : uchronies, mondes parallèles et rétrofuturisme (Université du Québec, Montréal)

Appel à contributions : RESF 19 (CFP), SÉRIES TÉLÉVISÉES DE SCIENCE-FICTION

Appel à contributions pour le dossier du n°19 de ReS Futurae (2022)

Dossier dirigé par Florent Favard, IECA univ. de Lorraine (favard.florent@gmail.com) et Hélène Machinal, UBO (ln.machinal@gmail.com)

Échéances

Les propositions de contribution (env. 250 mots), accompagnées d’une brève bio-bibliographie, doivent parvenir aux deux responsables le 15 décembre 2020 au plus tard. Une première version des articles devra être rendue le 15 juin 2021, pour une parution au premier semestre 2022.

Les auteurs sont invités à consulter les consignes aux auteurs.

Argument

Si la science-fiction est présente à la télévision depuis ses débuts, elle a gagné en visibilité sur le « petit écran » au fil des décennies, profitant, comme d’autres genres télévisuels, de l’augmentation de la production annuelle des séries télévisées atteignant des « pics » sans cesse dépassés. Au sein de cette nouvelle forme d’expression et de consommation de la culture populaire, le « supergenre » qu’est la science-fiction (Gunn) s’impose notamment depuis la fin des années 1990 et le début des années 2000 comme une valeur sûre. Cette recrudescence du genre sous forme sérielle dans le contexte ultra contemporain de la culture de l’écran (Serroy, Lipovetsky), de l’hyperconnectivité (Gervais) et de la création de mondes imaginaires transmédiatiques (Besson) marqués par une forte intermédialité (Cornillon), mérite une analyse plus approfondie. Continuer la lecture de Appel à contributions : RESF 19 (CFP), SÉRIES TÉLÉVISÉES DE SCIENCE-FICTION

Appel à contribution: Science et fiction

Call for papers: Science and Fiction

7 avril 2020

Organisée par le laboratoire ICTT (Identité culturelle, texte et théâtralité) d’Avignon Université

Appel

Suite à la journée d’étude « jeunes chercheurs » 2019 organisée par le laboratoire ICTT d’Avignon Université qui avait fait la part belle aux questionnements sur le concept d’objectivité, cette nouvelle journée d’étude du 7 avril 2020 portera sur le thème de « sciences et fiction ». Elle vise ainsi à regrouper de nouveau des chercheurs travaillant dans différents domaines afin d’enrichir la réflexion et susciter les échanges autour des relations entre deux notions souvent perçues comme (injustement ?) contradictoires : sciences et fiction.

En effet, ces deux domaines « sciences » et « fiction » entretiennent en réalité des liens particulièrement étroits puisque l’un a souvent influencé l’autre. Il convient donc par conséquent de réunir les chercheurs en sciences, sciences de la technologie et de la santé (biologie, médecine, informatique, etc.) et sciences humaines et sociales (histoire, littérature, cinéma, télévision, théâtre, langues, sociologie, philosophie, etc.), ainsi que les chercheurs travaillant à la croisée de plusieurs disciplines, afin d’interroger à nouveau l’imbrication de ces deux notions. Dans quelle mesure les sciences ont-elles influencé, et continuent-elles à influencer la fiction et inversement ? Comment définir la science-fiction ? Pourquoi les sciences fascinent les créateurs, les hommes de lettres et les artistes, et quelle est la crédibilité des œuvres de fiction ? Comment la science peut-elle améliorer l’humain ? Avec les nouvelles technologies, quels sont les futurs possibles ? Comment ces deux perspectives redéfinissent l’humain ? Enfin, quelle(s) éthique(s) concevoir ensemble dans un monde entre sciences et fiction ?

Continuer la lecture de Appel à contribution: Science et fiction

APPEL : Que deviennent les grandes figures historiques dans les uchronies ?

Numéro spécial de La Revue des Grandes Figures historiques,

dirigé par Frédéric Briot

 

Et si…

Et si le nez de Cléopâtre….

On aurait mauvaise grâce à refuser à Blaise Pascal le titre de père (involontaire certes, mais la paternité somme toute s’accommode fort bien de cela) de l’uchronie , celle d’une supposition, ridicule ou pas, fictionnelle peut-être, mais où la face du monde change(rait). De la taille d’un nez aux bouleversements (ou pas…) des empires. Continuer la lecture de APPEL : Que deviennent les grandes figures historiques dans les uchronies ?

Appel : Le présent et ses doubles : anticipation, réalité décalée et uchronie dans le roman français contemporain (1950-2010)

megalopole

Le présent et ses doubles : anticipation, réalité décalée et uchronie dans le roman français contemporain (1950-2010)

Date de la journée : 30 janvier 2015 à la Maison de la Recherche de Paris-Sorbonne
Journée d’études de la SELF XX-XXI (Société d’Étude de la Littérature de langue Française des xxe et xxie siècles), organisée par Simon Bréan (Paris-Sorbonne) et Irène Langlet (Limoges), avec le soutien du CELLF (Paris-Sorbonne), de l’EHIC (Limoges) et de THALIM (Paris 3 Sorbonne Nouvelle).

Selon François Hartog, au xxe siècle s’est jouée une importante évolution dans le rapport au temps. Au « futurisme » – entendu « comme la domination du point de vue du futur » (Régimes d’historicité, 2012, p. 149) – se serait substitué le régime du « présentisme », Continuer la lecture de Appel : Le présent et ses doubles : anticipation, réalité décalée et uchronie dans le roman français contemporain (1950-2010)

Séminaire: L’histoire avec des si

L’histoire avec des si

Séminaire 2013 – 2014 — Florian Besson et Jan Synowiecki

Le mercredi, de 16h30 à 18h, salle IHMC (1er semestre), salle d’histoire (2ème semestre)

Attention, ceci est un programme provisoire, susceptible d’être modifié dans l’année. Consultez le site internet du département d’histoire.

  1. Mercredi 9 octobre : Florian Besson : « introduction ».
  1. Mercredi 16 octobre : Jan Synowiecki : « les grands ancêtres ».
  1. Mercredi 23 octobre : Luce Roudier (élève à l’ENS Ulm) : « autour de Zévaco ».
  1. Mercredi 30 octobre : exposé élève : « Robert Fogel et la New Economic History ».
  1. Mercredi 6 novembre : séance avec Pierre Assouline (journaliste et romancier) : « critiquer l’uchronie ».

Mercredi 13 novembre : pas de séance.

  1. Mercredi 20 novembre : séance déplacée le Vendredi 22 novembre pour profiter de la venue de Pierre Bayard (auteur entre autres de Aurais-je été résistant ou bourreau ?) au séminaire Anachronies.

Mercredi 27 novembre : pas de séance.

  1. Mercredi 4 décembre : Jan Synowiecki : « l’uchronie à l’écran ».

VACANCES DE NOËL

  1. Mercredi 15 janvier : exposé élève : « le tropisme de Christophe Colomb ».

Mercredi 22 janvier : intersemestre.

Mercredi 29 janvier : intersemestre.

Mercredi 5 février : intersemestre.

  1. Mercredi 12 février : Tristan Martine (doctorant en histoire à l’ENS Lyon) : « l’uchronie dans la BD contemporaine : l’exemple du manga Zipang ».

10.  Mercredi 19 février : une séance sur la BD Jour J avec J.P. Pécau (le scénariste de la série).

11.  Mercredi 26 février : exposé élève : « la seconde guerre mondiale ».

12.  Mercredi 5 mars : Jacques Sapir (économiste, EHESS) : autour de son ouvrage Et si la France avait continué la guerre ?

13.  Mercredi 12 mars : exposé élève : « réécrire l’histoire à une échelle globale ».

14.  Mercredi 19 mars : Jean-Dominique Delle Luche (doctorant en histoire médiévale à l’EHESS) : « Docteur Who’s ».

15.  Mercredi 26 mars : exposé élève : « mai 68 : entre le feu de la guerre civile et les couleurs de l’utopie ».

16.  Mercredi 2 avril : exposé élève : « Et Si Napoléon… ».

17.  Mercredi 9 avril : Fabrice d’Almeida (historien) : autour de son ouvrage Et si on refaisait l’histoire ?

VACANCES DE PRINTEMPS

18.  Mercredi 30 avril : Ugo Bellagamba (historien du droit, romancier) : autour de son ouvrage Tancrède.

19.  Mercredi 7 mai : Florian Nicodème (ENS Ulm, département de philosophie) : « penser l’uchronie ».

20.  Mercredi 14 mai : exposé élève : « un même postulat, des versions ».

21. Mercredi 21 mai. Florian Besson et Jan Sinowiecki : « conclusions ».

A noter : début juin ont lieu au Musée de l’Armée les « rencontres uchroniques », ce qui pourra faire office d’une ultime séance pour ce séminaire.