Archives par mot-clé : transmédiatique / transmedia

Parution : Genesis, n° 54 : “Écrire à la chaîne” (dir. M. Letourneux et L. Roudier)

Genesis, n° 54, “Écrire à la chaîne“, Matthieu Letourneux et Luce Roudier (dir.), 2022.

Séries télévisées, grands héros populaires, littérature et cinéma de genre, franchises déclinées en romans, films et jeux vidéo… la culture contemporaine obéit de plus en plus à des logiques sérielles. Or, concevoir une œuvre littéraire s’inscrivant dans une série engage des modes de création spécifiques et suppose l’intervention de nouveaux acteurs. C’est cette genèse des productions littéraires sérielles que ce numéro se propose d’explorer à travers une série d’études portant sur des sujets aussi variés que l’écriture en collaboration (Dumas et ses « nègres »), les traductions sérielles (la « Série Noire »), le rôle de l’éditeur populaire dans la création (Fleuve Noir, Harlequin), les stratégies d’écriture des auteurs (Frédéric Dard, Gérard de Villiers, Michel Bussi, Nine Gorman), les techniques employés par les romanciers (Marcel Allain et ses rouleaux de cire), enfin les stratégies déployées par les industries culturelles autour des grandes marques transmédia (la franchise Harry Potter). À travers ces différents objets, c’est une plongée dans la fabrique de la culture populaire qui est proposée ici.

Sommaire

Matthieu Letourneux and Luce Roudier Présentation. Pour une génétique des productions sérielles 

Enjeu

Matthieu Letourneux Génétique sérielle et auctorialité éditoriale Réflexions à partir du cas du Fleuve Noir

Études

Sarah Mombert Dans les archives d’un atelier littéraire Exploration génétique de la collaboration entre Alexandre Dumas et Auguste Maquet

Matthieu Letourneux La fabrique d’une série d’espionnage Gérard de Villiers et les dossiers préparatoires des romans S.A.S.

Adrien Frenay and Lucia Quaquarelli Sérialiser la Série Noire Roman noir, traduction et génétique sérielle

Stéphanie Fonvielle Culbutes textuelles et saillies verbales : la mise en recueils des réflexions san-antoniennes

Lucie Amir Génétique du best-seller  Formes contemporaines de la rationalisation de l’écriture chez Michel Bussi

Esther Cléry, Claire Cornillon, Mathilde Eynard, Maud Lelarge, Sarah Pereira da Camara, Julie Thomassin and Yoan Vérilhac

De la fanfiction au livre. Étude génétique du Pacte d’Emma de Nine Gorman

Agathe Nicolas De la série romanesque à la franchise : la critique génétique à l’épreuve de l’œuvre ouverte 

Entretien

Matthieu Letourneux Harlequin et le principe de la collection Entretien avec Karine Lanini

Inédit

Luce Roudier Les Trois As de Marcel Allain Aperçu d’un dossier génétique industriel et sériel

Varia

Domenico Paone Creuser les sous-sols de la pensée  Une approche génétique des manuscrits d’Ernest Renan

Gaëlle Cauvin La genèse du journal de René Depestre  Du manuscrit au tapuscrit

Chroniques

Comptes rendus d’ouvrages

Jamileh Talebizadeh Philippe Willemart (dir.), La Critique génétique à la recherche d’autres savoirs. De l’état quantique à l’écriture par la rature, préface de Filomena Juncker, Paris, L’Harmattan, 2020, 230 p. 

Hortense Delair Marc Escola, Le Misanthrope corrigé. Critique et création, Paris, Hermann, 2021, 198 p.

Tristan Bornoz Takayuki Kamada, Balzac. Multiples genèses, Paris, Presses universitaires de Vincennes, 2021, 486 p.

Giovanni Zuccarino Bibliographie : études génétiques, éditions, manuscrits.

Voir le volume sur le site de l’éditeur

Parution : Aux origines de la pop culture. Le Fleuve noir et les Presses de la Cité au coeur du transmédia à la française, 1945-1990 (Loïc Artiaga, Matthieu Letourneux)

Loïc Artiaga, Matthieu Letourneux, Aux origines de la pop culture. Le Fleuve noir et les Presses de la Cité au coeur du transmédia à la française, 1945-1990, Paris, La Découverte, 2022.

L’histoire littéraire s’est construite sur un mensonge : elle a largement occulté sa part populaire et la conquête du grand public par l’édition, fruit d’une dynamique qui la place au cœur des industries culturelles. C’est cet autre visage de la littérature que ce livre donne à voir. Puisant dans des archives inédites, il retrace l’histoire chorale de celles et ceux qui, autour des Presses de la Cité et du Fleuve Noir, ont façonné à partir des années 1950 les genres majeurs de l’imaginaire contemporain : espionnage, policier, science-fiction, érotisme…

Par-delà les romanciers les plus fameux (Simenon, Frédéric Dard), les professionnels de cette édition populaire ont contribué à forger une nouvelle culture médiatique, dans un contexte de circulation internationale des fictions et de transformation du travail des auteurs. Loin de se résumer à une invasion des modèles américains, la culture de masse « à la française » s’en approprie les conventions au temps de la guerre froide et de la décolonisation ; et dans ces romans tirés à plus de 100 000 exemplaires s’inventent aussi les nouveaux codes de la masculinité et de la consommation des « Trente Glorieuses ».

Le livre raconte les stratégies industrielles à l’œuvre jusqu’à la chute d’un système médiatique au tournant des années 1990, quand les recompositions éditoriales font émerger les nouveaux empires de la communication. Il permet de comprendre l’horizon médiatique des générations d’après-guerre, qui ne se cantonne pas au monde du livre : les histoires imaginées par les auteurs populaires ont essaimé au cinéma, à la télévision, à la radio… Une enquête sans équivalent sur les origines du formidable « boom » de la pop culture, matrice de la culture populaire contemporaine.

Feuilleter l’ouvrage  Continuer la lecture de Parution : Aux origines de la pop culture. Le Fleuve noir et les Presses de la Cité au coeur du transmédia à la française, 1945-1990 (Loïc Artiaga, Matthieu Letourneux)

Séminaire : Recherches contemporaines en narratologie (CNRS/EHESS, ENS)

Centre de recherches sur les arts et le langage (CNRS/EHESS)
Séminaire « Recherches contemporaines en narratologie »
2022-2023
 
Le séminaire se réunit tous les quinze jours, les 1er, 3e et 5e mardi du mois, de 16h à 18h
Ecole Normale Supérieure
45, rue d’Ulm – 75005 Paris 
 
NB : Le séminaire se déroulera en mode hybride (présentiel + distanciel)
Écrire à Anaïs Goudmand (anais.goudmand@gmail.com) pour obtenir le lien Zoom.
 
John Pier (Université de Tours et CRAL) et Philippe Roussin (CRAL/CNRS), gestionnaires, 
avec la collaboration d’Olivier Caïra (IUT Evry et EHESS), de Thomas Conrad (ENS, Paris), 
d’Anne Duprat (Université d’Amiens et IUF) et d’Anaïs Goudmand (Sorbonne Université)
 
Site du séminaire
http://narratologie.ehess.fr/presentation/

English below

Raconter / construire des mondes
 
Les narratologies et les théories de la fiction contemporaines ont pris acte de deux phénomènes caractéristiques de l’évolution récente des formes narratives. D’un côté les récits de longue haleine se multiplient dans la plupart des médias ; de l’autre, des encyclopédies diégétiques (cartographies, généalogies, étymologies, bestiaires…) s’y développent bien au-delà de la narration proprement dite. 
 
De Balzac au jeu vidéo, l’idée d’« œuvre-monde » s’est ainsi imposée, au risque de se trivialiser. Pour autant, tout récit long ne donne pas forcément lieu à une diégèse qui « fait monde » ; en retour, le worldbuilding ne produit pas automatiquement de l’intrigue. Le séminaire interrogera les articulations qui existent entre narration longue et construction de mondes, au lieu de les traiter comme des phénomènes nécessairement conjoints.
 
On pourra ainsi approfondir les différences qui existent entre un usage culturel précis, spécifiquement contemporain de la notion de monde et un usage théorique de la notion. Ainsi, la théorie littéraire peut comprendre comme un monde fictionnel la projection mentale d’un univers cohérent à partir d’un récit au long cours. En ce sens, les cycles romanesques et romans très longs propres aux usages romanesques d’Ancien Régime projettent bien des mondes. L’« œuvre-monde » proprement dite désignerait en revanche un ensemble de pratiques plus spécifiques, liées aux genres de l’imaginaire dans la culture médiatique contemporaine, science-fiction et fantasy notamment. On se demandera également si les notions développées par la narratologie cognitive, qui cherchent à envisager simultanément les dimensions spatiale et temporelle des récits – à l’instar du storyworld – permettent bien de penser la dimension encyclopédique des œuvres-mondes, ou si elles nécessitent d’être ajustées pour cet usage particulier.

Continuer la lecture de Séminaire : Recherches contemporaines en narratologie (CNRS/EHESS, ENS)

Appel à contributions : Assises CPM 2023

Assises de la recherche en cultures populaires et médiatiques, seconde édition – CPM 2023

Appel à contributions

Futurs POP – Quel(s) avenir(s) pour les études en cultures populaires et médiatiques ?

Dates : 12, 13 et 14 octobre 2023

Lieux : Nanterre et Paris

Échéance des propositions : 1er décembre 2022

Retour aux auteur·rice·s : mars 2023

Les Assises de la recherche en cultures populaires et médiatiques 2018 visaient à constituer un événement scientifique centralisateur autour du thème commun « Approches critiques des fictions médiatiques : enjeux, outils, méthodes ». Réunissant une centaine d’intervenant·e·s issu·e·s de diverses disciplines, cet événement a permis de confronter les objets, les méthodes et les champs théoriques, confirmant le dynamisme des recherches en cultures populaires et médiatiques et contribuant à affirmer la place incontournable qu’elles occupent dans le paysage universitaire.  

Après ce premier état des lieux des recherches sur les cultures populaires et médiatiques, cette deuxième édition des Assises, qui se tiendra cinq ans plus tard, choisira cette fois de regarder vers l’avenir – le terme étant ici entendu dans un sens large. Ce terme fédérateur pourra être développé selon une variété d’axes de réflexion, parmi lesquels :

  • l’avenir institutionnel de l’étude de la culture populaire et des médias dans l’enseignement, dans le champ académique, etc. ;
  • les nouveaux courants et nouvelles méthodologies (écocritique, humanités numériques, recherche-création, matérialisme culturel, etc.) ;
  • nouvelles orientations des études culturelles et incidences sur le champ de recherche des CPM;
  • l’évolution de la notion du “populaire” dans ses conceptualisations et ses usages culturels;
  • l’étude de la transition numérique de la culture : convergence médiatique, transmédia storytelling, remédiatisation, plateformisation, post-média, etc. ;
  • les redéfinitions de la mémoire et de l’histoire culturelle ;
  • les défis et perspectives de l’histoire des médias et de l’archéologie des médias aujourd’hui ;
  • les nouveaux objets, les genres émergents, les nouvelles représentations des crises actuelles et de l’avenir ;
  • les déplacements des frontières du champ de la fiction (diffusion des pratiques de storytelling, narrations médiatiques non fictionnelles…) ;
  • plus largement, les redéfinitions et déplacements des concepts, méthodologies et périmètres disciplinaires induits par l’émergence de nouveaux objets ou pratiques médiatiques, au-delà du domaine de la fiction (ex : refonte du périmètre de l’esthétique au-delà du domaine de la production culturelle, extension de la narratologie et de la rhétorique à de nouveaux champs…).  

Continuer la lecture de Appel à contributions : Assises CPM 2023

Parution : The Clear Line in Comics and Cinema. A Transmedial Approach

David Pinho Barros, The Clear Line in Comics and Cinema. A Transmedial Approach, Leuven University Press, 2022. 

Historical and theoretical analysis of the “clear line” style in comics and cinema

The “clear line”, a term coined in 1977 by Dutch essayist and artist Joost Swarte, has become shorthand in the field of comics studies for the style originally developed by Hergé and the École de Bruxelles. It refers to certain storytelling strategies that generate a deceptively simple, lucid and hygienic narration: in Philippe Marion’s words, it is a style “made out of light, fluidity and limpid clarity”.

By cataloguing and critically analysing clear line comics from historical and theoretical perspectives, this book offers a new outlook on the development of the style in the 20th and 21st centuries, especially focused on the context of the European bande dessinée. In addition, it pioneeringly expands the concept of “clear line” to other artistic domains by introducing and defending its transmedial use, which is particularly relevant for the understanding of the oeuvres of certain filmmakers of the 20th century working in the postwar period, such as Yasujirô Ozu in Japan, Jacques Tati in France and Frank Tashlin in the United States. The Clear Line in Comics and Cinema is therefore a key theoretical work for both bande dessinée enthusiasts and comics scholars, as well as a fundamental contribution to present-day film studies and transmedial narratology.

David Pinho Barros is a researcher, curator and assistant professor of literary, cultural and interart studies at the Faculty of Arts and Humanities of the University of Porto.

Continuer la lecture de Parution : The Clear Line in Comics and Cinema. A Transmedial Approach

Appel à contributions : TÉLÉVISION, N° 14, “Télé-réalité et réseaux socio-numériques : un couple médiatique gagnant ?”

Télévision, n° 14, “Télé-réalité et réseaux socio-numériques : un couple médiatique gagnant ?”, dossier dirigé par Lucie Alexis.

Échéance des propositions : 15 juin 2022

Loana, Steevy, Jean-Édouard… En 2001, les lofteurs apparaissaient sur nos écrans de télévision et s’invitaient par là même dans notre quotidien. Pour la première fois en France, des inconnus étaient filmés en continu et M6 retransmettait, dans nos salons, la vie de ces jeunes d’une vingtaine d’années. Pour les 20 ans de la télé-réalité, un certain nombre d’émissions « best of » ont été programmées.

Aujourd’hui, ce sont Nabilla, Illan, Jazz, Moundir et tant d’autres « stars » de télé-réalité qui investissent les réseaux socio-numériques dans une forme de complémentarité avec les émissions linéaires au sein desquelles ils cherchent l’amour (La Villa des coeurs brisés, Mariés au premier regard…), se confrontent en équipe (Les Marseillais, La bataille des couples…) ou encore montrent leur vie de parents (Mamans et célèbres, JLC Family…), sans oublier les émissions d’aventure (Koh-Lanta, Pékin Express…).

Ancrée dans l’actualité médiatique, la proposition de ce numéro de Télévision vise à apprécier le virage que connaît ce genre télévisuel à l’heure où la grande majorité des candidats sont très présents sur les réseaux socio-numériques. Les vedettes de ces émissions ne sont aujourd’hui plus uniquement mises en lumière par le biais de la programmation linéaire mais sont au quotidien « en story », sur le « feed » ou dans les « reels » d’Instagram, Snapchat ou encore TikTok. Bien plus qu’un « service après-vente » des émissions, les candidats utilisent les médias sociaux, d’une part, comme un espace d’expression et de mise en scène de soi où ils donnent à voir leur vie, leur relation, leur famille au quotidien et, d’autre part, comme un espace professionnel lucratif où sont livrés des « codes promo » issus de leurs partenariats. Les réseaux socio-numériques offrent ainsi une latitude que ne permet pas la grille de programmation, ne serait-ce qu’en termes de temporalité des prises de parole. Finalement, la télé-réalité a-t-elle encore besoin de la télé ?

Quatre axes – non-exhaustifs – sont proposés pour investiguer ce phénomène, au coeur des préoccupations médiatiques et communicationnelles actuelles, autour des mutations récentes de la télé-réalité et la prégnance des réseaux socio-numériques dans son développement.

Continuer la lecture de Appel à contributions : TÉLÉVISION, N° 14, “Télé-réalité et réseaux socio-numériques : un couple médiatique gagnant ?”

Appel à contributions : La fabrique médiatique des récits de vie. Circulation des biographèmes de Vapereau à Wikipédia (MSH Lyon)

Colloque : La fabrique médiatique des récits de vie. Circulation des biographèmes de Vapereau à Wikipédia

Jeudi 19 et vendredi 20 janvier 2023, Maison des Sciences de l’Homme de Lyon

Le  projet ANR Numapresse qui met en place une histoire littéraire et culturelle de la presse du XIXe siècle au XXIe siècle fondée sur les corpus de presse numérisés et des outils de lecture automatisés de ces corpus, organise un colloque sur l’écriture, la diffusion et la reproduction des récits de vie et de leurs biographèmes, depuis les grands dictionnaires biographiques du XIXe siècle jusqu’aux notices biographiques publiées aujourd’hui sur Wikipédia, en incluant évidemment la production et la création de récits de vie dans la presse de cette période.

Dans le cadre des études portant, au sein de Numapresse, sur les phénomènes médiatiques de viralité, on se propose donc d’accorder une attention particulière à la production de récits de vie et à leur circulation médiatique et transmédiatique, dans les journaux, dans les biographies de contemporains en vogue au XIXe siècle (du Dictionnaire universel des contemporains de Vapereau aux Binettes contemporaines ou au Panthéon-Nadar qu’étudia Loïc Chotard) jusqu’aux pages biographiques rédigées aujourd’hui selon un mode collectif et participatif sur Wikipédia. Il s’agira notamment d’observer de près la mise en place, l’imposition et la circulation de séries de « biographèmes », ces unités élémentaires biographiques que Barthes identifie dans sa préface à Sade, Fourier, Loyola :  “[…] si j’étais écrivain, et mort, comme j’aimerais que ma vie se réduisît, par les soins d’un biographe amical et désinvolte, à quelques détails, à quelques goûts, à quelques inflexions, disons : des « biographèmes », dont la distinction et la mobilité pourraient voyager hors de tout destin et venir toucher, à la façon des atomes épicuriens, quelque corps futur, promis à la même dispersion ; une vie trouée en somme, comme Proust a su écrire la sienne dans son œuvre […]” (OC III, p. 706) Effectivement les caractéristiques des biographèmes sont leur brièveté, leur viralité et aussi une certaine capacité à, additionnés, composer des formes de vies, discontinues et morcelées, aptes à se fixer dans les mémoires.

Mais la “dispersion” et le “voyage” des “atomes” biographématiques semblent, sous la plume de Barthes, se produire dans un milieu indéfini, dans une forme d’apesanteur, hors de tout support de transmission, par les seuls bons soins d’un “biographe amical et désinvolte”. Le biographe est-il seul auteur responsable des biographèmes qu’il transmet à la postérité ? Les travaux récents conduits sur l’édition, la presse, les médias invitent là comme ailleurs à prendre en compte les supports et à analyser la manière dont ils contribuent à reconfigurer les unités de sens et donc les biographèmes. Par quels canaux transitent ces éclats de vie figés, par quels supports sont-ils fixés, configurés avant d’être transmis et sans doute déformés ? Dans quels espaces et quels médias peut-on voir émerger les biographèmes : dans une rubrique journalistique (portrait, interview, nécrologie…), dans une brochure (comme Les Contemporains de Mirecourt), dans une notice de dictionnaire ? Peut-on observer la circulation de ces biographèmes et le jeu d’inflexions, modifications, amplifications qui les affectent au fil des reprises, avant leur éventuel effacement ou remplacement ? Les biographèmes diffèrent-ils lorsque les vies décrites sont imaginaires (Schwob) ou minuscules ? Les travaux pourront ainsi concerner une vie dont on suivrait la mise en récit transmédiatique sur un temps long, ou se concentrer sur un ensemble de biographèmes attachés à une catégorie de personnalités (l’acte de naissance supposé d’une vocation artistique, par exemple), ou encore envisager l’élection soudaine d’une personne élevée par la viralité (trans)médiatique, hier ou aujourd’hui, au rang de « figure publique » (voir Antoine Lilti, Figures publiques. L’invention de la célébrité, 1750-1850, Fayard, 2014). Les raisons de l’élection d’une personne ou de la crispation à son sujet sur tels biographèmes seront questionnées. Plus généralement, une réflexion poétique sur l’évolution des codes biographiques pourra accompagner l’étude culturelle des modifications historiques des conditions de la célébrité.  

Cinq pistes de réflexions sont proposées (mais toutes les propositions seront étudiées).

Continuer la lecture de Appel à contributions : La fabrique médiatique des récits de vie. Circulation des biographèmes de Vapereau à Wikipédia (MSH Lyon)

Appel à contributions : De la bande dessinée polar au cinéma (revue Plasticités)

« De la bande dessinée polar au cinéma », revue Plasticités

Université de Toulouse-Jean Jaurès, (LLA-CREATIS) Université Paris Nord, (Pléiade)

Échéance des propositions : 10 mai 2022

En complément de la journée d’études qui s’est tenue le 19 Novembre 2021, nous souhaiterions faire un appel à contributions écrites en vue d’une publication dans la revue Plasticité.
Alors que la question de l’adaptation du roman à l’écran a déjà été largement théorisée et fait l’objet d’études régulières, en revanche celle de la bande dessinée polar au cinéma n’a soulevé que très peu d’études. D’ailleurs, il convient de signaler que peu de spécialistes se sont intéressés à ce phénomène transmédiatique et complexe qui sollicite des outils autres que ceux qui relèvent des codes de la forme cinématographique et qui soulève des problématiques afférentes à la transposition. L’adaptation, une des formes de la transposition, est le processus -l’opération- par lequel on modifie une œuvre. Cette opération a lieu généralement lorsqu’on fait passer cette œuvre, soit d’un genre à un autre au sein d’une même sémiotique (langage), soit d’une sémiotique à une autre. Ce phénomène peut d’ailleurs s’apparenter au terme de transposition intermédiatique.

La bande dessinée offre de nombreuses possibilités de processus adaptatifs. Qu’elle soit œuvre source ou but, elle entretient en effet des relations avec d’autres médias tel que le cinéma.
Il convient de signaler que le polar qui regroupe trois tendances, le roman d’énigme, le roman noir et le roman de suspense peut être transposé dans la bande dessinée polar. Ainsi, en recense-t-on un certain nombre, notamment Le Lotus bleu d’Hergé, paru en 1946, en noir et blanc, qui a inspiré Serge Grieco pour réaliser un film d’espionnage intitulé, Opération lotus bleu, en 1966. De plus, L’Île noire d’Hergé, parue en 1938 chez Casterman a marqué les séquences filmiques de Gilles Grangier, Le Cave se rebiffe, en 1961 ; de même Le Secret de la licorne d’Hergé, en 1942, est transposé à l’écran, en 2011 sous le titre Les Aventures de Tintin, Le Secret de la licorne. La bande dessinée d’énigme au même titre que le roman anglo-saxon sous le terme anglais whodunit (contraction « who has done it ? », « Qui l’a fait ?») détermine qui est le coupable. Cette remarque fondamentale se trouve dans la plupart des bandes dessinées que nous venons de citer. Ainsi, le lecteur est-il amené à se poser ces questions : Qui est à la tête de l’organisation de trafiquants de drogue ? Qui a perpétré l’attentat ? Qui a pris le magot ? Qui a volé la maquette de la Licorne ?

Continuer la lecture de Appel à contributions : De la bande dessinée polar au cinéma (revue Plasticités)

Appel à contributions : “Transmédialités postcoloniales : les récits postcoloniaux à travers les médias” (Il Tolomeo n°24)

La revue Il Tolomeo – journal d’études postcoloniales invite tous les chercheurs intéressés à soumettre leurs contributions pour le prochain numéro de 2022 (n° 24). Le numéro sera structuré en une section généraliste à sujet libre et une section thématique consacrée aux transmédialités postcoloniales, à savoir aux récits postcoloniaux dans les médias.

Échéance des propositions : 15 février 2022

Ces dernières décennies, l’intérêt de la critique pour des structures narratives fondamentales non plus réservées à la littérature mais spécifiques à tout média capable de raconter une histoire, s’est traduit par une multiplication considérable de publications consacrées à la narratologie transmédiale. Nous pouvons citer à titre d’exemple : l’étude monographique de J.-N. Thon, Transmedial Narratology and Contemporary Culture (2016) ; l’article de R. Baroni, «Pour une narratologie transmédiale», publié dans Poétique, n° 182 (2017) ; le texte de M.-L. Ryan «Sur les fondements théoriques de la narratologie transmédiale», paru dans Introduction à la narratologie postclassique. Les nouvelles directions de la recherche sur le récit (2018), sous la direction de S. Patron ; les deux numéros monographiques des revues Mediapolis – Revista de Comunicação, Jornalismo e Espaço Público («Personagens mediáticas: teoria, problemas, análises», n° 6, 2018) et 2i – Revista de Estudos de Identidade e Intermedialidade(«Literatura e televisão: novas narrativas – Ficções transmédia», vol. 2, n° 1, 2020). Si l’idée d’une grammaire des récits propre à l’ensemble des médias avait déjà été proposée par les pionniers de la narratologie (cf. Communications, n° 8, « Recherches sémiologiques : l’analyse structurale du récit », 1966), la discipline ne s’est que très récemment émancipée de son périmètre littéraire d’origine (Baroni 2017, 155). Aujourd’hui, les spécialistes préfèrent plutôt parler de narratologie transmédiale pour mettre davantage l’accent sur le caractère pluriel de certains phénomènes narratifs, en renvoyant ainsi à une approche comparative des médias qui ne privilégie pas un support particulier au détriment des autres (Wolf 2011, 5). Si l’identification de pratiques narratives communes aux différents médias demeure un objectif majeur de la discipline, A. Goudmand et R. Baroni (2019) soulignent cependant que la narratologie transmédiale a aussi pour but de voir « comment les récits exploitent les ressources particulières du support dans lesquels ils s’inscrivent afin d’actualiser ces invariants dans une forme spécifique ».

Continuer la lecture de Appel à contributions : “Transmédialités postcoloniales : les récits postcoloniaux à travers les médias” (Il Tolomeo n°24)

Appel à contributions : La circulation transnationale et transmédiatique du polar en langues romanes (Université de Pau et des Pays de l’Adour)

Colloque international : La circulation transnationale et transmédiatique du polar en langues romanes

29 et 30 septembre 2022

Université de Pau et des Pays de l’Adour

Échéance des propositions : 15 mars 2022

Dans un monde rhizomatique et délocalisé, marqué par la fluidité des frontières et des identités, la circulation des biens symboliques, favorisée par l’apparition de nouveaux médias, s’est largement accélérée au cours des dernières décennies. Parmi les productions culturelles circulant à l’échelle planétaire, les fictions criminelles occupent une place privilégiée. Codifiées mais se prêtant à des déclinaisons et hybridations génériques multiples (thriller, polar SF, polar historique), ces fictions s’exportent et s’importent massivement sur des supports médiatiques de plus en plus nombreux et variés. Si cette circulation est évidente dans le cas du polar anglo-saxon pour lequel la langue anglaise constitue un vecteur de circulation puissant, c’est à la circulation transnationale et transmédiatique des fictions criminelles dans et entre les pays de langues romanes que nous souhaitons nous intéresser dans le cadre de ce colloque. En effet, si l’on part du postulat qu’un lien de parenté linguistique est assurément le terreau d’une communauté de culture, les contours de l’Europe latine – voire d’un monde latin – doivent pouvoir se dessiner via l’étude de ce corpus populaire et de sa circulation.

  • Circulation transnationale

– C’est d’abord la question de la diffusion et de la circulation des fictions criminelles entre les pays de langue romane que l’on abordera. On se demandera quels sont les auteurs de polar traduits (intraduction/extraduction) dans les territoires concernés. Les fictions criminelles circulent-elles davantage entre les pays de langue romane que dans le reste de l’Europe et du monde et selon quels axes ? La circulation transnationale du polar de langue romane est-elle corrélée au capital symbolique et/ou économique accumulé par les auteurs dans le champ national ? Dans quelle mesure cette circulation transnationale contribue-t-elle à son tour à réorganiser la hiérarchie des textes dans les champs littéraires nationaux ?

Continuer la lecture de Appel à contributions : La circulation transnationale et transmédiatique du polar en langues romanes (Université de Pau et des Pays de l’Adour)