Archives par mot-clé : transmédiatique / transmedia

Parution : « Sérialité et transmédialité »

Sérialité et transmédialité : Infinis des fictions contemporaines, de Claire Cornillon, Éditions Honoré Champion (Bibliothèque de littérature générale et comparée n°155), 2018

Sérialité et transmédialité sont deux facettes fondamentales des fictions contemporaines qui tendent à dépasser les frontières des formes, des genres et des supports. Il s’agit ici de tenter de repenser certaines catégories de théorie littéraire à l’aune de ces phénomènes pour en analyser les paradoxes, mais aussi pour mettre en lumière la place de la fiction dans le monde contemporain. Multiplication des récits, passerelles entre différents médiums, participation des publics ouvrent à des possibilités que les œuvres n’ont pas encore fini d’explorer. Cependant, ces objets mais aussi les discours portés sur eux et la doxa qui s’élabore dans l’imaginaire collectif révèlent également certaines dynamiques idéologiques plus ou moins explicites. Les problématiques esthétiques rencontrent dès lors des enjeux philosophiques et politiques tels que le rapport à la vérité, la définition du réel ou la question de la liberté.

Claire Cornillon est Maîtresse de Conférences en Littérature Comparée à l’Université de Nîmes. Ses travaux récents portent essentiellement sur la narration et la fiction, en particulier dans les séries télévisées. Elle a co-dirigé le projet Narrations sérielles et Transmédialité à l’Université Sorbonne nouvelle – Paris 3 et fait partie du groupe de recherche GUEST (Groupe Universitaire d’Etudes sur les Séries Télévisées). Elle a co-dirigé les ouvragesFin(s) du monde (Pendragon, 2013) et Ce que le récit ne dit pas (Presses Universitaires François Rabelais, 2015).

La Table des matières est disponible sur la fiche de cet ouvrage, à l’adresse : www.honorechampion.com

Appel : colloque « Crack »

Colloque international EESI, Université de Poitiers et UCL
21 et 22 mars 2019 à Angoulême

La fissure ouvre une percée de lumière vers les espaces derrière les murs. Ces espaces et ces marges, lorsqu’ils sont réutilisés, donnent lieu à des créations neuves qui composent avec l’héritage géographique, technique, ou historique en réinventant les formes anciennes. Avec ce colloque nous ouvrons un discours sur la vitalité de ces marges et sur l’idée d’une nouvelle marginalité qui se réapproprie la notion d’alternatif.

Continuer la lecture de Appel : colloque « Crack »

Colloque international : Le transmédia à l’épreuve du réel

20-21 mai 2019

Louvain-la-Neuve (Belgique)

Université catholique de Louvain et Université de Namur

Groupe Interdisciplinaire de Recherche sur les Cultures et les Arts en Mouvement (Gircam) // Observatoire de Rcherche sur les Médias et le journalisme (ORM) // Centre de Recherche Information, Droit et Société (CRIDS)

Ce colloque s’intéresse à la portée référentielle des univers transmédiatiques, à la façon dont ceux-ci viennent bouleverser notre rapport au réel, enrichir notre perception du monde. Plus précisément, notre rencontre vise à explorer quatre univers qui ont été jusqu’à ce jour peu (ou moins) explorés sous l’angle transmédiatique : 1) le journalisme, 2) le documentaire, 3) l’éducation et la culture (au sens large, formelle ou informelle) et 4) la fiction (lorsqu’elle utilise des éléments authentifiants ou qu’elle s’hybride avec les genres du réel).

Par univers journalistique, documentaire, éducationnel ou fictionnel, nous entendons aussi bien des mondes socio-professionnels (des « mondes de l’art » pour reprendre le terme de Becker) que des modes de discours caractérisés par certains pactes de lecture/vision engageant le lecteur/spectateur dans un rapport spécifique au réel (certains parlent de « réalité ordinaire » ou « réalité quotidienne » ou d’« actuel », notamment Tom Boellstorff). On peut penser au pacte documentaire (Niney, 2002), au mode authentifiant (Jost, 1999 ; Odin, 2000), ou encore au pacte autobiographique (Lejeune, 1975), mais aussi aux feintises (Jost,1999) permettant de jouer avec ces modes/pactes, sans compter les effets de réel décrits par Glevarec (2010) ou les genres hybrides comme le docudrama ou les fictions du réel (Veyrat-Masson, 2008 ; Paget, 1998).

Continuer la lecture de Colloque international : Le transmédia à l’épreuve du réel

Novellisations pour la jeunesse

Les novellisations pour la jeunesse : nouvelles perspectives transmédiatiques sur le roman pour la jeunesse

Appel à communications, Colloque international :

10-11 mai 2018 – Louvain-la-Neuve

La question de l’adaptation ouvre un champ d’investigations déjà largement arpenté par les chercheurs en littérature de jeunesse. Cependant, un corpus d’adaptations, aux proportions massives dans l’édition contemporaine, reste peu fréquenté par eux : celui des novellisations pour la jeunesse.

Par « novellisation » (ou « novélisation »), on entend la transposition en nouvelle ou en roman d’une œuvre apparue dans un média non littéraire, qu’il s’agisse déjà d’une adaptation ou bien d’une œuvre originale. Il s’agit de textes littéraires, avec ou sans illustrations, qui paraissent dans des formats variables : livre de poche, album, magazine, Web, etc. On en trouve, à destination des enfants, dès les origines de l’ère médiatique, mais le phénomène éditorial atteint aujourd’hui des proportions jamais vues.

Ce colloque fournira la première occasion de travailler spécifiquement sur ces novellisations, prises au sens large, c’est-à-dire les adaptations transmédiatiques depuis divers médias (autres

Continuer la lecture de Novellisations pour la jeunesse

Appel : « Pardaillan, dossier Le jeu »

Le Pardaillan n°2
Appel à propositions d’articles, pour le 15 septembre 2016

Le Pardaillan, la revue du Centre International Michel Zévaco, poursuit son exploration du champ médiatique. Son n°2 se concentre sur un thème problématique, à la fois large et précis : le jeu. Défini comme activité divertissante et désintéressée (mais qu’en est-il réellement de ce désintéressement ?), dont le déroulement peut être ou non soumis à des règles, le jeu noue nombre de questionnements, portant aussi bien sur la narration, la représentation, la participation, la fiction…

Pourquoi continue-t-on sans cesse à inventer de nouveaux jeux ? A partir de quand peut-on dire qu’un jeu est populaire, et qu’une oeuvre littéraire qui s’inspire des principes du jeu est considérée comme paralittéraire ? Une vie suffit-elle pour maîtriser un jeu comme le tennis, le bridge, ou World of Warcraft ? Quelle est la part du jeu dans des constructions artistiques comme les contraintes oulipiennes ou les réalisations de l’Oubapo, ou encore dans la posture du lecteur de polars en série ? Quels mécanismes sont à l’oeuvre dans les transferts transmédiatiques qui font passer de l’escape game virtuel à l’escape room bien réelle, et souvent inspirée d’un univers fictionnel bien précis ? Comment se construit un film adapté d’un manga, lui-même basé sur un principe vidéoludique, comme Edge of Tomorrow ? Comment le paradoxal jeu vidéo There is no game parvient-il à fournir une expérience de jeu malgré l’absence affichée de tout mécanisme de jeu ? Comment un jeu comme Spec Obs : The Line parvient-il à questionner les réflexes conditionnés du gamer endurci ? Que fait un youtuber qui filme un let’s play intégral d’un jeu ? Continuer la lecture de Appel : « Pardaillan, dossier Le jeu »

CFP: Cinema et serialite, Paris, 8/10 Septembre 2016

Cinéma et sérialité

 22ème colloque de la Sercia, 8-9-10 septembre 2016

Université Paris Diderot / Université Paris Ouest La Défense / Université du Havre / Guest Normandie / Fondation des Etats-Unis

Les propositions de communication sont à envoyer à sercia2016@gmail.com avant le 15 février 2016 (notice biographique de 150 mots maximum, abstract de 500 mots maximum).

La Société d’Etudes et de Recherche sur le Cinéma Anglophone réunit des chercheurs français et internationaux afin de promouvoir la recherche et l’enseignement dans le domaine du cinéma anglophone.

La nature du cinéma est étroitement liée à la notion de série. C’est par la succession d’une série d’images fixes qu’apparaît le mouvement dans les premières inventions comme le zoetrope, puis dans les appareils des frères Lumière ou de Thomas Edison. Alors que le récit cinématographique se complexifie, certains films choisissent de se décliner sous forme d’épisodes que les spectateurs sont encouragés à suivre, comme The Perils of Pauline (1914) ou The Exploits of Elaine (1914). Le plaisir de suivre une histoire sur Continuer la lecture de CFP: Cinema et serialite, Paris, 8/10 Septembre 2016

Appel : journées d’études sur le jeu de rôle

Journées d’études

« Les Quarante ans du Jeu de Rôle »

Universités de Paris 3-Paris 13

du 12 au 14 juin 2015

(vendredi au dimanche)

Organisées par Danièle André, Vincent Berry, Claire Cornillon, Isabelle Perier, Alban Quadrat

 

Titre et Appel à communications

« ÉTAT DE L’ART DU JEU DE RÔLE pour son quarantième anniversaire »

 

Les premières journées d’études consacrées au Jeu de Rôle[1] se tiendront du 12 au 14 juin 2015 à l’Université Paris 13 – Nord et à l’Université Sorbonne nouvelle – Paris 3. Ces journées d’études se proposent, à l’occasion de ses quarante ans,  de dresser un état des lieux du jeu de rôle. Continuer la lecture de Appel : journées d’études sur le jeu de rôle

Colloque « Lecture jeunesse » : « Du cross-média au transmédia »

« Lecture et culture des adolescents dans un monde qui change. Du cross-média au transmédia »

Colloque, mardi 18 novembre 2014, Petit auditorium de la Gaîté lyrique (Paris 75003)

 

Avec des termes comme cross-over ou cross-age, passés dans le vocabulaire des professionnels, ou, plus récemment, pure player, cross-média et transmédia, éditeurs et médiateurs peuvent se perdre dans les concepts et les acceptions. C’est bien l’objet de cette journée de définir les champs du transmédia univers qui s’expérimente à travers ses différents supports médiatiques

Continuer la lecture de Colloque « Lecture jeunesse » : « Du cross-média au transmédia »

Parution: Alain Boillat Cinéma, machine à mondes. Essai sur les films à univers multiples

Print-Couv-1. Cinémondes

Parution

Alain Boillat

Cinéma, machine à mondes. Essai sur les films à univers multiples

Genève, Georg, février 2014, 390 pages, env. 200 illustrations couleur

 

Dans cet ouvrage, l’auteur propose une conceptualisation théorique de la coprésence en un même film de mondes multiples en abordant différents paramètres (hétérogénéité de la facture de l’image, pratiques du montage alterné, typologie des enchâssements, expansion sérielle, etc.) sur la base d’un corpus de films de fiction récents qui appartiennent pour la plupart au genre de la science-fiction (Matrix, Dark City, Avalon, Resident Evil, Avatar,…). Issue de la filmologie, la notion de « diégèse » y est développée à la fois dans le potentiel d’autonomisation dont témoigne la conception mondaine qui semble dominer d’aujourd’hui à l’ère des jeux vidéo, dans ses liens avec le récit et dans une perspective intermédiale. La comparaison entre les films (Tron et son récent sequel, Totall Recall et son remake) et entre des œuvres filmiques et littéraires (en particulier les nouvelles de Philip K. Dick et Simlacron 3 de Galouye) constitue un outil d’analyse permettant de saisir la contemporanéité de cette problématique, envisagée sur le plan esthétique dans le contexte de l’imagerie numérique.

Cette parution marque le coup d’envoi de la collection « Emprise de vue » chez l’éditeur genevois Georg. Principalement dédiée au cinéma contemporain, elle se donne pour but d’envisager les imaginaires technologiques dont ce dernier témoigne, les traditions dans lesquelles il s’inscrit et les enjeux formels qu’il soulève.

Cinéma, machine à mondes. Essai sur les films à univers multiples, Genève, Georg, 2014, 390 pages, env. 200 illustrations couleur.

Sommaire

Préface de Marc Atallah…………………………………………………………… 13
Préambule……………………………………………………………………………. 19
1 – Introduction aux « machines à mondes »…………………………………. 27
Entrée en matière à l’ère du « virtuel » :
Alice au pays des nouvelles technologies………………………………………………. 35
La science en fiction (et autres genres)………………………………………………….. 45
Moyen et objet de la représentation……………………………………………………….. 48
La technologie en abyme : l’acte de création dans Jurassic Park…………………..51
Espaces « insulaires » : aux limites de Pandora (Avatar)……………………………. 56
Voyages immobiles en situation de « projection »……………………………………. 64
Corpus et période……………………………………………………………………………….. 72
Notes du chapitre 1…………………………………………………………………………….. 77
2 – La « diégèse » filmique et ses possibles……………………………………. 87
Prémices filmologiques d’une conception mondaine du cinéma……………….89
« Mondes possibles » et transfictionnalité……………………………………………… 97
L’écart entre les mondes……………………………………………………………………..101
Typologie des univers multiples…………………………………………………………. 105
Mondes exotiques…………………………………………………………………………………………….106
Mondes factices………………………………………………………………………………………………..106
Mondes surnaturels…………………………………………………………………………………………. 110
Mondes mentaux et relation d’attribution………………………………………………………..112
Mondes alternatifs…………………………………………………………………………………………..120
Mondes virtuels……………………………………………………………………………………………….. 126
Commentaires conclusifs………………………………………………………………….. 130
Notes du chapitre 2…………………………………………………………………………….132
3 – Les mondes en film(s) : image et montage……………………………….139
Matière de l’image……………………………………………………………………………..143
La couleur est-elle diégétique ?…………………………………………………………….147
Les possibles en séries (Lost, Fringe)…………………………………………………….. 169
Un monde de circuits imprimés (sur pellicule)………………………………………..185
Un montage qui déraille : la figure de la boucle (Je t’aime je t’aime, 1968)…….188
Agencements : le principe de l’alternance……………………………………………. 203
D’un Total Recall l’autre : l’immersion comme indice……………………………… 226
Notes du chapitre 3…………………………………………………………………………….241
4– Cyberespace : le monde-simulacre de la « matrice »………………….. 253
John et Neo : les signes d’un temps……………………………………………………… 254
Le simulacre urbain du cinéma postmoderne : Dark City………………………… 263
Simulacron 3 : les mondes de la cyberculture………………………………………….275
Le système informatique vécu de l’intérieur : Tron et son « héritage »……….. 293
Notes du chapitre 4……………………………………………………………………………308
5 – Un (autre) monde sans 11 septembre………………………………………313
L’imaginaire audiovisuel post-11 septembre…………………………………………..314
L’autre World Trade Center de la série Fringe…………………………………………. 317
En deçà de l’effondrement urbain : une posture révisionniste…………………..318
Next (le monde d’après) : de la nouvelle au film……………………………………….323
Les possibles de l’impossible : un sentiment de « déjà vu »……………………… 328
Le fantasme d’une porte dérobée à l’inéluctabilité du code………………………334
Notes du chapitre 5…………………………………………………………………………… 346
Conclusion……………………………………………………………………………351
Notes de la conclusion………………………………………………………………………. 366
Index des films cités……………………………………………………………… 369
Bibliographie………………………………………………………………………..381