Archives par mot-clé : transmédiatique / transmedia

Appel à contributions : Science-fiction et formes expérimentales (revue Res Futuræ)

Science-fiction et formes expérimentales

Dossier Res Futurae n° 26, décembre 2025

Date d’échéance : 1er juin 2024

Responsables du dossier :Jérôme Dutel (Université de Saint-Étienne) et Alice Ray (Université d’Orléans).

Texte de l’appel :

Les propositions d’articles, d’environ 250-300 mots, accompagnées d’une brève biobibliographie, sont à envoyer avant le 01/06/2024 aux deux adresses suivantes : jerome.dutel@univ-st-etienne.fr et alice.ray@univ-orleans.fr.

Remise des articles V1 : 15 octobre 2024.

Le processus d’évaluation de la revue ainsi que les normes éditoriales sont disponibles en ligne.

« Ça n’a pas été sans quelques complications,
sans heurts ni détours, que d’essayer de trouver
des mots pour vous parler ici. »
Noël Akchoté (en collaboration avec Guillaume Patin),
préface à Philippe Robert, Musiques expérimentales. Une anthologie transversale d’enregistrements emblématiques (2007, 2014)

Ce numéro de ReSF se propose d’explorer, sans références évidentes, les frontières formelles du genre et d’étudier la manière dont ces dernières sont transcendées par les artistes de science-fiction, tous médias et aires géographiques et linguistiques confondus. Continuer la lecture de Appel à contributions : Science-fiction et formes expérimentales (revue Res Futuræ)

Appel à communications : Immortel péplum : présences et renouvellements d’un genre transmédiatique

Immortel péplum : présences et renouvellements d’un genre transmédiatique

13-15 février 2025

Nîmes

Date d’échéance : 14 juin 2024

Texte de l’appel :

Qui n’a pas frémi lorsque Maximus retire son casque devant le cruel empereur Commode ? Qui n’a pas ri des jeux de mots d’un Astérix en Égypte ou en Chine ? Qui n’a pas compati aux malheurs de Katniss Everdeen, jetée dans la terrible arène du Capitole ?

Depuis une vingtaine d’années, se multiplient films et séries dont l’action se déroule, au moins en partie, dans une Antiquité plus ou moins imaginaire. Ils contribuent à réinventer un genre cinématographique que beaucoup donnaient pour disparu depuis les années 60 : le péplum. Souvent désignés comme des « post-péplums » (Aknin 2009) ou des « néo-péplums » (De Baecque 2013), ces productions ont renouvelé la présence de l’Antiquité au cinéma et sont aujourd’hui l’un des principaux lieux où se fabriquent les imaginaires de l’histoire antique.

C’est sur cette nouvelle vague de péplums que ce colloque se propose de revenir, pour interroger les renouvellements d’un genre plus que jamais transmédiatique, qui s’écrit désormais aussi bien au cinéma que dans des séries, des bandes dessinées, des romans, des jeux vidéo, bravant les frontières des genres comme des siècles. Continuer la lecture de Appel à communications : Immortel péplum : présences et renouvellements d’un genre transmédiatique

Appel à communications : Entraves et limites du jeu vidéo – Discours, normes, agentivité

Colloque international « Entraves et limites du jeu vidéo : discours, normes, agentivité » 

19, 20 et 21 juin 2024

Université de Limoges

Échéance des propositions : 1er décembre 2023

Organisé par Loïc Artiaga, Flavie Falais et Thomas Luberriaga (Laboratoire EHIC, Université de Limoges)

Texte de l’appel

« Moi aussi, j’étais aventurier autrefois, et puis j’ai pris une flèche dans le genou »

Un brave soldat, The Elder Scrolls V: Skyrim

Comment ne pas être sensible au destin empêché de ce soldat, contraint et forcé d’abandonner son rêve d’exploration, alors que nous poursuivons notre route vers Sovngarde[1] ? Prenons au sérieux ce bark[2] vidéoludique, et considérons cette phrase banale prononcée par un PNJ au détour d’une ruelle de Blancherive comme invitation à réfléchir aux entraves et limites rencontrées par tou·tes dans le domaine vidéoludique. Ces deux thèmes seront au cœur de nos réflexions, à l’occasion d’un colloque international, qui se tiendra les 19, 20 et 21 juin 2024 à Limoges.

Nous entendons entraves et limites dans leurs sens complémentaires : en partant des paramètres qui retiennent, empêchent, contraignent, nous souhaitons évoquer ces éléments qui marquent la fin, l’impossibilité d’aller plus loin, le cadre que l’on ne peut pas dépasser, mais aussi la volonté de séparer, de distinguer, de discriminer. Il s’agira de questionner ce qui peut faire obstacle au cœur du gameplay, de la narration, des discours, tant pour les personnages que pour les joueur·ses dans leur progression, mais aussi IRL, à la fois dans la pratique et dans la création, et la manière de contourner ces difficultés. Car ce qui est souvent présenté comme un univers sans limites en possède de nombreuses, dont la nature est renouvelée en fonction des contextes vidéoludiques : accès à une technologie inédite, compréhension de la grammaire du jeu, obstacles des représentations, conditions de production etc.

Nous proposons d’étudier entraves et limites à travers six axes de réflexion ouverts et non exclusifs, dans lesquels pourront s’inscrire des propositions de communications issues des différents champs des sciences humaines et sociales : 

Continuer la lecture de Appel à communications : Entraves et limites du jeu vidéo – Discours, normes, agentivité

APPEL À CONTRIBUTIONS : LITTÉRATURE DE JEUNESSE ET CULTURES TRANSMÉDIATIQUES : CRÉATION, RÉCEPTION, MÉDIATION.

Littérature de jeunesse et cultures transmédiatiques : création, réception, médiation. Quatrième Biennale de la Littérature de jeunesse

27-28 juin 2024

Cergy

Échéance des propositions : 30 octobre 2023

Organisé par les laboratoires EMA (CY Cergy Paris université) et Textes et Cultures (Université d’Artois) avec le soutien de l’Inspé de l’Académie de Versailles

À l’instar de la production culturelle contemporaine, la littérature de jeunesse n’échappe pas au courant actuel d’hybridation et de métissage des arts et des médias. Les phénomènes de transmédialité, d’intermédialité et de transmédiatisation prennent en effet une ampleur considérable dans nos pratiques culturelles. Ces notions, mobilisées par plusieurs disciplines (sciences de l’information, études littéraires, études cinématographiques) et dans des cadres théoriques divers, reçoivent des définitions différentes selon leurs contextes d’emploi, mais témoignent toujours du fait que l’hypertextualité définie par Genette (1982) a dépassé le seuil des textes écrits et englobe les oeuvres dans un mouvement d’ensemble, qui les voit circuler d’un média à l’autre, sans que la littérature soit nécessairement première ou occupe une place singulière. Le phénomène de polyexploitation remonte au moins au XIXe siècle (Letourneux, 2008), mais il revêt une importance particulière dans le paysage éditorial et commercial actuel, d’une part par son caractère massif, d’autre part par le resserrement temporel qui peut aller jusqu’à l’émergence simultanée de formes médiatiques diverses d’une même oeuvre. Les jeunes bénéficient de la possibilité de retrouver le même monde fictionnel sous plusieurs formes : dans des romans, des bandes dessinées, des mangas, des jeux-vidéos, des séries et/ou des films, au coeur de jeux de société ou de jeux de rôle, ou encore sous l’apparence de figurines ou de jouets. Le public peut alors s’immerger dans un univers qu’il affectionne au travers de médias différents, renouveler le plaisir de la fiction en redécouvrant les aventures des personnages sur d’autres supports, en multipliant les rencontres qui permettent parfois l’entretien d’une relation fanique vis-à-vis des personnages et de l’univers, en favorisant la circulation entre postures de lecteur, spectateur, joueur, auteur de fanfiction. Ce gout de l’itération et du ressassement (Eco, 1993) est favorisé par la technologie moderne et la numérisation de l’environnement, qui véhiculent et modifient les formes des médias, qu’ils aient préexisté ou non à l’apparition du numérique. La facilité d’accès à de multiples canaux de diffusion et l’écranisation des pratiques de loisirs contribuent ainsi au déploiement plurimédiatique d’univers fictionnels, désormais ancré dans les politiques de production et attendu du public.
Le but de la Quatrième Biennale de la littérature de jeunesse est d’éclairer les enjeux de l’inscription de la littérature de jeunesse dans une culture transmédiatique sur les plans de la création, de la réception et de la médiation.

Continuer la lecture de APPEL À CONTRIBUTIONS : LITTÉRATURE DE JEUNESSE ET CULTURES TRANSMÉDIATIQUES : CRÉATION, RÉCEPTION, MÉDIATION.

Colloque : Variantes. La déclinaison des possibles comme objet de la recherche (Lausanne)

Variantes. La déclinaison des possibles comme objet de la recherche

Du 27 au 28 septembre 2023

Université de Lausanne, Unithèque 4215

Organisé par : Anne Besson (Université d’Artois), Alain Boillat (UNIL), et Matthieu Letourneux (Université Paris Nanterre) avec la collaboration de Jeanne Modoux (UNIL).

Programme

Mercredi 27 septembre

8h30-8h45 : Mot d’accueil

8h45-9h15 : Marie-Laure Ryan (chercheuse indépendante, Colorado), « Multivers et mondes possibles »

I. Variations intra-médiatiques

Continuer la lecture de Colloque : Variantes. La déclinaison des possibles comme objet de la recherche (Lausanne)

Parution : Justine Breton, The Witcher, un monde de légendes. Romans, jeux vidéo, séries

Justine Breton, The Witcher, un monde de légendes. Romans, jeux vidéo, séries, Paris, Bragelonne, coll. “Essais”, 2023.

« Comment se termine la légende de Geralt et de Ciri ? Mais tout le monde le sait, voyons ! » Cette réflexion, issue d’un personnage secondaire du septième tome de The Witcher, résume l’ensemble des enjeux soulevés dans la saga : l’histoire du sorceleur Geralt, de sa fille adoptive Cirilla et, dans une moindre mesure, d’autres protagonistes comme la magicienne Yennefer et le barde Jaskier, a tout de la légende. Toujours en construction aujourd’hui, elle est développée par étapes successives depuis 1986, d’abord et avant tout sous la plume de l’auteur.

Et l’aventure transmédiatique The Witcher est loin d’être terminée. Cette étude se propose aussi d’examiner la façon dont The Witcher construit sa propre légende : comment la notion de légende devient-elle à la fois source, matériau et résultat dans cette œuvre transmédiatique et polyphonique ?

Par sa composition par accumulation de variantes, et par sa narration mêlant histoire et merveilleux dans une approche toujours épique, la saga The Witcher accède elle-même au statut de légende contemporaine. Elle propose un récit légendaire en construction, tissé d’emprunts à des mythes variés et développé à travers un faisceau transmédiatique, formant un vaste ensemble de récits glorifiant les exploits de héros – en d’autres termes, une légende. 

Lire un extrait

Justine Breton est agrégée de Lettres modernes, docteur en littérature médiévale et maître de conférences en littérature française à l’Université de Reims Champagne-Ardenne (INSPÉ de Troyes, CRIMEL). Spécialiste de fantasy et de médiévalisme, elle étudie notamment les réécritures et les adaptations audiovisuelles de la légende arthurienne. Parmi ses ouvrages récents, citons : Un Moyen Âge en clair-obscur. Le médiévalisme dans les séries télévisées(PUFR, 2023) et Une histoire de feu et de sang. Le Moyen Âge de Game of Thrones (PUF, 2020, avec Florian Besson).

The Witcher, un monde de légendes est publié dans la collection “Essais” des éditions Bragelonne, sous la direction de Vincent Ferré.

Appel à contributions : Biennale du transmédia 2023 : Transmédialité et politique (Université de Toulon)

Biennale du transmédia 2023 : Transmédialité et politique

14 et 15 décembre 2023, Université de Toulon

Échéance des propositions : 10 septembre 2023

Ce colloque s’inscrit dans les activités de recherche de l’Observatoire des mondes imaginaires, réseau de recherche interdisciplinaire, appuyé et relayé par IMSIC UTLN-AMU et Babel de l’Université de Toulon, dont les activités ont été inaugurées par l’organisation, en avril 2021, du colloque « Mondes imaginaires et univers transmédiatiques » (Roux 2022). L’enjeu du réseau est de développer un vaste champ de réflexion interdisciplinaire autour de la notion de transmédialité dans ses plus diverses manifestations sémiotiques et médiatiques à la lumière des implications culturelles, sociologiques, politiques et philosophiques que revêt son emprise croissante sur l’imaginaire social contemporain. Les travaux de l’Observatoire se poursuivront au rythme d’un colloque tous les deux ans (la « biennale du transmédia » de Toulon) et donneront lieu à la publication des actes de toutes les manifestations scientifiques organisées (colloques, séminaires).

Dans le prolongement des notions de « transtextualité » (Genette 1982) et de « trans-fictionnalité » (Saint-Gelais 2011), la notion de transmédialité fait état de la mobilité des contenus d’une œuvre imaginaire, qui ne s’incarnent plus dans un seul et unique support (un livre, un film, une série) mais se répandent dans la société à travers une multitude de plateformes médiatiques. Si les notions de transtextualité et de trans-fictionnalité sont, d’un point de vue politique, tout à fait « neutres », la notion de transmédialité revêt, elle, d’évidentes significations politiques. L’analyse des différentes formes de transmédialité s’est en effet souvent accompagnée chez les chercheurs d’une prise de position politique à l’égard des phénomènes étudiés. Les travaux universitaires consacrés à la transmédialité sont ainsi devenus le support d’une attitude intellectuelle militante (celle des aca-fans), qui rompt avec la « neutralité axiologique » (Wertfreiheit) dont se réclamait, il n’y a pas encore si longtemps, la communauté universitaire.

Cette interprétation politique de la transmédialité prend le plus souvent appui sur l’observation du rôle fondamental que jouent les fans dans le processus de production et de réception des fictions transmédiatiques. Du côté de la production, certes, ce sont d’abord les industries du divertissement qui élaborent le noyau imaginaire d’un univers transmédiatique, mais ce sont ensuite les fans qui s’approprient le contenu de ce noyau d’origine en le réécrivant à nouveaux frais (les « user generated contents ») avant de le redéployer sur de nouvelles plateformes médiatiques (via les sites de fanfiction, par exemple). Du côté de la réception, les fans ne se limitent pas à interpréter le contenu d’une fiction, ils le réinvestissent dans la réalité en transférant, parfois, dans l’arène politique réelle les batailles que leurs personnages préférés mènent dans l’arène politique imaginaire où se déploie leur existence fictive. Le masque du Joker est ainsi devenu, partout dans le monde, le symbole de la lutte pour la liberté d’expression, le costume des Servantes écarlates a été utilisé par des mouvements féministes états-uniens pour protester contre la restriction du droit d’avortement, les braqueurs de la Casa de papelont été adoptés par les nouvelles générations comme symboles d’insoumission à un monde gouverné par l’argent et les banques…

Continuer la lecture de Appel à contributions : Biennale du transmédia 2023 : Transmédialité et politique (Université de Toulon)

Parution : Fantasy & Médias (dir. Anne Besson)

Anne Besson (dir.), Fantasy & médias, ActuSF, coll. “Les Trois Souhaits”, 2023. 

Actes du colloque des Imaginales 2022 sous la direction d’Anne Besson, Florent Favard et Natacha Vas-Deyres

La fantasy, déjà omniprésente dans les jeux de rôle et jeux vidéo, part aujourd’hui à la conquête des petits écrans – elle connait en effet depuis quelques années une impressionnante expansion du côté des séries télévisées diffusées en streaming sur les plateformes VOD. Comment expliquer ces « affinités médiatiques » de la fantasy ? Est-elle la même au travers de ses adaptations, ou se transforme-t-elle en fonction de ses supports d’expression ? Pourquoi ses univers se prêtent-ils si bien à l’exploitation croisée qu’on appelle aujourd’hui « transmédia » ?

Riche de douze articles issus du colloque des Imaginales 2022, qui nous parlent d’illustrations et de musique, de séries animées, d’arts du spectacle ou de forums RPG, ce volume propose d’explorer les liens entre un genre et ses formes et supports d’apparition – entre la fantasy et ses médias.

Appel à contributions : Italie : médialités, intermédialités, transmédialités (Cahiers du FoReLLIS)

Italie : médialités, intermédialités et transmédialités

Échéance des propositions : 22 septembre 2023

L’université de Poitiers a accueilli le 61e Congrès annuel de la Société des Italianistes de l’Enseignement Supérieur (SIES), inauguré le jeudi 16 juin 2022 une journée d’études doctorale et post-doctorale portant sur le sujet suivant : « médialités, intermédialités et transmédialités ». Il s’agit d’un des trois axes retenus par l’équipe poitevine du FoReLLIS B pour structurer ses recherches lors de la période 2021-2025.

Les questions liées à l’intermédialité ou à la transmédialité nous ont notamment amenés à étudier les adaptations d’œuvres littéraires, scéniques ou cinématographiques, et aussi, plus largement, la manière dont les personnages ou les récits circulent et s’incarnent dans des œuvres à travers différentes pratiques artistiques. Nous avons également été conduits à analyser l’hybridité présente au sein d’une création pouvant être qualifiée d’intermédiale ou de transmédiale. Enfin, nous avons observé qu’il n’était pas nécessaire que se réalise un transfert d’une aire artistique vers une autre pour placer au centre de la réflexion la question du support de l’œuvre (et celle du processus allant de la création à la réception). Dans tous les cas, une réflexion théorique sur le médium est indispensable.

Un numéro des Cahiers du FoReLLIS accueillera les articles tirés des communications de la journée d’études ainsi que d’autres contributions sur le même thème qui pourront ainsi s’adjoindre au dossier déjà constitué.

Les propositions tiendront compte des éléments ci-dessus et pourront concerner des sujets variés, qu’il s’agisse des périodes (Moyen-Âge, Renaissance, époque contemporaine, etc.) aussi bien que des pratiques (littérature, arts visuels, musique, arts du spectacle…).

Les propositions (autour de 40 000 signes) seront envoyées au plus tard le vendredi 22 septembre 2023 à Laurent Baggioni (laurent.baggioni@sorbonne-nouvelle.fr) et Etienne Boillet (etienne.boillet@univ-poitiers.fr). Chaque texte doit être précédé du nom de l’auteur-e et de son affiliation institutionnelle, d’une bio-bibliographie de moins de 400 signes, d’un résumé et de quelques mots-clés, le tout en français et en anglais.

La langue de rédaction est le français.

Parution : Transfictional Character and Transmedia Storyworlds in the British Nineteenth Century (dir. Erica Haugtvedt)

Erica Haugtvedt (dir.), Transfictional Character and Transmedia Storyworlds in the British Nineteenth Century, Palgrave McMillan, 2022. 

This book is a study of how transfictional and transmedia storytelling emerges in the nineteenth century and how the period’s receptive practices anticipate the receptive practices of fandom and transmedia storytelling franchises in the twentieth and twenty-first centuries. The central claim is that the serialized, periodical, and dramatic media environment of the late eighteenth century through the nineteenth century in Great Britain trained audiences to perceive the continuous identity of characters and worlds across disparate texts, illustrations, plays, and songs by creators other than the earliest originating author. The book contributes to fan studies, transmedia studies, and nineteenth-century periodical studies while also interrogating the nature of fictional character.