Archives par mot-clé : transmédialité

Parution : Dossier « Intervalles sériels » (Sens public)

Sens public, dossier « Intervalles sériels », sous la direction de Thomas Carrier-Lafleur, Frédérique Khazoom, Marta Boni, mars 2021.

Le contexte médiatique contemporain est riche en expériences sérielles : pensons au roman-feuilleton, aux franchises cinématographiques, au cinéma conçu dans son histoire intermédiale et sérielle, à la BD, aux séries télévisées qui se déclinent sur tous les médias, aux jeux vidéo et, surtout, à l’engagement multiforme et interminable des publics qui suivent ces récits pluriels1. Ce dossier est né de la volonté de traiter de manière approfondie un aspect précis, mais incontournable, de l’essence des séries : les intervalles2.

L’intervalle, qu’il soit distance spatiale ou période de temps, est un écart existant entre deux valeurs : appréhendé en tant que phénomène dépassant les frontières médiatiques et disciplinaires, il est un concept qui intéresse à la fois notre relation aux contenus et la façon de construire notre connaissance du réel. Ces interruptions, interstices, pauses, blancs et temps d’arrêt nous demandent de faire attention aux frontières, au rythme et donc à l’identité propre d’une expérience sérielle3. Nous les subissons (la pause publicitaire imposée, la fin d’une saison, la livraison discontinue des tomes d’une saga de romans ou de jeu vidéo) ou nous décidons de les impartir au contenu (arrêter la lecture à un moment plutôt qu’un autre). Ces « vides » qui nous alertent de la fin, ces vides que la fin (toujours provisoire ?) d’un récit produit en nous et avec nous, sont à penser comme des moments nécessaires aux séries et même des espaces productifs.

Dans la course à pied, l’athlète qui s’entraîne par intervalles ajoute de pauses utiles entre les efforts, ce qui lui permet de récupérer de l’effort précédent, mais de façon incomplète. L’intervalle est donc à concevoir comme une méthode pour améliorer sa performance. Pour l’étude des médias, l’intervalle possède un rôle heuristique : il est une interruption qui se révèle utile à l’analyse car il brise une continuité, nous permettant de faire ressortir des œuvres là où autrement il y aurait un flot ininterrompu ; il permet de trouver de la discrétion dans la continuité des flux4. [Lire la suite du texte de présentation…]

Continuer la lecture de Parution : Dossier « Intervalles sériels » (Sens public)

Parution : Photolittérature (Archipel, n° 42)

Archipel, n° 42 : « Photolittérature« , 2020, 273 p.

PRÉSENTATION

La notion de « photolittérature », qui donne son titre à ce quarante-deuxième numéro d’Archipel, peut désigner des œuvres très diverses, qui ont pour point commun d’exploiter le dialogue entre les modes d’expression a priori distincts que sont l’écriture littéraire et la photographie. Dès son invention dans la première partie du XIXe siècle, cette dernière a fasciné les écrivain·e·s. De fait, ces derniers·ères ont établi un dialogue constant avec la photo, des virulentes critiques de Baudelaire lui niant toute possibilité d’accéder au rang d’art à son utilisation comme embrayeur de la narration par des écrivain·e·s contemporain·e·s – songeons par exemple à Annie Ernaux, dont l’autobiographie Les Années est rythmée par la description de photos, ou à Anne-Marie Garat, qui travaille notamment à partir de clichés d’inconnu·e·s chinés dans les marchés aux puces dans Photos de familles. Un Roman de l’album. Il semble que la photo, qui capture et fige un instant du réel, appelle irrésistiblement une mise en récit que la littérature peut lui offrir. La nature des points de contact qui existent entre ces deux médias est extrêmement diverse. En effet, la mise en scène de personnages de photographes, l’utilisation de clichés dans une logique d’enquête, ou encore la réflexion théorique sur la nature de l’image reproduite mécaniquement sont autant de pratiques littéraires qui intègrent une dimension «photographique». Le statut des clichés dans le texte est également variable, mais qu’ils soient donnés à voir dans leur matérialité ou seulement décrits sous la plume de l’auteur·rice, leur spectre semble n’avoir de cesse de hanter la littérature depuis près de deux siècles. Continuer la lecture de Parution : Photolittérature (Archipel, n° 42)

Anaïs Goudmand (Sorbonne Université)

Anaïs Goudmand est maîtresse de conférences à l’UFR de littérature française et comparée de Sorbonne Université et membre du CELLF 19-21.

Sa thèse, intitulée Récits en partage. Expériences de la sérialité narrative en culture médiatique, a été dirigée par Raphaël Baroni (Université de Lausanne) et Jean-Marie-Schaeffer (EHESS). Elle porte sur les différentes formes que revêt l’expérience des récits sériels, telles qu’elles sont modelées par les contraintes de production et de diffusion de la culture médiatique.

Continuer la lecture de Anaïs Goudmand (Sorbonne Université)

Aurélie Huz (Université Paris Nanterre)

Aurélie Huz est maîtresse de conférences en langue et littérature françaises à l’université Paris Nanterre. Elle enseigne au Pôle Métiers du Livre de l’IUT de Saint-Cloud et ses recherches s’inscrivent dans les travaux de l’Observatoire des Écritures Contemporaines du CSLF (Centre des Sciences des Littératures en Langue Française, EA  1586).

Spécialiste de la science-fiction, de l’intermédialité et des univers transmédiatiques, elle a soutenu en 2018 à l’université de Limoges une thèse intitulée « L’intermédialité dans la science-fiction française de La Planète sauvage à Kaena (1973-2003) ». Ses recherches actuelles prolongent l’étude de la science-fiction multimédiatique en interrogeant l’estrangement visuel et sonore du genre.

Elle est rédactrice adjointe de la revue Belphégor, qui étudie les littératures populaires et la culture médiatique, et membre du comité éditorial de ReS Futurae, revue d’études sur la science-fiction. Elle a  rejoint en 2019 le bureau de l’Association Internationale des Chercheurs en Littératures Populaires et Culture Médiatique (LPCM).

Champs de recherche

  • histoire et théorie de la science-fiction
  • cultures médiatiques et populaires
  • intermédialité, transmédialité, transmédia, cross-média, sémiotique et narratologie comparées des médias
  • théories de la fiction, univers transmédiatiques, transfictionnalité
  • fictions ludiques, interactivité, immersion

Publications

Articles

« Les sons de la science-fiction dans La Planète sauvage de René Laloux (1973) », Sociétés & Représentations, numéro « Sons et cultures sonores », dirigé par P. Goetschel et C. Granger, n° 49, 2020/1, p. 211-219, URL : https://www.cairn.info/revue-societes-et-representations-2020-1-page-211.htm.

« Les corps modifiés d’Enki Bilal », Captures [En ligne], vol. 4, n° 2 : « Le corps augmenté dans la bande dessinée », section Contrepoints « Au-delà du corps », novembre 2019, URL : http://revuecaptures.org/contrepoint/les-corps-modifiés-d’enki-bilal.

« Les novellisations de Bordage : expérimentations transmédiatiques du multimédia dans la science-fiction française », ReS Futurae [En ligne], n° 13, dossier « Pierre Bordage », 30 juin 2019, URL : https://journals.openedition.org/resf/2471.

« Arborescences transmédiales d’un arbre-monde de science-fiction. Kaena, la prophétie : du film à la novellisation », Publije [En ligne], n° 1, 2017, URL : http://revues.univ-lemans.fr/index.php/publije/article/view/7.

Chapitres d’ouvrage

Avec Irène Langlet, « Une SF de la déglingue : le cycle Nikopol d’Enki Bilal », in H. Garric (dir.), La Destruction des images en bande dessinée, Tours, Presses Universitaires François-Rabelais, coll. « Iconotextes », à paraître.

« Arzach. Rhapsodie médiatique », in E. Caboche, D. Lorenz (dir.), La Bande dessinée à la croisée des médias, Tours, Presses Universitaires François-Rabelais, coll. « Iconotextes », 2019, p. 35-48.

Avec Nicolas Perez Prada et Hélène Sellier, « Littérature et cultures médiatiques : positionnement, pratiques et dynamiques de la jeune recherche », in A. Besson (dir.), Fictions médiatiques et récits de genre. Pour en finir avec le populaire ?, SFLGC, coll. « Poétiques comparatistes », 2016, p. 73-86.

Avec Irène Langlet, « Bilal et le Monstre. Une Yougoslavie de science-fiction, une guerre en bande dessinée (et vice-versa) », in B. Westphal (dir.), Le Silence et la parole au lendemain des guerres yougoslaves, Pulim, coll. « Espaces Humains », 2015, p. 211-239.