Archives par mot-clé : transmédialité

Appel à contributions : La bande dessinée numérique (Espagne, Portugal, Amérique Latine) (Université ClerMont Auvergne)

Colloque international : La bande dessinée numérique (Espagne, Portugal, Amérique Latine) 

8 et 9 décembre 2022Université Clermont AuvergneCELIS (UPR 4280)

Échéance des propositions : 31 août 2022

La révolution numérique que nous vivons a modifié en profondeur le neuvième art tant en Europe qu’en Amérique Latine. L’invention d’un nouveau système technologique a alimenté la création numérique en bande dessinée (logiciels graphiques, tablettes, technologies web, etc.) et les auteurs, les éditeurs, s’appropriant ces nouvelles technologies, font preuve d’innovation (BAUDRY, 2018) dans deux directions qui peuvent paraître contradictoires : la standardisation et l’expérimentation.

Cet élargissement du champ de la bande dessinée, qui « recouvre des réalités croisées et protéiformes » (ESCANDE-GAUQUIE & SOUCHIER, 2011), pose la question des dépassements supposés de frontières, si l’on veut bien considérer la bande dessinée numérique du point de vue de son appropriation et de sa réception. Dépassement des frontières génériques, d’une part, dans la mesure où le numérique favorise la multimodalité – un des champs les plus dynamiques de la narratologie (RYAN, 2014) –, et ouvre sur de multiples possibilités inter et transmédiatiques ; dépassement des frontières d’audience, d’autre part, puisqu’elle offre la possibilité d’une expression et d’une communication « déterritorialisées », tout en étant propice à la création de petits espaces d’expression localisés, regroupant une communauté autour d’un intérêt commun.

Dans le prolongement du colloque de la Ghent University (« Comics strike back : Digital Comics, Digital Audiences, Digital Practices ») qui invite à « recadrer la bande dessinée numérique dans une perspective holistique qui rende compte des particularités du médium tout en parvenant à les placer dans un contexte plus large envisagé dans une perspective multidisciplinaire1 », le colloque international organisé à l’Université Clermont Auvergne (Clermont-Ferrand) mettra au centre de ses interrogations la création, les pratiques et les usages de la bande dessinée numérique de l’espace culturel ibérique et d’Amérique Latine, sans exclure toutefois d’autres productions dans une optique comparatiste.

Continuer la lecture de Appel à contributions : La bande dessinée numérique (Espagne, Portugal, Amérique Latine) (Université ClerMont Auvergne)

  1. « Comics strike back : Digital Comics, Digital Audiences, Digital Practices » : https://www.digitalcomics.ugent.be/call-for-paper/ []

Appel à contributions : Vivre la fiction. La littérature par ses appropriations au quotidien XVIIIe-XXe s. (MSH Paris-nord, Saint-Denis)

Journées d’études : « Vivre la fiction. La littérature par ses appropriations au quotidien (XVIIIe-XXe siècles) »

MSH-Paris Nord, 5 et 6 octobre 2022

Échéance des propositions : 30 juin 2022

Depuis le XVIIIe siècle et ensuite de manière croissante avec les débuts du romantisme, les œuvres littéraires ont souvent invité leurs lecteurs et lectrices à s’identifier aux personnages, aux scènes et aux situations fictives. Cela a donné lieu à un ensemble de pratiques culturelles et de produits dérivés qui ont permis aux publics d’expérimenter les univers de la fiction dans leur vie quotidienne, depuis la décoration, l’habillement et les accessoires de mode jusqu’aux jouets, aux éléments de mobilier et même aux comportements inspirés par des textes littéraires. 

Ces deux journées d’études seront consacrées aux appropriations marchandes et émotionnelles de la fiction littéraire. Qu’il s’agisse de prolonger la vie des personnages dans la réalité, de reproduire des scènes de roman sur des papiers peints ou des objets du quotidien, de créer des effigies aux noms des héros romanesques, de vendre des imprimés à collectionner faisant référence aux univers de fiction, les reprises et réinterprétations de la littérature sont souvent créatives et révélatrices des divers contextes historiques, matériels et idéologiques dans lesquelles elles sont menées.

Toiles de Jouy Paul et Virginie, pendule Atala, papier peint et gilet Esmeralda, assiettes des Mystères de Paris, cigares Montecristo, éventail Nana, poupées Claudine : nombreux sont les exemples connus ou encore à mettre en lumière qui permettent de raconter une autre histoire de la littérature moderne à travers la perspective de ces appropriations. Comment de telles appropriations se réalisent-elles à travers différents genres et contextes ? Quels types de textes inspirent ces réactions ? Et comment ces pratiques évoluent-elles à travers le temps, à mesure que se développent les médias, puis les industries culturelles ? Finalement, que peuvent-elles nous apprendre de la littérature elle-même ?

Continuer la lecture de Appel à contributions : Vivre la fiction. La littérature par ses appropriations au quotidien XVIIIe-XXe s. (MSH Paris-nord, Saint-Denis)

Appel à contributions : Transmédiagénie et transécriture (Bucarest)

Transmédiagénie et transécriture

7 octobre 2022, Université Nationale d’Arts Théâtraux et Cinématographiques I.L. Caragiale, Bucarest, Roumanie

Échéance des propositions : 10 juillet 2022

L’évolution aussi rapide et prestigieuse du cinéma serait encore plus surprenante si l’on ne prenait pas en compte ses relations avec les autres arts, notamment avec la littérature. Longtemps, la majeure partie des débats théoriques portant sur ces relations se sont limités à la problématique des adaptations cinématographiques, vues non pas comme un enrichissement réciproque, mais comme un service rendu magnanimement par la littérature à un art plus jeune. Lorsque le cinéma a gagné son autonomie esthétique et s’est positionné de plain-pied au même niveau que « sa Majesté le Dire » (pour reprendre la formule de Godard) les études théoriques ont tenté elles aussi de sortir de cette perspective stérile d’une condition ancillaire du cinéma par rapport à la littérature et de tenir le pas avec la nouvelle réalité esthétique. Le développement des études sémiotiques a contribué à orienter les recherches vers la prise en compte des spécificités codiques du cinéma, l’adaptation étant de plus en plus considérée comme une forme distincte de sémiotisation.

L’essor des études sur la médialité et l’intermédialité a permis d’ajouter à la perspective sémiotique une perspective anthropologique. Selon Nelson Goodman, cette dernière présente l’avantage d’intégrer une reconceptualisation du symbolique attentive à la multiplicité et à la diversité de ses modes de présentation et de réception, ainsi qu’à ses modalités de fonctionnement. Durant les dernières décennies, donc, de nouveaux concepts sont venus prendre place dans l’arène des débats théoriques sur les adaptations. 

Notre conférence se propose de remettre en discussion plus particulièrement deux de ces termes, à savoir la transmédiagénie et la transécriture. Proposé par André Gaudreault et Philippe Marion lors du colloque de Cerisy de 1993, le terme de transécriture va supplanter de plus en plus celui d’adaptation, car il a le mérite de s’écarter du vieux paradigme de la « fidélité » envers l’écriture première et de repenser l’adaptation en tenant compte autant de la poétique du nouveau créateur que des réaménagements sémiotiques spécifiques au médium–cible. La transmédiagénie est une notion mise en place par Philippe Marion en 1997, dans un article qui essayait de mettre les bases d’une narratologie médiatique. Définie comme « capacité d’étoilement, de circulation, de propagation transmédiatique que possède un récit», cette notion venait faire pendant à celle de médiagénie, avancée par le même chercheur deux ans avant le colloque de Cérisy, et qui désignait quant à elle « la capacité d’un sujet ou projet narratif de se réaliser de manière optimale en choisissant le partenaire médiatique qui lui convient le mieux ». (Philippe Marion, « Narratologie médiatique et médiagénie des récits »)

Continuer la lecture de Appel à contributions : Transmédiagénie et transécriture (Bucarest)

Francesca Aiuti (Université degli Studi Roma Tre)

Doctorante en Littérature française et Littératures francophones à l’Université degli Studi Roma Tre

Sujet de thèse

Les rapports entre rap et littérature, théorisés et analysés dans une perspective médiologique et postcoloniale.

Thèmes de recherche

Musique et littérature, littératures de la migration, intermédialite, transmédialité, études postcoloniales

Formation

  • Novembre 2019-Présent, Rome : Doctorat en Littératures française et francophones (Università degli Studi Roma Tre)
  • 2019, Rome-Paris : Double Master 2 Recherche en Littérature comparée (Università degli Studi di Roma La Sapienza – Université Paris-Sorbonne Paris IV)
  • 2017, Rome : Licence en Lettres modernes (Università degli Studi Roma Tre)
  • Erasmus+ auprès de l’Université Sorbonne Nouvelle

Publications

  • « Gaël Faye : le rappeur des deux continents », Ponti/Ponts, n° 20, 2020, pp. 35-58.
  • « Leïla Houari : une poésie de l’entre-deux », Dialogues Francophones, n° 24, 2020, pp. 61-79.
  • « La visione transnazionale di due scrittrici italo-quebecchesi: Mary Melfi e Bianca Zagolin », Novecento transnazionale, vol. 5, n° 2, 2020, pp. 213-228.
  • « Gravures de sons : la mémoire coloniale dans le rap de Médine », Al-Mukhatabat, n° 41, 2022, pp. 265-282.
  • À paraitre : « Abd Al Malik : quand le rap actualise la littérature », Interculturel Francophonies, n° 23, février 2022.

Communications

  • Conférence francophone interdisciplinaire internationale Migrations & Minorités, 14-16 octobre 2021, Université de Galati.
  • Communication : « Gravures de sons : la mémoire coloniale dans le rap de Médine ».

Page personnelle (Academia)

Appel à contributions : “Transmédialités postcoloniales : les récits postcoloniaux à travers les médias” (Il Tolomeo n°24)

La revue Il Tolomeo – journal d’études postcoloniales invite tous les chercheurs intéressés à soumettre leurs contributions pour le prochain numéro de 2022 (n° 24). Le numéro sera structuré en une section généraliste à sujet libre et une section thématique consacrée aux transmédialités postcoloniales, à savoir aux récits postcoloniaux dans les médias.

Échéance des propositions : 15 février 2022

Ces dernières décennies, l’intérêt de la critique pour des structures narratives fondamentales non plus réservées à la littérature mais spécifiques à tout média capable de raconter une histoire, s’est traduit par une multiplication considérable de publications consacrées à la narratologie transmédiale. Nous pouvons citer à titre d’exemple : l’étude monographique de J.-N. Thon, Transmedial Narratology and Contemporary Culture (2016) ; l’article de R. Baroni, «Pour une narratologie transmédiale», publié dans Poétique, n° 182 (2017) ; le texte de M.-L. Ryan «Sur les fondements théoriques de la narratologie transmédiale», paru dans Introduction à la narratologie postclassique. Les nouvelles directions de la recherche sur le récit (2018), sous la direction de S. Patron ; les deux numéros monographiques des revues Mediapolis – Revista de Comunicação, Jornalismo e Espaço Público («Personagens mediáticas: teoria, problemas, análises», n° 6, 2018) et 2i – Revista de Estudos de Identidade e Intermedialidade(«Literatura e televisão: novas narrativas – Ficções transmédia», vol. 2, n° 1, 2020). Si l’idée d’une grammaire des récits propre à l’ensemble des médias avait déjà été proposée par les pionniers de la narratologie (cf. Communications, n° 8, « Recherches sémiologiques : l’analyse structurale du récit », 1966), la discipline ne s’est que très récemment émancipée de son périmètre littéraire d’origine (Baroni 2017, 155). Aujourd’hui, les spécialistes préfèrent plutôt parler de narratologie transmédiale pour mettre davantage l’accent sur le caractère pluriel de certains phénomènes narratifs, en renvoyant ainsi à une approche comparative des médias qui ne privilégie pas un support particulier au détriment des autres (Wolf 2011, 5). Si l’identification de pratiques narratives communes aux différents médias demeure un objectif majeur de la discipline, A. Goudmand et R. Baroni (2019) soulignent cependant que la narratologie transmédiale a aussi pour but de voir « comment les récits exploitent les ressources particulières du support dans lesquels ils s’inscrivent afin d’actualiser ces invariants dans une forme spécifique ».

Continuer la lecture de Appel à contributions : “Transmédialités postcoloniales : les récits postcoloniaux à travers les médias” (Il Tolomeo n°24)

Programme du séminaire LPCM 2022 : “Dans l’atelier des chercheur·se·s en littératures populaires et culture médiatique”

 Organisatrices : Fanny Barnabé (Epitech), Anaïs Goudmand (Sorbonne Université), Aurélie Huz (Université Paris Nanterre), Alice Jacquelin (Université Paris Nanterre)

L’Association internationale des chercheur·se·s en Littératures Populaires et Culture Médiatique (LPCM) a pour but d’étudier, dans une perspective résolument pluridisciplinaire et intermédiale, les formes des cultures médiatiques, les pratiques qu’elles ont favorisées et les imaginaires qu’elles ont suscités dans les époques moderne et contemporaine.

Le séminaire de recherche mensuel de la LPCM vise à favoriser les rencontres et les échanges entre les chercheur·se·s qui se spécialisent dans l’analyse des cultures populaires et médiatiques, quel que soit leur ancrage disciplinaire (littérature, sciences de l’information et de la communication, sociologie, histoire, économie, musicologie, humanités numériques…) et leur objet d’étude (littérature, bande dessinée, littérature jeunesse, cinéma, séries télévisées, productions transmédiatiques, musique, jeux vidéo, jeux, figurines, images…). 

Le séminaire aura lieu le mercredi de 17h à 19h, à l’exception des séances partagées (séances 4 et 7) et de la journée d’études (mardi 7 juin 2022, Université de Lausanne). Il se tiendra sous une forme co-modale et nomade : chaque séance sera diffusée en visioconférence, tout en laissant la possibilité aux intervenant·e·s et aux auditeur·rice·s qui le souhaitent de se rendre sur place dans l’université dans laquelle elle se déroulera (Sorbonne Université, Université Paris Nanterre…). 

Le lien de connexion sera communiqué quelques jours avant chaque séance. Les auditeur·rice·s qui souhaitent se rendre sur place doivent obligatoirement s’inscrire en écrivant à l’adresse suivante une semaine avant les séances : atelierlpcm@protonmail.com.

Nous encourageons les participant·e·s à adhérer à la LPCM :

https://lpcm.hypotheses.org/adherer-a-lassociation  

PROCHAINE SÉANCE

Séance 6 – Mardi 7 juin 2022 : JOURNÉE D’ÉTUDES. La recherche doctorale sur la bande dessinée à l’UNIL.

Université de Lausanne (salle à déterminer)

  • Intervenant·e·s confirmé·e·s : Justine Favre, Gaëlle Kovaliv, Raphaël Oesterlé, Camille Schaer, Olivier Stucky, Maelys Tirehot-Corbin

En partenariat avec le Groupe d’Études sur la BD (GrEBD), avec le soutien de la formation doctorale interdisciplinaire de la Faculté des lettres de l’Université de Lausanne.

PROGRAMME

PRINTEMPS 2022

Séance 1 – Mercredi 26 janvier 2022, 17h-19h : Méthodes et théories de l’intermédialité

Sorbonne Université, Maison de la recherche, salle D116

Pour obtenir le lien vers la salle de visioconférence, voir cette page.

  • Francesca Aiuti (Université degli Studi Roma Tre) : « Discours rap-portés : analyse médiologique de l’interaction entre rap et littérature »
  • Giorgio Busi Rizzi (Universiteit Gent) : « La bande dessinée numérique : une forme nouvelle/ancienne »

Répondant·e·s : Olivier Stucky (Université de Lausanne) et Gaëlle Kovaliv (Université de Lausanne)

Programme détaillé de la séance 1

Séance 2 – Mercredi 16 février 2022, 17h-19h : Animation japonaise

Epitech Paris, 18 rue Pasteur, 94270 Kremlin-Bicêtre – Salle Ada Lovelace (4e étage, bâtiment Paritalie)

  • Oriane Sidre (Université Picardie Jules Verne) : « Une médiatisation qui définit ses propres règles ? L’écrivain Kenji Miyazawa et l’industrie animée japonaise : le cas du film biographique Fantaisie d’Îhatôbu : Le Printemps de Kenji (Kawamori Shôji, 1996) »
  • Matteo Watzky (Université Paris 8 Vincennes – Saint-Denis) : « Comment étudier l’animation ? Enjeux et méthode de la “micro-analyse” »

Répondant : Julien Bouvard (Université Jean Moulin Lyon 3)

Programme détaillé de la séance 2

Séance 3 – Mercredi 16 mars 2022, 17h-19h : Fictions de jeunesse et représentations sociales (album, BD)

Pôle Métiers du Livre de Saint-Cloud (salle de réunion 2ème étage)

  • Ada Lipman (Inalco) : « Ludique et éducatif : l’étude de la bande dessinée indienne Akbar Bīrbal Digest»
  • Sarah Ghelam (Université Paris Nanterre) : « À la recherche du reflet – Retour sur une pratique de lecture »

Répondante : Cécile Boulaire (Université de Tours)

Programme détaillé de la séance 3

Séance 4 – Jeudi 21 avril 2022, 16h30-19h : Feat. PHisTEM

Séance partagée avec le séminaire général de l’équipe de « Poétique historique des textes modernes » (CSLF, EA 1586)

Université Paris Nanterre, Bâtiment Max Weber, salle de séminaire 1

  • Yoan Vérilhac (Université de Nîmes/RIRRA 21) : « Sublime, mélodrame, sensationnalisme : esthétiques de l’excès et démocratisation culturelle »
  • Aurélie Huz (Université Paris Nanterre) : « La science-fiction : une approche par les sons »

Séance 5 – Mercredi 18 mai, 17h-19h : La lanterne magique : un impact culturel insoupçonné. Retour sur un processus de recherche

Pôle Métiers du Livre de Saint-Cloud (salle de réunion 2ème étage)

Répondant : Matthieu Letourneux (Université Paris Nanterre)

Programme détaillé de la séance 5

Séance 6 – Mardi 7 juin 2022 : JOURNÉE D’ÉTUDES. La recherche doctorale sur la bande dessinée à l’UNIL.

Université de Lausanne (salle à déterminer)

  • Intervenant·e·s confirmé·e·s : Justine Favre, Gaëlle Kovaliv, Raphaël Oesterlé, Camille Schaer, Olivier Stucky, Maelys Tirehot-Corbin

En partenariat avec le Groupe d’Études sur la BD (GrEBD), avec le soutien de la formation doctorale interdisciplinaire de la Faculté des lettres de l’Université de Lausanne.

Séance 7 – Vendredi 17 juin, 10h-13h : Science-fiction et créations sonores

Séance partagée avec le séminaire doctoral SF de l’Université Gustave Eiffel

Université Gustave Eiffel, Marne-la-Vallée (salle à déterminer)

  • Margot Châtelet (Université Gustave Eiffel) : « Des artefacts sonores science-fictionnels : quand la radio joue avec le réel »
  • Crys Aslanian (Université Gustave Eiffel) : « Futurotopies Féministes et Mutin·es Mutant·e·s, la  SF radiophonique comme possibilité de rêver l’obscur » 
  • Clémentine Hougue (Le Mans Université, Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3) : « Pour une pharmacologie du son : politique du cut-up dans le film Decoder (1984) »

Répondante : Aurélie Huz (Université Paris Nanterre)

AUTOMNE 2022

Les lieux et les répondant·e·s des séances du semestre d’automne seront annoncés dans le courant de l’été 2022.

Séance 8 – Mercredi 5 octobre, 17h-19h : Médias audiovisuels et études culturelles

  • Elena Defay-Thibaud (Université du Mans) : « Étude des enjeux médiologiques de la représentation de la female loser dans la série Fleabag : la narratologie, un outil d’analyse pertinent ? »
  • Yoshiko Suto (Université Nihon, Tokyo) : « L’affiche japonaise de film, univers cinématographique ou culturel ? »

Séance 9 – Mercredi 9 novembre, 17h-19h : Musiques populaires, narration et intermédialité

  • Jason Julliot (Université de Rouen, Université de Liège) et Jérémy Michot (Université Clermont Auvergne) : « L’analyse des musiques populaires dans la cinémusicologie française : enjeux méthodologiques et disciplinaires »
  • Marion Brachet (EHESS, Université de Laval, Québec) : « “Like short movies in my head” : les mondes narratifs dans les musiques populaires »

Séance 10 – Mercredi 30 novembre, 17h-19h : Jeu vidéo, littérature et littératie

  • Benjamin Demassieux (Professeur agrégé de lettres classiques, Académie de Lille) : « Une poétique vidéoludique ? »
  • Lana Maldonado (Université Côte d’Azur) : « L’engagement narratif dans les jeux vidéo comme engagement d’apprentissage : la conception d’un protocole expérimental »

Séance 11 – Mercredi 14 décembre, 17h-19h : Récits science-fictionnels

  • Isabelle Casta (Université d’Artois) : « Imaginaires du voyage temporel : peut-on sauver le passé ? »
  • Clémentine Hougue (Le Mans Université, Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3) : « Implications narratives, esthétiques, historiques et génériques d’une stratégie éditoriale : le cas du fix-up en science-fiction »

Télécharger le programme (PDF)

Appel à communications : À la croisée des chemins : l’intermédialité comme point de rencontre (Université de Sherbrooke)

Colloque : “À la croisée des chemins : l’intermédialité comme point de rencontre“, 19e colloque étudiant en littérature canadienne de l’Université de Sherbrooke

18 mars 2022

Université de Sherbrooke

Le 19e colloque étudiant en littérature canadienne de l’Université de Sherbrooke, qui aura lieu en ligne le 18 mars 2022, aura pour thème À la croisée des chemins : l’intermédialité comme point de rencontre.

Il souhaite mettre l’accent sur la transmédialité dans ses relations avec la littérature et la traduction. Des présentations d’une durée de 20 minutes examinant des œuvres contemporaines canadiennes en français, en anglais ou en langues autochtones sous l’angle de l’intermédialité seront les bienvenues. Seront également considérées les contributions prenant la forme d’une production audiovisuelle ou d’une performance.

Nous vous invitons à faire parvenir votre proposition de communication de 250 mots et une courte notice biographique (150 mots) à l’adresse courriel TTT2021usherbrooke@gmail.com au plus tard le 30 novembre 2021. 

Appel à communications

Parution : Tintin aujourd’hui. Images et imaginaires (M. Porret, F. Preyat, O. Roche, J.-L. Tilleuil dir.)

Michel Porret, Fabrice Preyat, Oliver Roche, Jean-Louis Tilleuil (dir.), Tintin aujourd’hui. Images et imaginaires, Georg Éditeur, coll. “L’Équinoxe”, 28 juin 2021

Résumé

Mettre en lumière l’importance exceptionnelle de l’œuvre d’Hergé dans l’histoire artistique et culturelle du XXe siècle, et mesurer, à l’aune d’approches inédites, le caractère mythique et universel des Aventures de Tintin et leurs prolongements dans l’imaginaire contemporain : tel est l’objectif de cet ouvrage, issu du colloque international « Tintin au XXIe siècle », ayant réuni scientifiques et tintinophiles en Belgique, 110 ans après la naissance Georges Rémi.

Les 27 contributions qui composent ce volume envisagent la traversée du siècle du voyageur-reporter sous l’angle des territoires et des temporalités. Elles démontrent que l’œuvre fondatrice d’Hergé a irrigué toutes les disciplines et épousé pléthore de formats, de médias. La fortune critique qui s’est greffée sur Les Aventures de Tintin émerge en effet à de nombreux domaines. Tintin aujourd’hui illustre ou déconstruit leurs métamorphoses et interroge la pérennité d’une œuvre qui permet toujours aujourd’hui de penser et de dire le monde.

Continuer la lecture de Parution : Tintin aujourd’hui. Images et imaginaires (M. Porret, F. Preyat, O. Roche, J.-L. Tilleuil dir.)

Parution : Dossier “Intervalles sériels” (Sens public)

Sens public, dossier “Intervalles sériels”, sous la direction de Thomas Carrier-Lafleur, Frédérique Khazoom, Marta Boni, mars 2021.

Le contexte médiatique contemporain est riche en expériences sérielles : pensons au roman-feuilleton, aux franchises cinématographiques, au cinéma conçu dans son histoire intermédiale et sérielle, à la BD, aux séries télévisées qui se déclinent sur tous les médias, aux jeux vidéo et, surtout, à l’engagement multiforme et interminable des publics qui suivent ces récits pluriels1. Ce dossier est né de la volonté de traiter de manière approfondie un aspect précis, mais incontournable, de l’essence des séries : les intervalles2.

L’intervalle, qu’il soit distance spatiale ou période de temps, est un écart existant entre deux valeurs : appréhendé en tant que phénomène dépassant les frontières médiatiques et disciplinaires, il est un concept qui intéresse à la fois notre relation aux contenus et la façon de construire notre connaissance du réel. Ces interruptions, interstices, pauses, blancs et temps d’arrêt nous demandent de faire attention aux frontières, au rythme et donc à l’identité propre d’une expérience sérielle3. Nous les subissons (la pause publicitaire imposée, la fin d’une saison, la livraison discontinue des tomes d’une saga de romans ou de jeu vidéo) ou nous décidons de les impartir au contenu (arrêter la lecture à un moment plutôt qu’un autre). Ces « vides » qui nous alertent de la fin, ces vides que la fin (toujours provisoire ?) d’un récit produit en nous et avec nous, sont à penser comme des moments nécessaires aux séries et même des espaces productifs.

Dans la course à pied, l’athlète qui s’entraîne par intervalles ajoute de pauses utiles entre les efforts, ce qui lui permet de récupérer de l’effort précédent, mais de façon incomplète. L’intervalle est donc à concevoir comme une méthode pour améliorer sa performance. Pour l’étude des médias, l’intervalle possède un rôle heuristique : il est une interruption qui se révèle utile à l’analyse car il brise une continuité, nous permettant de faire ressortir des œuvres là où autrement il y aurait un flot ininterrompu ; il permet de trouver de la discrétion dans la continuité des flux4. [Lire la suite du texte de présentation…]

Continuer la lecture de Parution : Dossier “Intervalles sériels” (Sens public)

Parution : Photolittérature (Archipel, n° 42)

Archipel, n° 42 : “Photolittérature“, 2020, 273 p.

PRÉSENTATION

La notion de « photolittérature », qui donne son titre à ce quarante-deuxième numéro d’Archipel, peut désigner des œuvres très diverses, qui ont pour point commun d’exploiter le dialogue entre les modes d’expression a priori distincts que sont l’écriture littéraire et la photographie. Dès son invention dans la première partie du XIXe siècle, cette dernière a fasciné les écrivain·e·s. De fait, ces derniers·ères ont établi un dialogue constant avec la photo, des virulentes critiques de Baudelaire lui niant toute possibilité d’accéder au rang d’art à son utilisation comme embrayeur de la narration par des écrivain·e·s contemporain·e·s – songeons par exemple à Annie Ernaux, dont l’autobiographie Les Années est rythmée par la description de photos, ou à Anne-Marie Garat, qui travaille notamment à partir de clichés d’inconnu·e·s chinés dans les marchés aux puces dans Photos de familles. Un Roman de l’album. Il semble que la photo, qui capture et fige un instant du réel, appelle irrésistiblement une mise en récit que la littérature peut lui offrir. La nature des points de contact qui existent entre ces deux médias est extrêmement diverse. En effet, la mise en scène de personnages de photographes, l’utilisation de clichés dans une logique d’enquête, ou encore la réflexion théorique sur la nature de l’image reproduite mécaniquement sont autant de pratiques littéraires qui intègrent une dimension «photographique». Le statut des clichés dans le texte est également variable, mais qu’ils soient donnés à voir dans leur matérialité ou seulement décrits sous la plume de l’auteur·rice, leur spectre semble n’avoir de cesse de hanter la littérature depuis près de deux siècles. Continuer la lecture de Parution : Photolittérature (Archipel, n° 42)