Archives par mot-clé : transfictionnalité

Colloque: Sherlock Holmes: un nouveau limier pour le XXIe siècle

sherlock

SHERLOCK HOLMES

UN NOUVEAU LIMIER POUR LE XXIe SIÈCLE

DU LUNDI 25 AOÛT (19 H) AU LUNDI 1er SEPTEMBRE (14 H) 2014

(Colloque de 7 jours)

DIRECTION : Hélène MACHINAL, Gilles MENEGALDO, Jean-Pierre NAUGRETTE

ARGUMENT :

Sherlock Holmes comme archétype du détective moderne est devenu une référence obligée, et son succès populaire ne s’est pas démenti depuis 1887 jusqu’à nos jours où pièces de théâtre, films, séries télévisées, bandes dessinées, romans contribuent à transformer, comme autant de réécritures, le personnage de fiction en l’une des grandes figures mythiques de notre horizon contemporain.

Si Sherlock Holmes pose des questions essentielles à nos modes de pensée et de cognition, aussi bien dans le champ de la science, de la médecine, que de la philosophie, c’est sans doute parce que notre époque, plus victorienne qu’il n’y paraît, ne cesse de questionner les enjeux complexes d’une epistemè des années 1870-1900 dont Doyle, lui-même médecin, se faisait l’écho.

Enquêter sur la jeunesse et la genèse du personnage permet de mieux saisir les enjeux de sa présence décapante comme jeune détective dans notre monde contemporain où règnent ordinateurs et téléphones portables, où détection et communication se répondent, comme l’illustre la série BBC: Sherlock: un nouveau limier pour le XXIe siècle.

COMMUNICATIONS (suivies de débat) :

* Marc CERISUELO: La Vie privée de Sherlock Holmes (Billy Wilder)
* Alain CHAREYRE-MÉJAN: En quel sens Sherlock Holmes est notre ami?
* Christian CHELEBOURG: Dans la famille Holmes, la sœur: The Enola Holmes Mysteries de Nancy Springer
* Maria COSTANTINI: Sherlock Holmes’s precursors: eccentrics, amateur sleuths and Oriental mysteries in Wilkie Collins
* Olivier COTTE: La figure de Watson dans les adaptations audio-visuelles
* Gilles DECLERCQ: Equivoques du récit holmésien: éthique, logique et sophistique
* Richard DURY: Les fonctions du dialogue chez Doyle
* Antoine FAIVRE: Sherlock Holmes à l’écran muet (de 1900 à 1931)
* Camille FORT: La représentation de Londres dans les nouvelles et la série Sherlock (BBC)
* Elsa GRASSO: Le vrai, la trace et l’empreinte. Les modèles épistémologiques de Conan Doyle
* Julien GUIEU: Sherlock Holmes contre Don Juan, ou The Case of the Broken Flowers
* Lauric GUILLAUD: Démarquages, pastiches, avatars et réinventions de Sherlock Holmes: des enquêtes de Solar Pons (1928-1971, August Derleth) aux réécritures d’Anthony Horowitz (The House of Silk, 2011) et de Graham Moore (Sherlockiana, 2011)
* Arnaud HUFTIER: Epigone et déterritorialisation: Le Sherlock Holmes américain (Harry Dickson) de Jean Ray ou comment importer les sectes
* Nathalie JAËCK: Several shades of « Gray » in the Sherlock Holmes Stories
* Claire LARSONNEUR: « Brainy is the new sexy » ou la couture du sens chez Moffat
* Natacha LEVET: Jeremy Brett: un nouveau Sherlock? La série de Granada Television entre rupture et continuité
* Hélène MACHINAL: La série Sherlock (BBC), de Babbage à Wiener
* Alberto MANGUEL: Jorge Luis Borges, auteur de « Sherlock Holmes »
* Laura MARCUS: Enacting Holmes: Performance and Impersonation in Fiction and Film
* Xavier MAUMÉJEAN: Sherlock Holmes: les vies parallèles
* Gilles MENEGALDO: Sherlock Holmes et Jack the Ripper: l’entrecroisement de deux mythes
* Dominique MEYER-BOLZINGER: Sherlock Holmes et l’imaginaire de l’autopsie
* Jean-Paul MEYER: Diffraction de l’image narrative: Sherlock Holmes dans le vitrail
* Jean-Pierre NAUGRETTE: Sherlock Holmes et le grain du papier
* Maryse PETIT: Genre Holmes
* Frédéric REGARD: L’évidence même: lecture ophtalmologique de Arthur and George de Julian Barnes
* Caroline RENOUARD: Sherlock Holmes sur les planches, d’un siècle à un autre

 

 

 

Adresse : CCIC, Le Château 50210 Cerisy-La-Salle

Colloque: Mondes possibles, mondes numériques enjeux et modalités de l’immersion fictionnelle

Mondes possibles, mondes numériques

enjeux et modalités de l’immersion fictionnelle

Colloque organisé du 18 au 20 juin 2014

Colloque organisé du 18 au 20 juin 2014 à l’Université du Maine (Le Mans), dans le cadre des travaux du 3L. AM (Laboratoire de Langue, Littérature et Linguistique des Universités d’Angers et du Mans), par Laurent Bazin, Anne Besson et Nathalie Prince.

À l’occasion de ce colloque se tiendra l’assemblée générale de la LPCM (association des chercheurs en Littératures Populaires et Culture Médiatique)

Continuer la lecture de Colloque: Mondes possibles, mondes numériques enjeux et modalités de l’immersion fictionnelle

Parution: Alain Boillat Cinéma, machine à mondes. Essai sur les films à univers multiples

Print-Couv-1. Cinémondes

Parution

Alain Boillat

Cinéma, machine à mondes. Essai sur les films à univers multiples

Genève, Georg, février 2014, 390 pages, env. 200 illustrations couleur

 

Dans cet ouvrage, l’auteur propose une conceptualisation théorique de la coprésence en un même film de mondes multiples en abordant différents paramètres (hétérogénéité de la facture de l’image, pratiques du montage alterné, typologie des enchâssements, expansion sérielle, etc.) sur la base d’un corpus de films de fiction récents qui appartiennent pour la plupart au genre de la science-fiction (Matrix, Dark City, Avalon, Resident Evil, Avatar,…). Issue de la filmologie, la notion de « diégèse » y est développée à la fois dans le potentiel d’autonomisation dont témoigne la conception mondaine qui semble dominer d’aujourd’hui à l’ère des jeux vidéo, dans ses liens avec le récit et dans une perspective intermédiale. La comparaison entre les films (Tron et son récent sequel, Totall Recall et son remake) et entre des œuvres filmiques et littéraires (en particulier les nouvelles de Philip K. Dick et Simlacron 3 de Galouye) constitue un outil d’analyse permettant de saisir la contemporanéité de cette problématique, envisagée sur le plan esthétique dans le contexte de l’imagerie numérique.

Cette parution marque le coup d’envoi de la collection « Emprise de vue » chez l’éditeur genevois Georg. Principalement dédiée au cinéma contemporain, elle se donne pour but d’envisager les imaginaires technologiques dont ce dernier témoigne, les traditions dans lesquelles il s’inscrit et les enjeux formels qu’il soulève.

Cinéma, machine à mondes. Essai sur les films à univers multiples, Genève, Georg, 2014, 390 pages, env. 200 illustrations couleur.

Sommaire

Préface de Marc Atallah…………………………………………………………… 13
Préambule……………………………………………………………………………. 19
1 – Introduction aux « machines à mondes »…………………………………. 27
Entrée en matière à l’ère du « virtuel » :
Alice au pays des nouvelles technologies………………………………………………. 35
La science en fiction (et autres genres)………………………………………………….. 45
Moyen et objet de la représentation……………………………………………………….. 48
La technologie en abyme : l’acte de création dans Jurassic Park…………………..51
Espaces « insulaires » : aux limites de Pandora (Avatar)……………………………. 56
Voyages immobiles en situation de « projection »……………………………………. 64
Corpus et période……………………………………………………………………………….. 72
Notes du chapitre 1…………………………………………………………………………….. 77
2 – La « diégèse » filmique et ses possibles……………………………………. 87
Prémices filmologiques d’une conception mondaine du cinéma……………….89
« Mondes possibles » et transfictionnalité……………………………………………… 97
L’écart entre les mondes……………………………………………………………………..101
Typologie des univers multiples…………………………………………………………. 105
Mondes exotiques…………………………………………………………………………………………….106
Mondes factices………………………………………………………………………………………………..106
Mondes surnaturels…………………………………………………………………………………………. 110
Mondes mentaux et relation d’attribution………………………………………………………..112
Mondes alternatifs…………………………………………………………………………………………..120
Mondes virtuels……………………………………………………………………………………………….. 126
Commentaires conclusifs………………………………………………………………….. 130
Notes du chapitre 2…………………………………………………………………………….132
3 – Les mondes en film(s) : image et montage……………………………….139
Matière de l’image……………………………………………………………………………..143
La couleur est-elle diégétique ?…………………………………………………………….147
Les possibles en séries (Lost, Fringe)…………………………………………………….. 169
Un monde de circuits imprimés (sur pellicule)………………………………………..185
Un montage qui déraille : la figure de la boucle (Je t’aime je t’aime, 1968)…….188
Agencements : le principe de l’alternance……………………………………………. 203
D’un Total Recall l’autre : l’immersion comme indice……………………………… 226
Notes du chapitre 3…………………………………………………………………………….241
4– Cyberespace : le monde-simulacre de la « matrice »………………….. 253
John et Neo : les signes d’un temps……………………………………………………… 254
Le simulacre urbain du cinéma postmoderne : Dark City………………………… 263
Simulacron 3 : les mondes de la cyberculture………………………………………….275
Le système informatique vécu de l’intérieur : Tron et son « héritage »……….. 293
Notes du chapitre 4……………………………………………………………………………308
5 – Un (autre) monde sans 11 septembre………………………………………313
L’imaginaire audiovisuel post-11 septembre…………………………………………..314
L’autre World Trade Center de la série Fringe…………………………………………. 317
En deçà de l’effondrement urbain : une posture révisionniste…………………..318
Next (le monde d’après) : de la nouvelle au film……………………………………….323
Les possibles de l’impossible : un sentiment de « déjà vu »……………………… 328
Le fantasme d’une porte dérobée à l’inéluctabilité du code………………………334
Notes du chapitre 5…………………………………………………………………………… 346
Conclusion……………………………………………………………………………351
Notes de la conclusion………………………………………………………………………. 366
Index des films cités……………………………………………………………… 369
Bibliographie………………………………………………………………………..381

 

 

Appel: La littérature de jeunesse dans le jeu des cultures matérielles et médiatiques (15 février 2014)

La littérature de jeunesse dans le jeu des cultures matérielles et médiatiques

Circulation, adaptations, mutations

Colloque organisé par Matthieu Letourneux et Mathilde Lévêque

avec le concours de l’Afreloce (association française de recherches sur les livres et les objets culturels de l’enfance)

Université Paris 13

24-26 septembre 2014.

Depuis une vingtaine d’années, les études littéraires tendent à déplacer leur centre d’intérêt des productions légitimées (celle du canon institué par l’histoire littéraire) vers l’ensemble des productions textuelles. En parallèle, les recherches influencées par les cultural studies ressaisissent les productions textuelles dans l’ensemble des pratiques culturelles : non seulement celles des productions médiatiques (cinéma, télévision, jeux vidéo), mais aussi celles de la culture matérielle (jeux et produits industriels).

Paradoxalement, la recherche consacrée à la littérature pour la jeunesse, en quête de légitimité institutionnelle, a encore peu étudié la relation des œuvres littéraires aux autres productions de la culture médiatique et de la culture matérielle de l’enfance. Pourtant, c’est sans doute dans ce domaine que les échanges ont été les plus intenses et les plus fructueux. On a souvent souligné (Jenkins, Ferrier) l’emprise des industries culturelles sur la littérature pour la jeunesse contemporaine, et les travaux sur la novellisation (Baetens et Lits) ont mis en évidence leur enracinement dans les cultures de jeunesse. A l’inverse, la littérature de jeunesse apparaît comme une source inépuisable d’inspiration pour les industries culturelles. Enfin, l’univers du livre participe, parfois de façon centrale, parfois de façon marginale, aux logiques de poly-exploitations qui marquent l’ensemble des productions pour la jeunesse : non seulement les fictions narratives, mais aussi les supports de fiction ludiques (jeux et jouets) et les objets industriels qui sont destinés à ce public.

Si de tels échanges sont devenus massifs ces dernières décennies avec l’avènement des nouveaux médias électroniques et les transformations de l’industrie culturelle, on a pu montrer que les relations entre industrie culturelle et littérature de jeunesse sont anciennes. Pour comprendre les politiques de licences et de déclinaisons transmédiatiques des séries à succès, il faut sans doute les replacer dans une périodicité longue, remontant au XIXe siècle. Pour cela, il convient d’articuler un questionnement social (avec les transformations des pratiques de consommation et de loisirs), économique (avec le développement d’une industrie et d’une édition visant les jeunes publics), médiatique (avec le rôle joué par le cinéma, la presse, la radio puis la télévision), juridique (avec par exemple le glissement aux Etats-Unis d’une logique de copyrights à une logique de trademarks), et étudier l’évolution des pratiques culturelles et des légitimités. Mais il convient également de mettre en évidence les spécificités des pratiques contemporaines de la culture de jeunesse, celles des médiacultures (Maigret), de la convergence culturelle (Jenkins), du médiamix (Ito) et des œuvres-mondes (Besson, Wolf). Enfin, il importe de réfléchir plus généralement aux spécificités des pratiques culturelles des jeunes publics ayant favorisé de telles mixités : importance des échanges entre fictions pour la jeunesse et l’univers du jeu (Brougère), fictions oscillant entre pratiques narratives et ludiques (Caïra, Grouling Cover), logiques d’appropriation, de recomposition, de déclinaisons à travers des activités créatives et ludiques.

L’ambition de ce colloque est de questionner la place de la littérature pour la jeunesse dans les imaginaires médiatiques et les productions industrielles pour la jeunesse, en tentant de mettre en évidence les logiques d’adaptations, de traductions intersémiotiques, de synergies et de rapports de force qui sont engagés dans ces pratiques.

On pourra par exemple explorer les pistes suivantes, soit dans une perspective générale, soit à partir d’études de cas :

1. Transferts intersémiotiques et transmédiatiques

– Dans les échanges entre les médias, on peut questionner les mécanismes de traduction intersémiotique (du livre vers les autres médias et des autres médias vers le livre) : comment les auteurs tentent-ils de restituer les imaginaires médiatiques dans lesquels ils inscrivent leur œuvre et avec lesquels ils dialoguent, mais aussi comment les novellisations peuvent-elles correspondre à des stratégies de différenciation exploitant les spécificités du support imprimé ? A l’inverse, dans quelle mesure les imaginaires littéraires ont pu être altérés par leurs adaptations médiatiques successives ?

– Mais le livre est loin de se cantonner au domaine des novellisations : les atlas, encyclopédies, livres-jeux, livres à offrir, mettent en évidence d’autres pratiques de l’imprimé aux relations complexes avec les univers de fiction médiatiques. De tels ouvrages, négligés par la recherche, pourront ainsi être abordés. De même, on s’intéressera à l’ensemble des productions littéraires exploitant des univers de fiction ludiques (livres et revues exploitant les univers des jeux et jouets, jeux de rôle, jeux vidéo).

– – On s’intéressera tout particulièrement aux relations qui existent entre la littérature, qu’il s’agisse de fiction narrative ou non narrative, et les formes de fiction ludiques : jeux, jeux de rôle, jeux vidéo, jouets. Cette attention pourra prendre une forme théorique, historique, économique et médiatique.

2. Mutations médiatiques, création et édition :

– On se demandera en outre comment les auteurs et les éditeurs assimilent eux-mêmes ces mutations médiatiques dans leurs logiques de communication. Quelle est l’incidence de ces nouvelles pratiques médiatiques sur la conception que les auteurs se font de leur œuvre et de leur travail d’écriture ?

– La question des contextes économiques, juridiques, sociaux et médiatiques du livre (quand celui-ci exploite des imaginaires et des univers de fiction développés avant tout sur d’autres supports) pourra être abordée. Quelles sont les conditions de production ? Quels sont les acteurs en jeu dans la création de l’œuvre ? De quel processus et de quelles dynamiques de négociation l’œuvre est-elle le résultat ?

– On cherchera à comprendre quels sont les enjeux de l’adaptation des œuvres littéraires dans les systèmes médiatiques : on se demandera quelles œuvres sont adaptées, ce qui en est conservé, retenu, les contraintes que font subir les coûts et les enjeux de développement sur le processus d’adaptation, etc.

3. Perspective historique, regard contemporain

– L’Histoire des échanges entre la littérature de jeunesse et les autres médias reste encore largement à écrire. Quels ont été les événements littéraires et médiatiques qui peuvent être considérés comme des jalons de cette histoire ? Y a-t-il eu des conditions juridiques ou industrielles ayant favorisé de telles transformations des pratiques ? On pourra également s’interroger sur les questions de résistance et d’imperméabilité, revers des phénomènes d’échanges et de circulation, qui fonctionnent pourtant comme autant de miroirs révélateurs.

– On peut se demander également si les mutations contemporaines affectant en profondeur la communication littéraire – internet, les logiques industrielles de convergence, les pratiques participatives des jeunes consommateurs (et leur récupération par les industriels) – peuvent modifier en retour le regard que l’on porte sur l’histoire de la littérature pour la jeunesse et de sa place de l’imprimé dans l’ensemble de la culture de jeunesse.

Les propositions (1500 à 2000 signes) sont à envoyer avant le 15 février 2014 à Matthieu Letourneux (mletourneux@free.fr) et à Mathilde Lévêque (mathilde.leveque@univ-paris13.fr).

Comité scientifique :

Jan Baetens (Université de Louvain-la-Neuve), Laurent Bazin (Université Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines), Anne Besson (Université d’Artois), Gilles Brougère (Université Paris 13), Olivier Caïra (IUT d’Evry), Matthieu Letourneux (Université Paris Ouest Nanterre La Défense), Mathilde Lévêque (Université Paris 13), Déborah Lévy-Bertherat (ENS Paris), Sarah Sépulchre (Université de Louvain-la-Neuve)

Bibliographie

– Jan Baetens, La Novellisation, du film au roman, Liège, Impressions Nouvelles, 2008.

– Jan Baetens et Marc Lits (ed.), La Novellisation : du film au roman ; Novelization : From Film to Novel, Leuven, Leuven University Press, 2004.

– Anne Besson, D’Asimov à Tolkien, cycles et séries en littérature de genre, Paris, CNRS Editions « Littérature », 2004.

– Gilles Brougère, Jouets et compagnie, Paris, Stock, « Un Ordre d’idées », 2003.

– Olivier Caïra, Jeux de rôle, Les Forges de la fiction, Paris, CNRS éditions, 2007.

– Collectif, Les Formes de la fiction dans la culture de jeunesse, Strenae, 2, 2011.

– Bertrand Ferrier, Tout n’est pas littérature ! Le concept de littérarité appliqué aux livres pour la jeunesse, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2009.

– Jennifer Grouling Cover, The Creation of Narrative in Tabletop Role-Playing Games, McFarland, 2010.

– Mizuko Ito, « Technologies of the Childhood Imagination; Yugioh, Media Mixes, and Everyday Cultural Production », in J. Karaganis and N. Jeremijenko (ed.), Structures of Participation in Digital Culture, Duke University Press, 2005.

– Henry Jenkins, La Convergence culturelle, Paris, Armand Colin, « Mediamix », 2013.

– Eric Maigret, Penser les médiacultures, Paris, Armand Colin, 2005

– Mark Wolf, Building Imaginary Worlds, Londres, Routledge, 2012.

Fictions transfuges. La transfictionnalité et ses enjeux. Entretien avec Richard Saint-Gelais.

Sur le site Vox Poetica:

Fictions transfuges. La transfictionnalité et ses enjeux

Entretien avec Richard Saint-Gelais. Propos recueillis par Frank Wagner

Entretien publié le 20 avril 2012

Dans Fictions transfuges (Paris, Ed. du Seuil, novembre 2011, « Poétique ».), vous travaillez sur un objet, « la transfictionnalité et ses enjeux » qui, pour n’avoir « rien de marginal » (p. 532), n’en paraît pas moins original. Pourriez-vous, dans les grandes lignes, évoquer « l’archéologie » de vos travaux sur la notion de transfictionnalité, et plus précisément la genèse même du projet qui a abouti à l’écriture de cet ouvrage ?

« Archéologie » en effet car, à m’interroger sur les débuts de ce projet qui m’aura occupé quelques années, je retrouve, justement, des débuts, superposés comme des strates dont les implications ne sont parfois apparues que longtemps après. Comme bien des bambins (et plusieurs adultes sans doute), j’ai été marqué par ce qui m’apparaît maintenant comme des phénomènes de « traversée » des frontières encadrant la fiction : une visite au salon de l’auto de la ville voisine où l’on exposait la voiture de Batman ; des jeux d’enfant basés sur des objets dans lesquels je vois, rétrospectivement, des artefacts transfictionnels, comme les modèles réduits des vaisseaux des Sentinelles de l’air. Ces matérialisations de ce qui ne se trouvait jusque-là que sur l’écran d’un téléviseur exerçaient une fascination que j’éprouve encore ; conceptualiser la chose, comme je m’y emploie aujourd’hui, a moins visé à dissiper cette fascination, à y substituer un discours théorique, qu’à la prolonger à travers ce dernier.

Lire la suite.

Lire un extrait de l’ouvrage dans l’Atelier de théorie littéraire de Fabula.

Parution: From St. Anthony to Fish n'Chips, A Transfictional Study of the Popular Fish in Mediamix Culture

Parution

F. Hearst – A. Prill (dir.)

From St. Anthony to Fish n’Chips

A Transfictional Study of the Popular Fish in Mediamix Culture

Sommaire

–          The Fisher King, a premodernist postmodern ?

–           “’Wanna Try my Swordfish?” Can Mermaids Survive Gender Theory?

–          Kulturindustrie, Klassenkampf und Gastronomie: ein ästhetisches für panierten Fisch

–          “A la pêche aux moules, moules, moules”, psycholecture, ture, ture des rondes enfantines, tines, tines.

–          Sushi Bar et Néojaponisme en régime pop-cosmopolitain.

–          « A Fish Called Wanda », A Post-Queer Paradigm?

–         Un modèle concret d’appropriation du feuilleton en régime non-médiatique: l’emballage du poisson aux Halles de Paris à la Belle Epoque.

–          From Jaws to Jaws 3D – Or When the Series Jumped over the Shark.

–          Aquarium et kitsch – cultures d’usage et stratégies d’appropriation dans la pisciculture d’intérieur.

CFP: Edited Collection on Sherlock Holmes Adaptations (2 avril)

CFP

Edited Collection on Sherlock Holmes Adaptations (2 avril)

Arthur Conan Doyle’s Sherlock Holmes stories have recently gained new popularity through a variety of adaptations and re-interpretations in a broad variety of media forms. This edited collection will focus on three ways to access these texts: Fan and audience activity, adaptations throughout history and their political and ideological contextualization, and intertextual influences. We welcome submissions for articles of 200 word abstracts on adaptations of Sherlock Holmes. Possible topics include, but are not limited to:

– Adaptation in film, television, theatre/performance, graphic novels, games, and other media forms
– Fan activity surrounding all texts, including fan fiction, slash fiction, shipping, online fandom, etc.
– Reception of adaptations
– Historical adaptations
– Influences on other franchises, such as the CSI franchise or The League of Extraordinary Gentlemen graphic novel series, or literary influences, such as Patricia Cornwell’s Kay Scarpetta series
– Games adaptation from board games to contemporary video gaming
– Adaptation in varying political contexts and systems
– Influences on the genre

Please submit 200 word abstracts by the 2nd of April to Stephanie Jones (sbj@aber.ac.uk), Nia Edwards-Behi (nne09@aber.ac.uk) and Mareike Jenner (mmj09@aber.ac.uk)

(Parution) R. Saint-Gelais, Fictions transfuges

Richard Saint-Gelais

Fictions transfuges – La Transfictionnalité et ses enjeux

Paris, Seuil, « Poétique », 2011

Quelle sorte d’enfance Sherlock Holmes a-t-il eue ? Que devient vraiment Blanche Neige après son mariage avec le Prince Charmant ? Que se seraient dit Charles Bovary et M. de Rênal si leurs chemins s’étaient croisés ? Ces questions, il arrive que des écrivains s’essaient à y répondre dans des œuvres qui donnent un supplément d’existence à des personnages ? les leurs ou ceux des autres.

C’est à cette pratique, qu’on propose d’appeler transfictionnalité, que cet ouvrage est consacré. S’il s’interroge sur son étendue, s’il en répertorie les formes et les ramifications, c’est, chaque fois, pour examiner les enjeux d’un phénomène qui a quelque chose de proliférant. Un monde fictif est-il borné par le récit qui l’instaure ? Qu’advient-il de l’autorité d’un auteur sur « ses » personnages lorsque des continuateurs s’aventurent dans les interstices de leurs histoires, jettent sur eux un nouvel éclairage ou réinventent leurs destins ? Les récits transfictionnels ne répondent pas à ces questions mais, les faisant surgir, nous enjoignent de reconnaître à quel point l’exercice de la fiction nous confronte à des contradictions inextricables et fertiles.

Richard Saint-Gelais enseigne la littérature du XXe siècle à l’université Laval (Québec). Spécialiste du nouveau roman et de paralittérature, théoricien de la lecture et de la fiction, il est l’auteur de Châteaux de pages, la fiction au risque de sa lecture (Hurtubise HMH, 1994) et de L’Empire du pseudo : modernités de la science-fiction (Nota bene, 1999).