Archives par mot-clé : Tolkien

Laura Martin-Gomez (Université d’Artois)

Agrégée d’anglais – Docteure en Littérature Comparée

Formation

2015-2020 : Thèse de Doctorat de Littérature Comparée : « La réception de l’œuvre de Tolkien par ses fans aux États-Unis, au Royaume-Uni et en France (1955-1992) », sous la direction d’Anne Besson, à l’Université d’Artois, ED SHS (n°586), Laboratoire «Textes et Cultures ». Thèse soutenue le 6 novembre 2020. Jury composé de :

  • Mme Anne Besson, Professeur de Littérature Générale et Comparée, Université d’Artois, directrice
  • Leo Carruthers, Professeur émérite de Langue, littérature et civilisation anglaise, Université Paris Sorbonne Lettres, rapporteur
  • Vincent Ferré, Professeur de Littérature Générale et Comparée, Université Paris-Est Créteil
  • Christian Le Bart, Professeur en science politique, Institut d’études politiques de Rennes, rapporteur
  • Marc Rolland, Professeur de Langue, littérature et civilisation anglaise, Université du littoral-Côte d’Opale (ULCO),président du jury
  • Mme Anne-Gaëlle Weber, Professeur de Littérature Générale et Comparée, Université d’Artois

2012 : Lauréate de l’agrégation d’anglais, option civilisation.

2011-2012 : Diplôme de l’École Normale Supérieure de Cachan.

Master 2 Formation des Enseignants du Supérieur, spécialité « Didactique de l’anglais de spécialité ».

2010-2011 : Étudiante à l’ENS Cachan et l’Université Paris Diderot. Master 2 d’Études Anglophones. Mémoire en civilisation britannique : « J. R. R. Tolkien : La construction affective et intellectuelle d’un enfant au tournant du siècle (1895-1911) ». Mention AssezBien.

2009-2010 : Étudiante à l’ENS Cachan et l’Université Paris Diderot. Master 1 d’Études Anglophones. Mémoire en civilisation britannique : « J. R. R. Tolkien and C. S. Lewis: Origins and Impact of their Medieval Scholarship ». Mention Assez Bien.

2006-2009 : Hypokhâgne-Khâgne Lyon spécialité Anglais, admissible aux ENS Lyon et Cachan.

2006 : Baccalauréat au Lycée Français Jean Monnet de Bruxelles, série Littéraire, spécialité Mathématiques, mention Bien. Continuer la lecture de Laura Martin-Gomez (Université d’Artois)

Appel à contributions : Tolkien et l’Antiquité – les Antiquités de la Terre du Milieu (Paris)

Journée d’étude : Tolkien et l’Antiquité – les antiquités de la Terre du Milieu

4 juin 2022

Échéance des propositions : 7 mars 2022

Organisation : Dimitri Maillard, ATER en histoire romaine, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Comité scientifique :  Charles Delattre, Professeur de langue et littérature grecque antique, Université de Lille ; Vincent Ferré, Professeur de littérature générale et comparée, Université Paris Est Créteil ; Isabelle Pantin, Professeure émérite de littérature française du XVIe s., ENS Paris ; Sandra Provini, Maîtresse de conférence en littérature française du XVIe s., Université de Rouen

Antiquitas, « le temps d’autrefois », « ce qui précède » : l’univers du Seigneur des Anneaux de J. R. R. Tolkien (1892-1973) fascine par son apparente historicité et dispose bien d’une antiquité, au sens de passé lointain. Dans l’histoire de ce monde, composée d’une multitude de récits communément désignée sous le nom de Légendaire, la place de la littérature antique a été soulignée de longue date.

Les premières amours de l’auteur, formé à la littérature classique, se ressentent particulièrement dans le Silmarillion : la cité de Gondolin présente de fortes ressemblances avec Troie (Bruce 2012, Pantin 2014), Númenor avec l’Atlantide (Delattre 2007, Kleu 2020) ; mais même la Galadriel de son œuvre phare a été rapprochée de Circé (Delattre 2014). On décèle donc chez lui une connaissance approfondie des auteurs anciens, Virgile bien sûr (Reckford 1974 ; Morse 1986 ; Bruce 2012), mais aussi Plutarque (Libran-Moreno 2005) ou Tacite (Obertino 2006). La liste n’est pas exhaustive et l’inspiration homérique, en particulier, affleure dans les récits des Contes Perdus et du Silmarillion. Quant aux sociétés de son univers, elles sont parfois proches des cultures de l’Antiquité, du côté grec (Williams 2017, 2020) ou romain (Allan 1974, Obertino 2006, Ford 2005, Gallant 2020). Cependant la dispersion de ces comparaisons rend la synthèse de ces apports difficile.

La journée d’étude du 4 juin 2022 ambitionne de porter un nouveau regard sur ce passé fictionnel : peut-on y distinguer des périodes antiques évoquant l’antiquité gréco-romaine ? La question est indissociable d’une dialectique associant Antiquité et Moyen Âge car, dans ses Lettres, Tolkien révèle que le Gondor vécut un Moyen Âge (Lettres, n° 131), ce qui implique une Antiquité… ainsi qu’une Renaissance (de ce point de vue, voir Ford 2005, Hunter 2005). Une époque ancienne est d’ailleurs désignée par l’auteur sous le nom de « Jours Anciens » (Elder Days), qui prennent fin avec le Premier Âge, bien avant les événements du Seigneur des Anneaux. Il y aurait alors plusieurs antiquités tolkieniennes.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Tolkien et l’Antiquité – les Antiquités de la Terre du Milieu (Paris)

Parution : Le Silmarillion (J.R.R. Tolkien, éd. Ch. Tolkien, (nouvelle éd., nouvelle trad.)

J.R.R. Tolkien, éd. Ch. Tolkien, Le Silmarillion (nouvelle éd., nouvelle trad.), Paris, Christian Bourgois éditeur, 2021

De l’œuvre de J.R.R. Tolkien, l’on connait surtout Le Hobbit (1937) et Le Seigneur des anneaux (1954-1955), des succès de librairie sans précédent qui ont contribué à redéfinir le genre même de la fantasy. Mais c’est ignorer que ces deux romans s’intègrent dans un univers bien plus large dont Tolkien a composé l’histoire, les langues, les légendes et les coutumes.

La nouvelle édition française du Silmarillion est le texte total auquel J.R.R. Tolkien a travaillé toute sa vie, et qui réunit la genèse et l’histoire des Premiers Âges de la Terre du Milieu, le décor de ses chefs-d’oeuvre. Il contient, outre le récit de la création du monde, l’épopée des Elfes et de leur lutte contre Morgoth, le premier Seigneur des Ténèbres, pour la possession des Silmarils, des joyaux aux très grands pouvoirs ; mais aussi l’histoire de l’île de Numenor et sa chute, une évocation des anneaux de pouvoir qui éclaire l’histoire du Seigneur des Anneaux – et bien d’autres récits et légendes…
Paru quatre ans après la mort de son auteur et édité par son fils, Christopher Tolkien, Le Silmarillion constitue le cœur de l’œuvre de J.R.R. Tolkien. Cette nouvelle traduction par Daniel Lauzon rend justice au potentiel épique et romanesque de ce grand livre et permettra à de nouveaux lecteurs de découvrir Le Silmarillion dans toute sa force, et dans une magnifique édition française illustrée d’une cinquantaine d’illustrations de Ted Nasmith.

Avant même que J.R.R. Tolkien ait l’idée d’écrire Le Hobbit et d’en faire une suite, il avait en tête une « mythologie » qui l’occupa toute sa vie durant. Dès 1917, il écrivit de nombreux contes et poèmes formant Le Silmarillion, sans parvenir à leur donner une forme définitive avant que le succès du Hobbit oblige Tolkien à mettre de côté ces textes pendant une quinzaine d’années pour écrire son œuvre la plus connue : Le Seigneur des Anneaux (1954-1955).  Malgré des années d’effort, les légendes des Jours Anciens sont demeurés inachevées à sa mort, en 1973. C’est à son fils et confident Christopher Tolkien qu’il confia la garde de ces milliers de pages manuscrites ; son fils proposa d’abord ce Silmarillion avant de publier des éditions « savantes » des textes qui servirent de base à ce volume (Contes et légendes inachevés, douze volumes de l’Histoire de la Terre du Milieu), ou des versions développées de certains chapitres : Les Enfants de Húrin, Beren et Lúthien, La Chute de Gondolin.

Cette nouvelle traduction, quarante-trois ans après la première (1978), entend corriger les erreurs de la précédente et rendre fidèlement le texte de J.R.R. Tolkien, grâce à l’amélioration de nos connaissances et à l’expérience de Daniel Lauzon, à qui l’on doit les nouvelles traductions du Hobbit (2012) et du Seigneur des Anneaux (2014-2016).

Couverture rigide cousue, une jaquette illustrée, avec dorure sur la couverture et signet en tissu. Pages intérieures en couleurs, avec 49 illustrations de Ted Nasmith dont 4 inédites, et de superbes cartes géographiques.

Appel à contributions / Call for papers : “Fairy tales and Fantasy fiction / Contes de fées et Fantasy” (Fantasy Art and Studies, n°12)

“Fairy tales and Fantasy fiction / Contes de fées et Fantasy”

Fantasy Art and Studies, n°12

Échéance des propositions : 25 octobre 2021

Texte de l’appel

(English version below)

En 1947, Tolkien publie « Du conte de fées » (« On Fairy Stories »), un essai consacré aux contes de fées issu de sa conférence Andrew Lang de 1938, depuis devenu la base de la théorisation du genre de la Fantasy moderne. Cet essai a en effet popularisé dans la critique spécialisée les termes de monde secondaire, subcréation et subcréateur. Pourtant le texte de Tolkien, souvent présenté comme étant davantage une réflexion sur la propre conception littéraire de l’auteur et son œuvre de Fantasy, est bien censé porter sur les contes de fées et en proposer une définition et une présentation des caractéristiques principales, à l’instar de l’eucatastrophe, concept forgé par Tolkien pour désigner la fin heureuse des contes et qu’on peut mettre en perspective avec l’éthique naïve de ces récits, telle qu’examinée par André Jolles dans son ouvrage Formes simples (1930). Continuer la lecture de Appel à contributions / Call for papers : “Fairy tales and Fantasy fiction / Contes de fées et Fantasy” (Fantasy Art and Studies, n°12)

Parution : L’Arc et le Heaume, hors-série n°2, “Conversations avec J.R.R. Tolkien”

L’Arc et le Heaume — Hors-série n°2 — Conversations avec J.R.R. Tolkien

 Association Tolkiendil, 2021.

Le 29 juillet 1954, 17 ans après la parution du Hobbit, paraît en Angleterre La Fraternité de l’Anneau, le premier volume du Seigneur des Anneaux de J.R.R. Tolkien, suivi en novembre 1954 et octobre 1955, des volumes Les Deux Tours et Le Retour du Roi. Le succès, bien qu’au rendez-vous, est modeste, à l’image d’autres bestsellers de l’époque. Pendant environ dix ans, les éditions Allen & Unwin rééditent les trois volumes jusqu’à parvenir à environ 275 000 exemplaires produits entre 1954 et 1965 pour les marchés anglais et américains. En 1969, ce nombre était estimé à près de 3 millions de copies, une explosion qui marque le début de la popularité croissante de Tolkien et un virage médiatique qui font suite, notamment, à la parution d’une édition pirate publiée aux USA par Ace Books en 1965. Cette popularité remarquée se traduit ainsi par un nombre croissant de lettres, d’appels téléphoniques (parfois en pleine nuit !), mais également de demandes d’interviews de la part de différents médias. Ainsi, pour la seule décennie 1960, Tolkien répond à une quinzaine d’interviews, sur la vingtaine connue, des interviews dans lesquels ses fans ont l’opportunité d’en apprendre plus sur sa vie d’écrivain, son œuvre et ses centres d’intérêt ! En tout cas, ses fans anglophones. Car bien que les premières traductions françaises du Hobbit et du Seigneur des Anneaux paraissent respectivement en 1969 et 1972-1973, son succès reste confidentiel en France et aucune interview n’est menée dans notre langue. C’est pourquoi, il nous a paru intéressant de traduire et publier des interviews pour le lectorat français.

Continuer la lecture de Parution : L’Arc et le Heaume, hors-série n°2, “Conversations avec J.R.R. Tolkien”

Parution : La Littérature-monde de J.R.R. Tolkien (Enrico Spadaro)

Enrico Spadaro, La Littérature-monde de J.R.R. Tolkien – Pertinence, discours et modernité d’une oeuvre originalePréface de Joanny Moulin, L’Harmattan, coll. “Espaces littéraires”, 2021.

L’intention que Tolkien avait au début de sa carrière littéraire était la création d’une mythologie pour son pays, l’Angleterre. Cette profonde ambition s’unit à sa passion de jeunesse pour les langages imaginaires ainsi qu’à sa profession de philologue à l’université d’Oxford. La Terre du Milieu, le monde que Tolkien dessine, devient alors le lieu où ses contes se déroulent et où ses langages peuvent se développer. Dans cet ouvrage, Enrico Spadaro démontre la pertinence de l’oeuvre de Tolkien dans le contexte de la littérature contemporaine et le fait que sa production littéraire implique plusieurs éléments qui relient mythologie, philologie, fantaisie et modernité. Il revient sur certains aspects thématiques de la littérature européenne qui ont inspiré la création mythologique par Tolkien, puis explique le point de vue linguistique au sein de son oeuvre et le fait que la langue a la force de former un monde imaginaire. Il analyse également la théorisation des contes de fées par Tolkien, avant d’évoquer sa réception critique dans le monde moderne et contemporain, qui lui a aussi permis d’être l’un des auteurs les plus lus et influents du XXe siècle.

Enrico Spadaro (né en 1991) est traducteur, enseignant de langues et passionné des oeuvres de l’écrivain britannique J.R.R.Tolkien, auxquelles il a dévoué ses recherches. En 2018, il a obtenu le doctorat en études anglophones auprès de la faculté des arts, lettres, langues et sciences humaines de l’université d’Aix-Marseille.

Parution : Tolkien and the Classical World

Hamish Williams (dir.), Tolkien and the Classical World, Walking Tree Publishers, 2021.

While scholars have often cited the influence of medieval texts and society on J.R.R. Tolkien’s seminal fantasy creations, the role of the classical world – the literature and thought of ancient Greece and Rome – has received far less attention.

This volume of essays explores various ways in which Tolkien’s literary creations were shaped by classical epic, myth, poetry, history, philosophy, drama, and language. In making such connections, the contributors to this volume are interested not simply in source-hunting but in how a reception of the classical world can shape the meaning we derive from Tolkien’s masterworks.

The contributions to this volume by Philip Burton, Łukasz Neubauer, Giuseppe Pezzini, Benjamin Eldon Stevens, Graham Shipley, and several other scholars should pave the way for further discussions between classical studies and fantasy studies.

Continuer la lecture de Parution : Tolkien and the Classical World

Parution : Following the Formula in Beowulf, Örvar-Odds saga, and Tolkien

Michael Fox, Following the Formula in Beowulf, Örvar-Odds saga, and Tolkien, Palgrave Macmillan, 2020.

Following the Formula in Beowulf, Örvar-Odds saga, and Tolkien proposes that Beowulf was composed according to a formula. Michael Fox imagines the process that generated the poem and provides a model for reading it, extending this model to investigate formula in a half-line, a fitt, a digression, and a story-pattern or folktale, including the Old-Norse Icelandic Örvar-Odds saga. Fox also explores how J. R. R. Tolkien used the same formula to write Sellic Spell and The Hobbit. This investigation uncovers relationships between oral and literate composition, between mechanistic composition and author, and between listening and reading audiences, arguing for a contemporary relevance for Beowulf in thinking about the creative process.

Michael Fox is Associate Professor in the Department of English and Writing Studies at Western University in London, Ontario, Canada. He has published on modern rhetoric, medieval Latin, and Old English.

Parution : Le Seigneur des anneaux. Une aventure philosophique.

Matthieu Amat, Simon Merle, Le Seigneur des anneaux. Une aventure philosophique, Ellipses, 2020. 

Pourquoi admirons-nous les Elfes ? Qu’est-ce qui fait la grandeur des Hobbits ? De quoi l’anneau est-il le symbole ? Que voit-on dans le miroir de Galadriel ? Des questions, parmi d’autres, auquel cet ouvrage essaie de répondre, en croisant l’œuvre de Tolkien avec des textes de philosophes. Ce faisant, les auteurs ne prétendent pas établir une philosophie globale du Seigneur des anneaux, mais montrent comment on peut philosopher à partir des objets de la Terre du Milieu. Sous la forme de brefs essais, ils invitent le lecteur à poursuivre l’aventure littéraire par une petite aventure philosophique.

Sommaire

Lire un extrait

Agrégé et docteur en philosophie, Matthieu Amat enseigne et poursuit ses recherches en philosophie de la culture à l’Université de Lausanne.

Agrégé de philosophie, Simon Merle est professeur en lycée général.

Parution : Mondes imaginaires

The Routledge Companion to Imaginary Worlds, Ed. Mark J.P. Wolf

Présentation

This companion provides a definitive and cutting-edge guide to the study of imaginary and virtual worlds across a range of media, including literature, television, film, and games. From the Star Trek universe, Thomas More’s classic Utopia, and J. R. R. Tolkien’s Arda, to elaborate, user-created game worlds like Minecraft, contributors present interdisciplinary perspectives on authorship, world structure/design, and narrative. The Routledge Companion to Imaginary Worlds offers new approaches to imaginary worlds as an art form and cultural phenomenon, explorations of the technical and creative dimensions of world-building, and studies of specific worlds and worldbuilders.

Table des matières

Content and Story

1. Locations and Borders Gerard Hynes

2. The Hero’s Journey Lily Alexander

3. Invented Languages Dimitra Fimi and Andy Higgins Continuer la lecture de Parution : Mondes imaginaires