Archives par mot-clé : théories du complot

Appel à contributions : Fictions du complot (ELFE XX-XXI)

Elfe XX-XXI, n° 12, automne 2023, « Fictions du complot »

Échéance des propositions : 20 mars 2022

Modalités de participation

Les projets d’articles d’une page maximum (taille de police : 12) devront être envoyés à Chloé Chaudet (chloe.chaudet@uca.fr) et Ivanne Rialland (ivanne.rialland@uvsq.fr) accompagnés d’une brève notice bio-bibliographique avant le 20 mars 2022.

L’acceptation ou le refus sera indiqué.e aux auteur.e.s mi-avril 2022, accompagné.e, le cas échéant, des consignes de présentation des textes (d’une longueur comprise entre 25 000 et 40 000 signes espaces incluses).

Les articles seront à envoyer à Chloé Chaudet et Ivanne Rialland avant le 15 octobre 2022. Ils seront évalués en double aveugle par le comité de lecture de la revue.

Fictions du complot

La fiction du complot prend son essor parallèlement à celui du roman et de l’État-nation, fondant un imaginaire sociopolitique de la modernité qui n’a ensuite cessé de se développer et de se reconfigurer. Au tournant du xixesiècle se multiplient en Europe les figures fictives de comploteurs, qui ressurgiront à chaque période de crise. Au cours des xxe et xxie siècles, les discours conspirationnistes prolifèrent de manière presque ininterrompue dans l’aire atlantique et au-delà. S’ils ont fait l’objet de diverses approches sociologiques, politologiques, historiques, médiatiques, rhétoriques ou anthropologiques, les fictions littéraires du complot sont pour l’heure abordées soit de façon très générale – dans le cadre d’approches panoramiques relevant des études culturelles, par exemple – soit de manière circonscrite, par l’analyse philologique des œuvres d’un seul auteur ou d’une seule autrice. En proposant une étude collective inédite des fictions du complot des xxe et xxiesiècles, attentive autant au macro- qu’au microtexte, ce numéro de la revue ELFe XX-XXI entend contribuer à combler une lacune au sein des études littéraires de langue française.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Fictions du complot (ELFE XX-XXI)

Appel à contributions : Peut-on sauver le passé ? Imaginaires et récits contre-factuels

Appel à contributions pour un numéro de la revue Cultx : “Peut-on sauver le passé ? Imaginaires et récits contre-factuels”

Échéance des propositions : 10 février 2022

« Il y a surabondance d’espoir, mais rien pour nous »  (Kafka)

Les romanesques dickien (Le Maître du Haut Château) ou kingien (22/11/63) interrogent la capacité des imaginaires parachroniques à exhausser quelques grands moments de bascule historique – en tout cas considérés tels par une communauté… pour « sauver » un passé insatisfaisant ou toxique ; la diégèse du High Castle opère d’ailleurs une double torsion, puisqu’elle imagine d’abord un passé qui n’a pas eu lieu (victoire de l’Axe sur les démocraties) pour ensuite mieux acter une parachronie à l’intérieur de la parachronie, en l’espèce l’ouvrage d’un écrivain fictif, Hawthorne Abendsen, qui suppose, à l’inverse, les conséquences d’une victoire des Alliés, mais qui n’aboutissent absolument pas à « notre » monde. On comprend alors pourquoi le titre désigne une « maison isolée, une véritable forteresse », où vivrait Abendsen pour se protéger des puissants de l’heure, qui essaient d’éliminer en lui l’auteur du « Poids de la sauterelle » : ce roman constitue le vrai lien entre tous les personnages, et est mentionné de nombreuses fois au cours du récit. Son titre provient d’une citation de l’Ecclésiaste (12:5) : « et les sauterelles deviendront un fardeau »…

Pour Stephen King, le voyage temporel va se doubler d’une mission salvatrice : Jake Epping, un professeur un peu paumé, accepte de traverser un portail temporel pour empêcher l’assassinat de John F. Kennedy. Mais peu à peu la question initiale (peut-on sauver Kennedy?) mute en autre chose : faut-il sauver le passé ? Car modifier un élément ne garantit en rien l’advenue d’un monde meilleur.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Peut-on sauver le passé ? Imaginaires et récits contre-factuels

Appel à propositions : “Circulation des discours dans les récits complotistes”

Appel à propositions d’articles – Revue Mots. Les langages du politique, n° 110, novembre 2022 : “Circulation des discours dans les récits complotistes”

Numéro coordonné par Valérie Bonnet, Arnaud Mercier et Gilles Siouffi

Date limite de réception des avant-projets (propositions) : 10 mai 2021

 

Appel

On considérera, à titre de définition liminaire, les discours conspirationnistes ou complotistes (entre lesquels nous choisissons à ce stade de ne pas établir de distinction) comme un discours épousant la logique d’une « théorie conspiratrice de l’ignorance » comme la nomme Karl Popper (Popper, 1962, p. 7-8). Pareille vision du monde correspond à une position épistémologique qui « interprète l’ignorance non pas comme un simple défaut de connaissance, mais comme l’ouvrage de quelque puissance inquiétante, origine des influences impures et malignes qui pervertissent et contaminent nos esprits et nous accoutument de manière insidieuse à opposer une résistance à la connaissance » (Popper, 1962, p. 4).

Selon Loïc Nicolas, « la démarche conspirationniste s’attache (1) à recueillir et à combiner des événements épars élevés au statut de faits bruts, pour (2) les faire tenir ensemble au sein d’une trame narrative ; ceci dans l’intention (3) d’apporter la preuve que ces faits sont forcément liés entre eux (4) en ce qu’ils résultent d’une cause unique, c’est-à-dire (5) d’un complot dont ils témoignent et (6) au sein duquel les participants répondent à une nature profonde, un agenda caché, des obligations ou des pulsions mauvaises et destructrices qui les déterminent » (Nicolas, 2016). Elle a pour résultat de produire un discours, et, comme le résume le fondateur du site ConspiracyWatch.info, Rudy Reichstadt, « le complotisme n’est pas un trouble mental. C’est un discours politique » (Reichstadt, 2019). Continuer la lecture de Appel à propositions : “Circulation des discours dans les récits complotistes”