Archives par mot-clé : théorie

Parution : La bande dessinée et le temps (Thierry Groensteen)

Thierry Groensteen, La bande dessinée et le tempsPresses Universitaires François Rabelais, “Iconotextes”, 2022. 

Après avoir décrit les différents espaces de la bande dessinée et analysé la manière dont découpage et mise en page contribuent ensemble à la production du sens, Thierry Groensteen complète ici son Système de la bande dessinée, devenu un classique, en interrogeant le rapport du neuvième art à la temporalité, depuis le temps bref d’une action physique jusqu’au temps long de l’histoire.
Il décrit les procédés mis en œuvre par les artistes pour figer l’instant, synthétiser un processus, freiner ou accélérer le cours de l’action, et montre comment la bande dessinée a le pouvoir de faire tenir ensemble des temporalités contradictoires. La représentation du temps dans les récits sans paroles, la temporalité propre aux publications feuilletonesques, le temps sédimenté des séries développées pendant des décennies sont autant de questions examinées avec une grande rigueur conceptuelle mais également une constante clarté dans l’expression.
Incontournable théoricien de la bande dessinée, Thierry Groensteen démontre combien la représentation du temps est centrale dans les littératures en images.

Thierry Groensteen est un spécialiste de la bande dessinée. Directeur de revues, commissaire d’expositions, il est l’auteur d’une vingtaine d’ouvrages parmi lesquels Système de la bande dessinée qui fait désormais figue de classique.

Chloé Ouaked (Université de Limoges)

Maîtresse de Conférences en Littératures Comparées, Université de Limoges

Equipe d’accueil EHIC (Espaces Humains et Interactions Culturelles).

Sujet de thèse 

La littérature, la photographie, l’hétérogène. Etude d’interactions contemporaines (C.Boltanski, W.Boyd, S.Calle, G.Davenport, J.Roubaud, W.G.Sebald). Sous la direction de B.Westphal.

Axes / thématiques de recherche 

Relations entre littérature et photographie. Relations inter-artistiques. Arts contemporains. Photographie, films, séries télévisées.
Littératures contemporaines. Théorie littéraire. Non-fiction. Féminismes.

Parution : Jeu de construction pour une théorie des médias – suivi de Usages d’une théorie marxiste des médias (Hans Magnus Enzensberger)

Hans Magnus Enzensberger, Jeu de construction pour une théorie des médias – suivi de Usages d’une théorie marxiste des médias , Paris, Les Presses du Réel, 2021

Essai de référence qui n’a cessé d’inspirer les études médiatiques, le « Jeu de construction pour une théorie des médias » (1970) de l’écrivain et intellectuel Hans Magnus Enzensberger plaide, dans le sillage de Brecht et de Benjamin, pour un contre-usage des médias de masse. Inédit en français, cet essai est accompagné dans ce volume de la réponse que lui apporta Baudrillard, d’un texte postérieur d’Enzensberger sur « L’évangile digital », ainsi que d’un dossier qui en explore les résonances théoriques toujours fécondes dans les champs intellectuels français, allemand, italien, britannique et américain.

L’ensemble de ces textes, où se mêlent approches philosophiques, médiatiques et littéraires révèle l’absolue actualité d’un essai qui, dès 1970, dépassa le partage trop simple – et pourtant toujours vivace à l’ère numérique – entre médias-pessimistes et médias-optimistes, pour lui préférer un singulier jeu de construction théorique qui fait de la manipulation des médias, le socle même d’une véritable pensée critique.

Hans Magnus Enzensberger (né en 1929 à Kaufbeuren, en Bavière) est un poète, essayiste, romancier (également connu sous le pseudonyme de Andreas Thalmayr), dramaturge, journaliste et éditeur allemand, figure de la scène intellecuelle de gauche et représentant incontournable de la littérature allemande de l’après-guerre.

Continuer la lecture de Parution : Jeu de construction pour une théorie des médias – suivi de Usages d’une théorie marxiste des médias (Hans Magnus Enzensberger)

Parution : Théories de l’adaptation (ACTA FABULA)

“Théories de l’adaptation”, Acta Fabula, Dossier critique n°62.

Coordonné par Laure Cordonier (Université de Lausanne), ce soixante-deuxième dossier critique d’Acta fabula vient se faire l’écho de l’actuelle effervescence des études sur l’adaptation cinématographique. Les ouvrages récents sur la question, et ceux qui en rendent compte ici, désertent la voie classique, qui visait à comparer le film à sa source livresque pour évaluer la fidélité de l’adaptation, au profit d’angles d’approche plus divers et plus larges. Le moment est sans doute venu d’adapter les théories de l’adaptation.

Appel à contributions: ReS Futurae, n° 20, “Théorie(s) de la science-fiction” (Irène Langlet, dir.)

“Théorie(s) de la science-fiction”

ReS Futurae, n° 20

Échéance des propositions : 10 septembre 2021

Dirigé par Irène Langlet (univ. Gustave Eiffel)

Contact : irene.langlet@u-pem.fr

Informations pratiques

Les propositions de contribution (env. 250 mots), accompagnées d’une brève bio-bibliographie, doivent parvenir à la responsable le 10 septembre 2021 au plus tard. Une première version des articles devra être rendue le 1er mars 2022, pour une parution au deuxième semestre 2022.

Les auteurs sont invités à consulter les consignes aux auteurs. Continuer la lecture de Appel à contributions: ReS Futurae, n° 20, “Théorie(s) de la science-fiction” (Irène Langlet, dir.)

Appel à contributions : Théories et littératures de l’imaginaire (revue Iris)

Appel à contributions réservé aux docteurs : “Théories et littératures de l’imaginaire”, Iris, n° 42, 2022 (UGA Éditions).

Échéance des propositions : 7 septembre 2021

Pour sa section théorique « Mythodologies », le prochain numéro 42 de la revue Iris prévoit de réunir des analyses sur le concept d’imaginaire, ses définitions et ses méthodes, au croisement des théories de l’imaginaire et des littératures de l’imaginaire.

Le terme imaginaire peut être un adjectif ou un nom et il convoque de nombreuses acceptions. L’adjectif imaginaire signifie généralement « ce qui est produit par l’imagination, qui n’existe pas réellement ». Il implique parfois une connotation négative renvoyant à ce qui est faux. Le nom imaginaire comprend deux grandes significations. D’une manière générale, il renvoie à « ce qui relève du monde de l’imagination ». Dans les sciences humaines, il existe diverses déclinaisons définitoires, selon qu’on parle de philosophie, d’histoire culturelle, de psychanalyse, etc. Quoi qu’il en soit, l’imaginaire se comprend au niveau individuel ou collectif et l’on peut identifier une définition consensuelle en considérant l’imaginaire comme « une structure des représentations, des images créées par l’homme, qui sont en perpétuelle évolution, ce qui permet à l’être humain d’innover, de créer ». De quel imaginaire parle-t-on lorsque l’on évoque les littératures de l’imaginaire qui recouvrent d’ailleurs divers genres littéraires comme la science-fiction ou la fantasy ?

Continuer la lecture de Appel à contributions : Théories et littératures de l’imaginaire (revue Iris)

Olivier Stucky (Université de Lausanne)

Doctorant Fonds National Suisse

École de Français Langue Étrangère, Université de Lausanne

Projet FNS : Reconfigurer la bande dessinée à l’ère du numérique
(2019 – 2023)

Mots clés : 
Histoire de la bande dessinée
Narratologie
Théorie de la bande dessinée

Coordonnées

Recherches

Publications

Appel à contributions : Théorie(s) de la science-fiction (ReS Futurae, n° 20)

“Théories de la science-fiction”

Revue d’études sur la science-fiction ReS Futurae

Dossier dirigé par Irène Langlet (université Gustave Eiffel)

Contact : irene.langlet@u-pem.fr

Échéances

Les propositions de contribution (env. 250 mots), accompagnées d’une brève bio-bibliographie, doivent parvenir à la responsable le 10 septembre 2021 au plus tard. Une première version des articles devra être rendue le 1er mars 2022, pour une parution au deuxième semestre 2022.

Les auteurs sont invités à consulter les consignes aux auteurs.

Appel à contributions

La revue ReS Futurae fêtera bientôt ses dix années d’existence. En 2012, son premier numéro fut lancé autour d’un dossier intitulé « Ce que signifie étudier la science-fiction aujourd’hui ». Le vingtième numéro (2e semestre 2022) donnera l’occasion de faire le point sur différentes notions critiques et théoriques telles qu’elles ont été abordées, évoquées ou discutées, en tout cas toujours utilisées pendant ces dix ans. Le panorama des études sur la SF était nécessaire lors du lancement d’une revue qui voulait s’y consacrer ; en 2022, il ne s’agira plus tant de réitérer cette cartographie académique des études sur la SF que de prendre de front, en tant que tel, le corpus théorique et critique dont nous voulons promouvoir l’installation durable dans ce paysage académique. Pour cet anniversaire, nous invitons les chercheurs et chercheuses prenant la science-fiction pour objet d’étude à discuter quelques questions fondamentales, en suivant les grandes avenues suivantes :

A. Comment penser la science-fiction ?

Disposons-nous actuellement d’un cadre conceptuel stable et reconnu pour analyser la science-fiction ? Quelles en sont les notions principales et comment s’articulent-elles entre elles – aisément, avec plus de difficulté, ou au contraire dans une forme d’ignorance réciproque ? Dans quelle mesure fondent-elles encore des recherches actives, ou bien sont-elles activement discutées ? Y a-t-il encore un besoin, et un bénéfice, à s’interroger sur une définition de la science-fiction, sur la fonction qu’y prend la science, ou encore sur des questions de généricité ? Par qui, avec quelles méthodes et quels enjeux d’interprétation et de construction de l’objet ? L’écart semble grand entre le « paradigme absent » proposé par Angenot il y a plus de quarante ans, dans le cadre d’une analyse de sémantique structurale, et le « sublime technologique » scruté par Csicsery-Ronay dans le cadre d’une histoire culturelle ; entre le spectacle merveilleux de la science nourri par la mystique scientiste de Jules Verne et le « sense of wonder » alimentant la première industrie culturelle de Gernsback ; entre les « prototopies » d’un Rumpala, inspirées des « lignes de fuite » deleuziennes, et le « design fiction », inspiré des modèles rhétoriques appliqués au storytelling d’entreprise – pour ne prendre que quelques exemples. Toutes ces notions se côtoient, souvent dans la confusion, parfois dans le débat structuré : il s’agirait d’en prendre la mesure, de dégager celles qui font consensus, et de prendre ainsi date dans l’objectivation, souvent difficile mais toujours nécessaire, d’une pratique symbolique dominante de notre temps.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Théorie(s) de la science-fiction (ReS Futurae, n° 20)

Parution : Cultural Theory and Popular Culture. An Introduction (John Storey, 9e éd.)

John Storey, Cultural Theory and Popular Culture. An Introduction, Routledge, 9e éd., 2021

Presentation

In this ninth edition of his award-winning introduction, John Storey presents a clear and critical survey of competing theories of, and various approaches to, popular culture. Its breadth and theoretical unity, exemplified through popular culture, means that it can be flexibly and relevantly applied across a number of disciplines.

Retaining the accessible approach of previous editions and using appropriate examples from the texts and practices of popular culture, this new edition remains a key introduction to the area.

New to this edition:

  • updated throughout with contemporary examples of popular culture
  • revised and expanded sections on Richard Hoggart and Utopian Marxism
  • brand new discussions on Black Lives Matter and intersectionality
  • updated student resources at www.routledge.com/cw/storey

This new edition remains essential reading for undergraduate and postgraduate students of cultural studies, media studies, communication studies, the sociology of culture, popular culture and other related subjects.

Continuer la lecture de Parution : Cultural Theory and Popular Culture. An Introduction (John Storey, 9e éd.)

Parution : L’idée de littérature

Alexandre Gefen, L’idée de littérature. De l’art pour l’art aux écritures d’intervention, Éditions Corti, coll. “Les Essais”, 2021, 400 p.

Loin d’être une essence, la littérature est avant tout une idée. Cet essai entend en faire l’histoire, de l’apparition du mot et de la naissance du concept au tout début du XIXe siècle à ses étonnantes métamorphoses contemporaines.

Car le territoire de littérature connait aujourd’hui une formidable extension : de la littérature définie par son désintéressement, son autonomie, aux écritures contemporaines volontiers sociales et politiques, du sacre de l’auteur aux amateurs de fanfictions, du souci unique du style à la non-fiction, de l’apologie de l’originalité à l’exigence de l’enquête, de la solitude du créateur aux littératures de terrain, du roman romanesque aux écritures du monde non humain, du culte du texte aux écritures hors du livre, du tropisme occidental à la world literature, d’une conception linguistique à une approche informée par l’anthropologie culturelle et les sciences de la nature.

Que s’est-il passé ? Pourquoi avons-nous longtemps identifié la littérature à l’art pour l’art ? Quels chemins a emprunté ensuite notre idée de la littérature, après s’être définie par son inutilité et son intransitivité, pour nous apparaître désormais comme une pratique communicationnelle et relationnelle, à la fonction éthique et même démocratique ?

C’est en faisant la généalogie longue et complexe de l’idéologie esthétique qui a dominé la littérature moderne et ses institutions, en interrogeant ses valeurs supposées universelles, en questionnant sa religion du texte et ses manières de produire des distinctions, en mettant en perspective les études littéraires qui l’ont accompagnée, que l’on peut comprendre une conception de la littérature comme un concept ouvert, extensif et inclusif, comme un moyen et non comme une fin.

L’auteur
Directeur de recherche au CNRS, Alexandre Gefen travaille sur la théorie littéraire, les littératures contemporaines, les écritures et les humanités numériques. Il est par ailleurs critique littéraire. Dernières parutions : Vies imaginaires de la littérature française, Paris, Gallimard, 2014 ; Art et émotions, Armand Colin, 2015 ; Inventer une vie. La fabrique littéraire de l’individu, Les Impressions Nouvelles, 2015. Son précédent essai, Réparer le monde. La littérature française face au XXIe siècle, Corti, 2017, a connu un vaste succès en dehors même des études littéraires.

Consulter la table des matières.