Archives par mot-clé : théorie

[Appels à manuscrits] – Collection « Ateliers de l’imaginaire », Université Grenoble Alpes Éditions

Les avancées de la recherche dans les champs de l’imaginaire

« Ateliers de l’imaginaire » : le titre de cette collection dit assez le souci d’une recherche en devenir et la volonté de publier des travaux qui, en France comme à l’étranger, s’inscrivent dans les champs de l’imaginaire largement compris, sans a priori d’école ou de tendances, et quel que soit leur champ disciplinaire : littératures, philosophie, psychologie, histoire culturelle, information et communication, sociologie. Elle accueille des monographies, des travaux théoriques ou méthodologiques dans la mesure où ils s’intéressent à l’imaginaire ou à l’imagination créatrice, personnelle ou collective : études de thèmes ou de mythes, d’univers imaginaires, d’imaginaires numériques, de mondes virtuels et immersifs.

« Ateliers de l’imaginaire » souhaite se présenter comme une bibliothèque de l’imaginaire qui permette un état des lieux et suscite une avancée de la réflexion théorique ; un lieu de transdisciplinarité qui contribue à estomper sinon à abolir les clivages depuis trop longtemps reconduits entre les disciplines universitaires.

Continuer la lecture de [Appels à manuscrits] – Collection « Ateliers de l’imaginaire », Université Grenoble Alpes Éditions

Appel à contributions : Théories et critiques du cinéma en situation(s) médiatique(s) en France, depuis la Seconde Guerre mondiale (Université de Caen)

Colloque international : Théories et critiques du cinéma en situation(s) médiatique(s) en France, depuis la Seconde Guerre mondiale

2 et 3 octobre 2023, Maison de la recherche en sciences humaines, Université de Caen

Échéance des propositions : 15 mai 2023

sous la direction de Nataliya Puchenkina (2L2S, Université de Lorraine, Metz) et Valérie Vignaux (LASLAR, Université Caen Normandie)


Les théories du cinéma, avant l’introduction à la fin des années 1970 des études cinématographiques à l’université, ont principalement été élaborées par des critiques, personnalités qui, à l’aune de l’actualité des films, s’interrogeaient sur les caractéristiques esthétiques du cinéma, ses particularités médiatiques ou sa vocation historique. Les périodiques ont gardé trace de ces débats d’idées énoncés à la suite de la présentation de films ou lorsque ceux-ci faisaient « événement » en raison de leurs qualités formelles ou parce qu’ils étaient en contradiction avec des conventions morales ou sociétales (interdits par la censure, par exemple). 

Dans l’historiographie du cinéma, l’étude de la critique s’est donc logiquement imposée comme un champ d’investigation de premier plan comme le soulignent les importantes recherches qui lui ont été consacrées depuis une dizaine d’années. Des groupes de recherches ont été créés[1]; des colloques internationaux[2] ont été organisés ; des thèses soutenues[3] ; des anthologies sont parues et, à la suite du financement par l’ANR de programmes de recherche[4] quelques rares bases de données[5] ont été réalisées. Analyses qui ont entre autres, permis d’observer l’élaboration progressive de définitions du cinéma, fonction d’une prévalence donnée au sein du dispositif cinématographique à l’œuvre filmée ou au spectateur, c’est-à-dire à l’esthétique ou à l’éthique. Ce colloque entend également poursuivre des investigations récentes entreprises à l’université de Caen Normandie, en l’occurrence le programme pluridisciplinaire « Des critiques : frontières et dialogues des discours critiques et des champs disciplinaire » (2019 à 2022)[6] et les travaux sur le « Journalisme de cinéma »[7].

Dans la continuité de ces recherches nous souhaitons à présent associer à l’étude des discours sur le cinéma dans la presse périodique  d’autres espaces médiatiques, en l’occurrence : la radio, la télévision ou le web. À l’aune de ces techniques et supports nous observerons comment les médias peuvent – ou non – être envisagés comme (co)producteurs des discours sur le cinéma. Bien plus que de simples diffuseurs de paroles ou d’images, les médias agissent comme des espaces de transformation, que cela soit à travers la transmission des connaissances ou encore en tant qu’outil de théorisation et de reconnaissance. Ainsi, peut-on considérer que la radio, la télévision ou le web ont influé ou influent sur la « légitimation » culturelle du cinéma ? Comment la mise en situation médiatique valorise-t-elle des manières de « parler » des films, des cinéastes et du cinéma ? Comment, à l’inverse, les codes cinématographiques façonnent des modes d’énonciation des discours lorsqu’ils sont formulés au sein d’autres espaces médiatiques comme par exemple les émissions radiophoniques sur le cinéma ? Comment interroger les frontières poreuses entre des discours savants, promotionnels ou de vulgarisation ? Enfin, peut-on envisager la présence du cinéma dans ses différentes situations médiatiques à travers le prisme des pratiques d’influence (choix des contenus diffusés, effacement de frontière entre le populaire et l’élitiste) ?

Interroger les discours théoriques ou critiques sur le cinéma en situations médiatiques nous incite à solliciter nombre de sources qui sont encore peu explorées voire inédites. On s’intéressera à la dimension patrimoniale d’émissions de radio, de télévision, numériques, en tant qu’elles sont des supports de conservation et d’enregistrement. Comment ces programmes peuvent-ils concourir à l’écriture de l’histoire du cinéma et à la transmission de l’expertise artistique et technique ? On songe en particulier aux émissions diffusées à la radio ou à la télévision période ORTF et au-delà et dont une grande partie est aujourd’hui rendue disponible à l’Inathèque ; aux archives de la Cinémathèque d’enseignement préservées à l’université Sorbonne nouvelle ou celles de la radio-télévision scolaire désormais sur Gallica.

Plus largement, il s’agira d’analyser les diverses approches possibles de ce type de source, dont la nature composite (document testimonial / objet artistique / support de formation ou d’articulation des modes de pensées) pourrait ouvrir de nouvelles perspectives réflexives. On interrogera ainsi les conditions d’émergence des styles des critiques et des théories cinématographiques lorsqu’elles sont les produits de supports hybrides ou intermédiaux, tels que les documentaires télévisuels sur le cinéma, à la radio ou sur le web.

Ce colloque a donc pour ambition de contribuer, à partir des différentes analyses présentées, aux réflexions sur la configuration ou reconfiguration des discours critiques et des pensées sur le cinéma à l’épreuve des transformations technologiques et médiatiques et des nouveaux supports de diffusion (radio, TV, réseaux sociaux, plateformes …) en France des lendemains de la Seconde guerre à la période contemporaine.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Théories et critiques du cinéma en situation(s) médiatique(s) en France, depuis la Seconde Guerre mondiale (Université de Caen)

Parution : Res Futurae n°20, “Théorie(s) de la science-fiction”

Res Futurae n°20, “Théorie(s) de la science-fiction“, dir. Irène Langlet, 2022.

La grande affaire de la théorie de la science-fiction a longtemps été de la définir. Après le tournant des études culturelles, quelle pensée de la SF comme ensemble de pratiques peut-on promouvoir? Dix ans après le lancement de Res Futurae, ce numéro s’arrête sur les théorie(s) et les éléments de la science-fiction.

Comité de rédaction de Res Futurae : Éditorial n°20 [Texte intégral]

  • Théorie(s) de la science-fiction, sous la direction d’Irène Langlet

Irène Langlet, Pour une French (Science Fiction) Theory [Texte intégral]

 

Aurélie Huz, Démêlés avec le novum : démontages et remontages de la notion dans une perspective culturelle intermédiatique [Texte intégral]

Bastien Descombes, De l’avantage (ou non) de définir la science-fiction (comme expérience de pensée) [Texte intégral]

Margot Châtelet, Les univers partagés de science-fiction : pour une transauctorialité [Texte intégral]

Emmanuelle Lescouet, Gestes de lecture numérique et lecture immersive de science-fiction [Texte intégral]

Matthieu Letourneux, Le genre comme fait de discours : pour une définition molle de la science-fiction[Texte intégral]

Simon Bréan, Pour un usage externe des théories de la science-fiction [Texte intégral]

  • En direct de Science Fiction Studies

Simon Spiegel, Le monde en plus étrange : à propos du concept d’« estrangement » en théorie de la science-fiction  [Texte intégral]

Istvan Csicsery-Ronay (Jr.), Science-Fiction et Empire [Texte intégral]

  • Comptes rendus

Irène Langlet, Les Compagnons de la théorie (de la science-fiction) [Texte intégral]

Parution : J.R.R. Tolkien, Du conte de fées (nouvelle éd.)

J.R.R. Tolkien, Du conte de fées (nouvelle éd.), Paris, Christian Bourgois, 2022

Avant-propos Nathalie Prince

Traduit de l’anglais par Christine Laferrière

Le texte fondateur de J.R.R. Tolkien, précurseur des théories sur le conte de fées, le merveilleux et la littérature de Fantasy.

Du conte de fées (1945) est l’essai de Tolkien qui correspond le mieux à l’ensemble de son œuvre créatrice. Il est essentiel à la compréhension des écrits de Tolkien lui-même, et il pose bon nombre de ses principes créateurs, parmi lesquels la subcréation, le concept de Faërie et la valeur de la fantasy. Cette nouvelle édition française est accompagnée d’une préface de Nathalie Prince, universitaire spécialiste des littératures jeunesse et de Fantasy. Dans cet essai, Tolkien se pose trois questions, trente ans avant Bettelheim : qu’est-ce qu’un conte de fées ? Quelles en sont les origines ? Et surtout : quelle est leur utilité ? Les notions abordées y sont très importantes pour cerner l’importance qu’accorde Tolkien au conte de fées et mieux comprendre l’univers original qu’il a créé au fil de ses ouvrages.

Colloque : “Théorie(s) de la science-fiction” (ReS Futurae) – Pré-programme

Colloque Théorie(s) de la science-fiction

Colloque anniversaire 10 ans de la revue d’études sur la science-fiction ReS Futurae

15-16 décembre 2022

Colloque organisé par la revue Res Futurae (LISAA Éditeur, univ. Gustave Eiffel). Il se tiendra en région parisienne ; les lieux exacts seront précisés ultérieurement. Pour toute information : irene.langlet [at] univ-eiffel.fr

Pré-programme :

Jeudi 15 décembre

10h Dix ans de “SF Studies” en français – Comité éditorial de la revue Res Futurae

10h30 Table ronde : le novum dans les théories de la science-fiction

    • Romain Bionda, animateur (univ. Lausanne)
    • Vincent Berry (univ. Paris 13)
    • Aurélie Huz (univ. Paris Nanterre)
    • Sarah Mallah (univ. Gustave Eiffel)
    • Jérémy Michot (univ. Perpignan)

11h40 Table ronde : le réalisme dans les littératures de l’imaginaire et les littératures générales

    • Anne Besson, animatrice (univ. d’Artois)
    • Simon Bréan (Sorbonne Université)
    • Elaine Després (UQAM)
    • Alice Jacquelin (ENSSIB)
    • Hélène Machinal (univ. Rennes 2)

14h Communication : “Philosophie, science et science-fiction” – Jean-Louis Héraud (univ. Lyon 1)

14h45 Communication : “L’auteur de science-fiction, un professeur de sciences qui s’ignore ?” – Estelle Blanquet (INSPE de l’Académie de Bordeaux – univ. de Bordeaux)

15h50 Table ronde : autorité et auctorialité dans les littératures de l’imaginaire

    • Marion Lata, animatrice (univ. Sorbonne Nouvelle)
    • Anne Besson (univ. d’Artois)
    • Margot Châtelet, à confirmer (univ. Gustave Eiffel)
    • Matthieu Letourneux (univ. Paris Nanterre)

Vendredi 16 décembre

9h30 Communication : “La science-fiction a-t-elle horreur du vide ? Le cas des séries télévisées” – Elaine Després (UQAM) & Hélène Machinal (univ. Rennes 2)

10h30 Table ronde : les neurosciences dans les études culturelles

    • Laurent Gerbier, animateur (univ. Tours)
    • Edgar Dubourg (ENS Ulm, Institut Jean Nicod)
    • Anne Duprat (univ. De Picardie Jules Verne)

11h40 Table ronde : science-fiction, anticipation et littérature générale

    • Simon Bréan, animateur (Sorbonne Université)
    • Claire Barel-Moisan (CNRS)
    • Frédéric Guignard (univ. Lausanne)
    • Irène Langlet (univ. Gustave Eiffel)
    • Agathe Novak-Lechevalier (univ. Paris Nanterre)

14h Assemblée Générale de la revue – Bilan et perspectives

16h30 : Conférence de clôture – “Quelques enjeux de la lecture féministe de science-fiction” – Richard Saint-Gelais (univ. Laval, Québec – en visioconférence)

Comité d’organisation

  • Irène Langlet, PR littérature contemporaine,  univ. Gustave Eiffel
  • Simon Bréan, MCF Littérature française, Sorbonne Université
  • Aurélie Huz, MCF Littérature française, univ. Paris Nanterre

Parution : Transcr(é)ation, n° 1: “L’Adaptation cinématographique. Approches théoriques”

Transcr(é)ation, n° 1, “L’Adaptation cinématographique. Approches théoriques”, 2022. 

Il appert que, de nos jours, un grand nombre des films produits sont des « adaptations » cinématographiques. Pourtant, la recherche concernant le dialogue texte-film est si peu avancée que l’adaptation n’est toujours pas, à ce jour, considérée comme une discipline à part entière et est reléguée aux marges des départements de cinéma. Quant aux chercheurs et chercheuses qui tentent d’en étudier les spécificités et les apports, et de théoriser sur ce qui pourrait s’avérer une discipline riche, ils ou elles auront toutes les peines du monde à se revendiquer de l’un etde l’autre des deux pôles (hypo vs hyper)— des études littéraires etcinématographiques.

Ce dossier se compose de plusieurs articles proposant des analyses originales du corpus et des dialogues texte/film. S’ajoute à ce panel, deux entretiens avec des personnes qui auront réfléchi, dans leur pratique ou de manière théorique, à la question de l’adaptation cinématographique.

Sommaire

Jeri English & Pascal Riendeau, “De la scène à l’écran. Les transformations des relations de pouvoir dans deux adaptations de François Ozon

Esther Hallé, “Adaptation et modernité dans le cinéma italien d’après-guerre. La Terre tremble (Visconti, 1948),La Fille de Parme (Pietrangeli, 1963)

Jessy Neau, “L’adaptation face à la sérialité. Réseaux, constellations, intertextualité

Marie Pascal, “La transcréation du fragment décolonial. Expérimenter dans Kuessipan de Naomi Fontaine (2011) et Myriam Verreault (2019)

Polina Rybina, “Condensation Recondensed. Memory Regimes in Film Adaptations

Maroua Médini, “Entretien avec le cinéaste égyptien Khairy Beshara sur Le Collier et le bracelet

Marie Pascal, “A Conversation with Linda Hutcheon on Film Adaptation

Séminaire LPCM, séance 7 : “Créations sonores SF” – vendredi 17 juin 10h-13h (université Gustave Eiffel)

Le séminaire de recherche mensuel de la LPCM vise à favoriser les rencontres et les échanges entre les chercheur·se·s qui se spécialisent dans l’analyse des cultures populaires et médiatiques, quel que soit leur ancrage disciplinaire (littérature, sciences de l’information et de la communication, sociologie, histoire, économie, musicologie, humanités numériques…) et leur objet d’étude (littérature, bande dessinée, littérature jeunesse, cinéma, séries télévisées, productions transmédiatiques, musique, jeux vidéo, jeux, figurines, images…).

Les séances auront lieu en co-modal.

Organisatrices : Fanny Barnabé (Epitech), Anaïs Goudmand (Sorbonne Université), Aurélie Huz (Université Paris Nanterre), Alice Jacquelin (Université Paris Nanterre)

Séance 7 – Vendredi 17 juin 2022, 10h-13h : Créations sonores SF

Cette séance finale du séminaire LPCM est couplée avec le séminaire doctoral SF.

Lieu : Université Gustave Eiffel, 5 Bd Descartes, 77454 Champs-sur-Marne.

Lien de connexion : pour obtenir le lien de la réunion Zoom et suivre à distance cet événement, merci de bien vouloir écrire à l’équipe organisatrice via l’adresse mail de contact : atelierlpcm@protonmail.com

Organisatrices de la séance : Margot Châtelet, Aurélie Huz

Répondante : Aurélie Huz (Université Paris-Nanterre, CSLF) Continuer la lecture de Séminaire LPCM, séance 7 : “Créations sonores SF” – vendredi 17 juin 10h-13h (université Gustave Eiffel)

Parution : La bande dessinée et le temps (Thierry Groensteen)

Thierry Groensteen, La bande dessinée et le tempsPresses Universitaires François Rabelais, “Iconotextes”, 2022. 

Après avoir décrit les différents espaces de la bande dessinée et analysé la manière dont découpage et mise en page contribuent ensemble à la production du sens, Thierry Groensteen complète ici son Système de la bande dessinée, devenu un classique, en interrogeant le rapport du neuvième art à la temporalité, depuis le temps bref d’une action physique jusqu’au temps long de l’histoire.
Il décrit les procédés mis en œuvre par les artistes pour figer l’instant, synthétiser un processus, freiner ou accélérer le cours de l’action, et montre comment la bande dessinée a le pouvoir de faire tenir ensemble des temporalités contradictoires. La représentation du temps dans les récits sans paroles, la temporalité propre aux publications feuilletonesques, le temps sédimenté des séries développées pendant des décennies sont autant de questions examinées avec une grande rigueur conceptuelle mais également une constante clarté dans l’expression.
Incontournable théoricien de la bande dessinée, Thierry Groensteen démontre combien la représentation du temps est centrale dans les littératures en images.

Thierry Groensteen est un spécialiste de la bande dessinée. Directeur de revues, commissaire d’expositions, il est l’auteur d’une vingtaine d’ouvrages parmi lesquels Système de la bande dessinée qui fait désormais figue de classique.

Chloé Ouaked (Université de Limoges)

Maîtresse de Conférences en Littératures Comparées, Université de Limoges

Equipe d’accueil EHIC (Espaces Humains et Interactions Culturelles).

Sujet de thèse 

La littérature, la photographie, l’hétérogène. Etude d’interactions contemporaines (C.Boltanski, W.Boyd, S.Calle, G.Davenport, J.Roubaud, W.G.Sebald). Sous la direction de B.Westphal.

Axes / thématiques de recherche 

Relations entre littérature et photographie. Relations inter-artistiques. Arts contemporains. Photographie, films, séries télévisées.
Littératures contemporaines. Théorie littéraire. Non-fiction. Féminismes.

Parution : Jeu de construction pour une théorie des médias – suivi de Usages d’une théorie marxiste des médias (Hans Magnus Enzensberger)

Hans Magnus Enzensberger, Jeu de construction pour une théorie des médias – suivi de Usages d’une théorie marxiste des médias , Paris, Les Presses du Réel, 2021

Essai de référence qui n’a cessé d’inspirer les études médiatiques, le « Jeu de construction pour une théorie des médias » (1970) de l’écrivain et intellectuel Hans Magnus Enzensberger plaide, dans le sillage de Brecht et de Benjamin, pour un contre-usage des médias de masse. Inédit en français, cet essai est accompagné dans ce volume de la réponse que lui apporta Baudrillard, d’un texte postérieur d’Enzensberger sur « L’évangile digital », ainsi que d’un dossier qui en explore les résonances théoriques toujours fécondes dans les champs intellectuels français, allemand, italien, britannique et américain.

L’ensemble de ces textes, où se mêlent approches philosophiques, médiatiques et littéraires révèle l’absolue actualité d’un essai qui, dès 1970, dépassa le partage trop simple – et pourtant toujours vivace à l’ère numérique – entre médias-pessimistes et médias-optimistes, pour lui préférer un singulier jeu de construction théorique qui fait de la manipulation des médias, le socle même d’une véritable pensée critique.

Hans Magnus Enzensberger (né en 1929 à Kaufbeuren, en Bavière) est un poète, essayiste, romancier (également connu sous le pseudonyme de Andreas Thalmayr), dramaturge, journaliste et éditeur allemand, figure de la scène intellecuelle de gauche et représentant incontournable de la littérature allemande de l’après-guerre.

Continuer la lecture de Parution : Jeu de construction pour une théorie des médias – suivi de Usages d’une théorie marxiste des médias (Hans Magnus Enzensberger)