Archives par mot-clé : théorie

Appel: Évolution des jeux : Catalyseurs, mécanismes et agents

Dossier thématique
Évolution des jeux : Catalyseurs, mécanismes et agents
Numéro sous la coordination de
Jonathan Lessard (Université Concordia) et Carl Therrien (Université de Montréal)

Certains joueurs passent leur vie à s’adonner aux mêmes jeux, approfondissant leur connaissance
de ces systèmes, développant de nouvelles stratégies et augmentant leur maîtrise technique. Une vie
suffit-elle pour des jeux tels que les échecs, le bridge ou le tennis ? Continuer la lecture de Appel: Évolution des jeux : Catalyseurs, mécanismes et agents

Colloque: Une journée autour de M. Angenot : témoignages, relectures, questionnements (Vendredi 9 mai 2014)

marcangenot

Une journée autour de M. Angenot : témoignages, relectures, questionnements

Vendredi 9 mai 2014, Montréal, Université McGill

À l’occasion de la réédition sur Médias 19 de l’ouvrage 1889, un état du discours social , Guillaume Pinson (Université Laval) et Maxime Prévost (Université d’Ottawa) convient le public à une journée autour de Marc Angenot. À cette occasion, plusieurs chercheurs et anciens étudiants d’Angenot prendront la parole, afin de proposer des témoignagnes, des analyses et des parcours de recherche à partir des travaux du professeur de l’Université McGill.

Montréal, Université McGill, Salle Ferrier 456, accueil à 8h30

Matin : Le retour des thésards

9h00 François-Emmanuël Boucher (Collège militaire royal, Kingston) – L’absence d’un chef ou la sociocritique made in Québec

9h15 Pascal Brissette (Université McGill) – Quelques leçons pour étudiants en lettres

9h30 Paul Choinière (Chercheur indépendant) – Le concierge du Grand hôtel Historia

9h45 Michel Lacroix (UQAM) – Les frontières du discours social

Pause

10h30 Marie-Hélène Larochelle (York University) – Rencontre avec l’anarchisme

10h45 Guillaume Pinson (Université Laval) – Lire la presse, toute la presse

11h00 Anne Trépanier (Carleton University) – Imagination d’un Canada avant la Confédération

11h30 – 13h00 Pause – Buffet servi sur place

 

Après-midi : les champs disciplinaires en question

13h00 Régine Robin (UQAM) – Hommage au soldat méconnu du discours social

13h20 Michel Biron (Université McGill) – Un théoricien écrivain

13h40 Dominique Kalifa (Paris 1) – Du discours à l’imaginaire social

Pause

14h20 Paul Aron (ULB) – La poésie des potards (sans savon ni Congo)

14h40 Anthony Glinoer (Université de Sherbrooke) – La littérature en ses dehors

15h00 Jean-Pierre Bertrand (Université de Liège) – À propos de L’Histoire des idées (2014)

Pause

15h40 Marie-Ève Thérenty (Montpellier 3) – La presse et le « romanesque généralisé »

16h00 Alain Vaillant (Paris Ouest) – De la théorie du discours social à la poétique historique des pratiques littéraires

16h20 Matthieu Letourneux (Paris Ouest) – Le projet 1929, un état du discours médiatique

16h40 Pascal Ory (Paris 1) – Le Monument Angenot, un modèle d’histoire culturelle

17h00 Marc Angenot – Mot de conclusion

17h30 – Lancement de la version numérique de 1889 – Cocktail offert par le Département de langue et littérature françaises de l’Université McGill

 

Les organisateurs de la journée Autour de Marc Angenot tiennent à remercier tout particulièrement Catherine Blaquière et Nadia Bendjebbar, qui ont travaillé à l’édition numérique de 1889, un état du discours social. Merci également à Pascal Brissette pour son accueil à l’Université McGill, et au Département de langue et littérature françaises pour sa générosité.

Parution en ligne: Marc Angenot, 1889; Un état du discours social.

Parution en ligne
Marc Angenot, 1889; Un état du discours social

Média 19

http://www.medias19.org/index.php?id=11003

Près de vingt-cinq ans après sa parution en volume, l’équipe de Médias 19 est heureuse de proposer la réédition en libre accès du grand livre de Marc Angenot, 1889, un état du discours social. Depuis longtemps introuvable en librairie, cet ouvrage a marqué la recherche en renouvelant profondément les approches sociales de la littérature. Autour de la notion de « discours social », Angenot a forgé une méthode d’analyse des textes d’une grande rigueur, imposant la nécessité de ne pas isoler la littérature et au contraire de la considérer dans ses liens avec l’ensemble de la masse imprimée auquel elle appartient.

Sommaire

Guillaume Pinson Note de l’éditeur

Marc Angenot 1889 : pourquoi et comment j’ai écrit ce livre – et quelques autres

A. Préliminaires heuristiques
Chapitre 1. Le discours social : problématique d’ensemble
Chapitre 2. Corpus et plan de l’ouvrage
Chapitre 3. L’oral, l’écrit, l’imprimé, l’illustré
Chapitre 4. La chose imprimée : statistiques et données matérielles. Statut légal

B. Topologie
Chapitre 5. La division du travail discursif
Chapitre 6. Topologie : rôles et emplois

C. Hégémonie
Chapitre 7. Français littéraire, français national
Chapitre 8. Une gnoséologie romanesque

D. Ethnocentrisme, classocentrisme
Chapitre 9. Narcissismes et mépris de classe
Chapitre 10. Le fétiche patriotisme
Chapitre 11. Germanophobie et récit revanchard
Chapitre 12. « La France aux Français »
Chapitre 13. Gallocentrisme et imagologie des peuples étrangers
Chapitre 14. La civilisation et les races

E. Déterritorialisation
Chapitre 15. Malaise dans l’idée de progrès
Chapitre 16. Le paradigme de la déterritorialisation
Chapitre 17. « La race dégénère »
Chapitre 18. Fin de siècle et décadence
Chapitre 19. Les détraquements des esprits
Chapitre 20. Les à vau‑l’eau culturels

F. Menaces
Chapitre 21. Le péril social
Chapitre 22. La « fin d’un sexe » : détraquées et émancipées

G. Secteurs : la publicistique
Chapitre 23. La publicistique : considérations générales
Chapitre 24. La presse quotidienne
Chapitre 25. Genres et styles du journalisme
Chapitre 26. Typologie de la presse périodique
Chapitre 27. Un secteur en émergence : la publicité

H. Production de l’actualité
Chapitre 28. L’actualité comme produit de presse
Chapitre 29. Meyerling en France
Chapitre 30. Les hommes du jour
Chapitre 31. Opinion publique et débats
Chapitre 32. La Révolution française et son Centenaire

I. Champ politique
Chapitre 33. La propagande boulangiste
Chapitre 34. L’anticléricalisme

J. Champ littéraire
Chapitre 35. L’art comme aristocratie et comme religion : l’idéologie du champ littéraire
Chapitre 36. Banalisation et raréfaction du poétique
Chapitre 37. Le genre romanesque : le picaresque fin‑de‑siècle

K. Champ philosophique
Chapitre 38. Crise du champ philosophique : déclassement et démembrement

L. Champ scientifique
Chapitre 39. L’idéologie de la science : positivisme et évolutionnisme
Chapitre 40. Migrations d’un idéologème : « La Lutte pour la vie »

M. Dissidences et contre-discours
Chapitre 41. Dissidences : pacifisme, internationalisme, antimilitarisme
Chapitre 42. Le contre‑discours catholique

N. Extériorité, marges et ghettos culturels
Chapitre 43. Les en‑dehors du discours social
Chapitre 44. L’imprimé à l’usage du peuple
Chapitre 45. L’émergence des industries culturelles
Chapitre 46. Revues et romans pour les femmes
Chapitre 47. Le secteur pour l’enfance et la jeunesse

O. Pour conclure
Chapitre 48. Retour sur la méthode
Chapitre 49. Fonctions du discours social
Chapitre 50. Genèse de la modernité

Éphémérides. Ce qui se passait en l’An mil huit cent quatre‑vingt‑neuf

Bibliographie des bibliographies pertinentes au corpus primaire

Bibliographie secondaire générale : travaux évoqués ou cités

Parution: L’Ecole de Francfort Jean-Marc Durand-Gasselin

L’Ecole de Francfort
Jean-Marc Durand-Gasselin

DATE DE PARUTION : 05/04/12 EDITEUR : Gallimard (Editions) COLLECTION : Tel ISBN : 978-2-07-043703-0 EAN : 9782070437030 PRÉSENTATION : Broché NB. DE PAGES : 568 p
Repérer les traits constitutifs de ce qui, de manière d’ailleurs assez tardive, s’est appelé ” École de Francfort “, présente une certaine difficulté. Sans  doute trouve-t-on quelque unité dans le mouvement théorique allemand auquel ont appartenu des figures importantes de la pensée du XXe et du début du XXIe siècles comme Horkheimer, Benjamin, Adorno, Marcuse, Habermas ou Honneth. Ils partagent, par exemple, quelques références communes comme Hegel, Marx et Weber ou encore Lukacs ; et quelques thèmes communs comme la critique de la modernité capitaliste sous l’angle de la réification.

Mais la variété de leurs productions théoriques majeures, de leurs polarités respectives et de leurs styles semble interdire de parler d’une École. Quoi de commun en effet entre les fulgurances énigmatiques de Benjamin évoquant la figure baudelairienne du flâneur et la rude élaboration théorique par Habermas d’une théorie de l’agir communicationnel ? Entre l’exigeante théorie de l’art d’avant-garde d’Adorno et celle du besoin de reconnaissance de Honneth, tournée vers la vulnérabilité ? Entre les aphorismes pessimistes du jeune et du vieux Horkheimer, et la philosophie explosive du désir de Marcuse ? Et où placer des figures importantes comme Neumann, Fromm ou Wellmer ? À cette variété s’ajoute la discontinuité des générations et des expériences historiques, et celle des références intellectuelles.

Ainsi, entre le pessimisme radical d’Adorno et de Horkheimer d’un côté, liés par l’expérience du nazisme, du stalinisme et de l’exil, et ancrés dans une culture philosophique et intellectuelle allemande, et Habermas et Honneth de l’autre, davantage réconciliés avec des institutions démocratiques consolidées par l’après guerre, et se référant notamment à la psychanalyse anglo-saxonne, au pragmatisme, aux théories américaines de la justice ou au structuralisme français, il n’y aurait pas plus de points communs qu’avec n’importe quel représentant d’une philosophie sociale ambitieuse et critique, à Francfort ou ailleurs.

Aussi c’est précisément parce que seuls quelques références communes et quelques thèmes identiques paraissent les unir que se multiplieront deux types de réception. Soit les lectures trop lointaines, qui se contentent de placer toutes ces figures dans une postérité marxiste, celle par exemple du ” marxisme occidental “, et pour qui l’appartenance à l’École de Francfort ne joue alors presque plus aucun rôle intellectuel distinctif, soit les lectures plus méticuleuses mais qui exagèrent les discontinuités, et alimentent alors les procès en trahison ou en légitimité, et donnent une impression de dispersion ou d’unité factice.
Jean-Marc Durand-Gasselin articule la diversité de ces penseurs à l’identité du projet d’origine : articuler données empiriques, enquêtes et approches plurielles des sciences humaines pour décrire au plus près la réalité sociale.

Sommaire:

LE PROJET ET LE DEFI DE LA CATASTROPHE
L’originalité du projet de Horkheimer
Genèse du marxisme esthétique : Benjamin inspirateur d’Adorno
La dynamique centrifuge des trajectoires individuelles

LE REAJUSTEMENT DEMOCRATIQUE
Expliciter les liens de la démocratie et de la Théorie critique : le problème de Habermas
Conjoncture et critique

REINTRODUIRE LA CONFLICTUALITE
La gauche habermassienne et le programme inaugural de Honneth
La reconnaissance comme enjeu des luttes sociales

Parution: Gérard Genette, Des genres et des oeuvres.

Gérard Genette, Des Genres et des oeuvres

Paris, Éditions du Seuil, collection “Points Essais”

528 p. – 9 €

Ce volume réunit sept textes tirés de Figures IV et de Figures V. Écrits et publiés après L’Oeuvre de l’art, ils en précisent et en justifient le propos, qu’ils prolongent en une interrogation d’ensemble sur la relation esthétique en général, l’art et la littérature en particulier, et le rapport qui s’y manifeste entre les genres et les oeuvres – dont une mérite un détour et un hommage particulier : celle de Chateaubriand. Un mode de création inclassable ou transversal, le comique, jusqu’ici – depuis la perte du légendaire Traité d’Aristote – dédaigné ou négligé par les poétiques classiques et modernes, y fait son apparition sous ce titre stimulant : « Morts de rire ».

Cet ouvrage est composé d’une sélection de textes issus de Figures IV (1999) et de Figures V (2002).

Parution : Fuchs Christian & Vincent Mosco (eds.), Marx is Back – The Importance of Marxist Theory and Research for Critical Communication Studies Today

Fuchs Christian & Vincent Mosco (eds.), Marx is Back – The Importance of Marxist Theory and Research for Critical Communication Studies Today, tripleC – Open Access Journal for a Global Sustainable Information Society, 10 (2), 2012.: 127-632, URL : http://www.triple.c.at.

We are happy to announce publication of tripleC’s special issue “Marx is Back – The Importance of Marxist Theory and Research for Critical Communication Studies Today” that contains 29 contributions on more than 500 pages.

http://www.triple-c.at/index.php/tripleC/issue/current

The entire issue as one single file is available here: http://www.triple-c.at/index.php/tripleC/article/view/427

Table of Contents

Marx is Back-The Importance of Marxist Theory and Research for Critical Comm. Studies Today, ed C. Fuchs & Vincent Mosco

DOWNLOAD THE ENTIRE SPECIAL ISSUE HERE

Introduction: Marx is Back – The Importance of Marxist Theory and Research for Critical Communication Studies Today, Christian Fuchs, Vincent Mosco

Cultural Work as a Site of Struggle: Freelancers and Exploitation, Nicole S. Cohen

Understanding Accumulation: The Relevance of Marx’s Theory of Primitive Accumulation in Media and Communication Studies, Mattias Ekman

How Less Alienation Creates More Exploitation? Audience Labour on Social Network Sites, Eran Fisher

Against Commodification: The University, Cognitive Capitalism and Emergent Technologies, Richard Hall, Bernd Stahl

“Means of Communication as Means of Production” Revisited, William Henning James Hebblewhite

The Communication of Capital: Digital Media and the Logic of Acceleration, Vincent R. Manzerolle, Atle Mikkola Kjøsen

Communication and Symbolic Capitalism. Rethinking Marxist Communication Theory in the Light of the Information Society, George Pleios

The Network’s Blindspot: Exclusion, Exploitation and Marx’s Process-Relational Ontology, Robert Prey

A Note on the Ongoing Processes of Commodification: From the Audience Commodity to the Social Factory, Jernej Prodnik

The Internet and “Frictionless Capitalism”, Jens Schröter

Digital Marx: Toward a Political Economy of Distributed Media, Andreas Wittel

Marxist Theory in Critical Transitions: The Democratization of the Media in Post-Neoliberal Argentina, Pablo Castagno

Missing Marx: The Place of Marx in Current Communication Research and the Place of Communication in Marx’s Work, İrfan Erdogan

Towards Marxian Internet Studies, Christian Fuchs

Did Somebody Say Neoliberalism? On the Uses and Limitations of a Critical Concept in Media and Communication Studies, Christian Garland, Stephen Harper

The Coolness of Capitalism Today, Jim McGuigan

“Feminism” as Ideology: Sarah Palin’s Anti-feminist Feminism and Ideology Critique, Michelle Rodino-Colocino

Dialectical Method and the Critical Political Economy of Culture, Brice Nixon

Systemic Propaganda as Ideology and Productive Exchange, Gerald Sussman

21st Century Socialism: Making a State for Revolution, Lee Artz

‘A Workers’ Inquiry 2.0’: An Ethnographic Method for the Study of Produsage in Social Media Contexts, Brian Brown, Anabel Quan-Haase

The Pastoral Power of Technology. Rethinking Alienation in Digital Culture, Katarina Giritli Nygren, Katarina L Gidlund

Social Media, Mediation and the Arab Revolutions, Miriyam Aouragh

Updating Marx’s Concept of Alternatives, Peter Ludes

Marx is Back, But Which One? On Knowledge Labour and Media Practice, Vincent Mosco

The Enclosure and Alienation of Academic Publishing: Lessons for the Professoriate, Wilhelm Peekhaus

The Problem of Privacy in Capitalism and the Alternative Social Networking Site Diaspora*, Sebastian Sevignani

Marx As Journalist: Revisiting The Free Speech Debate, Padmaja Shaw

CFP: From Akira to Žižek: Comics and Contemporary Cultural Theory.

Comics & Cultural Theory

Studies in Comics

From Akira to Žižek: Comics and Contemporary Cultural Theory

Papers are invited for Studies in Comics volume 3.2. This special issue seeks to provide a forum for new articulations between comics studies and contemporary cultural theory. The importance and continued relevance of post-structuralist/postmodernist thought, the Frankfurt school’s studies of mass culture, McLuhan’s media theory and Bourdieu’s critical sociology are rightly acknowledged. Such figures dominate theoretical academic discourse on comics, as in other areas of cultural studies, often at the expense of engagement with alternative strands of critical thinking.

Rather than risking stagnation, comics studies needs to critically engage with theoretical paradigms not yet sourced. Submissions are welcome from scholars and enthusiasts that explore the conjunctions of comics and cultural theory. These could be engagements with the work of specific thinkers or emergent schools including, but not limited to:

Bruno Latour and ANT – Michel Serres – Paul Virilio – eco-criticism – thing theory – N. Katherine Hayles – Teresa de Lauretis – Franco Moretti – Manuel De Landa – Manuel Castells – cognitive capitalism – transmedia narratives – Giorgio Agamben – Édouard Gissant – Jacques Rancière – Friedrich Kittler – non-representational theory – speculative realism/materialism – Alain Badiou – Zygmunt Bauman – Rosi Braidotti – Antonio Negri – Jan van Dijk – affect theory – Lev Manovitch – Kojin Karatani – visual culture studies – Slavoj Žižek…

Articles should be 4,000-8,000 words from any discipline with a strong critical focus. Abstracts should be received by 1st May 2012 in the first instance. Please send 300 word abstracts to studiesincomics@googlemail.com and include the word ARTICLE in the subject heading. Please indicate the intended word count of the article. Completed papers will be required by 15th August 2012. All submissions are peer reviewed and papers must be in English. Reviews of publications and exhibitions are also welcome, as are creative submissions, by the same deadlines indicated above.

Tony Venezia, guest editor.

http://www.intellectbooks.co.uk/journals/view-journal,id=168/view,page=2/