Archives par mot-clé : théâtre

Colloque: “Théâtre de Dumas”

  

Le théâtre d’Alexandre Dumas (père) : héritages et renouvellements

Jeudi 4 et vendredi 5 février 2016

Université d’Angers, Maison de la Recherche Germaine Tillion

5 bis bd Lavoisier

45045 Angers Cedex 01

Dumas repetition_marseille

Jeudi 4 février

Présidence : Sylvain LEDDA

            13h30 Accueil

            13h45 Ouverture du colloque : Anne-Marie CALLET-BIANCO

La tragédie après Talma

14h 15   Esther PINON

L’héritage de la tragédie grecque dans le théâtre de Dumas Continuer la lecture de Colloque: “Théâtre de Dumas”

Colloque “Les mondes de Labiche”

“Les mondes de Labiche”

à l’occasion du bicentenaire d’Eugène Labiche qui se tiendra à Paris du 8 au 10 octobre 2015.

affiche_finale.jpg

Il y a deux cents ans, le 6 mai 1815, Labiche venait au monde dans un siècle d’intense activité théâtrale. Il s’empare de la comédie et du vaudeville et occupe bientôt, dès le début des années 1850, une place de premier plan dans le paysage littéraire et dramatique. Labiche reste, jusqu’à aujourd’hui, l’une des plus illustres figures du répertoire léger, par une production aussi décisive que féconde, dont la publication de ses œuvres « complètes », une fois sa carrière terminée en 1878-1879, n’offre qu’une sélection.

À l’occasion de ce bicentenaire, notre colloque

Continuer la lecture de Colloque “Les mondes de Labiche”

Parution : “La revue de fin d’année au XIXe siècle”

La revue de fin d’année au XIXe siècle
Revue d’Histoire du Théâtre numéro 266.

Dossier dirigé par Olivier Bara, Romain Piana et Jean-Claude Yon.

Avril-Juin 2015

revue theatre

Crédits image : Belin, frontispice de Voilà la chose, revue de l’année 1862, en 3 actes et 20 tableaux, par MM. Ernest Blum et Alexandre Flan, Paris, Michel Lévy frères, s.d. Collection particulière. Via Media19.org

Très prisée sur les scènes secondaires, la revue de fin d’année désigne un certain genre de pièces à tiroirs dans lesquelles l’auteur fait défiler, dans un esprit satirique où prime le plaisir de la reconnaissance, les événements saillants qui ont marqué l’année qui vient de s’écouler. La Revue d’Histoire du Théâtre y consacre le dossier de ce numéro, dirigé par Olivier Bara, Romain Piana et Jean-Claude Yon. Un entretien avec les membres du collectif portugais Teatro Praga, qui a présenté une version contemporaine de la revista portugaise, en avril 2014 à la MC93 de Bobigny, clôt ce dossier. Poursuivant son travail éditorial autour du théâtre colonial, la Revue d’Histoire du Théâtre publie une enquête sur les théâtres de l’Algérie coloniale dans sa partie varia. Un document inédit sur les enjeux architecturaux, sociaux et politiques du théâtre colonial en Algérie.

Table des matières

Olivier BARA, Romain PIANA, Jean-Claude YON. Introduction

Amélie CALDERONE. Au croisement du Vaudeville anecdotique et de la féerie : codification du genre de la revue de fin d’année sous la Monarchie de Juillet

Emmanuelle DELATTRE-DESTEMBERG. La danse académique dans la revue de fin d’année Rothomago

Amélie GREGORIO. L’Algérie mène la revue : la colonisation dans les spectacles de fin d’année au XIXe siècle

Marine WISNIEWSKI. Métamorphoses de la revue de fin d’année au café-concert : l’exemple de l’année 1886

Manuel CHARPY. La ronde des produits. Revue de fin d’année, produits industriels et publicité à Paris au XIXe siècle

Livia SUQUET. L’érotisation massive des revues de cafés-concerts à la belle époque

Paul ARON. Luc Malpertuis. Auteur belge et collectionneur de revues théâtrales de fin d’année. Contribution à l’histoire d’un genre méconnu

Romain PIANA. Teatro Praga et la revue. Autour de Tropa-Fandanga. Entretien avec Pedro Penim et José Maria Vieira Mendes

Varia Boualem TOUARIGT. Les salles de théâtre de l’Algérie coloniale

plus d’informations

Au théâtre! La Sortie au spectacle XIXe-XXIe siècles

 

Aller au spectacle, à l’époque contemporaine, est une activité relativement banale et pratiquée dans toutes les parties du monde, selon toutefois des modalités et des enjeux qui varient considérablement dans le temps et l’espace. L’objet des quinze études réunies dans ce volume est d’étudier ce phénomène dans toute sa variété. De la fin du XVIIIe siècle à nos jours, de l’Amérique latine à la Russie en passant par Londres et Paris, Au théâtre ! en présente les différents aspects. Attente dans la queue, trafic de billets, goûts et stratégies sociales, codes et rituels, petits métiers liés à la sortie : tous ces éléments et bien d’autres sont ici analysés pour mieux appréhender cette expérience singulière qu’est la sortie au spectacle.

Colloque: Victorien Sardou: polifonia della rappresentazione, mars 2013

CONVEGNO INTERNAZIONALE

Victorien Sardou: polifonia della rappresentazione

20-21 MARZO 2013 Sala di Rappresentanza del Rettorato

Comitato scientifico: Alberto Bentoglio                                                                                              e

Continuer la lecture de Colloque: Victorien Sardou: polifonia della rappresentazione, mars 2013

Parution: Médias19, Presse et scène au XIXe siècle.

Médias 19

Presse et scène au XIXe siècle
Sous la direction de Olivier Bara et Marie-Ève Thérenty

http://www.medias19.org/index.php?id=1283

dossier-2-presse-et-scene-au-xixe-siecle

Parution: Raphaèle Fleury Paul Claudel et les spectacles populaires; Le paradoxe du pantin

Raphaèle Fleury
Paul Claudel et les spectacles populaires. Le paradoxe du pantin

Classiques Garnier, “Études de littérature des XXe et XXIe siècles”, 2012.

À travers une enquête sur les contacts de Claudel avec les spectacles populaires et l’analyse des mises en œuvre qu’il imagine, cet ouvrage montre que le dramaturge réinvestit symboliquement ces formes, mais aussi qu’il les utilise pour une plus grande efficacité de son théâtre. L’adresse à la salle et le spectaculaire témoignent de la confiance de l’auteur catholique dans la capacité de la matière à véhiculer le sens. Mais la séduction qu’ils exercent fait courir le risque d’un rapport idolâtre au spectacle, risque que Claudel met en scène et s’attache à contrôler.

Parution: P. Brooks et M. Faten Sfar (dir.), Anthologie du mélodrame classique

Anthologie du mélodrame classique

Sous la direction de Peter Brooks et Myriam Faten Sfar

Paris, Éditions Classiques Garnier, “Bibliothèque du XIXe siècle”, 2011.

Présentation de l’éditeur

Voici pour la première fois une anthologie du mélodrame français classique. Cet ouvrage nous offre neuf pièces passionnantes écrites par de vrais hommes de théâtre, pièces qui marquent les étapes de l’évolution du genre. En les réunissant au sein d’une anthologie commentée et illustrée, Peter Brooks et Myriam Faten Sfar rendent ces textes accessibles à un large public auquel ce genre se destinait initialement.

Sommaire

Introduction

Note sur la présente édition

Les victimes cloîtrées

Coelina ou l’enfant du mystère

La Folle de Wolfenstein

Thérèse ou l’orpheline de Genève

La Vénitienne

Gaspardo le pêcheur

La Grâce de Dieu

Le Chiffonnier de Paris

Les Deux orphelines

Bibliographie

Index des noms

Index des œuvres

1273 p. Prix : 69EUR.

EAN : 9782812403286.

Séminaire: La Révolution française dans les cultures et imaginaires populaires dans le monde aujourd’hui

La Révolution française dans les cultures et imaginaires populaires dans le monde aujourd’hui

Séminaire de recherche. Responsable : Martial Poirson

Université Stendhal-Grenoble III

Lien vers le séminaire et programme complet

Prochaines séances

Les séances ont lieu de 18h à 20h.

07 février 2012 – de 18h à 20h
La Guillotine et les exécutions, un topos pour la culture populaire (XIXe-XXIe siècles)
par Guy Spielmann, professeur à Georgetown University (États-Unis)
Lieu : Salle Jacques Cartier – Maison des langues et des cultures – Université Stendhal

08 février 2012 – de 18h à 20h
L’Âge des Lumières et la Révolution réinventés par la bande dessinée et le cinéma
par Guy Spielmann, professeur à Georgetown University (États-Unis)
Lieu : Salle Jacques Cartier – Maison des langues et des cultures

25 avril 2012 – de 14h à 18h
La Révolution en spectacle
Journée d’études « La Révolution française aujourd’hui : fabrique d’images (théâtre, cinéma) »
avec Antoine de Baecque (université Paris Ouest Nanterre La Défense), Patrice Gueniffey (EHESS), Georges Lavaudant (metteur en scène) et son équipe artistique
Lieu : Grand amphithéâtre du CRDP (11, av. Général Champon – Grenoble)

Journée d’études clôturée par le spectacle La Mort de Danton de Georg Büchner, mise en scène de Georges Lavaudant, à la MC2:Grenoble.

Thème général

En marge de l’historiographie officielle et des politiques de la mémoire, la Révolution française féconde les arts, les pratiques et les représentations populaires dans de nombreux pays aujourd’hui : ils se la approprient et en détournent, voire en subvertissent l’héritage afin de jouer avec la plasticité de son « mythe » fondateur. Ce séminaire interdisciplinaire, en partenariat avec le Musée de la Révolution française de Vizille et la MC2 de Grenoble, est ouvert à tous les étudiants en lettres et arts, mais aussi en histoire et en sciences sociales. Il a pour objectif d’interroger la construction sociale et artistique d’une sous-culture, voire le cas échéant d’une contre-culture des événements et discours historiques, à partir de films, spectacles, romans, musique, bandes dessinées, objets, publicités, discours…

Argumentaire

« Sans ce drapé extravagant, propre à tous les grands révolutionnaires, (…) la Révolution n’aurait pu être cet événement mythique qui a fécondé l’Histoire et toute idée de la Révolution. L’écriture révolutionnaire fut comme l’entéléchie de la légende révolutionnaire : elle intimidait et imposait une consécration civique du Sang » [1] . Rares sont les événements historiques ayant, au point de la Révolution française, engendré leur propre mythologie spontanée, conditionnant pour les siècles qui ont suivi sa perception fantasmatique et projective qui est encore dans une large mesure la nôtre aujourd’hui. Scène primitive à l’efficacité rituelle et symbolique inégalée ; mythe fondateur à vocation d’édification nationale et de légitimation institutionnelle ; fiction patrimoniale dont l’héritage nous est transmis en partage ; matrice d’un consensus qui n’est pas toujours unanime sur les valeurs démocratiques et républicaines ; source d’inspiration d’une production artistique tantôt critique et subversive, tantôt conformiste et consensuelle ; matière dont s’emparent les cultures populaires à travers toutes sortes de représentations et surtout, de médiations symboliques, parfois inattendues, la Révolution française n’a peut-être jamais été aussi présente qu’aujourd’hui, à la fois dans le discours, en régime de « mythocratie », et dans les objets, qui fonctionnent comme un système de signes, autrement dit, comme un « mythe moderne », au sens de Roland Barthes. [2]

Souvent analysée en terme de « légende » [3], insistant sur son caractère d’avènement fondateur, la Révolution l’est moins comme une « mythologie » propre à notre temps. Une telle notion s’avère pourtant féconde pour envisager les réappropriations et détournements de son imaginaire symbolique, en particulier au sein des cultures populaires et de leurs relais médiatiques de masse. La plupart du temps à dominante essentiellement visuelle, alors que la connaissance érudite et historiographique est plutôt fondée sur des ressources textuelles, ces représentations populaires, parfois très documentées, entretiennent sciemment (transgression, falsification, travestissement) ou inconsciemment (ignorance, clichés, stéréotypes), des effets de distorsion avec la culture savante et le discours officiel de consécration républicaine. Or ce sont précisément ces « idées fausses » qui, selon la perspective adoptée ici, sont dignes d’intérêt dans la perspective d’une histoire sociale et culturelle de l’imaginaire révolutionnaire contemporain. Une attention toute particulière sera accordée aux phénomènes de transferts, de réinterprétations et de représentations, dans les cultures étrangères et aires géographiques les plus diverses, de ce mythe national fondateur souvent considéré comme emblématique. Plus affranchies d’un certain devoir de mémoire nationale, soustraites, en partie au moins, aux batailles historiographiques qui président à l’affrontement idéologique autour de l’histoire officielle, les cultures populaires, a fortiori lorsqu’elles proviennent de cultures étrangères, sont en effet souvent plus à même de se saisir de ce patrimoine et de sa puissance de germination symbolique pour parfois en renouveler la perception aussi bien que les usages.

Si l’historiographie de la Révolution française a bénéficié, depuis un certain nombre d’années, de travaux novateurs et de perspectives de recherche fécondes, interrogeant les discours de savoir qui lui sont consacrés, tel est moins le cas du processus de mémoire sélective et de réinvestissement symbolique au fondement de nos représentations sociales et culturelles contemporaines, qui innervent jusqu’aux cultures du quotidien et se cristallisent dans des objets issus de la société et de la culture de masse. Le réinvestissement de patrimoine historique est en effet devenu une pratique courante concernant la Révolution, non seulement au sein du discours politique et médiatique, mais encore au sein des formes dérivées de cultures et de pratiques populaires, qui peut adopter les manifestations les plus diverses, depuis l’objet décoratif jusqu’à l’image animée ou la performance. Leur analyse et leur conservation sont d’autant plus urgentes que leurs supports, considérés comme impurs et partie prenante de processus de diffusion massifiée et de consommation à grande échelle, sont particulièrement altérables, périssables et sujets aux modes de conservation aléatoires ou arbitraires de collectionneurs privés, évoluant aux gré des modes et des mythologies personnelles. En effet, leur patrimonialité ne va pas de soi, impliquant une conception élargie de l’historiographie révolutionnaire et prenant parfois la forme d’un patrimoine culturel immatériel. On cherchera donc à constituer comme objets scientifiques entièrement légitimes les idées et représentations, parfois fausses sur le plan historiographique, de ces imaginaires révolutionnaires profondément enracinés dans une diffuse conscience collective, nourrissant une opinion commune stéréotypée, mais aussi fantasmatique, source d’une interrogation renouvelée sur les représentations de l’Histoire.

Plusieurs pistes sont privilégiées dans le cadre de ce séminaire, qui n’exclue pas d’autres approches possibles susceptibles d’émerger en cours de réflexion :

  • On interrogera les effets de citation, de transposition et surtout, de focalisation de l’opinion commune sur certains épisodes considérés comme emblématiques, sur les structures topiques récurrentes données pour représentatives d’une vulgate ou pour le moins, d’un imaginaire révolutionnaire largement partagé, en France comme, selon des modalités différentes, à l’étranger.
  • On identifiera, sous bénéfice d’inventaire, les formes de figuration et de diffusion, parfois à très grande échelle, d’une doxa associée aux mythologies révolutionnaires, à travers différentes sources de médiation : syntagmes cristallisés dans le langage courant, fictions policières, littérature populaire, cinéma et produits dérivés, bandes dessinées, mangas, spectacles de reconstitution historique, comédies musicales, animations de sites touristiques (sons et lumières), produits de consommation courante, industries du luxe, mode et haute couture, arts décoratifs, clips musicaux, opéras rock, animations, pornographie, publicités, jeux pour enfants, célébrations telles que celles du Bicentenaire… On cherchera à retracer les modes de citation et de circulation, parfois inattendus, des objets et images afin d’en interroger les usages sociaux et les pratiques culturelles qui leurs sont associées.
  • On envisagera les postures dont relèvent ces modes de réappropriation spontanés, souvent revendiqués comme tels, véhiculés par les cultures populaires, aux marges de tout discours savant ou de toute forme de consécration institutionnelle ou académique, et tout particulièrement les écarts, contresens, illusions rétrospectives, actualisations, déterritorialisations, erreurs de perspective, anachronismes assumés, voire revendiqués par ces supports de diffusion à grande échelle affranchis des règles de l’érudition savante.
  • On analysera enfin les tentatives d’instrumentalisation, tantôt à des fins idéologiques, tantôt en fonction de considérations commerciales, voire simplement ludiques, de ces stéréotypes révolutionnaires, sources d’une mobilisation collective d’autant plus efficace qu’elle prétend s’affranchir de l’Histoire au profit de relectures actualisantes ou iconoclastes et s’enracine dans une période historique – la nôtre – marquée par la prédominance de l’art de raconter des histoires comme mode de gouvernement des esprits et de production des affects.