Archives par mot-clé : théâtre

Appel à propositions : Colonialisme et race dans les productions culturelles québécoises

Colonialisme et race dans les productions culturelles québécoises

Colloque à l’Université de Toronto, les 30 avril et 1er mai 2020

Organisé par Isabella Huberman et Isabelle Kirouac Massicotte

Les productions culturelles québécoises, quʼil sʼagisse de la littérature, du cinéma, des séries télévisées, du théâtre ou des arts picturaux, sont traversées par le colonialisme et la race, que ce soit implicitement ou explicitement. Cependant, ces questions demeurent peu étudiées dans les études littéraires québécoises; cʼest le constat que fait Corrie Scott à propos de la race dans De Groulx à Laferrière. Un parcours de la race dans la littérature québécoise (2014). Bien que nous nous situions dans la foulée des travaux de Scott, nous souhaitons ouvrir la discussion à dʼautres genres artistiques et au colonialisme qui, à notre sens, même sʼil se distingue du concept de race, en partage la logique : celle de légitimer la domination et lʼexploitation. Les contributions pourront aborder lʼune ou lʼautre notion, mais les études portant sur lʼintersection du colonialisme et de la race sont également les bienvenues. Bien que notre activité nʼexclut pas les perspectives des créateur.trice.s racisé.e.s et autochtones, elle se concentre sur des œuvres réalisées par des personnes allochtones et blanches, parce que nous considérons que le travail de décolonisation et dʼanti-racisme devrait être la responsabilité de ces dernières, et non le fardeau des premier.ère.s. À lʼinstar de Scott, nous nous intéresserons non seulement à la racisation des Autochtones et des immigrants, mais aussi à celle des Québécois.e.s dit.e.s de souche, quʼil sʼagisse de lʼappropriation du discours racial (lʼexemple de Nègres blancs dʼAmérique de Pierre Vallières est emblématique) ou de la figure du white trash, considéré comme moins que blanc. Nous tenterons notamment de répondre à lʼappel que lance Scott dans lʼintroduction à son ouvrage, à savoir si la production récente affiche une persistance des modèles traditionnels de la race (de lʼabsence à la stéréotypie) ou encore si elle présente des changements. Du côté du colonialisme, il sera question de déterminer sʼil est présenté comme une condition du progrès, ou encore sʼil est problématisé. Que ce soit en révisant les classiques ou en sʼattardant à des œuvres de lʼextrême contemporain, il sʼagira dʼétudier le colonialisme et la race sous toutes leurs coutures. Lʼévénement se déroulera en français. À titre informatif, voici certains thèmes qui pourraient être abordés : Continuer la lecture de Appel à propositions : Colonialisme et race dans les productions culturelles québécoises

Appel à propositions : La vie culturelle en 1921

Un groupe international d’enseignants, d’auteurs et de lecteurs annonce la publication en ligne d’une revue trimestrielle pluridisciplinaire intitulée La Vie culturelle en 19**, dont le premier numéro sera consacré à l’année 1921. Les numéros suivants devraient concerner les années 1922, 1923 et 1924.

La vie culturelle, c’est celle des spectateurs et des critiques au théâtre, au musée, au cinéma, (et au cirque) ; celle des auditeurs au concert et aux conférences (au Collège de France, par exemple) mais aussi dans les réunions politiques et à la Chambre. C’est la vie des libraires et de lectrices et des lecteurs, abonnés des journaux et des revues.

C’est tout cela, mais ce qui intéresse la revue au premier chef, ce sont les liens qu’entretiennent ces petits évènements les uns avec les autres : ce que la mode de l’année fait écrire aux uns, l’influence de la politique, mais aussi de la science, voire du fait divers sur l’inspiration des uns et des autres, sur les affiches des spectacles. Ce sont aussi les longues séries, les « tendances » qui s’installent (ou sont déjà installées) dans l’esprit du public en général et dans celui de cet acteur influent : l’opinion publique.

La revue La Vie culturelle en 19** voudrait détailler, au fil des ans mais en revenant quelquefois sur ses pas, ces interactions entre les arts et les idées, à l’occasion des parutions, découvertes, expositions, évènements divers survenus au cours du siècle qui a précédé le nôtre.

Les contributions attendues comporteront un titre, un texte de moins de 3000 mots, accompagné éventuellement d’une ou deux illustrations libres de droits.

Les propositions de contribution, de 200 à 300 mots, accompagnés d’un très bref C.V sont à adresser à vieculturelle19@orange.fr avant le 10 décembre 2020.

Une réponse vous sera donnée le 15 décembre, pour une parution que nous envisageons avant la fin janvier 2021.

Appel à communications : Un jour un conte. Le Petit Chaperon rouge dans ses expansions hypertextuelles

Cycle « Un jour un conte ». Le Petit Chaperon rouge dans ses expansions hypertextuelles

Colloque international, Université de Lille, 1- 2 mars 2021 

« La narrativité hypertextuelle peut nous éduquer à la créativité et à la liberté. C’est bien, mais ce n’est pas tout. Les récits « déjà faits » nous apprennent aussi à mourir »

Umberto Eco, De la littérature, Grasset, 2003, p. 27.

Le conte du Petit Chaperon rouge est sans conteste le plus célèbre, le plus répandu et le plus chéri des contes français si l’on en croit l’ampleur de ses expansions hypertextuelles en tous genres et pour tout âge, depuis la maternelle aux éditions pour adultes. C’est aussi le conte le plus connu de Charles Perrault qui est le créateur du surnom (sobriquet ?) du personnage éponyme, Petit Chaperon rouge, qu’il a fabriqué par typification en le répétant pas moins de 13 fois dans son texte, alors que dans les ethno-contes, dont il s’inspire en partie, l’héroïne est simplement appelée le plus souvent « la fillette » ou « la petite ». De plus, généralement, le ra-contage actuel ne peut s’empêcher d’achever le conte sur une note optimiste, le sauvetage de la fillette et de sa mère-grand par éventration du loup puis sa mise à mort, alors que chez Perrault l’héroïne finit dévorée. En fait, tout en l’ignorant, le raconteur ou la raconteuse contemporain-e synthétise la réécriture de Perrault et celle des frères Grimm qui ont « inventé » cette fin en l’empruntant, comme on sait, à un autre conte-type. Les ethno-contes sont divisés selon ces deux tendances : une fin pessimiste et une autre optimiste très différente de celle des Grimm où l’héroïne se sauve par ruse. Continuer la lecture de Appel à communications : Un jour un conte. Le Petit Chaperon rouge dans ses expansions hypertextuelles

Appel à propositions : L’imaginaire du Nord dans les arts

Journée d’études : L’imaginaire du Nord dans les arts 

Maison des Sciences de l’Homme – CHEC (Centre d’Histoire « Espaces et Cultures »), Université Clermont Auvergne (UCA), Clermont-Ferrand

11 juin 2021

Dans un contexte globalisé, une approche géographique des arts tend à mettre en valeur des particularismes locaux conçus comme des îlots d’authenticités dans un océan standardisé (Crang, 1998). Or, cette quête d’une culture autochtone authentique peut s’avérer contre-productive et impliquer des formes de réinvention nostalgique relevant d’une psychogéographie (Coverley, 2006). Cette observation s’applique éloquemment au cas de la zone nordique (Scandinavie, Islande, Groenland, Canada, Alaska, Russie…), qui est abordée dans les arts, les légendes et la littérature depuis l’Antiquité selon deux axes antithétiques : soit par une approche utopique, les communautés peuplant ces territoires étant considérés comme des modèles de vertu en symbiose avec une nature laissée à l’abri de l’exploitation ; soit suivant une conception qui place des communautés septentrionales laissées à l’écart des progrès techniques dans un environnement menaçant où règnent la mort et la désolation (Davidson, 2005). Cet imaginaire plaqué sur une zone géographique et les habitants qui la peuplent peut s’inspirer de faits, notions et symboles liés à l’identité, la culture ou le paysage et se place sur le point de jonction entre l’objectif et le subjectif, le factuel et le fictif, le réel et le représentationnel. Cette activité de création de représentation est même si intense concernant la zone arctique qu’elle s’est parée au début des années 2010 d’un terme nouveau destiné à la caractériser : le boréalisme (Schram, 2011). Continuer la lecture de Appel à propositions : L’imaginaire du Nord dans les arts

Ateliers en ligne : Débattre d’une fiction

Débattre d’une fiction : Ateliers en ligne

En vue du prochain numéro de la revue Fabula-LHT, Marc Escola, Françoise Lavocat et Aurélien Maignant organisent, en ce mois de novembre, 4 demi-journées d’ateliers en ligne sur un thème qui intéresse tous nos membres :

débattre d’une fiction

Plusieurs de nos agents participeront d’ailleurs à cet événement, et le numéro à paraître de Fabula-LHT accueillera un grand entretien sur Intercripol, réalisé auprès du Policburo par Nadia Hachemi, directrice de notre bureau helvète. Continuer la lecture de Ateliers en ligne : Débattre d’une fiction

Parution : « L’ARABE » COLONISÉ DANS LE THÉÂTRE FRANÇAIS De la conquête de l’Algérie aux grandes expositions coloniales (1830-1931)

Amélie Gregório, 2020, « L’Arabe » colonisé dans le théâtre français. De la conquête de l’Algérie aux grandes expositions coloniales (1830-1931), Presses Universitaires de Lyon, « Théâtre et société » 

Négligé par la critique postcoloniale, le théâtre, dans ses formes variées, et notamment populaires, a pourtant largement accompagné la colonisation française de l’Afrique du Nord et la formation d’un esprit colonial, depuis le débarquement des troupes françaises en Algérie en 1830 jusqu’au grand rendez-vous impérialiste que fut l’Exposition coloniale de 1931. S’appuyant sur des préjugés existants, les renforçant, en forgeant parfois de nouveaux pour les besoins du spectacle, les pièces écrites à l’époque coloniale ont donné de multiples représentations de la figure de « l’Arabe » : bestial, fourbe, idiot ou « exotique », dans tous les cas inférieur au « Blanc », cet « autre » apparaît toujours comme un être dominé.

À partir de l’analyse historique, sociologique et esthétique d’un répertoire méconnu de près de deux cents pièces , mais aussi de leur mise en scène et de leur réception par la critique et des publics divers, Amélie Gregório interroge la transformation des représentations en discours, sans perdre de vue les enjeux proprement artistiques et sans prétendre a priori que toute pièce représentant des « Arabes » est obligatoirement, et de façon univoque, idéologique.

Amélie Gregório est agrégée de lettres modernes. Elle est enseignante dans le secondaire et chercheuse associée à l’Institut d’histoire des représentations et des idées dans les modernités (IHRIM). Ses travaux portent sur la question de l’altérité dans les arts de la scène, en relation avec la colonisation de l’Afrique du Nord.

Acheter l’ouvrage en ligne sur le site de l’éditeur

Appel à contribution : La semaine : découpe et usages du temps social, XIXe-XXe s.

« La semaine : découpe et usages du temps social » (XIXe- XXe siècles)

Projet de n° 52 de Sociétés & Représentations, 2021,
dirigé par Dominique Kalifa dans le cadre de l’ANR Numapresse (2017-2022)

La semaine est évidemment une veille affaire puisqu’elle présida à l’invention du monde. Mais il se trouve que beaucoup l’oublièrent. Si ses usages, notamment religieux, ont longtemps ordonné l’organisation du temps collectif, ils tendirent à s’affaiblir dans le cours ordinaire des choses qui lui préféra d’autres scansions, quotidiennes, agricoles, saisonnières, etc. Une inflexion est cependant sensible à compter de la fin du XIXe siècle. Le déclin (relatif) de la semaine religieuse s’accompagne en effet, et paradoxalement, d’usages de plus en plus nombreux de découpes hebdomadaires. Au théâtre, puis au cinéma, la « semaine culturelle » a le vent en poupe. Le monde des affaires ou celui de la politique tendent également à réordonner le temps sur un mode hebdomadaire. Le temps scolaire suit le mouvement, celui du sport également, tandis que la paye « à la semaine » supplante progressivement la « journée » et que les lois sociales réglementent la durée hebdomadaire du travail, accordent le « repos hebdomadaire », puis la « semaine anglaise ». La radio, précédant la télévision, met en place des « grilles hebdomadaires » ; les médecins prescrivent des posologies hebdomadaires. Dans les bureaux, le semainier se substitue peu à peu à l’éphéméride et l’on sait combien l’hebdomadaire détrône peu à peu le quotidien dans les usages ordinaires de la presse. Quant aux quelques tentatives mises en œuvre pour détrôner la semaine traditionnelle (celle de la décade des révolutionnaires français ou celle de la nepreryvka soviétique), elles se soldèrent par des fiascos. Continuer la lecture de Appel à contribution : La semaine : découpe et usages du temps social, XIXe-XXe s.

Appel à communication : Colloque « La critique culturelle sur le web : espaces, discours, valeurs »

Colloque « La critique culturelle sur le web : espaces, discours, valeurs »

4-5 février 2021

Université de Caen/Université de Rouen

Appel

Depuis une dizaine d’années, l’essor de la critique sur le web se poursuit de façon spectaculaire, mais avec une nouvelle structuration : portails et sites de critique littéraire, cinématographique, musicale et de critique d’art, revues numériques, forums, blogs ou groupes dédiés sur les plateformes sociales manifestent un foisonnant dynamisme. De son côté, la critique « savante » réaffirme sa légitimité en cherchant à circonscrire sa place, dans un espace aux frontières mouvantes où la critique est aussi pratiquée par des amateurs, de simples spectateurs, auditeurs ou lecteurs, ou par des fans. Visant à confronter approches réflexives et cas concrets d’études, et à réunir des spécialistes d’horizons divers (études cinématographiques et théâtrales, musicologie, littérature, philosophie, sociologie), ce colloque a l’ambition de scruter les formes et les enjeux de la critique culturelle sur le web selon trois axes privilégiés. Continuer la lecture de Appel à communication : Colloque « La critique culturelle sur le web : espaces, discours, valeurs »

Appel à contributions : Le théâtre de science-fiction

Appel à contributions pour le dossier n°17 de ReS Futurae

Dossier dirigé par Romain Bionda romain.bionda@unil.ch

Le théâtre a donné à la science-fiction quelques-unes de ses œuvres les plus célèbres, à l’instar de R.U.R. de Karel Čapek, où le terme « robot » apparaîtrait pour la première fois. Il est toutefois rare qu’on fasse une place au théâtre dans les études science-fictionnelles, tout comme il est rare, du côté des études théâtrales, qu’on fasse une place à la science-fiction. Or cette incuriosité réciproque semble exister en concomitance avec une suite de présupposés ne datant pas d’hier et rendant généralement incongrue ou du moins surprenante l’association, dans nos esprits, de la SF avec le théâtre tels que nous pouvons les concevoir — résistance qui ne se présente pas lorsque nous pensons à d’autres arts comme le cinéma et la littérature, où la SF jouit d’une existence explicite et reconnue. Il s’agira ici de mettre en perspective ces présupposés, pour établir dans quelle mesure, à divers moments et en divers endroits, un dialogue a pu se nouer entre cet « art du présent » que serait le théâtre et une science-fiction qui n’est pas simplement un « genre du futur ». S’offrent en effet à l’exploration un important corpus de pièces pouvant à plusieurs égards ressortir à la SF, ainsi qu’un faisceau de discours informant les contours de ce « théâtre de science-fiction ». À quoi celui-ci peut-il ressembler, et quelles œuvres constitueraient son corpus tout au long de son histoire ? Continuer la lecture de Appel à contributions : Le théâtre de science-fiction

Parution : Robert Macaire

ROBERT MACAIRE : LA CONSTRUCTION D’UN MYTHE. Du personnage théâtral au type social. 1823-1848, Marion LEMAIRE, Honoré Champion, 2018

Image : « Robert Macaire professeur de français », Honoré Daumier/Charles Philipon, 1841.

Présentation de l’éditeur : Robert Macaire apparaît en 1823 dans le mélodrame L’Auberge des Adrets sur la scène du Théâtre de l’Ambigu-Comique. Cette pièce marque l’histoire du mélodrame grâce à l’interprétation qu’en fait Frédérick Lemaître. Il crée un costume extravagant et improvise sur scène, transformant alors ce personnage secondaire en héros. Cette étude met en lumière les modifications apportées dans l’oeuvre initiale grâce au jeu du comédien et recontextualise l’histoire des premières représentations. Le personnage apparaît de nouveau en 1834 dans Robert Macaire. Il devient un témoin emblématique des travers de la société de l’époque et héraut des contestations sociales et politiques de la monarchie de Juillet. Le succès est tel que le personnage réapparaît dans de nombreuses suites et avatars, donnant naissance au « macairisme ». Il s’attire ainsi les foudres de la censure.

Continuer la lecture de Parution : Robert Macaire