Archives par mot-clé : télévision

Appel à contribution pour Télévision n°4: L’appel du divertissement (15 juin)

Appel à contribution

Télévision n°4: L’appel du divertissement

(CNRS éditions)

Dans la Crise de la culture, Hannah Arendt montre que les objets culturels sont inexorablement entraînés sur la pente du divertissement et que consommer s’identifie assez rapidement, dans notre société, à se divertir.

Cet « appel » du divertissement est particulièrement observable dans un média comme la télévision et il n’est pas loin de dominer la fameuse trilogie « informer, cultiver, divertir », soumettant les deux premières missions à sa loi. Ce numéro se propose donc d’explorer les glissements qui en résultent dans tous les genres télévisuels en suivant plusieurs pistes :

• l’utilisation du terme : quels genres regroupe-t-on aujourd’hui sous l’étiquette « divertissement » ? L’examen des journaux de programmes révèle que cet étiquetage est mouvant. Ainsi, certains programmes naguère classés dans la catégorie « télé-réalité » sont aujourd’hui considérés comme divertissement. À l’intérieur d’un même genre, les thèmes ou le répertoire retenus peuvent aussi révéler cet « appel » (par exemple, le choix des pièces faisant l’objet d’une retransmission théâtrale).

• la relation de l’information au divertissement, notamment au travers de « l’infotainment » : les talk shows, les journaux télévisés. Quelles sont les nouvelles formes des mélanges des genres qui font se côtoyer les stars du petit écran, les « people » et les politiques ? Quelles transformations ludiques ont subi, au cours de la dernière campagne présidentielle, les débats politiques ? etc.

• l’évolution des formules et des dispositifs : loin d’être fixés une fois pour toutes, les dispositifs et les formules des programmes subissent des évolutions importantes au cours de leur histoire. Dans cette perspective, il semble fructueux de confronter la promesse de certains programmes à leurs transformations progressives. Par exemple, les premiers numéros d’ On a tout essayé (de Laurent Ruquier) affichait une ambition culturelle (invitation d’intellectuels, critiques de livres, etc.), qui s’est diluée au fil des mois. L’étude chronologique de certains programmes peut faire ressortir les mécanismes par lesquels le divertissement s’insinue dans des émissions dites « culturelles ».

• Arendt note que le stade ultime de cet appel du divertissement est le moment où, pour faire « passer » un objet culturel, on le déforme « en vue de persuader les masses qu’Hamlet peut être aussi divertissant que My Fair Lady » et, pourquoi pas, tout aussi éducatif ». Cette remarque trouve de nombreuses confirmations aussi bien dans « l’actualisation » de fictions du patrimoine littéraire que dans la façon de présenter la science. On pourra s’intéresser aux adaptations « modernes » de classiques.

Ces pistes ne sont pas limitatives, pas plus que les angles adoptés. On évitera seulement les critiques générales de la télévision, ainsi que les discours de déploration. Seront bienvenues en revanche les contributions qui se pencheront sur un genre ou un programme en s’interrogeant sur le sens qu’ils donnent au terme « divertissement ».

Les projets sont à envoyer avant le 15 juin au responsable du numéro :

françoisjost@ceisme.fr

Les auteurs des articles retenus seront prévenus début juillet et les articles seront à rendre pour le 15 novembre 2012.

Parution de "Médiatiser la police, policer les médias", Michaël Meyer (dir.)

Médiatiser la police, policer les médias

Michaël Meyer (dir.)

2012, 222 pages, 33 chf, 23 €, ISBN 978-2-88901-048-6

Le travail policier est depuis longtemps l’objet de récits et d’images qui ont durablement influencé notre imaginaire. Cette puissance narrative acquise fait aujourd’hui de l’univers policier l’un des arrière-plans préférés des médias.

À partir de ce constat, cet ouvrage se propose d’explorer comment des représentations de la police sont produites et circulent dans, et entre, les champs du divertissement et de l’information, mais également comment l’institution policière s’est elle-même constituée en pourvoyeuse et en gardienne de son “image publique”. Plus que jamais, le monde réel et le monde médiatique de la police coexistent et se confrontent, car les corps de police sont devenus des producteurs actifs d’images et de discours sur leurs propres actions.

Par un double mouvement, “médiatiser la police” et “policer les médias”, ce livre étudie l’imaginaire social sur la police, sa diffusion dans les médias de masse (télévision, presse, affiches, espaces muséaux…) ainsi que le travail communicationnel des polices modernes.

Table des matières

  • Introduction. Le policier face à son double médiatique (Michaël Meyer)
  • Taire, transmettre ou prostituer sa science, les experts divergent. Utilité et dangers de la vulgarisation du savoir criminalistique en Suisse romande et en France (1900-1960) (Nicolas Quinche)
  • Dans les coulisses du Théâtre du crime: réappropriation muséale de la photographie forensique (Elisa Rusca)
  • Quand la police fait sa pub. Analyse discursive de la figure du policier et de la policière dans la stratégie de communication des polices vaudoises (Stéphanie Pahud)
  • Plus belle la police? Ou comment la série Plus belle la vie dépeint l’institution policière (Nicolas Rafin)
  • Compléter l’”image tronquée”? Les représentations médiatiques de la police (Rob C. Mawby)
  • Community policing et réunions police-population à Los Angeles (Mathieu Zagrodzki)
  • Une police “inquiète” du taux de délinquance en Suisse. Le poids des intérêts et enjeux professionnels dans la construction policière d’un problème public (David Pichonnaz)
  • Des individus sous l’uniforme. La question du droit à l’image des policiers (Sylvain Maresca)
  • La médiatisation de la police du point de vue des policiers: le ressort professionnel de la réception des médias (Guillaume Le Saulnier)

VUES DU TERRAIN

  • Photographier les policiers en France (Laurent Kaczor)
  • Police de proximité et image de la police à Lausanne (Alain Gorka)
  • Le métier de chargé de communication à la police de Lausanne (Jean-Philippe Pittet)
  • Le commandant de gendarmerie et les journalistes: une histoire de confiance (Thierry Davaut)

Parution: Histoire de la télévision française de 1935 à nos jours Monique Sauvage et Isabelle Veyrat-Masson

Histoire de la télévision française de 1935 à nos jours

Monique Sauvage et Isabelle Veyrat-Masson

Nouveau Monde éditions

février 2012

Instrument du pouvoir et objet domestique, entreprise de spectacle et organe d’information, la télévision s’est imposée comme un média central des soixante dernières années. Comment en France, comme dans les autres démocraties occidentales, la télévision a-t-elle émergé de l’ombre de la radiodiffusion ? Comment se sont forgés, sous monopole public, les liens avec le pouvoir politique, mais aussi la légitimité naissante d’un art du spectacle à part entière ? Dans quelles conditions l’organisation de la concurrence, et l’installation – dans des conditions tumultueuses – d’un secteur privé, a transformé le paysage audiovisuel ? Comment ont évolué dans le marché les entreprises publiques et privées de télévision et l’offre de programmes ? Quelle est la nouvelle place de la télévision depuis l’apparition de la révolution numérique ?
Cette Histoire de la Télévision propose des repères clairs pour comprendre les étapes majeures des relations entre télévision et pouvoir politique, la généalogie des techniques et l’évolution des programmes et des rapports avec le public, la transformation des modèles économiques.
___
ISBN-10 2-84736-632-6
ISBN-13 978-2-84736-632-7
GTIN13 (EAN13) 9782847366327