Archives par mot-clé : télévision

Appel à contributions: Télévision n°5, La télévision et les autres médias (15 décembre 2012)

Appel à contribution

Télévision n°5,

La télévision et les autres médias

(CNRS éditions)

(Coord. Virginie SPIES, avril 2014)

Date limite : 15 décembre 2012

Les liens entre la télévision et les autres médias ont toujours existé, et ils semblent aujourd’hui encore plus resserrés. Qu’il s’agisse de formats empruntés à la radio ou au cinéma, ou encore de l’expansion des discours sur la télévision dans les autres médias, ce numéro se propose d’explorer les liens qui se tissent entre la télévision et les autres médias, à partir de plusieurs pistes :

. Aussi bien dans l’histoire de la télévision qu’à l’heure actuelle, nombre de programmes trouvent leur genèse dans des émissions radiophoniques. Qu’il s’agisse de jeux radiophoniques devenus des émissions à succès, ou même des programmes de variétés ou de divertissements qui ont commencé à la radio, quels formats ont pu être adaptés de la radio à la télévision, quelles transformations furent opérées ?

. La relation de la fiction aux autres médias et les spécificités télévisuelles : Les premiers réalisateurs de la télévision provenaient du monde du cinéma, et de nombreuses émissions dramatiques ont puisé dans le savoir-faire radiophonique de l’époque, inspiré lui-même des mises en scènes théâtrales. Comment s’est forgée l’écriture de la fiction télévisuelle, quels récits appartiennent aujourd’hui spécifiquement à la télévision, et en retour, comment la télévision inspire-t-elle d’autres formes artistiques et médiatiques ?

. Les relations entre les programmes télévisuels et le web : une attention particulière pourra être portée sur le web social et notamment la pratique du live-tweet. Pratique nouvelle en 2009, le fait de commenter les programmes sur Twitter est devenu une pratique banale pour de nombreux utilisateurs. Elle a été par ailleurs institutionnalisée par les chaînes et les sociétés de production : certaines émissions, comme The Voice sur TF1, déclinent d’abord un dispositif spécifique sur le web social, avant même d’arriver à l’antenne. Dès lors, les programmes connaissent une nouvelle temporalité, ils continuent d’exister entre deux diffusions, et leur communication a évolué.

. Dans un autre mouvement, la télévision fait l’objet de nombreux discours dans les autres médias : qu’il s’agisse de la radio, de la presse écrite ou d’Internet, nombreux sont les lieux médiatiques d’où surgissent des discours sur la télévision : on parle de l’actualité de la télévision, de promotion ou d’un regard plus analytique voire critique. De quoi est-il question, lorsque les autres médias se penchent sur la télévision ?

Par une approche décloisonnée, ce numéro aura pour ambition d’étudier les  formats, les dispositifs médiatiques et artistiques qui ont inspiré la télévision, et donc de dégager les spécificités de l’écriture télévisuelle. Il s’agira également d’observer comment la télévision est abordée dans le champ médiatique, et donc d’éclairer les rapports entre télévision et société. Les pistes évoquées ici ne sont pas exclusives, et les propositions épistémologiques, méthodologiques et historiques, ainsi que les analyses de corpus sont les bienvenues.

Les projets sont à envoyer avant le 15 décembre 2012 au responsable du numéro, Virginie Spies : Virginie.spies@univ-avignon.fr

Les auteurs des articles retenus seront prévenus le 30 janvier 2013 et les articles seront à rendre pour le 30 juin 2013 .

Appel: NeMLA 2013: Theorizing Tension in Television Drama

NeMLA 2013:

Theorizing Tension in Television Drama

Appel à contribution

Date limite : 30 septembre 2012

Recent years have seen the rise of TV dramas (Mad Men, Luck) that downplay tension in favour of atmosphere and characterization: yet tense dramas like True Blood and 24 have also thrived. What can theoretical readings reveal about these diverse series? Papers on all current and recent televised drama series welcomed. Possible approaches include, but are not limited to, psychoanalytic, chronotopic, formalist and ecocritical.

300-word abstracts (include name, affiliation and email) to Rod Cooke,rpc2108@columbia.edu.

CFP:Tabletop Board Games and the Televisual Imagination (deadline: july 25)

TABLETOP BOARD GAMES AND THE TELEVISUAL IMAGINATION

(SCMS – Chicago, March 6 – 10, 2013)

submission deadline: July 25, 2012

Tabletop Board Games and the Televisual Imagination

Call for Papers: SCMS 2013

[panel proposal for next year’s Society for Cinema and Media Studies conference in Chicago (March 6 – 10, 2013)]

Beginning in the early 1950s, when the Milton Bradley Company contributed to the widespread appeal and fervent fan following of the DuMont Television Network’s science-fiction series Captain Video (1949-1955), tabletop board games have played an important, if critically overlooked, role in expanding the paratextual horizons of cult TV programs. Indeed, because play itself is such an engrained part of the board game experience, the many television shows blessed (or, perhaps, “burdened”) with such paratexts can likewise be said to exude a kind of ludic aura, luring audiences into a playfully participatory arena of “textual gaming.” Although much of the recent scholarly work on immersive and extendable fictions in popular culture (such as Frank Rose’s The Art of Immersion, a chapter of which is entitled “Television: The Game”) has focused on video games, online RPGs, and virtual worlds, little attention has been given to older, more “traditional” forms of gameplay, which continue to draw TV audiences to material sites of individual strategizing and small-group interaction where luck and skill each play a part.

This panel seeks to fill a gap in the critical discourse surrounding both board games and television, two mediums with distinct, yet overlapping, histories whose reciprocal influence can be traced back to the 1950s and 1960s. During those decades, programs as diverse as Dragnet (1951-1959), Perry Mason (1957-1966), The Munsters (1964-1966), Lost in Space (1965-1968), and Star Trek (1966-1969) spawned a host of fun and interactive, if sometimes crude and simplistic, board games, setting a precedent for more recent releases built around such contemporary TV series as The Simpsons (1989- ), Futurama (1999- ), CSI: Crime Scene Investigation (2000- ), NCIS (2003- ), Battlestar Galactica (2004-2009), Lost (2004-2010), It’s Always Sunny in Philadelphia (2005- ), The Office (2005- ), The Walking Dead (2010- ), and A Game of Thrones (2011- ). Many of these board games are considerably more complex than their 1950s and 1960s predecessors, matching the narrative intricacies of their respective television series while fostering a deeper understanding of the original shows’ textual universes.

Panel participants are encouraged to select any TV-themed board game and adopt a variety of methodologies or modes of critical engagement so as to highlight its cultural significance.

Potential paper topics include, but are not limited to:

• Theories of play and their applicability to televisual hermeneutics
• Theories of fandom and their applicability to board gaming culture
• Online board game communities (http://boardgamegeek.com, etc.)
• In-game social interaction (player partnerships, negotiation, bluffing, etc.)
• Paratextuality and television’s game-related promotional culture
• Board game collectability and connoisseurship
• Material culture and the physicality/tactility of play (game pieces, dice, cards, bodies, etc.)
• The aesthetics of board games (visual design, layout, colors, etc.)
• Game-play mechanics, televisual “turn-taking,” and narrative organization
• Character-based role-play and board game performativity
• Ethnicity, gender, and identity in TV-themed board games
• Board game/TV franchise crossovers (Seinfeld Monopoly, Family Guy Operation, etc.)
• Gaming subcategories/subdomains:
o TV-themed card games (Buffy the Vampire Slayer: Pergamum Prophecy, Doctor Who: The Twelve Doctors, Vampire Diaries, etc.)
o TV-themed party games (Bullwinkle and Rocky, The Bachelorette, Big Bang Theory, etc.)
o TV-themed trivia games (M*A*S*H, Friends, Sex and the City, The Sopranos, Modern Family, Nick at Night Classic TV, etc.)
• Board game auteurs and production companies:
o Designers of TV-themed board games (Cory Jones, Corey Konieczka, Christian Petersen, etc.)
o Publishers of TV-themed board games (Cardinal, Edge Entertainment, Cryptozoic Entertainment, etc.)

Please send a 250-300-word abstract with at least 3 bibliographic references and a brief biographical note to David Scott Diffrient (scott.diffrient@colostate.edu) by July 25, 2012. Selections for the panel will be made by August 1, 2012.

Call for papers : Cinéma&Cie – European TV series

Special Issue no. 19

European TV series

Call for Essays

This monographic issue of Cinéma & Cie will deal with the audiovisual serial production within the European Union.

In the past years, television serial narratives have gone through some severe changes in the way they are organised from a narrative point of view, as well as in the way they are perceived and “used” by audiences. This new wave of serial production has been quite well analysed by scholars from different countries; several books and essays focused on different aspects of serial productions, from the narrative construction to audience reception. However, the main focus of these studies seems to always be on US productions. This issue of Cinéma & Cie aims to draw attention to EU TV series, trying to answer the following question: does a European television market exist?

The European Community is nowadays working in the direction of a more inclusive society, a goal that implies the understanding of the social transformations in Europe through a variety of tools, not least the study of the circulation of audiovisual cultural products in Europe. Since technological advances in the field of audiovisual media are affecting the consumer and user behaviours, as well as the structure of production, it is quite relevant to focus on the role and influence of cultural products from a transnational perspective.

Several factors warrant the focus of this issue on television series produced in Europe.

First, serials have become one of the most successful formats among transnationally distributed media products, benefiting both producers and distributors. Second, these cultural products appeal to a wide range of consumers: they are a common factor across European markets (otherwise differing in many significant aspects) and are designed to be enjoyed through different devices (from conventional broadcast television to the Internet). These factors make audiovisual serialized formats suitable for investigating potential transformations/trends and the construction of the cultural imagery of media convergence in Europe. The digital production, distribution and consumption of contemporary television series permit a continuous reshaping of content; this modularity, flexibility and fast-paced adaptation offers the opportunity for serialized content to engage directly with European communities, and to better suit their needs and values.

In a media landscape characterised by an overabundance of entertainment offers, audiovisual serialized products and formats must deal with problems arising from information overload and the “attention economy”. Today, Europe is facing an important paradigm switch: the prominent role taken by consumers and users in the media industry has put them in the first position in the value production chain. The scarcity of spectators’ attention has become a crucial factor in the creation of the value connected to cultural products, as well as in the creation of products capable of exploiting all the possibilities of the newly converged media landscape. Finally, serialized audiovisual contents now represent a large percentage of media industry production, so that they might constitute an urgent opportunity for European audiovisual industries.

Essays on the following topics are welcome:

  • State of the Art – How is the situation of the scientific literature on this topic in EU countries? Are research and studies on the production of European TV dramas and series only popular within the context of national studies? How much of the scientific production on TV series is monopolized/dedicated to studies on US productions?
  • Circulation of European TV dramas within the EU as well as outside of the EU
  • Case studies: national productions of TV dramas and series mostly relevant (with regard to their production modes, narrative, themes, style…) to enlighten the features of the European TV market
  • Domestic and American characteristics of EU TV dramas (formats, genres…)
  • Does a European identity exist within the narrative construction of EU serials? Can European series contribute to the creation of a European identity, and how? Are there exemplary case studies with reference to this topic?
  • European production modes: different productions for different channels (free, pay, broadcasting, narrowcasting). How relevant is the production of TV dramas in each national entertainment market?
  • Serial formats for the WWW: do web series aim to go beyond the national borders to reach a wider audience, and how is that achieved?
  • Consumption modes: do transnational modes of consumption exist? How much are they affected by the TV scheduling and programming pattern of each country? Does file sharing contribute or prevent this kind of circulation?
  • Do cult series exist within the European context? Are these national or transnational phenomena?
  • Does European quality TV exist? If so, does it coincide with TV drama productions or with other formats? Do common indicators for quality definition and evaluation exist?
  • How do co-productions with the US or among different EU member states work? What are features of runaway productions (America in the EU)? How co-productions affect training of professionals and can contribute to the creation of a domestic production/market? What are the institutions involved in the training of professionals?

Submission details

Please send your abstract (300-500 words in English, French or Italian) and a short bio to submissions.cinemaetcie@gmail.com by May 31, 2012.

All notifications of acceptance will be emailed no later than June 15, 2012.

http://cinemaetcie.net/cfe

Appel à contribution pour Télévision n°4: L’appel du divertissement (15 juin)

Appel à contribution

Télévision n°4: L’appel du divertissement

(CNRS éditions)

Dans la Crise de la culture, Hannah Arendt montre que les objets culturels sont inexorablement entraînés sur la pente du divertissement et que consommer s’identifie assez rapidement, dans notre société, à se divertir.

Cet « appel » du divertissement est particulièrement observable dans un média comme la télévision et il n’est pas loin de dominer la fameuse trilogie « informer, cultiver, divertir », soumettant les deux premières missions à sa loi. Ce numéro se propose donc d’explorer les glissements qui en résultent dans tous les genres télévisuels en suivant plusieurs pistes :

• l’utilisation du terme : quels genres regroupe-t-on aujourd’hui sous l’étiquette « divertissement » ? L’examen des journaux de programmes révèle que cet étiquetage est mouvant. Ainsi, certains programmes naguère classés dans la catégorie « télé-réalité » sont aujourd’hui considérés comme divertissement. À l’intérieur d’un même genre, les thèmes ou le répertoire retenus peuvent aussi révéler cet « appel » (par exemple, le choix des pièces faisant l’objet d’une retransmission théâtrale).

• la relation de l’information au divertissement, notamment au travers de « l’infotainment » : les talk shows, les journaux télévisés. Quelles sont les nouvelles formes des mélanges des genres qui font se côtoyer les stars du petit écran, les « people » et les politiques ? Quelles transformations ludiques ont subi, au cours de la dernière campagne présidentielle, les débats politiques ? etc.

• l’évolution des formules et des dispositifs : loin d’être fixés une fois pour toutes, les dispositifs et les formules des programmes subissent des évolutions importantes au cours de leur histoire. Dans cette perspective, il semble fructueux de confronter la promesse de certains programmes à leurs transformations progressives. Par exemple, les premiers numéros d’ On a tout essayé (de Laurent Ruquier) affichait une ambition culturelle (invitation d’intellectuels, critiques de livres, etc.), qui s’est diluée au fil des mois. L’étude chronologique de certains programmes peut faire ressortir les mécanismes par lesquels le divertissement s’insinue dans des émissions dites « culturelles ».

• Arendt note que le stade ultime de cet appel du divertissement est le moment où, pour faire « passer » un objet culturel, on le déforme « en vue de persuader les masses qu’Hamlet peut être aussi divertissant que My Fair Lady » et, pourquoi pas, tout aussi éducatif ». Cette remarque trouve de nombreuses confirmations aussi bien dans « l’actualisation » de fictions du patrimoine littéraire que dans la façon de présenter la science. On pourra s’intéresser aux adaptations « modernes » de classiques.

Ces pistes ne sont pas limitatives, pas plus que les angles adoptés. On évitera seulement les critiques générales de la télévision, ainsi que les discours de déploration. Seront bienvenues en revanche les contributions qui se pencheront sur un genre ou un programme en s’interrogeant sur le sens qu’ils donnent au terme « divertissement ».

Les projets sont à envoyer avant le 15 juin au responsable du numéro :

françoisjost@ceisme.fr

Les auteurs des articles retenus seront prévenus début juillet et les articles seront à rendre pour le 15 novembre 2012.

Parution de "Médiatiser la police, policer les médias", Michaël Meyer (dir.)

Médiatiser la police, policer les médias

Michaël Meyer (dir.)

2012, 222 pages, 33 chf, 23 €, ISBN 978-2-88901-048-6

Le travail policier est depuis longtemps l’objet de récits et d’images qui ont durablement influencé notre imaginaire. Cette puissance narrative acquise fait aujourd’hui de l’univers policier l’un des arrière-plans préférés des médias.

À partir de ce constat, cet ouvrage se propose d’explorer comment des représentations de la police sont produites et circulent dans, et entre, les champs du divertissement et de l’information, mais également comment l’institution policière s’est elle-même constituée en pourvoyeuse et en gardienne de son « image publique ». Plus que jamais, le monde réel et le monde médiatique de la police coexistent et se confrontent, car les corps de police sont devenus des producteurs actifs d’images et de discours sur leurs propres actions.

Par un double mouvement, « médiatiser la police » et « policer les médias », ce livre étudie l’imaginaire social sur la police, sa diffusion dans les médias de masse (télévision, presse, affiches, espaces muséaux…) ainsi que le travail communicationnel des polices modernes.

Table des matières

  • Introduction. Le policier face à son double médiatique (Michaël Meyer)
  • Taire, transmettre ou prostituer sa science, les experts divergent. Utilité et dangers de la vulgarisation du savoir criminalistique en Suisse romande et en France (1900-1960) (Nicolas Quinche)
  • Dans les coulisses du Théâtre du crime: réappropriation muséale de la photographie forensique (Elisa Rusca)
  • Quand la police fait sa pub. Analyse discursive de la figure du policier et de la policière dans la stratégie de communication des polices vaudoises (Stéphanie Pahud)
  • Plus belle la police? Ou comment la série Plus belle la vie dépeint l’institution policière (Nicolas Rafin)
  • Compléter l’ »image tronquée »? Les représentations médiatiques de la police (Rob C. Mawby)
  • Community policing et réunions police-population à Los Angeles (Mathieu Zagrodzki)
  • Une police « inquiète » du taux de délinquance en Suisse. Le poids des intérêts et enjeux professionnels dans la construction policière d’un problème public (David Pichonnaz)
  • Des individus sous l’uniforme. La question du droit à l’image des policiers (Sylvain Maresca)
  • La médiatisation de la police du point de vue des policiers: le ressort professionnel de la réception des médias (Guillaume Le Saulnier)

VUES DU TERRAIN

  • Photographier les policiers en France (Laurent Kaczor)
  • Police de proximité et image de la police à Lausanne (Alain Gorka)
  • Le métier de chargé de communication à la police de Lausanne (Jean-Philippe Pittet)
  • Le commandant de gendarmerie et les journalistes: une histoire de confiance (Thierry Davaut)

Parution: Histoire de la télévision française de 1935 à nos jours Monique Sauvage et Isabelle Veyrat-Masson

Histoire de la télévision française de 1935 à nos jours

Monique Sauvage et Isabelle Veyrat-Masson

Nouveau Monde éditions

février 2012

Instrument du pouvoir et objet domestique, entreprise de spectacle et organe d’information, la télévision s’est imposée comme un média central des soixante dernières années. Comment en France, comme dans les autres démocraties occidentales, la télévision a-t-elle émergé de l’ombre de la radiodiffusion ? Comment se sont forgés, sous monopole public, les liens avec le pouvoir politique, mais aussi la légitimité naissante d’un art du spectacle à part entière ? Dans quelles conditions l’organisation de la concurrence, et l’installation – dans des conditions tumultueuses – d’un secteur privé, a transformé le paysage audiovisuel ? Comment ont évolué dans le marché les entreprises publiques et privées de télévision et l’offre de programmes ? Quelle est la nouvelle place de la télévision depuis l’apparition de la révolution numérique ?
Cette Histoire de la Télévision propose des repères clairs pour comprendre les étapes majeures des relations entre télévision et pouvoir politique, la généalogie des techniques et l’évolution des programmes et des rapports avec le public, la transformation des modèles économiques.
___
ISBN-10 2-84736-632-6
ISBN-13 978-2-84736-632-7
GTIN13 (EAN13) 9782847366327