Archives par mot-clé : télévision

Appel à communications – “Littérature et télévision en Belgique francophone”

Journée d’études Textyles, organisée en partenariat avec les AML (Archives et Musée de la littérature) – Bruxelles, 4 décembre 2020

La question des relations entre littérature et télévision, qui, en France, a fait l’objet de travaux significatifs, reste à être explorée dans le contexte de la Belgique francophone. C’est dans cette perspective que cette journée d’études se donne pour objectif de mettre en lumière les formes de médiatisation du littéraire à la télévision belge ainsi que de cerner les modalités de la représentation audiovisuelle des écrivains et de leurs œuvres. Continuer la lecture de Appel à communications – “Littérature et télévision en Belgique francophone”

PARUTION : JEAN-CHRISTOPHE AVERTY : PENSER LA TÉLÉVISION AU XXE SIÈCLE, Sylvie Pierre (dir.)

Jean-Christophe Averty : penser la télévision au XXe siècle, sous la direction de Sylvie Pierre. L’Harmattan. 188 pages, 19,50 €

Dès qu’il s’agit d’histoire de la création à la télévision, on évoque l’oeuvre de Jean-Christophe Averty (1928-2017), considéré comme le meilleur « metteur en scène » ou « metteur en page » de toute l’histoire de la télévision. Mais comment Averty pense-t-il – dès la fin des années 1950 – la question de l’image électronique et des codes visuels, en rupture avec le principe du direct ? Comment envisage-t-il la question esthétique ? Quelle est son originalité ? Quelle idée se fait-il de ses obligations envers le public ? Ce livre propose aux téléspectateurs aussi bien qu’aux professionnels et étudiants une réflexion sur les multiples dimensions de cette oeuvre télévisuelle originale, et sur la manière dont Averty a exploré « l’effet télé ».

 

Colloque “NINA COMPANEEZ, UNE FEMME ET DES HEROÏNES”

28-30 mai 2020, Paris

Colloque co-organisé par l’ENS Louis Lumière, l’INA et la composante ISOR du Centre d’histoire du XIXe siècle de l’Université Paris 1

Les propositions de contributions (maximum 5 000 signes), devront être adressées avant le 30 octobre 2019 à : isor@univ-paris1.fr

Les auteurs des propositions seront informés de la réponse du comité scientifique le 30 novembre 2019.

Site de l’appel

Présentation

Si Nina Companeez est bien connue pour ses téléfilms et feuilletons historiques, son travail n’a été, jusqu’ici, que peu étudié. Figure singulière et emblématique d’une télévision à la fois populaire et exigeante, la cinéaste a toujours écrit et réalisé seule, qu’il s’agisse de scénarios originaux (Les Dames de la côteUn pique-nique chez Osiris, Voici venir l’orage) ou d’adaptations (L’Allée du roiÀ la recherche du temps perdu). Peu de femmes auront eu autant de liberté qu’elle dans le paysage audiovisuel français des années 1970-2010, et bien peu auront proposé des personnages de femmes aussi nuancés, émancipés ou en voie d’émancipation, inspirés d’héroïnes de la littérature russe, américaine ou française mais également des femmes de sa famille. Continuer la lecture de Colloque “NINA COMPANEEZ, UNE FEMME ET DES HEROÏNES”

Parution : Patrimoine et TV

Chefs-d’oeuvre et racines – Le patrimoine à la télévision des origines à aujourd’hui, Thibault Le Hégarat, Presses de l’INA, “Médias et Humanités”, 2019.

Depuis la fin du XXe siècle, les Français se sont pris de passion pour le patrimoine : villages typiques, paysages pittoresques, forteresses et églises en restauration, ces sujets réunissent des millions de téléspectateurs devant leur écran.

Dans cet ouvrage, l’auteur entreprend, pour la première fois, une étude historique des programmes de télévision qui donnent à voir – et inventent- le patrimoine depuis les années 1950. Le traitement télévisuel du patrimoine s’est diversifié avec le temps – des programmes touristiques et culturels aux magazines de société et pour enfants. Objet de prestige, il est devenu de plus en plus banalisé, loin des mobilisations et indignations que sa sauvegarde pouvait susciter autrefois, et dont la télévision a été un acteur central.
Cette plongée à travers l’histoire du patrimoine au petit écran, de l’émission Chefs-d’oeuvre en péril au programme Des Racines et des ailes est aussi une promenade à travers la France, représentée à travers le mode de la carte postale et d’une histoire glorifiée. Le patrimoine devient ainsi un objet de réconfort et de fierté.

À propos de l’auteur
Thibault Le Hégarat est docteur en histoire, chercheur associé au Centre d’Histoire Culturelle des Société Contemporaines de l’Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines. Il mène des recherches sur l’histoire de la télévision française et sur les représentations du passé dans les contenus médiatiques.

Appel : TV en ligne

Au-delà de Netflix – Penser la diversité des pratiques et plateformes de télévision en ligne

Appel à propositions de textes pour la revue en ligne Kinephanosh

Dossier sous la direction de Audrey Bélanger & Stéfany Boisvert

La date limite de réception des propositions pour ce numéro est le 28 février 2019

Tout comme d’autres médias, la télévision vit actuellement d’importantes mutations. L’arrivée d’Internet, de même que les possibilités de numérisation et de stockage ont favorisé la circulation transnationale des contenus et, plus important encore, le développement de services de télévision par contournement (TPC) (over-the-top television). Ces nouveaux portails numériques (Lotz 2017) offrent un catalogue de productions audiovisuelles en ligne sans l’intermédiaire d’une entreprise de distribution et de radiodiffusion (EDR). Les services de TPC agissent ainsi à titre de portes d’entrée donnant accès à une large offre de contenu audiovisuel, sans aucune forme de dépendance à l’égard d’un horaire (Lotz 2017; Wayne 2017; Johnson, 2018), ce qui contribue à modifier notre conception du média télévisuel, mais aussi plus largement notre conception des modes de production, de distribution et de réception qui lui sont associés.

Au sein de cette nouvelle industrie de la télévision distribuée par Internet (Lotz 2017), force est d’admettre que la multinationale Netflix s’est taillé une place plus qu’enviable. Bien que les contenus de cette entreprise ne soient pas uniquement de nature télévisuelle, l’influence de Netflix sur la production télévisuelle contemporaine est indéniable et est d’ailleurs documentée par un nombre important de chercheurs. En effet, plusieurs angles d’analyse ont été abordés dont la question des algorithmes et du système de recommandation de Netflix (Gomez-Uribe et Hunt 2015); la position de Netflix dans l’histoire de la télévision (Jenner 2014, 2018); les habitudes de visionnement modifiées par les stratégies de la multinationale états-unienne  (Matrix 2014); ou l’image de marque et le « branding » des nouvelles plateformes de visionnement (Wayne 2018). Certains ouvrages entiers sont dédiés à l’étude de Netflix et relatent son histoire (Keating 2012), s’intéressent aux particularités de production et de diffusion de contenus, aux habitudes de visionnement des utilisateurs (Barker et Wiatrowski 2017), ou encore aux impacts de la compagnie sur la télévision actuelle (McDonald et Smith-Rowsey 2016, Jenner 2018, Johnson 2018).

Continuer la lecture de Appel : TV en ligne

Parution : Séries françaises

Pierre Ziemniak  

Exception française. De Vidocq au Bureau des légendes  : 60 ans de séries

 Vendémiaire,  coll. « L’univers des séries », 2017.

Texte de présentation de l’ouvrage :

Dix pour centLes RevenantsUn village françaisEngrenagesProfilageLe Bureau des Légendes… Si quelques séries françaises semblent annoncer un renouveau créatif, la production nationale souffre encore de la comparaison avec les séries américaines, britanniques, scandinaves ou encore israéliennes. Y aurait-il en ce domaine une malédiction française ? Aux origines de ce handicap, un ensemble de facteurs : poids symbolique du cinéma, dissociation des fonctions de producteur et de diffuseur, manque de reconnaissance du statut de scénariste. La situation est inquiétante. Mais pas irrémédiable. Les créateurs français ont toutes les capacités pour émerger à leur tour. Encore faut-il qu’ils soient soutenus par une politique publique.

Parution : justice à la télévision

Myriam Tsikounas, La caméra explore le crime. Les causes célèbres du XIXe siècle, Rennes, PUR, 2017.

 

En 1955, la télévision française crée la collection « En Votre âme et conscience ». Elle raconte, dans un nouveau langage spécialement conçu pour le petit écran – la Dramatique –, les causes judiciaires les plus célèbres du XIXe et des débuts du XXe siècle. Après avoir relaté 66 affaires, la série disparaît en 1969. Durant toute cette période, Pierre Desgraupes et Pierre Dumayet ont réussi à faire comprendre aux Français le fonctionnement de la justice et les ont amenés à réfléchir sur la difficulté de juger.

Avec le soutien de l’INA et de l’équipe ISOR du Centre d’histoire du XIXe siècle Paris 1 Panthéon-Sorbonne-Paris Sorbonne.

Une série judiciaire télévisuelle

  • Étudier la série « En votre âme et conscience » dans une perspective historique
  • Les objectifs d’« En votre âme et conscience »
  • Les contraintes télévisuelles d’« En votre âme et conscience » *Le dispositif télévisuel retenu et son évolution

Continuer la lecture de Parution : justice à la télévision

Colloque “Feuilletons”

Feuilletons et séries diffusés sur les écrans de la RTF et de l’ORTF (1949-1974)

Colloque international, Paris, 6-7 juin 2017

 

Concernant la fiction télévisuelle sérielle (ou plurielle, évolutive, …), la recherche universitaire est passée en quelques années du mépris condescendant (qui était, peu ou prou, celui qui s’exprimait pour tout objet télévisuel) à une célébration quasiunanime d’une production devenue parfois, à elle-seule, synonyme de qualité. On réhabilite l’auteur (fût-il lui-même pluriel), on invente le concept de sériephilie, on fait de la production télévisuelle sérielle le lieu de toutes les inventions dans l’art de la conduite du récit et/ou de la mobilisation spectatorielle. Journée d’études, colloques, monographies et ouvrages collectifs se multiplient pour scruter sous toutes les facettes – historique, sociologique, narratologique, philosophique, genré, … – ce nouvel objet désormais éminemment légitime pour les chercheurs. Il y a néanmoins, dans ce nouvel intérêt épistémologique, des territoires encore largement inexplorés. Tout d’abord, force est de constater que, à de rares exceptions près, la réflexion prend essentiellement pour objet les séries anglo-saxonnes, le plus souvent américaines, qui seules incarneraient la « Quality TV ». Ensuite, à scruter le programme de tous ces colloques et les sommaires de tous ces ouvrages consacrés aujourd’hui aux séries, c’est un peu comme si la télévision (et avec elle la fiction sérielle) était née au tournant des années 2000 et n’était un objet digne d’étude que dans son second âge d’or (voire son troisième). C’est un peu comme si la fiction sérielle n’avait pas d’histoire, ni littéraire, ni radiophonique, ni télévisuelle. Et comme si le téléspectateur d’aujourd’hui n’avait pas de mémoire. Or, dès ses origines, la télévision fut (aussi) sérielle et bien des « séries » (qui étaient, pour une grande majorité, plutôt des feuilletons en ce qui concerne la production française) ont laissé des traces encore vivaces dans la mémoire collective. L’idée première de ce colloque, c’est de réorienter le regard des chercheurs vers cette préhistoire des séries, des séries diffusées par une télévision publique – aux temps de la RTF et de l’ORTF – et longtemps en noir et blanc, qui proposa les premières séries américaines mais fit également la part belle aux productions anglaises, canadiennes… et françaises. Il est donc temps maintenant de se lancer dans une investigation plus globalisante et systématique de la période pour mesurer la place que cette fiction plurielle occupait dans la programmation d’une télévision de service public et déterminer quels objectifs lui étaient assignés dans l’ambition qui fut celle de la RTF et de l’ORTF de faire de la télévision un outil de promotion culturelle et d’apprentissage de la citoyenneté. Par ailleurs, les séries contemporaines sont – pas toujours mais souvent – étudiées, dans la globalité fermée de leurs saisons, comme des objets autonomes, comme des unitaires et des collections en quelque sorte, sans que l’on se préoccupe suffisamment de leur généalogie et de leurs modes de Continuer la lecture de Colloque “Feuilletons”

Parution “Fiction télévisée française, 1995-2010”

Ignorée de tous… sauf du public. Quinze ans de fiction télévisée française : 1995 – 2010

Noël BURCH et Geneviève SELLIER

INA Thèque, Collection : médias histoire, 2014

 justice de femme

(Frédéric Deban dans “Justice de Femme”, 2002)

Les téléfilms français de ces quinze dernières années sont certainement parmi les objets culturels les plus méprisés et les plus méconnus des tenants de la culture cultivée, alors que leur public oscille, selon les chaînes, entre 2 et 5 millions de téléspectateurs.

Continuer la lecture de Parution “Fiction télévisée française, 1995-2010”

Parution : “Les Trente Glorieuses du téléspectateur”

Les Trente Glorieuses du téléspectateur : Une histoire de la réception télévisuelle des années 1950 aux années 1980

Géraldine Poels, Ina Editions, Collection « Médias essais », ISBN 978-2-86938-227-5, Avril 2015, 420 p.

trenteglorieuses

Raconter la télévision non plus du point de vue de ceux qui la font, mais du point de vue de ceux qui la regardent : ce changement de perspective représente à la fois un défi méthodologique et une approche iconoclaste qui met à mal certains mythes, à commencer par celui du téléspectateur fasciné, un peu naïf et souvent passif.

Cet ouvrage propose donc une autre histoire de la télévision, celle de la réception et des publics, à partir d’une hypothèse : les manières de regarder la télévision, le sens qu’on donne à ces pratiques, sont historiquement déterminées. Continuer la lecture de Parution : “Les Trente Glorieuses du téléspectateur”