Archives par mot-clé : télévision

Parution : Saison. La revue des séries 2022 – 1, n° 3, varia

Saison. La revue des séries, 2022 – 1, n° 3 : Varia, Paris, Classiques Garnier, coll. “Saison. La revue des séries”, 2022

sous la direction d’Emmanuel Taïeb 

Saison est la première revue papier entièrement consacrée aux séries. Son comité de rédaction composé de journalistes, d’essayistes, d’universitaires et de professionnels du secteur audiovisuel (scénaristes, monteurs, réalisateurs), ainsi que de plumes spécialisées, tous grands amateurs de séries, s’en emparent comme matériau filmique et narratif, mais aussi comme phénomène de société inédit. Chaque numéro propose des articles dédiés à des séries très différentes, et des articles plus transversaux, utiles aux sériephiles consacrés ou dilettantes, aux lecteurs avides d’informations et d’analyses, comme aux fans incollables.

Continuer la lecture de Parution : Saison. La revue des séries 2022 – 1, n° 3, varia

Appel à contributions : TÉLÉVISION, N° 14, “Télé-réalité et réseaux socio-numériques : un couple médiatique gagnant ?”

Télévision, n° 14, “Télé-réalité et réseaux socio-numériques : un couple médiatique gagnant ?”, dossier dirigé par Lucie Alexis.

Échéance des propositions : 15 juin 2022

Loana, Steevy, Jean-Édouard… En 2001, les lofteurs apparaissaient sur nos écrans de télévision et s’invitaient par là même dans notre quotidien. Pour la première fois en France, des inconnus étaient filmés en continu et M6 retransmettait, dans nos salons, la vie de ces jeunes d’une vingtaine d’années. Pour les 20 ans de la télé-réalité, un certain nombre d’émissions « best of » ont été programmées.

Aujourd’hui, ce sont Nabilla, Illan, Jazz, Moundir et tant d’autres « stars » de télé-réalité qui investissent les réseaux socio-numériques dans une forme de complémentarité avec les émissions linéaires au sein desquelles ils cherchent l’amour (La Villa des coeurs brisés, Mariés au premier regard…), se confrontent en équipe (Les Marseillais, La bataille des couples…) ou encore montrent leur vie de parents (Mamans et célèbres, JLC Family…), sans oublier les émissions d’aventure (Koh-Lanta, Pékin Express…).

Ancrée dans l’actualité médiatique, la proposition de ce numéro de Télévision vise à apprécier le virage que connaît ce genre télévisuel à l’heure où la grande majorité des candidats sont très présents sur les réseaux socio-numériques. Les vedettes de ces émissions ne sont aujourd’hui plus uniquement mises en lumière par le biais de la programmation linéaire mais sont au quotidien « en story », sur le « feed » ou dans les « reels » d’Instagram, Snapchat ou encore TikTok. Bien plus qu’un « service après-vente » des émissions, les candidats utilisent les médias sociaux, d’une part, comme un espace d’expression et de mise en scène de soi où ils donnent à voir leur vie, leur relation, leur famille au quotidien et, d’autre part, comme un espace professionnel lucratif où sont livrés des « codes promo » issus de leurs partenariats. Les réseaux socio-numériques offrent ainsi une latitude que ne permet pas la grille de programmation, ne serait-ce qu’en termes de temporalité des prises de parole. Finalement, la télé-réalité a-t-elle encore besoin de la télé ?

Quatre axes – non-exhaustifs – sont proposés pour investiguer ce phénomène, au coeur des préoccupations médiatiques et communicationnelles actuelles, autour des mutations récentes de la télé-réalité et la prégnance des réseaux socio-numériques dans son développement.

Continuer la lecture de Appel à contributions : TÉLÉVISION, N° 14, “Télé-réalité et réseaux socio-numériques : un couple médiatique gagnant ?”

Parution : Le dispositif télévision. Aux sources de la création télévisuelle (Gilles Delavaud)

Gilles Delavaud, Le dispositif télévision. Aux sources de la création télévisuelle, Paris, L’Harmattan, coll. “Champs visuels”, 2021.

Les décennies 1935-1955 correspondent à ce que l’on a appelé le moment expérimental de la télévision. Au cours de ces années, le média émergent s’affirme progressivement face à la radio et au cinéma, et acquiert une légitimité institutionnelle. Dans le même temps, les premiers professionnels cherchent à étayer l’hypothèse d’une spécificité de son langage. C’est en grande partie à cette période que sont consacrés les textes réunis dans ce volume. Dans quel contexte le discours sur la spécificité télévisuelle s’est-il élaboré ? Quelle a été la contribution respective des professionnels concernés ? En un mot, qu’est-ce que la télévision représentait pour ceux qui l’inventaient ?

Gilles Delavaud est professeur émérite en sciences de l’information et de la communication (Université Paris 8). Il a notamment publié : L’Art de la télévision (INA-De Boeck, 2005), Télévision : le moment expérimental (avec Denis Maréchal, INA-Apogée, 2011), La Télévision selon Alfred Hitchcock (Presses Universitaires de Rennes, 2021).

Appel à contributions : Tac-au-tac : bande dessinée et télévision, ce qui est en jeu

Journée d’études : Tac au Tac -Bande dessinée et télévision : ce qui est en jeu

organisée par Guillaume Soulez (IRCAV, Sorbonne Nouvelle-Paris 3)
& Bertrand Tillier (ISOR-Centre d’Histoire du XIXe s., Panthéon-Sorbonne-Paris 1)

Maison de la Recherche de la Sorbonne Nouvelle
4, rue des Irlandais, Paris 5e (Luxembourg, Monge)
mercredi 30 novembre 2022
salle Claude Simon – 9h-19h

Proposition d’intervention à envoyer pour le 15 juin 2022 à

Guillaume.Soulez@sorbonne-nouvelle.fr
Bertrand.Tillier@univ-paris1.fr

Réponse du comité scientifique le 30 juin 2022. 

Cette journée d’études pluri-disciplinaire est consacrée à Tac au Tac, émission « culte » qui voyait de grands dessinateurs s’affronter au cours d’épreuves graphiques amusantes inventée par Jean Frapat en 1969 (Service de la Recherche de l’ORTF, repris en 1975 par TF1).

Elle s’inscrit dans le partenariat entre les laboratoires ISOR (Panthéon-Sorbonne) et IRCAV (Sorbonne Nouvelle) au sein de Sorbonne Alliance, et dans un cycle – une « Semaine Tac au Tac – bande dessinée et télévision » – co-organisé par G. Soulez, B. Tillier, le Festival SoBD (R. Chavanne), l’INA/Inathèque (G. Poels) et la BPI-Beaubourg/Nouvelle génération (E. Fissier).

Sous forme d’une série d’événements autour de Tac au Tac, le cycle sera ouvert par une table-ronde et des projections de l’émission à la BPI, le lundi 28 novembre 2022 qui vise à redécouvrir Tac au Tac et à réfléchir à son actualité avec des chercheurs et des professionnels. Seront également projetés des extraits du remake de 2018 (réalisé par Laurent Frapat, chaîne Museum, 2018) et lors du festival SoBD sera proposée une performance Tac au Tac avec des dessinateurs contemporains (Halle des Blancs-Manteaux, du vendredi 2 au dimanche 4 décembre 2022).

 Diffusé d’août 1969 à octobre 1975, de façon irrégulière en termes de programmation, d’horaires et de chaîne (pas d’émissions en 1970 ou en 1974), à la fin de l’ORTF et au début de TF1 (1975), et ayant connu un succès grandissant, Tac au Tac, inventé par Jean Frapat au sein du Service de la Recherche de l’ORTF, a marqué toute une génération de spectateurs. Le programme (une centaine d’émissions) a permis de développer un lien fort – et peu fréquent – entre télévision et dessin (dessin de presse, dessin d’humour et bande dessinée). Par son originalité et son succès, Tac au Tac a produit, semble-t-il, des effets sur les mondes de la bande dessinée et du dessin de presse, en contribuant à les légitimer symboliquement. A partir de jeux imposés (l’escalade, le piège, l’énigme…), dérivés du « cadavre exquis » des Surréalistes, son principe reposait sur des joutes filmées en studio, entre dessinateurs généralement rassemblés autour d’une planche à dessin et d’une grande feuille blanche. La plupart des grands noms du dessin et de la BD des années 1970 a participé à cette émission (de Faizant à Piem et Siné, en passant par Uderzo, Franquin, Peyo, Gotlib, Topor…), qui a également fait connaître des auteurs émergents ou moins célèbres à l’époque (Bretécher, Pratt, Crepax…), ainsi que de multiples dessinateurs européens et américains. L’objectif de cette journée d’études est de partir du cas Tac au Tac pour l’analyser en lui-même, tout en le mettant en perspective autour de quatre pistes qu’on pourra croiser dans les interventions.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Tac-au-tac : bande dessinée et télévision, ce qui est en jeu

Parution : Television before TV. New Media and Exhibition Culture in Europe and the USA, 1928-1939 (Anne-Katrin Weber)

Anne-Katrin Weber, Television before TV. New Media and Exhibition Culture in Europe and the USA, 1928-1939, Amsterdam University Press, 2022.

Television before TV rethinks the history of interwar television by exploring the medium’s numerous demonstrations organized at national fairs and international exhibitions in the late 1920s and 1930s. Building upon extensive archival research in Britain, Germany, and the United States, Anne-Katrin Weber analyses the sites where the new medium met its first audiences. She argues that public displays offered spaces where television’s symbolic, cultural, political, and social definitions were negotiated and eventually stabilized; for the historian, the exhibitions therefore constitute crucial events to understand not only the medium’s pre-war emergence, but also its subsequent domestication in the post-war years. Designed as a transnational study, her book highlights the multiple circulations of artefacts and ideas across borders of democratic and totalitarian regimes alike. Richly illustrated with 100 photographs, Television before TV finally emphasizes that even without regular programmes, interwar television was widely seen.

Anne-Katrin Weber is a television historian with a special interest in non-institutional televisual uses and technologies. Her work is at the intersection of media history and archaeology, science and technology studies, and exhibition studies. She holds a PhD from the University of Lausanne, Switzerland, and is currently a NOMIS Fellow at eikones. Centre for the Theory and History of the Image (University of Basel). Her research has been published in English and French; she has edited several journal issues and volumes.

Parution : Inclusive Screenwriting for Film and Television (Jesse King)

Jesse King, Inclusive Screenwriting for Film and Television, Routledge, 2022. 

Breaking down the traditional structures of screenplays in an innovative and progressive way, while also investigating the ways in which screenplays have been traditionally told, this book interrogates how screenplays can be written to reflect the diverse life experiences of real people.

Author Jess King explores how existing paradigms of screenplays often exclude the very people watching films and TV today. Taking aspects such as characterization, screenplay structure, and world-building, King offers ways to ensure your screenplays are inclusive and allow for every person’s story to be heard. In addition to examples ranging from Sorry to Bother You to Portrait of a Lady on Fire, four case studies on Killing Eve, Sense8, I May Destroy You, and Vida ground the theoretical work in practical application. The book highlights the ways in which screenplays can authentically represent and uplift the lived experiences of those so often left out of the narrative, such as the LGBTQIA+ community, women, and people of color. The book addresses a current demand for more inclusive and progressive representation in film and TV and equips screenwriters with the tools to ensure their screenplays tell authentic stories, offering innovative ways to reimagine current screenwriting practice towards radical equity and inclusion.

This is a timely and necessary book that brings the critical lenses of gender studies, queer theory, and critical race studies to bear on the practice of screenwriting, ideal for students of screenwriting, aspiring screenwriters, and industry professionals alike.

Jess King is an Instructor of Screenwriting and Cinema Production at DePaul University, USA. Jess is an educator, scholar, and interdisciplinary filmmaker, teaching courses in screenwriting, independent television, and film analysis. King’s creative scholarship revolves around frameworks for reimagining screenwriting for inclusion and social justice.

Continuer la lecture de Parution : Inclusive Screenwriting for Film and Television (Jesse King)

Parution : La culture de la récompense. Compétitions, festivals et prix cinématographiques (Chloé Delaporte)

Chloé Delaporte, La culture de la récompense. Compétitions, festivals et prix cinématographiques, Presses Universitaires de Vincennes, 2022. 

Palme d’or, César, Lumière, Globe, Trophée, Prix Louis-Delluc, Jean-Vigo, Serge-Daney, Henri-Langlois, Jean-Renoir ou Alice-Guy : il n’a jamais existé autant de prix cinématographiques. Ce livre est le premier à leur être consacré. 

Des prix du cinéma, on ne connaît souvent que le nom des lauréats. Faisant l’hypothèse que les distinctions valorisent au moins autant les récompenseurs que les récompensés, Chloé Delaporte explore les coulisses des cérémonies de remise des prix cinématographiques français et étudie leur fonctionnement à partir d’entretiens avec leurs organisateurs. Au croisement de la sociologie et de l’économie du cinéma, des Film Festival Studies et des sciences de l’information et de la communication, l’ouvrage constitue une source de documentation inédite et offre à la fois une méthode d’analyse et un modèle théorique pour penser la tendance à la récompensiarisation des champs culturels.
Ce livre repose sur une enquête de terrain, réalisée en France entre 2018 et 2020 dans le cadre d’une recherche sur les enjeux socioéconomiques des prix du cinéma, de la télévision et de l’audiovisuel.

Ouvrage publié grâce au soutien de l’équipe RIRRA21 (EA 4209, Université Paul-Valéry Montpellier 3)

Appel à contributions : Espaces et enjeux contemporains de la (re)diffusion des comédies populaires françaises (Université Paul-Valéry Montpellier 3)

Journée d’études : Espaces et enjeux contemporains de la (re)diffusion des comédies populaires françaises

Université Paul-Valéry Montpellier 3, RIRRA 21 – 20 septembre 2022

Organisée par Clémence Allamand, Guillaume Boulangé et Adrien Valgalier

Cette journée d’études se propose d’étudier un genre – la comédie – dans une perspective culturelle et socio-économique en insistant sur les spécificités de sa diffusion, de sa médiatisation et de sa marchandisation dans ses espaces d’exploitation contemporains. Dans un souci d’efficacité, nos investigations se limiteront à la production de comédies en France et s’attacheront aux films les plus populaires, avec une acception volontairement large et diachronique de cet adjectif et de ses différentes expressions (nombre d’entrées important en salles et/ou ventes conséquentes du film sur supports physiques ou dématérialisés, rediffusions régulières à la télévision avec audience significative, présence soutenue du personnel artistique dans les médias, publication abondante d’ouvrages grand public attachés à ces œuvres, reprises sur internet, exposition et programmation en cinémathèque, valorisation institutionnelle, etc.). En abordant autant des comédies contemporaines que plus anciennes, nous essaierons de saisir la diversité de leurs espaces de diffusion et de rediffusion aujourd’hui. Nous nous efforcerons tout particulièrement de décrire et de comprendre les stratégies économiques et les enjeux socio-culturels sous-jacents à ces médiatisations. En d’autres termes, nous nous demanderons ce que ces espaces « font » aux films, de quelle manière ils leur administrent plus ou moins consciemment une valeur et orientent leur approche. Cette question pourra être déclinée de plusieurs manières :

Continuer la lecture de Appel à contributions : Espaces et enjeux contemporains de la (re)diffusion des comédies populaires françaises (Université Paul-Valéry Montpellier 3)

Parution : Télévision, n° 13, “Youtube, Twitch et les autres”

Télévision, n°13, “Youtube, Twitch et les autres”, dir. François Jost, 2022. 

YouTube s’est imposé en quinze ans comme une plateforme incontournable parmi les médias classiques et les réseaux sociaux, mobilisant chaque mois plus de 2 milliards d’utilisateurs. Très vite, les amateurs comme les professionnels s’en sont emparé proposant une multitude de « chaînes ». Les frontières entre télévision et YouTube sont devenues poreuses, combinant présent et passé, actualité et archives. À côté de cette extension de la télévision, Twitch s’est affirmée comme le règne du direct et a instauré une proximité renforcée entre ses utilisateurs, créant une nouvelle figure, le streamer.
Ces dispositifs de médiation sont l’occasion d’interroger des formes énonciatives inédites tant du point de vue de la stratégie des acteurs et de leur discours que de celui des publics et de la réception.
L’accès aux contenus audiovisuels proposés par ces plateformes redessine les contours d’une télévision stabilisée dans ses usages, mais en transformation continuelle.

Journée d’études : La série télé à l’heure du XIXe siècle (musée d’Orsay)

Journée d’études : La série télé à l’heure du XIXe siècle

29 mars 2022, 9h30 – 17h, Musée d’Orsay, Auditorium

Événement à réservation obligatoire

Puissant réservoir d’intrigues, de motifs et de décors, le grand roman littéraire du XIXe siècle est devenu synonyme de succès populaire. La série télé, longtemps critiquée, répond aujourd’hui de manière réitérée à notre désir d’images et de mythe.

Amplifiée par sa diffusion numérique, la série télévisée est un mode de narration qui fait florès depuis un demi-siècle. Ses détracteurs relèguent au rang de produits d’une « sous-culture » certaines sagas à grand succès commercial. La « littérature industrielle » des romans feuilletons avait été critiquée bien avant elle. Pourtant, ces deux mediums se sont imposés tour à tour comme de puissants vecteurs d’imaginaire et de représentations.

Programme 

  • 9h30 : accueil des participants.
  • 9h45 : ouverture par Marine Le Bail, université Toulouse II-Jean Jaurès, PLH-ELH

Première séance : sérialité et circulation transmédiatique

Session modérée par Marine Le Bail, université Toulouse II-Jean Jaurès, PLH-ELH