Archives par mot-clé : télévision

Appel à contributions : Enjeux moraux et sociaux des séries télévisées (École Thématique du CNRS 2022, Fréjus)

Enjeux moraux et sociaux des séries télévisées (École Thématique du CNRS 2022)

3-9 juillet 2022, Fréjus

Échéance des propositions : 14 mars 2022

L’École Thématique « Enjeux moraux et sociaux des séries télévisées » est organisée par l’ISJPS (UMR 8103 CNRS/Paris 1 Panthéon-Sorbonne), avec le soutien du programme ERC DEMOSERIES et en partenariat avec l’Institut ACTE (EA 7539/Paris 1 Panthéon-Sorbonne), la FEMIS et l’Université Gustave Eiffel, du 3 juillet après-midi au 9 juillet midi, à Fréjus dans le Var (France).

Projet scientifique :

« Winter is coming… ». Une phrase connue presque partout dans le monde. Une phrase qui a réuni les familles et les groupes d’amis autour de la télévision, de l’ordinateur, de la tablette ou du smartphone. Une phrase qui a reposé la question du téléchargement et de la propriété intellectuelle des séries. Une phrase qui a banalisé le terme « spoiler » et a tenu en haleine des millions de personnes, pendant des années, avant de se terminer en véritable guerre des réceptions. Cette devise, celle de la Maison Stark de Game of Thrones, est la marque de l’explosion des séries télévisées amorcée depuis les années 2000. Là où les références de culture populaire étaient autrefois surtout littéraires, musicales ou filmiques, l’espace occupé par les séries n’a cessé de grandir auprès du public.

En écho à ce développement, les chercheurs de diverses disciplines comme l’histoire, la philosophie, les sciences de l’information et de la communication, la science politique, la sociologie, les études culturelles… ont produit un nombre croissant de travaux sur les séries télévisées. Celles-ci restent cependant encore trop souvent considérées comme une forme culturelle secondaire, que l’on aborde en passant, alors que les enjeux qu’elles soulèvent, tant en termes de contenu que de forme et d’impact sur les plans moraux, sociaux et politiques, sont majeurs. Il est donc temps d’en faire un objet d’analyse scientifique qui prenne en compte l’ensemble de ses dimensions. Il est temps aussi de consolider la communauté de recherche qui travaille déjà sur les séries et qui apparaît pour l’instant encore largement morcelée. Ce sont les objectifs que se donne l’École Thématique « Enjeux moraux et sociaux des séries télévisées ».

Continuer la lecture de Appel à contributions : Enjeux moraux et sociaux des séries télévisées (École Thématique du CNRS 2022, Fréjus)

APPel à contributions : “Science-fiction audiovisuelle, technologies et innovations” (revue Technologie et Innovation)

Appel à contributions : “Science-fiction audiovisuelle, technologies et innovations”Technologies et innovation.

Échéance des propositions : 15 mars 2022

Les fictions cinématographiques et télévisuelles de science-fiction mettent souvent en scène des technologies imaginaires, utopiques ou dystopiques. Ces dernières plongent le spectateur dans une atmosphère futuriste, propice à l’innovation. Ce numéro de la revue Technologie et Innovation propose aux auteurs de rédiger des articles analysant la fonction de ces technologies dans les récits, et leur éventuel impact sur les pratiques innovantes des acteurs économiques. Robert Shiller (2019) a en effet montré à travers son concept d’économie narrative que les discours ont une influence sur le comportement des consommateurs, des investisseurs et des entrepreneurs. Les films et les séries ont ainsi un impact dans la création des discours des prospectivistes et innovateurs chargés d’imaginer le monde de demain. La science-fiction participe ainsi à la création du futur en présentant des technologies utopiques aux spectateurs. Certains films provoquent le rejet de la technologie présentée. D’autres, au contraire, suscitent l’intérêt pour un nouvel objet.

L’économie a besoin de fictions pour créer des modèles de technologies et de sociétés à réaliser. Le cinéma joue un rôle important dans la création de ces récits. Hollywood, objet de soft power américain, développe ainsi des fictions à l’influence centrale dans la diffusion de l’utopisme technologique de la première puissance mondiale. La science-fiction participe de plus en plus à l’innovation, au point que des prospectivistes, auteurs, et spécialistes de design fiction contribuent à des projets de recherche en amont de la R&D (Michaud, 2017). Kirby (2009) a parlé à propos des technologies utopiques de prototypes diégétiques et en a étudié la performativité et le rôle dans la création d’innovations technologiques.

Pensons par exemple à l’OASIS du film Ready Player One, réalisé par Steven Spielberg, un monde virtuel immersif faisant penser au métavers que souhaitent réaliser les entrepreneurs du numérique dont le chef de file est Mark Zuckerberg. Quelles sont les influences littéraires, technoscientifiques et artistiques qui ont inspiré cette technologie imaginaire ? Dans quelle mesure a-t-elle contribué à l’élaboration de la vision stratégique des acteurs du secteur de la réalité virtuelle et des télécommunications ? (Michaud, 2018)

Continuer la lecture de APPel à contributions : “Science-fiction audiovisuelle, technologies et innovations” (revue Technologie et Innovation)

Journée d’étude: “New Space. Séries TV et sécurité spatiale” (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

Journée d’étude: “New Space. Séries TV et sécurité spatiale”

Mercredi 15 décembre 2021 10h-12h et 14h-17h30

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, site Panthéon, 12 place du Panthéon, Salle 216, 2e étage

Présentation


Si la course à la lune est finie, celle de l’espace dans un sens plus large ne fait que commencer. Des voyages spatiaux aux accès ouvert à la colonisation de Mars, ce renouveau d’intérêt pour l’espace cristallise les nouvelles tensions sino-américaines sur la scène internationale. A l’heure où la compétition spatiale s’accélère entre les grandes puissances, le New Space est devenu un élément dimensionnant des politiques spatiales des Etats. Les compagnies privées telles que Space X ou Blue Origin abaissent les barrières d’accès technologiques et financières à l’espace et aux services dérivés et cherchent à développer l’exploration spatiale aux côtés des acteurs militaires traditionnels. Entre conflits d’intérêts satellitaires, quête de ressources et prestige national, l’arsenalisation de l’espace devient un enjeu géopolitique global.
La création d’une Space force par Donald Trump en 2019, l’alunissage sur la face cachée de la lune par la sonde chinoise Change 4 la même année, tout comme les annonces récentes sur le tourisme spatial d’Elon Musk participent d’une actualité spatiale chargée. L’accès autonome à l’espace pour sécuriser les communications, la possible exploitation des corps célestes et leur régulation, et le placement d’armes extra-atmosphériques sont des enjeux déterminants pour l’avenir.

Continuer la lecture de Journée d’étude: “New Space. Séries TV et sécurité spatiale” (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

Parution : “Télévision : les publics” (Réseaux 2021/5, N° 229)

Réseaux, 2021/5, n° 229, “Télévision : les publics”, dir. Dominique Pasquier et Frank Rebillard. 

SOMMAIRE

Éditorial

 

Parution : Écrans 2021 – 1, n° 15, “Mémoire & réécritures dans les séries télévisées”

Écrans 2021 – 1, n° 15. “Mémoire et réécritures dans les séries télévisées”, Paris, Classiques Garnier, coll. “Écrans “, 2021.

sous la direction de Fabien Boully et Penny Starfield

Écrans est une revue thématique interdisciplinaire portant sur le domaine audiovisuel et traitant des problématiques contemporaines des cultures et des arts de l’image.

Sommaire

Appel à contributions : La fantasy au prisme des médias (Épinal)

Colloque des Imaginiales : La fantasy au prisme des médias. BD, jeux, cinéma, télévision, musique… : métamorphoses d’un genre et de ses usages

Jeudi 19 et vendredi 20 mai 2022

à Epinal dans le cadre du Festival des Imaginales

Échéance des propositions : 30 janvier 2022

Direction scientifique : Anne Besson (Université d’Artois), Stéphanie Nicot (directrice artistique des Imaginales), Natacha Vas-Deyres (Université de Bordeaux-Montaigne) et Florent Favard (Université de Lorraine)

Comité d’organisation : Stéphane Wieser (directeur du Festival des Imaginales d’Epinal), en association avec le Comité d’Histoire régionale – Région Grand Est 

 La fantasy se présente dès ses origines comme un genre multimédiatique, favorisant des formes de création et de réception qui empruntent aussi bien les voies de l’écrit que de l’image, du son ou de l’objet – William Morris, un des créateurs de la fantasy romanesque à la fin de sa fructueuse carrière, n’était-il pas, aussi et indissociablement, designer, créateur d’arts graphiques et décoratifs, peintre, éditeur, traducteur, poète… ? Tout au long de l’histoire du genre, les romanciers ont été aussi illustrateurs, comme J.R.R. Tolkien, Mervyn Peake ou plus récemment Melchior Ascaride par exemple, musiciens, comme Michael Moorcock ou Morgan of Glencoe, puis scénaristes pour le cinéma ou la télévision, de George Martin à Estelle Faye, ou encore et très souvent rôlistes, de Raymond Feist à Jean-Philippe Jaworski. Quand ce n’était pas l’auteur qui exerçait sur plusieurs médiums, ce sont certaines œuvres dont l’appréhension s’est faite en fonction de leurs avatars visuels, audiovisuels ou vidéo-ludiques – le Conan de Robert E. Howard prend ainsi forme dans les images de Frank Frazetta, avant que sa perception ne soit largement transformée, voire déformée, par le film de John Milius en 1982. Les textes d’Andrzej Sapkowski consacrés au Sorceleur, parus en Pologne au début des années 90, n’ont accédé à une très large reconnaissance qu’à l’occasion de leur adaptation en jeu vidéo à partir de 2007, avant que l’ensemble ne donne lieu à une série télévisée diffusée sur Netflix en 2019.

La dynamique de « world builiding », fondamentale à la fantasy, fournit une piste « interne » pour comprendre un tel déploiement multi ou trans-médiatique – tout un monde à explorer, cela nécessite d’y donner accès par tous les sens, de le faire voir et entendre, d’en développer la culture matérielle et d’en documenter l’existence dans des manuels de règles, afin d’y permettre l’immersion la plus complète. Les « univers partagés », créations collectives comme Thieves’ World de Robert L. Asprin, ou étendues, comme autour du Darkover de Marion Zimmer Bradley, font partie des expériences les plus caractéristiques de ce qui fait la spécificité de la fantasy, dans le mélange des supports médiatiques comme dans les passages entre création et réception qu’elle permet. En cela le genre entretient le plaisir de pratiques courantes de l’imaginaire enfantin, et ce n’est pas un hasard si une part des univers parmi les plus développés sont (au départ !) destinés au jeune public, de Yu-gi-oh à Harry Potter.

Continuer la lecture de Appel à contributions : La fantasy au prisme des médias (Épinal)

Parution : Saison. La revue des séries 2021 – 2, n° 2

Saison. La revue des séries, 2021 – 2, n° 2 : “La fin des séries”, dir. Emmanuel Taïeb, Paris, Classiques Garnier, coll. “Saison. La revue des séries”, 2021.

Saison est la première revue papier entièrement consacrée aux séries. Son comité de rédaction composé de journalistes, d’essayistes, d’universitaires et de professionnels du secteur audiovisuel (scénaristes, monteurs, réalisateurs), ainsi que de plumes spécialisées, tous grands amateurs de séries, s’en emparent comme matériau filmique et narratif, mais aussi comme phénomène de société inédit. Chaque numéro propose des articles dédiés à des séries très différentes, et des articles plus transversaux, utiles aux sériephiles consacrés ou dilettantes, aux lecteurs avides d’informations et d’analyses, comme aux fans incollables.

Sommaire

Appel à communications : The globalization of series: the example of Israeli series in the world (Hebrew University of Jerusalem)

International Conference: The globalization of series: the example of Israeli series in the world. Towards a cross-cultural and comparative approach to series adaptations and franchises 

Hebrew University of Jerusalem

31 October -2 November 2022

Proposals for papers  should be sent by 10 January 2022

Conference organizers : Alexandre Gefen (CNRS-Université Sorbonne Nouvelle-ENS), Yona Hanhart-Marmor (The Hebrew University of Jerusalem), Sandra Laugier (Université Panthéon Sorbonne).

TV Series have conquered the world. From Game of Thrones or Lupin to Homeland or to The Handmaid’s Tale or Squid game, many of them now constitute a common cultural heritage that allows us to reflect together and across continents on ethical and political issues. This cultural globalization takes place through some “global” series but also through countless adaptations or franchises. The example of Israeli series is particularly striking: Homeland (Hatufim), In Analysis(BeTipul), Euphoria (Euphoria), Hostages (Bnei Aruba), Your Honor (Kvodo), The Good Cop (Hashoter Hatov), Allegiance (The Gordin Cell), The Ex List (The Mythological Ex), Traffic Light (Ramzor).

This conference hypothesizes that these adaptations or variations constitute an extraordinary tool for a comparative approach to cultural, if not anthropological, particularities. Behind similar scenarios and parallel general questions, the regional or national incarnations of the series allow us to understand historical contexts, but also different sensibilities whose nuances are ethically or politically fundamental. More generally, the comparison of local offerings from platforms like Netflix or local productions is a remarkable revelation of differences or convergences that go beyond the mere situational tastes of viewers.

During this conference, we will focus specifically on a comparison between Israeli series and their adaptations, mainly French, considering this comparatist approach as a tool to grasp the specificity of the politic, national and individual identity which expresses itself through the series adaptations. 

It is thus to a comparative approach of TV series that this conference, the very first of its kind, invites researchers. 

Proposals for papers (300 words) should be sent to jerusalemseries2022@gmail.com by 10 January 2022. They should be accompanied by a short bio-bibliographical note. A response will be given mid-February.

Papers should not exceed 25 minutes.

Parution : Le Troisième souffle. Enquête sur les adaptations littéraires à la télévision (Sabine Chalvon-Demersay)

Le Troisième souffle. Parentés et sexualités dans les adaptations télévisées, Sabine Chalvon-Demersay, Presses des Mines, 2021.

Au début des années 2000, les adaptations télévisuelles du Comte de Monte Cristo, des Misérables et du Bossu font émerger la question de l’inceste dans une parenté élective. Tout se passe comme si le mariage du tuteur avec sa pupille qui constituait l’issue heureuse du roman populaire était devenue problématique : l’adaptation des Misérables tourne autour de l’amour impossible de Jean Valjean pour Cosette ; celle du Comte de Monte-Cristoréaménage le scénario pour éviter de laisser partir Monte-Cristo avec Haydée ; celle du Bossu, donne à Lagardère une autre épouse que la jeune Aurore de Nevers, l’enfant qu’il a recueillie et élevée. Vingt ans plus tard, le terme ‘inceste’ est introduit dans le code pénal et la question du consentement est au cœur de l’espace public.

Ce livre est une vaste enquête sociologique sur les adaptations littéraires à la télévision. Fondé sur des entretiens auprès des scénaristes, des réalisateurs, des producteurs et sur une analyse des œuvres, il apporte une contribution déterminante à l’histoire des programmes de la télévision française et permet de comprendre comment la télévision a pris en charge, à travers les adaptations télévisuelles des romans populaires du xixe siècle, les transformations de la famille et de la parenté. La succession des adaptations est un excellent indicateur de la transformation des sensibilités collectives. Cet ouvrage cherche à comprendre comment la télévision parvient à anticiper les transformations sociales dans ses fictions. Ces œuvres ont été écrites sous forme de romans ou de feuilletons. Elles ont ensuite été adaptées au cinéma. La télévision leur donne un troisième souffle.

URL vers le site qui accompagne la parution du livre: https://www.pressesdesmines.com/le-troisieme-souffle/

Appel à contributions : Sérieganiennes. Les séries des années Reagan (1981-1989) (En ligne)

Journées d´études : “Sérieganiennes. Les séries des années Reagan (1981-1989)”

8 octobre 2021, 10 décembre 202128 janvier 2022, en ligne

Échéance des propositions : 13 septembre 2021

Cette série de journées d’études sera dévolue aux séries des années Reagan, englobant tour à tour teen dramas et autres school shows, séries familiales, soaps, polars, séries d’animation, séries surnaturelles ou de science-fiction. Ces études génériques s’accompagneront d’interventions généralistes portant sur l’esprit de l’époque reaganienne. Les journées se déroulement sur Zoom le 8 octobre 2021, le 10 décembre 2021 et le 28 janvier 2022.

Dans les faits comme dans l’imaginaire collectif, Reagan aura sans doute été, avec Roosevelt et Kennedy, le président le plus marquant du XXe siècle. Comme Kennedy, il a su utiliser les médias de masse pour se construire un personnage, un album d’images d’Epinal reprenant et resémantisant les stéréotypes du rêve américain ; en l’occurrence celui de l’Ouest américain et du vigilante. Roosevelt avait inauguré une nouvelle ère dans les années 1930 avec le New Deal établissant sur le sol américain un état-providence. Reagan, dont on oublie souvent qu’il avait commencé sa carrière comme Démocrate, s’employa justement à attaquer systématiquement ce welfare state en réduisant drastiquement les dépenses publiques et en remettant le marché aux commandes. Mais, à n’en pas douter, son entreprise fut encore davantage idéologique qu’économique comme en atteste clairement sa campagne de 1984, « It’s morning in America ». Rêvant d’en finir avec la contre-culture des années 1960 et 1970, de « nettoyer Berkeley » (« clean up the mess at Berkeley ») de ses contestataires (« communist sympathizers, protesters, and sex deviants ») et de redorer l’image des Etats-Unis ternie par le Vietnam et les impuissances de l’administration Carter, il est parvenu à discréditer l’idée même que l’État puisse intervenir dans l’économie pour aider les pauvres, réglementer la conduite des entreprises ou soutenir l’intérêt public. Insistant sur le fait que le gouvernement est la cause de tous les maux de la société (« government is not the solution to our problem, government is the problem »), le mot d’ordre est clair : « laissez le marché tranquille, et chacun s’en portera mieux ». De ce point de vue, le reaganisme, loin d’être seulement une parenthèse dans l’histoire du XXe siècle, continue de dominer le débat public, aux États-Unis et ailleurs. Pareillement, les fictions télévisées reaganiennes (qui excèdent de beaucoup la période 1981-1989) ont fixé les règles qui, pour beaucoup, régissent encore quantité de séries d’aujourd’hui, de Chicago Police Department à Blue Bloods (la famille de policiers-justiciers de celle-ci porte justement pour nom Reagan et l’on voit clairement au mur du bureau de Frank Reagan un portrait de Teddy Roosevelt, chef de la police de New York avant d’être président et modèle de Ronald Reagan à bien des égards).

Continuer la lecture de Appel à contributions : Sérieganiennes. Les séries des années Reagan (1981-1989) (En ligne)