Archives par mot-clé : télévision

Parution : Screening Twentieth Century in Europe. Television, History, Memory

Ib Bondebjerg, Screening Twentieth Century Europe. Television, History, Memory, Palgrave Macmillan, 2020. 

This book offers a comparative study of historical television genres in Europe, with a special focus on Germany and Great Britain and their way of narrating twentieth century European history. The book analyses our common European past and memory through central historical television narratives. Each chapter looks at how historical TV genres, fictional and documentary, have dealt with the most salient and defining periods, events and changes in the twentieth century— an age of extremes. Bondebjerg offers unique theoretical and analytical insight into the role of television in mediating and shaping the past. The book explores television’s creation of transnational cultural encounters across Europe in relation to our common and national past. The book addresses how television has influenced our understanding of history, collective memory and public debate over the twentieth century. It is fundamentally a book about the importance of the past in present day Europe and the centrality of media for transnational understanding.

Ib Bondebjerg is Professor Emeritus in the Department of Communication at the University of Copenhagen, Denmark. He co-directed the research projects Changing Media – Changing Europe (2000-2004) and Mediating Cultural Encounters through European Screens (2013-2016). His recent books include Engaging with Reality: Documentary and Globalisation (2014), European Cinema and Television: Cultural Policy and Everyday Life (co-ed. 2015), and Transnational European Television Drama: Production, Genres and Audiences (co-auth. 2017).

Parution : Pages de pub. Anthologie documentaire

Myriam Boucharenc & David Martens (dir.), Pages de pub. Anthologie documentaire, dans Histoires littéraires, n° 82, 2020.

Depuis ce numéro 82, la revue Histoires littéraires prend l’initiative de proposer, à raison d’une livraison par an, des anthologies documentaires fondées sur le principe suivant : un sujet, un ou deux coordinateurs ou curateurs d’anthologie, et vingt-cinq auteurs présentant vingt-cinq documents, chacun en une seule page, en vis-à-vis du document présenté. 

L’objectif de ce format, inusité dans la recherche en littérature (et dans de nombreuses revues d’études littéraires), consiste à offrir une vision d’ensemble, non arrêtée, d’un sujet déterminé, dans sa diversité et en faisant une belle place aux découvertes intempestives qu’elles peuvent engendrer. Ces anthologies se donneront en somme pour finalité de proposer aux lecteurs et aux lectrices de la revue des ensembles qui s’apparenteront à des expositions de nature livresque et qui revêtiront la forme de cabinets de curiosités, destinés au divertissement aussi bien qu’à la recherche.

La prochaine anthologie documentaire de ce type sera publiée dans le numéro 86. Son sujet ? Il reste top secret pour l’instant. En attendant, voici quelques mots de présentation concernant celle que nous venons de publier.​

Pages de pub. anthologie documentaire préparée par Myriam Boucharenc & David Martens

25 auteurs de « 7 à 77 ans », universitaires, professionnels ou artistes, ayant participé de très près ou d’un peu plus loin aux travaux de l’ANR LITTéPUB ont bénéficié, pour ce numéro d’Histoires littéraires, d’une carte blanche consistant en un petit exercice d’admiration. Selon la formule que cette livraison de la revue inaugure, la consigne était la suivante : dans le domaine francophone, du XIXe siècle à nos jours, choisir un dispositif promotionnel liant la littérature et la publicité qui a retenu votre attention, suscité votre curiosité ou votre perplexité et le commenter librement en une page et un titre. Continuer la lecture de Parution : Pages de pub. Anthologie documentaire

Parution : Réseaux n°223, Médias et racialisation

Réseaux, 2020/5 (n°223) : Médias et racialisation

coordonné par Frank Rebillard

Si le printemps 2020 aura bien sûr été marqué par la pandémie de coronavirus, il aura aussi été traversé sur le plan politique et médiatique par des images de protestations contre les violences policières, doublées de dénonciation du racisme. Depuis les rassemblements Black Lives Matter et les émeutes suivant la mort de George Floyd aux États-Unis, jusqu’aux manifestations du comité La vérité pour Adama en France, sur les écrans de télévision comme sur les plateformes de réseaux sociaux, des expressions telles que « racisme d’État », « privilège blanc », et plus largement celles de « racisation » ou « racialisation », ont pris une place jusqu’ici inédite dans l’espace public.
Depuis une vingtaine d’année déjà, ces notions et concepts, produits de l’univers académique mais bien souvent dans des zones de contact avec les mondes de l’activisme et du militantisme, connaissent de fait un emploi croissant par les sciences sociales. Parce que la « question raciale » constitue ainsi une entrée de plus en plus fréquente pour penser la société, la revue Réseaux a précisément souhaité consacrer un dossier à sa mobilisation pour analyser les médias.
Les articles réunis dans ce dossier, en mettant à jour des représentations médiatiques contribuant à altériser certains individus ou groupes sociaux en raison de leurs supposées origines communes ou mêmes couleurs de peau, prolongent ici des travaux qui, autrefois consacrés à l’image des « immigrés » ou des habitants des « banlieues », n’avaient pas abordé de façon aussi frontale les processus de racialisation. Et ils ouvrent également des voies encore plus originales pour la recherche française, en comparaison notamment de traditions plus établies aux États-Unis. Car ces différents articles, en explorant les modalités de production et les positionnements professionnels, au sein des entreprises de médias et plus largement des secteurs d’activité concernés, aident à mieux comprendre comment des biais racialisants peuvent être véhiculés – ou contrecarrés – par les médias.

Continuer la lecture de Parution : Réseaux n°223, Médias et racialisation

Parution : Eating Fandom. Intersections Between Fans and Food Cultures

CarrieLynn D. Reinhard, Julia E. Largent, Bertha Chin (dir.), Eating Fandom. Intersections Between Fans and Food Cultures, Routledge, 2020.

This book considers the practices and techniques fans utilize to interact with different aspects and elements of food cultures. With attention to food cultures across nations, societies, cultures, and historical periods, the collected essays consider the rituals and values of fan communities as reflections of their food culture, whether in relation to particular foods or types of food, those who produce them, or representations of them. Presenting various theoretical and methodological approaches, the anthology brings together a series of empirical studies to examine the intersection of two fields of cultural practice and will appeal to sociologists, geographers and scholars of cultural studies with interests in fan studies and food cultures.

Continuer la lecture de Parution : Eating Fandom. Intersections Between Fans and Food Cultures

Parution : Libérées, délivrées ? Rapports de pouvoir animés

Mélanie Lallet, Libérées, délivrées ? Rapports de pouvoir animésINA, 2020.

Dans son ouvrage Libérées, délivrées ? Mélanie Lallet, allie d’une façon originale l’analyse des représentations de genre proposées dans plus de 50 ans de dessins animés français à l’étude de l’émergence récente et controversée des discours féministes dans ce secteur.

Quels rôles masculins et féminins les dessins animés proposent-ils à nos enfants ? Mélanie Lallet présente une analyse sociohistorique des identités de genre dans les séries animées françaises. En majorité ces programmes ont relayé une construction différentialiste du genre, où le féminin est subalterne et assigné à des fonctions d’assistance et de soin.
Néanmoins, en accompagnant les transformations de notre société, certaines séries – et pas seulement les plus récentes- ont pu remettre en cause les normes de genre et les oppositions classiques.
Sont ainsi décodés 56 dessins animés diffusés à la télévision depuis les années 195O, des premières aventures de Tintin en semi-animation, en passant par Bonne nuit les petits, Les Mystérieuses Cités d’or, les célèbres séries « Il était une fois… » (l’Homme, les Découvreurs, les Explorateurs, etc.), jusqu’aux productions plus contemporaines comme les séries« T’Choupi ». À mesure que l’on avance dans le temps, on rencontre des personnages partiellement affranchis des catégories de genre binaires (Candy, dans Les Zinzins de l’espace), qui assument un positionnement féministe (dans Il était une fois… notre Terre), et de plus en plus d’héroïnes fortes (par exemple dans Totally Spies !, ou la tranche « Girl Power » de la chaîne Gulli).
Libérées délivrées ? Rapports de pouvoir animés montre enfin à partir d’une enquête dans les milieux de l’animation, que la question du genre est devenu un sujet de discussion incontournable dans les milieux professionnels, aussi bien en France qu’à l’international.
 
Mélanie Lallet est sociologue des médias, maîtresse de conférences en Sciences de l’Information et de la Communication à l’UCO Nantes, chercheuse au centre Humanités etSociétés de l’UCO et chercheuse associée à l’IRMECCEN (Institut de Recherche Médias,Cultures, Communication et Numérique) de la Sorbonne Nouvelle. Auteure de l’ouvrage Il était une fois… le genre (INA, 2014), ses travaux portent sur les représentations de genre dans les séries animées françaises pour enfants et sur l’émergence de discours féministes dans l’animation audiovisuelle française

Appel à communications : Detecting Europe in contemporary crime narratives: print fiction, film, and television

Confirmed Keynote Speakers

Charlotte Brunsdon (University of Warwick)
Theo D’haen (Leuven University and Leiden University)
Janet McCabe  (Birkbeck, University of London)
Peppino Ortoleva (University of Turin)

DETECt final international conference will take place at Link Campus University (Via del Casale di San Pio V 44 – Rome) in Italy from 21 to 23 June 2021.

Detecting Europe in contemporary crime narratives: print fiction, film, and television

Among the different expressions of popular culture, no other genre more than crime – meant as a composite made up of many different variants or subgenres – has proved able to travel and expand its reach into international markets and with audiences. Nor has any other genre been more adept at laying bare the conflicts and contradictions – social, political and historical – that characterise contemporary European societies. The Detecting Europe conference offers an open forum to explore and discuss how narratives of crime and investigation, as well as their production and reception, have helped define the major industrial, commercial, thematic and stylistic trends of European popular culture since 1989, fostering both the transnational circulation of its products and the appearance of new transcultural representations in line with the emergence of new social identities. We welcome proposals that interrogate the notion of Europeanness as a critical category, and its viability for the study of contemporary popular culture, both in print and screen media. We wish to explore both the scope and limits of the interrelated notions of transnational identity and cosmopolitanism when applied to the works of European crime fiction, including print fiction, film, and TV. A few general — but not exclusive — questions may be asked. Are we to conceive of cosmopolitanism and the process of European transculturation merely as unifying factors, fostering the generation of a shared and uniform transnational identity? Or should we better acknowledge the existence of a variety of European transcultural identities, expressed in different writing and audio-visual styles, characteristic narrative models, place-specific production cultures and distribution and consumption patterns? What is the impact of national media ecologies in shaping the idea of the European, and how the national translate the European when foreign products appear in its mediascape? Should hybridization and transculturation be assumed as markers and powerful drivers of cultural homologation? Or rather the opposite is true, namely that cultural hybridization entails a growing differentiation of narrative forms and styles, contents and formats, production and reception practices, thus contributing to the emergence of a post-national assemblage of multiple and possibly diverging cosmopolitan identities? We deem it important, at this particular time, that the notion of Europeanness and its eventual instantiations in contemporary crime narratives is approached having in mind the multiple crises that are currently affecting the continent and its population. We invite proposals from multiple fields of cultural studies, including representation studies, industry and production studies, and reception and audience studies. Possible topics may include, but are not limited to, the following:

Continuer la lecture de Appel à communications : Detecting Europe in contemporary crime narratives: print fiction, film, and television

Parution : Parution: Faire (de) la télévision

La revue Biens symboliques, qui tente d’appréhender l’activité culturelle dans un sens large et comme une production collective, a consacré son sixième numéro, paru en 2020, à la télévision. Dirigé par les sociologues Séverine Sofio et Muriel Mille, le volume Faire (de) la télévision. L’audiovisuel vu par les sciences sociales réunit douze contributions abordant l’objet télévisuel sous l’angle de ses systèmes de production et des professions qui le constituent. Agent·e·s artistiques, scénaristes, ingénieur·e·s du son ou encore professionnel·le·s de la télé-réalité sont autant de métiers analysés dans le cadre de ce dossier.

Les articles sont disponibles en français et en anglais.

Résumé du dossier

Réputée en perte de vitesse avec la multiplication des écrans et des nouvelles pratiques de consommation des productions audiovisuelles, la télévision est un média qui, tout en restant dominant, est en pleine mutation. La fabrique de ses programmes, rarement analysée par les sciences sociales, fait l’objet de ce dossier. On se propose d’y étudier, à travers des perspectives à chaque fois différentes, les rouages de la production audiovisuelle pour interroger les ressorts de la division du travail, les effets des contraintes (temporelles, économiques, d’audience, etc.) sur les biens produits, les mécanismes de l’internationalisation des programmes ou encore la difficile reconnaissance du statut des auteur·e·s.

Source

Parution : Vices pop. Dysfonctionnements dans la culture pop

Frédérique Toudoire-Surlapierre, Sébastien Hubier (dir.), Vices pop. Dysfonctionnements dans la culture pop, Éditions et Presses universitaires de Reims, 2020. 

La grande révolution hypermoderne correspond à ce moment théorique où bien-être et bonheur n’ont plus été conçus comme un accomplissement personnel, mais érigés au rang de valeur ultime. Bien entendu, cette quête paranoïaque du bonheur – qui s’accompagne de formes insensées d’hypermoralisation, d’hygiénisme, d’aseptisation, de conformisme, d’uniformisation politiquement correcte et de réduction des libertés – est une pure illusion. Au bout du compte, selon la célèbre formule américaine: « life is necessarily experiencing pain and defeat ». Ce volume s’attache justement à toutes les représentations des vices et des dysfonctionnements dans la pop culture – littérature de grande diffusion, littérature pour jeunes adultes, romans graphiques, bandes dessinées, musique, fictions cinématographiques, télévisuelles et néo-médiatiques (webcams, photographies numériques, blogs), reality tv shows, productions vidéo-ludiques. Les études de ce recueil se concentrent ainsi, dans les représentations actuelles, à l’amour du gras, de l’alcool ou des drogues, à l’excès, au sentiment de vide, au burn-out, à l’infantilisation narcissique, à l’hypocondrie, à la neurasthénie, à la névrose, au binge drinking(ou watching), aux nouvelles perversions sexuelles, à la terreur de la contagion, de la mort, voire de l’extermination. Continuer la lecture de Parution : Vices pop. Dysfonctionnements dans la culture pop

Parution: Théorème, n°32 « Dans l’intimité des publics: réceptions audiovisuelles et production de soi »

Delphine Chedaleux, Myriam Juan & Thomas Pillard (dir.), Théorème, n°32, « Dans l’intimité des publics: réceptions audiovisuelles et production de soi », Presses Sorbonne Nouvelle, 2020
 
Pages : 238 pages
Date de parution : 2020
Format : 19×23
 

Résumé

Quoi de plus personnel, et en même temps inséparable de dynamiques collectives et sociales, que le choix de visionner un film en salle, l’envie de partager une expérience audiovisuelle et le fait d’en cultiver le souvenir, ou encore l’acte banal et routinier consistant à jouer chez soi à un jeu vidéo ? C’est à partir de ce constat paradoxal, ouvrant la voie à de multiples questions, que ce volume entend explorer dans une optique inter et pluridisciplinaire les usages et les appropriations intimes des images animées autour d’une variété d’études de cas, du cinéma muet jusqu’aux médias numériques sans oublier le rapport si particulier tissé avec le petit écran.

Un tel projet se situe dans le prolongement du renouveau des études de réception et du tournant émotionnel des sciences sociales, qui voient l’essor de recherches sur les publics d’une part et sur l’intime en tant qu’objet et catégorie analytique d’autre part. Il semble dès lors pertinent d’adosser ces notions en apparence contradictoires, la première renvoyant censément au « privé » et la seconde à la sphère dite « publique », pour mieux dépasser cet antagonisme afin d’évaluer toute la fécondité de leur rapprochement. Plonger dans « l’intimité des publics » revient, de ce point de vue, à interroger l’imbrication des mondes sociaux et des pratiques liées aux écrans, en envisageant celles-ci tant comme des lieux de négociation ou de tension entre l’individu et le collectif que des techniques de production et de connaissance de soi. Continuer la lecture de Parution: Théorème, n°32 « Dans l’intimité des publics: réceptions audiovisuelles et production de soi »