Archives par mot-clé : technologie

Journée d’études : Plateformes d’écriture en ligne (Université Jean Moulin Lyon III, en ligne)

Journée d’études : Plateformes d’écriture en ligne

26 mars 2021

Université Jean Moulin Lyon III, Marge

Les plateformes d’écriture en ligne francophones, apparues avant l’émergence des réseaux sociaux du Web 2.0, continuent aujourd’hui d’abriter des communautés de plusieurs milliers d’écrivain·es. Alors même qu’elles rassemblent, quantitativement, une large part de la production littéraire nativement numérique, les études les concernant sont rares et se penchent peu sur les spécificités littéraires des objets qui y sont produits.

Intégrer ces derniers dans la définition de la littérature numérique fait encore débat : en 2005, dans Un laboratoire de littératures. Littératures numériques et Internet, les productions de la communauté littéraire numérique Ecrits…vains ? sont exclues de cette définition ; plus récemment, dans une conférence donnée à Lille en mars 2019, Servanne Monjour affirme que les romans postés sur Wattpad relèvent de la littérature numérique. Cette tension définitionnelle est le lieu d’un débat fécond, puisqu’il permet d’interroger la poétique d’objets littéraires sous l’angle de leur support sociotechnique d’insertion.

Il s’agira, le temps d’une journée d’étude, d’aborder les spécificités des plateformes d’écriture en matière de création littéraire ; situées au carrefour de la tradition des communautés littéraires – cénacles, avant-gardes ou salons – et de la culture numérique des communs, leur dimension collective et participative informe les pratiques de leurs membres et les singularise face aux autres formes de créativité littéraire numérique. Elles offrent de plus une structuration technique particulière et contraignante avec laquelle les écrivain·es doivent négocier.

Continuer la lecture de Journée d’études : Plateformes d’écriture en ligne (Université Jean Moulin Lyon III, en ligne)

Parution : Les institutions culturelles au miroir des réseaux sociaux numériques (Balisages)

Balisages, n°2, « Les institutions culturelles au miroir des réseaux sociaux numériques », coordonné par Emmanuelle Chevry Pébayle (Université de Strasbourg) et Hans Dillaerts (Université Paul-Valéry Montpellier 3), 2021. 

Ce second dossier de la revue Balisages questionne les institutions culturelles au miroir des réseaux sociaux numériques : face au besoin d’attirer plus de visiteurs, d’élargir et de fidéliser leurs usagers, les institutions culturelles s’approprient les méthodes de communication et les outils techniques d’aujourd’hui dans un contexte d’attentes expérientielles du public qui pose de nombreux défis aux professionnels des institutions culturelles au niveau managérial, organisationnel et budgétaire.

La force de ce dossier thématique et des six textes réunis ici, réside dans ses regards croisés et multiples sur les objets et sujets traités tant au niveau des méthodologies et approches conceptuelles mobilisées, des contextes (nationaux et internationaux avec la traduction de deux études menées à l’international), que des médias sociaux analysés et des types de publication retenus. Conformément à la singularité éditoriale de la revue Balisages, ce numéro propose aussi bien des articles de recherche que des articles de praticiens, qui viennent illustrer le questionnement par des études de cas à dimension fortement réflexive. 

Voir l’appel à articles.

Continuer la lecture de Parution : Les institutions culturelles au miroir des réseaux sociaux numériques (Balisages)

Parution : Lanterne magique. Avant le cinéma (Jérôme Prieur)

Jérôme Prieur, Lanterne magique. Avant le cinémaFario, coll. « Théodore Balmoral », 2021.

Avec Lanterne magique, Jérôme Prieur nous propose une réflexion sur l’émergence, en plein siècle des Lumières, d’une pratique dont les ressorts occultes sont néanmoins essentiels : celle des projections publiques de lanterne magique qui débutent durant l’An VI, c’est-à-dire en 1797 – 1798.

Cette archéologie du cinéma passe par celle de l’image lumineuse à partir de deux livres, Du côté de chez Swann de Marcel Proust et les Mémoires d’Étienne-Gaspard Robertson (1763 – 1837), l’inventeur de la fantasmagorie qui fit carrière sous le Directoire et le Consulat quand les lanternes magiques sont connues depuis la fin du XVIIe siècle. 

On connaît bien le premier, la fameuse série de six plaques de lanterne magique racontant l’Histoire de Geneviève de Brabant et le fameux passage : 

« On avait bien inventé, pour me distraire les soirs où on me trouvait l’air trop malheureux, de me donner une lanterne magique, dont, en attendant l’heure du diner, on coiffait ma lampe ; et, à l’instar des premiers architectes et maîtres verriers de l’âge gothique, elle substituait à l’opacité des murs d’impalpables irisations, de surnaturelles apparitions multicolores, où des légendes étaient dépeintes comme dans un vitrail vacillant et momentané. » M. P.

On connaît moins ou pas du tout le second et ses Mémoires récréatifs, scientifiques et anecdotiques d’un physicien aéronaute. En plein siècle des Lumières, Étienne-Gaspard Robertson (peintre, dessinateur, physicien aéronaute, mécanicien, fantasmagorien et mémorialiste) est un véritable illusionniste. Comme l’écrit Jérôme Prieur dans sa préface, Robertson propose « de l’intérieur, une réflexion sur le spectacle lumineux, sur l’illusion et la croyance, une réflexion sur le spectateur – ce hors champ laissée dans l’ombre des histoires du cinéma et du pré-cinéma, cette part d’ombre consubstantielle aux images nocturnes. Bien avant le grand Hitchcock, Étienne-Gaspard Robertson a été le premier à comprendre que les spectacles optiques que préfigure sa fantasmagorie ne devaient pas se contenter de mettre en mouvement les images, mais qu’ils devaient mettre en scène les désirs et les peurs que suscitent les images, qu’ils devaient diriger le spectateur, notre double assis à notre place dans la nuit lumineuse.

Est-ce vraiment un hasard si son écran de projection, Robertson l’appelait « miroir » ?

Continuer la lecture de Parution : Lanterne magique. Avant le cinéma (Jérôme Prieur)

Appel à contributions : Sport et Cinéma. La technique à l’épreuve du réel (Bibliothèque Francophone Multimédia de Limoges)

Colloque international : Sport et Cinéma. La technique à l’épreuve du réel

18 et 19 novembre 2021

Bibliothèque Francophone Multimédia de Limoges

Échéance des propositions : 1er juin 2021
 

Comme l’ont expliqué Patrick Diquet et Christophe Meunier (Les Origines sportives du cinéma, 2017), le sport a accompagné l’histoire du cinéma dès les premières images captées par Georges Demenÿ. Depuis, certaines disciplines sportives ont attiré l’attention des cinéastes par leur intensité et potentiel esthétique : l’athlétisme (ex. Les Chariots de feu d’Hugh Hudson, 1981), la boxe (Raging Bull de Martin Scorsese, 1980), le football (Pelé, naissance d’une légende de Michael et Jeff Zimbalist, 2016), le baseball (42 de Brian Helgeland, 2013) ou encore le basket-ball (Coach Carter de Thomas Carter, 2005). Avec le support des grands studios européens ou hollywoodiens, de nombreux longs métrages (comédie, drame, film noir, science-fiction) ont ainsi marqué de leur empreinte l’histoire culturelle, allant du burlesque (Sportif par amour, 1927) à la politique internationale (Rocky IV, 1985), de l’action pure (Rush, 2013) à l’économie du sport (Le Stratège, 2011), du drame historique (De l’ombre à la lumière, 2005) aux questions d’identité nationale (As One, 2012). En règle générale, ces films répondent aux besoins émotionnels d’un large public et aux nécessités commerciales d’un marché en expansion.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Sport et Cinéma. La technique à l’épreuve du réel (Bibliothèque Francophone Multimédia de Limoges)

Appel à contributions : ALGORITHMS IN FILM, TELEVISION AND SOUND CULTURES: NEW WAYS OF KNOWING AND STORYTELLING (Istanbul Bilgi University, en ligne)

Conference : Algorithms in Film, Television and Sound Cultures:New Ways of Knowing and Storytelling

April 29-30, April

Virtual Event

Abstract Submission Deadline (EXTENDED): March 15, 2021

Organized by: Istanbul Bilgi University, Faculty of Communication, Department of Film and Television

Venue: Virtual Zoom Event

Confirmed Keynote Speakers:

  • Christian Katzenbach (Alexander von Humboldt Institute for Internet and Society, Berlin)
  • Robert Prey (University of Groningen, Faculty of Arts)
  • Diğdem Sezen (Teesside University, School of Computing, Engineering and Digital Technologies, Department of Transmedia Digital Art and Animation)

Contemporary visual and sound cultures which increasingly rely on algorithmic analytics raise important questions on subjectivity and creativity in our ways of seeing and hearing, the ethics of the visual and the aural, the quantified self, the aesthetics and the provenance of the image. The use of algorithmic analytics to create media content, including films, series, trailers and teasers have proliferated with the advent of networking and digital streaming platforms. Digital data sets have become commodities in the global media industry. The knowledge obtained from digital data sustains the flow of knowledge on the users’ choices, governing production and consumption processes. Although algorithmic data appears to be computationally generated, it is bound with actors, networks, businesses and their ways of thinking and imagining the world. A line of research focuses on how the algorithmic calculation of taste data in film, sound and television have transformed and possibly subverted the mediums. Hence, algorithms are objects of critical cultural and political analyses.

Continuer la lecture de Appel à contributions : ALGORITHMS IN FILM, TELEVISION AND SOUND CULTURES: NEW WAYS OF KNOWING AND STORYTELLING (Istanbul Bilgi University, en ligne)

Parution : Virtual Reality Cinema. Narrative Tips and Techniques

Eric R. Williams, Carrie Love, Matt Love, Virtual Reality Cinema. Narrative Tips and Techniques, Routledge, 2021. 

Award-winning cine-maVRicks Eric R. Williams, Carrie Love and Matt Love introduce virtual reality cinema (also known as 360° video or cine-VR) in this comprehensive guide filled with insider tips and tested techniques for writing, directing and producing effectively in the new medium.

Join these veteran cine-VR storytellers as they break down fundamental concepts from traditional media to demonstrate how cine-VR can connect with audiences in new ways. Examples from their professional work are provided to illustrate basic, intermediate and advanced approaches to crafting modern story in this unique narrative space where there’s no screen to contain an image and no specific stage upon which to perform.

Continuer la lecture de Parution : Virtual Reality Cinema. Narrative Tips and Techniques

Parution :

Colin Jon Mark Crawford, Netflix’s Speculative Fictions. Financializing Platform Television, Lexington Books, 2020. 

Netflix’s Speculative Fictions: Financializing Platform Television argues that Netflix’s scaled expansion has hinged upon its ability not only to create, but more importantly to communicate, new forms and flows of potential value in platform capitalism, wherein capital is mobilized not only from direct revenue streams but also the new value assigned to inputs and investments of data, debt, attention, behavior, taste, time, sociality, and speculation. To interpret and critique these new communications and projections of value, Colin Jon Mark Crawford performs a discursive analysis of the platform television industry leader Netflix and its ‘investor lore’: the multi-sited narrative of value found in the company’s investor relations materials and corporate communications, such as letters to shareholders, financial earnings reports, executive interviews, press releases, and blog posts. Netflix best represents the increasingly ubiquitous nexus of culture, tech, and finance industries that is platform television. To better understand the emergent financial logics of this relatively new media industry, we must first understand the speculative narratives and discourses of value which organize it. Scholars of media studies, television studies, technology studies, and economics will find this book particularly useful.

Colin Jon Mark Crawford is a PhD student in the Film and Moving Image program at Concordia University.

Parution : Nostalgies contemporaines. Médias, cultures et technologies

Emmanuelle Fantin, Sébastien Fevry et Katharina Niemeyer (dir.), Nostalgies contemporaines. Médias, cultures et technologies, Presses Universitaires du Septentrion, « Information-communication », 2021.

La nostalgie est devenue une ressource fondamentale de la culture médiatique contemporaine. Les séries télévisées au look rétro, l’amour du vintage et des meubles patinés, le déferlement du rétro-gaming ou encore les commémorations (muséales) d’un passé souvent idéalisé peuplent désormais notre quotidien. La nostalgie est pourtant bien plus qu’une simple rétrogradation temporelle, et c’est ce que les auteur·e·s de cet ouvrage entendent démontrer à travers des réflexions critiques et des cas d’études originaux et inédits. Comment comprendre la passion pour les photographies de maisons en ruines ? Qu’est ce qui nous pousse à regarder en boucle nos séries préférées ou celles de notre enfance ? Pourquoi écrire aujourd’hui une carte postale qui sera reçue en 2042 ? Voici quelques-unes des nombreuses questions auxquelles cet ouvrage collectif transdisciplinaire – le premier en langue française – propose d’offrir des pistes de réponse.

Table des matières…

Appel à contributions : Fictions Technologies Soins

NébulX — Fictions Technologies Soins

Le projet : Les technologies contemporaines — que nous comprenons comme l’ensemble des dispositifs techniques ayant le code et ses applications pour fondement — nous affectent physiquement, psychiquement et socialement. Elles agencent nos affects et nos comportements en provoquant notre addiction ; elles prédisent qui nous serons et aurons été, préemptant les subjectivités comme toute autre marchandise ; elles altèrent notre rapport à nous-mêmes, à nos communautés et aux vivants qui parcourt nos territoires. Constituant des milieux que l’on peut qualifier de prosthétiques, dans la mesure où elles façonnent et/ou remplacent notre rapport organique au réel, ces technologies bouleversent autant notre attention que notre rapport à l’espace et au temps. Ruptures, connexions, déplacements, accélérations, stagnations, fragmentations caractérisent ainsi nombre des régimes attentionnels contemporains.

Étant donné l’intrication des technologies et de nos vies, le projet NébulX pose l’exigence d’une refonte de la catégorie de « soin », catégorie fondamentale des médiations humaines qui façonnent individus et sociétés.

Le problème qui guide le projet est le suivant : quelles stratégies pour répondre aux transformations de nos rapports au monde que nous vivons à travers les technologies contemporaines ? Quelles sont les luttes, les résistances, les alliances, les résignations et les menaces qui accompagnent le déploiement des technologies dans nos écologies physiques, psychiques et sociales ? Continuer la lecture de Appel à contributions : Fictions Technologies Soins

Parution : Otrante, n°47-48, « Apocalypses »

Otrantes. Art et littérature fantastiques, n° 47-48 : « Apocalypses », éd. Kimé, 2020. 

Responsables éditoriaux : Sylvie Bauer, Hélène Machinal, Denis Mellier

Nous serions désormais dans un spatial turn, dans lequel les questions de l’espace et des mondes se seraient imposées face au privilège ancien d’un récit du temps, de sa perception et de ses transformations.
Comment dans un régime culturel de l’écran, dans une fiction où les devenirs technologiques ne cessent de tracer de nouvelles perceptions et possibilités pour le sujet humain — jusqu’à son dépassement ou sa disparition —, les catégories de l’espace et du temps négocient-elles nouvellement leurs relations ? Les fictions de l’imaginaire, la SF et le fantastique, les anticipations dystopiques ou encore l’enquête policière sont-ils plus particulièrement aptes à révéler de nouvelles configurations fictionnelles de l’espace et du temps ? À moins que certaines de leurs propriétés formelles et imaginaires n’aient contribué précisément à ce tournant spatial ?
À travers des études consacrées aux paradoxes temporels, à la circularité du récit, aux brouillages génériques, aux dispositifs médiatiques et textuels offerts par les relations de la littérature et du numérique, de Star Trek à Sherlock Holmes, de Don DeLillo à Lauren Beurkes, d’Alain Damasio à William Burroughs, du blockbuster Arrival à l’œuvre expérimentale de Scott Tomasula, ce numéro d’Otrante, cherche à montrer le renouvellement des représentations et des conceptions qui affectent les imaginaires du temps et de l’espace dans la fiction (littérature, cinéma, séries) contemporaine.