Archives par mot-clé : technologie

Parution : Rewind, Replay. Britain and the Video Boom, 1978-92 (Johnny Walker)

Johnny Walker, Rewind, Replay. Britain and the Video Boom, 1978-92, Edinburgh University Press, 2022. 

Charts the introduction and rise of video entertainment in Britain from the launch of Betamax and VHS in 1978 to the development of the video superstore in the early 1990s. 

  • Presents the first book dedicated to Britain’s video boom
  • Considers the development of the video distribution industry in the UK, identifying the key players
  • Appraises the development of video shops and clubs, from the late 1970s to arrival of Blockbuster

Rewind, Replay is the first history of Britain’s video boom. It considers the earliest video distributors who, from the late 1970s, took chances on a wide range of films and other programmes to attract consumer interest. It also addresses the phenomenon of the video shop, the speed with which video rental became a habitual practice among the British public, and the key industry players who, at the height of a recession, invested wholesale into what contemporaneous media reportage was describing as a mere ‘plaything’.

Media historian Johnny Walker explores how distributors and store owners navigated various pressures including piracy, the video nasties moral panic and market rationalisation, as well as significant developments including the introduction of new legislation bespoke to the video medium and the corporate expansion of the industry in the late 1980s and early 1990s, to show how the pre-recorded videocassette, over the course of a few years, became a staple of high street retail.

Continuer la lecture de Parution : Rewind, Replay. Britain and the Video Boom, 1978-92 (Johnny Walker)

Appel à contributions : Le silence du mainstream : réflexions sur les musiques que tout le monde écoute mais dont personne ne parle (vraiment) (Université de Strasbourg)

Colloque : Le silence du mainstream : réflexions sur les musiques que tout le monde écoute mais dont personne ne parle (vraiment)

1 et 2 décembre 2022, Université de Strasbourg

Échéance des propositions : 1er juillet 2022

Organisé par Elsa Grassy (Université de Strasbourg, SEARCH) et Isabelle Marc (USIAS – UCM),  CREAA  et SEARCH

Comité scientifique : John Mullen, Christophe Pirenne

Choisie ou subie, la musique nous accompagne en continu, dans les évènements extraordinaires comme dans les pratiques les plus banales de notre existence. En ce sens, la recherche s’est intéressée aux usages de la musique dans la vie quotidienne, notamment en lien avec les technologies de reproduction sonore et avec les pratiques de socialisation (DeNora 2011, Kassabian, Boschi et García Quiñones 2013). Or, la critique, qu’elle soit académique ou journalistique, notamment en France, ne s’est penchée que très rarement sur les musiques majoritaires ou mainstream du point de vue de leurs enjeux esthétiques et sociaux (Pirenne 2021), reproduisant ainsi, au sein de l’étude des musiques « populaires » la hiérarchie esthétique ou axiologique qui existait entre musiques savantes et populaires. En effet, la plupart des travaux critiques portent sur les musiques considérées comme innovantes, porteuses d’un message subversif ou d’un capital subculturel ou faisant preuve d’une nouveauté « formelle » quelconque, relayant donc l’idéologie de la modernité au sens de progrès et de dépassement des formes « banales ». C’est ainsi que la majorité des musiques réellement écoutées, celles qui figurent en tête de classements de ventes ou de streaming, celles qui parlent à des millions d’êtres humains à travers le monde, sont à peine mentionnées par la critique. Elles sont, de fait, silencées, effacées du discours critique alors qu’elles dominent l’écoute.

Partant du constat que des musiques définies à l’origine par leur popularité et leur ancrage dans l’économie de marché sont sous-représentées dans les manifestations scientifiques, ces journées d’étude se proposent de considérer les musiques majoritaires précisément pour ce qui en fait le mainstream musical, du point de vue de l’esthétique et des représentations qui leur sont attachées. Nous chercherons donc en premier lieu à identifier et à décrire ces musiques dans leurs contextes culturels, à les analyser, dans leur banalité et leur complexité, et à en interroger les mécanismes de production, diffusion et réception spécifiques. Nous souhaitons également comprendre pourquoi ces musiques, et leurs publics, font l’objet d’un tel silence, voire d’un tel dénigrement, dans les discours académiques et non académiques, hormis quelques exceptions (Wilson 2014, Steinbrecher 2021). Pourquoi la force quantitative du populaire tend-elle à être discréditée comme indice du vulgaire, et la perception de l’ordinaire basculer vers la dénonciation de l’abject. 

Continuer la lecture de Appel à contributions : Le silence du mainstream : réflexions sur les musiques que tout le monde écoute mais dont personne ne parle (vraiment) (Université de Strasbourg)

Appel à contributions : Screens. Rhetorics of (dis)connection (Université de Milan)

Conference : Screens. Rhetorics of (dis)connection

30th November-2nd December 2022, University of Milan

Deadline for submission of abstracts: 30th June 2022

Given their increased presence in everyday life, screens have sparked new interest and lead to new considerations inside the academia (see M. Carbone, Schermi/Screens 2014). Because of this, media archaeologist Erkki Huhtamo suggested the creation of a new area of study called screenology, focused on screens as “information surfaces” (2006). The history of screens, as Huhtamo himself argues, has always lingered between reality and imagination, the physical and the intangible, the concrete and the theoretical. Therefore, these objects may, after careful examination, be considered intermedial bridges that favour the exchange between cultures, words, voices, faces and images (see ibid.).

Screens as objects have a complex nature as the semantic evolution of the word suggests and, as a matter of fact, the term presents itself as polysemic in a variety of languages. In Italian, for example, the Treccani dictionary lists several meanings: the first, mainly literary, is that of “shield”, to be understood literally and figuratively; a one is that of “device” which prevents something from expanding through space (for example, radiations); and the third is “surface”, on which pictures and words are shown.

Francesco Casetti, a semiologist, has centred his most recent studies around screens and reassures us about the overlap of meanings, arguing that “the idea of a shielding and covering surface adds to that of another surface which allows to sense what is behind it. The latter then embraces representations of new worlds, and can finally contain figures reflecting our personality” (Casetti 2014, our translation). At this point Casetti wonders whether or not all of this may still be called communication (see ibid.). This is, of course, a provocation and it gives birth to our desire to investigate the mechanisms behind these complex (concrete and abstract) objects in various interactional contexts, also linguistic, translatological, didactic, literary, and cultural. Screens create and implicate the presence of a space between all the parties involved, a space that can be enlarged or restricted through the use of different types of rhetoric. While on the one hand, they create protection, impediments, and blockage, on the other, screens also allow the creation of new relations and, at times unprecedented, connections. Continuer la lecture de Appel à contributions : Screens. Rhetorics of (dis)connection (Université de Milan)

Parution : Le dispositif télévision. Aux sources de la création télévisuelle (Gilles Delavaud)

Gilles Delavaud, Le dispositif télévision. Aux sources de la création télévisuelle, Paris, L’Harmattan, coll. “Champs visuels”, 2021.

Les décennies 1935-1955 correspondent à ce que l’on a appelé le moment expérimental de la télévision. Au cours de ces années, le média émergent s’affirme progressivement face à la radio et au cinéma, et acquiert une légitimité institutionnelle. Dans le même temps, les premiers professionnels cherchent à étayer l’hypothèse d’une spécificité de son langage. C’est en grande partie à cette période que sont consacrés les textes réunis dans ce volume. Dans quel contexte le discours sur la spécificité télévisuelle s’est-il élaboré ? Quelle a été la contribution respective des professionnels concernés ? En un mot, qu’est-ce que la télévision représentait pour ceux qui l’inventaient ?

Gilles Delavaud est professeur émérite en sciences de l’information et de la communication (Université Paris 8). Il a notamment publié : L’Art de la télévision (INA-De Boeck, 2005), Télévision : le moment expérimental (avec Denis Maréchal, INA-Apogée, 2011), La Télévision selon Alfred Hitchcock (Presses Universitaires de Rennes, 2021).

Pascal Robert (Enssib)


Pascal
Robert
est professeur des universités à l’Ecole Nationale Supérieure des Sciences de l’Information et des Bibliothèques (Enssib). Il est membre du laboratoire Elico.

Ses travaux visent, d’une part, à décrypter les enjeux politiques et cognitifs de l’informatisation de la société et, d’autre part, à l’élaboration d’une anthropologie du document et des images (notamment de la bande dessinée).

Sur la question des enjeux politiques du numérique il est l’auteur ou a dirigé, aux Editions des archives contemporaines, les trois tomes de l’Impensé informatique(2012), puis de l’Impensé numérique (T1, 2016 et T2, 2020). Il a publié, chez le même éditeur, le premier tome de Temporalités numériques, qui porte sur la modélisation de l‘histoire des TIC aux XIX°-XX°s (2022).

Sur la question des enjeux anthropologiques, socio-sémiotiques et politiques des images, il est l’auteur de Polyptyque, pour une anthropologie communicationnelle des images paru chez Hermann en 2015. Il a écrit une vingtaine d’articles sur la bande dessinée. Il a dirigé Bande dessinée et numérique (éditions du CNRS, 2016) et un livre sur la ville et la bande dessinée (La ville en planches, Hermann 2021). Il a publié en 2017 de L’incommunication au miroir de la bande dessinée (aux PUBP) et en 2018 La bande dessinée, une intelligence subversive (aux Presses de l’Enssib). Il est responsable du séminaire de l’Enssib « La bande dessinée en questions ».

 

Parution : Temporalités numériques – Tome 1 : La dynamique des technologies de l’information et de la communication (XIX-XXs) (Pascal Robert)

Pascal Robert, Temporalités numériques – Tome 1 : La dynamique des technologies de l’information et de la communication (XIX-XXs), Éditions des archives contemporaines, 2022. 

Les TIC et plus globalement le numérique sont le plus souvent saisis dans leur immédiateté. Comme si le numérique était voué à ce que F. Hartog a nommé le « présentisme ». Il semblerait que ces technologies soient toujours nouvelles, comme extraites de la dynamique historique, ce qui participe de L’impensé numérique. Or, elles possèdent également leurs propres dimensions temporelles, au pluriel, pour ne pas sacrifier la complexité de leur rapport au temps. Ce livre en deux tomes voudrait, sur le mode des sciences sociales et non de la philosophie, réinvestir cette question des temporalités numériques.

Ce premier tome propose ainsi une histoire problématisée des TIC, comme archéologie du numérique, qui lie histoire et concepts au lieu de les séparer. Parce qu’il faut historiciser les concepts pour mieux en tester la pertinence et voir s’ils tiennent dans le temps. Parce qu’il faut équiper de concepts cette histoire qui ne peut pas être restituée sans que les enjeux politiques des TIC et du numérique ne soient clairement discernés. D’où cette Dynamique des TIC qui présente une véritable grille de lecture pédagogique de l’histoire des TIC et du numérique depuis la fin du XVIIIe siècle. Elle en dégage les grandes lignes de force (la tension entre l’état et le marché, la montée en puissance du grand nombre, la multiplication de l’espace, la densification et l’accélération temporelle, l’omniprésence de la logistique informationnelle) et les trois grandes phases (de lubrification, d’installation et de domination). Histoire mondiale. Histoire politique. Histoire économico-gestionnaire aussi. Histoire, en définitive, du processus que j’ai nommé la « gestionnarisation » de la société.

Le livre qu’on va lire a été rédigé pour l’essentiel voilà 25 ans. Victime de l’impensé à l’époque, il n’était pas question de le réécrire, ce qui l’aurait fait disparaître. Une postface revient en détail sur la manière dont son système conceptuel permet d’éclairer encore aujourd’hui, avec efficacité, l’actualité économique et politique du numérique. Et c’est bien tel qu’il est, synthèse historique et témoin d’une histoire tout à la fois, qu’il peut oeuvrer à lutter contre cet impensé en participant à l’installation d’une culture historique des enjeux politiques et économico-gestionnaires du numérique.

Le livre est disponible gratuitement sur le site de l’éditeur.

Colloque : Corps, genre et images (Université Paris 8)

Colloque pluridisciplinaire : Corps, Genres et Images

Jeudi 24 et vendredi 25 mars 2022, Université Paris 8

Cet événement propose de questionner, d’analyser et de discuter dans une perspective pluridisciplinaire et internationale, les rapports sociaux de genre au travers du corps comme objet d’études, et plus particulièrement la manière dont ils sont représentés et mis en scène dans la sphère publique. Structuré par quatre axes thématiques, nous proposons un programme où alternent des interventions scientifiques ainsi que des récits de terrain, des pratiques artistiques et militantes. Au cours de ces deux jours, doctorant-es, maître-sses de conférence et des professeur-es des universités communiqueront et échangeront autour des thématiques suivantes :

« Penser et étudier les images des corps genrés »

Depuis le XXème siècle, de nombreuses études visent à rendre compte du lien entre les rapports sociaux de sexe, de genre et les représentations médiatiques. Les approches interactionnistes (Goffman, 1977), l’analyse filmique (De Lauretis, 1987) ou la sémiotique du genre (Julliard, 2013) sont souvent mobilisées pour faire émerger le poids des dominations et les perspectives d’émancipation possibles en jeu dans les images des corps genrés. Néanmoins, les outils épistémo-méthodologiques déployés soulèvent encore des questionnements, comme le fait remarquer Sarah Sépulchre dans sa conférence « Les séries sont un lieu privilégié pour renouveler les représentations genrées, mais c’est toujours aussi compliqué de les étudier » (dans le cadre du séminaire Genre, médias et communication (GRIPIC/IRMECCEN) en décembre 2020). Penser la construction médiatique genrée des corps revient inévitablement à s’interroger sur les difficultés méthodologiques et épistémologiques que soulève cette démarche, et surtout à tenter de les dépasser. Cet axe invite donc à réfléchir sur les méthodologies émergentes permettant d’étudier, de manière réflexive, les images des corps et des genres dans l’espace médiatique. Quels sont les protocoles d’étude innovants en circulation au sein des sciences humaines et sociales permettant de rendre compte de la diversité ou du manque de diversité des représentations des genres et des corps ? De quelle façon les chercheur-ses prennent-ils/elles en considération leur propre corps et genres dans leur recherche ? Comment déconstruit-on les évidences corporelles et genrées, en particulier celles de sa propre subjectivité ?

Continuer la lecture de Colloque : Corps, genre et images (Université Paris 8)

Appel à contributions : Cinématérialismes. Nouvelles approches matérialistes de l’audiovisuel (Université de Paris)

Colloque international : Cinématérialismes. Nouvelles approches matérialistes de l’audiovisuel (cinéma, médias, arts numériques) / Cinematerialisms. New Materialist Approaches to the Audiovisual (Cinema, Media, Digital Arts)

20-21 octobre 2022, Université de Paris

Échéance des propositions : 9 mai 2022

English version below

La notion philosophique de matérialisme recouvre des acceptions diverses, de l’atomisme grec au néo-matérialisme contemporain, en passant par le matérialisme athéiste des Lumières ou le matérialisme historique marxiste. Cette diversité est responsable d’un écart conceptuel certain entre une définition au premier degré – l’intérêt premier et déterminant pour la matière, qui peut parfois mener à une approche physicaliste et mécaniste des phénomènes, et s’oppose à l’idéalisme ontologique qui lui préfère les catégories de l’essence ou de la représentation – et son sens historique et politique, qui choisit de penser l’individu et le collectif à partir des rapports socio-historiques qui les constituent comme sujets politiques. 

Au cinéma, la notion est partagée entre ces deux acceptions majeures. Dans un premier cas, elle renvoie aux matérialismes hérités du marxisme (historique ou dialectique). C’est ce qu’illustrent les deux grandes périodes que sont, au XXe siècle, les avant-gardes soviétiques et allemandes des années 1920, et les militantismes révolutionnaires des années 1960-70, qui ne s’intéressent pas seulement aux propriétés représentatives du cinéma, mais aussi à ses capacités matérielles d’émancipation et de transformation de la société. Deuxièmement, la notion renvoie, dès les premiers textes théoriques sur le cinéma, à une compréhension matérielle, technique, concrète des images et du son. Dans les années 1920 toujours, la légitimité nouvelle du médium se fonde ainsi sur les dispositifs du cinéma et les spécificités de la vision appareillée. Depuis, cette approche matériologique des images s’est renouvelée au contact des nombreuses évolutions des images vidéo dès les années 1970, puis numériques depuis les années 1990.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Cinématérialismes. Nouvelles approches matérialistes de l’audiovisuel (Université de Paris)

Parution : Albert Robida, de la satire à l’anticipation

Claire Barel-Moisan et Matthieu Letourneux (dir.), Albert Robida, de la satire à l’anticipation, Les Impressions Nouvelles, 2022.

Illustrateur et satiriste de génie à l’influence considérable, Albert Robida (1848-1926) est resté fameux pour ses fresques d’anticipation, comme Le Vingtième siècle ou La Vie électrique, ou pour ses grands dessins de presse. On voit parfois en lui un précurseur de la science-fiction, un prophète visionnaire des sociétés du XXe siècle, ou même l’inventeur avant l’heure de la télévision, du téléphone et du voyage en avion… Contre ces raccourcis quelque peu anachroniques, cet ouvrage a pour ambition de replacer les grandes anticipations de Robida dans leur contexte, celui de la presse satirique et de ses cibles, mais aussi celui des logiques du rire au XIXe siècle : les transports, les médias, les femmes, la technophilie, les spectacles… c’est toute la culture de l’époque qui est passée au crible de sa verve satirique à travers une technique d’exagération qui le conduit à imaginer inlassablement ce que pourraient donner dans l’avenir les mutations qui transforment en profondeur le XIXe siècle finissant.

 

APPel à contributions : “Science-fiction audiovisuelle, technologies et innovations” (revue Technologie et Innovation)

Appel à contributions : “Science-fiction audiovisuelle, technologies et innovations”Technologies et innovation.

Échéance des propositions : 15 mars 2022

Les fictions cinématographiques et télévisuelles de science-fiction mettent souvent en scène des technologies imaginaires, utopiques ou dystopiques. Ces dernières plongent le spectateur dans une atmosphère futuriste, propice à l’innovation. Ce numéro de la revue Technologie et Innovation propose aux auteurs de rédiger des articles analysant la fonction de ces technologies dans les récits, et leur éventuel impact sur les pratiques innovantes des acteurs économiques. Robert Shiller (2019) a en effet montré à travers son concept d’économie narrative que les discours ont une influence sur le comportement des consommateurs, des investisseurs et des entrepreneurs. Les films et les séries ont ainsi un impact dans la création des discours des prospectivistes et innovateurs chargés d’imaginer le monde de demain. La science-fiction participe ainsi à la création du futur en présentant des technologies utopiques aux spectateurs. Certains films provoquent le rejet de la technologie présentée. D’autres, au contraire, suscitent l’intérêt pour un nouvel objet.

L’économie a besoin de fictions pour créer des modèles de technologies et de sociétés à réaliser. Le cinéma joue un rôle important dans la création de ces récits. Hollywood, objet de soft power américain, développe ainsi des fictions à l’influence centrale dans la diffusion de l’utopisme technologique de la première puissance mondiale. La science-fiction participe de plus en plus à l’innovation, au point que des prospectivistes, auteurs, et spécialistes de design fiction contribuent à des projets de recherche en amont de la R&D (Michaud, 2017). Kirby (2009) a parlé à propos des technologies utopiques de prototypes diégétiques et en a étudié la performativité et le rôle dans la création d’innovations technologiques.

Pensons par exemple à l’OASIS du film Ready Player One, réalisé par Steven Spielberg, un monde virtuel immersif faisant penser au métavers que souhaitent réaliser les entrepreneurs du numérique dont le chef de file est Mark Zuckerberg. Quelles sont les influences littéraires, technoscientifiques et artistiques qui ont inspiré cette technologie imaginaire ? Dans quelle mesure a-t-elle contribué à l’élaboration de la vision stratégique des acteurs du secteur de la réalité virtuelle et des télécommunications ? (Michaud, 2018)

Continuer la lecture de APPel à contributions : “Science-fiction audiovisuelle, technologies et innovations” (revue Technologie et Innovation)