Archives par mot-clé : technologie

Parution : Gender and Digital Culture. Between Irreconcilability and the Datalogical (Helen Thornham)

Helen Thornham, Gender and Digital Culture. Between Irreconcilability and the Datalogical, Routledge, 2021. 

Gender and Digital Culture offers a unique contribution to the theoretical and methodological understandings of digital technology as inherently gendered and classed. The silences within, through and from the systems we experience every day, create inequalities that are deeply affective and constitute very real forms of algorithmic vulnerability. The book explores these lived and mundane algorithmic vulnerabilities across three interrelated research projects. These focus on recent digital phenomena including sexting, selfies and wearables, and particular decision-making systems used in health, education and social services.

Central to this book are the themes of irreconcilability and the datalogical. It makes the case that feminism and gender politics have become increasingly irreconcilable with not only long-running debates around representation and embodiment, but also with conceptions of the technological, conceptions of the user and of the systems themselves. In keeping with longstanding feminist scholarship, these irreconcilabilities can be productive and generative; they can be used to interrogate the power politics of digital culture.

By studying the lived and routine elements of digital technologies, Gender and Digital Culture asks about the many convolutions that are held together through the everyday use of these technologies, and the implications for how gender and technology are approached, discussed and theorised.

Table of Contents:

Chapter 1: Gender, Irreconcilability and the Datalogical Anthropocene Chapter 2: Being data(logical) Chapter 3: Being accountable: practices, images, infrastructure Chapter 4: Being known: autom-data-ed bodies, maternal subjectivity Chapter 5: Gender and the digital mundane Chapter 6: Gender and the digital mundane

Helen Thornham is Associate Professor in Digital Cultures at the University of Leeds, UK. Her publications include Ethnographies of the Videogame (2011, Renewing Feminisms (2013) and Content Cultures (2014). Her research focuses on gender and technological mediations, data and digital inequalities.

Parution : Game Prodution Studies

Olli Sotamaa, Jan Svelch (eds), Game Production Studies, Amsterdam University Press, 2021. 

Video games have entered the cultural mainstream and now rival established forms of entertainment such as film or television in terms of economic profits. As careers in video game development become more common, so do the stories about precarious working conditions and structural inequalities within the industry. In Game Production Studies, an international group of researchers takes a closer look at the everyday realities of video game production, ranging from commercial studios to independent creators. Across sixteen chapters, the authors deal with issues related to labour, production routines, or monetization, as well as local specificities. As the first edited collection dedicated solely to video game production, this volume provides a timely resource for anyone interested in how games are made and at what cost.

Olli Sotamaa is an associate professor of game cultures studies at Tampere University, Finland.

Jan Svelch is a researcher at the Faculty of Social Sciences and the Faculty of Arts at Charles University, Czechia.

Parution : Lire en numérique (Biens symboliques n°7)

Biens symboliques – Revue de sciences sociales sur les arts, la culture et les idées, n°7, « Lire en numérique », sous la direction de Cécile Rabot, OpenEdition, 2021. 

Les écrits sur le numérique et ses effets sur la culture sont nombreux, mais insuffisants pour qui veut tenter de comprendre ce que le numérique fait à la lecture littéraire ordinaire. De nombreux discours, optimistes ou inquiets, pointent les possibles ouverts par les nouveaux supports ou les menaces qu’ils font apparaître. Les neurosciences semblent pouvoir conforter les deux positions, selon l’interprétation qu’elles font de leurs données ; elles n’offrent souvent qu’une compréhension limitée en n’intégrant guère les variations sociales des usages et en replaçant peu les usages dans une pratique et dans un contexte. Les sciences de l’information et de la communication se concentrent plus largement sur les dispositifs, les usages et usager·ère·s qu’ils supposent ou favorisent, que sur leurs appropriations réelles. Les statistiques publiques mesurent des usages sans pouvoir en rendre compte.
Ce dossier de Biens symboliques entend réinscrire la lecture dans les perspectives offertes à la fois par l’histoire du livre et par les sciences sociales. Pour sortir de débats largement idéologiques qui opposent les anciens et les modernes, il se propose de réunir des enquêtes empiriques qui à la fois distinguent les supports et sont attentives aux variations sociales entre les usages.
Le dossier s’ouvre par un entretien avec Roger Chartier qui situe la lecture numérique dans le temps long de l’histoire de l’écrit et interroge la rupture que le numérique a opérée dans l’ordre des livres. Trois enquêtes sociologiques sur des pratiques de lecture ordinaire mettent ensuite cette interrogation à l’épreuve du terrain : qu’est-ce qui change dans le passage de l’imprimé aux écrans pour les lecteur·rice·s socialisé·e·s dans l’ordre des livres qui deviennent des adeptes du support numérique, testent un dispositif de prêt de liseuses ou au contraire n’imaginent pas du tout transposés en numérique les profits qu’ils tirent du livre papier ? Le dossier explore enfin quelques usages propres permis par le numérique, de pratiques savantes ordinaires qui passent par l’usage de corpus numérisés à des pratiques de lecture/commentaire d’une production littéraire de bande dessinée nativement numérique. Si « métamorphose du lecteur » il y a, selon l’expression de Pierre Assouline, où se situe-t-elle ? Sans prétendre en préciser toutes les facettes, ce dossier vise à montrer l’intérêt de l’enquête empirique sur une question qui a fait couler beaucoup d’encre mais reste largement ouverte.

Continuer la lecture de Parution : Lire en numérique (Biens symboliques n°7)

Parution : Signifiant et matière : l’iconicité et la plasticité dans le document numérique verbal et visuel (Semen n°49)

Semen, n° 49, « Signifiant et matière : l’iconicité et la plasticité dans le document numérique verbal et visuel« , 2021

sous la direction de Marion Colas-Blaise, Maria Giulia Dondero et Emmanuelle Pelard

Sommaire

Iconicité de la matière et iconicité du signifiant, deux modalités d’appropriation de l’œuvre d’art sur support numérique

Odile Le Guern

La saillance : origines perceptives, applications linguistiques, enjeux interdiscursifs

Frédéric Landragin

Écriture et matérialité numérique, de la substance aux formes de l’expression

Audrey Moutat 

Plasticité du billet de recherche en SHS. À propos des co-publications du blog Carnets de Terrain et du site The Conversation

Ingrid Mayeur 

Les évolutions du contenu textuel sur les réseaux socionumériques : une étude de la fonction « stories » d’Instagram

Serena Ciranna

Contraintes et enjeux de la matérialité numérique : les logiciels d’autocomplétion

Rossana De Angelis et Matilde Gonçalves

Actualités scientifiques

Mythe indo-européen et réalités linguistiques : pour une sémiotique historique

Bernard Lyonnet

Héritage saussurien et théories constructivistes du sens. À propos de la parution de Linguistique anthropologique et référentielle de Pierre Frath

Michèle Monte

Appel à contributions : Television histories in development (en ligne / hybride)

Televisions Histories in Development

Sept. 30 – Oct. 01 2021 (Online/Hybrid)

Deadline : May 01 2021

On October 2nd 2021 we will celebrate 70 years of television in the Netherlands. While this is a milestone worth celebrating, it also offers an opportunity to look back at the medium’s rich international histories. Television has survived its many predicted deaths and adapted constantly to changing social, cultural and technological trends and demands. We now invite scholars to respond to the call for papers below and contribute to a two-day international conference to further existing debates and reflect on the academic study of television history so far.

The conference will be hosted by the Netherlands Institute for Sound and Vision in Hilversum, one of the most extensive audio-visual archives in Europe. It will be part of several activities related to the 70-year anniversary of Dutch television.

Organising committee: Professor Huub Wijfjes and Dr Josette Wolthuis.

This conference will offer opportunities to share ideas and exchange research on the medium’s international histories. Scholars of all backgrounds and disciplines are invited to think about the question what role and influence television has had over the last seventy years. The conference seeks to address how television has created its own media logic that has influenced other cultural practices like journalism, sport, politics, theatre and drama, entertainment, youth cultures and education. We invite papers based on academic, preferably historic research about these perspectives. During the conference, we will encourage discussion on the development of the academic discipline of Television Studies from the 1950s until now. 

Continuer la lecture de Appel à contributions : Television histories in development (en ligne / hybride)

Journée d’études : Plateformes d’écriture en ligne (Université Jean Moulin Lyon III, en ligne)

Journée d’études : Plateformes d’écriture en ligne

26 mars 2021

Université Jean Moulin Lyon III, Marge

Les plateformes d’écriture en ligne francophones, apparues avant l’émergence des réseaux sociaux du Web 2.0, continuent aujourd’hui d’abriter des communautés de plusieurs milliers d’écrivain·es. Alors même qu’elles rassemblent, quantitativement, une large part de la production littéraire nativement numérique, les études les concernant sont rares et se penchent peu sur les spécificités littéraires des objets qui y sont produits.

Intégrer ces derniers dans la définition de la littérature numérique fait encore débat : en 2005, dans Un laboratoire de littératures. Littératures numériques et Internet, les productions de la communauté littéraire numérique Ecrits…vains ? sont exclues de cette définition ; plus récemment, dans une conférence donnée à Lille en mars 2019, Servanne Monjour affirme que les romans postés sur Wattpad relèvent de la littérature numérique. Cette tension définitionnelle est le lieu d’un débat fécond, puisqu’il permet d’interroger la poétique d’objets littéraires sous l’angle de leur support sociotechnique d’insertion.

Il s’agira, le temps d’une journée d’étude, d’aborder les spécificités des plateformes d’écriture en matière de création littéraire ; situées au carrefour de la tradition des communautés littéraires – cénacles, avant-gardes ou salons – et de la culture numérique des communs, leur dimension collective et participative informe les pratiques de leurs membres et les singularise face aux autres formes de créativité littéraire numérique. Elles offrent de plus une structuration technique particulière et contraignante avec laquelle les écrivain·es doivent négocier.

Continuer la lecture de Journée d’études : Plateformes d’écriture en ligne (Université Jean Moulin Lyon III, en ligne)

Parution : Les institutions culturelles au miroir des réseaux sociaux numériques (Balisages)

Balisages, n°2, « Les institutions culturelles au miroir des réseaux sociaux numériques », coordonné par Emmanuelle Chevry Pébayle (Université de Strasbourg) et Hans Dillaerts (Université Paul-Valéry Montpellier 3), 2021. 

Ce second dossier de la revue Balisages questionne les institutions culturelles au miroir des réseaux sociaux numériques : face au besoin d’attirer plus de visiteurs, d’élargir et de fidéliser leurs usagers, les institutions culturelles s’approprient les méthodes de communication et les outils techniques d’aujourd’hui dans un contexte d’attentes expérientielles du public qui pose de nombreux défis aux professionnels des institutions culturelles au niveau managérial, organisationnel et budgétaire.

La force de ce dossier thématique et des six textes réunis ici, réside dans ses regards croisés et multiples sur les objets et sujets traités tant au niveau des méthodologies et approches conceptuelles mobilisées, des contextes (nationaux et internationaux avec la traduction de deux études menées à l’international), que des médias sociaux analysés et des types de publication retenus. Conformément à la singularité éditoriale de la revue Balisages, ce numéro propose aussi bien des articles de recherche que des articles de praticiens, qui viennent illustrer le questionnement par des études de cas à dimension fortement réflexive. 

Voir l’appel à articles.

Continuer la lecture de Parution : Les institutions culturelles au miroir des réseaux sociaux numériques (Balisages)

Parution : Lanterne magique. Avant le cinéma (Jérôme Prieur)

Jérôme Prieur, Lanterne magique. Avant le cinémaFario, coll. « Théodore Balmoral », 2021.

Avec Lanterne magique, Jérôme Prieur nous propose une réflexion sur l’émergence, en plein siècle des Lumières, d’une pratique dont les ressorts occultes sont néanmoins essentiels : celle des projections publiques de lanterne magique qui débutent durant l’An VI, c’est-à-dire en 1797 – 1798.

Cette archéologie du cinéma passe par celle de l’image lumineuse à partir de deux livres, Du côté de chez Swann de Marcel Proust et les Mémoires d’Étienne-Gaspard Robertson (1763 – 1837), l’inventeur de la fantasmagorie qui fit carrière sous le Directoire et le Consulat quand les lanternes magiques sont connues depuis la fin du XVIIe siècle. 

On connaît bien le premier, la fameuse série de six plaques de lanterne magique racontant l’Histoire de Geneviève de Brabant et le fameux passage : 

« On avait bien inventé, pour me distraire les soirs où on me trouvait l’air trop malheureux, de me donner une lanterne magique, dont, en attendant l’heure du diner, on coiffait ma lampe ; et, à l’instar des premiers architectes et maîtres verriers de l’âge gothique, elle substituait à l’opacité des murs d’impalpables irisations, de surnaturelles apparitions multicolores, où des légendes étaient dépeintes comme dans un vitrail vacillant et momentané. » M. P.

On connaît moins ou pas du tout le second et ses Mémoires récréatifs, scientifiques et anecdotiques d’un physicien aéronaute. En plein siècle des Lumières, Étienne-Gaspard Robertson (peintre, dessinateur, physicien aéronaute, mécanicien, fantasmagorien et mémorialiste) est un véritable illusionniste. Comme l’écrit Jérôme Prieur dans sa préface, Robertson propose « de l’intérieur, une réflexion sur le spectacle lumineux, sur l’illusion et la croyance, une réflexion sur le spectateur – ce hors champ laissée dans l’ombre des histoires du cinéma et du pré-cinéma, cette part d’ombre consubstantielle aux images nocturnes. Bien avant le grand Hitchcock, Étienne-Gaspard Robertson a été le premier à comprendre que les spectacles optiques que préfigure sa fantasmagorie ne devaient pas se contenter de mettre en mouvement les images, mais qu’ils devaient mettre en scène les désirs et les peurs que suscitent les images, qu’ils devaient diriger le spectateur, notre double assis à notre place dans la nuit lumineuse.

Est-ce vraiment un hasard si son écran de projection, Robertson l’appelait « miroir » ?

Continuer la lecture de Parution : Lanterne magique. Avant le cinéma (Jérôme Prieur)

Appel à contributions : Sport et Cinéma. La technique à l’épreuve du réel (Bibliothèque Francophone Multimédia de Limoges)

Colloque international : Sport et Cinéma. La technique à l’épreuve du réel

18 et 19 novembre 2021

Bibliothèque Francophone Multimédia de Limoges

Échéance des propositions : 1er juin 2021
 

Comme l’ont expliqué Patrick Diquet et Christophe Meunier (Les Origines sportives du cinéma, 2017), le sport a accompagné l’histoire du cinéma dès les premières images captées par Georges Demenÿ. Depuis, certaines disciplines sportives ont attiré l’attention des cinéastes par leur intensité et potentiel esthétique : l’athlétisme (ex. Les Chariots de feu d’Hugh Hudson, 1981), la boxe (Raging Bull de Martin Scorsese, 1980), le football (Pelé, naissance d’une légende de Michael et Jeff Zimbalist, 2016), le baseball (42 de Brian Helgeland, 2013) ou encore le basket-ball (Coach Carter de Thomas Carter, 2005). Avec le support des grands studios européens ou hollywoodiens, de nombreux longs métrages (comédie, drame, film noir, science-fiction) ont ainsi marqué de leur empreinte l’histoire culturelle, allant du burlesque (Sportif par amour, 1927) à la politique internationale (Rocky IV, 1985), de l’action pure (Rush, 2013) à l’économie du sport (Le Stratège, 2011), du drame historique (De l’ombre à la lumière, 2005) aux questions d’identité nationale (As One, 2012). En règle générale, ces films répondent aux besoins émotionnels d’un large public et aux nécessités commerciales d’un marché en expansion.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Sport et Cinéma. La technique à l’épreuve du réel (Bibliothèque Francophone Multimédia de Limoges)

Appel à contributions : ALGORITHMS IN FILM, TELEVISION AND SOUND CULTURES: NEW WAYS OF KNOWING AND STORYTELLING (Istanbul Bilgi University, en ligne)

Conference : Algorithms in Film, Television and Sound Cultures:New Ways of Knowing and Storytelling

April 29-30, April

Virtual Event

Abstract Submission Deadline (EXTENDED): March 15, 2021

Organized by: Istanbul Bilgi University, Faculty of Communication, Department of Film and Television

Venue: Virtual Zoom Event

Confirmed Keynote Speakers:

  • Christian Katzenbach (Alexander von Humboldt Institute for Internet and Society, Berlin)
  • Robert Prey (University of Groningen, Faculty of Arts)
  • Diğdem Sezen (Teesside University, School of Computing, Engineering and Digital Technologies, Department of Transmedia Digital Art and Animation)

Contemporary visual and sound cultures which increasingly rely on algorithmic analytics raise important questions on subjectivity and creativity in our ways of seeing and hearing, the ethics of the visual and the aural, the quantified self, the aesthetics and the provenance of the image. The use of algorithmic analytics to create media content, including films, series, trailers and teasers have proliferated with the advent of networking and digital streaming platforms. Digital data sets have become commodities in the global media industry. The knowledge obtained from digital data sustains the flow of knowledge on the users’ choices, governing production and consumption processes. Although algorithmic data appears to be computationally generated, it is bound with actors, networks, businesses and their ways of thinking and imagining the world. A line of research focuses on how the algorithmic calculation of taste data in film, sound and television have transformed and possibly subverted the mediums. Hence, algorithms are objects of critical cultural and political analyses.

Continuer la lecture de Appel à contributions : ALGORITHMS IN FILM, TELEVISION AND SOUND CULTURES: NEW WAYS OF KNOWING AND STORYTELLING (Istanbul Bilgi University, en ligne)