Archives par mot-clé : technologie

Parution : Nostalgies contemporaines. Médias, cultures et technologies

Emmanuelle Fantin, Sébastien Fevry et Katharina Niemeyer (dir.), Nostalgies contemporaines. Médias, cultures et technologies, Presses Universitaires du Septentrion, « Information-communication », 2021.

La nostalgie est devenue une ressource fondamentale de la culture médiatique contemporaine. Les séries télévisées au look rétro, l’amour du vintage et des meubles patinés, le déferlement du rétro-gaming ou encore les commémorations (muséales) d’un passé souvent idéalisé peuplent désormais notre quotidien. La nostalgie est pourtant bien plus qu’une simple rétrogradation temporelle, et c’est ce que les auteur·e·s de cet ouvrage entendent démontrer à travers des réflexions critiques et des cas d’études originaux et inédits. Comment comprendre la passion pour les photographies de maisons en ruines ? Qu’est ce qui nous pousse à regarder en boucle nos séries préférées ou celles de notre enfance ? Pourquoi écrire aujourd’hui une carte postale qui sera reçue en 2042 ? Voici quelques-unes des nombreuses questions auxquelles cet ouvrage collectif transdisciplinaire – le premier en langue française – propose d’offrir des pistes de réponse.

Table des matières…

Appel à contributions : Fictions Technologies Soins

NébulX — Fictions Technologies Soins

Le projet : Les technologies contemporaines — que nous comprenons comme l’ensemble des dispositifs techniques ayant le code et ses applications pour fondement — nous affectent physiquement, psychiquement et socialement. Elles agencent nos affects et nos comportements en provoquant notre addiction ; elles prédisent qui nous serons et aurons été, préemptant les subjectivités comme toute autre marchandise ; elles altèrent notre rapport à nous-mêmes, à nos communautés et aux vivants qui parcourt nos territoires. Constituant des milieux que l’on peut qualifier de prosthétiques, dans la mesure où elles façonnent et/ou remplacent notre rapport organique au réel, ces technologies bouleversent autant notre attention que notre rapport à l’espace et au temps. Ruptures, connexions, déplacements, accélérations, stagnations, fragmentations caractérisent ainsi nombre des régimes attentionnels contemporains.

Étant donné l’intrication des technologies et de nos vies, le projet NébulX pose l’exigence d’une refonte de la catégorie de « soin », catégorie fondamentale des médiations humaines qui façonnent individus et sociétés.

Le problème qui guide le projet est le suivant : quelles stratégies pour répondre aux transformations de nos rapports au monde que nous vivons à travers les technologies contemporaines ? Quelles sont les luttes, les résistances, les alliances, les résignations et les menaces qui accompagnent le déploiement des technologies dans nos écologies physiques, psychiques et sociales ? Continuer la lecture de Appel à contributions : Fictions Technologies Soins

Parution : Otrante, n°47-48, « Apocalypses »

Otrantes. Art et littérature fantastiques, n° 47-48 : « Apocalypses », éd. Kimé, 2020. 

Responsables éditoriaux : Sylvie Bauer, Hélène Machinal, Denis Mellier

Nous serions désormais dans un spatial turn, dans lequel les questions de l’espace et des mondes se seraient imposées face au privilège ancien d’un récit du temps, de sa perception et de ses transformations.
Comment dans un régime culturel de l’écran, dans une fiction où les devenirs technologiques ne cessent de tracer de nouvelles perceptions et possibilités pour le sujet humain — jusqu’à son dépassement ou sa disparition —, les catégories de l’espace et du temps négocient-elles nouvellement leurs relations ? Les fictions de l’imaginaire, la SF et le fantastique, les anticipations dystopiques ou encore l’enquête policière sont-ils plus particulièrement aptes à révéler de nouvelles configurations fictionnelles de l’espace et du temps ? À moins que certaines de leurs propriétés formelles et imaginaires n’aient contribué précisément à ce tournant spatial ?
À travers des études consacrées aux paradoxes temporels, à la circularité du récit, aux brouillages génériques, aux dispositifs médiatiques et textuels offerts par les relations de la littérature et du numérique, de Star Trek à Sherlock Holmes, de Don DeLillo à Lauren Beurkes, d’Alain Damasio à William Burroughs, du blockbuster Arrival à l’œuvre expérimentale de Scott Tomasula, ce numéro d’Otrante, cherche à montrer le renouvellement des représentations et des conceptions qui affectent les imaginaires du temps et de l’espace dans la fiction (littérature, cinéma, séries) contemporaine.

Parution : L’usage de l’art de Burning Man à Facebook : art, technologie et management dans la Silicon Valley

Fred Turner nous guide au coeur du festival Burning Man, véritable mythe au sein de la Silicon Valley, puis dans les locaux de Facebook, parmi les plus secrets de la planète. Ses observations nourrissent une analyse sur le nouvel usage de l’art comme outil de management et de création d’une culture d’entreprise.

Acquisitions, fondations, mécénat : les entreprises utilisent depuis fort longtemps l’art pour manifester leur grandeur et leur rayonnement tant dans leurs bâtiments que dans l’espace public. Depuis quelques années, la Silicon Valley utilise l’art différemment pour créer un nouvel environnement de travail, un nouveau style de vie en entreprise, chaque salarié pouvant apporter ses émotions, son moi profond et sa créativité.

Pour accompagner leur croissance accélérée, les firmes du numérique ont développé leur propre culture d’entreprise en intégrant un nouvel usage de l’art. On voit ainsi des ingénieurs préparer des performances pour Burning Man, ou des artistes recouvrir de fresques et d’affiches les murs des locaux de Facebook. À l’image des utilisateurs des médias sociaux, les salariés, chargés de « changer le monde », acceptent de rendre floue la frontière entre vie privée et travail, entre leurs sentiments et leur production.

Dans ce nouvel ouvrage incisif, Fred Turner montre comment les entreprises de technologie ont construit un modèle managérial qui veut rendre invisibles les relations de pouvoir. Elles récupèrent ainsi les idées de la contre-culture, celles d’un monde sans hiérarchie et sans contrats… pour notre bénéfice individuel et pour le plus grand bien des entreprises de la Silicon Valley.

Commander

Obtenir un extrait (.pdf)

Fred Turner est professeur de sciences de la communication à l’université Stanford, au cœur de la Silicon Valley. Il est devenu un chercheur incontournable pour l’histoire de l’Internet, du multimédia, et des relations entre l’art, la technologie et les nouveaux pouvoir des entreprises de communication numérique.

Appel à communications : De l’immersion au cinéma

Colloque international : De l’immersion au cinéma

Université Rennes 118-20 mai 2021
(date limite de l’appel : 11 janvier 2021)

Du 18 au 20 mai 2021 se tiendra le colloque international « De l’immersion au cinéma », sous la direction de Marc Christie, Jean-Baptiste Massuet et Grégory Wallet. Il se déroulera à l’université Rennes 1.

Ce colloque souhaite élargir la réflexion du programme Beauviatech en questionnant une notion, celle d’immersion, à travers l’histoire technique du cinéma et, plus particulièrement, en interrogeant les spécificités liées à l’argentique puis au numérique.

Les communications, d’une durée de 30 minutes, pourront porter sur toutes formes de cinéma (commercial, éducatif, scientifique, documentaire, d’animation, amateur, expérimental…), argentique ou numérique, à partir du moment où la notion d’immersion (mentale comme physique) du spectateur est traitée sous un angle technique.
Les propositions de communications (500-600 mots) accompagnées d’une courte notice biobibliographique de 125 mots environ (nom, institution et publications importantes) sont à envoyer pour le 11 janvier 2021 au plus tard aux adresses suivantes :
jean-baptiste.massuet@univ-rennes2.fr
gregory.wallet@univ-rennes2.fr

Télécharger l’appel à communications

Parution : 1839. Daguerre, Talbot et la publication de la photographie. Une anthologie

Steffen Siegel, 1839. Daguerre, Talbot et la publication de la photographie. Une anthologie, Éditions Macula, coll. « Transbordeur », 2020. 

Traducteurs : Jean-François Caro, Jean Torrent, Sophie Yersin Legrand
 

Paris, 7 janvier 1839. L’homme politique et célèbre scientifique François Arago fait une communication devant l’Académie des sciences à propos d’un nouveau procédé, inventé par Louis Daguerre, qui permet de fixer les images se formant au foyer d’une chambre obscure. Immédiatement, le monde tend l’oreille et en quelques jours, avant que quiconque ait eu l’occasion de voir un daguerréotype, la nouvelle selon laquelle la science permet désormais de reproduire la nature se répand d’un bout à l’autre de l’Europe et atteint l’Amérique. Pris de vitesse, William Henry Fox Talbot qui, en Grande-Bretagne, a produit ses premiers « dessins photogéniques » quelques années auparavant, s’empresse alors de rendre son procédé public. À partir de cette date, de nombreux acteurs, qu’ils soient savants, journalistes, artistes ou voyageurs, contribuent à inventer des métaphores, établir des comparaisons, forger des concepts et élaborer des raisonnements – en bref à instituer les canons et les cadres de référence du discours sur la photographie. 

Cette anthologie se concentre sur les écrits provenant des deux pays d’origine des premiers procédés photographiques, la France et la Grande-Bretagne, et rédigés en cette année 1839 ou juste avant. Des textes parus dans l’espace germanophone et aux États-Unis les complètent, attestant ainsi la rapide diffusion de la photographie et de son discours. Le lecteur découvre la profusion des motifs et des intérêts, des attentes et des promesses, des espoirs et des craintes qui se sont attachés à ce nouveau médium au moment de sa révélation au public.

Steffen Siegel est professeur de théorie et d’histoire de la photographie depuis 2015 à la Folkwang Universität der Künste d’Essen. Pendant l’année 2019/2020, il est Ailsa Mellon Bruce senior fellow à la National Gallery of Art de Washington, D.C. Parmi ses nombreuses publications, citons : Fotogeschichte aus dem Geist des Fotobuchs, Göttingen, 2019 ; Gegenbilder. Counter-Images, Vienne, 2016.

Parution : Post-cinema

Dominique Chateau & José Moure (dir.) (2020), Post-cinema. Cinema in the Post-art Era, Amsterdam, Amsterdam University Press.

Cet ouvrage explore de nouvelles façons d’envisager, de vivre et de faire des films en période de transition technologique. Il réunit un groupe international d’universitaires et d’artistes de différents pays, qui parlent des langues différentes et proviennent de milieux culturels et disciplinaires différents.

L’ouvrage est également disponible en libre accès

Parution : Politiques du musical hollywoodien

Aurélie Ledoux, Pierre-Olivier Toussa (dir.), Politiques du musical hollywoodien, Presses Universitaires de Nanterre, 2020. 

La comédie musicale offre à ses publics des divertissements « familiaux » et en apparence inoffensifs, dont la fantaisie semble éloignée de tout réalisme et de tout souci critique. Pourtant le musical, émanation parfaite de l’ âge d’or hollywoodien, expose de façon ouverte les tensions idéologiques et culturelles qui le traversent.
Rassemblant les contributions de spécialistes de cinéma, de danse et de musique, cet ouvrage propose une exploration des « politiques » de ce genre protéiforme – depuis les cycles de musicals des années 1930 et jusqu’aux films à grand spectacle des années 1960 – à partir de trois questions principales : la place spécifique de la comédie musicale dans le système d’autocensure orchestré par le Code de production hollywoodien ; les normes de représentation, en particulier raciales, liées à la reprise de traditions musicales ou chorégraphiques ; les enjeux idéologiques, enfin, d’un genre situé au cœur de la culture de masse et, à ce titre, inséparable d’impératifs technologiques et médiatiques.

Contributions de Marion Carrot, Marguerite Chabrol, Steven Cohan, Todd Decker, Gaspard Delon, Laurent Guido, Aurélie Ledoux, Adrienne L. McLean, Karen McNally, Allison Robbins, Pierre-Olivier Toulza. Continuer la lecture de Parution : Politiques du musical hollywoodien

Parution : écran n°13, Techniques et machines de cinéma, objets, gestes, discours

Écrans, n°13, 2020 : « Techniques et machines de cinéma : objets, genèses, discours »

Sous la direction de Laurent Le Forestier, Gilles Mouëllic & Benoît Turquety

La revue Écrans a publié le 10 novembre 2020 un numéro spécial Technès, sous la direction de Laurent Le Forestier, Gilles Mouëllic et Benoît Turquety. Il reprend notamment les actes du colloque doctoral Cinéma et Machines qui s’est tenu à l’université Rennes 2 les 9 et 10 octobre 2017, ainsi que deux textes issus du colloque organisé autour de l’exposition de la Cinémathèque française Voyage au cœur de la machine cinéma en décembre 2016.

Sommaire

Lire les résumés

Appel à contributions : Technologies numériques et apprentissages

Reset n° 12, Technologies numériques et apprentissages

Numéro coordonné par Cédric Fluckiger (CIREL, Université de Lille) et Vinciane Zabban (EXPERICE, Université Sorbonne Paris Nord).

Date-limite d’envoi des propositions (résumés) : 11 Janvier 2021.

On ne nait pas « natif numérique », on le devient. À contre-courant de la conception explicitement essentialisante de cette métaphore populaire, les sciences humaines et sociales décrivent comment se découvrent et s’expérimentent les usages du numérique, et elles se donnent pour programme scientifique d’étudier comment ils se construisent, se déconstruisent, se reconstruisent. Tout usage des technologies numériques s’inscrit dans un contexte et nécessite en effet des apprentissages à la fois techniques et sociaux. Que ces apprentissages aient lieu de manière implicite dans des réseaux de sociabilité ou explicite dans des institutions comme l’école, ils sont une composante essentielle des processus de socialisation.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Technologies numériques et apprentissages