Archives par mot-clé : tatouage

Appel à contributions : Le vestimentaire et le tatouage : Des signes et des codes culturels et littéraires en question (ouvrage collectif)

Le vestimentaire et le tatouage : Des signes et des codes culturels et littéraires en question

Échéance des propositions : 15 juin 2021
 

Parler du corps et de tout ce qui l’entoure a toujours été étroitement lié à la société et par conséquent à la sociologie, à l’anthropologie et à la sémiologie entre autres. Dans cette perspective tout autant littéraire, anthropologique que sociologique le corps humain a suscité depuis toujours un intérêt particulier dans les milieux de la recherche qui tentent d’explorer le caractère multidimensionnel du corps signe. De la sorte, penser le corps dans ses relations avec le vestimentaire et le tatouage, c’est se mouvoir dans un champ de recherche extrêmement riche et complexe, mais séduisant dans le sens où :

« La médiation sémiotique par le vêtement ne s’arrête évidemment pas à ce rapport entre soi et soi, c’est-à-dire dans l’articulation entre les sphères du corps-chair et du corps enveloppe par l’ajout du vêtement en tant que prothèse. L’iconisation corporelle produite par l’habillement a une incidence sur l’image de soi et sur les interactions possibles avec autrui » (Anthony Mathé, 2014).

Comme signes révélateurs de significations profondes, le tatouage et le vestimentaire sont la partie à la fois visible et immergée de l’Iceberg, ici le corps. De fait, l’on peut avancer, à la suite des sémioticiens, que tout est signe, que la signifiance peut s’opérer en dehors des canons de la langue et que l’être humain ne peut échapper à la force de frappe de la culture.   

Continuer la lecture de Appel à contributions : Le vestimentaire et le tatouage : Des signes et des codes culturels et littéraires en question (ouvrage collectif)

Parution : Textes à vif. Tatouages, transferts et performances (Revue La Peaulogie, n° 5)

La Peaulogie. Revue des sciences sociales et humaines sur la peau, n° 5, « Textes à vif. Tatouages, transferts et performances », hiver 2020.

Marques corporelles, inscriptions, traces, piqûres, griffures, fleurs de bagne, bousilles, brouillages, matricules, ce numéro explore la mise en scène encrée du corps à travers différentes pratiques artistiques, sociales, esthétiques et éthiques. Que dit la citation sur le corps ? Comment le corps tatoué s’inscrit‑t‑il dans l’espace ? Comment est‑il lu, vu, perçu ? Comment devient‑il lisible ? Que performe‑t‑il ? Le tatouage relève‑t‑il d’une littérature dessinée, calligraphiée, performée ?

Dans la lignée du volume consacré à l’imaginaire du tatouage (La Peaulogie, 4) et dans le cadre du projet pluriannuel, international, et transdisciplinaire La littérature dans la peau, le numéro Textes à vif. Tatouages, transferts, performances analyse la mise en texte du corps, en étant davantage centré sur l’art corporel. On y interroge notamment la pratique du tatouage, de l’auto‑tatouage et la façon dont ces marquages sont représentés au cinéma, dans la chanson, la littérature et le spectacle vivant. Écrire, créer et encrer convergent dans des espaces de création, de sociabilité et de constructions identitaires qu’il s’agit d’étudier pour mieux comprendre la façon dont le corps qui parle est semblable au langage performatif lorsqu’il est tatoué.

Ce numéro propose donc de cartographier et de mettre en lumière des occurrences de textes à vif au cinéma (Jean Vigo, Peter Greenaway, Christopher Nolan), dans la chanson réaliste (Marie Dubas, Aristide Bruant), le roman victorien (A Laodicean de Thomas Hardy), la fiction contemporaine comme dans la bande dessinée (Paco les mains rouges), ou encore à travers des poèmes‑portraits et les pratiques d’artistes performeurs comme Jean‑Luc Verna et Yoann Sarrat, de façon à mieux comprendre la richesse de ces corps‑écrans, corps‑scènes et autres corps‑livres.

Continuer la lecture de Parution : Textes à vif. Tatouages, transferts et performances (Revue La Peaulogie, n° 5)