Archives par mot-clé : symbolique

Appel à Communication/Call for Papers : Communication du symbolique et symbolique de la communication dans les sociétés modernes et postmodernes

Appel à communications

Colloque international

« Communication du symbolique et symbolique de la communication dans les sociétés modernes et postmodernes »

organisé par ESSACHESS et

l’Open Research Center for International Applied Research Studies of Innovations in Communication (ORC IARSIC)

à

l’Institut des Technosciences de l’Information et de la Communication (ITIC),

Université Paul Valéry de Montpellier 3

Les 8 et 9 novembre 2012 à Béziers, France

Responsables scientifiques / Scientific organizers:

Céline BRYON-PORTET (MCF HDR en Sciences de l’Information et de la Communication, ENSIACET, Université de Toulouse) et Mihaela Alexandra TUDOR (MCF HDR en Sciences de l’Information et de la Communication, Université Paul Valéry de Montpellier 3)

Conférencier invité / Keynote speaker :

Lucien SFEZ

French (english below)

Roland Barthes s’interrogeait dans L’aventure sémiologique, après avoir évoqué la prégnance du symbolisme dans les sociétés passées : « il y aurait là à se demander ce qui reste de ces grands symboles dans une société technicienne comme la nôtre ; est-ce que ces grands symboles ont disparu, est-ce qu’ils se sont transformés, est-ce qu’ils sont cachés ? »

Partant de ce questionnement, ce colloque se propose d’étudier les liens tout à la fois étroits et ambigus que le symbolique entretient avec les problématiques communicationnelles, dans les sociétés modernes et postmodernes.

Bien que largement ancré dans les sciences de l’information et de la communication, cette rencontre scientifique privilégie l’interdisciplinarité. Les approches sociologiques, anthropologiques, psychologiques, cognitives, médiologiques et historiques, notamment, mais aussi celles qui sont relatives aux sciences du langage, seront les bienvenues.

Les contributions pourront développer différents axes :

Axe 1 : la part du symbolique dans les pratiques communicationnelles aujourd’hui

Cet axe consistera à montrer que contrairement à quelque préjugé tenace, qui voudrait que les modes de réflexion et d’expression de type symbolique soient l’apanage des sociétés dites traditionnelles voire primitives, et disparaissent dans les sociétés modernes et techniciennes telles que la nôtre, ceux-ci perdurent de nos jours sous des formes variées et s’expriment à travers les pratiques communicationnelles.

L’on pourra, par exemple, étudier :

  • les divers modes d’expression des formes symboliques (figures et récits mythiques, pratiques rituelles, discours et images institutionnelles symboliques…),
  • leur présence dans la société (sphère politique et sportive notamment) et les organisations (entreprises privées, institutions publiques…), dans la publicité et les marques, dans les TIC et les industries culturelles (télévision, bandes-dessinées, internet…), au sein des habitus sociaux et des relations humaines (rites de convivialité et de commensalité, rites d’interaction…),
  • leurs tentatives d’adaptation avec la société moderne et technicienne qui est la nôtre, leurs transformations éventuelles,
  • les fonctions qu’elles endossent (fonctions identitaires, cohésives, mobilisatrices…), et le rôle qu’y joue l’imagination,
  • leur participation à la construction de la réalité,
  • leur oscillation entre les pôles de transmission, de communication et d’information…

Axe 2 : les spécificités communicationnelles des organisations à forte dimension symbolique

Cet axe s’intéressera plus particulièrement à des organisations investies d’une forte dimension symbolique voire sacrale, notamment les sociétés secrètes et les institutions religieuses ou para-religieuses.

Pourront ainsi être étudiées :

  • les groupes religieux (Opus Dei, par exemple), les mouvements sectaires, les fraternités étudiantes, les institutions ésotériques telles que les obédiences maçonniques ou les associations de type Rose-Croix,
  • leur mode de fonctionnement et de communication spécifiques en interne,
  • l’évolution éventuelle de leurs pratiques communicationnelles en externe,
  • la prégnance des médiations symboliques, à des fins de transmission des valeurs communautaires et de légitimation des figures autoritaires, dans ce type d’organisations,
  • les interactions entre les différents acteurs institutionnels, les processus de production du sens à l’œuvre dans les pratiques (rituelles par exemple) et les discours, qui participent d’une construction sociale de la réalité,
  • les médiations horizontales (relations interpersonnelles, voire communautaire) et verticales (relation avec un sens transcendant) que les formes symboliques tissent, et les liens qu’elles entretiennent avec le sacré,
  • les media que ces organisations privilégient,
  • les enjeux qui se nouent autour de l’imagination symbolique, et les dérives possibles (manipulation mentale, dérives fanatiques…).

Axe 3 : la symbolique attachée aux discours communicationnels et aux SIC

Ce dernier axe s’efforcera d’explorer la dimension symbolique ou métaphorique qui innerve certains discours communicationnels, notamment ceux qui servent à décrire une organisation, dans la lignée des analyses effectuées par Gareth Morgan (2006), ou encore à évoquer la communication moderne, dans la lignée des travaux que Lucien Sfez a menés (1992).

Il s’agira d’étudier, par exemple :

  • la spécificité des discours symboliques, du point de vue des sciences du langage, par rapport aux discours conceptuels, les ressorts psychologiques qu’ils mettent en œuvre et éventuellement leur impact spécifique, au plan cognitif notamment,
  • la surabondance des symboles et des métaphores dans certains types de discours (religieux, ésotériques, voire politiques…), et les motivations que cette utilisation à outrance trahit,
  • mais aussi la détermination des symboles et des métaphores qui servent à évoquer la communication moderne, comparée tour à tour à une machine ou à un organisme, par exemple, et les enjeux que ces choix représentationnels révèlent.

Dates importantes :

  • 1 mai 2012 : envoi de la proposition d’article sous forme d’un résumé d’environ 3500 – 5000 signes espaces compris (comportant 5 mots clés et le titre de la communication en français
  • et en anglais), ainsi que l’axe choisi.
  • La proposition doit être accompagnée des noms, affiliations et adresses e-mail de tous les auteurs.
  • 15 juin 2012 : notification des résultats par email
  • 15 septembre 2012 : soumission intégrale de l’article

Les propositions et les questions complémentaires doivent être adressées à : celine.bryonportet@ensiacet.fr, mihaela.tudor.com@gmail.com, essachess@gmail.com

Les auteurs dont les propositions auront été acceptées en seront avisés par e-mail.

Publication des actes :

Un ouvrage collectif sera publié à l’issue du colloque.

Les meilleures propositions sélectionnées par le comité scientifique seront publiées dans un numéro à venir, rubrique Varia, de la revue ESSACHESS – Journal for Communication Studies, répertoriée dans les bases de données internationales : Ebsco Publishing, ProQuest CSA, Index Copernicus, CEEOL, DOAJ, Ulrich’s, J-Gate et Gale.

Toutes les propositions feront l’objet d’une évaluation en double aveugle.

Lieu du colloque : Université Paul Valéry de Montpellier 3, Centre du Guesclin, Béziers, France

Frais d’inscription : 90 euros tarif normal, 50 euros pour les doctorants (pauses, déjeuners, actes, mallettes)

Langues du colloque : Français et anglais

***

English

In his work, The Semiotic Challenge, after referring to the significance of symbolism in past societies, Roland Barthes questioned the following: “we have reason to ask what remains of these great symbols in a technological society like our own; have these great symbols vanished, have they been transformed, are they hidden?” (R. Barthes, 1994)

Starting from these questions, the conference proposes to study the links – simultaneously narrow and ambiguous – that the symbolic maintains with various communication issues, in the modern and postmodern societies.

This symposium, although largely rooted in the Information and Communication Sciences (ICS), favors an interdisciplinary approach. Therefore, sociological, anthropological, psychological, cognitive, mass-media and historical approaches, but also those related to linguistics are more than welcomed to broaden the debates.

Contributions can expand different panels:

First Panel: The share of symbolic in today’s communication practices

This axis consist in showing that, unlike to some persistent prejudices which consider that the patterns of symbolical thought and expression are the prerogative (the domain) of so-called traditional or primitive societies that disappeared in our modern technological world, they persist today in various forms and are expressed throughout the communication practices.

Approaches could take, for example into consideration:

  • Various expression patterns of symbolical forms (figures and mythical narratives, rituals, symbolic institutional discourses and images…);
  • Their presence in society (including politics and sports) and organizations (private companies, public institutions etc.) in advertising and branding activities, in ICT and cultural industries (television, comic books, internet …), in social habits and interpersonal communication (rituals of conviviality and commensality, interaction practices …);
  • Their attempts to adapt to our modern society and technology and their potential transformations;
  • Functions that they endorse (functions of identity, cohesive, inspirational …), and the role played by the imagination;
  • Their role played in the construction of reality
  • Their oscillation between the poles of transmission, communication and information…

Second Panel: The strong symbolic dimension of the organizational specific communication

This axis will focus more particularly on organizations with a strong symbolic or even sacred dimension, including here the secret societies, religious or parareligious institutions.

Topics to be approached:

  • Religious groups (Opus Dei, for example), sectarian movements, students fraternities, esoteric institutions such as The Masonic persuasions or associations like the Rosicrucian;
  • Their specific way of communication and the way they function internally;
  • The possible development of their communication practices at an external level;
  • The significance of symbolic mediations, for transmitting communitarian values and the legitimization of authority figures in such organizations;
  • The interactions between different institutional actors, the process of meaning production in a working place (the internal communication ‘rituals’ for example) and the discourses which are part of the social construction of reality,
  • The horizontal mediation (at an interpersonal or group level), vertical mediations (related to a transcendent meaning) that weave symbolic forms, and their links with the sacred;
  • Mediums that these organizations favor;
  • Challenges formed around the symbolic imagination, and their possible deviations (mental manipulation, fanatic drifts, etc.).

Third Panel: Symbolism attached to communicative discourses and ICS

This last panel will seek to explore the symbolic dimension or metaphorical speeches which supply certain communicational discourses, especially those used to describe an organization, in line with the analysis performed by Gareth Morgan (2006), or those that evoke the modern communication paradigm in line with the work of Sfez Lucien (1992).

Topics to be approached could concern:

  • The specificity of symbolic discourses from the perspective of linguistics, in relation to the conceptual discourses, the psychological motives that they implement and possibly their particular impact at a cognitive level;
  • The overabundance of symbols and metaphors in certain types of discourses (such as religious, esoteric, or even political ones) and the motivations that this overuse betrays;
  • Also, the identification of symbols and metaphors used to refer to nowadays communication, compared in turn to a machine or an organism, and the challenges that these representational choices reveal.

Important dates:

  • May 1st, 2012: Submission of an abstract of approximately 3500 – 5000 characters, including spaces, and five keywords. The title of the paper will be written in French and English. The proposal must include the name and affiliations as well as the email address of all authors.
  • June 15, 2012: Notification of abstract acceptance via email
  • September 15, 2012: Submission of the full papers

All proposals and questions should be addressed to: celine.bryonportet@ensiacet.fr, mihaela.tudor.com@gmail.com, essachess@gmail.com

Authors whose proposals are accepted will be notified by e-mail.

Publication of the proceedings:

Conference proceedings will be published after the conference. A selection of the best proposals will be published in upcoming issues (section Varia) of the journal ESSACHESS – Journal for Communication Studies indexed in the international databases: Ebsco Publishing, ProQuest CSA, Index Copernicus, CEEOL, DOAJ, Ulrich’s, J Gate and Gale.

Conference location: Université Paul Valéry de Montpellier 3, Centre du Guesclin, Béziers, France

Registration Fees: 90 Euros standard fee, 50 Euros for doctoral students (the fee includes coffee breaks, lunch, proceedings materials, conference map)

Languages ​​of the conference: French and English

Partenaires scientifiques / Scientific Partners :

UMR Praxiling – Université Paul Valéry de Montpellier 3, ITIC, UMR Praxiling – Paul Valéry de Montpellier 3 University, ITIC,

Université de Bucarest, University of Bucharest,

Université Babes Bolyai de Cluj, Babes Bolyai University of Cluj-Napoca,

Université de Timisoara,West University of Timisoara,

Journal for the Studies of Religions and Ideologies,

Journal of Media Research,

Journalisme&Communication (Jurnalism&Comunicare)

Comité d’organisation / Organizing Committee :

Présidentes du comité / Presidents of Organizing Committee

Catherine GHOSN (Université de Toulouse 3) et Patricia JULLIA (Université Paul Valéry de Montpellier 3)

Membres enseignants chercheurs du comité

Youcef AISSANI (Université de Toulouse 3)

Oana BARBU (Université de Ouest Timisoara, West University of Timisoara)

Audilio GONZALES (Université Paul Valéry de Montpellier 3)

Elisa RAFITOSON (Université d’Antananarive, University of Tananarive)

Alina Elena ROMASCU (Université du Toulon et du Var)

Membres doctorants du comité / PhD Candidates :

Lahouij Mohamed ANOUAR

Aurora BURCA

Mihai CRANGASU

Jawad El GANNAB

Alina VASILE

Comité scientifique / Scientific Committee :

Delia BALABAN (Babes Bolyai University of Cluj, Romania)

Françoise BERNARD (Université de Provence, France)

Georges BERTIN (CNAM Pays-de-la-Loire, France)

Marcel BOLLE DE BAL (Université Libre de Bruxelles, Belgique)

Bruno BONU (UMR Praxiling, Université Paul Valéry de Montpellier 3, France)

Michel BOURRET (Université Paul Valéry de Montpellier 3, France)

Philippe BRETON (Université de Strasbourg, France)

Stefan BRATOSIN (Université Paul Valéry de Montpellier 3, France)

Olivier CHANTRAINE (Université Charles de Gaulle Lille 3, France)

Chantal CHARNET (UMR Praxiling, Université Paul Valéry de Montpellier 3)

Mihai COMAN (University of Bucarest, Romania)

Lise DEMAILLY (CLERSE UMR 8019, Université Lille 1, France)

Sandu FRUNZA (University of Babes Bolyai, Romania)

Jean-Jules HARIJAONA (University of Tananarivo, Madagascar)

Denis JEFFREY (Université de Laval, Canada)

Bernard LAMIZET (Institut d’Etudes Politiques de Lyon, France)

Christian le MOËNNE (Université de Rennes 2, France)

Vincent MEYER (Université Paul Verlaine de Metz, France)

Salvador Jimenez MURGUIA (Miyazaki International College, Japan)

Sorin NASTASIA (University of Illinois, USA)

Nicolas PELISSIER (Université de Nice Sophia-Antipolis, France)

Paul RASSE (Université de Nice Sophia-Antipolis, France)

Lucien SFEZ (Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne, France)

Tudor VLAD (Cox Center for International Mass Communication Training and Research, University of Georgia, Etats-Unis)