Archives par mot-clé : son

Appel à communications : Féminités et musiques à l’écran. Création, représentations et identités

Nomadland, Chloé Zhao, 2020 – AFP, Searchlight Pictures, Cor Cordium Productions

Colloque international : Féminités et musiques à l’écran. Création, représentations et identités.

Lundi 25 et mardi 26 novembre 2024

Université de Tours

Échéance des propositions : 15 avril 2024

Organisé par Jérémy Michot (Unité de recherche interdisciplinaire Interactions Culturelles et Discursives (ICD) – EA 6297) et Chloé Huvet (EHESS – Centre Maurice Halbwachs)

En juin 2022, Cécile Lacoue présente à Rochefort les résultats d’une enquête intitulée La place des femmes dans l’audiovisuel et le cinéma : vers plus d’égalité ? commandée par le CNC[1]. Largement diffusées et commentées par les sites internet spécialisés dans l’industrie cinématographique[2] ou parmi des collectifs et associations[3], les conclusions générales de ce rapport montrent que la part de femmes dans les différents secteurs des champs audiovisuels et cinématographiques demeure « plus faible dans les entreprise de production et postproduction[4] » (entre 31,7 % et 38,8 %), même si une parité générale semble atteinte. Le volet « Éclairage sur la musique à l’image » du rapport est toutefois bien moins positif : on compte seulement 6,7 % de femmes compositrices dans l’ensemble des projets soutenus par le CNC entre 2012 et 2021[5] – le coût moyen de fabrication des musiques composées par des femmes, précise-t-on, est inférieur de 3,3 % à celles composées par des hommes. Cette étude, menée sur le territoire français, « se vérifie à l’échelle européenne : 9 % de femmes parmi les compositeurs de musiques de films entre 2016 et 2020[6] », conclut Cécile Lacoue. Par ailleurs, la SACEM recense 11 % de compositrices dans le domaine des musiques à l’image en 2022[7], soit une progression très faible qui soulève un certain nombre d’interrogations sur la formation des musicien·nes et leur intégration dans le système de production audiovisuelle dont ce colloque international souhaiterait s’emparer. Continuer la lecture de Appel à communications : Féminités et musiques à l’écran. Création, représentations et identités

Appel à contributions – prolongé : “Science-fiction sonique et novum sonore” (ReS Futurae n° 25)

Science-fiction sonique et novum sonore

Res Futurae n° 25,  juin 2025

 

Échéance des propositions : PROLONGÉ JUSQU’AU 31 JANVIER

Dirigé par Guillaume Dupetit (Université Gustave Eiffel) et Aurélie Huz (Université Paris-Nanterre)

Dire que la science-fiction est aussi affaire de sons est à la fois une évidence, un euphémisme et une réalité jusque-là peu explorée dans la recherche, en particulier en français.

Une évidence, premièrement, car malgré des origines littéraires souvent réaffirmées comme preuve de légitimité (Verne et Wells), lesquelles n’ont pas manqué d’ailleurs d’explorer l’exotisme du code oral de langue dans nombre de vocables inventés (« Morlocks » et « Elois » en témoignent), la culture de science-fiction a, dès le début du xxe siècle, constitué des imaginaires sonores via une pléthore de médias dont elle a accompagné le développement et sur lesquels la revue ReS Futurae a déjà donné plusieurs éclairages : le théâtre (n°18), le cinéma (n°17), la radio, la musique, la télévision et les séries (n°19) ou encore les jeux vidéo (n°12) en dessinent une dynamique médiatique complexe et interconnectée, où le son est une pleine composante des référents et des effets science-fictionnels.

Continuer la lecture de Appel à contributions – prolongé : “Science-fiction sonique et novum sonore” (ReS Futurae n° 25)

Appel à contributions : Est-il possible d’éduquer aux enjeux societaux par les arts sonores ? (Montréal)

Est-il possible d’éduquer aux enjeux sociétaux par les arts sonores ?

Semaine du son, 18 au 23 mars 2024

Revue d’Acoustique canadienne, vol. 52, n°3, juin 2024

Montreal, QC CANADA

Date d’échéance : 5 février 2024

Texte de l’appel :

La Semaine du Son Canada et l’Association d’Acoustique Canadienne souhaitent aborder conjointement cette question, pour une série de communication dans le cadre de La semaine du Son Canada de mars 2024 et pour le Vol 52. N°3 de la revue d’Acoustique Canadienne

 Lorsqu’on aborde la question des enjeux sociétaux, notamment celui de l’écologie, on pense rarement à le faire d’un point de vue sonore. Or, le son est partout autour de nous, s’invitant dans nos vies sans qu’on s’en aperçoive. De fait, pourquoi ne pas le considérer comme médium ou pont sensible pour aborder le monde dans lequel nous vivons? Autrement dit, pourquoi ne pas envisager l’écoute comme accès privilégié à une compréhension efficace de notre environnement, qui pourrait aussi être une sorte de révélateur qui permettrait d’« amener un nouvel être au monde, plus sensible et perméable » (Versailles, 2023). L’ouïe est un organe perceptif moteur, mettant dans bien des situations l’ensemble de nos sens en alerte, il est fondamental de lui donner sa juste place dans la réception des signaux nous permettant de mieux comprendre le monde. Continuer la lecture de Appel à contributions : Est-il possible d’éduquer aux enjeux societaux par les arts sonores ? (Montréal)

Appel à contributions : Science-fiction sonique et novum sonore

Science-fiction sonique et novum sonore

Res Futurae n° 25,  juin 2025

 

Échéance des propositions : 15 janvier 2024

Dirigé par Guillaume Dupetit (Université Gustave Eiffel) et Aurélie Huz (Université Paris-Nanterre)

Dire que la science-fiction est aussi affaire de sons est à la fois une évidence, un euphémisme et une réalité jusque-là peu explorée dans la recherche, en particulier en français.

Une évidence, premièrement, car malgré des origines littéraires souvent réaffirmées comme preuve de légitimité (Verne et Wells), lesquelles n’ont pas manqué d’ailleurs d’explorer l’exotisme du code oral de langue dans nombre de vocables inventés (« Morlocks » et « Elois » en témoignent), la culture de science-fiction a, dès le début du xxe siècle, constitué des imaginaires sonores via une pléthore de médias dont elle a accompagné le développement et sur lesquels la revue ReS Futurae a déjà donné plusieurs éclairages : le théâtre (n°18), le cinéma (n°17), la radio, la musique, la télévision et les séries (n°19) ou encore les jeux vidéo (n°12) en dessinent une dynamique médiatique complexe et interconnectée, où le son est une pleine composante des référents et des effets science-fictionnels.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Science-fiction sonique et novum sonore

Appel à contributions : “Écouter les genres de l’imaginaire : convergences sonores, musicales et théoriques dans les séries télévisées” (université de Perpignan via Domitia)

[English below]

Colloque international : Écouter les genres de l’imaginaire : convergences sonores, musicales et théoriques dans les séries télévisées

16, 17, 18 novembre 2023

Université de Perpignan via Domitia

Échéance des propositions : 31 mai 2023

Organisé par Florent Favard (université de Lorraine, CREM), Aurélie Huz (université Paris-Nanterre, CSLF) et Jérémy Michot (université de Perpignan Via Domitia, CRESEM)

Appel à communications

« You said memories become stories when we forget them. Maybe some of them become songs. »

(Clara Oswald, « Hell Bent », Dr Who, s09e12)

Musique et son, séries TV, genres de l’imaginaire : trois axes plus ou moins dynamiques mais indéniablement actuels de la recherche sur les cultures médiatiques, qui les a fréquemment croisés en duo plutôt qu’en trio. 

Ainsi, depuis la fin des années 2000, de nombreux ouvrages, articles et colloques ont été consacrés à l’étude des musiques de séries télévisées, qu’elles soient originales ou préexistantes, instrumentales ou chantées, diégétiques ou non diégétiques, comme en attestent les monographies de Jon Burlingame (1996), Ron Rodman (2010) et Janet K. Halfyard (2014) ou les collectifs de James Deaville (2011) et K. J. Donnelly et Philip Hayward (2013). Pleinement inscrites dans le domaine musicologique, ces recherches peinent néanmoins à trouver une place dans le champ universitaire francophone – le colloque pionnier Musiques de séries télévisées, tenu à Nantes en 2013, n’ayant pas été suivi d’un mouvement d’ampleur – tandis que, par contraste, les television et series studies connaissent un essor important dans la recherche en français. Les perspectives théoriques, fondées sur une narratologie renouvelée, des questions esthétiques ou de réception (Benassi, 2000 et 2020, Sépulchre 2017, Goudmand 2018, Favard 2019) côtoient les travaux sur les séries à succès (Star Trek, Game of Thrones), notamment dans les fan studies (Bourdaa 2015), et certaines réflexions plus spécifiquement consacrées aux séries des genres dits de l’imaginaire, fantasy et science-fiction en premier lieu, dont l’importance médiatique actuelle est indéniable (Favard 2018, Machinal 2020, Breton 2023).

De nombreux travaux ont aussi traité de la productivité sonore de ces genres de l’imaginaire. Toutefois, si les fictions audiovisuelles en constituent le terrain d’étude privilégié (davantage que la chanson ou la radio), les séries y sont largement minoritaires et le cinéma s’y taille la part du lion. En témoigne le riche corpus anglophone sur la musique et le sound design du cinéma de science-fiction (Hayward 2004, Whittington 2007, Bartkowiak 2010, Reddell 2018) : les perspectives génériques s’y articulent à l’histoire des techniques et des pratiques médiatiques – au profit toutefois du deuxième point (comprendre le son et la musique au cinéma) et souvent aux dépens du premier (comprendre le son et la musique dans la science-fiction au cinéma), tant s’est imposée l’idée (problématique) que la science-fiction constituerait « naturellement », par son type de monde, le terrain d’étude par excellence des innovations sonores au cinéma.

C’est pour combler ces lacunes et creuser des perspectives nouvelles que ce colloque choisit donc de partir plutôt d’un problème à trois corps : musique et son, série télévisée et genres de l’imaginaire y composent un trio de coordonnées dont il s’agit d’interroger les rapports mutuels à égalité, en prenant au sérieux les problématiques, les théories et les méthodes que chacun de ces objets a cristallisées autour de lui.

On cherchera ainsi à atteindre trois objectifs scientifiques complémentaires.

Premièrement, l’analyse musicologique et sonore nourrira une réflexion sur la poétique télésériale de l’imaginaire. Les dimensions matérielles, technologiques, sémiotiques, narratologiques, fictionnelles, culturelles et historiques composent en effet à la fois la réalité mouvante et « molle » de ces genres (Letourneux 2017 et 2022) et les procédés récurrents de leurs effets de sens. Comment les contraintes de production, les techniques de diffusion, les modes de consommation et la logique des formats des séries TV interagissent-ils avec la poétique sonore des œuvres rattachées à l’imaginaire ? Comment ces paramètres informent-ils l’écoute et la production de significations (fictionnelles, narratives, émotionnelles, idéologiques, etc.) associées au sonore ? Largement étudiés pour le texte littéraire (Saint-Gelais 1999, Langlet 2006, Besson 2015) et en moindre part pour l’image (Huz 2018), la construction de référents nouveaux (novums), le processus d’estrangement (Suvin 2016) ou d’étrangéification (Spiegel 2022) – entre émerveillement et distance critique – et la mise en place d’une xéno-encyclopédie imaginaire (Saint-Gelais 1999) dont les règles sont soit en rupture avec le réel, soit extrapolées rationnellement à partir de lui soit même incertaines, doivent encore être systématiquement explorés pour ce qui est de leurs leviers sonores et musicaux, qui trouvent dans les séries TV un espace de création très fertile. Il s’agira de réévaluer la poétique des genres à l’aune de la pluralité médiatique de leurs objets et de la diversité perceptive et sémiotique impliquée (Huz 2022).

Continuer la lecture de Appel à contributions : “Écouter les genres de l’imaginaire : convergences sonores, musicales et théoriques dans les séries télévisées” (université de Perpignan via Domitia)

Parution : Les sons de l’exotisme au cinéma. Bruits, voix, musiques

Amandine D’Azevedo, Térésa Faucon, Anne Kerlan, Marion Polirsztok (dir.), Les sons de l’exotisme au cinéma. Bruits, voix, musiques, Éditions Mimésis, 2021.

Quel bruit fait l’exotisme dans les films ? Comment double-t-on un accent ou traduiton une spécificité langagière et culturelle ? Comment le cinéma fait-il parler l’Autre ? Comment recycle-t-il et invente-t-il des « clichés sonores » de l’exotisme avec ses bruits, ses sons, ses rythmes ? Et à l’inverse, comment impose-t-il le silence à des corps, des objets, des lieux ? Ce livre collectif est l’occasion d’étudier ces interactions de l’exotisme entre écoutant et écouté. L’exotisme n’est pas qu’un spectacle pour les yeux, il est également un spectacle pour les oreilles.

Appel à contributions : “La bande dessinée à voix haute / Comics Aloud” (Comicalités)

“La bande dessinée à voix haute / Comics Aloud”

Comicalités

Échéance des propositions : 12 janvier 2023

Dirigé par Benoît Glaude (UGent) & Ian Hague (London College of Communication, UAL)

Texte de l’appel

Comicalités et les directeurs de ce dossier sont à la recherche de contributions sur la bande dessinée à travers ses objets sonores. Ce dossier thématique étudiera comment les bandes dessinées peuvent être adaptées, remédiatisées et/ou transformées en œuvres acoustiques. Nous invitons les chercheuses et chercheurs de toutes disciplines à explorer la foisonnante histoire sonore du neuvième art, à travers ses adaptations acoustiques, et à étudier comment les sons ouvrent des possibilités et imposent des contraintes à ce média que l’on considère généralement comme visuel. Nous tenons ainsi compte de pratiques de réception, dont témoignent par exemple les auteurs Jacques Martin et Dennis O’Neil, qui soulignent l’importance des sons dans leur vocation artistique :

“Un jour, comme je me rendais à mon cours de piano, passant devant la fenêtre ouverte du patronage de Châtenay-Malabry, j’entendis des exclamations qui m’intriguèrent. J’entrai alors pour voir ce qui se passait. On projetait là une série de diapositives extraites des aventures de Tintin, les différentes voix étaient interprétées par un commentateur qui mimait l’action. […] Sous le coup de cette découverte sensationnelle, je rentrai chez moi pour annoncer à mes parents que je voulais devenir dessinateur de bandes dessinées.” (Jacques Martin (1921-2010) cité par Thierry Groensteen, Avec Alix, Tournai, Casterman, 1984, p. 17)

Continuer la lecture de Appel à contributions : “La bande dessinée à voix haute / Comics Aloud” (Comicalités)

Appel à contributions : La bande dessinée à voix haute / Comics Aloud (revue Comicalités)

Appel à contributions pour un dossier thématique de la revue Comicalités : “La bande dessinée à voix haute / Comics Aloud” 

dirigé par Benoît Glaude (UGent) & Ian Hague (London College of Communication, UAL)

Échéance des propositions : 12 janvier 2022
 
Comicalités et les directeurs de ce dossier sont à la recherche de contributions sur la bande dessinée à travers ses objets sonores. Ce dossier thématique étudiera comment les bandes dessinées peuvent être adaptées, remédiatisées et/ou transformées en œuvres acoustiques. Nous invitons les chercheuses et chercheurs de toutes disciplines à explorer la foisonnante histoire sonore du neuvième art, à travers ses adaptations acoustiques, et à étudier comment les sons ouvrent des possibilités et imposent des contraintes à ce média que l’on considère généralement comme visuel. Nous tenons ainsi compte de pratiques de réception, dont témoignent par exemple les auteurs Jacques Martin et Dennis O’Neil, qui soulignent l’importance des sons dans leur vocation artistique :

“Un jour, comme je me rendais à mon cours de piano, passant devant la fenêtre ouverte du patronage de Châtenay-Malabry, j’entendis des exclamations qui m’intriguèrent. J’entrai alors pour voir ce qui se passait. On projetait là une série de diapositives extraites des aventures de Tintin, les différentes voix étaient interprétées par un commentateur qui mimait l’action. […] Sous le coup de cette découverte sensationnelle, je rentrai chez moi pour annoncer à mes parents que je voulais devenir dessinateur de bandes dessinées.”  (Jacques Martin (1921-2010) cité par Thierry Groensteen, Avec Alix, Tournai, Casterman, 1984, p. 17)

Continuer la lecture de Appel à contributions : La bande dessinée à voix haute / Comics Aloud (revue Comicalités)

Appel à contributions : Le silence du mainstream : réflexions sur les musiques que tout le monde écoute mais dont personne ne parle (vraiment) (Université de Strasbourg)

Colloque : Le silence du mainstream : réflexions sur les musiques que tout le monde écoute mais dont personne ne parle (vraiment)

1 et 2 décembre 2022, Université de Strasbourg

Échéance des propositions : 1er juillet 2022

Organisé par Elsa Grassy (Université de Strasbourg, SEARCH) et Isabelle Marc (USIAS – UCM),  CREAA  et SEARCH

Comité scientifique : John Mullen, Christophe Pirenne

Choisie ou subie, la musique nous accompagne en continu, dans les évènements extraordinaires comme dans les pratiques les plus banales de notre existence. En ce sens, la recherche s’est intéressée aux usages de la musique dans la vie quotidienne, notamment en lien avec les technologies de reproduction sonore et avec les pratiques de socialisation (DeNora 2011, Kassabian, Boschi et García Quiñones 2013). Or, la critique, qu’elle soit académique ou journalistique, notamment en France, ne s’est penchée que très rarement sur les musiques majoritaires ou mainstream du point de vue de leurs enjeux esthétiques et sociaux (Pirenne 2021), reproduisant ainsi, au sein de l’étude des musiques « populaires » la hiérarchie esthétique ou axiologique qui existait entre musiques savantes et populaires. En effet, la plupart des travaux critiques portent sur les musiques considérées comme innovantes, porteuses d’un message subversif ou d’un capital subculturel ou faisant preuve d’une nouveauté « formelle » quelconque, relayant donc l’idéologie de la modernité au sens de progrès et de dépassement des formes « banales ». C’est ainsi que la majorité des musiques réellement écoutées, celles qui figurent en tête de classements de ventes ou de streaming, celles qui parlent à des millions d’êtres humains à travers le monde, sont à peine mentionnées par la critique. Elles sont, de fait, silencées, effacées du discours critique alors qu’elles dominent l’écoute.

Partant du constat que des musiques définies à l’origine par leur popularité et leur ancrage dans l’économie de marché sont sous-représentées dans les manifestations scientifiques, ces journées d’étude se proposent de considérer les musiques majoritaires précisément pour ce qui en fait le mainstream musical, du point de vue de l’esthétique et des représentations qui leur sont attachées. Nous chercherons donc en premier lieu à identifier et à décrire ces musiques dans leurs contextes culturels, à les analyser, dans leur banalité et leur complexité, et à en interroger les mécanismes de production, diffusion et réception spécifiques. Nous souhaitons également comprendre pourquoi ces musiques, et leurs publics, font l’objet d’un tel silence, voire d’un tel dénigrement, dans les discours académiques et non académiques, hormis quelques exceptions (Wilson 2014, Steinbrecher 2021). Pourquoi la force quantitative du populaire tend-elle à être discréditée comme indice du vulgaire, et la perception de l’ordinaire basculer vers la dénonciation de l’abject. 

Continuer la lecture de Appel à contributions : Le silence du mainstream : réflexions sur les musiques que tout le monde écoute mais dont personne ne parle (vraiment) (Université de Strasbourg)

Séminaire LPCM, séance 7 : “Créations sonores SF” – vendredi 17 juin 10h-13h (université Gustave Eiffel)

Le séminaire de recherche mensuel de la LPCM vise à favoriser les rencontres et les échanges entre les chercheur·se·s qui se spécialisent dans l’analyse des cultures populaires et médiatiques, quel que soit leur ancrage disciplinaire (littérature, sciences de l’information et de la communication, sociologie, histoire, économie, musicologie, humanités numériques…) et leur objet d’étude (littérature, bande dessinée, littérature jeunesse, cinéma, séries télévisées, productions transmédiatiques, musique, jeux vidéo, jeux, figurines, images…).

Les séances auront lieu en co-modal.

Organisatrices : Fanny Barnabé (Epitech), Anaïs Goudmand (Sorbonne Université), Aurélie Huz (Université Paris Nanterre), Alice Jacquelin (Université Paris Nanterre)

Séance 7 – Vendredi 17 juin 2022, 10h-13h : Créations sonores SF

Cette séance finale du séminaire LPCM est couplée avec le séminaire doctoral SF.

Lieu : Université Gustave Eiffel, 5 Bd Descartes, 77454 Champs-sur-Marne.

Lien de connexion : pour obtenir le lien de la réunion Zoom et suivre à distance cet événement, merci de bien vouloir écrire à l’équipe organisatrice via l’adresse mail de contact : atelierlpcm@protonmail.com

Organisatrices de la séance : Margot Châtelet, Aurélie Huz

Répondante : Aurélie Huz (Université Paris-Nanterre, CSLF) Continuer la lecture de Séminaire LPCM, séance 7 : “Créations sonores SF” – vendredi 17 juin 10h-13h (université Gustave Eiffel)