Archives par mot-clé : son

Appel à contributions : “La bande dessinée à voix haute / Comics Aloud” (Comicalités)

“La bande dessinée à voix haute / Comics Aloud”

Comicalités

Échéance des propositions : 1er décembre 2022

Dirigé par Benoît Glaude (UGent) & Ian Hague (London College of Communication, UAL)

Texte de l’appel

Comicalités et les directeurs de ce dossier sont à la recherche de contributions sur la bande dessinée à travers ses objets sonores. Ce dossier thématique étudiera comment les bandes dessinées peuvent être adaptées, remédiatisées et/ou transformées en œuvres acoustiques. Nous invitons les chercheuses et chercheurs de toutes disciplines à explorer la foisonnante histoire sonore du neuvième art, à travers ses adaptations acoustiques, et à étudier comment les sons ouvrent des possibilités et imposent des contraintes à ce média que l’on considère généralement comme visuel. Nous tenons ainsi compte de pratiques de réception, dont témoignent par exemple les auteurs Jacques Martin et Dennis O’Neil, qui soulignent l’importance des sons dans leur vocation artistique :

“Un jour, comme je me rendais à mon cours de piano, passant devant la fenêtre ouverte du patronage de Châtenay-Malabry, j’entendis des exclamations qui m’intriguèrent. J’entrai alors pour voir ce qui se passait. On projetait là une série de diapositives extraites des aventures de Tintin, les différentes voix étaient interprétées par un commentateur qui mimait l’action. […] Sous le coup de cette découverte sensationnelle, je rentrai chez moi pour annoncer à mes parents que je voulais devenir dessinateur de bandes dessinées.” (Jacques Martin (1921-2010) cité par Thierry Groensteen, Avec Alix, Tournai, Casterman, 1984, p. 17)

Continuer la lecture de Appel à contributions : “La bande dessinée à voix haute / Comics Aloud” (Comicalités)

Appel à contributions : La bande dessinée à voix haute / Comics Aloud (revue Comicalités)

Appel à contributions pour un dossier thématique de la revue Comicalités : “La bande dessinée à voix haute / Comics Aloud” 

dirigé par Benoît Glaude (UGent) & Ian Hague (London College of Communication, UAL)

Échéance des propositions : 12 janvier 2022
 
Comicalités et les directeurs de ce dossier sont à la recherche de contributions sur la bande dessinée à travers ses objets sonores. Ce dossier thématique étudiera comment les bandes dessinées peuvent être adaptées, remédiatisées et/ou transformées en œuvres acoustiques. Nous invitons les chercheuses et chercheurs de toutes disciplines à explorer la foisonnante histoire sonore du neuvième art, à travers ses adaptations acoustiques, et à étudier comment les sons ouvrent des possibilités et imposent des contraintes à ce média que l’on considère généralement comme visuel. Nous tenons ainsi compte de pratiques de réception, dont témoignent par exemple les auteurs Jacques Martin et Dennis O’Neil, qui soulignent l’importance des sons dans leur vocation artistique :

“Un jour, comme je me rendais à mon cours de piano, passant devant la fenêtre ouverte du patronage de Châtenay-Malabry, j’entendis des exclamations qui m’intriguèrent. J’entrai alors pour voir ce qui se passait. On projetait là une série de diapositives extraites des aventures de Tintin, les différentes voix étaient interprétées par un commentateur qui mimait l’action. […] Sous le coup de cette découverte sensationnelle, je rentrai chez moi pour annoncer à mes parents que je voulais devenir dessinateur de bandes dessinées.”  (Jacques Martin (1921-2010) cité par Thierry Groensteen, Avec Alix, Tournai, Casterman, 1984, p. 17)

Continuer la lecture de Appel à contributions : La bande dessinée à voix haute / Comics Aloud (revue Comicalités)

Appel à contributions : Le silence du mainstream : réflexions sur les musiques que tout le monde écoute mais dont personne ne parle (vraiment) (Université de Strasbourg)

Colloque : Le silence du mainstream : réflexions sur les musiques que tout le monde écoute mais dont personne ne parle (vraiment)

1 et 2 décembre 2022, Université de Strasbourg

Échéance des propositions : 1er juillet 2022

Organisé par Elsa Grassy (Université de Strasbourg, SEARCH) et Isabelle Marc (USIAS – UCM),  CREAA  et SEARCH

Comité scientifique : John Mullen, Christophe Pirenne

Choisie ou subie, la musique nous accompagne en continu, dans les évènements extraordinaires comme dans les pratiques les plus banales de notre existence. En ce sens, la recherche s’est intéressée aux usages de la musique dans la vie quotidienne, notamment en lien avec les technologies de reproduction sonore et avec les pratiques de socialisation (DeNora 2011, Kassabian, Boschi et García Quiñones 2013). Or, la critique, qu’elle soit académique ou journalistique, notamment en France, ne s’est penchée que très rarement sur les musiques majoritaires ou mainstream du point de vue de leurs enjeux esthétiques et sociaux (Pirenne 2021), reproduisant ainsi, au sein de l’étude des musiques « populaires » la hiérarchie esthétique ou axiologique qui existait entre musiques savantes et populaires. En effet, la plupart des travaux critiques portent sur les musiques considérées comme innovantes, porteuses d’un message subversif ou d’un capital subculturel ou faisant preuve d’une nouveauté « formelle » quelconque, relayant donc l’idéologie de la modernité au sens de progrès et de dépassement des formes « banales ». C’est ainsi que la majorité des musiques réellement écoutées, celles qui figurent en tête de classements de ventes ou de streaming, celles qui parlent à des millions d’êtres humains à travers le monde, sont à peine mentionnées par la critique. Elles sont, de fait, silencées, effacées du discours critique alors qu’elles dominent l’écoute.

Partant du constat que des musiques définies à l’origine par leur popularité et leur ancrage dans l’économie de marché sont sous-représentées dans les manifestations scientifiques, ces journées d’étude se proposent de considérer les musiques majoritaires précisément pour ce qui en fait le mainstream musical, du point de vue de l’esthétique et des représentations qui leur sont attachées. Nous chercherons donc en premier lieu à identifier et à décrire ces musiques dans leurs contextes culturels, à les analyser, dans leur banalité et leur complexité, et à en interroger les mécanismes de production, diffusion et réception spécifiques. Nous souhaitons également comprendre pourquoi ces musiques, et leurs publics, font l’objet d’un tel silence, voire d’un tel dénigrement, dans les discours académiques et non académiques, hormis quelques exceptions (Wilson 2014, Steinbrecher 2021). Pourquoi la force quantitative du populaire tend-elle à être discréditée comme indice du vulgaire, et la perception de l’ordinaire basculer vers la dénonciation de l’abject. 

Continuer la lecture de Appel à contributions : Le silence du mainstream : réflexions sur les musiques que tout le monde écoute mais dont personne ne parle (vraiment) (Université de Strasbourg)

Séminaire LPCM, séance 7 : “Créations sonores SF” – vendredi 17 juin 10h-13h (université Gustave Eiffel)

Le séminaire de recherche mensuel de la LPCM vise à favoriser les rencontres et les échanges entre les chercheur·se·s qui se spécialisent dans l’analyse des cultures populaires et médiatiques, quel que soit leur ancrage disciplinaire (littérature, sciences de l’information et de la communication, sociologie, histoire, économie, musicologie, humanités numériques…) et leur objet d’étude (littérature, bande dessinée, littérature jeunesse, cinéma, séries télévisées, productions transmédiatiques, musique, jeux vidéo, jeux, figurines, images…).

Les séances auront lieu en co-modal.

Organisatrices : Fanny Barnabé (Epitech), Anaïs Goudmand (Sorbonne Université), Aurélie Huz (Université Paris Nanterre), Alice Jacquelin (Université Paris Nanterre)

Séance 7 – Vendredi 17 juin 2022, 10h-13h : Créations sonores SF

Cette séance finale du séminaire LPCM est couplée avec le séminaire doctoral SF.

Lieu : Université Gustave Eiffel, 5 Bd Descartes, 77454 Champs-sur-Marne.

Lien de connexion : pour obtenir le lien de la réunion Zoom et suivre à distance cet événement, merci de bien vouloir écrire à l’équipe organisatrice via l’adresse mail de contact : atelierlpcm@protonmail.com

Organisatrices de la séance : Margot Châtelet, Aurélie Huz

Répondante : Aurélie Huz (Université Paris-Nanterre, CSLF) Continuer la lecture de Séminaire LPCM, séance 7 : “Créations sonores SF” – vendredi 17 juin 10h-13h (université Gustave Eiffel)

Parution : Komodo 21, n°18, “Le désir de belle radio aujourd’hui, le documentaire”

Komodo 21, n°18, « Le désir de belle radio aujourd’hui / le documentaire », 2022.

Textes et enregistrements réunis et présentés par Christophe Deleu, Pierre-Marie Héron et Irène Omélianenko

Numéro issu du colloque des 15 et 16 novembre 2021, organisé à Montpellier par Éliane Beaufils (Paris 8), Christophe Deleu (université de Strasbourg, Centre universitaire d’enseignement du journalisme/Sage, et auteur radio), Pierre-Marie Héron (Montpellier 3) et Florence Vinas-Thérond (Montpellier 3), avec le concours d’Irène Omélianenko, documentariste et ex-conseillère de programme pour le documentaire et la création sonore à France Culture, en partenariat avec l’Institut national de l’audiovisuel (INA) et Addor.

Dans un bref et incisif préambule, Irène Omélianenko, qui a connu les conditions à la fois très libres et très protégées de fabrique des documentaires à France Culture dans les vingt dernières années du XXe siècle, s’interroge sur la « forme de bêtise » qui, à côté de nouveaux champs d’expérimentation ouverts par le webdoc ou le son multicanal, accompagne la pression financière et industrielle pesant sur le genre et ses artisans depuis le début des années 2010. À titre d’exemple de comment cela se passait « avant », Marion Chénetier-Alev s’intéresse aux grandes créations camerounaises de José Pivin des années 1970 (Un arbre acajou, Opéra du Cameroun et Le Transcamerounais) et à la manière dont, marginalisant la voix narratrice et le schéma de l’enquête, travaillant sur le pouvoir d’énigme ou d’exotisme des sons, immergeant délibérément l’auditeur dans l’écoute d’événements qui durent (un train qui roule, un arbre qu’on abat…), elles font « valser les codes » du genre pour mieux faire chanter le monde et l’homme. Initiée à l’art d’écrire avec des sons par les émissions de l’Atelier de création radiophonique de France Culture, cultivant aussi depuis les années 1980, pour connaître d’autres façons de faire, des collaborations avec plusieurs radios en Europe, Kaye Mortley s’interroge de son côté sur ce que veulent dire « désir », « beauté », « radio », « documentaire » et ce que le geste de création vient ajouter à une documentation du monde qui la plupart du temps, chez elle, part de presque rien (un détail, une intuition, un « sensation vraie ») pour faire entrer l’auditeur dans un espace-temps à la fois semblable et autre.

Continuer la lecture de Parution : Komodo 21, n°18, “Le désir de belle radio aujourd’hui, le documentaire”

Séminaire LPCM, séance 4 : Feat. PHisTEM (« Poétique historique des textes modernes » ) – Jeudi 21 avril 2022, 16h30-19h

 Le séminaire de recherche mensuel de la LPCM vise à favoriser les rencontres et les échanges entre les chercheur·se·s qui se spécialisent dans l’analyse des cultures populaires et médiatiques, quel que soit leur ancrage disciplinaire (littérature, sciences de l’information et de la communication, sociologie, histoire, économie, musicologie, humanités numériques…) et leur objet d’étude (littérature, bande dessinée, littérature jeunesse, cinéma, séries télévisées, productions transmédiatiques, musique, jeux vidéo, jeux, figurines, images…). 

Les séances ont lieu en co-modal.

Organisatrices : Fanny Barnabé (Epitech), Anaïs Goudmand (Sorbonne Université), Aurélie Huz (Université Paris Nanterre), Alice Jacquelin (Université Paris Nanterre)

Séance 4 – Jeudi 21 avril 2022, 16h30-19h : Feat. PHisTEM

Séance partagée avec le séminaire général de l’équipe de « Poétique historique des textes modernes » (CSLF, EA 1586)

Lieu : Université Paris Nanterre, Bâtiment Max Weber, salle de séminaire 1

Lien de connexion : pour obtenir le lien de la réunion Zoom et suivre à distance cet événement, merci de bien vouloir écrire à l’équipe organisatrice via l’adresse mail de contact : atelierlpcm@protonmail.com

Programme

  • Yoan Vérilhac (Université de Nîmes/RIRRA 21) : « Sublime, mélodrame, sensationnalisme : esthétiques de l’excès et démocratisation culturelle »

  • Aurélie Huz (Université Paris Nanterre) : « La science-fiction : une approche par les sons »

 

 

Appel à contributions : Musicaliser la langue : le flow et la voix dans le rap (Université Paris Cité )

Colloque international : Musicaliser la langue : le flow et la voix dans le rap 

18 et 19 novembre 2022, Université Paris Cité (Grands Moulins)

Échéance des propositions : 1er juin 2022

English below

Les MCs renvoient souvent à leurs propres performances vocales par le terme de « flow », qui désigne la façon dont elles ou ils articulent et font sonner la langue. Cette notion entrecroise des questions de rythme musical, de cadence prosodique, d’accentuation, de timbre et de hauteur vocale, autant que d’autorité et de subjectivation. Il s’y joue donc une association spécifique du verbal et du vocal qui, parce qu’elle ne s’embarrasse pas d’une correspondance clairement mesurable entre le langage musical et le langage verbal, permet des nuances et des effets subtils. Il nous semble que l’étude du flow permettrait de penser l’association musicale et verbale au sein de l’art de la ou du MC, à condition de nous donner les moyens de mobiliser des outils d’analyse aussi bien littéraires (thématiques, prosodiques) que musicaux, de rythme, de timbre ou de hauteur. C’est à une réflexion sur les outils d’analyse nécessaires à l’étude du flow que nous souhaitons nous consacrer, en évitant le double piège d’un réductionnisme technique et d’un impressionnisme métaphorique.

Une première piste serait d’abord d’écouter les discours des MC, souvent prolixes quant aux qualités de leur flow et/ou de leur voix, notamment dans les morceaux de type egotrip. Il s’agirait alors de comprendre quelles sont les caractéristiques sonores mises en évidence, et de se demander s’il apparaît là un système de valeurs esthétiques partagé. Très souvent, en contrepoint de « mon flow », il y a « leur flow », celui des rivaux et rivales, qui n’est pas à la hauteur, qui manque de souplesse ou d’originalité… Il pourrait également être intéressant de se tourner vers le monde des fans et autres « rap nerds » qui participent également, au fil de longues discussions sur des médiums variés (forums en ligne, chaînes youtube, podcasts), à la constitution d’un consensus toujours temporaire et partiel autour de ce qui fait un bon flow, de quel type de flow est « frais » ou au contraire totalement dépassé.

Une seconde piste de réflexion pourrait proposer des études de cas, et ce à deux échelles : celle de l’individu, dont le flow est la signature vocale, et celle du groupe défini de diverses manières (régional, générationnel, genré, par sous-genre rapologique). On peut se proposer d’analyser le flow d’un ou d’une rappeur.se. Il s’agirait peut-être, dans un premier temps, d’isoler les différents caractères du flow, c’est-à-dire de proposer des analyses rythmiques, qui confronteraient accents prosodiques et accents musicaux du beat ou s’attacherait à analyser les variations rythmiques du flow dans un même morceau (accélérations, ralentissements, ruptures), ou des analyses de voix, et notamment des variations de timbres ou hauteurs proposées par certain.es rappeur.ses. Ces différentes caractéristiques sonores pourraient être mises en relation avec les postures énonciatives variées. Ce travail associerait les méthodes mises au point par des musicologues depuis quelques années (Adams 2008, 2009, 2015, Condit-Schultz 2016, Duinker 2019-2020, Komaniecki 2017, 2020, Migliore 2020, Ohriner 2016, 2019) avec l’étude du contenu verbal et de l’ethos construit en discours.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Musicaliser la langue : le flow et la voix dans le rap (Université Paris Cité )

Appel à contributions : La production de la fictionnalisation à la radio (Revue Radiomorphoses)

“La production de la fictionnalisation à la radio”, Revue Radiomorphoses, numéro 10, à paraître au printemps 2023 

Coordonné par Pergia Gkouskou et André Éric Létourneau 

Échéance des proposition : 30 avril 2022

La production sonore basée sur le principe de l’acousmatisation (radio, podcast, phonographie, etc.) fait émerger un processus de fictionnalisation particulier, notamment par l’absence de visibilité des sources qui produisent les sons audibles. À travers ce processus, l’auditeur est sollicité par des suggestions multiples qui mobilisent son imaginaire, son appareil sensoriel et son expérience cognitive (Chion 1982, Schaeffer 1952). Ce principe, que met généralement en œuvre l’écoute de la radio ou du podcast, constitue l’un des éléments clés qui détermine les modes de perception possibles de l’expérience radiophonique pour les auditeurs. C’est à travers ces phénomènes de production de sens que les artisans de la radio (ou du podcast) peuvent considérer que toute production radiophonique, qu’elle relève de la création artistique ou de la radio générale (animation, information, magazine, documentaire, publicité, etc.), comporte presque toujours une part de mise en scène, voire la présence d’une certaine théâtralité. Les différents dispositifs de diffusion (site internet, application, radio numérique ou radio hertzienne) influencent également l’écoute de l’auditeur par la présence de composantes visuelles ou textuelles qui s’intègrent à l’ensemble de l’expérience. Le tout produit, ainsi, une expérience cognitive acousmatisée d’où émerge inévitablement une certaine part de fictionnalisation, laquelle est d’abord fabriquée par la réalisation, puis interprétée subjectivement par l’auditeur. Nous considérons la fictionnalisation comme un processus de construction mentale d’une situation à partir de stimuli de l’environnement. Comme Alain Rabatel le souligne, la fictionnalisation ne s’oppose pas au réel, il s’agit d’une « mise à distance » (2013, p.2) et cette notion s’applique tant à des récits réels qu’à des récits fictifs. 

Ce numéro de RadioMorphoses s’intéresse aux déclinaisons multiples que peut présenter le concept de « fictionnalisation à la radio », ce autant dans le contexte de l’usage artistique de la radio ou du podcast (fiction, radio-théâtre, hörspiel, pièce performative ou conceptuelle écrite pour la radio (Létourneau, 2010) qu’à son usage informationnel (information, documentaire, présentation musicale, émission thématique, magazine).

Continuer la lecture de Appel à contributions : La production de la fictionnalisation à la radio (Revue Radiomorphoses)

Appel à contributions : “Documentaires de création” et “beaux documentaires” de radio. Le désir de belle radio aujourd’hui : le documentaire (Université Paul-Valéry Montpellier 3)

« Documentaires de création » et « beaux documentaires » de radio…Le désir de belle radio aujourd’hui / le documentaire

Montpellier, 16-17 novembre 2021

Échéance des propositions : 17 juillet 2021

Colloque organisé par Éliane Beaufils (Paris 8), Christophe Deleu (université de Strasbourg, Centre universitaire d’enseignement du journalisme/Sage, et auteur radio), Pierre-Marie Héron (Montpellier 3) et Florence Vinas-Thérond (Montpellier 3)

Avec le concours d’Irène Omélianenko, documentariste et ex-conseillère de programme pour le documentaire et la création sonore à France Culture

en partenariat avec l’Institut national de l’audiovisuel (INA) et Addor

Le documentaire, souvent décrit comme un programme didactique visant à expliquer le monde, et qui s’appuie sur des documents authentiques, est un genre qui ne va pas de soi à la radio. C’est un peu comme si l’on ne savait pas toujours très bien à quel type de programme il renvoyait. Contrairement au secteur cinématographique où il est bien identifié depuis plus d’un siècle (Gauthier, 1995 ; Guynn, 2001 ; Niney, 2002), et notamment en tant que genre concurrent de la fiction (Veyrat-Masson, 2008), le documentaire est un format radiophonique parmi d’autres (fiction, magazine, jeu, journal d’information, débat, émission musicale…), et sa définition elle-même est au centre de débats (Deleu, 2013). Le documentaire est cependant un genre reconnu, y compris par des institutions comme la SCAM (Société des Auteurs Multimédia) qui gère les droits d’auteurs des créateurs, et qui le classe parmi les genres les plus réputés et par conséquent les plus rémunérateurs.

Continuer la lecture de Appel à contributions : “Documentaires de création” et “beaux documentaires” de radio. Le désir de belle radio aujourd’hui : le documentaire (Université Paul-Valéry Montpellier 3)