Archives par mot-clé : sociologie de la littérature

Appel à communications: Journée d’étude “Balzac et Dumas en face-à-face : le colosse et le titan” (Universités de Caen-Normandie et Toulouse-Jean Jaurès)

Double journée d’études: Balzac et Dumas en face-à-face : le colosse et le titan”

19 novembre 2021 – printemps 2022

Universités de Caen-Normandie et Toulouse-Jean Jaurès

Échéance des propositions : 30 avril 2021

Organisé par Julie Anselmini, Lauren Bentolila-Fanon et Marine Le Bail

Texte de l’appel

« C’est à Balzac que l’on demande une peinture de la société de la Restauration et de la monarchie de Juillet, pas à Dumas. À tort » ; ainsi Jean Tulard rend-il compte, dans une formule lapidaire, du traitement opposé qu’ont connu Balzac et Dumas dans l’histoire littéraire. Il faut dire que tout semble éloigner tant les deux hommes, qui n’avaient aucune sympathie l’un pour l’autre, que les deux écrivains : sur le plan idéologique, les convictions républicaines de Dumas contrastent avec le monarchisme de Balzac ; du point de vue de la conception de l’écriture, l’auteur de La Comédie humaine voit dans l’exercice de la littérature un sacerdoce confinant au martyre, tandis que Dumas se distingue par la facilité décomplexée de son écriture, favorisée par la pratique de la collaboration. D’un côté la tentation de l’ascèse avec son cortège de privations, de l’autre le bon vivant notoire, auteur du Grand dictionnaire de cuisine ; d’un côté l’observateur minutieux et le physiologiste acéré de la vie contemporaine ; de l’autre l’auteur de cape et d’épée, le chroniqueur historique qui plonge ses lecteurs dans les grandes pages d’un passé national virevoltant ; d’un côté l’écrivain exigeant qui, élevant le roman au rang d’outil d’investigation du corps social, lui a conféré une légitimité épistémologique inédite, de l’autre le représentant d’une littérature avant tout de divertissement et d’évasion. Continuer la lecture de Appel à communications: Journée d’étude “Balzac et Dumas en face-à-face : le colosse et le titan” (Universités de Caen-Normandie et Toulouse-Jean Jaurès)

Journée d’études : Les cultural studies sont-elles une méthode ? Héritages anglo-saxons et évolutions théoriques (Université d’Artois, en ligne)

Journée d’études : Les cultural studies sont-elles une méthode ? Héritages anglo-saxons et évolutions théoriques

Vendredi 9 avril 2021, 9h30-17h, en visioconférence

Université d’Artois, Centre de recherches Textes et Cultures 

Organisé par les membres du Séminaire littéraire des Armes de la Critique (ENS Ulm) : Gabrielle Adjerad (Nanterre Université), Anaïs Goudmand (KU Leuven, FNS), Marianne Hillion (Sorbonne Université / University of Warwick) & Marion Leclair (Université d’Artois).

Voir l’appel à communications

Télécharger le programme

informations et inscriptions : je.cultural.studies@gmail.com

Programme [mis à jour le 25/03/2021]

9h30-10h  Accueil des participant·e·s et introduction

10h-10h45

  • Edward LEE-SIX (ENS Paris) : Le concept de culture dans les écrits de Raymond Williams

Présidence de séance : Thierry Labica (Nanterre Université)  

Continuer la lecture de Journée d’études : Les cultural studies sont-elles une méthode ? Héritages anglo-saxons et évolutions théoriques (Université d’Artois, en ligne)

Parution: Autour de Vallès n° 50, 2020, Retours d’exils

Céline LÉGER et Jean-Marie ROULIN (dir.)

Éditée par l’association Les Amis de Jules Vallès
Revue soutenue par l’IHRIM
n° 50, décembre 2020 (parution janvier 2021)
ISSN 0763-779

Voir en ligne : Site de la revue

Le numéro 50 de la revue Autour de Vallès sonde la question des retours d’exils dans la seconde moitié du XIXe siècle, plus particulièrement entre 1848 et 1885. Cet empan chronologique englobe les transportés et les déportés de Juin, les proscrits de l’Empire, les exilés de la Commune ou ceux et celles qui s’approchent plus ou moins volontairement de leurs trajectoires. Qu’ils fassent œuvre d’écrivains, de journalistes ou d’historiens, ces derniers tissent entre la Deuxième République, le Second Empire et la Troisième République de possibles « filiations » des retours d’exilés, qui n’ont encore fait l’objet d’aucune étude spécifique. Ce numéro s’intéresse à l’écriture du retour d’exil sous diverses formes et aborde cette question inédite, à travers un angle résolument pluridisciplinaire, qui mêle des approches littéraires, journalistiques, historiques ou encore sociologiques. Ses contributeurs convoquent des auteurs français d’horizons variés, dont certains textes restent encore aujourd’hui méconnus et en partie inexplorés.

Parution : Contextes n°29, Logiques de la commande (XXe-XXIe siècles)

COnTEXTES n°29, Logiques de la commande (XXe-XXIe siècles), 2020.

Sous la direction de Adrien Chassain, Maud Lecacheur, Fanny Lorent et Hélène Martinelli

Double journée d’études : Balzac et Dumas en face-à-face : le colosse et le titan

Double journée d’études

Balzac et Dumas en face-à-face : le colosse et le titan 

Universités Toulouse-Jean Jaurès et Caen Normandie

19 novembre 2021 – Mars 2022 [date à préciser pour la seconde journée]

« C’est à Balzac que l’on demande une peinture de la société de la Restauration et de la monarchie de Juillet, pas à Dumas. À tort1 » ; ainsi Jean Tulard rend-il compte, dans une formule lapidaire, du traitement opposé qu’ont connu Balzac et Dumas dans l’histoire littéraire. Il faut dire que tout semble éloigner tant les deux hommes, qui n’avaient aucune sympathie l’un pour l’autre, que les deux écrivains : sur le plan idéologique, les convictions républicaines de Dumas contrastent avec le monarchisme de Balzac ; du point de vue de la conception de l’écriture, l’auteur de La Comédie humaine voit dans l’exercice de la  littérature un sacerdoce confinant au martyre, tandis que Dumas se distingue par la facilité décomplexée de son écriture, favorisée par la pratique de la collaboration. D’un côté la tentation de l’ascèse avec son cortège de privations, de l’autre le bon vivant notoire, auteur du Grand dictionnaire de cuisine ; d’un côté l’observateur minutieux et le physiologiste acéré de la vie contemporaine ; de l’autre l’auteur de cape et d’épée, le chroniqueur historique qui plonge ses lecteurs dans les grandes pages d’un passé national virevoltant ; d’un côté l’écrivain exigeant qui, élevant le roman au rang d’outil d’investigation du corps social, lui a conféré une légitimité épistémologique inédite, de l’autre le représentant d’une littérature avant tout de divertissement et d’évasion.

Les deux hommes, d’ailleurs, ne s’appréciaient guère et n’en faisaient pas mystère. Ils considéraient leurs œuvres respectives avec une admiration distante chez Dumas et une morgue venimeuse, si ce n’est insultante, chez Balzac. Dumas écrit ainsi dans ses Mémoires : « Comme homme je ne le connais pas, et ce que j’en connais ne m’est pas le moins du monde sympathique ; comme talent, sa façon de composer, de créer, de produire est si différente de la mienne que je suis mauvais juge à son endroit » (chap. CCXVII). Balzac n’est pas plus tendre dans sa correspondance avec MmeHanska, lui qui voit dans l’auteur des Trois Mousquetaires « un homme taré, un danseur de corde et pis que cela, un homme sans talent2 » bénéficiant d’un « nom immérité dans la littérature3 ». Continuer la lecture de Double journée d’études : Balzac et Dumas en face-à-face : le colosse et le titan

  1. Jean Tulard, Alexandre Dumas, Paris, Presses universitaires de France, « Figures et plumes», 2008, p. 12 []
  2. Lettre à Mme Hanska de 1836 []
  3. Lettre à Mme Hanska de 1840. []

Appel à communications : Les cultural studies sont-elles une méthode ? Héritages anglo-saxons et évolutions théoriques

Les cultural studies sont-elles une méthode ? Héritages anglo-saxons et évolutions théoriques

Journée d’étude organisée le vendredi 9 avril 2021 à l’Université d’Artois (Arras) par Gabrielle Adjerad (Nanterre Université), Anaïs Goudmand (KU Leuven), Marianne Hillion (Sorbonne Université / University of Warwick) & Marion Leclair (Université d’Artois).

Les communications pourront être présentées en français ou en anglais et les échanges se faire dans les deux langues. Les propositions, ne devant pas excéder 2500 signes et assorties d’une courte notice bio-bibliographique, sont à envoyer jusqu’au 31 janvier 2021 à je.cultural.studies@gmail.com

Appel à communications (scroll down for English version)

On fait d’ordinaire remonter les Études culturelles, cultural studies en anglais, au milieu des années 1950 en Angleterre : sont publiés, coup sur coup, The Uses of Literacy (1957) de Richard Hoggart, traduit en français en 1970 sous le titre La Culture du Pauvre, et Culture and Society (1958) de Raymond Williams, dont il n’existe, à ce jour, pas de traduction française.

Deux impulsions distinctes sont ainsi données aux cultural studies. Williams, qui est membre du Parti Communiste depuis les années 1930 et participe activement à la fin des années 1950 au renouvellement de la gauche anglaise autour de la New Left Review, s’inspire ensuite davantage de la critique littéraire marxiste continentale. Il développe dans le reste de son oeuvre une théorie – le matérialisme culturel – des productions et des institutions culturelles entendues comme produits sociaux, qu’il applique à des objets aussi divers que la poésie pastorale du dixhuitième siècle, le roman industriel victorien ou les émissions de la BBC.

Parallèlement, se développe à l’université de Birmingham autour de Richard Hoggart, de Stuart Hall, lui-même très influencé par le marxisme, et d’Angela McRobbie, le Centre for Contemporary Cultural Studies, fondé en 1964. Le centre s’intéresse à la question des rapports de pouvoir qui se jouent dans la culture, et s’interroge plus particulièrement sur les stratégies de résistance des classes dominées, à l’articulation complexe des dominations de classe, de genre et de race, remettant ainsi les usages et la réception au coeur de l’analyse. Continuer la lecture de Appel à communications : Les cultural studies sont-elles une méthode ? Héritages anglo-saxons et évolutions théoriques

Parution : traduction du roman policier

Jean-Marc Gouanvic, Hard-boiled fiction et Série noire. Les métamorphoses du roman policier anglo-américain en français (1945-1960)

Cet essai propose une étude sociologique des productions de la Série noire (NRF/Gallimard) de 1945 à 1960, en s’appuyant sur les archives de la collection. Il présente une analyse du mode d’organisation de la Série noire dans le champ français du roman policier et de la sémiotique des romans hard-boiled anglo-américains.

Lire l’avant-propos sur le site de l’éditeur.

Appel: Critique et prescription culturelles : comment le livre vient au lecteur

Séminaire d’enseignement et de recherche Master 2

« Livre : Création, Culture et Société »

 

Thématique 2014-2015 :

« Critique et prescription culturelles :

comment le livre vient au lecteur »

 

Appel à contribution

Date limite : 4 juillet 2014

 

Le groupe de travail « Livre : Création, Culture et Société » du Centre d’Histoire Culturelle des Sociétés Contemporaines (Université de Versailles-Saint-Quentin), constitué de chercheurs d’origines diverses (histoire, littérature, sociologie, anglais, sciences de l’information et de la communication, esthétique), aborde la question du livre, des métiers et des pratiques qui en dépendent.

Ses activités se déroulent au pôle des Métiers du Livre de Saint-Cloud (Université Paris Ouest-Nanterre La Défense, 11 avenue Pozzo-di-Borgo, 92210 Saint-Cloud).

Cette année, son séminaire de recherche, ouvert à tous les étudiants et enseignants chercheurs, aura pour thème annuel : « Critique et prescription culturelles : comment le livre vient au lecteur ».

 

Champ de recherche :

Dans la continuité des divers colloques et journées d’étude organisées par le groupe de recherche, notamment :

–       La mise en livre du texte de théâtre : approches médiatisées, historiques, esthétiques et professionnelles, en collaboration avec Pierre Banos, Université Paris Ouest Nanterre La Défense, Pôle des Métiers du livre de Saint-Cloud, 29 septembre 2012

–       Comment le livre vient au lecteur. La prescription littéraire à l’heure de l’hyperchoix et du numérique, en collaboration avec Maria Pourchet, Université Paris Ouest Nanterre La Défense, Pôle des Métiers du livre de Saint-Cloud, 29 juin 2012

–       Bibliothèques et transmission des savoirs aujourd’hui : pour une éthique des savoirs créatifs ?, en collaboration avec Sylvie Dallet et Pierre Banos, Université Paris Ouest Nanterre La Défense, Pôle des Métiers du livre de Saint-Cloud, 4 mai 2012,

 

dans celle de la publication du numéro de Communication & Langages dirigé par Sylvie Ducas et Maria Pourchet – De la prescription. Comment le livre vient au lecteur (mai 2014) et en vue du colloque du 14 novembre 2014 consacré à « Hyperchoix et prescription culturelle », organisé par Brigitte Chapelain (université Paris Nord), Anne-Réach-Ngô (université de Mulhouse) et Sylvie Ducas (université Paris Ouest),

 

notre groupe de travail entend s’intéresser cette fois à la prescription et au jugement critique dans le domaine du livre et de la culture.

A l’ère du web 2.0, nous assistons à une extension du champ des objets critiqués et prescrits (livres, films mais aussi séries télévisées, jeux vidéos etc.), à une diversification des prescripteurs  (professionnels et amateurs) et au renouvellement des formes de la critique et de la prescription comme des supports de leur diffusion (presse, radio, TV, internet, réseaux sociaux etc.). Que devient dès lors l’exercice de la critique et/ou de la prescription dans le contexte contemporain ? Quel était-il avant la rupture numérique et sur quel terrain les mutations ont-elle opéré ? Quels sont aujourd’hui les objets de la critique et/ou de la prescription, ses acteurs, ses moyens, ses enjeux, ses effets (tant sur la réception, la production, que sur les métiers de la chaîne du livre – éditeurs, libraires et bibliothécaires) ?

Il s’agit toujours de privilégier une approche historique et pluridisciplinaire des pratiques culturelles et professionnelles, non limitée au XXIe siècle, refusant la coupure entre une réflexion sur l’art ou la littérature (ne s’attachant qu’aux producteurs et créateurs les plus consacrés) et une analyse des pratiques culturelles, et n’excluant pas les productions commerciales grand public ni les créations les moins légitimes (best-sellers, genres populaires dits mineurs). Dans cette optique, toutes les perspectives (esthétiques, historiques, économiques, littéraires, sociologiques, issues des sciences de l’information et de la communication) seront autorisées. De même, l’ouverture sur une réflexion transnationale offrant de confronter des aires géographiques différentes sera particulièrement appréciée. Enfin, les propositions pourront poser la question du genre et s’interroger notamment sur la spécificité d’une critique et/ou d’une prescription au féminin.

 

Renseignements pratiques :

 

Responsables :

Sylvie Ducas, maître de conférences HDR à l’université Paris Ouest-Nanterre La Défense

Nicolas Malais,

 

Horaire du séminaire de recherche :

Le jeudi par quinzaine de 9 à 13h, à raison de deux conférenciers par séance

 

Lieu :

Pôle des Métiers du Livre, 11 avenue Pozzo-di-Borgo, 92210 Saint-Cloud. Tél. : 01 40 97 98 83

 

Calendrier des séances :

Entre mi septembre et mi-mars

 

Forme et date limite de remise des propositions :

 

Les propositions devront prendre la forme d’un résumé de 350 mots, accompagné d’une courte présentation de leur auteur (appartenance disciplinaire et laboratoire de rattachement, coordonnées téléphoniques et électroniques). Elles seront transmises par voie électronique avant le 4 juillet 2014 à la double adresse suivante : sylvie.ducas@u-paris10.fr et sylvie.ducas@wanadoo.fr

Lancement du site socius, ressources sur le littéraire et le social

Ouverture du site

socius : ressources sur le littéraire et le social

http://ressources-socius.info.

 

Ce site a l’ambition de devenir un important ensemble d’outils pour toutes celles et tous ceux, enseignants-chercheurs et étudiants, qui s’intéressent aux relations entre le littéraire et le social.

 

Vous y trouverez dès à présent :

  •          Un lexique de concepts, établi par une équipe internationale de chercheurs : d’ « Adhésion » à « Transfert » en passant par « Habitus », « Milieu » et « Postmoderne », vous trouverez là un répertoire précieux (et appelé à se développer d’année en année) des concepts les plus importants des études sociales sur la littérature, étudiés par les meilleurs spécialistes.
  •          Un grand nombre de bibliographies, soit des bibliographies rééditées (depuis celle de Hugh Daziel Duncan en 1953 jusqu’à celle de Marc Angenot et Janusz Przychodzen en 2002) et des bibliographies inédites comme celles des revues COnTEXTES, Actes de la recherche en sciences sociales et Opus – Sociologie de l’art ainsi que, parmi d’autres, celles des collections « Discours social » et « Logiques sociales ».
  •          Des rééditions de livres et d’articles (avec pour premiers auteurs réédités Pierre Macherey, Jacques Dubois ou encore Gustave Lanson) qui ont marqué l’histoire de la critique.
  •          Des liens vers des revues, des centres de recherche et vers la liste de diffusion socius, à la base de ce projet.

 

Toutes ces ressources continueront à croître alors revenez souvent visiter le site (ou même abonnez-vous au fil Twitter @listesocius ou au fil RSS).

Adam Knapik (Université de Silésie de Katowice, Pologne, et Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3)

Boursier du Gouvernement français de doctorat en cotutelle : Université de Silésie de Katowice et Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3 sous la direction de Mme Magdalena WANDZIOCH (professeur de littérature française) et M. Jamil DAKHLIA (professeur des sciences de l’information et de la communication).

Enseignant-assistant à l’Institut des Langues Romanes et Traduction de l’Université de Silésie de Katowice en Pologne

Domaines de recherche

Littérature populaire, sociologie de la littérature, sciences de l’information et de la communication