Archives par mot-clé : sociologie de la culture

Parution : Sociétés & Représentations, n° 54, “Cultures publicitaires”

Sociétés & Représentations, n° 54, “Cultures publicitaires”, dir. Anne-Sophie Aguilar, Eléonore Challine, 2022. 

Affiches, panneaux, enseignes, hommes-sandwichs, spots radio ou télé-diffusés, annonces imprimées ou en ligne : les visages de la publicité sont aussi multiples que quotidiens. Ce numéro de Sociétés et représentations envisage différents aspects de ces phénomènes, qui constituent un vaste champ d’exploration pour les sciences humaines et sociales. Que dit la publicité de notre rapport au monde ? En tant qu’objet opportuniste se glissant sur de nombreux supports et signe visible d’une société capitaliste et marchande, la publicité ne cesse de toucher à nos conceptions sociales et politiques, et de susciter réactions et émotions. À travers des contributions s’intéressant aux formes et pratiques publicitaires depuis le début du XIXe siècle jusqu’à nos jours – et en particulier à l’heure de la professionnalisation du milieu publicitaire dans le premier XXe siècle –, il s’agit non seulement de documenter une histoire interne à cette industrie, mais également d’interroger ses relations avec des sociétés, des époques et des lieux divers, dessinant non pas une mais des cultures publicitaires. C’est dans une perspective pluridisciplinaire, au croisement de l’histoire sociale et culturelle, de l’histoire des techniques, de la typographie, de la littérature, de l’art, des médias audiovisuels ou encore de la sociologie, que ce dossier interroge les cultures publicitaires foisonnantes de la période contemporaine.

Continuer la lecture de Parution : Sociétés & Représentations, n° 54, “Cultures publicitaires”

Parution : Du classement au reclassement. Sociologie historique de l’édition jeunesse en France et en Espagne (Guijarro Arribas Delia)

Guijarro Arribas Delia, Du classement au reclassement. Sociologie historique de l’édition jeunesse en France et en Espagne, Presses Universitaires de Rennes, 2022. 

La production des livres destinés à la jeunesse se caractérise par une importante fragmentation. Les catégories sont éclectiques : albums, documentaires, livres d’activités, etc., tout comme les publics ciblés : nouveau-nés, petits, adolescents, filles ou garçons, etc. À l’intérieur de ces groupes, la production est loin d’être homogène : livres avec ou sans textes aux formats divers, plus ou moins courts, onéreux ou bon marché. L’objectif peut être divertissant ou au contraire très éducatif – certaines publications tentant d’associer distraction et pédagogie. Cette disparité est le résultat d’un processus qui eut lieu tout au long du XXe siècle, mais qui s’est considérablement amplifié depuis les années 1970.

À partir des exemples de deux pays, la France et l’Espagne, cet ouvrage analyse l’interdépendance entre l’évolution de ces pratiques classificatoires et la constitution des secteurs jeunesse en espaces éditoriaux autonomes, intégrés et dotés d’une forte puissance de légitimation. Il examine les choix et les stratégies des agents de l’édition jeunesse, en prenant toujours en compte les variables qui structurent le marché de l’édition aux niveaux national et linguistique, tous deux insérés dans un marché mondial. Ce livre propose ainsi la première sociologie historique comparée, croisée et transnationale de l’édition jeunesse.

avec le soutien de l’UFR SITEC de l’université Paris Nanterre et du Centre Européen de Sociologie et de Science Politique de la Sorbonne (CNRS/EHESS/Paris 1 Panthéon Sorbonne)

Continuer la lecture de Parution : Du classement au reclassement. Sociologie historique de l’édition jeunesse en France et en Espagne (Guijarro Arribas Delia)

Appel à contributions : Évolutions et situations de la chanson au XIXe s. (revue Romantisme)

Romantisme« Évolutions et situations de la chanson au XIXe siècle », 2023

Échéance des propositions : 30 avril 2022

« La chanson » est souvent présentée par commodité comme une entité stable et spécifique, qui se distinguerait de ce qui n’est pas elle avec la force de l’évidence. Cependant cette stabilité et cette autonomie sont des effets de discours, et la pluralité que recouvre le singulier est évidente. 
Chanson populaire, chanson nationale, chanson républicaine, chanson sociale, chanson réaliste, chansonnette, chanson de café-concert, chanson comique troupier, chanson des rues, chanson de revue, romance, mélodie, hymne, chanson poétique, vaudeville… : toutes ces sous-catégories (dont certaines sont sans doute plutôt des catégories parallèles) font apparaître simultanément la mobilité et les évolutions de la chanson au xixe siècle et les relations entretenues par la chanson avec d’autres genres ou d’autres arts qui en constituent à la fois les limites et les extensions virtuelles.

Dans les discours critiques d’époque, le consensus touchant la profusion des chansons au xixe siècle se fonde souvent sur la seule prise en compte d’un critère formel très élémentaire – des paroles chantées ou destinées à l’être – et laisse de côté la variété des fonctions, des sources, des supports, des acteurs, des lieux, des genres qui affectent la pratique chansonnière. Pourtant, des chansons anciennes et anonymes recueillies par Nerval, par le comité Fortoul, par Weckerlin ou par divers enquêteurs dans les provinces de France, aux chansons composées pendant le siècle, les œuvres mises en jeu ressortissent à des traditions radicalement différentes. Cette hétérogénéité fondamentale est encore accrue par la diversité existant au sein des productions contemporaines elles-mêmes et que présuppose Nisard, en 1863, derrière les deux métaphores de la « muse pariétaire » et de la « muse foraine » :

Continuer la lecture de Appel à contributions : Évolutions et situations de la chanson au XIXe s. (revue Romantisme)

Parution : Le Rap, littérature du monde social. Du featuring au mythe de la banlieue (Julia Cela)

Julia Cela, Le Rap, littérature du monde social. Du featuring au mythe de la banlieue, Lausanne, Université de Lausanne, coll. “Archipel Essais”, 2021.

Postface de Jérôme Meizoz

Quel est l’enjeu d’étudier le rap comme une forme littéraire ? Dans une pratique où les corps sont parlants, comment envisager la relation entre l’auteur, l’énonciateur et l’interprète ? Que fait le rap aux hiérarchies culturelles instituées ?

Le rap francophone contemporain active un regard sociologique, attentif à la fois au fonctionnement du monde social et aux phénomènes de domination dans le champ culturel. Au cœur de ces dynamiques se trouve le featuring, qui désigne la collaboration entre différents artistes. Ce phénomène constitue à la fois la condition d’émergence du rap dans les années 1990 et le motif textuel qui structure sa poétique.

Par cet étroit rapport avec les théories des espaces sociaux, le rap institue ses propres dynamiques de légitimation. Dans les textes s’élabore une valeur symbolique spécifique visant à renverser le discours hégémonique, qu’il soit culturel, racial, politique ou économique. Le rap, relégué à ses débuts aux marges du littéraire, s’institue en littérature.

Sommaire, postface et extrait accessibles sur Fabula 

Sommaire

Postface : Une création verbale au collectif, par Jérôme Meizoz

Lire un extrait

parution : La fin du game ? Les jeux vidéo au quotidien (collectif)

Collectif, La fin du game ? Les jeux vidéo au quotidien, Presses Universitaires François-Rabelais, 2021

À la maison ou dans les transports, au bureau ou aux toilettes, les jeux vidéo sont partout. La banalisation de ce loisir électronique dans toutes les tranches d’âge et toutes les catégories de la société s’est accompagnée d’une diversification des publics mais aussi des manières de jouer.
Loin de l’image caricaturale du mâle adolescent jouant des heures durant à des jeux de tir, désormais les jeux vidéo sont pour beaucoup une activité ordinaire qui trouve place dans les interstices, les temps libres des routines journalières ou hebdomadaires. Ils sont imbriqués dans les modes de vie et contribuent aux modes d’habiter.
Fruit d’un travail de recherche collectif, ce livre analyse la place de ces pratiques vidéoludiques au quotidien. Comment joue-t-on aux jeux vidéo aujourd’hui ? Qui joue, où, et avec qui ? Quelles sont les diverses pratiques, de sociabilité, d’échanges mais aussi de mobilités et de marquage de l’espace, qui se développent autour de ce loisir électronique ? Quelles sont les émotions, les expériences, les affects, que les jeux vidéo rendent possible ?
Cette exploration inédite du domaine des jeux vidéo étudie la diversité de leurs publics, les pratiques que ces derniers développent, et les expériences qui s’y éprouvent.

Auteurs

Vincent Berry, enseignant-chercheur en sciences de l’éducation, Université Sorbonne Paris Nord, laboratoire EXPERICE-LAbEx ICCA.
Manuel Boutet, enseignant-chercheur en sociologie, Université Côte d’Azur, laboratoire GREDEG.
Isabel Colón de Carvajal, enseignante-chercheuse en sciences du langage, ENS de Lyon, laboratoire ICAR.
Samuel Coavoux, chercheur en sociologie, département de sciences sociales (SENSE) d’Orange, laboratoire CERLIS.
David Gerber, chercheur en sociologie.
Samuel Rufat, enseignant-chercheur en géographie, Université de Cergy, laboratoire MRTE.
Hovig Ter Minassian, enseignant-chercheur en géographie, Université de Tours, laboratoire CITERES.
Mathieu Triclot, enseignant-chercheur en philosophie, Université de technologie Belfort-Montbéliard, laboratoire RECITS.
Vinciane Zabban, enseignante-chercheuse en sciences de l’éducation, Université Sorbonne Paris Nord, EXPERICE-LAbEx ICCA.

Parution : Culture de masse et société de classes (Philippe Coulangeon)

Philippe Coulangeon, Culture de masse et société de classes. Le goût de l’altérité, PUF, 2021

Nous vivons dans des sociétés dans lesquelles la diffusion de l’éducation et les transformations de l’économie des biens culturels semblent produire une certaine uniformisation des goûts et des styles de vie. Un peu partout dans le monde, alors que les classes supérieures diplômées conservent un accès privilégié aux répertoires culturels les plus légitimes, elles sont aussi partie prenante à l’univers de la culture de masse et des médias.

Cette transformation n’est pourtant pas à proprement parler synonyme de démocratisation culturelle. L’éclectisme des préférences et des pratiques tend à devenir l’expression contemporaine du privilège culturel de catégories immergées dans une grande variété de répertoires savants et populaires, lettrés et audio-visuels, locaux et cosmopolites. L’ouverture à la diversité apparaît comme la norme émergente du privilège et de la légitimité culturelle, morale et politique, qui s’inscrivent dans une reconfiguration plus vaste des rapports sociaux mettant en jeu l’accès inégal aux ressources de la confrontation à l’altérité. C’est ce que montre cet ouvrage, qui s’appuie sur les recherches les plus récentes et les résultats d’enquêtes approfondies.

Philippe Coulangeon est directeur de recherche au CNRS, membre de l’Observatoire sociologique du changement à Sciences Po, spécialiste de sociologie de la culture. Ses recherches portent notamment sur la démocratisation de la culture et de l’éducation.

 

Colloque : “Loisirs et styles de vie” (MSH Paris Nord)

Colloque “Loisirs et styles de vie”

14-15 octobre 2021

Auditorium de la Maison des Sciences de l’Homme (MSH) Paris Nord, 20 avenue George Sand 93210 Saint-Denis (métro ligne 12 Front Populaire)

Le colloque est coordonné par Quentin Gilliotte, Emmanuelle Guittet et Maylis Nouvellon. Il est soutenu par l’Association Française de Sociologie, le LabEx ICCA – Industries Culturelles & Création Artistique, le CERLIS (Centre de recherche sur les liens sociaux, UMR 8070), le laboratoire EXPERICE (Centre de recherche interuniversitaire Experience Ressources Culturelles Education, EA 3971) et l’UFR ESTHUA Tourisme et culture de l’Université d’Angers.

Informations pratiques

Le colloque est ouvert à toutes et tous gratuitement, sur inscription dans la limite des places disponibles et sur présentation impérative du pass sanitaire. Participer au colloque impose un strict respect des consignes sanitaires (port du masque, distanciation sociale, désinfection des mains et surfaces).

Merci de vous inscrire en remplissant ce formulaire: https://forms.gle/uZnFs45vNqHK6WxS9   Continuer la lecture de Colloque : “Loisirs et styles de vie” (MSH Paris Nord)

Parution : Le Troisième souffle. Enquête sur les adaptations littéraires à la télévision (Sabine Chalvon-Demersay)

Le Troisième souffle. Parentés et sexualités dans les adaptations télévisées, Sabine Chalvon-Demersay, Presses des Mines, 2021.

Au début des années 2000, les adaptations télévisuelles du Comte de Monte Cristo, des Misérables et du Bossu font émerger la question de l’inceste dans une parenté élective. Tout se passe comme si le mariage du tuteur avec sa pupille qui constituait l’issue heureuse du roman populaire était devenue problématique : l’adaptation des Misérables tourne autour de l’amour impossible de Jean Valjean pour Cosette ; celle du Comte de Monte-Cristoréaménage le scénario pour éviter de laisser partir Monte-Cristo avec Haydée ; celle du Bossu, donne à Lagardère une autre épouse que la jeune Aurore de Nevers, l’enfant qu’il a recueillie et élevée. Vingt ans plus tard, le terme ‘inceste’ est introduit dans le code pénal et la question du consentement est au cœur de l’espace public.

Ce livre est une vaste enquête sociologique sur les adaptations littéraires à la télévision. Fondé sur des entretiens auprès des scénaristes, des réalisateurs, des producteurs et sur une analyse des œuvres, il apporte une contribution déterminante à l’histoire des programmes de la télévision française et permet de comprendre comment la télévision a pris en charge, à travers les adaptations télévisuelles des romans populaires du xixe siècle, les transformations de la famille et de la parenté. La succession des adaptations est un excellent indicateur de la transformation des sensibilités collectives. Cet ouvrage cherche à comprendre comment la télévision parvient à anticiper les transformations sociales dans ses fictions. Ces œuvres ont été écrites sous forme de romans ou de feuilletons. Elles ont ensuite été adaptées au cinéma. La télévision leur donne un troisième souffle.

URL vers le site qui accompagne la parution du livre: https://www.pressesdesmines.com/le-troisieme-souffle/

Journées d’étude : La critique culturelle sur le web : espaces, discours, valeurs (Université de Caen-Université de Rouen)

Journée d’études : La critique culturelle sur le web : espaces, discours, valeurs

Université de Caen (Laslar), Université de Rouen (CÉRÉdI)

24-25 juin 2021

https://webconf.unicaen.fr/b/dsi-r9t-xrz-kln

PROGRAMME

24 juin (Université de Caen) – Salle des actes de la MRSH

Matin

9h 30 Introduction (J. Anselmini, V. Vignaux)

10 h Conférence inaugurale

Lifranum (L. Perticoz, L. Feugère, J.-P Fewou-N’Gouloure), « Migration de la critique littéraire en régime numérique : des blogs à Youtube »

Session 1 (modérateur : V. Rivron) – Nouveaux périmètres critiques

11 h Samantha Caretti, « Critique d’amateurs, critique d’éclairés ? Pratiques critiques des sociétés d’amis d’écrivains sur le web »

11 h 25 Elisabeth Viain, « La critique de théâtre contemporain sur le web – Entre professionnels et amateurs, entre recensions bienveillantes et polémiques désordonnées : un espace fourre-tout ou fécond et libérateur ? »

Continuer la lecture de Journées d’étude : La critique culturelle sur le web : espaces, discours, valeurs (Université de Caen-Université de Rouen)

Parution : Volume ! n° 18-1 – Back to work

Volume ! n° 18-1 – Back to work

Numéro consacré à la musique comme travail.

Étudier la musique, c’est aussi étudier la manière dont les gens travaillent dans la musique, en particulier pour ceux qui n’accèdent pas à la célébrité et au parcours qu’on peut qualifier d’artisanal. Aujourd’hui, les acquis de la sociologie impliquent de prendre au sérieux, au-delà des travaux sur le numérique, les dimensions les plus laborieuse, matérielle, économique, de pratiques certes « artistiques » mais qui ne s’inscrivent pas moins dans un marché de l’emploi très inégalitaire. Les six articles de ce dossier sont issus d’interventions réalisées dans le cadre du réseau de recherche international Working in Music. Les auteurs, venant de différents pays d’Europe (Grèce, Suisse, Grande-Bretagne, France), mobilisent des terrains variés mais aussi, de plus en plus, un corpus commun de références, montrant là tout le dynamisme et la robustesse des recherches contemporaines sur le travail musical.

Volume ! La revue des musiques populaires est une revue semestrielle à comité de lecture, fondée en 2002 par Samuel Etienne, Gérôme Guibert et Marie-Pierre Bonniol. La revue offre un espace autonome aux chercheurs souhaitant développer des recherches spécifiques consacrées à l’étude pluridisciplinaire des musiques populaires, en croisant les apports méthodologiques et théoriques français (musicologie, ethnomusicologie, sociologie de la culture, histoire culturelle etc.) avec ceux des « cultural » et « popular music studies ». La revue a été publiée sous le titre Copyright Volume ! de 2001 à 2008.
Volume ! est publié par les éditions Mélanie Seteun, une structure associative montée en 1998 par Samuel Etienne et Gérôme Guibert, alors deux doctorants désireux de publier des « réflexions sérieuses sur les musiques populaires », généralement peu investies par la recherche universitaire, ou du moins avec l’attention habituellement accordée à d’autres produits de la culture considérés comme plus légitimes.

Equipe de rédaction : Catherine Guesde, Gérôme Guibert, Emmanuel Parent, Dario Rudy, Matthieu Saladin, Jedediah Sklower.