Archives par mot-clé : sociologie

Parution : Ainsi se meuvent les vampires (Arnaud Esquerre)

Arnaud Esquerre, Ainsi se meuvent les vampires, Paris, Fayard, coll. “Sciences humaines”, 2022

Qu’est-ce qu’un vampire  ? Le mot «  vampire  », a été, dans un coin du monde, inventé et utilisé pour, sinon résoudre, du moins affronter une contradiction commune à tous les êtres humains  :  comment vit-on avec le fait de mourir  ? Qu’est-ce qu’un vampire ? Alors qu’on imagine volontiers un Dracula se nourrissant du sang des vivants, le sociologue Arnaud Esquerre donne à voir un tout autre visage, beaucoup plus complexe, de ces êtres entre la mort et la vie. On apprend ainsi qu’ils ont un lieu et une date de naissance : en Europe, au XVIII e siècle. Ils commencent alors à peupler les discours, qu’on soutienne ou nie leur existence. Au fil du temps, les vampires vont désigner aussi bien une variété de chauve-souris qu’un personnage à succès de la littérature (de Lord Byron à Bram Stoker) ; une catégorie médicale cherchant à rendre compte des cas de nécrophilie ; ou, pour Karl Marx, les capitalistes ; ou encore les protagonistes d’un film comique comme dans Le Bal des vampires.

Nous sommes ainsi mis sur la trace des vampires, les suivant dans des sources aussi diverses qu’inattendues, des archives médicales à la série True Blood, en passant par les écrits de naturalistes. Cette enquête décrit la destinée d’un mot inventé et utilisé sinon pour résoudre, du moins pour affronter, une contradiction commune à tous les êtres humains : comment vit-on avec le fait de mourir ?

Arnaud Esquerre est sociologue, et directeur de recherche au CNRS. Il a récemment publié Interdire de voir (Fayard, 2019) et, avec Luc Boltanski, Qu’est-ce que l’actualité politique ? (Gallimard, 2022).

Lire un extrait de l’ouvrage

Parution : Fictions excitantes (Sébastien Hubier)

Sébastien Hubier, Fictions excitantes, Dijon, ABELL-CPTC, 2022.

Chez les nouveaux tartufes, la pornographie a mauvaise presse. Pourtant le sexe est aujourd’hui partout et sa représentation omniprésente est le phénomène majeur de notre hypermodernité. Le phénomène majeur, certes, mais aussi le plus contradictoire, car le sexe est, en somme, à la fois et totem et tabou : ce dont tout le monde se délecte mais ce dont il est socialement convenu de ne pas parler, sauf pour la blague.

C’est aux fictions qui mettent en scène le désir sexuel (et qui le provoquent) que s’intéresse le présent livre, afin d’en mesurer l’importance, d’en interpréter les sens, d’en dire les plaisirs, d’en pointer les travers. Étudiant aussi bien la littérature (Sade, Louÿs, Calaferte, Esparbec) ou les arts savants (de Giulio Romano à Jennifer Lacey et Nadia Lauro) que les arts de masse et de divertissement (modes vestimentaires, réclames et publicités, bandes dessinées, romans graphiques, vidéos en ligne ou musique rock), cet essai adopte conjointement trois perspectives afin de comprendre pourquoi les fictions excitantes occupent une place tellement importante dans nos cultures, pourquoi, des fresques antiques au porn en ligne, le sexe est peu à peu devenu un spectacle.

S’inscrivant en faux contre les approches normatives et essentialistes, cette triple perspective, anthropologique, psychologique et culturaliste, permet seule de saisir à quel point la pornographie est une construction idéologique reflétant les transformations macrosociologiques qui ont contribué à banaliser la figuration de la sexualité.

Continuer la lecture de Parution : Fictions excitantes (Sébastien Hubier)

Parution : “Télévision : les publics” (Réseaux 2021/5, N° 229)

Réseaux, 2021/5, n° 229, “Télévision : les publics”, dir. Dominique Pasquier et Frank Rebillard. 

SOMMAIRE

Éditorial

 

Colloque : “Loisirs et styles de vie” (MSH Paris Nord)

Colloque “Loisirs et styles de vie”

14-15 octobre 2021

Auditorium de la Maison des Sciences de l’Homme (MSH) Paris Nord, 20 avenue George Sand 93210 Saint-Denis (métro ligne 12 Front Populaire)

Le colloque est coordonné par Quentin Gilliotte, Emmanuelle Guittet et Maylis Nouvellon. Il est soutenu par l’Association Française de Sociologie, le LabEx ICCA – Industries Culturelles & Création Artistique, le CERLIS (Centre de recherche sur les liens sociaux, UMR 8070), le laboratoire EXPERICE (Centre de recherche interuniversitaire Experience Ressources Culturelles Education, EA 3971) et l’UFR ESTHUA Tourisme et culture de l’Université d’Angers.

Informations pratiques

Le colloque est ouvert à toutes et tous gratuitement, sur inscription dans la limite des places disponibles et sur présentation impérative du pass sanitaire. Participer au colloque impose un strict respect des consignes sanitaires (port du masque, distanciation sociale, désinfection des mains et surfaces).

Merci de vous inscrire en remplissant ce formulaire: https://forms.gle/uZnFs45vNqHK6WxS9   Continuer la lecture de Colloque : “Loisirs et styles de vie” (MSH Paris Nord)

Appel à contributions : “Hors des centres : bandes dessinées et comics au Canada” (Voix plurielles)

“Hors des centres : bandes dessinées et comics au Canada”

Voix plurielles

Échéance des propositions : 15 décembre 2021

 Date prévue de parution : fin 2022

Créer, publier, lire des bandes dessinées ou des comics, cela a longtemps été des activités marginales tant pour la haute culture que la culture industrielle qui a trouvé des canaux plus immédiatement profitables. Il en fut de même au Canada, plus particulièrement anglophone. Cependant, même dans ces marges s’est développé un champ de production dans lequel s’est formé un centre, voire des centres, dans l’économie du champ national. Ainsi, depuis au moins trente ans, Montréal occupe dans le domaine une position centrale tant pour la BD francophone que pour les comics et romans graphiques/« graphic novels » (avec Drawn & Quarterly), et ce tant au Québec que dans le reste du Canada. Toronto, centre dans le domaine de l’édition, l’est moins dans le champ des récits dessinés. Mais si cette ville a pu, par la notoriété de sa presse, agir comme un centre, c’est aussi bien relatif compte tenu du poids culturel de États-Unis dans le champ des comics et dans celui voisin de la production culturelle de l’illustration de presse.

Dans ce numéro de Voix plurielles, nous voulons explorer les mondes de la bande dessinée et des comics en prenant en compte qu’il y a eu évolution parallèle selon les langues et les zones culturelles hors des espaces qui ont occupé ou occupent une position centrale au Canada. Nous invitons particulièrement, mais non exclusivement, des contributions sur les questions suivantes :

Continuer la lecture de Appel à contributions : “Hors des centres : bandes dessinées et comics au Canada” (Voix plurielles)

Gaëlle Kovaliv (Université de Lausanne)

Diplômée en en français moderne et en sciences du langage à l’Université de Lausanne, Gaëlle Kovaliv étudie les conditions de production et de réception des œuvres de bande dessinées nativement numériques francophones. Sa thèse, entre sociologie et lettres, se concentre ainsi sur six axes de recherche : l’identité de ce nouveau médium, les conséquences de la disparition du filtre éditorial – notamment dans une perspective de genrée –, la place du lectorat, l’économie et le financement, le rôle des éditeurs papier et une comparaison internationale des formes de création et de diffusion. Cette recherche est principalement basée sur des entretiens menés auprès de créateurs et créatrices et par des témoignages provenant du monde professionnel de l’édition.

Dans le cadre du projet, Gaëlle Kovaliv a déjà co-rédigé plusieurs articles. Un glossaire bilingue des unités significatives de la bande dessinée avec Olivier Stucky, une étude de la forme des tables des matières des bandes dessinées numériques avec Anaïs Goumand et un article sur le genre, les media studies et la bande dessinée avec Léonore Porchet. Elle a également participé, avec Raphaël Baroni et Olivier Stucky, à la rédaction d’un article de synthèse sur les obstacles qui s’opposent à l’émergence de supports de publication numériques dans le contexte de la bande dessinée européenne et francophone. Elle a aussi réalisé plusieurs bases de données visant à recenser les bandes dessinées nativement numériques francophones ainsi que les créateurs et créatrices actifs et actives dans de domaine.

Par ailleurs, Gaëlle Kovaliv est actuellement membre du comité éditorial de la revue Comicalités, du Réseau des Narratologues Francophones (RéNaF) et du Pôle de Narratologie Transmédiale (NaTrans). Elle est également coresponsable bénévole des conférences et animations du festival de bandes dessinées BDFIL et membre du comité d’édition de la revue Archipel.

Publications

Parution : La réalité de la fiction 2 (Sonny Perseil et Benoît Petitprêtre)

Sonny Perseil et Benoît Petitprêtre (dir.), La réalité de la fiction 2, L’Harmattan, Éditions Peppers, 2021

Ce nouvel ouvrage pousse encore plus loin la réflexion sur les relations entre fiction, narration, discours et récit. Trois pistes principales sont proposées : la performativité du témoignage ; la façon dont la fiction agit sur la gestion ; la compréhension de l’écart entre réalité et fictions. Pour saisir en profondeur ces éléments subtils qui fondent la réalité de la fiction, des thèmes aussi éclectiques que la comptabilité en bandes dessinées, les récits du mécénat, les usagers des transports publics, le docu-fiction, les séries TV, Harry Potter, René Char, le théâtre du réel, la peinture réaliste, la pornographie ou encore les palaces sont abordés. Évoluant en sciences de gestion, en science politique, en sociologie ou encore en philosophie, les chercheurs réunis ici s’inscrivent résolument dans l’interdisciplinarité, particulièrement féconde pour des objets de ce type.

Avec les contributions de Laurent Dehouck, Claire Edey-Gamassou, Nicolas- Xavier Ferrand, Lise Henric, Aldo Lévy, Aurélien Maignant, Marine Malet, Sonny Perseil, Benoît Petitprêtre, Mailys Poirel, Mohamed Rdali, Sébastien Rocher, Frédéric Roussille, Olivier Vidal et Nathanaël Wadbled.

Appel à contributions permanent : Rubrique Varia de la revue d’histoire Le Temps des médias.

Appel à contribution pour la rubrique Varia de la revue d’histoire Le Temps des médias

Le Temps des Médias est une revue à comité de rédaction publiée par Nouveau Monde Éditions et la SPHM (Société Pour l’Histoire des Médias) depuis 2003. Cette revue publie des recherches inédites à caractère historique visant àdévelopper la réflexion scientifique dans le domaine des médias, des médiations, des médiateurs. Elle entend ce champ dans une acception large qui n’exclut aucun des aspects économique, social, politique ou culturel : moyens et techniques de communication, production et circulation de l’information, histoire des industries culturelles, sociologie historique des médias, histoire des publics ou des programmes, etc. En outre, la revue couvre le temps long des pratiques médiatiques, sans aucune limite chronologique ou géographique a priori.

Le Temps des Médias publie deux fois par an des numéros thématiques comprenant également des varias. La revue peut donc recevoir toute l’année vos propositions d’articles inédits et sans lien avec les thématiques des numéros.

Dès réception, les propositions sont étudiées par des membres du comité de rédaction avant d’être expertisées à l’aveugle par deux spécialistes du champ étudié si elles correspondent aux exigences de la revue. Les normes à respecter pour la rédaction des articles sont précisées au sein de la note aux auteurs (voir http://www.histoiredesmedias.com/-Normes-de-publication-.html).

Les propositions d’articles sont à envoyer par courriel uniquement à :

breteche.marion@gmail.com et emmanuelle.fantin@sorbonne-universite.fr.

Pour plus d’information sur la revue :

http://www.histoiredesmedias.com/-Presentation-de-la-revue-.html

Pour accéder aux numéros en ligne sur Cairn :

https://www.cairn.info/revue-le-temps-des-medias.htm

Parution : Sociologie du cinéma (Philippe Mary, Aurélie Pinto)

Philippe Mary, Aurélie Pinto, Sociologie du cinéma, La Découverte, 2021. 

Comment le cinéma français est-il structuré ? Comment analyser le regard des différentes catégories de spectateurs ? Comment se fabriquent collectivement les films ? Comment le cinéma parle-t-il du monde social ?

Ce livre s’interroge sur la polarisation du cinéma français entre cinéma commercial et cinéma d’auteur. Il analyse ensuite la consommation des films à travers l’étude de la fréquentation des salles, des pratiques de visionnage et des préférences des publics, sans oublier le rôle des intermédiaires, distributeurs et salles de cinéma. Il montre également les modalités concrètes de fabrication des films, de constitution des équipes et les rapports de force (en termes de statut, de genre, etc.) propres aux différents métiers (techniciens, réalisateurs, producteurs et acteurs, diffuseurs, administrateurs, etc.). Enfin, il s’intéresse aux relations entre cinéma et sociologie : dans quelle mesure peut-on considérer le cinéma comme un mode de connaissance du monde social ?

Lire un extrait 

Continuer la lecture de Parution : Sociologie du cinéma (Philippe Mary, Aurélie Pinto)

COLLOQUE : LA FABRIQUE DE LA BANDE DESSINÉE.

La Fabrique de la bande dessinée. Perspectives socio-linguistiques sur la bande dessinée

22-23 juin 2021

17-21 bd du 11 novembre 1918, 69100, Villeurbanne

Organisé par Pascal Robert, ENSSIBELICO 

Entrée libre sur inscription (compte tenu du contexte sanitaire, le nombre d’inscrits est limité à 70 participants). 

Continuer la lecture de COLLOQUE : LA FABRIQUE DE LA BANDE DESSINÉE.