Archives par mot-clé : sociologie

Parution : Le cerveau comme Machine, Olivier Caïra

Olivier Caïra, Le cerveau comme machine, Georg éditeur, “Emprise de vue”, 2020.

Résumé du livre – Le cerveau comme machine

L’intelligence est une obsession contemporaine. Longtemps cantonnés aux énigmes policières et à la science-fiction, les surdoués envahissent aujourd’hui les écrans : drame, comédie, biopic, super-héros, espionnage…

La technologie est le principal moteur de cette obsession. Comme la révolution industrielle a engendré les figures de savants fous, l’informatique popularise une vision du cerveau comme machine : il s’optimise, se transplante, se pirate. L’interconnexion permet au surdoué de seconder ou de surclasser les agents de terrain. La maîtrise des nombres peut faire gagner au casino, résoudre des énigmes, voire chercher la clé de l’univers. L’intelligence est filmée comme moyen et comme fin : les créatures des nouveaux Frankenstein surpassent leurs créateurs, aux échecs ou lors de duels plus dangereux.

Au confluent de la sociologie, de la narratologie et des études filmiques, portant sur plus de 200 films et de 100 séries, Le cerveau comme machine est la première étude d’envergure sur l’intelligence extrême à l’écran. Continuer la lecture de Parution : Le cerveau comme Machine, Olivier Caïra

Appel à communication : La fabrique de la bande dessinée

La fabrique de la bande dessinée. Perspectives socio-logiques sur la bande dessinée.

Colloque international organisé dans le cadre de l’année de la bande dessinée, organisé par l’Enssib – Elico, sous la responsabilité de Pascal Robert. Du 5 ou 6 mai 2020 à l’Enssib, 17-21 bd du 11 novembre 1918, 69100 Villeurbanne, France.

La bande dessinée a souvent été abordée au travers d’un prisme sémiotique, ce qui est en soi tout à fait légitime. Mais la bande dessinée ce n’est pas seulement un Texte, ou plutôt un hybride texte-image, c’est aussi des auteurs qui en font les scénarios et qui les dessinent, des éditeurs (et des imprimeurs ainsi que des distributeurs), petits ou grands, aux logiques plus ou moins expérimentales, des supports variés, de la revue au numérique en passant par l’album notamment, des festivals qui la célèbrent, du plus connu au plus méconnu, des libraires –souvent passionnés- qui la vendent, notamment dans des boutiques spécialisées, des bibliothécaires –non moins passionnés- qui la mettent en avant dans leurs médiathèques grâce à des expositions ou des conférences, des critiques également qui en parlent et singulièrement dans des revues papiers ou sur des sites internet… Bref, la bande dessinée c’est tout un monde de créateurs et de médiateurs qu’il faut décrire et analyser pour mieux le comprendre.

Continuer la lecture de Appel à communication : La fabrique de la bande dessinée

Appel à communications : colloque “la fabrique de la bande dessinée”

Colloque international La Fabrique de la bande dessinée. Perspectives socio-logiques sur la bande dessinéeorganisé par Pascal ROBERT dans le cadre de l’Année de la bande dessinée 2020

 

École nationale supérieure des sciences de l’information et des bibliothèques (ENSSIB) / École de recherche de Lyon en sciences de l’information et de la communication (Elico)

ENSSIB, 5-6 mai 2020

Date limite d’envoi des propositions : 14 février 2020

 

La bande dessinée a souvent été abordée au travers d’un prisme sémiotique, ce qui est en soi tout à fait légitime. Mais la bande dessinée ce n’est pas seulement un Texte, ou plutôt un hybride texte-image, c’est aussi des auteurs qui en font les scénarios et qui les dessinent, des éditeurs (et des imprimeurs ainsi que des distributeurs), petits ou grands, aux logiques plus ou moins expérimentales, des supports variés, de la revue au numérique en passant par l’album notamment, des festivals qui la célèbrent, du plus connu au plus méconnu, des libraires – souvent passionnés – qui la vendent, notamment dans des boutiques spécialisées, des bibliothécaires – non moins passionnés – qui la mettent en avant dans leurs médiathèques grâce à des expositions ou des conférences, des critiques également qui en parlent et singulièrement dans des revues papiers ou sur des sites internet… Bref, la bande dessinée c’est tout au monde de créateurs et de médiateurs qu’il faut décrire et analyser pour mieux le comprendre.

Il nous a semblé que, dans le cadre, de cette année 2020 consacrée à la bande dessinée, il serait peut-être judicieux de faire le point sur les travaux qui rendent compte de ces différentes facettes du monde, complexe, de ceux qui font la bande dessinée. Autrement dit, il s’agit d’ouvrir la boîte noire de la fabrique de la bande dessinée. L’approche ne peut être que pluridisciplinaire, c’est pourquoi il est bien question de socio-logies au pluriel, qui ne sont pas forcément des sociologies au sens disciplinaire du terme, mais au sens d’un type d’approche que peut pratiquer aussi bien le civilisationniste, le littéraire, que l’historien du présent et de la culture, le spécialiste d’information-communication comme le sémioticien ouvert à la question de la pluralité des supports.

Les mémoires, thèses, livres et articles se multiplient sur ces questions ces dernières années, il est temps d’essayer de dresser la carte de ce vaste paysage. Ce colloque voudrait être l’un des lieux où ces approches vont pouvoir à la fois s’exposer, se rassembler, se découvrir parfois, dialoguer, apprendre les unes des autres, bref s’enrichir mutuellement.

Continuer la lecture de Appel à communications : colloque “la fabrique de la bande dessinée”

Parution : Ados et jeux vidéo

Jeu vidéo et adolescence, Vincent Berry et Leticia Andlauer (dir.), PU de Laval “Adologiques”, 2019

image : capture du jeu vidéo Life is strange, Square Enix, 2015

Présentation de l’éditeur : En quelques décennies, le jeu vidéo est devenu l’une des pratiques culturelles les plus prisées des adolescents. Sources de problèmes et d’inquiétudes pour les uns, simple loisir pour les autres, les pratiques vidéoludiques sont souvent l’objet de critiques et la cible de nombreux stéréotypes, malgré leur grande popularité. À partir d’enquêtes de terrain, cet ouvrage propose de déconstruire les présupposés sur le jeu vidéo afin de mieux comprendre sa relation avec ces adeptes singuliers que sont les adolescents et, depuis plusieurs années déjà, les adolescentes. De leur rôle dans la construction identitaire de jeunes joueurs aux représentations de l’adolescence dans les scénarios qu’ils proposent, les jeux vidéo révèlent alors leur complexité à la lumière des regards sociologiques et anthropologiques. 

Parution : Le Zouk

Gérald Désert, Le Zouk, Génèse et représentations sociales d’une musique populaire, Anibwe, 2018.

Image, album “Francky Goes To Pointe​-​à​-​Pitre”, A Tant Rêver Du Roi Records

Qu’est-ce que le zouk ? Si tout un chacun a pu entendre cette musique populaire, même de façon très passive, dans des circonstances d’écoutes diverses, à ce jour, son histoire n’a pas encore fait l’objet d’une réflexion spécifique et systématique ; alors s’interroger sur ce qu’est le zouk ne relève pas d’une lubie personnelle, sans fondement autre que le pathos, mais bien d’un questionnement d’intérêt général
sur la culture musicale dans l’espace local, national et international.

Le zouk, la pensée du zouk, sa représentation dans la réflexion universitaire n’est qu’à ses débuts et c’est ce qui fait tout l’intérêt de ce livre.

Gérald Désert est enseignant de langues, littératures et civilisations hispaniques au CRILLASH-Université des Antilles. Il fut chargé d’enseignement au Centre Universitaire de Mayotte (2015-2016).

Ses recherches portent notamment sur la littérature mexicaine et sur les relations entre musique populaire et littérature (Rubén Blades, le Zouk, etc.).

Appel : Pairs adolescents

Appel à communication du deuxième numéro de la Revue de Socio-Anthropologie de l’Adolescence (RSAA) :

“Les pairs”

Proposition de résumé : 30 avril 2017

Remise des articles complets : 1er septembre 2017

Publication des articles : 30 janvier 2018

Qui sont les pairs ?

Les études sur l’adolescence font appel régulièrement la notion de «pairs ». Le deuxième numéro de la Revue de Socio-Anthropologie de l’Adolescence (RSAA) a pour objectif de clarifier ce que les chercheur-e-s entendent lorsqu’ils parlent des pairs. Qui sont-ils ? Quelle place ont-ils dans la vie des adolescent-e-s ? Quelles fonctions remplissent-ils ? Derrière l’apparence d’une homogénéité se cache-t-il une diversité des groupes de pairs ? Une diversité des rôles joués par chacun au sein du groupe ? Comment et pourquoi ces groupes de pairs sont-ils mobilisés par les auteur-e-s pour saisir les expériences juvéniles ?

Les pairs comme alternative à la famille

L’un des paradigmes fondamentaux des études sur l’adolescence contemporaine repose sur la mise en tension de la socialisation primaire et de la socialisation secondaire. Selon Pierre Bourdieu (1979), la socialisation primaire au sein de la famille entraîne des acquisitions stables, mais nous savons que la socialisation secondaire prend une place de plus en plus significative au cours de l’adolescence par le biais des diverses institutions de socialisation et plus précisément par l’intégration du jeune dans différents cadre de la vie sociale. Or, les mutations culturelles de ces dernières décennies ont transformé le processus de socialisation : les jeunes ne sont plus des agents passifs qui subissent une socialisation imposée de manière unilatérale par les aînés ou les institutions (Dubar, 2000). La socialisation contemporaine devient alors l’écho d’un processus d’individuation où chacun expérimente et définit son chemin avec un souci constant d’authenticité et d’unicité. Dans ce contexte, la socialisation devient – peut-être davantage qu’auparavant – un processus qui se poursuit sans cesse et pendant lequel le temps accordé à la famille tend à diminuer au profit des «relations choisies » (Poirier & Lavoie, 2006, p. 7). Continuer la lecture de Appel : Pairs adolescents

Colloque sur les mouvements punk/post-punk, 27-28 mars 2015

unnamed

Disorder : Histoire sociale des mouvements punk/post-punk

Programme du colloque 

Vendredi 27 mars

Université Paris Diderot – Amphithéâtre Buffon, bâtiment Buffon, 15 rue Hélène Brion, Paris 750139h Accueil et allocution d’ouverture – Mathieu Duplay, directeur de l’UFR d’Études Anglophones, LARCA, Université Paris Diderot9h30-10h30 CONFERENCE PLENIERE – Nick Crossley, Professor of Sociology, University of Manchester, “A Network of Sound, Style and Subversion: the formation of the London Punk World, 1975-1976

 

Coffee Break – Pause café

10h45-12h45 – ATELIER 1 – Cultural transfers – Transferts culturels

Présidente de séance : Elodie Grossi (URMIS-CNRS) / Discutante : Florence Tamagne (Univ. Lille III)

Thomas Bacquet (U. Rouen), “L’impossible émergence du punk en Corée du Sud : une voie vers la démocratisation et la naissance d’une scène indépendante dans les années 1990.

Djordje Sredanovic (U. Bologna), “Huligani dangereux: “new punk wave” imaginations between Eastern and Western Europe

Simone Tosoni (U. Cattolica Milano), “Enacting Goth in Milan, Italy:local appropriations of a trans-national post-punk subculture in the ‘80s

Pierre Raboud (U. Lausanne), “La scène punk suisse et l’injonction à l’engagement : mobilisations politiques et replis esthétiques (1976-1980)

Lunch break – Pause déjeuner : 12h45-14h

14h-16h – ATELIER 2 –

Different French Punk generations – Les générations du punk français

Président de séance et discutant : Arnaud Baubérot (UPEC)

Pierig Hummeau (CURAPP – CNRS) , “De l’avant-garde « proto-punk » à l’espace punk « indépendant » français.”

Luc Robène (U. Bordeaux) et Solveig Serre (THALIM –CNRS), “To be or not to be punk. L’invention du punk dans la presse musicale spécialisée en France (1976-1978)

Christophe Broqua (U. Paris Ouest Nanterre) et Vincent Douris, “La musique industrielle, héritière du mouvement punk ? Racines et pluralité de la scène française des années 1980

Thomas Loué (U. Strasbourg), “L’efficacité monographique dans l’histoire sociale du punk. L’exemple d’Oth (1978-1991)”

Coffee Break – Pause café

16h30-18h – Table ronde – Alternative Punk and Post-Punk scenes outside the English-speaking context: the underground, marginality and repression – Scène alternative punk et post-punk en dehors du monde anglophone : entre marginalité, underground et répression.

Président de séance : Paul Schor (U. Paris Diderot). Avec Nathanel Amar, Pascale Le Berre, François Ooghe (Marsu), Mona Soyoc et Spatsz, Hervé Zénouda.

CONCERT AU PETIT BAIN À 19h30 (OUVERTURE DES PORTES 19H) AVEC LYDIA LUNCH’S RETROVIRUS ET KAS PRODUCT

Continuer la lecture de Colloque sur les mouvements punk/post-punk, 27-28 mars 2015

Stiénon Valérie (Université Paris XIII)

Valérie STIENON

Maître de conférences en littérature française à l’Université Paris XIII, où elle enseigne la théorie littéraire et la littérature populaire des XIXe et XXe siècles. Elle est co-directrice de la revue COnTEXTES et membre du programme ANR « Anticipation » (ENS-Lyon, 2014-2018).

Intérêts de recherche

– histoire et poétique du récit d’anticipation

– fiction dystopique (définitions, formes, circulation) Continuer la lecture de Stiénon Valérie (Université Paris XIII)

Appel: Marges créatrices, marges rejetées. XXe-XXIe siècles (date limite: 28 février)

CULTURHISTO 2013, la journée d’études des doctorants du Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines se tiendra mercredi 29 Mai 2013 à l’auditorium de la BU de l’UVSQ sur le thème “Marges créatrices, marges rejetées. XXe-XXIe siècles”

Si la notion de marge renvoie plus facilement à la géographie, sa richesse lui vaut d’être mobilisée par plusieurs disciplines des sciences sociales et d’être appliquée à des champs d’études très variés. Définir la marge implique dans un premier temps d’identifier deux types d’espaces : le centre et la périphérie. En effet, les enjeux et les problématiques qui y sont liés résident dans le rapport qu’elle entretient avec son centre de gravité, et ce dans de nombreuses disciplines. Selon les critères choisis pour définir la marge, nous pouvons alors analyser plusieurs types de rapports : ceux de la banlieue à sa ville-centre si nous la considérons dans sa dimension spatiale, la classe dominée face à la classe dominante au niveau sociologique, ou encore entre mainstream et subculture d’un point de vue culturel.

Tout en s’intéressant à sa définition, il nous importera également de réfléchir très spécifiquement à la marge en tant qu’espace productif de tout ordre, tant de normes, de construits sociaux, que de culture. Par la présente journée il s’agira de ainsi de mettre la marge en concurrence avec les centres de pouvoir et les groupes dominants qui possèdent ces fonctions productives et normatives. Souvent contestataires, les marges se présentent comme des lieux de bouillonnement et d’agitation : ses acteurs savent porter une revendication, questionner les frontières et les normes qui ont cours. De même, la connaissance de la marge peut permettre d’en savoir plus sur son centre d’attraction : dès lors, comment parvient-elle à investir l’espace social, le perturber et l’enrichir ?

Le sujet pourra alors s’envisager selon plusieurs approches et dépasser la seule définition géographique de territoire marginal pour investir des champs symboliques. En lui associant le terme de création, l’approche que nous avons de la marge nous amènera à nous interroger sur les formes de production qui s’y exercent.
Sur ce point, nous souhaiterons nous intéresser à d’anciennes subcultures devenues légitimes – a contrario celles restées illégitimes. Il nous faudra donc nous interroger sur les modalités de leur diffusion. En effet, faire l’histoire des cultures dominantes revient parfois à retourner vers la marge : selon des problématiques multiples, on pourra parler par exemple du rock, du sport ou des grands ensembles. La question de la légitimation nous amènera naturellement à nous intéresser aux publics : en effet, comment se repérer face à une offre culturelle grandissante ? Surtout, par quels canaux ces productions circuleraient-elles, et quels seraient ses éléments d’incubation ou de blocage ?

De plus, il paraitra aussi important de s’intéresser à la portée de la marge, que ce soit en terme de réception ou de création. La diffusion de la culture ne se faisant pas en sens unique, les marges doivent donc être vues à la fois comme des espaces créateurs et récepteurs. Le premier terme postule une culture dite alternative quand le second invoquerait plutôt celui de la culture de masse. Cependant ne peut-on pas dépasser ce schéma si l’on remet en question la marge comme espace sous domination du centre ?
Il faut en effet se garder de plaquer sur la marge les idées préconçues qui ont cours. La culture produite dans les marges ne saurait-elle se diffuser hors de celles-ci ? Dans toute l’offre culturelle contemporaine, quel statut occupe cette culture de la marge ? Ne peut-elle être autre chose qu’une « sous-culture » ?

Née d’observations faites aux cours de nos travaux respectifs, cette journée d’études a pour objectif de développer de telles problématiques, en favorisant la rencontre entre de jeunes chercheurs venus d’horizons et de disciplines différentes. Loin de se limiter aux seuls travaux d’historiens, notre journée d’études sera largement ouverte aux chercheurs en sciences politiques, en géographie, littérature, sociologie, médiologie, le tout dans une perspective n’excluant pas les comparaisons extra-nationales ou transmédiatiques. Nous tenterons ce faisant de balayer un horizon chronologique large afin d’offrir un aperçu de la marge le plus complet possible.
De manière non exhaustive, les domaines de recherche à privilégier seront les suivants : les territoires, la culture populaire, la création artistique contemporaine, la contestation et les normes, les pratiques de classes et de genres, ainsi que les médiations culturelles.

Comité d’organisation :

Nicolas Lahaye (CHCSC-UVSQ),
Thibault Le Hégarat (CHCSC-UVSQ),
Justine Delassus (CHCSC-UVSQ),
Frédéric Monvoisin (IRCAV-Paris 3).

La journée d’études se tiendra à l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines le mercredi 29 mai 2013, à l’auditorium de la Bibliothèque Universitaire de Saint-Quentin-en-Yvelines, site de Guyancourt.

Les propositions de communication (500 mots environ), comprenant notamment la méthode utilisée et les matériaux mobilisés, sont à envoyer accompagnées d’une présentation de l’auteur avant le 28 février 2013 à l’adresse suivante : culturhisto2013@uvsq.fr

Les propositions émanant de jeunes chercheuses et chercheurs sont naturellement les bienvenues.