Archives par mot-clé : séries télévisées / TV series

Parution : Saison. La revue des séries 2022 – 1, n° 3, varia

Saison. La revue des séries, 2022 – 1, n° 3 : Varia, Paris, Classiques Garnier, coll. “Saison. La revue des séries”, 2022

sous la direction d’Emmanuel Taïeb 

Saison est la première revue papier entièrement consacrée aux séries. Son comité de rédaction composé de journalistes, d’essayistes, d’universitaires et de professionnels du secteur audiovisuel (scénaristes, monteurs, réalisateurs), ainsi que de plumes spécialisées, tous grands amateurs de séries, s’en emparent comme matériau filmique et narratif, mais aussi comme phénomène de société inédit. Chaque numéro propose des articles dédiés à des séries très différentes, et des articles plus transversaux, utiles aux sériephiles consacrés ou dilettantes, aux lecteurs avides d’informations et d’analyses, comme aux fans incollables.

Continuer la lecture de Parution : Saison. La revue des séries 2022 – 1, n° 3, varia

Parution : Inclusive Screenwriting for Film and Television (Jesse King)

Jesse King, Inclusive Screenwriting for Film and Television, Routledge, 2022. 

Breaking down the traditional structures of screenplays in an innovative and progressive way, while also investigating the ways in which screenplays have been traditionally told, this book interrogates how screenplays can be written to reflect the diverse life experiences of real people.

Author Jess King explores how existing paradigms of screenplays often exclude the very people watching films and TV today. Taking aspects such as characterization, screenplay structure, and world-building, King offers ways to ensure your screenplays are inclusive and allow for every person’s story to be heard. In addition to examples ranging from Sorry to Bother You to Portrait of a Lady on Fire, four case studies on Killing Eve, Sense8, I May Destroy You, and Vida ground the theoretical work in practical application. The book highlights the ways in which screenplays can authentically represent and uplift the lived experiences of those so often left out of the narrative, such as the LGBTQIA+ community, women, and people of color. The book addresses a current demand for more inclusive and progressive representation in film and TV and equips screenwriters with the tools to ensure their screenplays tell authentic stories, offering innovative ways to reimagine current screenwriting practice towards radical equity and inclusion.

This is a timely and necessary book that brings the critical lenses of gender studies, queer theory, and critical race studies to bear on the practice of screenwriting, ideal for students of screenwriting, aspiring screenwriters, and industry professionals alike.

Jess King is an Instructor of Screenwriting and Cinema Production at DePaul University, USA. Jess is an educator, scholar, and interdisciplinary filmmaker, teaching courses in screenwriting, independent television, and film analysis. King’s creative scholarship revolves around frameworks for reimagining screenwriting for inclusion and social justice.

Continuer la lecture de Parution : Inclusive Screenwriting for Film and Television (Jesse King)

Elise Ternoy (Université de Rouen)

Préparationnaire de l’agrégation externe à l’université de La Sorbonne en 2021- 2022, Elise Ternoy est titulaire d’une licence de lettres modernes (mention Bien, université de Lille) et d’un master en littérature de jeunesse (mention Très Bien, université d’Artois). Son mémoire de M2 portait sur les questions éthiques au sein de la saga anglophone Les Désastreuses aventures des orphelins Baudelaire. Elle voudrait poursuivre et approfondir ce travail de recherche sur les genres populaires et les cultures médiatiques par la réalisation d’une thèse portant sur les adaptations de romans à destination de la jeunesse en séries télévisées. Pour mener à bien ce projet, elle souhaite solliciter un contrat doctoral.

Aires de recherche : Littérature de jeunesse / Séries télévisées / Ensembles romanesques : cycles et séries / Adaptations, intermédialités

Continuer la lecture de Elise Ternoy (Université de Rouen)

Appel à contributions : Temporalités alternatives : uchronies, mondes parallèles et rétrofuturisme (Université du Québec, Montréal)

Colloque international : Temporalités alternatives : uchronies, mondes parallèles et rétrofuturisme

Université du Québec à Montréal, 17-19 mai 2023

Organisé par Elaine Després, Gina Cortopassi, Hélène Machinal, Antonio Dominguez Leiva et Jean-François Chassay

Si nos perceptions et nos représentations du temps ont longtemps été stables, elles se sont diversifiés et complexifiés depuis le 19e siècle. Les révolutions industrielles, du transport et des communications nous ont d’abord fait entrer dans le temps accéléré et irrémédiablement tourné vers l’avenir de l’idéologie progressiste. Puis, au 20e siècle, la physique théorique a proposé une relativisation du temps, sa courbure et son maillage avec l’espace, un temps cosmique qui n’a plus rien d’humain et qui donne le vertige. C’est également le siècle de la Seconde Guerre mondiale et son temps de la fin de l’humanité; la fin des empires coloniaux et de son temps universel; la fin de la guerre froide et celle de l’Histoire, selon les vainqueurs néo-libéraux; mais aussi la fin des grands récits et la déconstruction temporelle postmoderniste. Au 21e siècle, le présentisme s’est imposé avec l’arrivée du numérique et des écrans, sans compter la pandémie actuelle dont l’impact sur notre rapport au temps est encore à étudier. Il s’agit là d’un portrait incomplet, mais il montre la complexité de ce qui est en jeu : plutôt que de se succéder, ces changements s’additionnent et demeurent bien prégnants. Ce n’est donc pas un hasard si l’émergence et la montée en popularité des représentations alternatives du temps débute également au 19e siècle. Alors que la solidité du réel s’effrite et que le temps apparaît de moins en moins linéaire, que le rapport au passé, au présent et au futur se fait incertain, l’imaginaire devient l’interface idéale pour l’appréhender, et les différentes formes de fiction et de représentation contemporaines lui offrent un support parfait.

En 1857, le philosophe Charles Renouvier invente le terme « uchronie » – cette « utopie dans l’Histoire » – et marque la naissance d’un genre qui fleurit autant chez les philosophes politiques que chez les littéraires, un genre qui nous ramène aux fondements mêmes de la fiction en posant la question : « Et si… ? ». L’uchronie déplace l’utopie spatiale vers une nouvelle frontière, celle du temps, et comme l’utopie, elle est politique dès le départ. Au 19e siècle, les uchronies permettent d’imaginer ce que serait le monde occidental si l’Empire romain ne s’était pas écroulé, si Napoléon avait vaincu, si les rois n’avaient pas perdu la tête, mais au 20e siècle, elles se déplacent vers un point de divergence uchronique quasi unique qui obsède, qui apparaît comme le temps zéro de notre époque : la fin de la Seconde Guerre mondiale. La très vaste majorité des uchronies récentes imaginent ce que serait notre présent après une victoire nazie, si Hitler était mort plus tôt ou s’il était devenu un artiste. Si l’on parle de « ground zero » dans l’imaginaire de la fin (pour parler de la bombe nucléaire ou des attaques du 11 septembre), l’imaginaire uchronique diverge à partir d’un « temps zéro » qui se situe souvent en 1945. Ce choix pourrait s’expliquer de plusieurs manières : une vraie impression qu’il s’agit là d’un moment de basculement majeur; la peur d’un retour du fascisme aujourd’hui; la nostalgie d’une époque sans ambiguïté morale, etc. Aujourd’hui, l’uchronie prend plusieurs formes : individuelle, explorant les enjeux des choix personnels et leurs contingences; économique (Sagan); ou culturelle. Dans ce dernier cas, elle peut offrir la possibilité de ré-imaginer une version de l’histoire avec, au centre de celle-ci, des acteurs autrement marginalisés dans celle de l’Occident, afin de mettre en exergue et de dé-essentialiser cette marginalité.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Temporalités alternatives : uchronies, mondes parallèles et rétrofuturisme (Université du Québec, Montréal)

Appel à contributions : “Les mythes au XXIe siècle” (Interrogations n°36)

Appels à contributions : Interrogations n° 36, “Les mythes au XXIe siècle

Numéro coordonné par Laurent Di Filippo

Échéance des propositions : 30 juin 2022

Thor et Loki, personnages bien connus des mythes nordiques, sont devenus des super héros du grand comme du petit écran et illustrent les références actuelles des industries culturelles à d’anciens récits. À leurs côtés, de nouveaux héros et de nouvelles histoires, comme celles de la franchise Matrix, se voient attribuer des valeurs symboliques et collectives, ainsi qu’une place de choix dans nos cultures. Qu’il s’agisse d’emprunts ponctuels ou plus larges à des textes anciens, ou d’une mise en valeur d’un imaginaire actuel, les mythes sont aujourd’hui bien présents dans nos sociétés contemporaines et circulent sous diverses formes.

Suivant cette observation, ce numéro de la revue ¿Interrogations? propose de questionner les mythes et mythologies, dans les multiples significations de ces termes et dans leur actualité contemporaine. Cet appel à contributions invite les chercheurs à s’interroger selon différents angles sur cette présence des mythes et mythologies aujourd’hui et ce qui permet de les définir de la sorte. C’est pourquoi, il est notamment attendu que chaque contribution précise la ou les définitions retenues pour les notions de mythe ou de mythologie qui seront utilisées et discutées.

Axe 1 : Des mythes anciens adaptés au temps présent

Les productions des industries culturelles regorgent de références à différents mythes, qu’il s’agisse de réécritures comme l’ouvrage Norse Mythology de Neil Gaiman (2017), qui reprend le contenu de l’Edda en Prose de Snorri Sturluson dans une version modernisée, des adaptations très grand public comme les œuvres de Disney, parmi lesquelles apparaît l’Atlantide, ou des transformations plus importantes de la matière des sources comme les aventures du roi Arthur dans Kaamelott et de Thor dans les films du Marvel Cinematic Universe. Les emprunts des œuvres actuelles aux matières mythiques passées peuvent consister en des réécritures complètes ou partielles, voire ne conserver que certains éléments ponctuels. Un premier axe d’interrogation portera donc sur la présence de références mythiques et mythologiques dans les productions contemporaines, ainsi que sur leurs réécritures et leurs adaptations sur différents supports, qu’il s’agisse de littératures, de films, de séries télévisées, jusqu’aux jeux vidéo ou aux mangas. Ces références amènent les chercheurs à s’interroger à la fois sur les composantes qui sont toujours présentes et celles qui sont oubliées, renvoyant à des questionnements sur des notions comme la « mémoire », qui comporte toujours une part d’« oubli » (Ricoeur, 2000). Dans les grandes franchises médiatiques, les produits dérivés, tels que des jouets et déguisements, pouvant également faire référence à d’anciens mythes, questionnent aussi les modes d’appropriations actuels de ces récits anciens et de leur renouveau. De fait, outre la consommation via les industries culturelles, les mythes et leurs expressions contemporaines peuvent aussi être envisagés dans leurs dimensions corporelle et sociale. Il peut s’agir d’un style (Hebdige, 2008) arboré, tel que des tatouages ou des vêtements évoquant les récits mythiques retravaillés, mais aussi de pratiques d’incarnation de personnages issus de différentes mythologies, comme le cosplay.

Continuer la lecture de Appel à contributions : “Les mythes au XXIe siècle” (Interrogations n°36)

Journée d’études : La série télé à l’heure du XIXe siècle (musée d’Orsay)

Journée d’études : La série télé à l’heure du XIXe siècle

29 mars 2022, 9h30 – 17h, Musée d’Orsay, Auditorium

Événement à réservation obligatoire

Puissant réservoir d’intrigues, de motifs et de décors, le grand roman littéraire du XIXe siècle est devenu synonyme de succès populaire. La série télé, longtemps critiquée, répond aujourd’hui de manière réitérée à notre désir d’images et de mythe.

Amplifiée par sa diffusion numérique, la série télévisée est un mode de narration qui fait florès depuis un demi-siècle. Ses détracteurs relèguent au rang de produits d’une « sous-culture » certaines sagas à grand succès commercial. La « littérature industrielle » des romans feuilletons avait été critiquée bien avant elle. Pourtant, ces deux mediums se sont imposés tour à tour comme de puissants vecteurs d’imaginaire et de représentations.

Programme 

  • 9h30 : accueil des participants.
  • 9h45 : ouverture par Marine Le Bail, université Toulouse II-Jean Jaurès, PLH-ELH

Première séance : sérialité et circulation transmédiatique

Session modérée par Marine Le Bail, université Toulouse II-Jean Jaurès, PLH-ELH

Parution : “Amour fou et crimes en séries. Quand le polar ausculte les abîmes” (La Revue des lettres modernes)

La Revue des lettres modernes, 2022-3, série « Séries policières », n° 2, “Amour fou et crimes en séries. Quand le polar ausculte les abîmes”, dir. Isabelle Casta, 2022. 

Isabelle Rachel Casta, «Amour (devenu) fou et crimes en séries. Quand le polar ausculte les abîmes» – Cédric Pérolini, «Le rose et le noir, roman d’amour vs roman policier? Quête amoureuse et enquête criminelle dans les romans de Léo Malet» – Aziza Benzid, «À la recherche de l’amour perdu, ou la mort retrouvée dans la trilogie policière de Jean-Claude Izzo » – Paul Bleton, « Desseins assassins. Après le Mur, à l’Est, interférences, amours et crimes» – Cédric Hannedouche, « La belle inconnue. Génétique de la femme fatale dans des productions littéraires et cinématographiques» – Caroline GRanieR, «À cause des garçons? Les femmes détectives face aux flèches de Cupidon : résistance et autodéfense ! » – Isabelle Rachel Casta, « Amour et case prison. Oz, ou la passion empêchée » – Beverly MaR- chand, « Hannibal Lecter et le trouble amoureux. De la “femme du vampire” aux “amants tueurs” » – Thierry JandRok, « L’amour à mort ! »

Table des matières (PDF)

Bon de commande (PDF)

 

Colloque : Corps, genre et images (Université Paris 8)

Colloque pluridisciplinaire : Corps, Genres et Images

Jeudi 24 et vendredi 25 mars 2022, Université Paris 8

Cet événement propose de questionner, d’analyser et de discuter dans une perspective pluridisciplinaire et internationale, les rapports sociaux de genre au travers du corps comme objet d’études, et plus particulièrement la manière dont ils sont représentés et mis en scène dans la sphère publique. Structuré par quatre axes thématiques, nous proposons un programme où alternent des interventions scientifiques ainsi que des récits de terrain, des pratiques artistiques et militantes. Au cours de ces deux jours, doctorant-es, maître-sses de conférence et des professeur-es des universités communiqueront et échangeront autour des thématiques suivantes :

« Penser et étudier les images des corps genrés »

Depuis le XXème siècle, de nombreuses études visent à rendre compte du lien entre les rapports sociaux de sexe, de genre et les représentations médiatiques. Les approches interactionnistes (Goffman, 1977), l’analyse filmique (De Lauretis, 1987) ou la sémiotique du genre (Julliard, 2013) sont souvent mobilisées pour faire émerger le poids des dominations et les perspectives d’émancipation possibles en jeu dans les images des corps genrés. Néanmoins, les outils épistémo-méthodologiques déployés soulèvent encore des questionnements, comme le fait remarquer Sarah Sépulchre dans sa conférence « Les séries sont un lieu privilégié pour renouveler les représentations genrées, mais c’est toujours aussi compliqué de les étudier » (dans le cadre du séminaire Genre, médias et communication (GRIPIC/IRMECCEN) en décembre 2020). Penser la construction médiatique genrée des corps revient inévitablement à s’interroger sur les difficultés méthodologiques et épistémologiques que soulève cette démarche, et surtout à tenter de les dépasser. Cet axe invite donc à réfléchir sur les méthodologies émergentes permettant d’étudier, de manière réflexive, les images des corps et des genres dans l’espace médiatique. Quels sont les protocoles d’étude innovants en circulation au sein des sciences humaines et sociales permettant de rendre compte de la diversité ou du manque de diversité des représentations des genres et des corps ? De quelle façon les chercheur-ses prennent-ils/elles en considération leur propre corps et genres dans leur recherche ? Comment déconstruit-on les évidences corporelles et genrées, en particulier celles de sa propre subjectivité ?

Continuer la lecture de Colloque : Corps, genre et images (Université Paris 8)