Archives par mot-clé : séries télévisées / TV series

Parution : Exploring Seriality on Screen: Audiovisual Narratives in Film and Television

Ariane Hudelet, Anne Crémieux (dir.), Exploring Seriality on Screen: Audiovisual Narratives in Film and Television, Routledge, 2020.

This collective book analyzes seriality as a major phenomenon increasingly connecting audiovisual narratives (cinematic films and television series) in the 20th and 21st centuries. 

The book historicizes and contextualizes the notion of seriality, combining narratological, aesthetic, industrial, philosophical, and political perspectives, showing how seriality as a paradigm informs media convergence and resides at the core of cinema and television history. By associating theoretical considerations and close readings of specific works, as well as diachronic and synchronic approaches, this volume offers a complex panorama of issues related to seriality including audience engagement, intertextuality and transmediality, cultural legitimacy, authorship, and medium specificity in remakes, adaptations, sequels, and reboots. 

Written by a team of international scholars, this book highlights a diversity of methodologies that will be of interest to scholars and doctoral students across disciplinary areas such as media studies, film studies, literature, aesthetics, and cultural studies. It will also interest students attending classes on serial audiovisual narratives and will appeal to fans of the series it addresses, such as Fargo, Twin Peaks, The Hunger Games, Bates Motel, and Sherlock. Continuer la lecture de Parution : Exploring Seriality on Screen: Audiovisual Narratives in Film and Television

Appel à propositions : La Fabrique de Noël

La Fabrique de Noël

Journée d’études organisée à l’université Paris Nanterre le 1er décembre 2021

Avec la parution, en novembre 2020, des Vraies lettres inventées de l’Oulipo au Père Noël, “81 textes poétiques légers ou sérieux, autour du thème du Père Noël, imaginant les lettres qu’auraient pu lui écrire Brigitte Bardot, le capitaine Achab ou encore Sherlock Holmes”, la Littérature semble remettre à l’honneur, en la détournant, une figure laissée depuis longtemps aux mains du marketing et de la publicité.

Pourtant, à chaque mois de décembre, quand bûches, dindes, sapins et guirlandes clignotantes envahissent nos existences, ce n’est pas seulement l’hyperconsumérisme qui triomphe, mais une fiction littéraire. S’il est possible de faire remonter la tradition des cadeaux de Noël aux paganismes de l’Antiquité, c’est en effet dans la littérature du début du XIXe siècle que naît véritablement le Père Noël. Et c’est dans cette même littérature que se forment les scènes topiques dont se pare aujourd’hui toute histoire de Noël, du film au roman policier, en passant par les fameux épisodes spéciaux des séries TV.

En dépit de cette origine livresque, il existe peu d’études littéraires d’envergure sur le thème, tandis que l’anthropologie, la sociologie, l’histoire des religions se sont déjà beaucoup intéressées au sujet.

La littérature, et plus généralement les objets culturels, ont participé à la diffusion d’un imaginaire de Noël en partie laïcisé. Lors de cette journée, il s’agira de déconstruire cette fiction littéraire afin de révéler les mécanismes par lesquels elle flatte notre amour de la fable.

Les propositions de communication pourront s’inscrire dans l’un ou plusieurs des axes suivants. Les analyses inter- ou transmédiales qui s’inscrivent dans une démarche comparatiste seront particulièrement les bienvenues (cinéma, séries, musique, chanson, jeux vidéo,…).

Continuer la lecture de Appel à propositions : La Fabrique de Noël

Appel à communications : Représenter la catastrophe au XXIe siècle : pratiques et enjeux contemporains

Représenter la catastrophe au XXIe siècle : pratiques et enjeux contemporains

Colloque international, Université Jean Monnet, Saint-Étienne

ECLLA (Études du Contemporain en Littératures, Langues et Arts)

18 et 19 mai 2021

La catastrophe du 11 septembre 2001 marque, de façon spectaculaire, l’entrée dans le XXIe siècle, inaugurant « l’irruption du possible dans l’impossible » (Jean-Pierre Dupuy, Pour un catastrophisme éclairé). Depuis, l’essor des thèses déclinistes, de la collapsologie ou de l’effondrisme, a engendré une prolifération de discours et d’images qui prédisent la fin de notre civilisation, anticipent les modalités de sa disparition, et imposent de penser la catastrophe avec une urgence renouvelée. En effet, l’heure ne semble plus à la conjecture ou à la prévision car le discours catastrophiste, que son relais soit scientifique, médiatique ou politique, ne cesse d’alerter sur la multiplication des catastrophes, nous invitant par là même à redessiner les contours d’une notion qui, jusque récemment, se caractérisait par sa dimension unique, inédite, et imprévisible. Signe que sa définition a déjà commencé à muter, la catastrophe est moins envisagée comme un dénouement ou une fin que comme une série de phénomènes sériels qui, par leur irruption répétée dans le quotidien, la placent dans une actualité permanente. Paul Virilio notait que notre société, à privilégier « inconsidérément le présent, le temps réel (…) met en œuvre l’immédiateté, l’ubiquité et l’instantanéité, met en scène l’accident, la catastrophe » (Paul Virilio, L’accident originel).

Employée au singulier, la catastrophe recoupe une pluralité de phénomènes imputables ou non à l’humain, qu’il s’agisse de désastres naturels, d’accidents nucléaires, d’attentats, ou encore de pandémies. Elle désigne non pas « un événement unique, mais un système de discontinuités, de franchissements de seuils critiques, de ruptures, de changements structurels radicaux » (Dupuy). En effet, elle relève moins d’un discours de l’après que d’un état d’alerte et de vigilance permanent à l’égard de phénomènes qui sont déjà en cours. Si, par son itération, l’aléa devient certitude, c’est également parce que la frontière entre le naturel et le culturel, instaurée par la Modernité occidentale, se dissipe, plus particulièrement depuis que les sciences de la terre ont pensé sous le terme d’anthropocène, créé par Paul J. Crutzen, ce moment charnière où l’être humain, par son action, est devenu le principal générateur de catastrophes, au risque d’évacuer le rôle de la contingence. À leur tour, les lettres et les arts explorent les problèmes conceptuels, éthiques et pratiques que pose cette « grande accélération » (John R. McNeill, The Great Acceleration), et, ce faisant, incitent à une réarticulation de notre rapport au temps, à l’espace, à l’image et au récit. Continuer la lecture de Appel à communications : Représenter la catastrophe au XXIe siècle : pratiques et enjeux contemporains

Appel à propositions : Colonialisme et race dans les productions culturelles québécoises

Colonialisme et race dans les productions culturelles québécoises

Colloque à l’Université de Toronto, les 30 avril et 1er mai 2020

Organisé par Isabella Huberman et Isabelle Kirouac Massicotte

Les productions culturelles québécoises, quʼil sʼagisse de la littérature, du cinéma, des séries télévisées, du théâtre ou des arts picturaux, sont traversées par le colonialisme et la race, que ce soit implicitement ou explicitement. Cependant, ces questions demeurent peu étudiées dans les études littéraires québécoises; cʼest le constat que fait Corrie Scott à propos de la race dans De Groulx à Laferrière. Un parcours de la race dans la littérature québécoise (2014). Bien que nous nous situions dans la foulée des travaux de Scott, nous souhaitons ouvrir la discussion à dʼautres genres artistiques et au colonialisme qui, à notre sens, même sʼil se distingue du concept de race, en partage la logique : celle de légitimer la domination et lʼexploitation. Les contributions pourront aborder lʼune ou lʼautre notion, mais les études portant sur lʼintersection du colonialisme et de la race sont également les bienvenues. Bien que notre activité nʼexclut pas les perspectives des créateur.trice.s racisé.e.s et autochtones, elle se concentre sur des œuvres réalisées par des personnes allochtones et blanches, parce que nous considérons que le travail de décolonisation et dʼanti-racisme devrait être la responsabilité de ces dernières, et non le fardeau des premier.ère.s. À lʼinstar de Scott, nous nous intéresserons non seulement à la racisation des Autochtones et des immigrants, mais aussi à celle des Québécois.e.s dit.e.s de souche, quʼil sʼagisse de lʼappropriation du discours racial (lʼexemple de Nègres blancs dʼAmérique de Pierre Vallières est emblématique) ou de la figure du white trash, considéré comme moins que blanc. Nous tenterons notamment de répondre à lʼappel que lance Scott dans lʼintroduction à son ouvrage, à savoir si la production récente affiche une persistance des modèles traditionnels de la race (de lʼabsence à la stéréotypie) ou encore si elle présente des changements. Du côté du colonialisme, il sera question de déterminer sʼil est présenté comme une condition du progrès, ou encore sʼil est problématisé. Que ce soit en révisant les classiques ou en sʼattardant à des œuvres de lʼextrême contemporain, il sʼagira dʼétudier le colonialisme et la race sous toutes leurs coutures. Lʼévénement se déroulera en français. À titre informatif, voici certains thèmes qui pourraient être abordés : Continuer la lecture de Appel à propositions : Colonialisme et race dans les productions culturelles québécoises

Appel à communications : Twin Peaks Saison 3

Colloque en ligne : Twin Peaks Saison 3 (The Return)

19-20 Juin 2021

“It is in Our House Now”

Organisé en partenariat avec Lynchland (https://www.facebook.com/Lynchland), l’Université de Cork (Irlande), l’Université Bordeaux Montaigne (France) & l’Université de Liège (Belgique), la Supernatural Studies Association, et le magazine de cinéma La Septième Obsession.

Cette conférence en ligne portera essentiellement sur les 18 épisodes de la troisième saison de la série télévisée de Mark Frost et David Lynch, diffusée par Showtime au mois de mai 2017. Il sera toutefois possible de faire référence aux deux premières saisons de Twin Peaks, au film Twin Peaks: Fire Walk with Me, aux Missing Pieces, ainsi qu’aux divers ouvrages en lien avec cet univers publiés par Mark Frost, Jennifer Lynch et Scott Frost.

Twin Peaks : The Return n’ayant pas encore bénéficié d’un colloque interdisciplinaire international, nous sommes ravis de pouvoir utiliser les possibilités de l’Internet à cet effet et d’engager la discussion avec nos collègues internationaux au sein de divers champs de recherche.  Continuer la lecture de Appel à communications : Twin Peaks Saison 3

Appel à contributions : Making a Murderer: True Crime in Contemporary American Popular Culture

deadline for submissions: 
January 31, 2021
 
full name / name of organization: 
Crime Fiction Studies
 
contact email: 
 

“Everybody’s fascinated with the notion that there is a cause and effect,” claims notorious serial killer Ted Bundy, quoted in the Netflix original, Conversations with a Killer: The Ted Bundy Tapes (2019) – that we can “put our finger on it,” and reassuringly rationalise the genesis of the uniquely modern phenomenon of the American serial killer. But when there is “absolutely nothing” in the background of a serial murderer that would lead one to believe they were “capable of committing murder,” how do we begin to acclimatise ourselves to this violent defect of contemporary history? More challengingly, how do we bring depth to our collective portrait of what constitutes a murderer, so that we may then self-exempt our compulsion to look more closely at these perversely familiar figures?

Continuer la lecture de Appel à contributions : Making a Murderer: True Crime in Contemporary American Popular Culture

Parution : Réseaux n°223, Médias et racialisation

Réseaux, 2020/5 (n°223) : Médias et racialisation

coordonné par Frank Rebillard

Si le printemps 2020 aura bien sûr été marqué par la pandémie de coronavirus, il aura aussi été traversé sur le plan politique et médiatique par des images de protestations contre les violences policières, doublées de dénonciation du racisme. Depuis les rassemblements Black Lives Matter et les émeutes suivant la mort de George Floyd aux États-Unis, jusqu’aux manifestations du comité La vérité pour Adama en France, sur les écrans de télévision comme sur les plateformes de réseaux sociaux, des expressions telles que « racisme d’État », « privilège blanc », et plus largement celles de « racisation » ou « racialisation », ont pris une place jusqu’ici inédite dans l’espace public.
Depuis une vingtaine d’année déjà, ces notions et concepts, produits de l’univers académique mais bien souvent dans des zones de contact avec les mondes de l’activisme et du militantisme, connaissent de fait un emploi croissant par les sciences sociales. Parce que la « question raciale » constitue ainsi une entrée de plus en plus fréquente pour penser la société, la revue Réseaux a précisément souhaité consacrer un dossier à sa mobilisation pour analyser les médias.
Les articles réunis dans ce dossier, en mettant à jour des représentations médiatiques contribuant à altériser certains individus ou groupes sociaux en raison de leurs supposées origines communes ou mêmes couleurs de peau, prolongent ici des travaux qui, autrefois consacrés à l’image des « immigrés » ou des habitants des « banlieues », n’avaient pas abordé de façon aussi frontale les processus de racialisation. Et ils ouvrent également des voies encore plus originales pour la recherche française, en comparaison notamment de traditions plus établies aux États-Unis. Car ces différents articles, en explorant les modalités de production et les positionnements professionnels, au sein des entreprises de médias et plus largement des secteurs d’activité concernés, aident à mieux comprendre comment des biais racialisants peuvent être véhiculés – ou contrecarrés – par les médias.

Continuer la lecture de Parution : Réseaux n°223, Médias et racialisation

Appel à contributions : Les populations fictionnelles

Congrès de la Société Française de Littérature Générale et Comparée : Les populations fictionnelles

25-26-27 Novembre 2021

Université de la Sorbonne nouvelle, Campus Condorcet 

Date de l’échéance : 15/01/2021

Les personnages de fiction, quelque soit leur support médiatique, sont par excellence un objet de comparaison. Il est traditionnel de comparer deux personnages qui partagent certaines caractéristiques (Raskolnikov et Lafcadio, Dom Juan et Valmont, Emma Bovary et Anna Karénine…) ; de comparer les personnages d’un roman au film ou à la pièce de théâtre qui en ont été tirés, ou d’une série avec ceux d’un jeu vidéo1. Il existe même des programmes en ligne pour comparer des personnages entre eux2 ! Même si les dictionnaires de personnages existent depuis longtemps (surtout depuis le début du XXe siècle), une nouvelle façon d’envisager les personnages est apparue sur Internet, favorisant un autre type de comparaison : les listes de personnages se multiplient, par œuvre, par auteur/auteure, par genre, par ordre alphabétique, par caractéristique (les plus beaux, les plus riches3 !) ou même par rapport aux émotions qu’ils suscitent (les personnages les plus aimés, les plus détestés…). Continuer la lecture de Appel à contributions : Les populations fictionnelles

  1. https://hitek.fr/42/the-witcher-casting-serie-compare-personnages-jeu-video_6271 []
  2. https://www.includehelp.com/code-snippets/c-program-to-compare-two-characters.aspx []
  3. https://blog.impossible-dictionnaire.com/les-personnages-de-fiction-les-plus-riches/ []

Parution : Posthumains en série. Les détectives du futur

Hélène Machinal, Posthumains en série. Les détectives du futur, Presses Universitaires François-Rabelais, 2020. 

Depuis les années 2000, la fiction s’est peuplée de créatures artificielles et d’humains augmentés, de mondes virtuels ou parallèles, d’intelligences artificielles et de mondes postcataclysmiques qui renouvellent les questionnements sur l’identité humaine. Avec l’avènement des séries à narration complexe, la fiction explore à l’écran les possibles devenirs de l’humain. En s’appuyant sur des séries qui hybrident science-fiction et récit policier, ce livre étudie les représentations du posthumain à l’écran. De Fringe à Westworld, de Person of Interest à Sense8, Mr Robot, The Expanseou The Handmaid’s Tale, les nouveaux détectives du futur croisent androïdes, cyborgs, robots et clones dans des séries télévisées qui nous interrogent sur l’avenir de l’être humain.

Hélène Machinal est professeure en Études anglophones à l’Université de Bretagne Occidentale et membre de HCTI (EA 4249). Elle est spécialiste de littérature policière, fantastique et de fiction spéculative fin XIXe, et travaille sur les représentations du posthumain dans les séries TV contemporaines.

Appel à propositions : Time and the Body in Film, TV and Screen Studies

BAFTSS Annual Conference 

7-9 April 2021 (online)

Time and the Body in Film, TV and Screen Studies

Hosted  by the University of Southampton Centre for International Film Research (CIFR)

The 9th Annual BAFTSS conference will take place entirely online from 7-9th April 2021. It will be hosted by the University of Southampton Centre for International Film Research (CIFR), and takes as its theme ‘Time and the Body in Film, Television and Screen Studies’. In focusing on time and the body, the conference seeks to bring attention to two elemental components of the physical world, whose manifestation in moving image media is however always dependent upon technological, cultural and artistic determinants.

The conference invites submissions for papers or practice-based research on any aspect of time and/or the body, whether human, social or otherwise, in Film, Television and Screen Studies. These might include:

Continuer la lecture de Appel à propositions : Time and the Body in Film, TV and Screen Studies