Archives par mot-clé : séries télévisées / TV series

Appel à contributions : Giallo! The Long History of Italian Television Crime Drama

Giallo! The Long History of Italian Television Crime Drama

Journal of Italian Cinema and Media Studies

Échéance des propositions : 30 avril 2021

Dirigé par Luca Barra and Valentina Re

Most of the Italian television drama able to circulate internationally belongs to the multifaceted crime genre, both in some sparse examples from the past and in growing contemporary productions (from premium channels and digital platforms to public service and commercial broadcasters). However, for many decades, only a limited range of titles has been given scholarly attention, drawing a useful yet partial account of an otherwise dense and multilayered history. Moreover, exceptions have often been studied far more than the most conventional crime series in the ‘giallo’ spectrum: most police procedurals are deemed too formulaic, or too popular, to be distinguished. Therefore, this special issue intends to overcome these limits by focusing on the historical evolution of the crime genre inside the development of Italian television, from the early stages to the latest mainstream and niche successes, and by highlighting the many crime titles that have become familiar to large Italian audiences. Continuer la lecture de Appel à contributions : Giallo! The Long History of Italian Television Crime Drama

Parution : Black Mirror ou l’aurore numérique. Nos vies après l’humanisme

Claudia Attimonelli et Vincenzo Susca, Black Mirror ou l’aurore numérique. Nos vies après l’humanisme, Liber, « L’imaginaire et le contemporain », 2021.

Qu’est-ce que Black Mirror aujourd’hui ? Qui l’incarne ? Peut-on s’en affranchir et comment ?

Les séries télévisées constituent depuis des années la forme privilégiée dans laquelle notre culture se projette, mais Black Mirror représente bien plus que cela : c’est un fait socioculturel emblématique du monde contemporain qui esquisse la société du futur en décrivant de manière paroxystique ce que nous vivons déjà — la dystopie au cœur du quotidien. Voici un spectacle, un musée, une prison et un jeu vidéo où la technique, les algorithmes et les réseaux sociaux prévalent sur les individus en annihilant la rationalité sur laquelle nos sociétés se sont fondées. 

Œuvre totale ayant anticipé notre condition suite aux mesures adoptées pour contrer la pandémie de Covid-19, la création de Charlie Brooker explore la médiatisation de l’existence dont nous faisons l’expérience entre trollshaterssexting, surveillance, storiescancel culture et analyse prédictive. S’y arrêter permet non seulement de voir notre époque comme une catastrophe, mais surtout de comprendre, selon une perspective multidisciplinaire, ce qui est en train de surgir des cendres de l’humanisme et de la modernité : l’aurore numérique. 

Parution : Difficult Women on Television Drama. The Gender Politics Of Complex Women In Serial Narratives

Isabel C. Pinedo, Difficult Women on Television Drama. The Gender Politics Of Complex Women In Serial Narratives, Routledge, 2021. 

Difficult Women on Television Drama analyses select case studies from international TV dramas to examine the unresolved feminist issues they raise or address: equal labor force participation, the demand for sexual pleasure and freedom, opposition to sexual and domestic violence, and the need for intersectional approaches.

Drawing on examples from The Killing, Orange is the New Black, Big Little Lies, Wentworth, Outlander, Westworld, Being Mary Jane, Queen Sugar, Vida, and other television dramas with a focus on complex female characters, this book illustrates how female creative control in key production roles (direct authorship) together with industrial imperatives and a conducive cultural context (indirect authorship) are necessary to produce feminist texts. Placed within the larger context of a rise in feminist activism and political participation by women; the growing embrace of a feminist identity; and the ascendance of post-feminism, this book reconsiders the unfinished nature of feminist struggle(s) and suggests the need for a broader sweep of economic change.

This book is a must-read for scholars of media and communication studies; television and film studies; cultural studies; American studies; sociology of gender and sexualities; women and gender studies; and international film, media and cinema studies.

Isabel Pinedo is an Associate Professor in the Department of Film & Media at Hunter College, CUNY.

Parution : Resist! Protest Media and Popular Culture in the Brexit-Trump Era

Giuliana Monteverde & Victoria McCollum (dir.), Resist! Protest Media and Popular Culture in the Brexit-Trump Era, Rowman & Littlefield, 2020. 

Resist! pays close attention to popular culture; it examines the political ramifications of Kanye West’s support of Donald Trump, the significance of Aaron Sorkin’s language to American political discourse, and the casting of female emotion as a political force in House of Cards and The Handmaid’s Tale. In doing so, the collection traverses the formal world of ‘the political’ as it relates to presidential elections and referenda, while emphasising the sociocultural and political significance of popular texts which have played a critical role in exploring, critiquing and shaping culture in the twenty first century.

Popular culture is often considered trivial or irrelevant to more pressing political concerns, and celebrities are often reprimanded for their forays into the political sphere. Resist! pays close attention to texts that are too often excluded when we think about politics, and explores the cultural and political fall-out of a reality TV president and a divisive public vote on increasingly connected global audiences. In examining the cultural politics of popular media, this collection is inherently interdisciplinary, and the chapters utilise methods and analysis from a range of social science and humanities disciplines. Resist! is both creative and timely, and offers a crucial examination of a fascinating and frightening political and cultural moment.

Giuliana Monteverde is a Lecturer in Broadcast Production at Queens University, Belfast.

Victoria McCollum is a Lecturer in Cinematic Arts at Ulster University.

Parution : Créer une série

Pierre Langlais, Créer une série. Témoignages croisés et confidences des auteurs de The Shield, Dix pour cent, Happy Valley, Borgen

Armand Colin, hors collection, 320p.

À paraître : 3 mars 2021.

 

 

Présentation

Avant d’arriver sur nos écrans, une série est le fruit d’un long chemin de création collective. Née d’une idée souvent personnelle, elle s’épanouit dans l’esprit de ses créateurs, se nourrit de leurs accords et désaccords, franchit nombre d’étapes et d’obstacles, jusqu’à sa conclusion. Dans ce livre rare, Pierre Langlais relate chaque épisode de la vie des séries, de la première étincelle à la diffusion de l’ultime saison, à travers le regard et les témoignages de leurs auteurs. Des confidences intimes et des secrets de fabrication qui nous éclairent sur leur inspiration, leurs recherches, leur plaisir d’écrire, leur routine, leurs joies et déceptions. En un mot, sur tout ce qu’elles et ils affrontent durant le processus de création. Un récit vivant et riche d’enseignements, pour tous les passionnés de séries et celles et ceux qui les imaginent.
Avec la participation de : Michaela Coel (I May Destroy You), Bryan Elsley (Skins), Tom Fontana (Oz), Fabrice Gobert (Les Revenants), Fanny Herrero (Dix pour cent), Anne Landois (Engrenages), Ray McKinnon (Rectify), Adam Price (Borgen), Frédéric Rosset (Irresponsable), Shawn Ryan (The Shield), David Simon (Treme), Sally Wainwright (Happy Valley), David Elkaïm, Vincent Poymiro, Rodolphe Tissot et Bruno Nahon (Ainsi  soient-ils).
Préface de Caroline Proust, comédienne
Postface de Cathy Verney, scénariste et réalisatrice

Continuer la lecture de Parution : Créer une série

Parution : Cultural Express, n° 5 : « Résurrections en séries »

Cultural Express, n° 5, 2021 : « Résurrections en séries »

sous la direction d’Isabelle-Rachel Casta

Sommaire

D’entre les morts… Revenir en séries? Ou : la résurrection comme « punctum » aveuglant

Par CASTA Isabelle-Rachel

1. Saison 1. Une parousie…bancale

La résurrection dans les séries. Mémoire et altérité, un parcours de la violence dans les séries Game of Thrones, The Walking Dead et Gotham

Par DEMASSIEUX Benjamin

Continuer la lecture de Parution : Cultural Express, n° 5 : « Résurrections en séries »

Parution :

Colin Jon Mark Crawford, Netflix’s Speculative Fictions. Financializing Platform Television, Lexington Books, 2020. 

Netflix’s Speculative Fictions: Financializing Platform Television argues that Netflix’s scaled expansion has hinged upon its ability not only to create, but more importantly to communicate, new forms and flows of potential value in platform capitalism, wherein capital is mobilized not only from direct revenue streams but also the new value assigned to inputs and investments of data, debt, attention, behavior, taste, time, sociality, and speculation. To interpret and critique these new communications and projections of value, Colin Jon Mark Crawford performs a discursive analysis of the platform television industry leader Netflix and its ‘investor lore’: the multi-sited narrative of value found in the company’s investor relations materials and corporate communications, such as letters to shareholders, financial earnings reports, executive interviews, press releases, and blog posts. Netflix best represents the increasingly ubiquitous nexus of culture, tech, and finance industries that is platform television. To better understand the emergent financial logics of this relatively new media industry, we must first understand the speculative narratives and discourses of value which organize it. Scholars of media studies, television studies, technology studies, and economics will find this book particularly useful.

Colin Jon Mark Crawford is a PhD student in the Film and Moving Image program at Concordia University.

Parution : Fantasy Art and Studies n°9, Amazing Beasts / Animaux fabuleux

Fantasy Art and Studies . Fantasy Art and Studies... de Les têtes  Imaginaires - Livre - DecitreRevue Fantasy Art and Studies n°9, Amazing Beasts / Animaux fabuleux, décembre 2020.

Disponible en impression à la demande sur la librairie de BoD. Une édition ebook sera prochainement disponible.

Ce numéro, intitulé Amazing Beasts / Animaux fabuleux, rassemble les actes du colloque « Représentations animales dans les mondes imaginaires » (Université d’Artois, novembre 2019) organisé par Marie-Lucie Bougon, Charlotte Duranton et Laura Muller-Thoma. Les articles abordent les divers aspects de la thématique animale dans la Fantasy et en particulier dans Harry Potter, Game of Thrones, dans l’œuvre de Robin Hobb…
Il rassemble également des nouvelles dont un récit inédit de Charlotte Bousquet et le nouveau chapitre de la BD de Guillaume Labrude. Il est illustré par Océane Azeau, GaëlleC., Antoine Pelloux, Guillaume Labrude, Guillaume Sallah Thomas, Princesse Manadragore Art et Véronique Thill, qui signe l’illustration de couverture.

Parution : In pop we trust

Marianne Chaillan, In pop we trust, Éditions des Équateurs, 2020. 

Quel est le point commun entre Joker, Friends, Breaking Bad ou Star Wars ? Tous sont des classiques de la culture pop. Tous nous ont enthousiasmés et divertis. Ils font désormais partie de nous, de notre imaginaire, de notre langage.

Pourtant les tenants de la grande culture, la « vraie », affectent de les mépriser, les jugent niais ou inconsistants. « Plutôt Phèdre que Netflix ! » Plutôt Racine que La Casa de Papel. Or, n’est-il pas possible d’aimer l’un comme l’autre ? Et opposer les deux, n’est-ce pas ignorer la vertu pédagogique du divertissement ?

L’Anneau de Tolkien nous rappelle celui du berger Gygès dont parle Platon et nous interroge sur la nature humaine. Orange is the New Black nous fait réfléchir au sens de la justice en compagnie de Socrate et d’Aristote. L’histoire d’amour de Jack et Rose à bord du Titanic nous permet de comprendre ce que Levinas nomme « la véritable rencontre avec autrui. » Chacun de ces immenses succès populaires nous pose au moins une grande question philosophique.

In Pop We Trust est donc un cri de ralliement. Une invitation à considérer la profonde sagesse de nos mythes contemporains et à en tirer tous les enseignements. Un manuel de philosophie, pour le bac ou pour la vie, autant qu’un manifeste du gai savoir.

De Harry Potter à l’école de la philosophie à Pensez-vous vraiment ce que vous croyez penser ?, en passant par ses ouvrages consacrés à Disney et Game of Thrones, Marianne Chaillan nous apprend à philosopher dans la joie.

Appel à contributions : Les fictions horrifiques à l’ère du streaming

Appel à contributions pour le prochain dossier de Cultural Express : « Les fictions horrifiques à l’ère du streaming« 

Dossier dirigé par Giovanni BERJOLA (giovanni.berjola@orange.fr)

L’horreur à l’écran est un genre lucratif. Les récents triomphes commerciaux le confirment : les deux films consacrés à Ça (2017 et 2019) de Stephen King font partie des productions les plus rentables des dernières années et les séries horrifiques telles que The Haunting (2018) ou American Horror Story (2011), pour ne citer que les plus connues, sont légions. La culture populaire et les fictions pour la jeunesse témoignent de la vitalité d’un genre qui transcende les catégories, les médias et les modes énonciatifs pour s’épanouir sur les chaînes de télévision comme HBO, FX ou AMC, à travers le système de replay des chaînes virtuelles et plus encore sur les plates-formes de streaming comme Netflix, Hulu ou encore Shadows : cette dernière est exclusivement consacrée à la fiction horrifique, signe que l’industrie du divertissement a parfaitement cerné les goûts du public actuel.

Dans son article intitulé, « La tripe cinématographique », Christian Oddos rappelle que « le but essentiel des films d’horreur est de transmettre une horreur visuelle et sordide ou encore d’infliger au spectateur, par l’intermédiaire d’un personnage, une horreur intellectuelle et morale »1. Cette définition date de 1988 : à cette époque, le cinéma reste une forme de divertissement majeure, mais déjà concurrencée par la télévision et la vidéo. Si le cinéma projette, ritualise et sacralise l’expérience horrifique, la télévision la diffuse et la vidéo la fétichise. L’avènement des networks puis de l’internet a depuis bouleversé notre rapport à la fiction cinématographique et télévisuelle. Les films et les séries sont plus nombreux, plus immédiatement disponibles ; les pratiques et les expériences se transforment. Ces changements à la fois confortent et renforcent la place de l’horreur dans le champ culturel tout en amorçant des métamorphoses esthétiques et formelles qu’il serait intéressant d’étudier dans le cadre précis des plates-formes de streaming et des chaînes virtuelles. Continuer la lecture de Appel à contributions : Les fictions horrifiques à l’ère du streaming

  1. Christian Oddos, « La tripe cinématographique », Solaris, no 81,‎ 1988, p. 41. []