Archives par mot-clé : séries télévisées / TV series

Appel à contributions : Enjeux moraux et sociaux des séries télévisées (École Thématique du CNRS 2022, Fréjus)

Enjeux moraux et sociaux des séries télévisées (École Thématique du CNRS 2022)

3-9 juillet 2022, Fréjus

Échéance des propositions : 14 mars 2022

L’École Thématique « Enjeux moraux et sociaux des séries télévisées » est organisée par l’ISJPS (UMR 8103 CNRS/Paris 1 Panthéon-Sorbonne), avec le soutien du programme ERC DEMOSERIES et en partenariat avec l’Institut ACTE (EA 7539/Paris 1 Panthéon-Sorbonne), la FEMIS et l’Université Gustave Eiffel, du 3 juillet après-midi au 9 juillet midi, à Fréjus dans le Var (France).

Projet scientifique :

« Winter is coming… ». Une phrase connue presque partout dans le monde. Une phrase qui a réuni les familles et les groupes d’amis autour de la télévision, de l’ordinateur, de la tablette ou du smartphone. Une phrase qui a reposé la question du téléchargement et de la propriété intellectuelle des séries. Une phrase qui a banalisé le terme « spoiler » et a tenu en haleine des millions de personnes, pendant des années, avant de se terminer en véritable guerre des réceptions. Cette devise, celle de la Maison Stark de Game of Thrones, est la marque de l’explosion des séries télévisées amorcée depuis les années 2000. Là où les références de culture populaire étaient autrefois surtout littéraires, musicales ou filmiques, l’espace occupé par les séries n’a cessé de grandir auprès du public.

En écho à ce développement, les chercheurs de diverses disciplines comme l’histoire, la philosophie, les sciences de l’information et de la communication, la science politique, la sociologie, les études culturelles… ont produit un nombre croissant de travaux sur les séries télévisées. Celles-ci restent cependant encore trop souvent considérées comme une forme culturelle secondaire, que l’on aborde en passant, alors que les enjeux qu’elles soulèvent, tant en termes de contenu que de forme et d’impact sur les plans moraux, sociaux et politiques, sont majeurs. Il est donc temps d’en faire un objet d’analyse scientifique qui prenne en compte l’ensemble de ses dimensions. Il est temps aussi de consolider la communauté de recherche qui travaille déjà sur les séries et qui apparaît pour l’instant encore largement morcelée. Ce sont les objectifs que se donne l’École Thématique « Enjeux moraux et sociaux des séries télévisées ».

Continuer la lecture de Appel à contributions : Enjeux moraux et sociaux des séries télévisées (École Thématique du CNRS 2022, Fréjus)

Chloé Ouaked (Université de Limoges)

Maîtresse de Conférences en Littératures Comparées, Université de Limoges

Equipe d’accueil EHIC (Espaces Humains et Interactions Culturelles).

Sujet de thèse 

La littérature, la photographie, l’hétérogène. Etude d’interactions contemporaines (C.Boltanski, W.Boyd, S.Calle, G.Davenport, J.Roubaud, W.G.Sebald). Sous la direction de B.Westphal.

Axes / thématiques de recherche 

Relations entre littérature et photographie. Relations inter-artistiques. Arts contemporains. Photographie, films, séries télévisées.
Littératures contemporaines. Théorie littéraire. Non-fiction. Féminismes.

APPel à contributions : “Science-fiction audiovisuelle, technologies et innovations” (revue Technologie et Innovation)

Appel à contributions : “Science-fiction audiovisuelle, technologies et innovations”Technologies et innovation.

Échéance des propositions : 15 mars 2022

Les fictions cinématographiques et télévisuelles de science-fiction mettent souvent en scène des technologies imaginaires, utopiques ou dystopiques. Ces dernières plongent le spectateur dans une atmosphère futuriste, propice à l’innovation. Ce numéro de la revue Technologie et Innovation propose aux auteurs de rédiger des articles analysant la fonction de ces technologies dans les récits, et leur éventuel impact sur les pratiques innovantes des acteurs économiques. Robert Shiller (2019) a en effet montré à travers son concept d’économie narrative que les discours ont une influence sur le comportement des consommateurs, des investisseurs et des entrepreneurs. Les films et les séries ont ainsi un impact dans la création des discours des prospectivistes et innovateurs chargés d’imaginer le monde de demain. La science-fiction participe ainsi à la création du futur en présentant des technologies utopiques aux spectateurs. Certains films provoquent le rejet de la technologie présentée. D’autres, au contraire, suscitent l’intérêt pour un nouvel objet.

L’économie a besoin de fictions pour créer des modèles de technologies et de sociétés à réaliser. Le cinéma joue un rôle important dans la création de ces récits. Hollywood, objet de soft power américain, développe ainsi des fictions à l’influence centrale dans la diffusion de l’utopisme technologique de la première puissance mondiale. La science-fiction participe de plus en plus à l’innovation, au point que des prospectivistes, auteurs, et spécialistes de design fiction contribuent à des projets de recherche en amont de la R&D (Michaud, 2017). Kirby (2009) a parlé à propos des technologies utopiques de prototypes diégétiques et en a étudié la performativité et le rôle dans la création d’innovations technologiques.

Pensons par exemple à l’OASIS du film Ready Player One, réalisé par Steven Spielberg, un monde virtuel immersif faisant penser au métavers que souhaitent réaliser les entrepreneurs du numérique dont le chef de file est Mark Zuckerberg. Quelles sont les influences littéraires, technoscientifiques et artistiques qui ont inspiré cette technologie imaginaire ? Dans quelle mesure a-t-elle contribué à l’élaboration de la vision stratégique des acteurs du secteur de la réalité virtuelle et des télécommunications ? (Michaud, 2018)

Continuer la lecture de APPel à contributions : “Science-fiction audiovisuelle, technologies et innovations” (revue Technologie et Innovation)

Programme du séminaire LPCM 2022 : “Dans l’atelier des chercheur·se·s en littératures populaires et culture médiatique”

 Organisatrices : Fanny Barnabé (Epitech), Anaïs Goudmand (Sorbonne Université), Aurélie Huz (Université Paris Nanterre), Alice Jacquelin (Université Paris Nanterre)

L’Association internationale des chercheur·se·s en Littératures Populaires et Culture Médiatique (LPCM) a pour but d’étudier, dans une perspective résolument pluridisciplinaire et intermédiale, les formes des cultures médiatiques, les pratiques qu’elles ont favorisées et les imaginaires qu’elles ont suscités dans les époques moderne et contemporaine.

Le séminaire de recherche mensuel de la LPCM vise à favoriser les rencontres et les échanges entre les chercheur·se·s qui se spécialisent dans l’analyse des cultures populaires et médiatiques, quel que soit leur ancrage disciplinaire (littérature, sciences de l’information et de la communication, sociologie, histoire, économie, musicologie, humanités numériques…) et leur objet d’étude (littérature, bande dessinée, littérature jeunesse, cinéma, séries télévisées, productions transmédiatiques, musique, jeux vidéo, jeux, figurines, images…). 

Le séminaire aura lieu le mercredi de 17h à 19h, à l’exception des séances partagées (séances 4 et 7) et de la journée d’études (mardi 7 juin 2022, Université de Lausanne). Il se tiendra sous une forme co-modale et nomade : chaque séance sera diffusée en visioconférence, tout en laissant la possibilité aux intervenant·e·s et aux auditeur·rice·s qui le souhaitent de se rendre sur place dans l’université dans laquelle elle se déroulera (Sorbonne Université, Université Paris Nanterre…). 

Le lien de connexion sera communiqué quelques jours avant chaque séance. Les auditeur·rice·s qui souhaitent se rendre sur place doivent obligatoirement s’inscrire en écrivant à l’adresse suivante une semaine avant les séances : atelierlpcm@protonmail.com.

Nous encourageons les participant·e·s à adhérer à la LPCM :

https://lpcm.hypotheses.org/adherer-a-lassociation  

PRINTEMPS 2022

Séance 1 – Mercredi 26 janvier 2022, 17h-19h : Méthodes et théories de l’intermédialité

Sorbonne Université, Maison de la recherche, salle D116

Pour obtenir le lien vers la salle de visioconférence, voir cette page.

  • Francesca Aiuti (Université degli Studi Roma Tre) : « Discours rap-portés : analyse médiologique de l’interaction entre rap et littérature »
  • Giorgio Busi Rizzi (Universiteit Gent) : « La bande dessinée numérique : une forme nouvelle/ancienne »

Répondant·e·s : Olivier Stucky (Université de Lausanne) et Gaëlle Kovaliv (Université de Lausanne)

Séance 2 – Mercredi 16 février 2022, 17h-19h : Animation japonaise

Sorbonne Université, Maison de la recherche, salle D116

  • Oriane Sidre (Université Picardie Jules Verne) : « Une médiatisation qui définit ses propres règles ? L’écrivain Kenji Miyazawa et l’industrie animée japonaise : le cas du film biographique Fantaisie d’Îhatôbu : Le Printemps de Kenji (Kawamori Shôji, 1996) »
  • Matteo Watzky (Université Paris 8 Vincennes – Saint-Denis) : « Comment étudier l’animation ? Enjeux et méthode de la “micro-analyse” »

Répondant : Julien Bouvard (Université Jean Moulin Lyon 3)

Séance 3 – Mercredi 16 mars 2022, 17h-19h : Fictions de jeunesse et représentations sociales (album, BD)

Pôle Métiers du Livre de Saint-Cloud (salle de réunion 3ème étage)

  • Ada Lipman (Inalco) : « Ludique et éducatif : l’étude de la bande dessinée indienne Akbar Bīrbal Digest»
  • Sarah Ghelam (Université Paris Nanterre) : « À la recherche du reflet – Retour sur une pratique de lecture »

Répondante : Cécile Boulaire (Université de Tours)

Séance 4 – Jeudi 21 avril 2022, 16h30-19h : Feat. PHisTEM

Séance partagée avec le séminaire général de l’équipe de « Poétique historique des textes modernes » (CSLF, EA 1586)

Université Paris Nanterre, Bâtiment Max Weber, salle de séminaire 1

  • Yoan Vérilhac (Université de Nîmes/RIRRA 21) : « Sublime, mélodrame, sensationnalisme : esthétiques de l’excès et démocratisation culturelle »
  • Aurélie Huz (Université Paris Nanterre) : « La science-fiction : une approche par les sons »

Séance 5 – Mercredi 18 mai, 17h-19h : La lanterne magique : un impact culturel insoupçonné. Retour sur un processus de recherche

Pôle Métiers du Livre de Saint-Cloud (salle de réunion 3ème étage)

Répondant : Matthieu Letourneux (Université Paris Nanterre)

Séance 6 – Mardi 7 juin 2022 : JOURNÉE D’ÉTUDES. La recherche doctorale sur la bande dessinée à l’UNIL.

Université de Lausanne (salle à déterminer)

  • Intervenant·e·s confirmé·e·s : Justine Favre, Gaëlle Kovaliv, Raphaël Oesterlé, Camille Schaer, Olivier Stucky, Maelys Tirehot-Corbin

En partenariat avec le Groupe d’Études sur la BD (GrEBD), avec le soutien de la formation doctorale interdisciplinaire de la Faculté des lettres de l’Université de Lausanne.

Séance 7 – Vendredi 17 juin, 10h-13h : Science-fiction et créations sonores

Séance partagée avec le séminaire doctoral SF de l’Université Gustave Eiffel

Université Gustave Eiffel, Marne-la-Vallée (salle à déterminer)

  • Margot Châtelet (Université Gustave Eiffel) : « Des artefacts sonores science-fictionnels : quand la radio joue avec le réel »
  • Crys Aslanian (Université Gustave Eiffel) : « Futurotopies Féministes et Mutin·es Mutant·e·s, la  SF radiophonique comme possibilité de rêver l’obscur » 
  • Clémentine Hougue (Le Mans Université, Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3) : « Pour une pharmacologie du son : collage, montage et détournement sonores dans quelques fictions dystopiques »

Répondante : Aurélie Huz (Université Paris Nanterre)

AUTOMNE 2022

Les lieux et les répondant·e·s des séances du semestre d’automne seront annoncés dans le courant de l’été 2022.

Séance 8 – Mercredi 5 octobre, 17h-19h : Médias audiovisuels et études culturelles

  • Elena Defay-Thibaud (Université du Mans) : « Étude des enjeux médiologiques de la représentation de la female loser dans la série Fleabag : la narratologie, un outil d’analyse pertinent ? »
  • Yoshiko Suto (Université Nihon, Tokyo) : « L’affiche japonaise de film, univers cinématographique ou culturel ? »

Séance 9 – Mercredi 9 novembre, 17h-19h : Musiques populaires, narration et intermédialité

  • Jason Julliot (Université de Rouen, Université de Liège) et Jérémy Michot (Université Clermont Auvergne) : « L’analyse des musiques populaires dans la cinémusicologie française : enjeux méthodologiques et disciplinaires »
  • Marion Brachet (EHESS, Université de Laval, Québec) : « “Like short movies in my head” : les mondes narratifs dans les musiques populaires »

Séance 10 – Mercredi 30 novembre, 17h-19h : Jeu vidéo, littérature et littératie

  • Benjamin Demassieux (Professeur agrégé de lettres classiques, Académie de Lille) : « Une poétique vidéoludique ? »
  • Lana Maldonado (Université Côte d’Azur) : « L’engagement narratif dans les jeux vidéo comme engagement d’apprentissage : la conception d’un protocole expérimental »

Séance 11 – Mercredi 14 décembre, 17h-19h : Récits science-fictionnels

  • Isabelle Casta (Université d’Artois) : « Imaginaires du voyage temporel : peut-on sauver le passé ? »
  • Clémentine Hougue (Le Mans Université, Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3) : « Implications narratives, esthétiques, historiques et génériques d’une stratégie éditoriale : le cas du fix-up en science-fiction »

Télécharger le programme (PDF)

Parution : Revue d’Études Culturelles, n° 8, “L’adolescence”

Revue d’Études Culturelles, n° 8, “L’adolescence”, 2021. 

Ère de changements et de troubles mais aussi de possibles, l’adolescence fascine tant elle recèle de mystère et d’ambiguïté. Traitée à la fois comme une période charnière entre l’enfance et l’âge adulte et comme un moment en soi, doté de ses propres codes et de ses propres valeurs, elle est aujourd’hui devenue une catégorie d’âge essentielle dans nos sociétés et a donné lieu à de nombreux travaux de sociologues et de psychologues. Tout en prenant appui sur ces réflexions, ce volume se propose d’étudier différentes facettes du « coming of age » dans une perspective artistique, à travers la littérature et les arts visuels (cinéma, séries télévisées, bande dessinée, photographie), dans les sociétés occidentales contemporaines, essentiellement anglo-saxonnes, depuis le tournant des années 1950 jusqu’à aujourd’hui. 

Sommaire

AVANT-PROPOS (Vanessa Besand)

REPRÉSENTATIONS DE L’ADOLESCENCE DANS LES SÉRIES TÉLÉVISÉES

Tempus fugit : images en série des adolescents britanniques (Isabelle Schmitt-Pitiot)
– La Représentation de l’adolescence dans quelques séries américaines des années 1990 (Claire Cornillon)
Teenage Soaps (Sébastien Hubier)

ADOLESCENCES MARGINALISÉES

– L’Adolescence impossible dans True Grit (Florence Fix)
– Adolescences numériques : le hacker dans la fiction de jeunesse (Matthieu Freyheit)

ADOLESCENCES EN DANGER

Black Hole de Charles Burns : le trou noir où se défait la culture adolescente (Henri Garric)
– De la prairie perdue à la pelouse abandonnée : visions croisées de l’adolescence dans The Virgin Suicides de J. Eugenides et S. Coppola (Marion Lafouge)
– « No Tomorrow » : adolescence et fin du monde dans Donnie Darko de Richard Kelly et Kaboom de GreggAraki (Jean-Baptiste Massuet et Erwan Floch’lay)

Parution : Le goût du noir dans la fiction policière contemporaine. Littérature et arts de l’image (dir. Gilles Menegaldo et Maryse Petit)

Gilles Menegaldo et Maryse Petit (dir.), Le goût du noir dans la fiction policière contemporaine, Presses Universitaires de Rennes, 2021.

Les articles réunis ici tentent de faire la lumière sur l’extension du genre du roman noir, travaillant les codes pour les adapter comme Tardi, transposant J.-P. Manchette ou Black Sad, dont les auteurs reprennent les images du film noir dans le roman graphique. Le genre noir se fait le porte-parole de réalités criminelles à l’œuvre dans nombre de sociétés, et il utilise sa « fiction » pour les dénoncer, et ceci aussi bien dans les romans (D. Meyer, H. Mankell, A. Indridason) que dans les films (J. Gray, M. Scorsese, A. Egoyan) ou les séries (The Wire).

Colloque de Cerisy.

Avec le soutien de l’Université de Poitiers.

Lire l’introduction sur le site de l’éditeur.

SOMMAIRE (télécharger ici

Encres noires

Noir et autres genres

La disparition de la solution. Dominique Meyer-Bolzinger.

Histoire(s) inquiète(s) : enquête et mémoire dans le roman policier nordique (Henning Mankell et Arnaldur Indridason). Françoise Sammarcelli

Le polar ésotérique. Lauric Guillaud

Méandres, liens et ponts : texte et intertexte dans les romans policiers de Jasper Fforde. Delphine Cingal

Cherchez l’artiste : le paradigme esthétique dans la Sprawl Trilogy de William Gibson. Isabelle Boof-Vermesse.

Continuer la lecture de Parution : Le goût du noir dans la fiction policière contemporaine. Littérature et arts de l’image (dir. Gilles Menegaldo et Maryse Petit)

Journée d’étude: “New Space. Séries TV et sécurité spatiale” (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

Journée d’étude: “New Space. Séries TV et sécurité spatiale”

Mercredi 15 décembre 2021 10h-12h et 14h-17h30

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, site Panthéon, 12 place du Panthéon, Salle 216, 2e étage

Présentation


Si la course à la lune est finie, celle de l’espace dans un sens plus large ne fait que commencer. Des voyages spatiaux aux accès ouvert à la colonisation de Mars, ce renouveau d’intérêt pour l’espace cristallise les nouvelles tensions sino-américaines sur la scène internationale. A l’heure où la compétition spatiale s’accélère entre les grandes puissances, le New Space est devenu un élément dimensionnant des politiques spatiales des Etats. Les compagnies privées telles que Space X ou Blue Origin abaissent les barrières d’accès technologiques et financières à l’espace et aux services dérivés et cherchent à développer l’exploration spatiale aux côtés des acteurs militaires traditionnels. Entre conflits d’intérêts satellitaires, quête de ressources et prestige national, l’arsenalisation de l’espace devient un enjeu géopolitique global.
La création d’une Space force par Donald Trump en 2019, l’alunissage sur la face cachée de la lune par la sonde chinoise Change 4 la même année, tout comme les annonces récentes sur le tourisme spatial d’Elon Musk participent d’une actualité spatiale chargée. L’accès autonome à l’espace pour sécuriser les communications, la possible exploitation des corps célestes et leur régulation, et le placement d’armes extra-atmosphériques sont des enjeux déterminants pour l’avenir.

Continuer la lecture de Journée d’étude: “New Space. Séries TV et sécurité spatiale” (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

Appel à contributions : “L’imaginaire de l’écran à l’écrit, de l’écrit à l’écran : adaptations, réécritures, traductions, mentions” (Caderno de Letras, n° 43)

“L’imaginaire de l’écran à l’écrit, de l’écrit à l’écran : adaptations, réécritures, traductions, mentions”, Caderno de Letras (UFPel – Brésil), #43, 2022

Envoi des articles complets : 28 février 2022.
Publication prévue pur la fin juillet 2022. 

[Versión en español abajo] [Versão em português abaixo] [English version above]

La Revue Caderno de Letras, publication scientifique quadrimestrielle brésilienne du Centre de Lettres et Communication du Programme de Post-Graduation en Lettres de l’Université Fédérale de Pelotas (UFPel), invite à tous et à toutes à soumettre des contributions pour son número 43, prévu pour la fin juillet 2022.

Dossier: L’imaginaire de l’écran à l’écrit, de l’écrit à l’écran : adaptations, réécritures, traductions, mentions

Comité organisateur:
Dr Bruno Anselmi Matangrano (Université Fédérale de Pelotas, Brésil)
Dre Justine Breton (Université de Reims-Champagne Ardenne, France)
Dr Ramiro Estaban Zó (Université Nationale de Cuyo, Argentine).

Depuis ses origines, le cinéma permet un dialogue ouvert avec d’autres formes artistiques, soit en les intégrant dans son propre langage – grâce à son hybridité lui permettant d’associer narration, performance, éléments visuels et sonores –, soit en prenant pour source d’inspiration des œuvres et productions préexistantes et en créant, pour elles, de nouvelles formes d’art. La littérature constitue notamment une source d’inspiration privilégiée. Ce n’est pas par hasard que de nombreuses grandes œuvres marquant le début de l’ère cinématographique furent des adaptations œuvres romanesques ou théâtrales. C’est par exemple le cas, pour ne citer qu’eux, de Nosferatu (1922) de F.W. Murnau et de Dracula (1931) de Tod Browning, tous deux inspirés du roman de Bram Stoker publié en 1898. Ce n’est pas non plus par hasard qu’un nombre important de succès du box-office mondial adaptés d’œuvres littéraires appartiennent, à des niveaux variables, aux genres de l’imaginaire. Certains sujets littéraires sont désormais devenus des succès audiovisuels presque garantis, comme la légende arthurienne régulièrement adaptée sur grand ou petit écrans (Excalibur, John Boornman ; Merlin, BBC One ; The Green Knight, David Lowery ; etc.), ou comme les récits de super-héros adaptés de comics (le « Marvel Cinematic Universe », par exemple), qui se développent de façon exponentielle à mesure que les budgets augmentent et que l’accès aux effets spéciaux se démocratise. Alors que ces récits rencontraient fréquemment plus d’obstacles dans les cercles plus traditionnels de la critique littéraire, ils ont au contraire été aisément intégrés dans les pratiques audiovisuelles – pas uniquement au cinéma, mais aussi dans l’animation, les séries télévisées et, plus récemment, les programmes diffusés sur les plateformes de streaming. Cependant, cette relation ne s’est pas exprimée à sens unique. Au même titre que des productions audiovisuelles ont adapté, recréé et réimaginé des textes littéraires, celles-ci ont également servi d’inspiration pour des œuvres littéraires. L’un des exemples de ce passage de l’écran à l’écrit est le film King Kong (1933) de Merian C. Cooper et Ernest B. Schoedsack, mis en roman par Delos W. Lovelace et publié peu après la sortie du film. De même, certains films de Guillermo Del Toro, comme Le Labyrinthe de Pan (2006) et La Forme de l’eau (2017), ont été suivis de novélisations de l’auteur lui-même, accompagné respectivement de Cornelia Funke en 2019, et de Daniel Kraus en 2018. Sur ce type de relation, le modèle de Disney Studios constitue un autre exemple à prendre en compte. Des œuvres littéraires ont servi de base à la plupart de leurs productions animées, que le groupe réadapte désormais en longs-métrages en prises de vue réelles. Dans le même temps, des auteurs réinventent ces récits audiovisuels et les transforment en récits pour enfants ou jeunes adultes, dans un processus d’adaptation qui met en parallèle le langage cinématographique et le langage littéraire. Le dialogue n’existe d’ailleurs pas exclusivement d’un médium à l’autre, mais apparaît également à travers des références, des citations, des clins d’œil et des mentions. Pour ne citer qu’un exemple récent, la série Penny Dreadful (2014-2016) de John Logan constitue une production originale qui s’appuie sur des classiques littéraires et leurs créations, comme la Créature de Frankenstein, Dorian Gray et Dr. Jekyll, dans une intrigue nouvelle qui accorde une place centrale à la littérature, via la lecture et l’évocation de poèmes de John Clare, William Blake, Alfred Tennyson et d’autres. Là encore, les possibilités ne s’arrêtent pas là. Désormais, cette forme d’« inter-influence » transparaît dans la plupart des œuvres littéraires et audiovisuelles liées à l’imaginaire en général, et à la fantasy et à la science-fiction en particulier. Les mondes transmédiatiques constituent une force créative spécifique de ces genres, avec des récits qui s’étendent simultanément dans différentes formes médiatiques. Par exemple, la saga Le Sorceleur (The Witcher), d’abord créée par Andrzej Sapkowski en tant qu’ensemble de nouvelles et de romans, a connu un succès encore plus grand par ses adaptations en jeux vidéo et en séries télévisées, développant ainsi des récits complémentaires. C’est dans ce contexte que nous proposons, pour le numéro 43 du journal Caderno de Letras, un dossier consacré à toutes les possibilités de ce dialogue impliquant les productions audiovisuelles et littéraires liées aux genres de l’imaginaire, qu’il s’agisse d’adaptations (dans les deux sens), ou de la présence directe ou indirecte de littérature dans les médias audiovisuels, ou inversement.

Continuer la lecture de Appel à contributions : “L’imaginaire de l’écran à l’écrit, de l’écrit à l’écran : adaptations, réécritures, traductions, mentions” (Caderno de Letras, n° 43)

Parution : “Télévision : les publics” (Réseaux 2021/5, N° 229)

Réseaux, 2021/5, n° 229, “Télévision : les publics”, dir. Dominique Pasquier et Frank Rebillard. 

SOMMAIRE

Éditorial

 

Parution : Écrans 2021 – 1, n° 15, “Mémoire & réécritures dans les séries télévisées”

Écrans 2021 – 1, n° 15. “Mémoire et réécritures dans les séries télévisées”, Paris, Classiques Garnier, coll. “Écrans “, 2021.

sous la direction de Fabien Boully et Penny Starfield

Écrans est une revue thématique interdisciplinaire portant sur le domaine audiovisuel et traitant des problématiques contemporaines des cultures et des arts de l’image.

Sommaire