Archives par mot-clé : sérialité

Parution : Cahiers de narratologie, n° 43, “Impact de la sérialité sur le récit audiovisuel”

Cahiers de narratologie, n° 43, “Impact de la sérialité sur le récit audiovisuel”, dir. Alain Boillat, 2023. 

Sommaire

Alain Boillat

Avant-propos – Le sériel à l’écran : diversité des pratiques, des formes et des supports [Texte intégral]

Sébastien Fevry et Adeline Werry

Entre collection et série narrative : l’ambiguïté sérielle des plaques de la lanterne magique. [Texte intégral]

Achilleas Papakonstantis

The Cisco Kid au pays du capitalisme médiatique [Texte intégral] La sérialité et sa fonction idéologique dans l’économie politique hollywoodienne

Valentine Robert

La démultiplication des points de vue ou le récit audiovisuel diffracté. Pour une théorie de la répétition narrative, entre POV-Sequel et effet Rashomon [Texte intégral]

Continuer la lecture de Parution : Cahiers de narratologie, n° 43, “Impact de la sérialité sur le récit audiovisuel”

Parution : Justine Breton, The Witcher, un monde de légendes. Romans, jeux vidéo, séries

Justine Breton, The Witcher, un monde de légendes. Romans, jeux vidéo, séries, Paris, Bragelonne, coll. “Essais”, 2023.

« Comment se termine la légende de Geralt et de Ciri ? Mais tout le monde le sait, voyons ! » Cette réflexion, issue d’un personnage secondaire du septième tome de The Witcher, résume l’ensemble des enjeux soulevés dans la saga : l’histoire du sorceleur Geralt, de sa fille adoptive Cirilla et, dans une moindre mesure, d’autres protagonistes comme la magicienne Yennefer et le barde Jaskier, a tout de la légende. Toujours en construction aujourd’hui, elle est développée par étapes successives depuis 1986, d’abord et avant tout sous la plume de l’auteur.

Et l’aventure transmédiatique The Witcher est loin d’être terminée. Cette étude se propose aussi d’examiner la façon dont The Witcher construit sa propre légende : comment la notion de légende devient-elle à la fois source, matériau et résultat dans cette œuvre transmédiatique et polyphonique ?

Par sa composition par accumulation de variantes, et par sa narration mêlant histoire et merveilleux dans une approche toujours épique, la saga The Witcher accède elle-même au statut de légende contemporaine. Elle propose un récit légendaire en construction, tissé d’emprunts à des mythes variés et développé à travers un faisceau transmédiatique, formant un vaste ensemble de récits glorifiant les exploits de héros – en d’autres termes, une légende. 

Lire un extrait

Justine Breton est agrégée de Lettres modernes, docteur en littérature médiévale et maître de conférences en littérature française à l’Université de Reims Champagne-Ardenne (INSPÉ de Troyes, CRIMEL). Spécialiste de fantasy et de médiévalisme, elle étudie notamment les réécritures et les adaptations audiovisuelles de la légende arthurienne. Parmi ses ouvrages récents, citons : Un Moyen Âge en clair-obscur. Le médiévalisme dans les séries télévisées(PUFR, 2023) et Une histoire de feu et de sang. Le Moyen Âge de Game of Thrones (PUF, 2020, avec Florian Besson).

The Witcher, un monde de légendes est publié dans la collection “Essais” des éditions Bragelonne, sous la direction de Vincent Ferré.

Parution : Saison. La revue des séries 2023 – 1, n° 5

Saison. La revue des séries 2023 – 1, n° 5, dir. Emmanuel Taïeb, Paris, Classiques Garnier, Saison. La revue des séries, 2023.

Saison est la première revue papier entièrement consacrée aux séries. Son comité de rédaction composé de journalistes, d’essayistes, d’universitaires et de professionnels du secteur audiovisuel (scénaristes, monteurs, réalisateurs), ainsi que de plumes spécialisées, tous grands amateurs de séries, s’en emparent comme matériau filmique et narratif, mais aussi comme phénomène de société inédit. Chaque numéro propose des articles dédiés à des séries très différentes, et des articles plus transversaux, utiles aux sériephiles consacrés ou dilettantes, aux lecteurs avides d’informations et d’analyses, comme aux fans incollables.

Sommaire

Résumés

Appel à contributions : Nouvelles sérialités nordiques : consensuelles ou disruptives ? (Paris Sorbonne)

Journée d’études Nouvelles sérialités nordiques : consensuelles ou disruptives ?

8 novembre 2023

Sorbonne Université

Échéance des propositions : 30 septembre 2023

Organisé par Alessandra Ballotti et Frédérique Toudoire-Surlapierre

Objet d’études intensives depuis au moins vingt ans et moyen de communication de masse intergénérationnelle, les séries télévisées se sont imposées comme l’un des médias les plus représentatifs de l’histoire culturelle de l’époque contemporaine. Les pays nordiques n’échappent pas à cette tendance esthétique et médiatique, comme le confirme l’évolution rapide et exponentielle de certains genres sériels tels que le Nordic Noir, les fictions de jeunesse, la « cli-fi », le soft-fantasy folklorique, l’hyperréalisme, la dystopie ou encore le drame politique qui animent les productions nordiques ces dernières années et sont récompensés par le succès du public.

Cette journée d’étude vise à étudier le phénomène dans sa complexité et son hétérogénéité des séries télévisées nordiques. D’une part, il est vrai qu’un certain nombre de recherches ont été menées sur les produits nationaux (par exemple les séries télévisées danoises), sur leur exportation par le biais d’adaptations (notamment à travers l’étude des transferts culturels) ou sur certains genres et effets spécifiques (comme la glocalisation). En revanche, il manque une approche globale et comparative afin de mettre en évidence les éléments communs de ces séries, leurs spécificités mais aussi les caractéristiques de la production culturelle de chaque pays. Est-il possible d’identifier les codes sémantiques et les enjeux de la sérialité télévisuelle nordique ? Quels sont les facteurs qui ont permis à certaines séries nordiques de devenir emblématiques ?

Continuer la lecture de Appel à contributions : Nouvelles sérialités nordiques : consensuelles ou disruptives ? (Paris Sorbonne)

Sarah Mallah (Université Gustave Eiffel)

Formation

Après une formation à l’École Normale Supérieure de Lyon de 2016 à 2021, et l’obtention de l’agrégation de lettres modernes en 2019, Sarah Mallah commence une thèse de doctorat avec mission d’enseignement en 2021 sous la direction d’Irène Langlet, à l’université Gustave Eiffel, dans le laboratoire Littératures Savoirs et Arts (LISAA). La thèse comparatiste porte sur le héros et l’héroïne de science-fiction, dans trois cycles littéraires science-fictionnels : Le Silence de la Cité (1981) et Chroniques du pays des mères (1992) de l’autrice québecoise Élisabeth Vonarburg ; The Giver Quartet (1993-2012) de l’autrice étasunienne Lois Lowry ; la trilogie F.A.U.S.T. (1996-1997) de l’auteur français Serge Lehman.

Thèmes de recherche

  • Littérature de science-fiction.

  • Personnages et cultures héroïques.

  • Littérature comparée.

  • Poétique et narratologie

  • Culture médiatique. 

Continuer la lecture de Sarah Mallah (Université Gustave Eiffel)

Parution : Transfictional Character and Transmedia Storyworlds in the British Nineteenth Century (dir. Erica Haugtvedt)

Erica Haugtvedt (dir.), Transfictional Character and Transmedia Storyworlds in the British Nineteenth Century, Palgrave McMillan, 2022. 

This book is a study of how transfictional and transmedia storytelling emerges in the nineteenth century and how the period’s receptive practices anticipate the receptive practices of fandom and transmedia storytelling franchises in the twentieth and twenty-first centuries. The central claim is that the serialized, periodical, and dramatic media environment of the late eighteenth century through the nineteenth century in Great Britain trained audiences to perceive the continuous identity of characters and worlds across disparate texts, illustrations, plays, and songs by creators other than the earliest originating author. The book contributes to fan studies, transmedia studies, and nineteenth-century periodical studies while also interrogating the nature of fictional character.

Appel à contributions : Le Bureau des légendes : un ouvrage collectif aux éditions Vrin

Appel à contribution pour un ouvrage collectif autour de la série Le Bureau des légendes (éditions VRIN) sous la direction de Thibaut de Saint Maurice  et Sandra Laugier

ERC DEMOSERIES, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

 Échéance des propositions : 30 juin 2023

Diffusée par Canal + entre 2015 et 2020, riche de 5 saisons de 10 épisodes, Le Bureau des légendes est une série créée par Éric Rochant, dont le récit a pour cadre la DGSE – Direction Générale de la Sécurité Extérieure –  et plus particulièrement le service des agents clandestins, infiltrés à l’étranger. On y suit le travail d’agents ordinaires d’un service de renseignement, bien loin des stéréotypes de « l’agent secret » : ceux de l’homme d’action réussissant sa mission à peu près à chaque fois, véhiculés par la plupart des séries et des films qui mettent en scène le travail de contre-espionnage ou de contre-terrorisme.

Le Bureau des légendes est une série de rupture. D’abord au sein de la production française, elle est l’une des rares séries à faire émerger une figure de showrunner à la française. Son créateur Éric Rochant est à la fois scénariste principal, coproducteur, superviseur de l’ensemble des éléments créatifs de la série et il intervient dans la presse pour assurer la promotion de la série. Ensuite elle se distingue par le succès de sa réception, aussi bien auprès du public que de la critique, en France et à l’étranger puisque c’est une des séries françaises qui s’exporte le mieux et dont plusieurs adaptations sont en cours, notamment aux États-Unis portée par Georges Clooney. 

Mais Le Bureau des légendes est aussi une série de rupture au sein du genre qu’elle investit parce qu’elle propose un autre imaginaire du renseignement, débarrassé du « fatras de testostérone des versions nord-américaines » dans lequel « le récit se concentre sur une activité plus laborieuse que romanesque » (Lamendour, 2016). Cette dilatation du temps de l’action permet ainsi la mise en scène du travail d’espionnage, de contre-espionnage et de renseignement. De façon surprenante alors, la série devient alors une plateforme de communication et de recrutement pour la DGSE, interrogeant une nouvelle fois les liens entre les fictions populaires et les services de renseignement (Jenkins 2016 ; Willmets 2016).

Le Bureau des légendes propose donc, « de se figurer un monde qui par définition se dérobe au regard » en compensant « la pénurie d’information qui caractérise le monde du renseignement » (Blistène, 2018). La série, comme nombre de séries d’espionnage participe à ce titre d’une éducation de son audience, non pas seulement parce qu’elle dispenserait une représentation « réaliste » du travail effectif des agents de la DGSE – ce qui est largement discutable et discuté (Trotignon, 2018) – mais parce qu’elle révèle « l’ambivalence des régimes démocratiques » (Blistène, 2018) qui continuent de pratiquer une certaine violence politique alors même qu’ils reposent sur des principes de transparence et de publicité démocratique. Par-là elle transmet et construit des thèmes et enjeux politiques, mais aussi éthiques à travers un ensemble de personnages qui ont marqué les spectateurs de façon durable.

L’idée de cet ouvrage collectif est de rassembler des contributions de divers horizons académiques : philosophie, science politique, relations internationales, sociologie, histoire, information et communication, études cinématographiques… afin de penser l’importance de cette série aussi bien du point de vue de son contexte de production que du point de vue de sa réception et de cet inventaire des coulisses d’une démocratie contemporaine qu’elle contribue à dresser.

Calendrier prévisionnel

Titre et résumé (500 mots) : 30 juin 2023

Sélection des propositions de contributions : 26 juillet 2023

Réception des contributions (50 000 caractères maximum) : 30 septembre 2023

Publication éditions VRIN : 1er trimestre 2024

Toutes les communications à propos de ce volume sont à adresser à :

contact@demoseries.eu

Saison. La revue des séries, n° 4 : “Géographies imaginaires”

Saison. La revue des séries, n° 4, “Géographies imaginaires”, Paris, Classiques Garnier, 2023.

Saison est la première revue papier entièrement consacrée aux séries. Son comité de rédaction composé de journalistes, d’essayistes, d’universitaires et de professionnels du secteur audiovisuel (scénaristes, monteurs, réalisateurs), ainsi que de plumes spécialisées, tous grands amateurs de séries, s’en emparent comme matériau filmique et narratif, mais aussi comme phénomène de société inédit. Chaque numéro propose des articles dédiés à des séries très différentes, et des articles plus transversaux, utiles aux sériephiles consacrés ou dilettantes, aux lecteurs avides d’informations et d’analyses, comme aux fans incollables.

Sommaire

Colloque : Sérialités narratives : pour une approche décloisonnée des fictions au long cours (Université de Genève)

Colloque : Sérialités narratives : pour une approche décloisonnée des fictions au long cours 

26, 27 et 28 janvier, Université de Genève, Uni Mail, salle M2160

Proposée dans le cadre d’une recherche sur le cycle romanesque des Sept Sages de Rome (XIIIe siècle), cette rencontre internationale, conçue dans une perspective transdisciplinaire et transhistorique, a pour objectif de favoriser les échanges et la réflexion théorique et pragmatique à propos des fictions sérielles en alliant approches formelles, matérielles et historiques.

Programme

Jeudi 26 janvier

Introduction

  • 09h30 Yasmina Foehr-Janssens (Université de Genève) et Simone Ventura(Université libre de Bruxelles)

Session I : Conditions de production

Modération par Cédric Giraud (Université de Genève)

  • 10h00 Patrick Moran (University of British Colombia) « De l’impact des transformations médiatiques sur l’écriture sérielle : l’exemple des cycles arthuriens du XIIIe siècle »

10h30 Pause

  • 11h00 Matthieu Letourneux (Université de Paris-Nanterre) « Les conditions fordistes de production de la littérature sérielle dans la France des Trente Glorieuses »

  • 11h30 Nicola Morato (Università di Bergamo) « Modèles de cyclification arthurienne hors de France. Formes du livre et morphologie des traditions textuelles » 

Continuer la lecture de Colloque : Sérialités narratives : pour une approche décloisonnée des fictions au long cours (Université de Genève)

Appel à contributions : “Polars fantômes et autres spectres : séries et surnaturel”

“Polars fantômes et autres spectres : séries et surnaturel”, quatrième volume des « séries policières », RLM Minard-Garnier.

Laboratoire Textes et Culture, EA 4028, Université d’Artois

Échéance des propositions : 01 Juillet 2023

“Je vois des gens qui sont morts… ils vont et ils viennent comme n’importe qui… ils ne se voient pas entre eux… ils ne voient que ce qu’ils ont envie de voir… ils ne savent pas qu’ils sont morts” (Cole dans The sixth sense)

Si tant est, dans l’esthétique postmoderne, qu’un genre puisse conserver ses spécificités, il paraît difficile de concilier les codes du polar avec ceux du surnaturel ; la résolution rationnelle des énigmes – même les plus apparemment insurmontables – demeure la règle la plus intangible du roman policier, et à part quelques cas d’école de type « Scooby Doo » ou « SOS Fantômes », la structure du récit (ou du film) de détection ne fait que rarement place au doute fantastique – si ce n’est sous forme de boutades, d’images, ou de superstitions populaires vite ridiculisées : dans le cultissime Mystère de la chambre jaune (Leroux), seuls les vieux domestiques crédules et les paysans du coin croient à une présence diabolique, mais ces remarques sont plus typifiantes que sérieuses ; d’ailleurs, pas un seul instant le policier Larsan ou le journaliste Rouletabille n’accordent le moindre crédit à ces allégations naïves : « Alors ? Alors… je commençais à croire au diable » (17) ; « C’est un mystère du diable ! » (57) ; « Je m’suis signée, quand j’ai entendu ça, comme si j’entendais l’diable ! » (93).

On retrouve le même procédé dans la plupart des romans de Leroux, par exemple dans Le Fantôme de l’Opéra : « La légende du fantôme avait bientôt pris des proportions colossales dans le corps de ballet. […]Tout était de la faute du fantôme, du fantôme de l’Opéra ! » (14), ou dans La Poupée sanglante : « C’est épouvantable !… C’est moi qui l’ai livrée au démon ! … Que Jésus ait pitié de nous ! » (t. 1 : 205), qui appartient effectivement à la science-fiction post-vernienne, mais pas par le biais que l’on croit.

Plusieurs auteurs ont relevé le défi, en préférant le « mystère » (lié à l’atmosphère, donc inscrutable) à l’énigme (résolue la plupart du temps, donc rationnelle). Prenons un exemple : toute l’œuvre de Jean Ray – nous parlons du corpus fondé sur la récurrence de Harry Dickson, l’autoproclamé Sherlock Holmes américain – est un vaste flirt entre enquête policière classique et aventures surnaturelles (par exemple, dans Le Temple de Fer) ! Bien avant lui, Sheridan Le Fanu avait inventé, avec le personnage de Martin Hesselius, le prototype du « détective de l’occulte » dans les Créatures du Miroir. Des auteurs ont ouvertement exploré ce filon, entre autres les chronologiquement contemporains William Hope Hodgson et Algernon Blackwood ; le premier a créé un personnage d’enquêteur amateur d’insolite et de bizarre : son Thomas Carnacki affronte les revenants mal intentionnés dans Carnacki et les fantômes (1910) ; mais c’est essentiellement par son recueil La Chose dans les algues que Hodgson est passé à la postérité, en tant qu’écrivain de la suggestion fantastique à part entière ; tué à Ypres en 1918, il laisse une œuvre en pleine maturation. Deux ans avant Carnacki, Blackwood avait proposé, lui, un héros « psychologue » féru de fantastique, le docteur John Silence, qui libère ses patients de leurs sujétions diaboliques (John Silence, 1908). Le plus connu est cependant leur cadet, Seabury Quinn, créateur du « Sherlock Holmes du surnaturel » en la personne de Jules de Grandin (Les aventures de Jules de Grandin, 1923-1952).

Continuer la lecture de Appel à contributions : “Polars fantômes et autres spectres : séries et surnaturel”