Archives par mot-clé : sérialité

Appel à contributions : “Les séries télévisées sous le scalpel des sciences humaines” (revue InteraXXIon)

InteraXXIon, “Les séries télévisées sous le scalpel des sciences humaines”

Échéance des propositions : 30 mars 2022

InteraXXIons est la revue académique à comité de lecture de la Faculté des lettres et des sciences humaines de l’Université Saint-Joseph de Beyrouth. Revue scientifique, pluridisciplinaire et semestrielle, InteraXXIons entend, face à la complexité des temps présents, permettre un décloisonnement des disciplines des sciences humaines pour saisir les dynamiques contemporaines au Moyen-Orient dans un monde fait d’hybridité et de mobilité. Avec ses comités (scientifique, de lecture, de rédaction), InteraXXIons réaffirme sa conviction que les disciplines engagées dans son projet éditorial permettent aux recherches et chercheurs qui les mènent de porter une voix différente dans la production intellectuelle ayant principalement le Moyen-Orient comme aire géographique d’intérêt. La langue retenue est le français principalement mais d’autres langues (comme l’anglais ou l’arabe) sont également envisageables.

Présentation du numéro 

Depuis deux décennies, les séries télévisées s’affirment à l’échelle mondiale en tant qu’objet culturel. Le développement des chaînes spécialisées HBO ou Showtime et, plus récemment, l’apparition des plateformes streaming Netflix ou Amazon provoquent un raz-de-marée culturel et un changement des pratiques de consommation audio-visuelle. 

Elles correspondent à un art populaire se soumettant au goût du public. Elles sont les héritières des romans-feuilletons du XIXe siècle et s’appuient donc sur le principe de l’offre et de la demande de leur cible. Soumises comme le roman-feuilleton aux effets de la publicité, elles ne peuvent que prendre en compte leur téléspectateur dans sa réalité et dans ses aspirations. Continuer la lecture de Appel à contributions : “Les séries télévisées sous le scalpel des sciences humaines” (revue InteraXXIon)

Appel à contributions : Critiquer l’album sériel. Vers un décloisonnement des corpus légitimes et populaires dans les études sur l’album (Strenae)

Critiquer l’album sériel. Vers un décloisonnement des corpus légitimes et populaires dans les études sur l’album“, Strenae, n°23, 2023

Échéance des propositions : 17 mars 2022

L’album sériel occupe une place centrale dans le champ de la littérature adressée à l’enfance, sous quelque jour qu’on l’appréhende : celui de l’histoire et de l’actualité, du rayonnement culturel et de l’histoire des formes, des luttes d’influence et des controverses éducatives. Il est au cœur des pratiques de lecture propres à l’enfance – des premiers livres partagés à la première autonomie des jeunes lecteurs. Il exemplifie les conditions générales de la création en littérature de jeunesse : discrétion relative et pluralité de la fonction auteur, importance de l’éditeur et des médiations adultes, mais aussi de l’équation des coûts de production et prix d’achat1 ; il exemplifie aussi les enjeux spécifiques de la tradition – au sens complexe de médiation, transmission et recréation des contenus culturels – aux premiers stades de l’échange littéraire. Aussi divers dans ses réalisations historiques que repérable dans ses grandes caractéristiques éditoriales, il emblématise, à sa manière, les singularités les plus irréductibles de la littérature d’enfance.

Il n’est dès lors pas surprenant que cet objet conserve un statut incertain dans le procès de légitimation – au double sens de mouvement historique et de litige idéologique et culturel – du champ dont il relève. Il est plus étonnant que sa constitution en tant qu’objet d’étude apparaisse toujours en suspens, alors que la littérature de jeunesse a conquis dans son ensemble le statut d’objet de savoir et de questionnement. Les historiens et sociologues du livre, de la lecture et de la culture, les chercheurs en sciences de la communication et plus exceptionnellement les représentants d’autres disciplines contribuent à construire un regard scientifique sur l’album sériel pour enfants. Dans le cadre des études littéraires cependant, ce pan à la fois étendu et significatif de la culture enfantine fait essentiellement l’objet de mentions contextualisantes, à la périphérie de panoramas et de monographies centrés sur des critères de reconnaissance complexes, en tout état de cause peu compatibles avec les ancrages les plus populaires – aux sens médiologique et sociologique du terme – de la sérialité.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Critiquer l’album sériel. Vers un décloisonnement des corpus légitimes et populaires dans les études sur l’album (Strenae)

  1. Voir les synthèses proposées sur ces différents aspects dans Jean-François Massol, François Quet (dir.), L’auteur pour la jeunesse, de l’édition à l’école, PU de Grenoble, 2011. []

Jérémy Michot (Université Clermont Auvergne)

Docteur en musicologie et en cinéma – Chargé de cours contractuel, Université Clermont Auvergne

Thèmes de recherche et d’enseignement

Musicologie du cinéma et de la série tv, sociologie de la culture, artistes et sociétés, méthodologie de la rédaction universitaire, cultures médiatiques, arts populaires, processus compositionnel, analyse musicale.

Diplômes, qualifications et compétences

Qualification à l’exercice des fonctions de Maître de conférences – section 18

Doctorat Arts du spectacle (spécialités musicologie et cinéma) : Les musiques de série télévisée à l’ère des networks (1950-2010) : histoires, échos et singularités, Université de Rennes 2. Thèse présentée et soutenue à Rennes le 10 décembre 2020.

Directeur de thèse : Gilles Mouëllic, président du jury : Makis Solomos, rapporteur·ices : Sarah Hatchuel, Jérôme Rossi, examinatrices : Robynn Stilwell, Cécile Carayol.

Master recherche (spécialité musicologie) : Réappropriation des musiques classiques au cinéma, et La période mystique d’Erik Satie, Université Paul Valéry, Montpellier 3 (2010-2012).

Licence : musique et musicologie, Université Paul Valéry, Montpellier 3.

CEM Écriture, CRR Aubervilliers (2017).

Continuer la lecture de Jérémy Michot (Université Clermont Auvergne)

Appel à contributions : Enjeux moraux et sociaux des séries télévisées (École Thématique du CNRS 2022, Fréjus)

Enjeux moraux et sociaux des séries télévisées (École Thématique du CNRS 2022)

3-9 juillet 2022, Fréjus

Échéance des propositions : 14 mars 2022

L’École Thématique « Enjeux moraux et sociaux des séries télévisées » est organisée par l’ISJPS (UMR 8103 CNRS/Paris 1 Panthéon-Sorbonne), avec le soutien du programme ERC DEMOSERIES et en partenariat avec l’Institut ACTE (EA 7539/Paris 1 Panthéon-Sorbonne), la FEMIS et l’Université Gustave Eiffel, du 3 juillet après-midi au 9 juillet midi, à Fréjus dans le Var (France).

Projet scientifique :

« Winter is coming… ». Une phrase connue presque partout dans le monde. Une phrase qui a réuni les familles et les groupes d’amis autour de la télévision, de l’ordinateur, de la tablette ou du smartphone. Une phrase qui a reposé la question du téléchargement et de la propriété intellectuelle des séries. Une phrase qui a banalisé le terme « spoiler » et a tenu en haleine des millions de personnes, pendant des années, avant de se terminer en véritable guerre des réceptions. Cette devise, celle de la Maison Stark de Game of Thrones, est la marque de l’explosion des séries télévisées amorcée depuis les années 2000. Là où les références de culture populaire étaient autrefois surtout littéraires, musicales ou filmiques, l’espace occupé par les séries n’a cessé de grandir auprès du public.

En écho à ce développement, les chercheurs de diverses disciplines comme l’histoire, la philosophie, les sciences de l’information et de la communication, la science politique, la sociologie, les études culturelles… ont produit un nombre croissant de travaux sur les séries télévisées. Celles-ci restent cependant encore trop souvent considérées comme une forme culturelle secondaire, que l’on aborde en passant, alors que les enjeux qu’elles soulèvent, tant en termes de contenu que de forme et d’impact sur les plans moraux, sociaux et politiques, sont majeurs. Il est donc temps d’en faire un objet d’analyse scientifique qui prenne en compte l’ensemble de ses dimensions. Il est temps aussi de consolider la communauté de recherche qui travaille déjà sur les séries et qui apparaît pour l’instant encore largement morcelée. Ce sont les objectifs que se donne l’École Thématique « Enjeux moraux et sociaux des séries télévisées ».

Continuer la lecture de Appel à contributions : Enjeux moraux et sociaux des séries télévisées (École Thématique du CNRS 2022, Fréjus)

Appel à contributions : Sérialités narratives : pour une approche décloisonnée des fictions au long cours (Université de Genève)

Colloque international : Sérialités narratives : pour une approche décloisonnée des fictions au long cours

les 26-27-28 janvier 2023

Université de Genève

Échéance des propositions : 31 mars 2022

Contexte scientifique

Le projet de recherche « Canoniser les Sept Sages » (C7S) porte sur une ample somme romanesque médiévale, le Cycle des sept sages de Rome. Composé de manière cumulative au cours du XIIIe s., le C7S développe l’univers romanesque du roman-souche par un mouvement de constante amplification qui repose notamment sur le déploiement de la chronique fictive d’une lignée d’empereurs de Rome et de Constantinople, descendants du sage Caton. Considéré du point de vue de la culture médiévale, le Roman des Sept Sages est un classique littéraire. Cependant, la construction contemporaine du canon de la littérature médiévale a contribué à marginaliser cet univers narratif riche et complexe. 

Principes directeurs du colloque

Dans l’optique de « canoniser les Sept sages », notre groupe de recherche se propose de rendre au C7S sa place parmi les grands cycles narratifs médiévaux. Ces œuvres romanesques de grande envergure sont fondées sur un principe d’amplification potentiellement infini, fait d’agrégats narratifs, de greffes textuelles et/ou d’inventions rétrospectives. Les « ambages » du Livre de Lancelot font depuis longtemps l’admiration de ses lecteurs, de Dante à Roubaud, et la connaissance des grands cycles romanesques (Perceforest et Guiron le courtois) a connu un important renouvellement depuis une décennie, ouvrant la voie à de nombreux travaux sur la notion d’écriture sérielle. 

En proposant la tenue d’un colloque sur les sérialités comme phénomène culturel dans une perspective de littérature globale, au début de l’année 2023 à l’Université de Genève, nous souhaitons confronter les principes méthodologiques qui sont les nôtres avec la critique et la théorie contemporaine portant sur les fictions sérielles. Il s’agit de consolider la réflexion sur les procédures d’amplification narrative en l’inscrivant dans le cadre plus vaste de la création sérielle comme phénomène transhistorique. Des Mille et une nuits à Harry Potter, du Perceforest à Stars Wars, les fictions sérielles procèdent par réduplication, réappropriation, enchâssement, emprunts, parodies, réécritures. Les notions contemporaines de transfictionnalité, de polytextualité, trans- et inter-médialité trouvent leur pertinence pour l’étude de tout type de fictions longues. Nous souhaitons rassembler des théoriciens du récit et des créateurs de fictions sérielles dans différents types de media (bande dessinée, cinéma, télévision). Le colloque visera à favoriser les échanges entre praticiens et critiques, entre spécialistes de la fiction contemporaine, médiévistes et historiens de la littérature moderne dans le but de promouvoir une approche décloisonnée de la complexité narrative et des outils conceptuels forgés pour en rendre compte.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Sérialités narratives : pour une approche décloisonnée des fictions au long cours (Université de Genève)

Appel à contributions : Le rose et le noir. Imaginaires sentimentaux et policiers sous la loupe. XIXe-XXIe s. (Université de Sherbrooke, Québec)

Colloque international : Le rose et le noir. Imaginaires sentimentaux et policiers sous la loupe (XIXe-XXIe siècles)

Université de Sherbrooke, Québec, Canada, les 7, 8, 9 juin 2023

Échéance des propositions : 1er juin 2022

Romans sentimentaux et romans policiers ont coutume d’être mis dos à dos, en tant que sous-genres très distincts. On les situe régulièrement aux antipodes au sein des productions paralittéraires. La désignation de collections « roses » et « noires » demeure l’emblème le plus visible d’un tel système d’oppositions. Entre l’amour et le crime, il n’y aurait pas de chevauchement possible, d’autant plus que l’on suppose une division genrée des lectorats (l’un suspecté d’être « féminin », et l’autre « masculin ») qui recoupe une hiérarchisation du capital symbolique : de manière générale, alors que le « polar » occupe le haut de l’échelle, le roman sentimental, ramené à de la « guimauve », en colonise les plus bas niveaux.

Les genres sentimentaux et policiers, qui se sont industrialisés au même moment, ne sont pourtant pas aussi imperméables qu’on le suppose. Tant sur le plan du rêve que des craintes auxquelles ils renvoient, les deux sous-genres dialoguent : qu’on n’évoque ici à titre d’exemple que leur fascination commune pour les positions économiques extrêmes (les personnages évoluant dans les hautes sphères sociales et/ou dans leurs bas-fonds) ou leur parti pris pour les opportunités de la vie urbaine. Que le géant Harlequin ait développé des collections comme « Black Rose », « Intrigues » et « Mira » ne confirme-t-il pas cette demande d’amalgame des genres, de la part du lectorat populaire? Ces mutations s’inscrivent par ailleurs dans le contexte plus large des phénomènes d’hybridation des imaginaires génériques, caractéristiques de la culture postfordiste[1].

Continuer la lecture de Appel à contributions : Le rose et le noir. Imaginaires sentimentaux et policiers sous la loupe. XIXe-XXIe s. (Université de Sherbrooke, Québec)

Parution : Écrans 2021 – 1, n° 15, “Mémoire & réécritures dans les séries télévisées”

Écrans 2021 – 1, n° 15. “Mémoire et réécritures dans les séries télévisées”, Paris, Classiques Garnier, coll. “Écrans “, 2021.

sous la direction de Fabien Boully et Penny Starfield

Écrans est une revue thématique interdisciplinaire portant sur le domaine audiovisuel et traitant des problématiques contemporaines des cultures et des arts de l’image.

Sommaire

Parution : Saison. La revue des séries 2021 – 2, n° 2

Saison. La revue des séries, 2021 – 2, n° 2 : “La fin des séries”, dir. Emmanuel Taïeb, Paris, Classiques Garnier, coll. “Saison. La revue des séries”, 2021.

Saison est la première revue papier entièrement consacrée aux séries. Son comité de rédaction composé de journalistes, d’essayistes, d’universitaires et de professionnels du secteur audiovisuel (scénaristes, monteurs, réalisateurs), ainsi que de plumes spécialisées, tous grands amateurs de séries, s’en emparent comme matériau filmique et narratif, mais aussi comme phénomène de société inédit. Chaque numéro propose des articles dédiés à des séries très différentes, et des articles plus transversaux, utiles aux sériephiles consacrés ou dilettantes, aux lecteurs avides d’informations et d’analyses, comme aux fans incollables.

Sommaire

Parution: “Figures de justiciers et de justicières” (Cahiers Robinson, n° 50)

Cahiers Robinson, n° 50, “Figures de justiciers et de justicières”, sous la direction d’Isabelle-Rachel Casta et de Cédric Hannedouche

Résumé

Ce numéro étudie les récits d’injustice, infligées ou subies, dans la littérature de jeunesse. La soif d’équité parcourt les cultures de jeunesse, faisant émerger des figures de justiciers populaires encore « réalistes » (du Bossu de Paul Féval au héros d’Eugène Le Roy, Jacquou le Croquant), mais qui peu à peu vont muter en constructions surnaturelles, le masque contribuant souvent à procurer une double identité fantasmagorique.

Ces « raccommodeurs de destinées », pour parler comme Francis Lacassin, deviennent ainsi les dépositaires de valeurs temporairement défaillantes, qu’ils vont s’ingénier à rétablir, à l’instar de Fantômette et de Daredevil, à moins que l’on ne leur préfère Constance Kopp, la shérif intrépide d’Amy Stewart, ou Buffy, la Tueuse élue au cœur blessé.

Romans et séries font donc circuler les grand invariants de l’imaginaire justicier : la loi, la morale, l’oubli et le pardon, la vengeance ou la réparation y trouvent tour à tour matière à fiction.

Sommaire

Introduction

Luce ROUDIER
Fantômette, une justicière… pas si masquée

Charlotte LINDGREN
Bamse, un justicier en salopette

Christian CHELEBOURG
Fantomiald, chroniques d’un superhéros italien

Nadège LANGBOUR
Les enfants justiciers de la bibliothèque

Isabelle-Rachel CASTA
« Jouvences » du justicier / vengeur

Cédric HANNEDOUCHE
L’antépisode ou présuite en littérature justicière

Christine BARON
Justiciers juristes dans quelques romans de John Grisham

Christiane CONNAN-PINTADO
Constance Kopp et la cause des femmes

Florine LEMARCHAND
Couples de justiciers chez P. Lyfoung & A. Jay

Léa PRADEL
L’enfer sur mer de Gabriel de La Landelle

Stéphane LEDIEN
Un exemple de la filiation du comic book avec le roman noir

Olivier AMMOUR-MAYEUR
Justice et vengeance dans les séries zombies

Mathieu PIERRE
Buffy contre le patriarcat

Thierry JANDROK
Des terreurs de l’enfance à la justice par la terreur

VARIA

Patrick TOURCHON & Leniiv ROMAN
Georges Bayard contre le bien-écrire

Alain CHIRON
André Baruc, un auteur des Trente Glorieuses

Notes de lecture

 

Continuer la lecture de Parution: “Figures de justiciers et de justicières” (Cahiers Robinson, n° 50)

Appel à communications : The globalization of series: the example of Israeli series in the world (Hebrew University of Jerusalem)

International Conference: The globalization of series: the example of Israeli series in the world. Towards a cross-cultural and comparative approach to series adaptations and franchises 

Hebrew University of Jerusalem

31 October -2 November 2022

Proposals for papers  should be sent by 10 January 2022

Conference organizers : Alexandre Gefen (CNRS-Université Sorbonne Nouvelle-ENS), Yona Hanhart-Marmor (The Hebrew University of Jerusalem), Sandra Laugier (Université Panthéon Sorbonne).

TV Series have conquered the world. From Game of Thrones or Lupin to Homeland or to The Handmaid’s Tale or Squid game, many of them now constitute a common cultural heritage that allows us to reflect together and across continents on ethical and political issues. This cultural globalization takes place through some “global” series but also through countless adaptations or franchises. The example of Israeli series is particularly striking: Homeland (Hatufim), In Analysis(BeTipul), Euphoria (Euphoria), Hostages (Bnei Aruba), Your Honor (Kvodo), The Good Cop (Hashoter Hatov), Allegiance (The Gordin Cell), The Ex List (The Mythological Ex), Traffic Light (Ramzor).

This conference hypothesizes that these adaptations or variations constitute an extraordinary tool for a comparative approach to cultural, if not anthropological, particularities. Behind similar scenarios and parallel general questions, the regional or national incarnations of the series allow us to understand historical contexts, but also different sensibilities whose nuances are ethically or politically fundamental. More generally, the comparison of local offerings from platforms like Netflix or local productions is a remarkable revelation of differences or convergences that go beyond the mere situational tastes of viewers.

During this conference, we will focus specifically on a comparison between Israeli series and their adaptations, mainly French, considering this comparatist approach as a tool to grasp the specificity of the politic, national and individual identity which expresses itself through the series adaptations. 

It is thus to a comparative approach of TV series that this conference, the very first of its kind, invites researchers. 

Proposals for papers (300 words) should be sent to jerusalemseries2022@gmail.com by 10 January 2022. They should be accompanied by a short bio-bibliographical note. A response will be given mid-February.

Papers should not exceed 25 minutes.