Archives par mot-clé : sérialité

Parution : Ecritures et formats médiatiques (Belphégor)

Belphégor, n° 2021-1, « Écritures et formats médiatiques », 2021, sous la direction de Simon Bréan et Matthieu Letourneux

I. Ecritures et formats médiatiques

II. Varia

III. Comptes-rendus

Parution : The Young Pope : la tiare et l’image (Cyril Gerbron)

Cyril Gerbron, The Young Pope : la tiare et l’image, Presses universitaires François-Rabelais, coll. « Sérial », 2021.

L’histoire de l’art est un aspect majeur de la poétique visuelle de la série de Paolo Sorrentino The Young Pope.

Dans cette série qui raconte la montée en puissance de Pie XIII, jeune pape américain décalé et réactionnaire, les tableaux, les statues, les œuvres d’art du passé jouent un rôle important dans l’effet de vraisemblance, puisque le Vatican est effectivement rempli d’images. Contemplées et commentées par les personnages, ou utilisées pour leurs dévotions, ces œuvres sont bien plus que des éléments de décor, elles sont « activées » et deviennent vivantes.

Les images de la série sont elles-mêmes nourries d’images du passé et The Young Pope met en scène ces « voyages d’images », parcours visuels et sémantiques que le livre se propose d’explorer.

Docteur en histoire de l’art, Cyril Gerbron est l’auteur de Fra Angelico : liturgie et mémoire (Brépols, 2016). Il a été boursier à la Villa I Tatti à Florence et a rédigé ce livre lors d’une année passée comme pensionnaire à la Villa Médicis. Il est décédé en 2019

Continuer la lecture de Parution : The Young Pope : la tiare et l’image (Cyril Gerbron)

Parution : Dragon Ball : Une histoire française (Bounthavy Suvilay)

Bounthavy Suvilay, Dragon Ball : une histoire française, Presses Universitaires de Liège, 2021.

Dragon Ball n’est pas qu’un manga créé par Akira ­Toriyama en 1984. L’univers de fiction s’étend sur une multitude de supports et il se déploie aujourd’hui encore à travers diverses continuations et séries dérivées. La diffusion de son adaptation animée à la télé­vision est même à l’origine du développement des mangas traduits en France. Les productions contem­poraines prennent d’ailleurs en compte l’importance graduelle des publics occidentaux à mesure que le marché intérieur japonais décline.

Lors des circulations de produits culturels, les acteurs des sociétés locales occupent une position de récep­teurs premiers. Ils interprètent l’œuvre selon le para­digme de lecture de leur pays et ils n’ont pas toujours accès à l’histoire des genres dans laquelle s’inscrit l’objet source. Leurs préconceptions déterminent la manière dont celui-ci est traduit et remodelé. Plu­sieurs stratégies se sont succédées afin d’adapter les objets culturels étrangers aux conventions hexa­gonales. Elles correspondent à des réceptions diver­gentes, chacune produisant des écarts esthétiques qui font émerger un nouveau cadre de compréhen­sion. Ces modifications manifestent les successions d’horizons d’attente de ce premier public (nouvelle traduction, réédition). En retour, ces objets culturels transformés ont modifié à la fois cet environnement cible et l’écosystème source. Les adaptations occiden­tales circulent vers l’Asie et changent à leur tour les conventions de production et de réception.

Prenant appui sur les productions liées à Dragon Ball, cette étude montre comment les adaptations et les circulations internationales modifient les objets culturels. En ce sens, l’objet matériel témoigne de la concrétisation d’un cadre de compréhension. Il est un dispositif rendant visible l’articulation entre production, diffusion et réception. Il concrétise un dialogue où les différents publics renégocient le réfé­rent et les manières de l’appréhender. L’histoire des réceptions permet ainsi de saisir les processus his­toriques ayant conduit à ces transformations culturelles.

Agrégée de Lettres modernes, Bounthavy Suvilay est docteur en Littérature. Ses recherches portent sur les transformations liées aux adaptations des récits de fiction dans différents médias et leurs impacts sur les réceptions divergentes des œuvres selon les pays. Spécialiste du jeu vidéo, elle a également publié Indie Games – Histoire, artwork, sound design des jeux vidéo indépendants (Paris, Bragelonne, 2018).

Appel à contributions : D’argot à zygomatique : « San-Antonio de A jusqu’à Z ». Colloque international Frédéric Dard (Université de Bourgogne)

Colloque international : D’argot à zygomatique : « San-Antonio de A jusqu’à Z »

Hommage à Frédéric Dard à l’occasion du centenaire cent-unième anniversaire de sa naissance.

Université de Bourgogne

Échéance des propositions : 15 septembre 2021

100 ans, c’est bien, 101 ans, c’est mieux !

Du fait de la pandémie, le colloque initialement prévu à l’occasion du centenaire de la naissance de Frédéric Dard a été reporté d’un an.

Le « Phénomène San-Antonio », tel était le titre de la première rencontre universitaire autour de l’écrivain. Nous étions alors en 1965, lors d’un séminaire de littérature générale, à Bordeaux. Frédéric Dard y était convié par Robert Escarpit. Entouré d’un aéropage de professeurs qui lui demandèrent ce qu’il avait retenu des propos des uns et des autres, mal à l’aise dans le rôle d’écolier qui lui était assigné, Frédéric Dard eut ses mots : 

« J’avais fabriqué une montre. Vous venez de la démonter en deux temps trois mouvements, et maintenant vous me demandez de dire l’heure ! Je ne sais pas si vous vous rendez compte, mais désormais je vais écrire avec le stylo entre les jambes ! Comment en serait-il autrement puisque j’ai vu de quelle façon vous décortiquez ma prose ». 

Est-ce à dire que la relation entre l’écrivain et la critique universitaire commençait mal ? Non. Frédéric Dard fut flatté de cette reconnaissance académique. Preuve s’il en est : Vas-y Béru, roman publié aussitôt après cette rencontre, fut dédié à Robert Escarpit, de la part de son « Séminariste reconnaissant ».

Continuer la lecture de Appel à contributions : D’argot à zygomatique : « San-Antonio de A jusqu’à Z ». Colloque international Frédéric Dard (Université de Bourgogne)

Parution : Saison. La revue des séries télévisées (2021 – 1)

Saison. La revue des séries, 2021 – 1, n° 1, Varia

Dirigé par Emmanuel Taïeb 

Saison est la première revue papier entièrement consacrée aux séries. Son comité de rédaction composé de journalistes, d’essayistes, d’universitaires et de professionnels du secteur audiovisuel (scénaristes, monteurs, réalisateurs), ainsi que de plumes spécialisées, tous grands amateurs de séries, s’en emparent comme matériau filmique et narratif, mais aussi comme phénomène de société inédit. Chaque numéro propose des articles dédiés à des séries très différentes, et des articles plus transversaux, utiles aux sériephiles consacrés ou dilettantes, aux lecteurs avides d’informations et d’analyses, comme aux fans incollables.

Sommaire

Appel à contributions : La France sur le divan : En thérapie (Journée d’études sur Teams)

La France sur le divan : En thérapie (ARTE, 2021)

28 juin 2021

Journée d’études sur Teams

 Lancée il y a un peu plus de deux mois sur la chaîne franco-allemande ARTE, la série En thérapie a connu un succès fulgurant. Inspirée de la série israélienne Be Tipul, elle met en scène cinq patients qui consultent le docteur Philippe Dayan. Or, très vite, derrière le malaise des individus, une autre dimension se fait jour. En thérapie prend le pouls de toute la société française et « sonde les failles d’une société en état de choc » comme le dit le site-web de l’émission

L’intérêt pour les chercheurs en Études Françaises et Francophones réside dans l’extrême nouveauté du phénomène. Le séminaire cherchera à réunir toute personne intéressée par la culture française, quelle que soit son affiliation disciplinaire. Prière d’envoyer des propositions de présentation sur tous les aspects de la série (relevant des Études Françaises et  Culturelles, mais également des Sciences des Médias, de l’histoire, de la sociologie, des sciences politiques, de la psychologie)  de 12 à 15 min à l’adresse suivante : t.obergoeker@chester.ac.uk avant le 30 avril 2021.

Ce séminaire sera le premier d’une série de rencontres virtuelles qui nous mènera jusqu’aux élections présidentielles françaises du printemps 2022. 

Parution : Television Drama in the Age of Streaming. Transnational Strategies and Digital Production Cultures at the NRK

Vilde Schanke Sundet, Television Drama in the Age of Streaming. Transnational Strategies and Digital Production Cultures at the NRK, Palgrave Macmillan, 2021. 

This book examines television drama in the age of streaming—a time when television has been reshaped for national and international consumption via both linear ‘flow’ and on-demand user modes. It builds on an in-depth study of the Norwegian public service broadcaster (NRK) and some of its game-changing drama productions (Lilyhammer, SKAM, blank). The book portrays the formative first decade of television streaming (2010-2019), how new streaming services and incumbent television providers intersect and act in a new drama landscape, and how streaming impacts existing television production cultures, publishing models and industry-audience relations. The analysis draws on insight gained through more than a hundred interviews with television experts and fans, hundreds of hours of observations, and unique access to industry conferences, meetings, working documents, and ratings. The book combines perspectives from production studies, media industry studies, and fan studies to inform its analysis. 

Vilde Schanke Sundet (PhD) is a researcher in media and communication at the University of Oslo, Norway. She has published extensively on topics of television production, media industries, media policy and audiences/Fans, and she is an expert on online drama.

Appel à contributions : L’imaginaire des séries télé (revue Sociétés)

« L’imaginaire des séries télé »

revue Sociétés 

Échéance des propositions : 30 avril 2021

Date prévue de parution : fin de l’année 2021

Les séries télévisées occupent aujourd’hui une place de plus en plus importante dans les réflexions des sciences humaines et sociales en devenant un instrument de recherche et une méthode de compréhension de l’esprit du temps.

D’un point de vue socioculturel, les séries nous indiquent divers fragments pour interpréter et déchiffrer les imaginaires collectifs qui président nos représentations sociales, nos mœurs et nos pratiques. Des imaginaires qui, à travers une longue tradition épistémologique, représentent bien le corollaire de notre réalité sociale et participe à la fois à sa composition et à sa compréhension.

On pourra convenir que les séries télévisées sont des « faits sociaux totaux » (M. Mauss) qu’il faut explorer dans leurs multiples significations, par les mythes, les symboles qu’elles véhiculent et voir de quelles manières, en tant que medium, elles contribuent à façonner la vie quotidienne et participent de ce fait à la « construction sociale de la réalité » (P. Berger, Th. Luckmann). Si les séries sont devenues une véritable habitude culturelle, c’est aussi parce qu’elles nous permettent de nous interroger sur le monde social renvoyant des images de notre société et de ses multiples facettes. Elles sont des outils de compréhension de la société et à travers leur puissance symbolique, elles incarnent et irradient notre quotidien en construisant une vision du monde qui nourrit les imaginaires collectifs. Ce medium a un fort impact d’un point de vue esthétique c’est-à-dire pour le partage d’émotions collectives qui font vibrer le corps social à travers des histoires, des personnages qui deviennent de nouvelles figures mythiques structurant la réalité (C. Lévi-Strauss). L’immersion dans les univers de séries nous place dans une dimension expérimentale, nous concédant de pénétrer une réalité, de la ressentir et de contribuer à une connaissance du monde permise par la mise en récit du monde même. Ces narrations nous permettent de nous interroger sur des aspects variés de la société et de comprendre les représentations collectives (S. Moscovici), par l’analyse des images (archétypiques et stéréotypées) et des structures anthropologiques (G. Durand) fondatrices de nos imaginaires contemporains. Ces récits manifestent en ce sens des ordres symboliques révélant le renouvellement de nos configurations (N. Elias) et de nos sources de significations (C. Castoriadis). C’est à travers ces processus que s’oriente l’accès aux sens de la réalité et, en tant que « miroir » (J. Lacan), les séries contribuent largement à notre disposition à la connaissance.

Continuer la lecture de Appel à contributions : L’imaginaire des séries télé (revue Sociétés)

Parution : Dossier « Intervalles sériels » (Sens public)

Sens public, dossier « Intervalles sériels », sous la direction de Thomas Carrier-Lafleur, Frédérique Khazoom, Marta Boni, mars 2021.

Le contexte médiatique contemporain est riche en expériences sérielles : pensons au roman-feuilleton, aux franchises cinématographiques, au cinéma conçu dans son histoire intermédiale et sérielle, à la BD, aux séries télévisées qui se déclinent sur tous les médias, aux jeux vidéo et, surtout, à l’engagement multiforme et interminable des publics qui suivent ces récits pluriels1. Ce dossier est né de la volonté de traiter de manière approfondie un aspect précis, mais incontournable, de l’essence des séries : les intervalles2.

L’intervalle, qu’il soit distance spatiale ou période de temps, est un écart existant entre deux valeurs : appréhendé en tant que phénomène dépassant les frontières médiatiques et disciplinaires, il est un concept qui intéresse à la fois notre relation aux contenus et la façon de construire notre connaissance du réel. Ces interruptions, interstices, pauses, blancs et temps d’arrêt nous demandent de faire attention aux frontières, au rythme et donc à l’identité propre d’une expérience sérielle3. Nous les subissons (la pause publicitaire imposée, la fin d’une saison, la livraison discontinue des tomes d’une saga de romans ou de jeu vidéo) ou nous décidons de les impartir au contenu (arrêter la lecture à un moment plutôt qu’un autre). Ces « vides » qui nous alertent de la fin, ces vides que la fin (toujours provisoire ?) d’un récit produit en nous et avec nous, sont à penser comme des moments nécessaires aux séries et même des espaces productifs.

Dans la course à pied, l’athlète qui s’entraîne par intervalles ajoute de pauses utiles entre les efforts, ce qui lui permet de récupérer de l’effort précédent, mais de façon incomplète. L’intervalle est donc à concevoir comme une méthode pour améliorer sa performance. Pour l’étude des médias, l’intervalle possède un rôle heuristique : il est une interruption qui se révèle utile à l’analyse car il brise une continuité, nous permettant de faire ressortir des œuvres là où autrement il y aurait un flot ininterrompu ; il permet de trouver de la discrétion dans la continuité des flux4. [Lire la suite du texte de présentation…]

Continuer la lecture de Parution : Dossier « Intervalles sériels » (Sens public)

Les mystères de Paris adaptés en gravures animées

Les Mystères de Paris, une série de Véronique Puybaret et Matthieu Dubois, 2020

Paris, 1840. Rodolphe de Gerolstein, prince sans peur mais pas sans reproches, enquête sur la disparition de Germain, le fils de sa gouvernante, aux prises avec la pègre des bas-fonds et les bourgeois des beaux quartiers. Il va découvrir un lourd secret qui le touche intimement… Profitons des nouvelles technologies pour réhabiliter les formidables « Mystères de Paris » d’Eugène Sue, dans leur format feuilletonnant d’origine (1842) mais dans une narration dépoussiérée et décalée grâce à l’animation numérique des gravures dessinées à l’époque pour l’oeuvre. Nos 40 épisodes de fiction (d’environ 3 minutes) sont diffusés gratuitement sur Youtube et seront rejoints peu à peu par 40 petits bonus documentaires, tant l’oeuvre d’Eugène Sue est ancrée dans son époque passionnante. Ce programme pédagogique et distrayant est donc à disposition de tous !

Continuer la lecture de Les mystères de Paris adaptés en gravures animées