Archives par mot-clé : sérialité

Colloque “NINA COMPANEEZ, UNE FEMME ET DES HEROÏNES”

28-30 mai 2020, Paris

Colloque co-organisé par l’ENS Louis Lumière, l’INA et la composante ISOR du Centre d’histoire du XIXe siècle de l’Université Paris 1

Les propositions de contributions (maximum 5 000 signes), devront être adressées avant le 30 octobre 2019 à : isor@univ-paris1.fr

Les auteurs des propositions seront informés de la réponse du comité scientifique le 30 novembre 2019.

Site de l’appel

Présentation

Si Nina Companeez est bien connue pour ses téléfilms et feuilletons historiques, son travail n’a été, jusqu’ici, que peu étudié. Figure singulière et emblématique d’une télévision à la fois populaire et exigeante, la cinéaste a toujours écrit et réalisé seule, qu’il s’agisse de scénarios originaux (Les Dames de la côteUn pique-nique chez Osiris, Voici venir l’orage) ou d’adaptations (L’Allée du roiÀ la recherche du temps perdu). Peu de femmes auront eu autant de liberté qu’elle dans le paysage audiovisuel français des années 1970-2010, et bien peu auront proposé des personnages de femmes aussi nuancés, émancipés ou en voie d’émancipation, inspirés d’héroïnes de la littérature russe, américaine ou française mais également des femmes de sa famille. Continuer la lecture de Colloque “NINA COMPANEEZ, UNE FEMME ET DES HEROÏNES”

Appel : le XIXe siècle en série(s)

Appel à communications – Atelier de la SERD, Paris, équipe ELH (UT2J), 20 novembre 2020

Présentation

L’époque contemporaine voit « une part vertigineuse des objets culturels qui nous entourent met[tre] en jeu les mécanismes d’une communication sérielle » caractérisée par la multiplicité et la diversité de de ses supports (Matthieu Letourneux). Le triangle traditionnellement formé par un auteur, son œuvre et son lecteur a laissé place à des mécanismes de réception protéiformes, au gré de la circulation d’une matière fictionnelle qui essaime d’un support et d’un public à l’autre avec une facilité déconcertante. Du roman à la bande-dessinée, en passant par le film, l’animation ou encore les produits dérivés, les univers fictionnels se déclinent à l’envi, faisant fi des frontières génériques, esthétiques ou médiatiques.

Parmi ces nouveaux modes de diffusion du récit, la série télévisée occupe aujourd’hui une place privilégiée, au point d’apparaître comme un « laboratoire incontournable de la fiction » (Claire Cornillon). Déjà forte d’une tradition de plusieurs décennies, initialement en butte à une défiance qui n’est pas sans rappeler les réserves formulées par les contempteurs de la « littérature industrielle » à l’encontre du roman-feuilleton, la série télévisée s’est en effet définitivement imposée comme un espace de création particulièrement fécond. Le succès à la fois commercial et critique de sagas majeures comme Game of thrones est ainsi révélateur de la légitimité progressivement conquise par un médium de masse longtemps relégué du côté d’une « médiaculture » largement entendue comme « sous-culture ».

Continuer la lecture de Appel : le XIXe siècle en série(s)

Colloque : Intervalles sériels

COLLOQUE INTERNATIONAL et INTERDISCIPLINAIRE : “Intervalles sériels : Littérature, cinéma, télévision, médias”, 5-6 avril 2019, Montréal

Organisé par Marta Boni, Marcello Vitali-Rosati et Thomas Carrier-Lafleur

VENDREDI 5 AVRIL

Carrefour des arts et des sciences, Salle C-1017-2

8h30 — Accueil des participants
9h00 — Mot d’ouverture
9h15 — André Gaudreault (Université de Montréal) et Philippe Marion (Université catholique de Louvain) : « La mise en série des “séries culturelles” et leurs intervalles »

10h15 — Pause

Histoires de l’intervalle

10h45 — Lynn Kozak (Université McGill) : «Récapitulations iliadiques et la question des “episodes épiques” » 
11h15 — Ugo Dionne (Université de Montréal) : « Comment négocier l’abîme : fins de chapitre, fins de livraisons et conscience intercalaire (XVIIe-XVIIIe) »
11h45 — Matthieu Letourneux (Université Paris-Nanterre) : « Périodicité, cadences et fictions : questions d’intervalles en régime sériel »

Continuer la lecture de Colloque : Intervalles sériels

Parution : “Sérialité et transmédialité”

Sérialité et transmédialité : Infinis des fictions contemporaines, de Claire Cornillon, Éditions Honoré Champion (Bibliothèque de littérature générale et comparée n°155), 2018

Sérialité et transmédialité sont deux facettes fondamentales des fictions contemporaines qui tendent à dépasser les frontières des formes, des genres et des supports. Il s’agit ici de tenter de repenser certaines catégories de théorie littéraire à l’aune de ces phénomènes pour en analyser les paradoxes, mais aussi pour mettre en lumière la place de la fiction dans le monde contemporain. Multiplication des récits, passerelles entre différents médiums, participation des publics ouvrent à des possibilités que les œuvres n’ont pas encore fini d’explorer. Cependant, ces objets mais aussi les discours portés sur eux et la doxa qui s’élabore dans l’imaginaire collectif révèlent également certaines dynamiques idéologiques plus ou moins explicites. Les problématiques esthétiques rencontrent dès lors des enjeux philosophiques et politiques tels que le rapport à la vérité, la définition du réel ou la question de la liberté.

Claire Cornillon est Maîtresse de Conférences en Littérature Comparée à l’Université de Nîmes. Ses travaux récents portent essentiellement sur la narration et la fiction, en particulier dans les séries télévisées. Elle a co-dirigé le projet Narrations sérielles et Transmédialité à l’Université Sorbonne nouvelle – Paris 3 et fait partie du groupe de recherche GUEST (Groupe Universitaire d’Etudes sur les Séries Télévisées). Elle a co-dirigé les ouvragesFin(s) du monde (Pendragon, 2013) et Ce que le récit ne dit pas (Presses Universitaires François Rabelais, 2015).

La Table des matières est disponible sur la fiche de cet ouvrage, à l’adresse : www.honorechampion.com

Parution: Fictions à la chaîne. Littératures sérielles et culture médiatique.

De Fantômas à James Bond, du récit policier à la science-fiction, d’Harlequin à la Série noire, la culture populaire moderne obéit à une dynamique sérielle : la production et la réception de l’œuvre sont ressaisies dans un ensemble plus vaste de textes qui en détermine la signification. Profondément liées à la culture médiatique et aux logiques de consommation culturelle, ces formes et ces pratiques fictionnelles sont au cœur de notre modernité, dont elles constituent l’une des expressions principales.

Continuer la lecture de Parution: Fictions à la chaîne. Littératures sérielles et culture médiatique.

Parution : “Je suis ton père”

Marc Atallah (dir.), Alain Boillat et Frédéric Jaccaud, Je suis ton père. Origines et héritages d’une saga intergalactique, Paris, Huginn & Munnin (Fantask), 2017

Véritable livre d’art, il expose les travaux d’artistes internationaux, dont certains pour la première fois. Précis de culture pop, il contient aussi deux longs essais illustrés, de Frédéric Jaccaud et d’Alain Boillat, sur les origines et les héritages des univers créés par George Lucas. L’ouvrage fait donc à la fois office d’étude scientifique des films de la saga “Star Wars” et de catalogue d’une exposition proposée par la Maison d’Ailleurs (Yverdon-les-Bains) et consacrée au travail de treize artistes contemporains internationaux qui, tous, se réapproprient l’univers de Star Wars pour en proposer une version personnelle et décalée, souvent en exploitant les possibilités du numérique. L’intégralité des oeuvres de l’exposition sont reproduites en grand format dans le catalogue. Dans un essai intitulé “Stars Wars, encore et toujours : d’une logique sérielle répétitive à la création d’un mythe intemporel », illustré notamment par des pièces issues des fonds d’archives de la Maison d’Ailleurs, Alain Boillat analyse certaines de ces oeuvres contemporaines – en particulier les photographies de Cédric Delsaux, auquel Marc Atallah accorde un entretien en fin d’ouvrage – et commente sur un plan narratif et visuel les phénomènes de sérialité et de répétition présents dans les huit longs-métrages de cinéma, ainsi que les modalités selon lesquelles cette logique répétitive se poursuit en dehors des films à travers les médias et les produits dérivés.

 

Parution : Poétique de la sérialité

Matthieu Letourneux, Fictions à la chaîne. Littératures sérielles et culture médiatique, Paris, Seuil, “Poétique”.

http://www.seuil.com/ouvrage/fictions-a-la-chaine-matthieu-letourneux/9782021320886

De Fantômas à James Bond, du récit policier à la science-fiction, d’Harlequin à la Série noire, la culture populaire moderne obéit à une dynamique sérielle : la production et la réception de l’œuvre sont ressaisies dans un ensemble plus vaste de textes qui en détermine la signification. Profondément liées à la culture médiatique et aux logiques de consommation culturelle, ces formes et ces pratiques fictionnelles sont au cœur de notre modernité, dont elles constituent l’une des expressions principales.

C’est cette « poétique de la sérialité » que l’auteur étudie dans ce passionnant essai, suivant des axes théorique, historique, médiatique et culturel. Insistant sur les spécificités de la communication sérielle et leurs conséquences en termes de choix littéraires, de forme et de signification des œuvres, il montre aussi le rôle des pratiques éditoriales et médiatiques depuis le XIXe siècle dans la littérature de masse et leur retentissement sur l’imaginaire fictionnel contemporain. Continuer la lecture de Parution : Poétique de la sérialité

Appel : sérialité au XIXe siècle

CALL FOR PAPERS: “SERIALS, CYCLES, SUSPENSIONS”

Interdisciplinary Nineteenth-Century Studies Conference, http://incsscholars.org

March 1-4, 2018 at the Hotel Whitcomb in San Francisco, CA Host

Institution: San Francisco State University Lead

Organizer: Sara Hackenberg, shackenb@sfsu.edu

CFP deadline: October 15, 2017

The nineteenth century was shaped by serial forms of organization, production, and communication. By the nineteenth century the idea of the “series” had moved from the discipline of mathematics into the culture at large, as theories of temporal and spatial connection became dominant organizing principles for systems of knowledge developed in laboratories, libraries, and museums. Implied within seriality is both the continuity of cycles and the discontinuity of suspensions.

INCS 2018 invites proposals for papers having to do with any aspect of nineteenth-century seriality, including, but not limited to:

SERIAL CULTURE (PRINT, LITERARY, VISUAL ARTS, THEATER, Continuer la lecture de Appel : sérialité au XIXe siècle

Parution : “Imaginaire sériel”

Imaginaire sériel : les mécanismes sériels à l’œuvre dans l’acte créatif

J. Fruoco, A. Rando Martin, A. Laimé (dir.),

UGA Editions, Collection Ateliers de l’imaginaire, avril 2017

Le succès d’un service comme Netflix qui propose un flux continu de films et de séries télévisées sur internet montre un engouement de plus en plus important pour les œuvres en séries.  La question de savoir pourquoi notre esprit réagit si bien à une suite de films, une série télévisée ou à des romans en plusieurs volumes se pose alors. Qu’est-ce qui rend ces récits fragmentés si attractifs ? Pourquoi la division d’une histoire en épisodes fascine tant ?

L’objectif de ce livre est dès lors simple et offre quelques réponses à ces questions en tentant de comprendre l’impact de la sérialité sur l’imaginaire. L’ouvrage Imaginaire sériel propose donc de revenir sur les mécanismes de réception d’une œuvre sérielle, sur l’importance de leur matérialité mais aussi sur le rôle de la répétition et de la temporalité.

Quel que soit votre médium de consommation préféré, ce livre vous accompagnera sur le chemin de la sérialité en suivant les pas de Charles Dickens, Michel Butor et de nombreux autres artistes Continuer la lecture de Parution : “Imaginaire sériel”

Appel : TV Series n°13

TV Series n°13 :

La sérialité en question(s)

Date limite de soumission : 15 juin 2017 (abstract) et 4 mars 2018 (article)

Sous la direction d’Hélène Machinal et Florent Favard

Les séries télévisées contemporaines sont aujourd’hui une forme audiovisuelle populaire et reconnue par la critique universitaire, loin de leur image d’antan, celle du programme télévisuel fatalement « inférieur » au cinéma et désespérément « répétitif ».

Pourtant, au sein de l’université, et notamment dans de nombreuses disciplines qui souhaitent se pencher sur cet objet d’étude (études médiatiques, études culturelles, études en arts visuels, sociologie, etc.), persiste encore l’idée qu’il n’existe pas de cadre théorique pour les aborder d’un point de vue esthétique. Sociologie, sciences de l’information et de la communication, études anglophones ont su y apporter et adapter leurs bagages conceptuels ; mais lorsque vient l’heure de décrire et d’analyser la nature de l’objet, plane encore la comparaison avec l’analyse filmique, maintenue en vie par les déclarations récurrentes de réalisateur.ice.s se lançant dans l’expérience sérielle en l’envisageant comme un film de très longue durée.

Non seulement la série, malgré toute ses évolutions, reste caractérisée par sa division en épisode, par sa sérialité, mais celle-ci Continuer la lecture de Appel : TV Series n°13