Archives par mot-clé : sérialité

Parution : La sérialité à l’écran

La Sérialité à l’écran. Comprendre les séries anglophones

Anne Crémieux, Ariane Hudelet, Presses Universitaires de François Rabelais, 26 €

Site de l’éditeur

Loin d’être systématiquement opposés par leur mode de production, leur public ou même leur portée artistique, cinéma et télévision sont liés par leur exploitation de la sérialité.
Quels liens entretient la sérialité au sens large avec le récit audiovisuel ? Quelle est sa spécificité en tant que stratégie narrative dans les arts audiovisuels ? Quelles implications esthétiques, culturelles, industrielles et économiques sont à l’œuvre dans les multiples formes de sérialité audiovisuelle qui existent ?

À travers l’histoire du cinéma mais aussi de son évolution inter-médiatique suite à l’arrivée de la télévision et d’internet, ainsi que l’analyse d’œuvres comme Hannibal, CSI, Scream ou encore Wolverine, cet ouvrage éclaire sur les mécanismes et les contraintes de l’écriture audiovisuelle en série.

Sommaire : Introduction ▪ La sérialité, hier et aujourd’hui ▪ Stratégies narratives ▪ Corps d’acteurs et passage du temps ▪ Le genre à l’épreuve de la forme sérielle

Avec les contributions de : Fanny Beuré, Adrienne Boutang, Claire Cornillon, Véronique Eleftériou, Hélène Laurichesse, David Lipson, Hélène Machinal, Martial Martin, Gilles Menegaldo, Aymeric Pantet, Yann Roblou & Jules Sandeau.

Parution : Producing Mass Entertainment. The Serial Life of the Yellow Kid

Christina Meyer, Producing Mass Entertainment. The Serial Life of the Yellow Kid, The Ohio State University Press, 2019

Emerging mass culture in nineteenth-century America was in no small way influenced by the Yellow Kid, one of the first popular, serial comic figures circulating Sunday supplements. Though comics existed before, it was through the growing popularity of full-color illustrations printed in such city papers as Inter Ocean (Chicago) and the World (New York) and the implementation of regular, weekly publications of the extra sections that comics became a mass-produced, mass-distributed staple of American consumerism. It was against this backdrop that one of the first popular, serial comic figures was born: the Yellow Kid.

Producing Mass Entertainment: The Serial Life of the Yellow Kid offers a new take on the emergence of the Yellow Kid comic figure, looking closely at the mass appeal and proliferation of the Yellow Kid across different media. Christina Meyer identifies the aesthetic principles of newspaper comics and examines the social agents—advertising agencies, toy manufacturers, actors, retailers, and more—responsible for the Yellow Kid’s successful career. In unraveling the history of comic characters in capitalist consumer culture, Meyer offers new insights into the creation and dissemination of cultural products, reflecting on modern artistic and merchandising phenomena.

Site de l’éditeur

Appel à contributions: Genesis, n°54, « Écrire à la chaîne. Génétique des productions sérielles »

Publiée par Sorbonne Université Presses et par voie numérique (https://journals.openedition.org/genesis/), la revue Genesis  (Manuscrits-Recherche-Invention) est spécialisée en critique génétique. Elle prépare un numéro consacré à la génétique des productions sérielles sous la direction de Matthieu Letourneux et de Luce Roudier. Continuer la lecture de Appel à contributions: Genesis, n°54, « Écrire à la chaîne. Génétique des productions sérielles »

Appel à communications – « Littérature et télévision en Belgique francophone »

Journée d’études Textyles, organisée en partenariat avec les AML (Archives et Musée de la littérature) – Bruxelles, 4 décembre 2020

La question des relations entre littérature et télévision, qui, en France, a fait l’objet de travaux significatifs, reste à être explorée dans le contexte de la Belgique francophone. C’est dans cette perspective que cette journée d’études se donne pour objectif de mettre en lumière les formes de médiatisation du littéraire à la télévision belge ainsi que de cerner les modalités de la représentation audiovisuelle des écrivains et de leurs œuvres. Continuer la lecture de Appel à communications – « Littérature et télévision en Belgique francophone »

Colloque « NINA COMPANEEZ, UNE FEMME ET DES HEROÏNES »

28-30 mai 2020, Paris

Colloque co-organisé par l’ENS Louis Lumière, l’INA et la composante ISOR du Centre d’histoire du XIXe siècle de l’Université Paris 1

Les propositions de contributions (maximum 5 000 signes), devront être adressées avant le 30 octobre 2019 à : isor@univ-paris1.fr

Les auteurs des propositions seront informés de la réponse du comité scientifique le 30 novembre 2019.

Site de l’appel

Présentation

Si Nina Companeez est bien connue pour ses téléfilms et feuilletons historiques, son travail n’a été, jusqu’ici, que peu étudié. Figure singulière et emblématique d’une télévision à la fois populaire et exigeante, la cinéaste a toujours écrit et réalisé seule, qu’il s’agisse de scénarios originaux (Les Dames de la côteUn pique-nique chez Osiris, Voici venir l’orage) ou d’adaptations (L’Allée du roiÀ la recherche du temps perdu). Peu de femmes auront eu autant de liberté qu’elle dans le paysage audiovisuel français des années 1970-2010, et bien peu auront proposé des personnages de femmes aussi nuancés, émancipés ou en voie d’émancipation, inspirés d’héroïnes de la littérature russe, américaine ou française mais également des femmes de sa famille. Continuer la lecture de Colloque « NINA COMPANEEZ, UNE FEMME ET DES HEROÏNES »

Appel : le XIXe siècle en série(s)

Appel à communications – Atelier de la SERD, Paris, équipe ELH (UT2J), 20 novembre 2020

Présentation

L’époque contemporaine voit « une part vertigineuse des objets culturels qui nous entourent met[tre] en jeu les mécanismes d’une communication sérielle » caractérisée par la multiplicité et la diversité de de ses supports (Matthieu Letourneux). Le triangle traditionnellement formé par un auteur, son œuvre et son lecteur a laissé place à des mécanismes de réception protéiformes, au gré de la circulation d’une matière fictionnelle qui essaime d’un support et d’un public à l’autre avec une facilité déconcertante. Du roman à la bande-dessinée, en passant par le film, l’animation ou encore les produits dérivés, les univers fictionnels se déclinent à l’envi, faisant fi des frontières génériques, esthétiques ou médiatiques.

Parmi ces nouveaux modes de diffusion du récit, la série télévisée occupe aujourd’hui une place privilégiée, au point d’apparaître comme un « laboratoire incontournable de la fiction » (Claire Cornillon). Déjà forte d’une tradition de plusieurs décennies, initialement en butte à une défiance qui n’est pas sans rappeler les réserves formulées par les contempteurs de la « littérature industrielle » à l’encontre du roman-feuilleton, la série télévisée s’est en effet définitivement imposée comme un espace de création particulièrement fécond. Le succès à la fois commercial et critique de sagas majeures comme Game of thrones est ainsi révélateur de la légitimité progressivement conquise par un médium de masse longtemps relégué du côté d’une « médiaculture » largement entendue comme « sous-culture ».

Continuer la lecture de Appel : le XIXe siècle en série(s)

Colloque : Intervalles sériels

COLLOQUE INTERNATIONAL et INTERDISCIPLINAIRE : « Intervalles sériels : Littérature, cinéma, télévision, médias », 5-6 avril 2019, Montréal

Organisé par Marta Boni, Marcello Vitali-Rosati et Thomas Carrier-Lafleur

VENDREDI 5 AVRIL

Carrefour des arts et des sciences, Salle C-1017-2

8h30 — Accueil des participants
9h00 — Mot d’ouverture
9h15 — André Gaudreault (Université de Montréal) et Philippe Marion (Université catholique de Louvain) : « La mise en série des « séries culturelles » et leurs intervalles »

10h15 — Pause

Histoires de l’intervalle

10h45 — Lynn Kozak (Université McGill) : «Récapitulations iliadiques et la question des « episodes épiques » » 
11h15 — Ugo Dionne (Université de Montréal) : « Comment négocier l’abîme : fins de chapitre, fins de livraisons et conscience intercalaire (XVIIe-XVIIIe) »
11h45 — Matthieu Letourneux (Université Paris-Nanterre) : « Périodicité, cadences et fictions : questions d’intervalles en régime sériel »

Continuer la lecture de Colloque : Intervalles sériels

Parution : « Sérialité et transmédialité »

Sérialité et transmédialité : Infinis des fictions contemporaines, de Claire Cornillon, Éditions Honoré Champion (Bibliothèque de littérature générale et comparée n°155), 2018

Sérialité et transmédialité sont deux facettes fondamentales des fictions contemporaines qui tendent à dépasser les frontières des formes, des genres et des supports. Il s’agit ici de tenter de repenser certaines catégories de théorie littéraire à l’aune de ces phénomènes pour en analyser les paradoxes, mais aussi pour mettre en lumière la place de la fiction dans le monde contemporain. Multiplication des récits, passerelles entre différents médiums, participation des publics ouvrent à des possibilités que les œuvres n’ont pas encore fini d’explorer. Cependant, ces objets mais aussi les discours portés sur eux et la doxa qui s’élabore dans l’imaginaire collectif révèlent également certaines dynamiques idéologiques plus ou moins explicites. Les problématiques esthétiques rencontrent dès lors des enjeux philosophiques et politiques tels que le rapport à la vérité, la définition du réel ou la question de la liberté.

Claire Cornillon est Maîtresse de Conférences en Littérature Comparée à l’Université de Nîmes. Ses travaux récents portent essentiellement sur la narration et la fiction, en particulier dans les séries télévisées. Elle a co-dirigé le projet Narrations sérielles et Transmédialité à l’Université Sorbonne nouvelle – Paris 3 et fait partie du groupe de recherche GUEST (Groupe Universitaire d’Etudes sur les Séries Télévisées). Elle a co-dirigé les ouvragesFin(s) du monde (Pendragon, 2013) et Ce que le récit ne dit pas (Presses Universitaires François Rabelais, 2015).

La Table des matières est disponible sur la fiche de cet ouvrage, à l’adresse : www.honorechampion.com

Parution: Fictions à la chaîne. Littératures sérielles et culture médiatique.

De Fantômas à James Bond, du récit policier à la science-fiction, d’Harlequin à la Série noire, la culture populaire moderne obéit à une dynamique sérielle : la production et la réception de l’œuvre sont ressaisies dans un ensemble plus vaste de textes qui en détermine la signification. Profondément liées à la culture médiatique et aux logiques de consommation culturelle, ces formes et ces pratiques fictionnelles sont au cœur de notre modernité, dont elles constituent l’une des expressions principales.

Continuer la lecture de Parution: Fictions à la chaîne. Littératures sérielles et culture médiatique.

Parution : « Je suis ton père »

Marc Atallah (dir.), Alain Boillat et Frédéric Jaccaud, Je suis ton père. Origines et héritages d’une saga intergalactique, Paris, Huginn & Munnin (Fantask), 2017

Véritable livre d’art, il expose les travaux d’artistes internationaux, dont certains pour la première fois. Précis de culture pop, il contient aussi deux longs essais illustrés, de Frédéric Jaccaud et d’Alain Boillat, sur les origines et les héritages des univers créés par George Lucas. L’ouvrage fait donc à la fois office d’étude scientifique des films de la saga « Star Wars » et de catalogue d’une exposition proposée par la Maison d’Ailleurs (Yverdon-les-Bains) et consacrée au travail de treize artistes contemporains internationaux qui, tous, se réapproprient l’univers de Star Wars pour en proposer une version personnelle et décalée, souvent en exploitant les possibilités du numérique. L’intégralité des oeuvres de l’exposition sont reproduites en grand format dans le catalogue. Dans un essai intitulé « Stars Wars, encore et toujours : d’une logique sérielle répétitive à la création d’un mythe intemporel », illustré notamment par des pièces issues des fonds d’archives de la Maison d’Ailleurs, Alain Boillat analyse certaines de ces oeuvres contemporaines – en particulier les photographies de Cédric Delsaux, auquel Marc Atallah accorde un entretien en fin d’ouvrage – et commente sur un plan narratif et visuel les phénomènes de sérialité et de répétition présents dans les huit longs-métrages de cinéma, ainsi que les modalités selon lesquelles cette logique répétitive se poursuit en dehors des films à travers les médias et les produits dérivés.