Archives par mot-clé : sérialité

Colloque : Sérialités narratives : pour une approche décloisonnée des fictions au long cours (Université de Genève)

Colloque : Sérialités narratives : pour une approche décloisonnée des fictions au long cours 

26, 27 et 28 janvier, Université de Genève, Uni Mail, salle M2160

Proposée dans le cadre d’une recherche sur le cycle romanesque des Sept Sages de Rome (XIIIe siècle), cette rencontre internationale, conçue dans une perspective transdisciplinaire et transhistorique, a pour objectif de favoriser les échanges et la réflexion théorique et pragmatique à propos des fictions sérielles en alliant approches formelles, matérielles et historiques.

Programme

Jeudi 26 janvier

Introduction

  • 09h30 Yasmina Foehr-Janssens (Université de Genève) et Simone Ventura(Université libre de Bruxelles)

Session I : Conditions de production

Modération par Cédric Giraud (Université de Genève)

  • 10h00 Patrick Moran (University of British Colombia) « De l’impact des transformations médiatiques sur l’écriture sérielle : l’exemple des cycles arthuriens du XIIIe siècle »

10h30 Pause

  • 11h00 Matthieu Letourneux (Université de Paris-Nanterre) « Les conditions fordistes de production de la littérature sérielle dans la France des Trente Glorieuses »

  • 11h30 Nicola Morato (Università di Bergamo) « Modèles de cyclification arthurienne hors de France. Formes du livre et morphologie des traditions textuelles » 

Continuer la lecture de Colloque : Sérialités narratives : pour une approche décloisonnée des fictions au long cours (Université de Genève)

Appel à contributions : “Polars fantômes et autres spectres : séries et surnaturel”

“Polars fantômes et autres spectres : séries et surnaturel”, quatrième volume des « séries policières », RLM Minard-Garnier.

Laboratoire Textes et Culture, EA 4028, Université d’Artois

Échéance des propositions : 01 Juillet 2023

“Je vois des gens qui sont morts… ils vont et ils viennent comme n’importe qui… ils ne se voient pas entre eux… ils ne voient que ce qu’ils ont envie de voir… ils ne savent pas qu’ils sont morts” (Cole dans The sixth sense)

Si tant est, dans l’esthétique postmoderne, qu’un genre puisse conserver ses spécificités, il paraît difficile de concilier les codes du polar avec ceux du surnaturel ; la résolution rationnelle des énigmes – même les plus apparemment insurmontables – demeure la règle la plus intangible du roman policier, et à part quelques cas d’école de type « Scooby Doo » ou « SOS Fantômes », la structure du récit (ou du film) de détection ne fait que rarement place au doute fantastique – si ce n’est sous forme de boutades, d’images, ou de superstitions populaires vite ridiculisées : dans le cultissime Mystère de la chambre jaune (Leroux), seuls les vieux domestiques crédules et les paysans du coin croient à une présence diabolique, mais ces remarques sont plus typifiantes que sérieuses ; d’ailleurs, pas un seul instant le policier Larsan ou le journaliste Rouletabille n’accordent le moindre crédit à ces allégations naïves : « Alors ? Alors… je commençais à croire au diable » (17) ; « C’est un mystère du diable ! » (57) ; « Je m’suis signée, quand j’ai entendu ça, comme si j’entendais l’diable ! » (93).

On retrouve le même procédé dans la plupart des romans de Leroux, par exemple dans Le Fantôme de l’Opéra : « La légende du fantôme avait bientôt pris des proportions colossales dans le corps de ballet. […]Tout était de la faute du fantôme, du fantôme de l’Opéra ! » (14), ou dans La Poupée sanglante : « C’est épouvantable !… C’est moi qui l’ai livrée au démon ! … Que Jésus ait pitié de nous ! » (t. 1 : 205), qui appartient effectivement à la science-fiction post-vernienne, mais pas par le biais que l’on croit.

Plusieurs auteurs ont relevé le défi, en préférant le « mystère » (lié à l’atmosphère, donc inscrutable) à l’énigme (résolue la plupart du temps, donc rationnelle). Prenons un exemple : toute l’œuvre de Jean Ray – nous parlons du corpus fondé sur la récurrence de Harry Dickson, l’autoproclamé Sherlock Holmes américain – est un vaste flirt entre enquête policière classique et aventures surnaturelles (par exemple, dans Le Temple de Fer) ! Bien avant lui, Sheridan Le Fanu avait inventé, avec le personnage de Martin Hesselius, le prototype du « détective de l’occulte » dans les Créatures du Miroir. Des auteurs ont ouvertement exploré ce filon, entre autres les chronologiquement contemporains William Hope Hodgson et Algernon Blackwood ; le premier a créé un personnage d’enquêteur amateur d’insolite et de bizarre : son Thomas Carnacki affronte les revenants mal intentionnés dans Carnacki et les fantômes (1910) ; mais c’est essentiellement par son recueil La Chose dans les algues que Hodgson est passé à la postérité, en tant qu’écrivain de la suggestion fantastique à part entière ; tué à Ypres en 1918, il laisse une œuvre en pleine maturation. Deux ans avant Carnacki, Blackwood avait proposé, lui, un héros « psychologue » féru de fantastique, le docteur John Silence, qui libère ses patients de leurs sujétions diaboliques (John Silence, 1908). Le plus connu est cependant leur cadet, Seabury Quinn, créateur du « Sherlock Holmes du surnaturel » en la personne de Jules de Grandin (Les aventures de Jules de Grandin, 1923-1952).

Continuer la lecture de Appel à contributions : “Polars fantômes et autres spectres : séries et surnaturel”

Appel à contributions : revue Genre en séries: cinéma, télévision, médias (Varia)

Genre en séries : cinéma, télévision, médias 

PPEL PERMANENT à dossiers thématiques et articles pour la rubrique « Varia » 

Contact : genreenseries@gmail.com 

La revue Genre en séries: cinéma, télévision, médias consacrée aux approches genrées, et plus largement culturelles, des productions médiatiques, diffuse un Appel permanent à lui soumettre des propositions d’articles destinés à sa rubrique Varia et des propositions de dossiers thématiques.

Genre en séries est une revue à comité de lecture pluridisciplinaire consacrée aux approches genrées, et plus largement culturelles, des productions médiatiques. Qualifiante en section CNU 71, sous contrat de diffusion avec les Presses universitaires de Bordeaux, elle est membre du bouquet OpenEdition Journals. 

Appel à dossiers thématiques 

Afin de poursuivre son développement à l’occasion de la migration de son site internet sur le portail revues.org, Genre en séries lance un appel permanent à proposition de dossiers thématiques relevant du champ couvert par la revue, dont le projet principal est d’explorer la manière dont le genre (gender) traverse les cultures médiatiques. Il s’agit de participer à l’appropriation, tardive pour les études médiatiques et audiovisuelles, de ces approches et outils d’analyse par le champ universitaire français. La place des médias dans la vie sociale, comme lieu spécifique de construction des identités et rapports de genre, nous impose d’analyser collectivement les questions de pouvoir, de structure sociale et de normes à l’œuvre dans les cultures médiatiques. Dans cette perspective, Genre en séries se donne pour ambition de diffuser et discuter des travaux originaux situés au croisement des études cinématographiques et audiovisuelles, des sciences de l’information et de la communication, de la sociologie (de la culture, des médias) et des cultural studies. La cohérence scientifique du projet éditorial réside à la fois dans l’héritage revendiqué de la critique féministe des médias et dans l’articulation des débats épistémologiques portés par les cultural et gender studies avec l’étude des cultures médiatiques. 

Les coordinateur·rices sont invité·es à soumettre au comité éditorial un appel à contributions, indiquant les angles envisagés et les références bibliographiques correspondantes. Chaque proposition fera l’objet d’une évaluation interne et, en cas de réponse favorable donnée au projet, d’un accompagnement par la revue aux différents stades du processus éditorial, de la finalisation et de la diffusion de l’appel à contribution à l’expertise des travaux. 

Appel à articles pour la rubrique « Varia » 

En complément du dossier central explorant dans chaque numéro une problématique spécifique au prisme du genre, la revue propose deux autres rubriques, l’une consacrée aux notes de lecture, l’autre aux varia. Cette dernière est destinée, depuis la création de la revue, à publier des articles hors thématiques qui mobilisent l’étude des rapports de genre dans les cultures et pratiques médiatiques, mais aussi la mise en lumière des rapports sociaux (de classe, race, âge, etc…) qui leur sont consubstantiels et coextensifs. Aussi la rubrique Varia est ouverte à des questionnements s’inscrivant plus largement dans l’articulation des débats épistémologiques portés par les cultural studies avec l’étude des cultures médiatiques.

Continuer la lecture de Appel à contributions : revue Genre en séries: cinéma, télévision, médias (Varia)

Parution : Du savon et des larmes. Le soap opera, une culture féminine (D. Chedaleux)

Delphine Chedaleux, Du savon et des larmes. Le soap opera, une culture féminine, Amsterdam, 2022. 

Dallas, Dynastie, Les Feux de l’amour… ces titres évoquent un univers désuet, stéréotypé et associé au féminin : celui du soap opera. Né à la radio au début des années 1930, puis transposé à la télévision, il est d’abord financé par des fabricants de produits d’hygiène et d’entretien – d’où son nom saugrenu. Les feuilletons qui en relèvent, diffusés l’après-midi à l’intention des femmes, sont alors construits autour d’un personnage de mère courage qui prodigue des conseils moraux et pratiques à son entourage, à grand renfort de produits dont les mérites sont ainsi vantés aux consommatrices.
Cet ouvrage se veut une invitation à découvrir ce format et son histoire, à l’intersection du capitalisme, des médias et du genre. Si le soap s’est largement transformé au gré des mutations médiatiques, sociales et politiques, il reste une « technologie de genre » qui circonscrit le féminin à la vie domestique et sentimentale. Mais il crée aussi, paradoxalement, des espaces individuels et collectifs de contestation des hiérarchies sexuées, tant par sa narration ouverte, qui permet l’expression de multiples points de vue et ne délivre aucune morale, qu’à travers les sociabilités qu’il suscite.

Appel à contributions : European Comic Art Special Issue on Valérian et Laureline

Call for Papers: European Comic Art, Journal Special Issue on Valérian et Laureline.

Échéance des propositions : 1er février 2023. 

We are looking for contributors to a special issue of European Comic Art themed on Pierre Christin and Jean-Claude Mézières’s Valérian et Laureline science-fiction comic series.

The issue aims to redress the relative paucity of recent scholarship devoted to the stories.

The issue will be published in 2025 (vol. 18.1) and completed articles of between 6 and 7,000 words in English will be due in March 2024.

Simon Bréan (Sorbonne Université) is an invited contributor to the issue.

Articles could deal with, but are not limited to :

  • the comic artform or genre; 
  • stylistic and visual considerations; 
  • character studies and development; 
  • the depiction of gender,  
  • the environment and other nonhuman entities; race, colonialism, empire; technology; 
  • the evolution of a specific element across the four decades of publication; 
  • world-building and/or contributions to science fiction as a genre; 
  • a comparison between the bandes dessinées and Luc Besson’s 2017 movie;
  • a case study of a story or album.

    If you are interested in contributing, please submit a 400-word abstract to both co-editors of the special issue by February 1, 2023:

Christina Lord (lordc@uncw.edu) and Paul Scott (pascott@ku.edu).

Please do not hesitate to contact us for further information.

Parution : Genesis, n° 54 : “Écrire à la chaîne” (dir. M. Letourneux et L. Roudier)

Genesis, n° 54, “Écrire à la chaîne“, Matthieu Letourneux et Luce Roudier (dir.), 2022.

Séries télévisées, grands héros populaires, littérature et cinéma de genre, franchises déclinées en romans, films et jeux vidéo… la culture contemporaine obéit de plus en plus à des logiques sérielles. Or, concevoir une œuvre littéraire s’inscrivant dans une série engage des modes de création spécifiques et suppose l’intervention de nouveaux acteurs. C’est cette genèse des productions littéraires sérielles que ce numéro se propose d’explorer à travers une série d’études portant sur des sujets aussi variés que l’écriture en collaboration (Dumas et ses « nègres »), les traductions sérielles (la « Série Noire »), le rôle de l’éditeur populaire dans la création (Fleuve Noir, Harlequin), les stratégies d’écriture des auteurs (Frédéric Dard, Gérard de Villiers, Michel Bussi, Nine Gorman), les techniques employés par les romanciers (Marcel Allain et ses rouleaux de cire), enfin les stratégies déployées par les industries culturelles autour des grandes marques transmédia (la franchise Harry Potter). À travers ces différents objets, c’est une plongée dans la fabrique de la culture populaire qui est proposée ici.

Sommaire

Matthieu Letourneux and Luce Roudier Présentation. Pour une génétique des productions sérielles 

Enjeu

Matthieu Letourneux Génétique sérielle et auctorialité éditoriale Réflexions à partir du cas du Fleuve Noir

Études

Sarah Mombert Dans les archives d’un atelier littéraire Exploration génétique de la collaboration entre Alexandre Dumas et Auguste Maquet

Matthieu Letourneux La fabrique d’une série d’espionnage Gérard de Villiers et les dossiers préparatoires des romans S.A.S.

Adrien Frenay and Lucia Quaquarelli Sérialiser la Série Noire Roman noir, traduction et génétique sérielle

Stéphanie Fonvielle Culbutes textuelles et saillies verbales : la mise en recueils des réflexions san-antoniennes

Lucie Amir Génétique du best-seller  Formes contemporaines de la rationalisation de l’écriture chez Michel Bussi

Esther Cléry, Claire Cornillon, Mathilde Eynard, Maud Lelarge, Sarah Pereira da Camara, Julie Thomassin and Yoan Vérilhac

De la fanfiction au livre. Étude génétique du Pacte d’Emma de Nine Gorman

Agathe Nicolas De la série romanesque à la franchise : la critique génétique à l’épreuve de l’œuvre ouverte 

Entretien

Matthieu Letourneux Harlequin et le principe de la collection Entretien avec Karine Lanini

Inédit

Luce Roudier Les Trois As de Marcel Allain Aperçu d’un dossier génétique industriel et sériel

Varia

Domenico Paone Creuser les sous-sols de la pensée  Une approche génétique des manuscrits d’Ernest Renan

Gaëlle Cauvin La genèse du journal de René Depestre  Du manuscrit au tapuscrit

Chroniques

Comptes rendus d’ouvrages

Jamileh Talebizadeh Philippe Willemart (dir.), La Critique génétique à la recherche d’autres savoirs. De l’état quantique à l’écriture par la rature, préface de Filomena Juncker, Paris, L’Harmattan, 2020, 230 p. 

Hortense Delair Marc Escola, Le Misanthrope corrigé. Critique et création, Paris, Hermann, 2021, 198 p.

Tristan Bornoz Takayuki Kamada, Balzac. Multiples genèses, Paris, Presses universitaires de Vincennes, 2021, 486 p.

Giovanni Zuccarino Bibliographie : études génétiques, éditions, manuscrits.

Voir le volume sur le site de l’éditeur

Parution : Aux origines de la pop culture. Le Fleuve noir et les Presses de la Cité au coeur du transmédia à la française, 1945-1990 (Loïc Artiaga, Matthieu Letourneux)

Loïc Artiaga, Matthieu Letourneux, Aux origines de la pop culture. Le Fleuve noir et les Presses de la Cité au coeur du transmédia à la française, 1945-1990, Paris, La Découverte, 2022.

L’histoire littéraire s’est construite sur un mensonge : elle a largement occulté sa part populaire et la conquête du grand public par l’édition, fruit d’une dynamique qui la place au cœur des industries culturelles. C’est cet autre visage de la littérature que ce livre donne à voir. Puisant dans des archives inédites, il retrace l’histoire chorale de celles et ceux qui, autour des Presses de la Cité et du Fleuve Noir, ont façonné à partir des années 1950 les genres majeurs de l’imaginaire contemporain : espionnage, policier, science-fiction, érotisme…

Par-delà les romanciers les plus fameux (Simenon, Frédéric Dard), les professionnels de cette édition populaire ont contribué à forger une nouvelle culture médiatique, dans un contexte de circulation internationale des fictions et de transformation du travail des auteurs. Loin de se résumer à une invasion des modèles américains, la culture de masse « à la française » s’en approprie les conventions au temps de la guerre froide et de la décolonisation ; et dans ces romans tirés à plus de 100 000 exemplaires s’inventent aussi les nouveaux codes de la masculinité et de la consommation des « Trente Glorieuses ».

Le livre raconte les stratégies industrielles à l’œuvre jusqu’à la chute d’un système médiatique au tournant des années 1990, quand les recompositions éditoriales font émerger les nouveaux empires de la communication. Il permet de comprendre l’horizon médiatique des générations d’après-guerre, qui ne se cantonne pas au monde du livre : les histoires imaginées par les auteurs populaires ont essaimé au cinéma, à la télévision, à la radio… Une enquête sans équivalent sur les origines du formidable « boom » de la pop culture, matrice de la culture populaire contemporaine.

Feuilleter l’ouvrage  Continuer la lecture de Parution : Aux origines de la pop culture. Le Fleuve noir et les Presses de la Cité au coeur du transmédia à la française, 1945-1990 (Loïc Artiaga, Matthieu Letourneux)

Luce Roudier – La Fabrique de la littérature sérielle

Avis de soutenance

Mme Luce Roudier présente ses travaux en soutenance le 27 octobre 2022, à 14h00, dans la salle  B015 René Rémond du bâtiment B Pierre Grappin à l’Université Paris Nanterre.

Titre des travaux : “La Fabrique de la littérature sérielle. La littérature sérielle à travers ses archives, 1840, 1940.”

Les travaux ont été dirigés par Matthieu Letourneux et Judith Lyon-Caen.

Vous trouverez tous les détails, incluant la composition du jury, ici : Avis soutenance – Mme ROUDIER.

Appel à contributions : “Adaptation et séries télévisées” (revue Transcr(é)ations)

Appel à contributions pour un numéro de la revue Transcr(é)ations : “Adaptation et séries télévisées

Échéance des propositions : 20 janvier 2023

(english version below)

Transcr(é)ation est une revue spécialisée consacrée à la transmédialité et aux dialogues texte – film, sans hiérarchisation de l’un sur l’autre. Nous accueillons des travaux théoriques ou analytiques ainsi que des dossiers thématiques sur les questions de l’intermédialité, du dialogue entre les médiums, ou toute autre ouverture encore peu ou prou investiguée. Pour notre troisième numéro, nous faisons un appel bilingue (anglais ou français) portant sur l’adaptation et les séries télévisées. 

 Langues de rédaction : anglais, français

 Séries télévisées et adaptation (été 2023)

Depuis l’avènement du « troisième âge d’or » de la télévision au début du XXIe siècle, les séries télévisées sont promues, à la fois par les spectateurs et par la critique, en tant qu’objets à la narration complexe (Mittell, 2015), aux développements de personnages fins et riches, et élaborés par des techniques de production dignes du grand écran. C’est notamment l’écriture des séries qui est souvent mise en avant par les approches critiques des séries : il est vrai que le(s) scénariste(s), les équipes de character development ou encore le(s) showrunner(s) sont devenues les figures emblématiques de la création des séries. Une vision « auteuriste » (Wells-Lassagne, 2022) est ainsi mise en avant dans le marketing de séries comme Les Sopranos (HBO, 1999-2007) ou The Wire (2002-2008) avec les showrunners que sont David Chase et David Simon. Les séries, en outre, proposent des univers souvent inédits : qu’il s’agisse de feuilletons appréciés par la critique comme Six feet under (HBO, 2001-2005), Mad Men (AMC, 2007-2015) ou The Wire, de sitcoms comme Schitt’s Creek (ITV, 2015-), de soap opera comme Plus belle la vie (France 3, 2004-2022) ou de fictions de genre policier ou fantastique, les séries contemporaines ont toutes, malgré leurs qualités distinctes, la capacité de créer un « monde » habitable, fait de personnages qui savent toucher leur public par les situations émotionnelles auxquelles ils sont confrontés (Esquenazi, 2014). Les séries contemporaines renégocient la logique de clôture de l’œuvre d’art, appelant ainsi à élaborer de nouveaux outils d’analyse (Boni et Berton, 2019). Par ailleurs, les intrigues des séries (arcs narratifs, séries-feuilletons ou séries formulaires, points de vue multipliés,) appellent à rebattre les cartes de la narratologie (Jost, 2016). Bref, les séries innovent, aussi bien aux niveaux esthétique et idéologique que fictionnel et narratif, ainsi que dans leur manière de faire partie de la vie des spectateurs.

Continuer la lecture de Appel à contributions : “Adaptation et séries télévisées” (revue Transcr(é)ations)

Parution : Res Futurae n°19, “Séries de science-fiction”

Res Futurae, n°19, “Séries télévisées de science-fiction”, 2022.

Sous la direction de Hélène Machinal et Florent Favard.

La science-fiction n’a cessé de gagner en visibilité sur le « petit écran ». Depuis la fin des années 1990, elle est un véritable « supergenre » et s’impose au sein de cette nouvelle forme d’expression et de consommation de la culture populaire. Mais qu’est-ce que la sérialité télévisuelle apporte au genre de la SF ? Et qu’est-ce que le genre de la SF apporte à la sérialité télévisuelle – autrement dit: comment invite-t-il à repenser la télévision? Le dossier examine cette relation de mutuel bénéfice.

  • Comité de rédaction de Res Futurae
    Éditorial [Texte intégral]

Séries télévisées de science-fiction

Continuer la lecture de Parution : Res Futurae n°19, “Séries de science-fiction”