Archives par mot-clé : sérialité

Appel à communications : Adolescences romanesques. La génération des Six Compagnons, 1960-1980 (Caen)

Adolescences romanesques. La génération des Six Compagnons (1960-1980)

20-21 novembre 2024

Université de Caen Normandie INSPE

Date d’échéance : 20 juin 2024

Colloque organisé par Christiane Connan-Pintado, Stéphanie Lemarchand et Anne Schneider.

Texte de l’appel : 

[I]l n’est pas possible d’écrire pour la jeunesse, si, en même temps, on ne s’efforce pas d’écrire sur la jeunesse. Georges G.-Toudouze

À mi-chemin de la guerre et du nouveau millénaire, dans le contexte politique, social et économique favorable des « Trente Glorieuses », l’édition pour la jeunesse connaît en France un essor remarquable (Piquard, 2004). Tel est l’empan temporel que nous proposons de cerner afin d’observer les romans publiés en France pour et sur l’adolescence au cours des années 1960-1980. L’expansion de cette littérature a été amorcée au cours de la décennie précédente : l’importation de séries américaines et britanniques à succès et le développement des différentes collections de G. P. (pour Général Publicité, maison d’édition pour la jeunesse essentielle des années 1940-1980) et de Hachette ont modifié sensiblement le paysage éditorial, les éditeurs invitant leurs auteurs à proposer des fictions de leur cru. Continuer la lecture de Appel à communications : Adolescences romanesques. La génération des Six Compagnons, 1960-1980 (Caen)

Appel à communications : Atelier “Super-(em)pouvoir(ment) : culture comics, grands pouvoirs… grandes responsabilités ?” (Aix-en-Provence)

Atelier “Super-(em)pouvoir(ment) : culture comics, grands pouvoirs… grandes responsabilités ?”

21-24 mai 2024

Aix-Marseille Université

Date d’échéance : 20 février 2024

55e Congrès de l’Association Française d’Études Américaines “Power & Empowerement”, organisé par Savinien Capy (ELICO, Université Lyon 2) et Charles Joseph (3L.AM, Le Mans Université).

Texte de l’appel : 

Représentant la majorité des ventes de comic books aux États-Unis, les super-héros sont devenus des figures emblématiques de la culture populaire tant dans le pays qu’à l’international, succès relancé depuis le début des années 2000 avec la déferlante de leurs adaptations cinématographiques et sérielles. De par la place centrale qu’ils occupent dans l’imaginaire collectif, autant que par les arcs narratifs de leurs intrigues, les questions de pouvoir et d’empouvoirement surgissent. Parce qu’ils s’articulent autour de personnages dotés de capacités extra-ordinaires, le concept de « pouvoir » fait partie de l’ADN narratif des produits que sont les comic books. Ces derniers permettent également d’interroger comment les concepts de pouvoir, de prise de pouvoir, d’accès au(x) pouvoir(s), de rapport de pouvoir, etc. sont représentés dans un médium naturellement enclin à se plier aux goûts du public, et se voulant miroir des représentations mentales d’une majorité de la population. Continuer la lecture de Appel à communications : Atelier “Super-(em)pouvoir(ment) : culture comics, grands pouvoirs… grandes responsabilités ?” (Aix-en-Provence)

Appel à contributions : Extension africaine francophone du domaine paralittéraire. Formes, enjeux et perspectives (revue Interculturel Francophonies)

Extension africaine francophone du domaine paralittéraire. Formes, enjeux et perspectives

Revue Interculturel Francophonies

Date d’échéance : 15 septembre 2024

Texte de l’appel : 

Ce numéro de la revue Interculturel Francophonies ambitionne d’explorer le domaine postcolonial et francophone d’une réalité littéraire qui, si l’on en croit Yves Reuter, est l’objet d’une « dévalorisation théorique et pédagogique généralisée » ( 1986 : 3) : les paralittératures. Concept mettant l’accent sur le caractère marginal et plus ou moins culturellement illégitime d’un ensemble varié de genres dont la typologie est particulièrement stable, le terme ‘‘paralittératures’’ sert à tracer une frontière institutionnelle entre ce qui relèverait du littéraire et ce qui, en dépit d’une ressemblance apparente, s’en écarte. Quant à l’usage du pluriel, quels que soient le champ littéraire et l’aire géographique où l’on se situe, il revêt un double enjeu. D’une part, cet usage met en lumière « une masse hétéroclite d’objets ‘‘culturels’’ qui semblent n’avoir d’autre chose en commun que leur absence prétendue de valeur esthétique » (Angenot, 1974 : 9), quand, d’autre part, l’emploi du pluriel semble traduire non seulement la « nature intergénérique » (Huybrechts, 2014) du domaine paralittéraire mais également la diversité des codes sémiotiques distinguant les genres paralittéraires. Continuer la lecture de Appel à contributions : Extension africaine francophone du domaine paralittéraire. Formes, enjeux et perspectives (revue Interculturel Francophonies)

Parution : OSS 117, l’espion est-il mat ?

Morgane Gay-Bianco, OSS 117, l’espion est-il mat ?, Antipodes, Collection “GRHIC”, 2023

Jean puis Josette Bruce publièrent plus de 240 romans d’OSS 117 entre 1949 et 1972; tous mettant en scène l’espion de la CIA, Hubert Bonisseur de la Bath, qui parcourt un univers simpliste, exotique et érotisé pour sauvegarder le Monde Libre. Suivant une recette bien rôdée, chaque épisode est une partie d’échecs où le lectorat est au fait des règles et des subtilités et où, en plus, il connaît à l’avance le gagnant. Le succès de la série paralittéraire en fait un objet de recherche de choix pour appréhender les imbrications de l’imaginaire politique de la France de l’après Seconde Guerre mondiale et de l’évolution des cultures de Guerre froide.

Dans les années 1950, la fiction d’espionnage représente un marché lucratif pour de nombreuses maisons d’édition françaises. Dix ans plus tard, les grands éditeurs fusionnent et le roman d’espionnage est de plus en plus assimilé à quelques grands noms, dont la série OSS 117 de la famille Bruce. À première vue, l’évolution du genre paralittéraire suit les mutations des cultures de Guerre froide où le manichéisme des années 1950 pressenti dans le bloc occidental se complexifie et s’ambiguïse la décennie suivante avec l’ajout de nouvelles menaces dont les perturbations dues à la décolonisation et les tensions éclatant au sein des deux blocs. L’analyse de l’univers de références de la série OSS 117 appréhende les imbrications de l’imaginaire politique de la France de l’après Seconde Guerre mondiale et de l’évolution des cultures de Guerre froide.

Continuer la lecture de Parution : OSS 117, l’espion est-il mat ?

Appel à communications : Pop, glamour et trash : la série TV selon Ryan Murphy. Entre héritage et hommage, une écriture de l’Amérique écorchée en images

Pop, glamour et trash : la série TV selon Ryan Murphy. Entre héritage et hommage, une écriture de l’Amérique écorchée en images

Les vendredi 7 et samedi 8 juin 2024

Université Gustave Eiffel

Date d’échéance : 29 janvier 2024

Journée d’étude organisée par Stella Louis et Fabien Delmas (LISAA, CCAMAN, Université Gustave Eiffel).

Texte de l’appel :

Le développement spectaculaire des séries américaines et l’avènement de “l’âge d’or”[1] qu’elles ont connu à partir de la seconde moitié des années 1990 sont associés à l’émergence d’une figure à la notoriété nouvelle dans le champ du système de production : le showrunner. À la fois scénariste, producteur et parfois réalisateur, le showrunner apparaît comme une figure démiurgique propre à l’ère de la convergence[2] et de la sérialité telle qu’elle s’affirme à partir du début du XXIe siècle. Si Steven Bochco apparaît comme le précurseur de cette nouvelle fonction, voire de cet art nouveau, l’âge d’or des séries américaines du premier quart du XXIe siècle est jalonné de noms qui ont permis l’émergence d’œuvres sérielles souvent décriées artistiquement et défavorablement comparées au cinéma. Continuer la lecture de Appel à communications : Pop, glamour et trash : la série TV selon Ryan Murphy. Entre héritage et hommage, une écriture de l’Amérique écorchée en images

Appel à contributions : The Good Place. Welcome, everything is fine ! (en ligne)

 

Journées d’études : The Good Place: Welcome, everything is fine!

14 juin 2024

En ligne

Échéance des propositions : 18 décembre 2023

Organisé par Justine Breton (Université de Reims Champagne-Ardenne, CRIMEL), Claire Cornillon (Université de Nîmes, RIRRA 21) et Florent Favard (Université de Lorraine, Crem).

Comédie de format court qui puise dans le comique de situation sans être une sitcom, série de fantasy qui détourne les codes de la science-fiction pour poser un certain nombre de questions philosophiques et éthiques, The Good Place constitue une proposition originale au sein du panorama des productions sérielles télévisuelles. Avec ses quatre saisons, diffusées sur NBC de 2016 à 2020, la série s’inscrit pourtant, à première vue, dans une tradition de comédies optimistes, notamment liées au monde du travail et à la gestion du quotidien : elle est créée par Michael Schur, l’un des scénaristes de la version états-unienne de The Office (2005-2013) et cocréateur de Parks and Recreation (2009-2015) et de Brooklyn Nine-Nine (2013-2021). Elle partage d’ailleurs avec ces programmes un ton, une narration construite sur la dynamique de groupe et un comique de caractère. Continuer la lecture de Appel à contributions : The Good Place. Welcome, everything is fine ! (en ligne)

Appel à communications : La réception contemporaine des textes narratifs à la lumière des séries (Pau)

La réception contemporaine des textes narratifs à la lumière des séries

12 et 13 décembre 2024.

Université de Pau et des Pays de l’Adour, à Bayonne.

Date d’échéance : 15 février 2024.

Colloque organisé par Yves Landerouin, Sylvain Dreyer et Laurence Riu-Comut, dans le cadre de l’unité de recherche ALTER (Arts/Langages. Transitions & Relations, UR 7504)

Texte de l’appel

Les enseignants de lettres, les critiques et autres commentateurs de la littérature ont commencé à prendre en compte le fait que, pour reprendre l’expression de Nic Pizzolatto (créateur de True Detective), « les séries sont la nouvelle littérature populaire ». Elles sont, à ce titre, devenues l’objet d’une attention soutenue chez les universitaires et suscitent toujours plus de travaux. Maintes occasions nous sont données aujourd’hui de constater que la culture sérielle, si l’on peut l’appeler ainsi, supplante la culture filmique dans de nombreuses couches de la population. En même temps, ce genre narratif dominant, voire cannibale, ne cesse de se nourrir de figures, univers, intrigues etc. aussi bien de films célèbres que de romans, contes ou pièces de théâtre (qu’ils appartiennent ou non à un canon constitué de notre littérature). Continuer la lecture de Appel à communications : La réception contemporaine des textes narratifs à la lumière des séries (Pau)

Appel à contributions : Fabula-LhT : Sérialités narratives. Pour une approche décloisonnée des fictions au long cours

Fabula-Lht : Sérialités narratives. Pour une approche décloisonnée des fictions au long cours

Date d’échéance : 5 février 2024.

Appel à contributions pour un prochain numéro de la revue Fabula-LhT : littérature, histoire, théorie.

Sous la direction de Yasmina Foehr-JanssensSimone VenturaCamille Carnaille et Prunelle Deleville.

Texte de l’appel

Quels profits intellectuels y aurait-il à penser le phénomène de sérialité narrative à partir d’un corpus non borné historiquement ? Qu’apprendrions-nous en traitant dans un même sommaire des œuvres antiques, médiévales, modernes et contemporaines ? Dans le prolongement d’un colloque ayant eu lieu à Genève en janvier 2023, ce prochain numéro de Fabula-LhT assemblera des contributions portant sur les formes de sérialité narratives comme phénomène culturel, dans une perspective de littérature globale. Continuer la lecture de Appel à contributions : Fabula-LhT : Sérialités narratives. Pour une approche décloisonnée des fictions au long cours

Appel à communications : Les films à épisodes (Paris)

Les films à épisodes

17 et 18 octobre 2024

Paris

Date d’échéance : 16 décembre 2023

Organisé par Anne Bléger et Myriam Tsikounas, axe ISOR du Centre d’histoire du XIXe siècle, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Texte de l’appel

« Au Gaumont-Palace, la 3e série du triomphal succès Les Vampires.
Irma Vep… Mazamette…. Le Grand Julot….  Guérande…. Les héros de ce drame mystérieux, sont maintenant présents à toutes les mémoires, et l’annonce seule de leurs exploits suffit à faire accourir la grande foule éprise d’aventures.   
Ce soir, Les Vampires reprennent en maîtres possession du vaste écran du Palace[1]… »

Dans Le Journal, daté du 7 janvier 1916, l’annonce de la projection du prochain épisode des Vampires de Louis Feuillade au Gaumont-Palace laisse sourdre les ingrédients du succès de la sérialité. Les personnages principaux qui reparaissent, d’un film à l’autre, avec de nouvelles aventures, sont les garants de l’attachement du destinataire au produit. Les spectateurs viennent voir les « exploits » de leurs « héros », dans un dispositif pensé pour reproduire des habitudes, où « Les Vampires reprennent en maîtres possession du vaste écran du Palace[2]… ». Continuer la lecture de Appel à communications : Les films à épisodes (Paris)

Parution : Cahiers de narratologie, n° 43, “Impact de la sérialité sur le récit audiovisuel”

Cahiers de narratologie, n° 43, “Impact de la sérialité sur le récit audiovisuel”, dir. Alain Boillat, 2023. 

Sommaire

Alain Boillat

Avant-propos – Le sériel à l’écran : diversité des pratiques, des formes et des supports [Texte intégral]

Sébastien Fevry et Adeline Werry

Entre collection et série narrative : l’ambiguïté sérielle des plaques de la lanterne magique. [Texte intégral]

Achilleas Papakonstantis

The Cisco Kid au pays du capitalisme médiatique [Texte intégral] La sérialité et sa fonction idéologique dans l’économie politique hollywoodienne

Valentine Robert

La démultiplication des points de vue ou le récit audiovisuel diffracté. Pour une théorie de la répétition narrative, entre POV-Sequel et effet Rashomon [Texte intégral]

Continuer la lecture de Parution : Cahiers de narratologie, n° 43, “Impact de la sérialité sur le récit audiovisuel”