Archives par mot-clé : sémiotique

Appel à communications – Oralité et BD (Poitiers)

Journée d’études “Oralité et BD. L’oralité mise en scène dans la bande dessinée francophone : approches linguistiques et regards didactiques” 

15 novembre 2024

Université de Poitiers

Date d’échéance des propositions : 30 avril 2024

Organisé par Laurie Dekhissi et Jeanne Vigneron Bosbach (UR15076 FoReLLIS, Université de Poitiers) et grâce au soutien du FoReLLIS (UR 15076), de l’UFR Lettres et Langues de l’Université de Poitiers et du Réseau 3RBD. 

Texte de l’appel

Cette journée d’études a pour objectif d’examiner le genre ou le medium qu’est la bande dessinée en tant qu’expression unique pour représenter à l’écrit les caractéristiques saillantes de l’oral (Dargnat, 2007). En effet, comme le note Giaufret (2021 : 127), la majeure partie des recherches consacrées à la bande dessinée se sont concentrées sur l’analyse des liens entre la BD et le langage, principalement d’un point de vue sémiotique, en laissant de côté l’approche linguistique. Ainsi, nous souhaitons explorer plus particulièrement la représentation de l’oralité mise en scène (Lefeuvre et Parussa, 2020 ; Petitjean, 2020) dans la bande dessinée (Grutschus & Kern, 2021), d’un point de vue linguistique (lexique, phonétique, syntaxe…), que le cadre scientifique de Koch et Österreicher sur l’immédiat et la distance communicative (Koch & Österreicher, 2001) pourrait aider à caractériser.

Continuer la lecture de Appel à communications – Oralité et BD (Poitiers)

Appel à contributions : Extension africaine francophone du domaine paralittéraire. Formes, enjeux et perspectives (revue Interculturel Francophonies)

Extension africaine francophone du domaine paralittéraire. Formes, enjeux et perspectives

Revue Interculturel Francophonies

Date d’échéance : 15 septembre 2024

Texte de l’appel : 

Ce numéro de la revue Interculturel Francophonies ambitionne d’explorer le domaine postcolonial et francophone d’une réalité littéraire qui, si l’on en croit Yves Reuter, est l’objet d’une « dévalorisation théorique et pédagogique généralisée » ( 1986 : 3) : les paralittératures. Concept mettant l’accent sur le caractère marginal et plus ou moins culturellement illégitime d’un ensemble varié de genres dont la typologie est particulièrement stable, le terme ‘‘paralittératures’’ sert à tracer une frontière institutionnelle entre ce qui relèverait du littéraire et ce qui, en dépit d’une ressemblance apparente, s’en écarte. Quant à l’usage du pluriel, quels que soient le champ littéraire et l’aire géographique où l’on se situe, il revêt un double enjeu. D’une part, cet usage met en lumière « une masse hétéroclite d’objets ‘‘culturels’’ qui semblent n’avoir d’autre chose en commun que leur absence prétendue de valeur esthétique » (Angenot, 1974 : 9), quand, d’autre part, l’emploi du pluriel semble traduire non seulement la « nature intergénérique » (Huybrechts, 2014) du domaine paralittéraire mais également la diversité des codes sémiotiques distinguant les genres paralittéraires. Continuer la lecture de Appel à contributions : Extension africaine francophone du domaine paralittéraire. Formes, enjeux et perspectives (revue Interculturel Francophonies)

Appel à contributions : Une bande dessinée – 12 perspectives : analyse franco-allemande pluridisciplinaire de la série Miss Pas Touche de Hubert et Kerascoët (2006–2009)

Une bande dessinée – 12 perspectivesanalyse franco-allemande pluridisciplinaire de la série Miss Pas Touche de Hubert et Kerascoët (2006–2009)

Sorbonne Université ou Université d’Innsbruck

Date d’échéance : 31 mars 2024

Texte de l’appel :

Les premiers travaux et études scientifiques consacrés exclusivement au récit en images ont vu le jour dans le courant du XIXe siècle, de manière concomitante à la publication sous forme de livres des premières bandes dessinées européennes – parues sous la plume de Rodolph Töpffer (1837) ou de Wilhelm Busch (1865) par exemple (voir Stefanelli 2012, 18).

En Allemagne, les sciences de la bande dessinée en voie de constitution ont tout d’abord été subsumées sous la recherche consacrée à la littérature pour enfants et à la littérature de jeunesse (voir par exemple Baumgärtner 1972/1965 ; Grünewald 1982 ; Dolle-Weinkauff 1990) ; dans les pays comme la France ou les USA en revanche, ces mêmes sciences ont fait et font encore partiellement aujourd’hui l’objet d’une vision différentialiste – ce qui n’est guère étonnant, la bande dessinée y jouissant de longue date d’une tradition bien ancrée. Le souhait de voir dans la bande dessinée une forme de « neuvième art » (Beylie 1964), voire de « langage » à part entière (Fresnault-Deruelle 1972), ainsi que la défense de la stripologie en tant que « science autonome » (Morgan 2003, 375) sont à n’en pas douter l’expression d’une « lutte » menée depuis des décennies pour la « reconnaissance [sociale] » des récits en images (Maigret 2012, 144). Nombreux sont en effet ceux qui souhaitent voir établie une nette distinction d’une part entre la bande dessinée et les autres formes d’expression artistique, et d’autre part entre la stripologie et les disciplines voisines ; à la lumière de ce qui a été dit précédemment, cela semble compréhensible, sans doute justifié et sans aucun doute nécessaire à la constitution d’un discours scientifique propre (voir par exemple Eisner 2009/1985 ; Peeters 1991 ; McCloud 1993 ; Groensteen 1999).

Continuer la lecture de Appel à contributions : Une bande dessinée – 12 perspectives : analyse franco-allemande pluridisciplinaire de la série Miss Pas Touche de Hubert et Kerascoët (2006–2009)

Appel à contributions : Du film au roman, du roman au film : l’affiche pour passerelle (Tours)

Du film au roman, du roman au film : l’affiche comme passerelle »

21 mars 2024

Bibliothèque des Cinémas Studio

Journée d’étude organisée par Sophie Mentzel, Marine Miquel et Delphine Robic-Diaz, du laboratoire ICD  de l’Université de Tours.

Date d’échéance : 31 décembre 2023

Texte de l’appel :

Les affiches de films sont une ressource trop méconnue et négligée scientifiquement. Pour preuve, aucune méthodologie, aucun état de l’art n’existe encore pour se saisir de cette matière dont l’analyse du discours demande de croiser les approches plastiques avec des enjeux de communication autour des productions culturelles.

Cette Journée d’Etudes se propose de se concentrer sur le rapport entretenu par les affiches de films avec les premières de couverture de romans, qu’il s’agisse d’adaptations ou de novellisations. Ce mouvement peut être appréhendé, en effet, comme une influence réciproque, permettant d’inscrire des représentations dans un imaginaire collectif transartistique (du film au roman, du roman au film, comme l’indique le titre de cette manifestation), mais aussi transmédial (si l’on considère les premières de couverture de romans et les affiches de films comme des supports médiatiques s’inscrivant dans un imagier du temps long) voire sur une échelle internationale à partir des différentes affiches d’une même adaptation conçues spécifiquement pour chaque territoire d’exploitation (analyse croisée des codages culturels). Continuer la lecture de Appel à contributions : Du film au roman, du roman au film : l’affiche pour passerelle (Tours)

Appel à communications : La collaboration homme-animal dans les contes, leurs expansions hypertextuelles et hypericoniques : des « Animaux reconnaissants » à « La Belle aux cheveux d’or » (Lille)

La collaboration homme-animal dans les contes, leurs expansions hypertextuelles et hypericoniques : des “Animaux reconnaissants” à “La Belle aux cheveux d’or”

4 et 5 mars 2024

Université de Lille. Campus Pont de Bois, Maison de la Recherche

Date d’échéance : 2 janvier 2024

Colloque international annuel organisé par Organisé par Bochra et Thierry Charnay, Alithila, Université de Lille. Cycle “Un jour, un conte”.

Texte de l’appel :

Le conte « Les animaux reconnaissants » (ATU 554) est manifesté à la fois comme récit à part entière et comme épisode d’un autre conte, selon le principe : « le conte emprunte au conte ». Dans ce cas, selon Josiane Bru, il est essentiellement constitutif des contes : « Le corps sans âme » (ATU 302), « La fille du magicien » (ATU 329) et « La Belle aux cheveux d’or » (ATU 531), tous classés contes merveilleux. Le terme d’emprunt est préférable à celui souvent employé de « contamination », péjoratif, qui laisse supposer l’existence de formes pures, ou plus pures que d’autres, ce qui n’existe pas. Le thème peut être résumé par la sentence : « un bienfait n’est jamais perdu » ; en effet, un humain, un homme, vient en aide à des animaux sauvages, soit en effectuant le partage équitable d’une proie, soit en leur rendant service, ce qui les oblige envers lui, leur donne une dette symbolique. De sorte que, quand il est en difficulté, il les appelle, ils arrivent alors pour le secourir. Il s’agit donc d’une collaboration humain-animal fondée sur la réciprocité des services, sur un échange de bons procédés, sur le modèle don/contre-don. Continuer la lecture de Appel à communications : La collaboration homme-animal dans les contes, leurs expansions hypertextuelles et hypericoniques : des « Animaux reconnaissants » à « La Belle aux cheveux d’or » (Lille)

Appel à contributions : Science-fiction sonique et novum sonore (revue Res Futurae)

Science-fiction sonique et novum sonore

Revue Res Futurae, dossier n°25, juin 2025

 

Date d’échéance : 15 janvier 2024

Responsables du dossier : Guillaume Dupetit (Université Gustave Eiffel) et Aurélie Huz (Université Paris Nanterre).

Texte de l’appel :

Dire que la science-fiction est aussi affaire de sons est à la fois une évidence, un euphémisme et une réalité jusque-là peu explorée dans la recherche, en particulier en français.

Une évidence, premièrement, car malgré des origines littéraires souvent réaffirmées comme preuvede légitimité (Verne et Wells), lesquelles n’ont pas manqué d’ailleurs d’explorer l’exotisme du code oral de langue dans nombre de vocables inventés (« Morlocks » et « Elois » en témoignent), la culture de science-fiction a, dès le début du XXe siècle, constitué des imaginaires sonores via une pléthore de médias dont elle a accompagné le développement et sur lesquels la revue ReS Futurae a déjà donné plusieurs éclairages : le théâtre (n°18), le cinéma (n°17), la radio, la musique, la télévision et les séries (n°19) ou encore les jeux vidéo (n°12) en dessinent une dynamique médiatique complexe et interconnectée, où le son est une pleine composante des référents et des effets science-fictionnels. Continuer la lecture de Appel à contributions : Science-fiction sonique et novum sonore (revue Res Futurae)

Marine Thomas (Université de Lille)

Doctorante, GERiiCO, Université de Lille

Domaines de recherche

Masculinités, bande dessinée d’aventure, bande dessinée franco-belge, analyse de discours, sémiotique, analyse de discours, genre, intersectionnalité

Spécialité

Bandes dessinées d’aventure franco-belges et figure(s) de l’aventurier·e: un médium représentant des masculinités hétérogènes et mouvantes de 1930 à la fin des années 2010

Formation

Septembre 2021- : Doctorat en Sciences de l’information et de la communication / Sciences de l’homme et de la société : sous la direction de Stéphane Chaudiron et le co-encadrement de Marion Dalibert. Laboratoire GERiiCO. Université de Lille

Mon projet de thèse a pour objectif d’étudier la façon dont plusieurs séries de bandes dessinées franco-belges d’aventure parues entre les années 1930 et la fin des années 2010 représentent les masculinités à partir des contextes sociohistoriques préalablement étudiés. La bande dessinée y serait donc comprise en tant que médium dans sa dimension sociale, notamment comme médiation spécifique entre un public et le monde. Ces analyses permettraient de repérer les sociotypies, continuités, évolutions et ruptures chez les personnages et les masculinités dans la bande dessinée d’aventure franco-belge au fil du temps. Elles intégreraient une dimension intersectionnelle prenant pleinement part à l’analyse et rentrant donc dans une démarche constructiviste.

Continuer la lecture de Marine Thomas (Université de Lille)

Parution : La fabrique de la bande dessinée (dir. P. Robert)

Pascal Robert (dir.), La fabrique de la bande dessinée. Perspectives sociologiques et sociosémiotique sur la bande dessinée, Hermann, 2023. 

La bande dessinée ce n’est pas seulement des albums et des héros, ce sont aussi des auteurs et autrices qui en font les scénarios et qui la dessinent ; des éditeurs, petits ou grands, aux logiques plus ou moins expérimentales ; des supports variés, de la revue au numérique en passant par l’album ; des festivals qui la célèbrent, du plus connu au plus méconnu ; des libraires qui la vendent, notamment dans des boutiques spécialisées ; des bibliothécaires qui la mettent en avant dans leurs médiathèques grâce à des expositions ou des conférences ; des universitaires qui en font l’histoire ou la théorie ; des critiques enfin qui en parlent dans des revues papiers ou sur des sites internet.

Bref, la BD, c’est tout un monde très riche de créateurs et de médiateurs qu’un seul livre ne peut suffire à décrire et à analyser. Mais c’est une première pierre à l’édifice, dont l’approche ne peut être que pluridisciplinaire. C’est pourquoi il est bien question ici de sociologies au pluriel, qui visent à comprendre concrètement ce que faire de la bande dessinée veut dire et que pratique aussi bien le civilisationniste, le littéraire, que l’historien du présent et de la culture, le sociologue évidemment ou le spécialiste d’information- communication qui en propose une socio-sémiotique.

Ce sont quelques 17 spécialistes qui offrent ainsi un large panorama de cette fabrique de la bande dessinée à travers trois grands axes : le jeu des marges (sociologie éditoriale) ; le jeu des identités (sociologie professionnelle) et le jeu des passages (les processus de légitimation et « d’artification »).

Avec les contributions de :
Jean-Charles Andrieu De Levis, Romain Becker, Éric Dacheux et Éric Agbessi, Pierre Alexis Delhaye, Jean-Paul Gabilliet, Benoît Glaude, Maxime Hureau, Kevin Le Bruchec, Philippe Marion, Michel Matly, Morvandiau, Pierre Nocerino, Pascal Robert, Olivier Stucky, Maelys Tirehote, Olivier Vanhee.

Contributeurs : AGBESSI Eric, ANDRIEU DE LEVIS Jean-Charles, BECKER Romain, DACHEUX Eric, DELHAYE Pierre- Alexis, GABILLIET Jean-Paul, GLAUDE Benoît, HUREAU Maxime, LE BRUCHEC Kévin, MARION Philippe, MATLY Michel, MORVANDIAU, NOCERINO Pierre, STUCKY Olivier, TIREHOTE-CORBIN Maëlys, VANHÉE Olivier

Télécharger le bon de souscription

Séminaire LPCM – Séance 2 : « Gender et médias » (Pôle Métiers du livre de Saint-Cloud/en ligne)

Séminaire LPCM – Séance 2 : « Gender et médias » (Pôle Métiers du livre de Saint-Cloud/en ligne)

Date : Vendredi 24 février, 16h-18h

Lieu : Pôle Métiers du livre de Saint-Cloud (salle de réunion, 2ème étage)

La séance sera également diffusée en ligne. Pour obtenir le lien de la réunion Teams et suivre à distance cet événement, merci de bien vouloir écrire à l’équipe organisatrice via l’adresse mail de contact : atelierlpcm@protonmail.com

Organisateurs·rices : Fanny Barnabé (Université de Namur), Marion Coste (CY Cergy Paris Université), Anaïs Goudmand (Sorbonne Université), Sarah Ghelam (Université Paris Nanterre), Aurélie Huz (Université Paris Nanterre), Alice Jacquelin (Université Paris Nanterre), Matthieu Letourneux (Université Paris Nanterre), Marc Vervel (Université Paris Cité)

Programme

  • Flavie Falais (Université de Limoges) : « Questionner la norme en contexte vidéoludique »

Flavie Falais proposera une présentation de ses recherches de thèse en cours, qui portent sur la question de la norme – plus spécifiquement de genre – dans le jeu vidéo et les cultures vidéoludiques. Elle réfléchira aux notions de disciplines et de méthodes, prenant en considération deux aspects : d’abord, celui de l’étude du jeu vidéo en tant qu’objet populaire et médiatique ; ensuite, l’étude des rapports de pouvoir, qui ne peut se faire de manière isolée, nécessitant de fait d’opter pour une approche à la fois interdisciplinaire et intersectionnelle. Ainsi, trois volets de réflexion seront abordés : d’abord, il s’agira de traiter la question de l’étude du jeu vidéo en lui-même, en tant que médium audiovisuel mobilisant de multiples champs disciplinaires. Ensuite seront interrogées les méthodes spécifiques à la mise en œuvre de cette étude tridimensionnelle et la manière d’articuler ses différentes réalités, notamment en termes de sources et d’archives à mobiliser, afin de présenter un ensemble cohérent. Enfin, la question du point de vue et de la posture de chercheuse à adopter face à un sujet relevant de l’intime et des usages politiques du jeu vidéo sera abordée.

  • Marine Thomas (Université de Lille) : « Exhumer les masculinités ‘mises en cases’ via la mobilisation d’outils issus de l’ethnographie, de l’analyse de discours et de la sémiotique »

Durant cette communication, Marine Thomas présentera comment la construction de l’ordre social peut être analysée au sein d’un univers fictionnel en abordant ce dernier comme un terrain ethnographique, c’est-à-dire comme un univers social, avec ses groupes et ses individus (Beaud & Weber, 1998). Cette approche permet en effet d’envisager les personnages fictionnels comme de vrais acteurs du jeu social et d’analyser les relations qu’ils nouent entre eux au sein de leur société (Chalvon-Demersay, 2015). Pour ce faire, combiner l’observation directe (Arborio & Fournier, 2008), la sémiotique de la bande dessinée (Groensteen, 2011) et l’analyse de discours (Maingueneau, 2021), dans une démarche à la fois quantitative et qualitative, rend possible l’extraction d’informations signifiantes de cet univers « multicadre ». In fine, la mobilisation du schéma actantiel de Greimas (2002) peut permettre de faire émerger la mécanique du système des masculinités opérant chez les actants d’un volume de ce medium tout en laissant un espace aux fluctuations et aux contradictions traversant cette fabrique du genre grâce au travail mené dans le journal de terrain.

 

Répondante : Laetitia Biscarrat (Université Côte d’Azur)

Présentation générale du séminaire

Le séminaire de recherche mensuel de la LPCM vise à favoriser les rencontres et les échanges entre les chercheur·se·s qui se spécialisent dans l’analyse des cultures populaires et médiatiques, quel que soit leur ancrage disciplinaire (littérature, sciences de l’information et de la communication, sociologie, histoire, économie, musicologie, humanités numériques…) et leur objet d’étude (littérature, bande dessinée, littérature jeunesse, cinéma, séries télévisées, productions transmédiatiques, musique, jeux vidéo, jeux, figurines, images…). 

Le séminaire aura lieu le vendredi de 16h à 18h, à l’exception des séances partagées avec le séminaire Phistem (séances 1 et 5). Il se tiendra sous une forme co-modale et nomade : chaque séance sera diffusée en visioconférence, tout en laissant la possibilité aux intervenant·e·s et aux auditeur·rice·s qui le souhaitent de se rendre sur place dans l’université dans laquelle elle se déroulera. 

Nous encourageons les participant·e·s à adhérer à la LPCM :

https://lpcm.hypotheses.org/adherer-a-lassociation

 

Appel à contributions : “The Meaning of Collections between Media and Practices” (revue Punctum)

“The Meaning of Collections between Media and Practices”,  revue Punctum

Échéance des proposition : 31 Mai 2023

In 2009, in an essay that was to become famous, Umberto Eco associated the list with a kind of dizzying, vertigo-like semiotic mode of accumulation and categorization. The list, the catalog, the register, the inventory, are indeed quasi-synonyms, all united by their belonging to a specific semantic area: they refer to a set of things, whose being together is governed by some kind of pertinence and relevance. This is, de facto, the very same principle that guides the semiotic researcher in the act of carving up the text to be studied, in the act of constructing the corpus of analysis, which to be meaningful must show an isotopic coherence, at least – as Peirce puts it – in some respects. There is, therefore, a sort of elective affinity between the procedure that the semiotician puts in place in building their own field of action and the subject who draws up their lists and, even more generically, collects and sorts things. 

But this is not all, because sets are also capable not only of signifying as semiotic objects, but also of profoundly resemanticizing the elements that compose them. This is precisely the principle of the collection. For instance, a beer cap is, in itself, an object whose significance is rapidly exhausted and, basically, strictly limited to its primary function (that of preventing the liquid from escaping from a bottle). However, that same stopper takes on another, higher value when it is associated with others in a syntagma defined by the collector. The collection is therefore a primary whole, which by semiotic statute precisely defines its boundaries and their value, what they contain and what they exclude. Collecting is a practice already codified in antiquity, as demonstrated by the medieval and then Renaissance Wunderkammer, an exercise in orderly accumulation that ennobles both the contained object and the container context. From here arises the iconographic flow that makes the “chamber of wonders” a spectacle for the eyes not only on account of the objects it contains, but also because of how they are contained. Collecting is not simply gathering, since the term takes on specific semantic values, which recall the grafting around the practice of identity communities, forms of life, market sectors. The collection also pushes us to reconsider an assumption shared by semiotics: the collecting market is in fact a market dominated by tokens, rather than by types (essential for the expert in establishing, however, the authenticity of the token). The sense of the whole is capable, à la Aby Warburg, of illuminating the sense of the single component.

Continuer la lecture de Appel à contributions : “The Meaning of Collections between Media and Practices” (revue Punctum)