Archives par mot-clé : science-fiction

MOOC Science-fiction

Animée par Anne Besson, Simon Bréan, Irène Langlet, Roland Lehoucq et Natacha Vas-Deyres, la session 2 du Mooc Science-Fiction de l’Université d’Artois ouvrira le 7 mai prochain.
Contenus et activités sont ouverts et gratuits.

Pour vous inscrire https://www.fun-mooc.fr/courses/course-v1:univartois+35002+session02/about

Et en attendant, (re)découvrez le teaser du MOOC Science-Fiction :

Teaser Mooc SF – Session 2

– ON PART POUR UN NOUVEAU VOYAGE ! – 🚀✨La session 2 du Mooc Science-Fiction par l'Université d'Artois ouvrira le 7 mai prochain ! Les modules seront identiques à ceux de l'an dernier mais nous vous préparons de nouveaux QCMs et activités avec soin :)En attendant l'ouverture des inscriptions, (re)découvrez le teaser de notre MOOC Science-Fiction !

Publiée par MOOC Science-Fiction sur Mardi 12 mars 2019


Journée : Jacques Spitz

Lectures plurielles de Jacques Spitz

Le jeudi 21 mars 2019 à partir de 9h15 à la Station Ausone , Librairie Mollat, Bordeaux.

Une journée d’études organisée par Natacha Vas-Deyres (Université Bordeaux Montaigne), François Ouellet et Patrick Guay (UCAQ).

Pour la première fois, une journée d’études va explorer l’œuvre globale de Jacques Spitz (1896-1963), « père égaré » de la science-fiction française, l’auteur d’une précieuse œuvre romanesque, d’un imposant journal personnel et d’une production toujours inédite.

Voici la vision globale d’une figure trop longtemps tenue dans une injuste méconnaissance aussi bien par le grand public que par l’université. Nous souhaitons fournir un portrait de l’homme et replacer l’écrivain dans le contexte littéraire où s’est construit son rapport trouble au genre qui allait devenir la science-fiction.

Plusieurs écrivains et spécialistes sont invités pour l’occasion, à savoir Serge Lehman, Claude Ecken, Joseph Altairac et Jean-Luc Rivera.

télécharger le programme complet.

Appel : cinéma de Science-fiction


TENDANCES ET ÉVOLUTIONS DU CINÉMA DE SCIENCE-FICTION

Appel à contributions pour le dossier n°16 de ReS Futurae, dirigé par Daniel Tron (Université de Tours) et Simon Bréan (Sorbonne Université)

Pour le 12 avril 2019

De Georges Méliès à George Lucas, la science-fiction entretient des rapports complexes avec les récits audiovisuels, le cinéma y tenant longtemps une place prépondérante. Littérature d’« images » autant que d’idées, la SF accompagne et se nourrit des progrès techniques en investissant le cinéma dès 1902, puis la télévision dans les années 40. Outre les aspects techniques et esthétiques inhérents à la production d’images d’un autre monde, les films de SF témoignent aussi de l’évolution des formes narratives qui tiennent autant aux « sources » littéraires – indirectes d’inspiration ou directes dans le cas des adaptations – qu’aux évolutions des conditions de production et de distribution des industries audiovisuelles.  À ce dialogue, longtemps central, entre megatexts littéraire et cinématographique, se sont ajoutées progressivement d’autres déterminations. Actuellement, les tendances et évolutions du cinéma de science-fiction entrent aussi en résonance avec les autres modalités de production audiovisuelle, séries télévisées et expérimentations transmédiatiques. Son étude implique donc de tenir compte des nouvelles spécificités médiatiques en complément de leur rapport au creuset historiquement littéraire du genre, tout en leur conservant leur part indifférenciée dans le genre. Ce sont ces trois orientations que ce dossier aura vocation à repérer, cartographier et analyser, afin d’interroger les modalités contemporaines du cinéma de science-fiction, tant dans son mode de production que ses différents dispositifs.

Continuer la lecture de Appel : cinéma de Science-fiction

Parution : SF et jeu vidéo

Res Futurae n°12 : JEUX VIDÉO ET SCIENCE-FICTION, sous la direction de Julie Delbouille, Björn-Olav Dozo et Lison Jousten

Image du jeu >observer_  , studio Bloober Team, 2017.

Voir le sommaire complet sur le site de la revue.

Lorsque Spacewar, considéré comme un des premiers jeux vidéo, voit le jour en 1962 dans les salles du Massachussets Institute of Technology, il marque le début d’une longue relation entre ce médium et la science-fiction. La thématique spatiale que ce précurseur exploite traverse encore une grande partie de la production vidéoludique. De l’émergence de cette culture hacker dans les années 1960 à la production actuelle, le jeu vidéo a constamment puisé dans les ressorts propres à la science-fiction. Ce numéro de Res Futurae entend interroger le lien intime qui unit le jeu vidéo à la science-fiction depuis des angles variés et selon une approche interdisciplinaire, en sollicitant des textes proposant une réflexion théorique ou analytique.

Parution : Posthumains en séries

TV/Series n°14,  Posthumains en séries, dirigé par Hélène Machinal et Monica Michlin

Westworld(HBO, 2016- )

https://journals.openedition.org/tvseries/2757

Ce numéro réunit des analyses des récits et représentations du posthumain – entendu ici au sens d’intelligence artificielle réussissant le test de Turing, de robots humanoïdes sentients et intelligents, et de cyborgs – dans quelques séries télévisées contemporaines, notamment WestworldBlack Mirror et Dollhouse. Les articles abordent tant les questions de production (adaptation et ré-adaptation, remake sériel, « machine » hollywoodienne et « production en série »), que de réception: intertextes littéraires, filmiques, artistiques, et télévisuels convoqués explicitement par les séries elles-mêmes ou allusions plus discrètes à « décoder » par des spectateurs-herméneutes. La question de la performance de l’identité posthumaine dans la diégèse (simulacre, simulation, mise en abyme de la performance de l’acteur ou de l’actrice, construction performative « réitérée » de manière sérielle) occupe une place importante dans ce recueil, tout comme celle de l’interface écranique (téléviseur, ordinateur, tablette, smartphone) au cœur du visionnage de ces fictions qui interrogent notre propre statut de spectateurs hyperconnectés… et peut-être déjà un peu posthumains.

Journée Ursula Le Guin


JOURNÉE D’ÉTUDES : “FÉMINISME ET SCIENCE-FICTION. AUTOUR DE URSULA K. LE GUIN”, 23 janvier 2019


Villetaneuse, Université Paris 13, 99 avenue Jean-Baptiste Clément – salle C311 (UFR LLSHS)

image : The Left Hand of Darkness, édition de 1969, Walker & Co.

PROGRAMME

10h Accueil

Première partie. Des fictions au féminisme contrasté

  • 10h15 Fiction romanesque et histoire du féminisme : à propos de La main gauche de la nuit  – Justine  Muller, Université catholique de Louvain
  • 10h45 « Je ne suis pas la voix féminine à laquelle vous vous attendiez peut-être » : spécificités et limites d’une réécriture féministe de l’épopée dans Lavinia – Anne Sinha, Laboratoire Pléiade / U. Paris 13
  • 11h15 Sorcières versus magiciens dans le cycle Terremer d’Ursula K. Le Guin. Pour une réflexion sur les inégalités femmes / hommes – Hélène Barthelmebs-Raguin, Université du Luxembourg
Continuer la lecture de Journée Ursula Le Guin

APPEL : Figures du post-humain. Littérature, cinéma, BD.

Colloque International
Centre d’Études en Humanités de l’Université du Minho (CEHUM)
13-14 juin 2019 auditorium ILCH

Dans Nous, animaux et humains, Tristan Garcia soutient que la conception de l’humain impliquée dans l’humanisme moderne subit actuellement une crise profonde où se croisent deux tendances opposées. D’une part, une tendance interne qui morcelle le « nous » humain en de multiples « nous » communautaires (ethnies, religions, genres, etc) ; d’autre part, une tendance extensive qui élargit le cercle du « nous » à d’autres espèces animales, voire à la totalité du vivant. Une troisième tendance existe, celle qui concerne le triomphe de la technologie. La connexion du « nous » avec ses constants et (d’aucuns le pensent) inexorables devenirs, est de plus en plus intime et imperceptible. Il en va ainsi du techno-numérique qui est en train de redéfinir les frontières de l’humain au moyen d’une re-sémantisation du monde. Et si on ajoute le développement impressionnant de l’Intelligence Artificielle (IA), par exemple, il n’a jamais été aussi urgent de repenser la question de l’humain mais aussi et surtout du post-humain.

Continuer la lecture de APPEL : Figures du post-humain. Littérature, cinéma, BD.

Appel : Voyages dans le temps

Le voyage dans le temps en science-fiction

8èmecolloque Stella Incognita

18 et 19 avril 2019 à Clermont-Ferrand 

Organisatrices Karen Vergnol-Remont et Élisabeth Stojanov, CELIS 

Appel pour le 31 janvier 2019

Qu’est-ce que le Temps ? « Si personne ne me pose la question, je sais ; si quelqu’un pose la question et que je veuille expliquer, je ne sais plus. » (Saint Augustin, Confessions XI, 14, 17). Cette citation de Saint Augustin illustre parfaitement les rapports que l’homme entretient avec le Temps. Tout comme l’Amour ou la Mort, le Temps fait partie des grandes notions qui caractérisent l’existence propre de l’homme, mais qui est également la plus difficile à définir. Selon que l’on se place du côté de la philosophie, de l’anthropologie, de la psychologie, de l’histoire, etc., nous trouvons à chaque fois une définition différente. Ce rapport de l’Homme face au temps évolue avec les sciences. Les travaux d’Einstein sur la relativité et les récentes études de Stephen Hawking ont largement contribué à repenser cette notion. En outre ces deux physiciens permettent de remettre en question un autre grand mystère qui est celui du voyage dans le temps. Si la science est encore réticente face à ce sujet, l’art et les littérateurs se sont fait un plaisir à le prendre à leur compte et le développer dans toutes les directions : boucles temporelles, paradoxe du grand-père, modifications historiques, machines temporelles sont autant de motifs qui parcourent la littérature de science-fiction.

Lors de ce colloque, qui porte sur le voyage dans le temps, différents axes d’études pourront être proposés, tous les médiums et aires géographiques peuvent être représentés.

Nous proposons ci-dessous quelques pistes non exhaustives : 

Continuer la lecture de Appel : Voyages dans le temps

Colloque : Rebelles et imaginaire

Colloque annuel du CERLI 2018
“Rebelles : figures et représentations de la contestation sociale dans les littératures de l’imaginaire”


Du mercredi 3 au vendredi 5 octobre 2018


Université de La Rochelle, CRHIA, Pôle Communication Multimédia Réseaux

Image : Hunger Games, La Révolte


Programme :


Mercredi 03 octobre 2018 : amphithéâtre du pôle Communication
Multimédia Réseaux

• Evolution et déconstruction de la figure du rebelle
9H30-10h10 : Jonathan FRUOCO, « Robin des Bois : noble voleur ou voleur des nobles ? »
10H10- 10H50 : Albain LE GARROY, « Les Prédateurs de Whitley Strieber : des rebelles immortels »
10h50-11h05 : pause
11H05-11H40 : Natalia CHUMAROVA, « La figure de rebelle et la création de la rébellion dans la science-fiction d’Ivan Efremov »
12H : pause déjeuner
• Le rebelle comme figure de la contestation nationale Continuer la lecture de Colloque : Rebelles et imaginaire

Parution : Séries de SF

Florent Favard, Le Récit dans les séries de Science-fiction, de Star Trek à X-Files

Armand Colin, 2018.

 

Héritières des serials cinématographiques et des magazines pulp, les séries de science-fiction accompagnent la production télévisuelle depuis ses débuts. Elles ont soutenu, et souvent même mené de front, l’évolution de la complexité narrative de ce format au fil des décennies, hier au sein de la production nord-américaine, aujourd’hui à travers le monde, participant ainsi largement au renouvellement du genre.
Cet ouvrage remonte aux origines des séries de science-fiction et s’appuie sur plusieurs exemples représentatifs d’aujourd’hui pour présenter leurs grands prototypes narratifs et leurs principaux motifs. Il permet de comprendre ce que la science-fiction a apporté à la télévision, et ce qu’en retour le petit écran a offert au genre de l’imaginaire le plus à même d’interroger notre avenir et ses possibles. De Star Trek à X-Files, de l’utopie à la dystopie, il révèle comment, épisode après épisode, année après année, les séries de science-fiction explorent des mondes extraordinaires, reformulent et rendent plus concrets nos craintes et nos espoirs…

Lire un extrait sur le site de l’éditeur