Archives par mot-clé : science-fiction

Appel à contributions : La violence dans les objets sémiotiques fictionnels destinés à l’enfance et à la jeunesse (Revue Cultural Express)

Appel à contributions pour un numéro de la revue Cultural Express qui paraîtra en 2023 : “La violence dans les objets sémiotiques fictionnels destinés à l’enfance et à la jeunesse”

Échéance des propositions : 1er octobre 2022

La violence, « huitième péché capital1 » tend à devenir une constante de l’écriture romanesque contemporaine. Après les contes populaires où l’on dévore, trucide et mutile sans vergogne, où il est question d’inceste (Peau d’âne), de mauvais traitements (Grisélidis), de mise à l’écart et de soumission (Cendrillon, Les Fées), d’exclusion (Le Chat botté), d’abandon d’enfants (Petit Poucet), d’infanticide (Le Genevrier), de sacrifice humain (Jean-le-Fidèle), de cannibalisme (Chaperon rouge, dans sa version archaïque), des récits contemporains – véritables « graphies de l’horreur2 » – exposent des atrocités et leurs manifestations. Sous prétexte de dénoncer une société dystopique et à la dérive, Hunger Games renoue avec les combats mythiques et délecte les lecteurs/spectateurs du spectacle d’un combat à mort d’enfants et d’adolescents dans une arène hostile.  Cette trilogie de Suzanne Collins a relancé le débat sur la violence dans la littérature jeunesse en se classant en 5ème position du classement des livres les plus violents, classement établi par l’American Library Association. Twilight, la saga de Stephenie Meyer, présente une justification de la violence masculine physique et morale et « glamourise » les relations toxiques. Divergente et Le Labyrintheplongent les lecteurs/spectateurs dans des mondes futuristes totalitaires et sombres. Dans le monde post-apocalyptique du roman de Veronica Roth, les Divergents sont traqués et tués par le gouvernement ; James Dashner met en scène une cinquantaine d’adolescents amnésiques qui servent de cobayes dans un labyrinthe gigantesque sans issue et peuplé de monstres mécaniques rôdant chaque nuit. Chez J. K. Rowling, la violence intrinsèque au monde magique est présente dès le premier tome de la série littéraire de « low fantasy » Harry Potter : le personnage éponyme brûle le visage du professeur Quirrell d’un simple contact ; ailleurs, il transperce Drago de dizaines de coups d’épée d’un « simple » Sectumsempra. Le lecteur/spectateur découvre un univers où des enfants sont jetés en pâture à des dragons et où de nombreux dangers rôdent au détour d’un couloir. Les violences physiques et morales sont monnaie courante dans ce monde magique et y sont même banalisées au point de servir de point de départ à des divertissements populaires, dont le Quidditch, où les batteurs expédient des sphères métalliques sur des joueurs adverses afin de provoquer une chute de plusieurs mètres de haut. Le héros, Harry Potter, brimé par ses gardiens légaux, fait face à une violence physique et mentale presque permanente sans que les services sociaux moldus interviennent. Dans le monde des sorciers et à Poudlard tout particulièrement, la violence physique est justifiée par la magie qui excuse la gravité de certains actes. Dans les mangas, la violence a une valeur symbolique et renvoie aux archétypes du « bien » contre le « mal ». La cruauté mise en scène dans le manga pour adultes est déplacée sur le versant psychologique dans celui pour adolescents, avec des humiliations (enfermer une fille dans un placard, lui mettre la tête dans l’eau des toilettes, …) ou du harcèlement.

Continuer la lecture de Appel à contributions : La violence dans les objets sémiotiques fictionnels destinés à l’enfance et à la jeunesse (Revue Cultural Express)

  1. Jim Harrison, Entretien (avec François Busnel) sur la sortie de son roman Péchés capitaux, diffusé dans le cadre de l’émission La Grande Librairie, sur France 5, le 3 septembre 2015. []
  2. Rachid Mokhtari, La graphie de l’horreur : essai sur la littérature algérienne, 1990-2000, Alger, Éditions Chihab, 2002. []

Appel à contributions : Fonte et dissolution : une esthétique contemporaine ? (Revue Cultx)

Appel à contributions pour un numéro de la revue Cultural Express – Cultx: “Fonte et dissolution : une esthétique contemporaine ?” / “Melting and dissolution: a contemporary aesthetic?”

Échéance des propositions : 30 septembre 2022

(english version below)

« Où sont les neiges d’antan ? », demandait le poète François Villon, une interrogation qui nous rend aujourd’hui nostalgique des rudesses et du manteau blanc des paysages hivernaux. Adam Gopnik l’interprète ainsi, illustrant l’idée de la perte esthétique et affective de l’hiver dans le cadre du dérèglement climatique, dont le réchauffement est un symptôme :

Je songe ici bien sûr à la dévastation du Nord, à l’avènement du changement climatique causé par l’homme et à la perte effective de l’hiver. […] La liste des pertes que nous risquons de subir, des villes transformées en marécage à la fonte des icebergs en passant par la transformation irrévocabled’environnements entiers, a été dressée, la suite prophétisée. […] Et bientôt, à ces latitudes, la toundra va commencer à se réchauffer, le pergélisol à fondre et le gaz carbonique à s’échapper : la toundra, de grand climatiseur de la nature, deviendra une source de chaleur supplémentaire. La fin du monde n’est peut-être pas pour demain, mais nous risquons d’assister — et plus vite que nous l’imaginons — à la fin de l’hiver tel que nous le connaissons (Gopnik, 2019, p. 268-270).

Si ce ressort narratif, et presque rhétorique, n’est pas récent, ainsi que le souligne François Walter, puisqu’il revient de manière cyclique, il est renouvelé et actualisé dans les productions contemporaines. Elles-mêmes sont alimentées par une narration de l’inquiétude s’imprégnant des pratiques discursives et culturelles (médias, littérature, films, chansons, etc.), à divers degrés. Et, à l’heure de l’Anthropocène, ce temps où la cyclicité des saisons n’a plus cours, car leur immuabilité est ébranlée (Bensaude-Vincent, 2021), les repères climatiques caractéristiques de l’hiver s’estompent dans les forêts occidentales (Wohlleben, 2017).

Par ailleurs, la fascination croissante pour les fictions catastrophiques démultiplie l’effet d’écho de cette narration. Le fantasme de la fin du monde, d’une finitude ou de nos fins, est au cœur des fictions de l’Anthropocène (Trexler, 2015 ; Boulard, 2018 ; Engélibert, 2019). Au sein de ces climate fictions, quelle part d’entre elles met l’accent sur une esthétique de la fonte et de la dissolution ? 

L’imaginaire de l’hiver est intrinsèquement attaché au Nord (arctique) dans la pensée occidentale — le froid, la neige, l’hiver sont des schèmes de « l’imaginaire du Nord » (Chartier, 2018) —, et cet espace, plus encore que les autres, est victime des effets du changement climatique. La fragilité des paysages glaciaires a pour conséquence leur dissolution, leur évaporation face à la hausse des températures. Mais le Nord n’a pas l’apanage de cette saison ni du froid, bien que la perte, physique et affective, de ces deux composantes soit un préjudice pour les habitants des espaces polaires (Watt-Cloutier, 2018), et l’Hiver est un chronotope en soi (Walter, 2013).

Deux mouvements nous semblent se dégager de la dissolution de l’hiver dans les corpus contemporains. D’une part, les territoires associés à cette saison se réchauffent, voire s’étéisent, inversant alors le paradigme climatique (Blå [La Fin des océans], Maja Lund, 2017 ; Extincta, Victor Dixen, 2019 ; Greenland. Le dernier refuge, Ric Roman Waugh, 2020), provoquant des conflits pour les ressources et illustrant les théories de « Heat Death » selon lesquelles la sécheresse et le réchauffement de l’atmosphère seraient tels que la vie disparaîtrait de la planète (Boia, 2004).

D’autre part, un imaginaire de la montée des eaux est également à l’œuvre dans les fictions, appuyé sur des réactualisations du mythe du Déluge (Trexler, 2015), dans un déversement des glaces fondues sur le reste de la planète (After the Flood: A Novel [Quand les eaux auront englouti la Terre], Kassandra Montag, 2020 ; Climax, Thomas B. Reverdy, 2021), réveillant inévitablement les croyances d’une fin du monde. La dépendance accrue de l’humain à la technologie favorise parallèlement l’exacerbation des craintes des cataclysmes climatiques liés à l’eau : « Les pluies abondantes, les chutes de neige, les grands froids sont toujours susceptibles de produire des calamités, ou, au moins, des dérèglements » (Boia, 2004, p. 106) sur les infrastructures (transports, habitation, etc.). Une crainte alimentée par la peur de la fonte totale des pôles, du fait d’une hausse des températures, redessinant la carte mondiale, réorganisant les modèles économiques et politiques.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Fonte et dissolution : une esthétique contemporaine ? (Revue Cultx)

Séminaire LPCM, séance 7 : “Créations sonores SF” – vendredi 17 juin 10h-13h (université Gustave Eiffel)

Le séminaire de recherche mensuel de la LPCM vise à favoriser les rencontres et les échanges entre les chercheur·se·s qui se spécialisent dans l’analyse des cultures populaires et médiatiques, quel que soit leur ancrage disciplinaire (littérature, sciences de l’information et de la communication, sociologie, histoire, économie, musicologie, humanités numériques…) et leur objet d’étude (littérature, bande dessinée, littérature jeunesse, cinéma, séries télévisées, productions transmédiatiques, musique, jeux vidéo, jeux, figurines, images…).

Les séances auront lieu en co-modal.

Organisatrices : Fanny Barnabé (Epitech), Anaïs Goudmand (Sorbonne Université), Aurélie Huz (Université Paris Nanterre), Alice Jacquelin (Université Paris Nanterre)

Séance 7 – Vendredi 17 juin 2022, 10h-13h : Créations sonores SF

Cette séance finale du séminaire LPCM est couplée avec le séminaire doctoral SF.

Lieu : Université Gustave Eiffel, 5 Bd Descartes, 77454 Champs-sur-Marne.

Lien de connexion : pour obtenir le lien de la réunion Zoom et suivre à distance cet événement, merci de bien vouloir écrire à l’équipe organisatrice via l’adresse mail de contact : atelierlpcm@protonmail.com

Organisatrices de la séance : Margot Châtelet, Aurélie Huz

Répondante : Aurélie Huz (Université Paris-Nanterre, CSLF) Continuer la lecture de Séminaire LPCM, séance 7 : “Créations sonores SF” – vendredi 17 juin 10h-13h (université Gustave Eiffel)

Appel à contributions : BD et environnement : les temps enfiévrés (1960-2010)

Journée d’études : BD et environnement : les temps enfiévrés (1960-2010)

2 décembre 2022, Université de Pau et des Pays de l’Adour (laboratoires ALTER, ITEM, TREE)

Échéance des propositions : 15 juillet 2022

Organisée dans le cadre du Réseau Régional de Recherche sur la Bande Dessinée de Nouvelle Aquitaine « 3RBD ».

Depuis plus de trente ans, la question climatique, débattue sur la scène internationale, a conduit à l’émergence d’un vaste champ de recherche en transition studies (encore appelées en France transitions écologiques) se consacrant à l’étude des dynamiques de restructuration des systèmes liées aux politiques de transition durable de type « post-crise ». Ainsi, les recherches scientifiques couplant les effets de la transition physique de la planète consécutifs au changement climatique avec ses conséquences sociales se multiplient-elles, interrogeant notamment tous les grands champs des sciences humaines et sociales. Si l’étude des changements globaux sur le temps long est très sollicitée par les sciences dites exactes, la capacité à prévoir le futur et donc à anticiper les changements sociaux devient cruciale pour les décideurs politiques. La constitution en 2019, sous les auspices du ministère des Armées d’un groupe de « réflexion » du nom de Red Team Défense participe alors de ces efforts de prospective : réunissant une dizaine d’auteurs et de scénaristes de science-fiction travaillant avec des scientifiques et des experts militaires, il a pour objectif de faire émerger des scénarios s’attachant à anticiper des risques environnementaux, technologiques, économiques et sociétaux susceptibles, à l’horizon 2030-2060, d’engendrer différents types de conflictualités potentielles. Et parmi les « experts » de la société civile réunis, le monde de la bande dessinée est représenté par le scénariste Xavier Dorison (Le Troisième Testament, Long John Silver, Le Château des animaux, Undertaker, entre autres) et le dessinateur François Schuiten (Les Terres creuses, Les Cités obscures). En effet, la BD constitue un vaste réservoir d’univers, de conceptions du monde et de la société, de visions du présent et de l’avenir, souvent construits sur la base d’éléments existants ou en émergence.

Les préoccupations « naturalistes » incorporent progressivement le champ de la BD dans les années 1960, sous le biais de deux facteurs : d’une part, la sensibilisation aux questions de préservation (et gestion) de la Nature s’ouvre à un plus large public, par le biais notamment de la médiatisation des catastrophes majeures d’origine anthropique provoquant alors de fortes répercussions sur les milieux dits naturels et la société1 ; d’autre part, l’apparition puis le renforcement d’une nouvelle offre éditoriale en direction d’un public adulte2 favorisent de nouveaux thèmes traités par la BD, dont le grand domaine de l’environnement. Comme le soulignait en 1982 Louis Gérard (alors directeur d’édition chez Casterman), les hebdomadaires illustrés « jeunesse » qui s’étaient multipliés en France après 1945 avaient « légué » des lecteurs adultes, engendrant « une première explosion de la BD vers 1969-1970 » 3 , suivie d’une décennie faste pour ce champ de l’édition.

Continuer la lecture de Appel à contributions : BD et environnement : les temps enfiévrés (1960-2010)

Appel à contributions : Revue Bibliomanie. Letterature, storiografie, semiotiche, “Science-fiction, Histoire alternative”

Bibliomanie. Letterature, storiografie, semiotiche , n°54, décembre 2022, “Science-fiction, histoire alternative”, Section “Essais et études”.

Échéance des propositions : 10 juillet 2022

Le langage de la science-fiction est désormais devenu un langage commun utilisé pour raconter notre présent, relire notre passé et imaginer notre futur ; en allant ainsi bien outre le canon littéraire, le genre, la science-fiction devient une modalité de discours apte à recueillir les réflexions interdisciplinaires. La revue « Bibliomanie » (www.bibliomanie.it) propose de réfléchir sur les façons dont des formes et des tropes de la science-fiction ont contribué à former de la pensée critique au-delà de leur contexte littéraire d’origine, en créant des parcours de recherche singuliers et innovants y compris dans le champ de l’enquête historiographique et sémiotique. 

« Bibliomanie », en accord avec son approche scientifique interdisciplinaire, appelle pour son numero # 54 (Dicembre 2022), section « Essais et études », des contributions d’approche littéraire, historique et sémiotique, de l’âge moderne à nos jours, qui abordent l’un des thèmes suivants : 

– Vieux et nouveaux langages (signes, codes, formes) du genre de la science-fiction ;
– Hybrides et mutations science-fictionnelles : Sci-Fi, gothique, horreur ; 
– Uchronies, mondes alternatifs, histoire alternative : société, politique, révisionnisme, falsifications ; 
– Futurisme et futurismes alternatifs : afrofuturisme, futurisme autochtone, éco-futurisme, rétro-futurisme, silk/steam/cyberpunk, autres futurismes ; 
– Sémiosphère : Culture, imagination, science-fiction ;
– Science-fiction, science, religion : intersections, hybridations, vulgarisation, instrumentalisation ; 
– Narration et technologie/narration de la technologie ; 
– Scénarios du futur : utopies et dystopies dans la science-fiction ;  
– Science-fiction et science : comment la science-fiction développe et ré-élabore les progrès du monde scientifique ;
– Science-fiction, traumatisme et temporalité : outre l’inhérente dimension futuriste, quels types de chronologies, de traumatismes, de mémoire et mémoires sont récupérés, ré-élaborés et valorisés par la science-fiction ? 

Les propositions de contribution n’excéderont pas les 8000 caractères et devront être envoyées avant le 10 juillet 2022, en indiquant à part les sources et les références bibliographiques. La rédaction contactera uniquement les auteur.e.s sélectionné.e.s avant le 31 juillet 2022. Le rendu des contributions est prévu pour le 31 octobre 2022(longueur maximum 50 000 caractères). Les propositions doivent être envoyées à : info@bibliomanie.it

Veuillez noter que Bibliomanie accepte également des propositions de contribution destinées aux autres sections de la revue : « Notes et réflexions », « Lectures et critiques », « Traductions, inédits, textes rares », « Didactique ». Veuillez contacter la rédaction pour plus d’informations : info@bibliomanie.it

Continuer la lecture de Appel à contributions : Revue Bibliomanie. Letterature, storiografie, semiotiche, “Science-fiction, Histoire alternative”

Réédition: Le Nouvel Adam (Noëlle Roger, Éditions la Baconnière)

Noëlle Roger, Le Nouvel Adam, Préambule de Michel Porret, Éditions la Baconnière, 2022

La redécouverte du roman visionnaire, héritier de Frankenstein, de l’auteure genevoise Noëlle Roger

Contact: Aurélie Schneider, aurelie@editions-baconniere.ch

 

Présentation

Après trente ans de carrière à l’École de Médecine, le brillant docteur Fléchère est toujours en butte à un problème en apparence insoluble : alors que les découvertes scientifiques progressent à une allure effrénée, l’être humain reste désespérément limité par ses capacités biologiques et intellectuelles.

Aussi se met-il à rêver à l’homme du futur, celuidu prochain stade évolutif. Dans un éclair de génie – ou de folie – Fléchère entrevoit la possibilité de provoquer lui-même, par une intervention humaine, cette mutation, afin de précipiter la création d’un nouvel Adam. Au risque de se voir dépasser par cet être supérieur qui voit trop loin, et se révèle rapidement inarrêtable…

Cent ans après Mary Shelley, à l’aube du XXesiècle, Noëlle Roger livrait un roman prométhéen qui résonne avec les problématiques actuelles liées au culte de la science et à l’idéal risqué du transhumanisme.

À propos de l’auteure

Hélène Dufour (1874-1953) fut une journaliste et romancière genevoise, plus connue sous son nom de plume Noëlle Roger. Elle publie une oeuvre abondante et polymorphe tout au long de sa fructueuse carrière, et reçoit différents prix de l’Académie française dont celui de la langue française en 1948.

Michel Porret se tient disponible pour répondre aux questions et aux interviews à propos de l’auteure et du roman.

Parution: Frankenstein, le démiurge des lumières (Porret Michel et Testori Olinda, dirs.)

 

 

Porret Michel et Testori Olinda (dirs.), Frankenstein, le démiurge des lumières, Georg éditeur, coll. L’Equinoxe

Résumé

Dans l’héritage naturaliste et expérimental des Lumières, à la croisée des romans philosophique, épistolaire, gothique, noir et d’épouvante, au carrefour du romantisme littéraire et de la « fiction scientifique », ce livre collectif évoque les thématiques et les questions religieuses, philosophiques, politiques, littéraires, esthétiques, épistémologiques et éthiques sur la connaissance, la science, le savant, le corps, l’identité, le genre, l’expérimentation, la loi, la création et la transmission de la vie, la post-humanité, le mal et la mort que pose en 1818 l’œuvre de Mary Shelley.

Autour du bricolage cadavérique de la créature, dont la bonté innée se brise sur le monde social qui la réprouve en sa difformité corporelle, comme incarnation du mal moral, l’ouvrage balise le périmètre culturel des sens, des usages et des représentations qu’induisent les lectures critiques, les déclinaisons et les réappropriations culturelles de Frankenstein.

À propos des auteur·e·s

Michel Porret est professeur d’histoire moderne à l’Université de Genève. Éminent spécialiste du droit de punir et de la médecine judiciaire, il est également co-directeur, avec F. Rosset et B. Baczko† du Dictionnaire critique de l’utopie (Georg, 2016).

Olinda Testori est doctorante en histoire moderne à l’Université de Genève.

Continuer la lecture de Parution: Frankenstein, le démiurge des lumières (Porret Michel et Testori Olinda, dirs.)

Colloque: Science-fiction, religions, théologies (Université catholique de Lille)

Colloque: “Science-fiction, religions, théologies”

10-11 juin 2022

Faculté de Médecine et de maïeutique – Université catholique de Lille 59 rue du port, Lille, France (59)

Événement uniquement sur site

Organisé par ETHICS Lille

Résumé

Les œuvres de Science-fiction abondent en références théologiques et religieuses. Le décentrement radical que permet la science-fiction fait d’elle une littérature ouverte sur le mystère. La science-fiction traite des croyances, des pratiques religieuses, mais aussi de questions théologiques : les dieux foisonnent, ou des formes de vie qui interrogent les modalités de la divinité. Les situations limites développées dans la science-fiction véhiculent mille questionnements sur l’origine des choses et leur finalité, sur le Bien et le Mal, sur la finitude, sur la mort et les au-delà, etc. Olaf Stapledon, Philip K. Dick, Arthur C. Clarke, Stanislas Lem, Greg Bear, Dan Simmons, Pierre Bordage, Frank Herbert, Ray Bradbury, Orson Scott Card… la liste semble infinie. C’est ce fait massif que ce colloque propose d’explorer, de voir comment la science-fiction est travaillée par le religieux et le théologique et comme elle les travaille en retour. Continuer la lecture de Colloque: Science-fiction, religions, théologies (Université catholique de Lille)

Séminaire “Les récits du posthumain” – Séance 4 : “Un nouveau grand-récit : la modélisation de l’être humain” (jeudi 12 mai, 14h-17h, en ligne)

Séminaire en ligne organisé par Mara Magda Maftei, (Professeur à l’Université de Bucarest, Chercheure associée à Observatoire des écritures contemporaine), en partenariat avec les Universités Paris Nanterre, Panthéon Sorbonne et Bordeaux-Montaigne.

Séance 4 : Un nouveau grand-récit : la modélisation de l’être humain

Co-animateurs Mara Magda Maftei (Professeure, Université de Bucarest) et Emmanuel Picavet (Professeur, Université Panthéon Sorbonne) – 12 mai de 14h à 17h.

Lien Zoom sur demande à l’adresse mmmaftei@parisnanterre.fr

Invitées :

  • Hélène Machinal, Professeure, Université de Bretagne Occidentale, Le posthumain : émergence d’un paradigme
  • Anne F. Garréta (Research Professor – Duke University), autrice du roman Sphinx, Grasset, Paris, 1986 ; Pour en finir avec le genre humain, Éditions François Bourin, Paris, 1987

Présentation du séminaire

Objet :

Et si l’homme du futur était déjà parmi nous ? Pensons à la nouvelle identité humaine, souvent divisée en je (le corps biologique et le vécu de la conscience) et moi numérique reposant sur des opérations de description, sélection de traits et représentation (le roman Comme un empire dans un empire d’Alice Zeniter en témoigne parfaitement).

Continuer la lecture de Séminaire “Les récits du posthumain” – Séance 4 : “Un nouveau grand-récit : la modélisation de l’être humain” (jeudi 12 mai, 14h-17h, en ligne)

Séminaire doctoral science-fiction, séance 2 (Université Gustave Eiffel)

Séminaire doctoral Science-fiction, séance 2 : “Politiques de l’imaginaire“.

Vendredi 13 mai 2022, 10h-13h, Université Gustave Eiffel (Noisy-Champs).

Inscription : frederic.guignard@unil.ch  

La séance s’interrogera sur la possibilité ou l’impossibilité pour les littératures de l’imaginaire d’échapper au politique. Le choix de coordonnées spatio-temporelles implique un choix de référentiel idéologique qui force souvent à problématiser l’assentiment immédiat au « réel » (naturalisé libéral, dans les fictions qui nous intéressent). S’ils ont longtemps été réaffirmation de valeurs, « massage idéologique » (R. Bozzetto) pour la classe moyenne américaine, la science-fiction et les genres apparentés contiennent un potentiel révolutionnaire indéniable (sur les enjeux de genre, climatiques ou d’organisation économique). Il s’agira également de comprendre comment chaque sous-genre de l’imaginaire (SF, fantasy, utopies) configure spécifiquement son champ politique.

Organisateur : Frédéric Guignard
Médiatrice : Margot Châtelet

Intervenant·es :
– Aliénor Vauthey (Université de Lausanne)
– Manon Berthier (UPEC)
– Frédéric Guignard (Université de Lausanne)

Répondante : Anne Besson, professeure en littérature générale et comparée à l’Université d’Artois

Continuer la lecture de Séminaire doctoral science-fiction, séance 2 (Université Gustave Eiffel)