Archives par mot-clé : science-fiction

Appel à contributions : L’Univers à l’écran au XXIe siècle : visible et invisible. 1: Nouvelles images astronomiques dans la fiction au XXIe s. Remploi, modélisation, création (Université Paris Cité / Aix-Marseille Université)

Journée d’étude : L’Univers à l’écran au XXIe siècle : visible et invisible – Première partie Nouvelles images astronomiques dans la fiction au XXIe siècle. Remploi, modélisation, création

CERILAC / APC / PCCP/ LESA

Université Paris Cité / Aix-Marseille Université

Échéance des propositions : 31 octobre 2022
 
20 janvier 2023 / Université Paris Cité

Le cycle de deux journées d’étude vise à proposer des approches pluridisciplinaires pour envisager les rapports entre les nouvelles représentations de l’Univers et le cinéma contemporain – cinéma entendu ici au sens large des images mouvantes –, en prenant en compte les transformations récentes de l’image en général, notamment le tournant numérique. Le cycle, centré sur l’image contemporaine, déclinera trois articulations différentes du cinéma avec les sciences et leur mise en images, sur deux journées.

L’appel à communication de la première journée se trouve en page 2. L’appel à communications de ladeuxième journée sera diffusé ultérieurement. Informations sur cette deuxième journée en page 3.

Comité d’organisation :

Panagioula (Julie) Kolovou (LESA, Aix-Marseille Université), Anastasia Rostan (CERILAC, Université Paris Cité), Chiara Santini Parducci (CERILAC, Université Paris Cité), Leïla Haegel (APC, Université Paris Cité)

Comité scientifique :

Emmanuelle André (CERILAC, Université Paris Cité) ; Elsa De Smet (Centre Georges Pompidou Metz) ; Antoine Gaudin (IRCAV, Université Sorbonne Nouvelle) ; Thierry Roche (LESA, Aix- Marseille Université) ;Roland Lehoucq (IRFU, CEA)
 
Modalités de participation :

 Les propositions sont à envoyer au format .pdf à l’adresse suivante : universalecranxxi@gmail.com

Elles ne devront pas dépasser 500 mots et comporter une courte bio-bibliographie (100 motsmaximum). Les communications seront d’une vingtaine de minutes.

La date limite d’envoi des propositions pour la première journée est fixée au lundi 31 octobre 2022 (réponseen novembre 2022).
 
La journée se voulant pluridisciplinaire dans ses approches et pas seulement dans son objet, des contributions issues des disciplines des arts visuels/audiovisuels comme des sciences astrophysiques et astronomiques seront les bienvenues.
 
Les deux journées d’étude seront également accessibles par zoom.

Continuer la lecture de Appel à contributions : L’Univers à l’écran au XXIe siècle : visible et invisible. 1: Nouvelles images astronomiques dans la fiction au XXIe s. Remploi, modélisation, création (Université Paris Cité / Aix-Marseille Université)

Appel à contributions : Assises CPM 2023

Assises de la recherche en cultures populaires et médiatiques, seconde édition – CPM 2023

Appel à contributions

Futurs POP – Quel(s) avenir(s) pour les études en cultures populaires et médiatiques ?

Dates : 12, 13 et 14 octobre 2023

Lieux : Nanterre et Paris

Échéance des propositions : 1er décembre 2022

Retour aux auteur·rice·s : mars 2023

Les Assises de la recherche en cultures populaires et médiatiques 2018 visaient à constituer un événement scientifique centralisateur autour du thème commun « Approches critiques des fictions médiatiques : enjeux, outils, méthodes ». Réunissant une centaine d’intervenant·e·s issu·e·s de diverses disciplines, cet événement a permis de confronter les objets, les méthodes et les champs théoriques, confirmant le dynamisme des recherches en cultures populaires et médiatiques et contribuant à affirmer la place incontournable qu’elles occupent dans le paysage universitaire.  

Après ce premier état des lieux des recherches sur les cultures populaires et médiatiques, cette deuxième édition des Assises, qui se tiendra cinq ans plus tard, choisira cette fois de regarder vers l’avenir – le terme étant ici entendu dans un sens large. Ce terme fédérateur pourra être développé selon une variété d’axes de réflexion, parmi lesquels :

  • l’avenir institutionnel de l’étude de la culture populaire et des médias dans l’enseignement, dans le champ académique, etc. ;
  • les nouveaux courants et nouvelles méthodologies (écocritique, humanités numériques, recherche-création, matérialisme culturel, etc.) ;
  • nouvelles orientations des études culturelles et incidences sur le champ de recherche des CPM;
  • l’évolution de la notion du “populaire” dans ses conceptualisations et ses usages culturels;
  • l’étude de la transition numérique de la culture : convergence médiatique, transmédia storytelling, remédiatisation, plateformisation, post-média, etc. ;
  • les redéfinitions de la mémoire et de l’histoire culturelle ;
  • les défis et perspectives de l’histoire des médias et de l’archéologie des médias aujourd’hui ;
  • les nouveaux objets, les genres émergents, les nouvelles représentations des crises actuelles et de l’avenir ;
  • les déplacements des frontières du champ de la fiction (diffusion des pratiques de storytelling, narrations médiatiques non fictionnelles…) ;
  • plus largement, les redéfinitions et déplacements des concepts, méthodologies et périmètres disciplinaires induits par l’émergence de nouveaux objets ou pratiques médiatiques, au-delà du domaine de la fiction (ex : refonte du périmètre de l’esthétique au-delà du domaine de la production culturelle, extension de la narratologie et de la rhétorique à de nouveaux champs…).  

Continuer la lecture de Appel à contributions : Assises CPM 2023

Appel à communications : FANTAELX – Congrès International du Genre Fantastique, Audiovisuels et Nouvelles Technologies (Université Miguel Hernández)

Appel à communications : FANTAELX – Congrès International du Genre Fantastique, Audiovisuels et Nouvelles Technologies

Date : 10 et 11 novembre 2022

Lieu : Elche (province d’Alicante, Espagne) 

Échéance des propositions : 7 octobre 2022

Organisé par l’Université Miguel Hernández et le Festival International de Cinéma Fantastique de Elche – FANTAELX

Texte de l’appel

Le Congrès International du Genre Fantastique, Audiovisuels et Nouvelles Technologies est une activité de divulgation scientifique et académique qui fait partie du Festival International de Cinéma Fantastique de Elche – FANTAELX (province d’Alicante, Espagne) en collaboration avec l’Université Miguel Hernández.

Son objectif principal est la diffusion d’études et de recherches sur le Genre Fantastique sous toutes ses variantes et différentes plateformes : cinéma, télévision, théâtre, littérature, B.D, jeux vidéo, réalité virtuelle, arts plastiques, etc.

OPTION 1 :

Dans cette modalité, les propositions des Communications suivront la ligne thématique principale de la nouvelle édition du Congrès et du Festival : Territoires de la Haute Fantaisie.

Le genre fantastique contemporain englobe diverses typologies, parmi lesquelles se distinguent la science-fiction, l’horreur, le mystère, la fiction spéculative ou ce que l’on appelle la « High Fantasy » (Haute Fantaisie). Terme inventé par l’écrivain Lloyd Alexander dans son essai High Fantasy and Heroic Romance (1971), pour désigner les aventures qui se déroulent dans des univers différents du nôtre, avec leurs propres lois et mythologies, et dont la marque distinctive est basée sur la confrontation épique entre « les forces du bien et du mal ».

Contrairement aux sous-genres susmentionnés, ou à d’autres comme le steampunk, la dystopie, l’uchronie, ou même la low fantasy (ou domestic fantasy), dans cette catégorie, le fantastique ne fait pas irruption dans la réalité connue, ou dans une temporalité passée ou future liée au quotidien, mais s’intègre dans un monde alternatif qui, bien qu’il puisse avoir des réminiscences narratives et esthétiques tirées, par exemple, des épopées classiques, des légendes médiévales ou de la littérature gothique (XIXe siècle), développe un imaginaire propre.

Des auteurs tels que Tolkien, Robert E. Howard, Michael Moorcock, Terry Pratchett, Ursula K. Le Guin, Ursula K. Le Guin, Andrzej Sapkowski, Margaret Weis ou George R. R. Martin, parmi beaucoup d’autres, ont cultivé la « High Fantasy » en littérature. D’autres, comme Ridley Scott, Richard Corben, Gary Gygax et Dave Arneson, ou Dan Tugde, l’ont fait respectivement dans des films, des bandes dessinées, des jeux de rôle ou des jeux vidéo. Tous sont un bon exemple de la pertinence et de l’énergie dont ce sous-genre du fantastique continue à faire preuve aujourd’hui, et de la façon dont ses thèmes et ses approches traversent, avec un succès significatif, les différentes pages et écrans de notre spectre culturel.

Dans le cadre de son large spectre, les résumés soumis pour cette ligne thématique principale peuvent suivre des variations telles que les suivantes :

1. Recherche et réflexion théorique autour de la « High Fantasy » et des univers alternatifs, à partir de son interconnexion avec le fantastique dans ses différentes formes d’expression : études, courants, mouvements, œuvres et auteurs marquants.

2. Le concept de « High Fantasy » dans le domaine du fantastique, et son lien avec les différents modèles de la culture audiovisuelle et des nouvelles technologies : son imbrication dans le cinéma, les séries télévisées, la bande dessinée, les jeux vidéo, la réalité virtuelle, le théâtre, les arts plastiques, etc.

3. Recherche et réflexion théorique sur le développement et l’évolution de la « High Fantasy » à travers ses différents thèmes et sous-genres dans le fantastique, dans les différents modèles culturels et technologiques, et dans la perspective de l’étude des courants (œuvres, auteurs marquants, etc.) et les variantes sur lesquelles établir un tel sous-genre, comme la fantasy épique, la fantasy héroïque, la dark fantasy, la new fantasy, l’épée et la sorcellerie, etc.

4. La « High Fantasy » comme outil de communication, de réflexion ou d’analyse sociale, historique et politique à partir de la fiction audiovisuelle et du fantastique.

OPTION 2 :

Dans cette modalité, les propositions des Communications suivront la thématique générique du Congrès : Le Genre Fantastique et sa possible interconnexion avec les différentes plateformes de la culture, l’audiovisuel et les nouvelles technologies.

Dans le cadre de son large spectre, les résumés soumis pour cette ligne thématique générique peuvent suivre des variations telles que les suivantes :

1. La recherche et la réflexion théorique sur le Genre Fantastique sous ses diverses modalités d’expression : études, courants, mouvements, œuvres et auteurs marquants.

2. Le Genre Fantastique et son interconnexion avec les différents modèles de culture audiovisuelle et les nouvelles technologies : le caractère hybride du fantastique associé au cinéma, à la B.D., au jeu vidéo, à la réalité virtuelle, arts plastiques, etc.

3. Les possibles méthodologies et outils de communication et/ou d’enseignement au moyen des plateformes reliées au Genre Fantastique.

4. Le Fantastique dans le contexte politique : thèses et études dans lesquelles le fantastique soit en rapport avec le débat social, la collectivité et l’action politique.

Soumission des résumés

La date limite de soumission des résumés pour les deux options est le 7 octobre 2022 (inclus).

Les communications orales et leurs résumés peuvent être soumis en français, anglais, espagnol ou valencien, et leur lecture pendant le congrès ne doit pas dépasser 15 minutes.

La présentation de la communication au Congrès ne sera pas obligatoire. Si vous ne participez pas à l’événement en tant que conférencier, que ce soit en personne ou en ligne, votre article sera également publié dans l’édition du livre correspondant.

Les auteurs qui souhaitent participer simultanément aux deux modalités (Option 1 et Option 2), afin d’inclure leur(s) communication(s) dans l’édition des deux livres (publication papier en espagnol et publication numérique en anglais), peuvent le faire :

En envoyant indépendamment par courrier électronique la proposition de Communication pour l’Option 1, et par un autre courrier électronique, la proposition de Communication pour l’Option 2.

Frais de participation

La période de paiement des droits d’inscription est fixée du 10 au 15 octobre 2022 (inclus).

Une fois le document accepté, les participants doivent payer des frais d’inscription de 110€ par auteur, en suivant les instructions qui leur seront envoyées par e-mail. Les frais comprennent :

1) Présentation de la communication au congrès (en ligne ou en personne).
2) Certificat de communication et d’assistance.
3) Livre d’actes avec ISBN
4) Publication académique chez un éditeur consolidé avec chapitre du livre en espagnol et sur papier avec ISBN, et livraison du livre sur papier (Option 1). Publication académique du Congrès avec chapitre de livre numérique en anglais avec ISBN (Option 2).

Considérations générales

  • La date limite de soumission des Communications pour les deux options est fixée au 7 octobre 2022 (inclus).
  • Les Communications et leurs résumés pourront être envoyés en français, anglais, espagnol ou valencien. Cependant la rédaction pour le chapitre du livre édité en papier devra être obligatoirement en espagnol et celle pour la publication du livre digital, obligatoirement en anglais, qui peut être téléchargé gratuitement à partir de la section Publications de notre site web.
  • La lecture de chaque Communication durant le Congrès ne devra pas excéder 15 minutes. Elle peut être réalisée en français, anglais, espagnol ou valencien.
  • Les critères de sélection des Communications seront en fonction de leur adaptation aux lignes thématiques proposées, leur caractère innovateur, la clarté de la rédaction, la rigueur éthique et scientifique et leur conformité aux bases de convocation.
  • Ne pourront être présentées que des Communications orales. La présentation de posters ne sera pas acceptée.
  • La date d’acceptation des communications dans les deux options sera le 10 octobre 2022. Chaque Communiquant sera averti individuellement du résultat de sa candidature (ou candidatures, s’il participe aux deux options).
  • La période de paiement des droits d’inscription sera du 10 au 15 octobre 2022 (inclus).
  • Le délai maximum pour l’envoi de matériel devant être projeté durant les Communications (diapositives, images, vidéos, etc., pour la lecture de la Communication de 15 minutes) se termine le 6 novembre 2022.
  • Le Comité Scientifique, assisté pour l’évaluation de membres aveugles (c’est-à-dire, sans connaissance de l’identité de l’auteur), proposera la sélection des Communications choisies pour le Congrès, ainsi que les textes sélectionnés pour leurs postérieures publications.
  • La date limite pour soumettre les textes sélectionnés en vue de leur évaluation et de leur publication en tant que chapitres de livre, tant pour la publication du livre papier (Option 1), que pour la publication du livre numérique (Option 2), est fixée au 15 janvier 2023 (inclus).
  • Les textes sélectionnés devront être tous, des originaux, inédits, et non des documents en attente d’être acceptés par d’autres entités ou d’autres moyens de publication.
  • Tout envoi qui ne corresponde pas à ces critères ne pourra être retenu.

Tous les envois doivent être obligatoirement adressés à: 
congreso@festivalcinefantaelx.com

Normes d’envoi

L’envoi des propositions de Communications devra se faire par deux fichiers indépendants selon le schéma suivant :

  • Le premier fichier contiendra : Nom et prénom du communiquant, titre de la Communication, option de participation, adresse électronique, téléphone, adresse postale, Nº de la Carte d’Identité, Institution de provenance, charge/ poste occupé dans ladite Institution et un bref Curriculum Vitae. Si plusieurs communiquants participent à une Communication commune, ces mêmes renseignements identitaires seront indiqués pour chacun. Ce premier fichier sera intitulé :

A_METADATA_OPTION_1_Titre, ou: A_METADATA_OPTION_2_Titre

Il n’est pas nécessaire d’écrire le titre de la Communication en entier, seulement trois mots clés. Par exemple :

A_METADATA_OPTION_1_Fantaisie_Haute_vidéos
A_METADATA_OPTION_2_Histoire_archétypes_phantasmes

Nous rappelons que, si l’on participe aux deux options, il faudra envoyer obligatoirement deux courriers électroniques séparés pour chaque option (contenant chacun les deux fichiers requis pour la sélection des Communications).

  • Le second fichier devra contenir : Titre, Paroles clés (4 au maximum), et le résumé de la Communication, d’un maximum de 600 mots (Times New Roman corps de lettres 12, espace simple). Aucune donnée identitaire personnelle du communiquant ne doit apparaître dans ce document afin qu’il puisse être évalué, dans l’anonymat, par les membres « aveugles » du Comité Scientifique. Ce second fichier sera intitulé :

B_ABSTRACT_OPTION_1_Titre, ou: B_ABSTRACT_OPTION_2_Titre, en suivant les mêmes consignes pour le titre que le fichier 1 (3 mots clés pour le titre).

Normes d’écriture pour les publications avec ISBN

  • Pour les chapitres des livres qui seront publiés à la suite du Congrès -aussi bien pour l’édition du livre en papier que pour l’édition du livre digital, chacun possédant leurs respectifs ISBN- il faudra strictement utiliser le modèle en Word qui apparaît dans ce lien (sur le modèle proposé sont indiqués les détails relatifs aux normes typographiques, au système de citation, de références bibliographiques, etc.).
  • Les textes qui ne seront pas adaptés à ce modèle seront refusés.
  • Les textes (qui seront des chapitres dans les livres publiés) ne pourront dépasser 4.000 mots (notes en bas de page et références bibliographiques finales, inclus).
  • Pour les images, figures, graphiques, etc. : un maximum de deux, en blanc et noir, pour la publication du livre en papier (Option 1), et un maximum de quatre, en couleur, pour la publication du livre digital (Option 2). Les images doivent avoir un format panoramique (12 cm de large x 5 cm de haut). À défaut, ils pourraient être coupés lors de leur édition pour publication.
  • Veuillez noter que la publication du chapitre dans le livre papier doit être en espagnol.
  • Veuillez noter que la publication du chapitre dans le livre numérique doit être en anglais. Il est recommandé et préférable de ne pas utiliser de logiciel de traduction automatique en anglais, car il déforme le contenu et la forme du texte. Dans le cas où ce type de traduction est détecté, le comité éditorial peut renvoyer le texte aux auteurs pour sa correction, avant la révision et l’évaluation.

Dernières considérations

Les auteurs dont les textes seront publiés dans les livres académiques dérivés du Congrès accepteront les conditions suivantes :

  • Les auteurs conserveront leurs droits d’auteur.
  • Les auteurs cèderont les droits de distribution aux maisons d’édition ; ces dernières géreront les droits de distribution.
  • Les auteurs, ainsi que le Comité Organisateur du Congrès, seront exemptés de toute rétribution économique dérivée de ces publications.

Dates clés

  • Date limite pour l’envoi des résumés de Communications :  7 octobre 2022 (inclus).
  • Date d’annonce d’acceptation ou non des Communications :  10 octobre 2022.
  • Dates de paiement des inscriptions :  du 10 au 15 octobre 2022 (inclus).
  • Date limite pour l’envoi de matériel à projeter durant les lectures de Communications : 6 novembre 2022 (inclus) [Uniquement pour la présentiel].
  • Date du Congrès au sein du Festival : 10 et 11 novembre 2022 (plus de détails dans la section Présentation).
  • Date limite pour l’envoi des textes sélectionnés pour leur publication avec ISBN : 15 janvier 2023 (inclus).

[Vidéos] Colloque Science-fiction, religions, théologies (ETHICS, Université Catholique de Lille)

Les captations vidéo de toutes les sessions du colloque Science-fiction, religions et théologies, ainsi que la conférence de Natacha Vas Deyres, sont dès à présent disponibles sur cette page.

10-11 juin 2022

Université Catholique de Lille

Organisé par ETHICS

Présentation du colloque par Franck Damour :

Continuer la lecture de [Vidéos] Colloque Science-fiction, religions, théologies (ETHICS, Université Catholique de Lille)

Appel à contributions : Utopies / uchronies /rétrofuturisme : transmondes, nouveaux mondes, antimondes (Université de Toulon)

Colloque international : Utopies / uchronies /rétrofuturisme : transmondes, nouveaux mondes, antimondes
 
17-18 novembre 2022, Université de Toulon

Échéance des propositions : 31 juillet 2022
 
Organisation : Valérie Michel-Fauré
 
Notre rapport au temps et à l’espace de l’Histoire, des histoires, s’est considérablement modifié depuis la seconde moitié du XVIIIe siècle et ses évolutions/révolutions politiques, scientifiques, technologiques, industrielles, de transport et de communication. Du temps universel et universaliste structuré par nos civilisations occidentales, tout au long des XIXe et XXe siècles, nous sommes passés à une accélération puis à une relativité temporelle, compression puis expansion spatiale. Aujourd’hui, en ce XXIe siècle, héritiers de cette idéologie progressiste, nos regards sont tournés vers le postmodernisme et sa déconstruction, le postcolonialisme, le posthumanisme, le transhumanisme, les biotechnologies, les transidentités…

Si la notion d’Utopie et la cité d’Utopia, ce lieu de bonheur hors du temps et de l’espace des hommes, nulle part, ainsi définie et fondée en Europe par l’humaniste anglais Thomas More[1], à la Renaissance, a inspiré nombre d’écrivains, d’artistes, de scientifiques et d’explorateurs depuis sa parution, elle trouve sa source dans l’imaginaire antique méditerranéen aspirant à une expansion civilisatrice. Elle se prolonge dans sa structuration et son argumentation à travers la première utopie humaniste littéraire française, l’anti-couvent de l’abbaye de Thélème décrit par Rabelais dans son célèbre Gargantua en 1534[2]. Elle se développe avec une nouvelle dynamique de contestation et une énergie chimérique à travers le regard de Louis-Sébastien Mercier et son roman à succès dans l’ensemble de l’Europe, L’An 2440[3]. Ce récit d’anticipation programmatique de la philosophie des Lumières, cette nouvelle Utopie, inscrite dans le champ de l’Uchronie, se situe bien sur Terre, comme une « prophétie » de la révolution française selon son auteur. Elle sera revue et augmentée à trois reprises jusqu’en 1799 et propose une relecture de l’Histoire, une Histoire parallèle, préromantique et paradoxale.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Utopies / uchronies /rétrofuturisme : transmondes, nouveaux mondes, antimondes (Université de Toulon)

Parution : Res Futurae n°19, “Séries de science-fiction”

Res Futurae, n°19, “Séries télévisées de science-fiction”, 2022.

Sous la direction de Hélène Machinal et Florent Favard.

La science-fiction n’a cessé de gagner en visibilité sur le « petit écran ». Depuis la fin des années 1990, elle est un véritable « supergenre » et s’impose au sein de cette nouvelle forme d’expression et de consommation de la culture populaire. Mais qu’est-ce que la sérialité télévisuelle apporte au genre de la SF ? Et qu’est-ce que le genre de la SF apporte à la sérialité télévisuelle – autrement dit: comment invite-t-il à repenser la télévision? Le dossier examine cette relation de mutuel bénéfice.

  • Comité de rédaction de Res Futurae
    Éditorial [Texte intégral]

Séries télévisées de science-fiction

Continuer la lecture de Parution : Res Futurae n°19, “Séries de science-fiction”

Appel à contributions : Utopies / uchronies /rétrofuturisme : transmondes, nouveaux mondes, antimondes (Université de Toulon)

Colloque international : Utopies / uchronies /rétrofuturisme : transmondes, nouveaux mondes, antimondes

Échéance des propositions : 25 juin 2022

17-18 novembre 2022, Université de Toulon
 
Organisation : Valérie Michel-Fauré
 
Notre rapport au temps et à l’espace de l’Histoire, des histoires, s’est considérablement modifié depuis la seconde moitié du XVIIIe siècle et ses évolutions/révolutions politiques, scientifiques, technologiques, industrielles, de transport et de communication. Du temps universel et universaliste structuré par nos civilisations occidentales, tout au long des XIXe et XXe siècles, nous sommes passés à une accélération puis à une relativité temporelle, compression puis expansion spatiale. Aujourd’hui, en ce XXIe siècle, héritiers de cette idéologie progressiste, nos regards sont tournés vers le postmodernisme et sa déconstruction, le postcolonialisme, le posthumanisme, le transhumanisme, les biotechnologies, les transidentités…

Si la notion d’Utopie et la cité d’Utopia, ce lieu de bonheur hors du temps et de l’espace des hommes, nulle part, ainsi définie et fondée en Europe par l’humaniste anglais Thomas More[1], à la Renaissance, a inspiré nombre d’écrivains, d’artistes, de scientifiques et d’explorateurs depuis sa parution, elle trouve sa source dans l’imaginaire antique méditerranéen aspirant à une expansion civilisatrice. Elle se prolonge dans sa structuration et son argumentation à travers la première utopie humaniste littéraire française, l’anti-couvent de l’abbaye de Thélème décrit par Rabelais dans son célèbre Gargantua en 1534[2]. Elle se développe avec une nouvelle dynamique de contestation et une énergie chimérique à travers le regard de Louis-Sébastien Mercier et son roman à succès dans l’ensemble de l’Europe, L’An 2440[3]. Ce récit d’anticipation programmatique de la philosophie des Lumières, cette nouvelle Utopie, inscrite dans le champ de l’Uchronie, se situe bien sur Terre, comme une « prophétie » de la révolution française selon son auteur. Elle sera revue et augmentée à trois reprises jusqu’en 1799 et propose une relecture de l’Histoire, une Histoire parallèle, préromantique et paradoxale.

Fascistes ou libertaires vont s’emparer de la notion d’Utopie, rêver à des mondes alternatifs, tenter d’imprimer sur le monde réel leur imaginaire, en dystopie, en paradigme.

Les portes de la perception ainsi entrouvertes par le poète et peintre anglais William Blake en 1790[4], réactualisées en 1954 par l’écrivain de Science-fiction Aldous Huxley[5], vont conduire les écrivains à réinventer le genre, autour d’une interpolarité temporelle.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Utopies / uchronies /rétrofuturisme : transmondes, nouveaux mondes, antimondes (Université de Toulon)

Appel à contributions : La violence dans les objets sémiotiques fictionnels destinés à l’enfance et à la jeunesse (Revue Cultural Express)

Appel à contributions pour un numéro de la revue Cultural Express qui paraîtra en 2023 : “La violence dans les objets sémiotiques fictionnels destinés à l’enfance et à la jeunesse”

Échéance des propositions : 1er octobre 2022

La violence, « huitième péché capital1 » tend à devenir une constante de l’écriture romanesque contemporaine. Après les contes populaires où l’on dévore, trucide et mutile sans vergogne, où il est question d’inceste (Peau d’âne), de mauvais traitements (Grisélidis), de mise à l’écart et de soumission (Cendrillon, Les Fées), d’exclusion (Le Chat botté), d’abandon d’enfants (Petit Poucet), d’infanticide (Le Genevrier), de sacrifice humain (Jean-le-Fidèle), de cannibalisme (Chaperon rouge, dans sa version archaïque), des récits contemporains – véritables « graphies de l’horreur2 » – exposent des atrocités et leurs manifestations. Sous prétexte de dénoncer une société dystopique et à la dérive, Hunger Games renoue avec les combats mythiques et délecte les lecteurs/spectateurs du spectacle d’un combat à mort d’enfants et d’adolescents dans une arène hostile.  Cette trilogie de Suzanne Collins a relancé le débat sur la violence dans la littérature jeunesse en se classant en 5ème position du classement des livres les plus violents, classement établi par l’American Library Association. Twilight, la saga de Stephenie Meyer, présente une justification de la violence masculine physique et morale et « glamourise » les relations toxiques. Divergente et Le Labyrintheplongent les lecteurs/spectateurs dans des mondes futuristes totalitaires et sombres. Dans le monde post-apocalyptique du roman de Veronica Roth, les Divergents sont traqués et tués par le gouvernement ; James Dashner met en scène une cinquantaine d’adolescents amnésiques qui servent de cobayes dans un labyrinthe gigantesque sans issue et peuplé de monstres mécaniques rôdant chaque nuit. Chez J. K. Rowling, la violence intrinsèque au monde magique est présente dès le premier tome de la série littéraire de « low fantasy » Harry Potter : le personnage éponyme brûle le visage du professeur Quirrell d’un simple contact ; ailleurs, il transperce Drago de dizaines de coups d’épée d’un « simple » Sectumsempra. Le lecteur/spectateur découvre un univers où des enfants sont jetés en pâture à des dragons et où de nombreux dangers rôdent au détour d’un couloir. Les violences physiques et morales sont monnaie courante dans ce monde magique et y sont même banalisées au point de servir de point de départ à des divertissements populaires, dont le Quidditch, où les batteurs expédient des sphères métalliques sur des joueurs adverses afin de provoquer une chute de plusieurs mètres de haut. Le héros, Harry Potter, brimé par ses gardiens légaux, fait face à une violence physique et mentale presque permanente sans que les services sociaux moldus interviennent. Dans le monde des sorciers et à Poudlard tout particulièrement, la violence physique est justifiée par la magie qui excuse la gravité de certains actes. Dans les mangas, la violence a une valeur symbolique et renvoie aux archétypes du « bien » contre le « mal ». La cruauté mise en scène dans le manga pour adultes est déplacée sur le versant psychologique dans celui pour adolescents, avec des humiliations (enfermer une fille dans un placard, lui mettre la tête dans l’eau des toilettes, …) ou du harcèlement.

Continuer la lecture de Appel à contributions : La violence dans les objets sémiotiques fictionnels destinés à l’enfance et à la jeunesse (Revue Cultural Express)

  1. Jim Harrison, Entretien (avec François Busnel) sur la sortie de son roman Péchés capitaux, diffusé dans le cadre de l’émission La Grande Librairie, sur France 5, le 3 septembre 2015. []
  2. Rachid Mokhtari, La graphie de l’horreur : essai sur la littérature algérienne, 1990-2000, Alger, Éditions Chihab, 2002. []

Appel à contributions : Fonte et dissolution : une esthétique contemporaine ? (Revue Cultx)

Appel à contributions pour un numéro de la revue Cultural Express – Cultx: “Fonte et dissolution : une esthétique contemporaine ?” / “Melting and dissolution: a contemporary aesthetic?”

Échéance des propositions : 30 septembre 2022

(english version below)

« Où sont les neiges d’antan ? », demandait le poète François Villon, une interrogation qui nous rend aujourd’hui nostalgique des rudesses et du manteau blanc des paysages hivernaux. Adam Gopnik l’interprète ainsi, illustrant l’idée de la perte esthétique et affective de l’hiver dans le cadre du dérèglement climatique, dont le réchauffement est un symptôme :

Je songe ici bien sûr à la dévastation du Nord, à l’avènement du changement climatique causé par l’homme et à la perte effective de l’hiver. […] La liste des pertes que nous risquons de subir, des villes transformées en marécage à la fonte des icebergs en passant par la transformation irrévocabled’environnements entiers, a été dressée, la suite prophétisée. […] Et bientôt, à ces latitudes, la toundra va commencer à se réchauffer, le pergélisol à fondre et le gaz carbonique à s’échapper : la toundra, de grand climatiseur de la nature, deviendra une source de chaleur supplémentaire. La fin du monde n’est peut-être pas pour demain, mais nous risquons d’assister — et plus vite que nous l’imaginons — à la fin de l’hiver tel que nous le connaissons (Gopnik, 2019, p. 268-270).

Si ce ressort narratif, et presque rhétorique, n’est pas récent, ainsi que le souligne François Walter, puisqu’il revient de manière cyclique, il est renouvelé et actualisé dans les productions contemporaines. Elles-mêmes sont alimentées par une narration de l’inquiétude s’imprégnant des pratiques discursives et culturelles (médias, littérature, films, chansons, etc.), à divers degrés. Et, à l’heure de l’Anthropocène, ce temps où la cyclicité des saisons n’a plus cours, car leur immuabilité est ébranlée (Bensaude-Vincent, 2021), les repères climatiques caractéristiques de l’hiver s’estompent dans les forêts occidentales (Wohlleben, 2017).

Par ailleurs, la fascination croissante pour les fictions catastrophiques démultiplie l’effet d’écho de cette narration. Le fantasme de la fin du monde, d’une finitude ou de nos fins, est au cœur des fictions de l’Anthropocène (Trexler, 2015 ; Boulard, 2018 ; Engélibert, 2019). Au sein de ces climate fictions, quelle part d’entre elles met l’accent sur une esthétique de la fonte et de la dissolution ? 

L’imaginaire de l’hiver est intrinsèquement attaché au Nord (arctique) dans la pensée occidentale — le froid, la neige, l’hiver sont des schèmes de « l’imaginaire du Nord » (Chartier, 2018) —, et cet espace, plus encore que les autres, est victime des effets du changement climatique. La fragilité des paysages glaciaires a pour conséquence leur dissolution, leur évaporation face à la hausse des températures. Mais le Nord n’a pas l’apanage de cette saison ni du froid, bien que la perte, physique et affective, de ces deux composantes soit un préjudice pour les habitants des espaces polaires (Watt-Cloutier, 2018), et l’Hiver est un chronotope en soi (Walter, 2013).

Deux mouvements nous semblent se dégager de la dissolution de l’hiver dans les corpus contemporains. D’une part, les territoires associés à cette saison se réchauffent, voire s’étéisent, inversant alors le paradigme climatique (Blå [La Fin des océans], Maja Lund, 2017 ; Extincta, Victor Dixen, 2019 ; Greenland. Le dernier refuge, Ric Roman Waugh, 2020), provoquant des conflits pour les ressources et illustrant les théories de « Heat Death » selon lesquelles la sécheresse et le réchauffement de l’atmosphère seraient tels que la vie disparaîtrait de la planète (Boia, 2004).

D’autre part, un imaginaire de la montée des eaux est également à l’œuvre dans les fictions, appuyé sur des réactualisations du mythe du Déluge (Trexler, 2015), dans un déversement des glaces fondues sur le reste de la planète (After the Flood: A Novel [Quand les eaux auront englouti la Terre], Kassandra Montag, 2020 ; Climax, Thomas B. Reverdy, 2021), réveillant inévitablement les croyances d’une fin du monde. La dépendance accrue de l’humain à la technologie favorise parallèlement l’exacerbation des craintes des cataclysmes climatiques liés à l’eau : « Les pluies abondantes, les chutes de neige, les grands froids sont toujours susceptibles de produire des calamités, ou, au moins, des dérèglements » (Boia, 2004, p. 106) sur les infrastructures (transports, habitation, etc.). Une crainte alimentée par la peur de la fonte totale des pôles, du fait d’une hausse des températures, redessinant la carte mondiale, réorganisant les modèles économiques et politiques.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Fonte et dissolution : une esthétique contemporaine ? (Revue Cultx)

Séminaire LPCM, séance 7 : “Créations sonores SF” – vendredi 17 juin 10h-13h (université Gustave Eiffel)

Le séminaire de recherche mensuel de la LPCM vise à favoriser les rencontres et les échanges entre les chercheur·se·s qui se spécialisent dans l’analyse des cultures populaires et médiatiques, quel que soit leur ancrage disciplinaire (littérature, sciences de l’information et de la communication, sociologie, histoire, économie, musicologie, humanités numériques…) et leur objet d’étude (littérature, bande dessinée, littérature jeunesse, cinéma, séries télévisées, productions transmédiatiques, musique, jeux vidéo, jeux, figurines, images…).

Les séances auront lieu en co-modal.

Organisatrices : Fanny Barnabé (Epitech), Anaïs Goudmand (Sorbonne Université), Aurélie Huz (Université Paris Nanterre), Alice Jacquelin (Université Paris Nanterre)

Séance 7 – Vendredi 17 juin 2022, 10h-13h : Créations sonores SF

Cette séance finale du séminaire LPCM est couplée avec le séminaire doctoral SF.

Lieu : Université Gustave Eiffel, 5 Bd Descartes, 77454 Champs-sur-Marne.

Lien de connexion : pour obtenir le lien de la réunion Zoom et suivre à distance cet événement, merci de bien vouloir écrire à l’équipe organisatrice via l’adresse mail de contact : atelierlpcm@protonmail.com

Organisatrices de la séance : Margot Châtelet, Aurélie Huz

Répondante : Aurélie Huz (Université Paris-Nanterre, CSLF) Continuer la lecture de Séminaire LPCM, séance 7 : “Créations sonores SF” – vendredi 17 juin 10h-13h (université Gustave Eiffel)