Archives par mot-clé : science-fiction

Appel à contributions : “Rétrotopies”, Pagaille, revue de littératures et médias comparés

Appel à publications pour le troisième numéro de la revue Pagaille, revue de littératures et médias comparés : “Rétrotopies”

Échéance des propositions : 15 mars 2023

En 2017, l’essai Retrotopia de Zygmunt Baumann, publié de manière posthume, interroge le rapport qu’entretiennent les sociétés occidentales avec le passé. Selon le sociologue, ces dernières se caractériseraient par une perte de foi en l’avenir, « devenu le réceptacle même de tous les cauchemars » (BAUMANN, 2017). Elles seraient ainsi animées par un mouvement de nostalgie envers un passé fantasmé, censé garantir la stabilité en réconciliant sécurité et liberté. Cet élan que Baumann définit comme une rétrotopie est qualifié de réactionnaire, tendant à fermer les imaginaires, à entraîner des régressions politiques, sociales, à construire des communautarismes. Dans une perspective différente mais complémentaire, la réflexion de François Hartog sur le présentisme posait un constat similaire sur nos sociétés contemporaines, devenues incapables de se projeter dans un futur trop anxiogène, bloquées à « un moment d’arrêt, de stase » (HARTOG, 2003), enfermées dans une crise du rapport au temps.

Ce troisième numéro de Pagaille propose ainsi de réfléchir à la manière dont la fiction s’est souvent nourrie de cet élan rétrotopique pour construire des univers parallèles, des mondes possibles, des « utopies régressives » (MURVAI, 2018), caractérisés par un même mouvement de retour vers un passé idéalisé, contrepoint salutaire à un présent décevant ou projection réflexive permettant de dialoguer avec le monde contemporain, de l’enrichir, de rêver à ce qu’il aurait pu être. Ce phénomène est-il bien une « constante de l’esprit humain confronté au temps » comme l’affirment Bénédicte Brémard et Marc Rolland dans De l’âge d’or aux regrets, ou est-il un trait particulièrement saillant de nos sociétés actuelles emmurées dans une crise de l’imaginaire?

La réflexion proposée invite à travailler à la fois sur des œuvres rétrotopiques, sur des œuvres questionnant le phénomène de la rétrotopie, mais aussi à développer une lecture rétrotopique d’œuvres qui ne le sont pas. Continuer la lecture de Appel à contributions : “Rétrotopies”, Pagaille, revue de littératures et médias comparés

Séance couplée : séminaire LPCM / séminaire PHisTeM, cycle “Cultural Studies” (CSLF, Paris Nanterre) – Vendredi 10 février 2023, 16h-18h30

Séance couplée : séminaire LPCM / séminaire PHisTeM, cycle “Cultural Studies”

Date : Vendredi 10 février, 16h-19h30

Lieu : Université Paris Nanterre – Bâtiment Max Weber, salle de séminaire 1

La séance sera également diffusée en ligne. Pour obtenir le lien de la réunion Teams et suivre à distance cet événement, merci de bien vouloir écrire à l’équipe organisatrice via l’adresse mail de contact : atelierlpcm@protonmail.com

Présentation

Le séminaire général du PHisTeM vise à offrir un panorama des recherches nouvelles en théorie littéraire, en histoire littéraire et en cultural studies ; cette année, il est également centré sur les programmes et les projets initiés en son sein, individuellement ou collectivement.

Cycle « Cultural Studies » organisé par Matthieu Letourneux et Aurélie Huz

 Le séminaire de recherche mensuel de la LPCM vise à favoriser les rencontres et les échanges entre les chercheur·se·s qui se spécialisent dans l’analyse des cultures populaires et médiatiques, quel que soit leur ancrage disciplinaire (littérature, sciences de l’information et de la communication, sociologie, histoire, économie, musicologie, humanités numériques…) et leur objet d’étude (littérature, bande dessinée, littérature jeunesse, cinéma, séries télévisées, productions transmédiatiques, musique, jeux vidéo, jeux, figurines, images…). 

Les séances ont lieu en co-modal.

Organisatrices : Fanny Barnabé (Epitech), Anaïs Goudmand (Sorbonne Université), Aurélie Huz (Université Paris Nanterre), Alice Jacquelin (Université Paris Nanterre)

Programme

  • Chloé Huvet (Université d’Évry) : « Refonder Alien : immersion dans l’univers audiovisuel de Prometheus et Alien : Covenant (R. Scott, 2012, 2017) »

Plus de trente ans après Alien, le 8e passager (1979), Ridley Scott opère une refondation du mythe du xénomorphe dont il est l’initiateur par le prisme de deux préquels lointains, Prometheus (2012) et Alien : Covenant (2017). En mobilisant différents outils de la cinémusicologie, de l’analyse filmique et du champ théorique, je proposerai au cours de mon intervention d’étudier de quelles manières la musique et le son de Prometheus et Covenant, partagés entre fascination et terreur, contribuent à donner corps aux nouvelles orientations scottiennes et s’inscrivent dans une optique de refondation de l’univers d’Alien. On verra tout d’abord comment le retour aux sources de la mythologie d’Alien dans Prometheus et Covenant se déploie à la musique et au sound design autour des origines de l’Homme et de la genèse du monstre. J’établirai ensuite comment l’univers sonore des deux préquels donne forme et remodèle l’univers biomécanique oppressant de la saga par des matériaux sonores aux frontières mouvantes, au sein d’une approche haptique et sensorielle généralisée.

  • Jérémy Michot (Université de Perpignan) : « Novum sonore, une étude de cas : Les dimensions musicales et parallèles de The OA (Partie 01) »

The OA, une série créée par Brit Marling et Zal Batmanglij (Netflix, 2016-2019), met en scène Prairie, une jeune femme portée disparue qui réapparait après sept ans d’absence. Cette dernière confie son histoire à quatre lycéen·nes et une enseignante, dans la pénombre d’une maison abandonnée : drame familial, séquestration, expérience de mort imminente, voyage entre les dimensions, multivers, rencontre avec des créatures cosmiques ou lovecraftiennes… sont au cœur des souvenirs ainsi que des récits que Prairie offre à ses auditeurs dans la partie I. Cet article explore la façon dont le son et la musique participent au caractère ainsi qu’à la narration trouble, tant au niveau formel que générique, de The OA. D’une part, en analysant les textures musicales minimalistes, leur renvoie à d’autres séries, ainsi qu’au cinéma de science-fiction, de l’autre, en montrant que la musique et autres effets sonores diégétiques apparaissent au cœur de l’intrigue, comme autant de territoires incarnés par le son.

Nous encourageons les participant·e·s à adhérer à la LPCM :

https://lpcm.hypotheses.org/adherer-a-lassociation

Appel à contributions : “Polars fantômes et autres spectres : séries et surnaturel”

“Polars fantômes et autres spectres : séries et surnaturel”, quatrième volume des « séries policières », RLM Minard-Garnier.

Laboratoire Textes et Culture, EA 4028, Université d’Artois

Échéance des propositions : 01 Juillet 2023

“Je vois des gens qui sont morts… ils vont et ils viennent comme n’importe qui… ils ne se voient pas entre eux… ils ne voient que ce qu’ils ont envie de voir… ils ne savent pas qu’ils sont morts” (Cole dans The sixth sense)

Si tant est, dans l’esthétique postmoderne, qu’un genre puisse conserver ses spécificités, il paraît difficile de concilier les codes du polar avec ceux du surnaturel ; la résolution rationnelle des énigmes – même les plus apparemment insurmontables – demeure la règle la plus intangible du roman policier, et à part quelques cas d’école de type « Scooby Doo » ou « SOS Fantômes », la structure du récit (ou du film) de détection ne fait que rarement place au doute fantastique – si ce n’est sous forme de boutades, d’images, ou de superstitions populaires vite ridiculisées : dans le cultissime Mystère de la chambre jaune (Leroux), seuls les vieux domestiques crédules et les paysans du coin croient à une présence diabolique, mais ces remarques sont plus typifiantes que sérieuses ; d’ailleurs, pas un seul instant le policier Larsan ou le journaliste Rouletabille n’accordent le moindre crédit à ces allégations naïves : « Alors ? Alors… je commençais à croire au diable » (17) ; « C’est un mystère du diable ! » (57) ; « Je m’suis signée, quand j’ai entendu ça, comme si j’entendais l’diable ! » (93).

On retrouve le même procédé dans la plupart des romans de Leroux, par exemple dans Le Fantôme de l’Opéra : « La légende du fantôme avait bientôt pris des proportions colossales dans le corps de ballet. […]Tout était de la faute du fantôme, du fantôme de l’Opéra ! » (14), ou dans La Poupée sanglante : « C’est épouvantable !… C’est moi qui l’ai livrée au démon ! … Que Jésus ait pitié de nous ! » (t. 1 : 205), qui appartient effectivement à la science-fiction post-vernienne, mais pas par le biais que l’on croit.

Plusieurs auteurs ont relevé le défi, en préférant le « mystère » (lié à l’atmosphère, donc inscrutable) à l’énigme (résolue la plupart du temps, donc rationnelle). Prenons un exemple : toute l’œuvre de Jean Ray – nous parlons du corpus fondé sur la récurrence de Harry Dickson, l’autoproclamé Sherlock Holmes américain – est un vaste flirt entre enquête policière classique et aventures surnaturelles (par exemple, dans Le Temple de Fer) ! Bien avant lui, Sheridan Le Fanu avait inventé, avec le personnage de Martin Hesselius, le prototype du « détective de l’occulte » dans les Créatures du Miroir. Des auteurs ont ouvertement exploré ce filon, entre autres les chronologiquement contemporains William Hope Hodgson et Algernon Blackwood ; le premier a créé un personnage d’enquêteur amateur d’insolite et de bizarre : son Thomas Carnacki affronte les revenants mal intentionnés dans Carnacki et les fantômes (1910) ; mais c’est essentiellement par son recueil La Chose dans les algues que Hodgson est passé à la postérité, en tant qu’écrivain de la suggestion fantastique à part entière ; tué à Ypres en 1918, il laisse une œuvre en pleine maturation. Deux ans avant Carnacki, Blackwood avait proposé, lui, un héros « psychologue » féru de fantastique, le docteur John Silence, qui libère ses patients de leurs sujétions diaboliques (John Silence, 1908). Le plus connu est cependant leur cadet, Seabury Quinn, créateur du « Sherlock Holmes du surnaturel » en la personne de Jules de Grandin (Les aventures de Jules de Grandin, 1923-1952).

Continuer la lecture de Appel à contributions : “Polars fantômes et autres spectres : séries et surnaturel”

Parution : Res Futurae n°20, “Théorie(s) de la science-fiction”

Res Futurae n°20, “Théorie(s) de la science-fiction“, dir. Irène Langlet, 2022.

La grande affaire de la théorie de la science-fiction a longtemps été de la définir. Après le tournant des études culturelles, quelle pensée de la SF comme ensemble de pratiques peut-on promouvoir? Dix ans après le lancement de Res Futurae, ce numéro s’arrête sur les théorie(s) et les éléments de la science-fiction.

Comité de rédaction de Res Futurae : Éditorial n°20 [Texte intégral]

  • Théorie(s) de la science-fiction, sous la direction d’Irène Langlet

Irène Langlet, Pour une French (Science Fiction) Theory [Texte intégral]

 

Aurélie Huz, Démêlés avec le novum : démontages et remontages de la notion dans une perspective culturelle intermédiatique [Texte intégral]

Bastien Descombes, De l’avantage (ou non) de définir la science-fiction (comme expérience de pensée) [Texte intégral]

Margot Châtelet, Les univers partagés de science-fiction : pour une transauctorialité [Texte intégral]

Emmanuelle Lescouet, Gestes de lecture numérique et lecture immersive de science-fiction [Texte intégral]

Matthieu Letourneux, Le genre comme fait de discours : pour une définition molle de la science-fiction[Texte intégral]

Simon Bréan, Pour un usage externe des théories de la science-fiction [Texte intégral]

  • En direct de Science Fiction Studies

Simon Spiegel, Le monde en plus étrange : à propos du concept d’« estrangement » en théorie de la science-fiction  [Texte intégral]

Istvan Csicsery-Ronay (Jr.), Science-Fiction et Empire [Texte intégral]

  • Comptes rendus

Irène Langlet, Les Compagnons de la théorie (de la science-fiction) [Texte intégral]

Parution : Les littératures de l’imaginaire (Anne Besson)

Anne Besson, Les littératures de l’imaginaire, Presses universitaires Blaise Pascal, coll. “L’Opportune”, 2022.

Science-fiction, fantasy et fantastique sont plus que jamais au cœur des consommations culturelles contemporaines, de Star Wars à Game of Thrones en passant par Harry Potter. Ces « genres de l’imaginaire », qui s’étendent dans tous les médias, mais dont l’origine est littéraire, sont pourtant trop mal connus par les publics qui les plébiscitent, faute d’ouvrage de référence récent. Cette petite synthèse, par la spécialiste Anne Besson, vient combler ce manque, en présentant clairement les différences entre les trois grands genres, mais aussi leur proximité tout au long de leur histoire et jusqu’aux hybridations contemporaines.

SOMMAIRE

Introduction : le parti pris de l’imaginaire

1. Trois genres pour un domaine

2. Histoires parallèles

3. De constantes hybridations

4. Nouveaux mondes

Conclusion : nouveaux questionnements

Glossaire

Bibliographie

Appel à contributions : European Comic Art Special Issue on Valérian et Laureline

Call for Papers: European Comic Art, Journal Special Issue on Valérian et Laureline.

Échéance des propositions : 1er février 2023. 

We are looking for contributors to a special issue of European Comic Art themed on Pierre Christin and Jean-Claude Mézières’s Valérian et Laureline science-fiction comic series.

The issue aims to redress the relative paucity of recent scholarship devoted to the stories.

The issue will be published in 2025 (vol. 18.1) and completed articles of between 6 and 7,000 words in English will be due in March 2024.

Simon Bréan (Sorbonne Université) is an invited contributor to the issue.

Articles could deal with, but are not limited to :

  • the comic artform or genre; 
  • stylistic and visual considerations; 
  • character studies and development; 
  • the depiction of gender,  
  • the environment and other nonhuman entities; race, colonialism, empire; technology; 
  • the evolution of a specific element across the four decades of publication; 
  • world-building and/or contributions to science fiction as a genre; 
  • a comparison between the bandes dessinées and Luc Besson’s 2017 movie;
  • a case study of a story or album.

    If you are interested in contributing, please submit a 400-word abstract to both co-editors of the special issue by February 1, 2023:

Christina Lord (lordc@uncw.edu) and Paul Scott (pascott@ku.edu).

Please do not hesitate to contact us for further information.

FANTAELX – Congrès International du Genre Fantastique, Audiovisuels et Nouvelles Technologies (Université Miguel Hernández)

FANTAELX – Congrès International du Genre Fantastique, Audiovisuels et Nouvelles Technologies

10-11 novembre 2022

Université Miguel Hernández

Organisé par l’Université Miguel Hernández et le Festival International de Cinéma Fantastique de Elche – FANTAELX

Présentation

The International Congress of Fantastic Genre, Audiovisuals and New Technologies is an activity of scientific and academic divulgation that is part of Elche International Fantastic Film Festival – FANTAELX, and which has the collaboration of the Miguel Hernández University.

The objective of the Congress is the diffusion of research studies in the different thematic lines of the Fantastic Genre, covering all its possible variants and platforms: cinema, television, theater, literature, comics, videogames, virtual reality, plastic arts, etc.

The fifth edition of the Congress will take place on November 10 and 11, 2022 at the “Ciutat d’Elx” Congress Center (in person format) (see map), and on the festival’s website (online format). Continuer la lecture de FANTAELX – Congrès International du Genre Fantastique, Audiovisuels et Nouvelles Technologies (Université Miguel Hernández)

Appel à contributions : La Science-fiction et l’enseignement du politique (Revue Relief)

Numéro la revue Relief : “La Science-fiction et l’enseignement du politique”

sous la direction de Colin Pahlisch et Gaspard Turin

Échéance des propositions : 31 janvier 2023
 
Le renouveau de la SF en France depuis la fin du XXe siècle, dans le sillage de la Nouvelle Science-fiction Française, porté en particulier par Alain Damasio et les auteur·ice·s du collectif Zanzibar, semble avoir deux effets concomitants. D’une part un « retour du politique[1] », au sein des textes publiés mais aussi à travers une présence interventionniste au-delà du champ strictement littéraire (ZADs et milieux militants, musique, arts vivants…) ; d’autre part – mais ceci reste à vérifier – au-delà du niveau local : un certain engouement pour l’enseignement des œuvres de Damasio et leur mise au programme dans les classes de français du secondaire.

De ce double constat initial se dégagent trois pôles, dont les possibilités articulatoires définissent dans ses grandes lignes les enjeux de ce numéro : le politique (compris après Rancière (2005) comme gouvernementalité à tous niveaux d’organisation collective, voire comme « débordement »), la science-fiction, l’enseignement. On évitera de matérialiser cette articulation en formulant des questions trop simplistes ou mal informées, comme « La SF est-elle enseignable ? » (la réponse est oui). En revanche, on considèrera comme fécond de formuler une problématique selon l’un ou l’autre des axes suivants, auxquels nous ajoutons quelques questions générales en manière d’exemples synthétiques. Ces questions n’ont évidemment pas vocation à couvrir l’ensemble de la problématique envisagée ici. 

Axe 1 : Quelle place pour le politique dans l’enseignement (de la SF) en littérature ? 

La lecture littéraire scolaire, contrairement à d’autres disciplines comme l’histoire ou la philosophie, ne considère ni dans ses traditions, ni dans ses programmes officiels, ni dans ses pratiques déclarées de lien évident avec un quelconque devoir d’éducation politique. Alors que, si l’on s’attache à observer les enjeux didactiques de la discipline du français (ou d’une autre langue) sous l’angle d’une théorie de l’action conjointe, telle qu’elle est notamment représentée par G. Sensevy (2011), on réalise que les faits enseignables sont indissociables des valeurs qui les sous-tendent, qu’« évaluation et description s’entrelacent » (Putnam, cité par Sensevy, 707) et que toute ingénierie didactique se doit d’intégrer une dimension éthique. Cette dimension, en effet, se révèle toujours, qu’elle soit ou non interrogée. Son interrogation effective implique d’instituer activement les perspectives politiques ainsi révélées, et de nourrir par un dialogue informé entre élèves et enseignant·e·s les questionnements qui ne manqueront pas d’émerger. Continuer la lecture de Appel à contributions : La Science-fiction et l’enseignement du politique (Revue Relief)

Appel à contributions : Entre science et magie : les savoirs dans les cultures de l’imaginaire (MSH Bretagne, Rennes)

Colloque jeune chercheurs·euses : Entre science et magie : les savoirs dans les cultures de l’imaginaire

1 au 3 mars 2023, Maison des Sciences et de l’Homme en Bretagne

Organisé par le laboratoire des imaginaires

Échéance des propositions : 13 Janvier 2023

“Knowledge is power”, Petyr Baelish (Game of Thrones)

Organisé par l’association du Laboratoire des Imaginaires, ce colloque est destiné en priorité aux jeunes chercheurs·euses, doctorants·es, masterants·es, ou étudiants·es en licence qui souhaitent consacrer une part de leurs recherches aux cultures de l’imaginaire.
Lorsque l’on pense à la science-fiction et à la fantasy, on en vient souvent à les opposer à travers deux de leurs éléments matriciels : la science et la magie. Pour autant, ces deux concepts, si évocateurs dans le cadre de cette comparaison, semblent irrémédiablement liés en ce qu’ils transfigurent un élément-clef de ces deux genres : le savoir. 

Tout comme la fantasy et la science-fiction ne sont pas si étrangères l’une envers l’autre, voire se mêlent de manière presque alchimique au sein d’oeuvres de science-fantasy, la science et la magie ne seraient qu’une même chose : une somme rationnelle de connaissances qu’il est possible de saisir et d’appréhender par l’observation, la méthode et l’expérience. Dès lors, on saisit bien que la distinction entre science et magie tient plus de la notion de perspective, et naît plutôt de l’opposition que l’on fait entre certains de leurs usages. Selon les trilogies de Star Wars et la découverte du concept de midichloriens, selon qu’on suive ou non des personnages de Jedis, on considérera la Force comme une magie mystérieuse, ou une dynamique physique qui sous-tend la galaxie. Dans la série des Elder Scrolls, les phénomènes magiques créés par les Aedra et Daedra sont ceux qui façonnent le monde, sa physique et ses limites : en comprendre le fonctionnement revient à développer une science. Au sein du double triptyque de La Tour de Garde (Claire Duvivier, Guillaume Chamanadjian), la Maison de la Recluse traque les jeunes enfants capables de modeler la glaise et la pierre avec leurs propres mains, une magie férocement gardée au service de l’ingénierie urbaine et du savoir architectural. Les écrivain·e·s elleux-mêmes notent cette miscibilité, tel Arthur C. Clarke : “Toute technologie suffisamment avancée est indiscernable de la magie”. Quant aux praticien·ne·s de la science ou de la magie mis·es en scène dans ces différents univers fictionnels, iels vivent le plus souvent leur art comme une expérience rationnelle, et d’autant plus d’apprentissage – nombre de ces fictions restent des coming of age stories. 

Magie et science se révèlent ainsi être deux faisceaux du savoir, qui, selon la perspective choisie, conservent quelques traits communs : le savoir s’apprend, bien entendu, mais il peut être nécessaire de pratiquer, de s’entraîner pour l’obtenir (Avatar le dernier maître d’air), le tout en étant le plus souvent guidé par une ou des figures tutélaires (Harry Potter). On y trouve pourtant quelques différences dans l’appréhension du savoir : la science se caractérise plus volontiers par la volonté de compréhension et la méthode, quand la magie se trouve souvent définie par un désir de maîtrise. Mais cette distinction n’occulte pas la porosité entre les pratiques liées à l’un et à l’autre, le désir de gloire venant par exemple souvent motiver ces pratiques (des “savants fous” aux Mangemorts (Harry Potter)).

En retraçant les liens entre science et magie, ce sont ces différentes acceptions du savoir selon les cultures de l’imaginaire qu’on se propose d’explorer dans le cadre de ce colloque, afin de considérer quelles définitions et représentations en sont proposées au public. Il s’agirait aussi d’explorer la manière dont ces mêmes sciences et magies dépassent la frontière fictionnelle, en amenant ce savoir à s’infuser et à se transmettre dans les cadres de la réception et de la création.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Entre science et magie : les savoirs dans les cultures de l’imaginaire (MSH Bretagne, Rennes)

Parution : La science-fiction. Une introduction historique et philosophique

Gilbert Hottois, La science-fiction. Une introduction historique et philosophique, Vrin, coll. “Pour Demain”, 2022. 

« Pour Gilbert Hottois, la science-fiction nous aide à penser le futur en confrontant le lecteur à tous les avenirs imaginables. Pétrie de fantasmes et de spéculations transhumanistes, la science-fiction est un lieu idéal pour tester symboliquement les limites de l’humain. La grande science-fiction – de Stapledon à Egan, Banks ou Benford, en passant par Clarke, Lem et quelques autres – conduit de façon passionnante au seuil des singularités. Toutes les merveilles et toutes les abominations sont là, écrites : toutes les utopies, toutes les apocalypses, toutes les transfigurations et tous les anéantissements, tous les progrès et toutes les régressions… La rhétorique de la science-fiction dit que l’espèce humaine peut errer et s’autodétruire ou être victime d’un cataclysme cosmique, mais aussi poursuivre indéfiniment l’exploration et l’invention de soi-même et de l’univers. » (Jean-Noël Missa)

Membre de l’Académie Royale de Belgique et de l’Institut International de Philosophie, Gilbert Hottois était professeur émérite de l’Université Libre de Bruxelles.

Télécharger la table des matières