Archives par mot-clé : science-fiction

Appel : Voyages dans le temps

Le voyage dans le temps en science-fiction

8èmecolloque Stella Incognita

18 et 19 avril 2019 à Clermont-Ferrand 

Organisatrices Karen Vergnol-Remont et Élisabeth Stojanov, CELIS 

Appel pour le 31 janvier 2019

Qu’est-ce que le Temps ? « Si personne ne me pose la question, je sais ; si quelqu’un pose la question et que je veuille expliquer, je ne sais plus. » (Saint Augustin, Confessions XI, 14, 17). Cette citation de Saint Augustin illustre parfaitement les rapports que l’homme entretient avec le Temps. Tout comme l’Amour ou la Mort, le Temps fait partie des grandes notions qui caractérisent l’existence propre de l’homme, mais qui est également la plus difficile à définir. Selon que l’on se place du côté de la philosophie, de l’anthropologie, de la psychologie, de l’histoire, etc., nous trouvons à chaque fois une définition différente. Ce rapport de l’Homme face au temps évolue avec les sciences. Les travaux d’Einstein sur la relativité et les récentes études de Stephen Hawking ont largement contribué à repenser cette notion. En outre ces deux physiciens permettent de remettre en question un autre grand mystère qui est celui du voyage dans le temps. Si la science est encore réticente face à ce sujet, l’art et les littérateurs se sont fait un plaisir à le prendre à leur compte et le développer dans toutes les directions : boucles temporelles, paradoxe du grand-père, modifications historiques, machines temporelles sont autant de motifs qui parcourent la littérature de science-fiction.

Lors de ce colloque, qui porte sur le voyage dans le temps, différents axes d’études pourront être proposés, tous les médiums et aires géographiques peuvent être représentés.

Nous proposons ci-dessous quelques pistes non exhaustives : 

Continuer la lecture de Appel : Voyages dans le temps

Colloque : Rebelles et imaginaire

Colloque annuel du CERLI 2018
« Rebelles : figures et représentations de la contestation sociale dans les littératures de l’imaginaire »


Du mercredi 3 au vendredi 5 octobre 2018


Université de La Rochelle, CRHIA, Pôle Communication Multimédia Réseaux

Image : Hunger Games, La Révolte


Programme :


Mercredi 03 octobre 2018 : amphithéâtre du pôle Communication
Multimédia Réseaux

• Evolution et déconstruction de la figure du rebelle
9H30-10h10 : Jonathan FRUOCO, « Robin des Bois : noble voleur ou voleur des nobles ? »
10H10- 10H50 : Albain LE GARROY, « Les Prédateurs de Whitley Strieber : des rebelles immortels »
10h50-11h05 : pause
11H05-11H40 : Natalia CHUMAROVA, « La figure de rebelle et la création de la rébellion dans la science-fiction d’Ivan Efremov »
12H : pause déjeuner
• Le rebelle comme figure de la contestation nationale Continuer la lecture de Colloque : Rebelles et imaginaire

Parution : Séries de SF

Florent Favard, Le Récit dans les séries de Science-fiction, de Star Trek à X-Files

Armand Colin, 2018.

 

Héritières des serials cinématographiques et des magazines pulp, les séries de science-fiction accompagnent la production télévisuelle depuis ses débuts. Elles ont soutenu, et souvent même mené de front, l’évolution de la complexité narrative de ce format au fil des décennies, hier au sein de la production nord-américaine, aujourd’hui à travers le monde, participant ainsi largement au renouvellement du genre.
Cet ouvrage remonte aux origines des séries de science-fiction et s’appuie sur plusieurs exemples représentatifs d’aujourd’hui pour présenter leurs grands prototypes narratifs et leurs principaux motifs. Il permet de comprendre ce que la science-fiction a apporté à la télévision, et ce qu’en retour le petit écran a offert au genre de l’imaginaire le plus à même d’interroger notre avenir et ses possibles. De Star Trek à X-Files, de l’utopie à la dystopie, il révèle comment, épisode après épisode, année après année, les séries de science-fiction explorent des mondes extraordinaires, reformulent et rendent plus concrets nos craintes et nos espoirs…

Lire un extrait sur le site de l’éditeur

Appel : Héritages d’Ursula Le Guin. Science, fiction et éthique pour l’Anthropocène

Conférence internationale à Paris · Juin 19 – 21, 2019

École polytechnique / Sorbonne Nouvelle

Tout pouvoir humain est sujet à résistance et à changement par les êtres humains. Résistance et changement prennent souvent leur source dans l’art, et très souvent dans notre art, l’art des mots.

–Ursula K. Le Guin

 Éthique et esthétique planétaires, communautés inter-espèces, sociétés anarchistes et post-genre, savoir indigène, intelligence végétale… les chemins qu’Ursula K. Le Guin a ouverts à nos imaginaires sont autant de voies possibles pour mieux habiter le 21e siècle. Essayiste visionnaire et styliste hors-pair, Ursula K. Le Guin nous a quittés le 22 janvier dernier, laissant derrière elle une œuvre substantielle de fiction et d’essais dont le contenu parait tous les jours plus essentiel.

Continuer la lecture de Appel : Héritages d’Ursula Le Guin. Science, fiction et éthique pour l’Anthropocène

Appel à communications: Représentations animales dans les mondes imaginaires: vers un effacement des frontières spécistes?

Colloque interdisciplinaire jeunes chercheurs

Université d’Artois, Arras, « Textes et Cultures » (E.A. 4028)

Organisé par Marie Lucie Bougon (Artois), Charlotte Duranton (Ethodog – Research in Canine Ethology), Laura Muller-Thoma (Artois) et coordonné par Anne Besson (Artois)

14-15 Novembre 2019
Date du rendu des communications : le 1er octobre 2018

Continuer la lecture de Appel à communications: Représentations animales dans les mondes imaginaires: vers un effacement des frontières spécistes?

Parution : Res Futurae « Maurice Renard »

Res Futurae n°11, 2018 : « Maurice Renard »

https://journals.openedition.org/resf/

Sous la direction de Émilie Pézard et Hugues Chabot

Considéré comme un « Wells français », Maurice Renard (1875-1939) occupe une place cruciale dans l’histoire de l’anticipation française, tant par son œuvre de fiction que par la réflexion théorique qu’il a menée sur le genre. Le « merveilleux logique », rebaptisé ensuite « merveilleux scientifique » puis « roman d’hypothèse » s’est vu ainsi défini dans plusieurs articles fondateurs et illustré dans des romans et des nouvelles, comme Le Docteur Lerne, sous-dieuLe Péril bleuLes Mains d’Orlac, L’Homme truqué, Un homme chez les microbes, « Le professeur Krantz », Le Maître de la lumière.

Appel : SF et bande dessinée

Appel à contributions pour le dossier n° 14 de ReS Futurae

« Présence de la science-fiction dans la bande dessinée d’expression française »

Pour le 31 mai 2018

Dossier dirigé par Alain Boillat (Université de Lausanne)

 

Les contributions du dossier se pencheront sur la place accordée à la science-fiction au sein de ce phénomène de presse puis d’édition qu’est la bande dessinée d’expression française en examinant en tant que modes d’appropriation du genre différents régimes visuels apparus au cours de l’histoire du médium, de Saint-Ogan à Pellos jusqu’aux productions contemporaines. La délimitation linguistique du corpus – très différent des comics ou des mangas au niveau du style, du contexte d’édition/réception et du réseau intertextuel – tient au constat qu’à l’intérieur de l’espace géographique, linguistique et culturel de la bande dessinée dite « franco-belge » qui en constitue le noyau, le genre de la SF a été plutôt sous-représenté dans la période d’essor de l’après-guerre en raison de nombreuses caractéristiques – souvent héritées des comic strips – peu compatibles avec la loi de 1949 sur les publications destinées à la jeunesse. Exception faite de la reprise de matériel d’exportation venant des Etats-Unis (notamment les récits de super-héros), la bande dessinée de SF s’est en effet développée dans un premier temps plutôt via les petits formats (à l’exemple de la série Meteor chez Artima) qui ne visaient pas en priorité le public enfantin ou, s’est inscrite, chez des dessinateurs de premier plan comme Hergé, Jacobs ou Franquin, dans une filiation de l’anticipation scientifique à la française qui reste à explorer dans ses rapports à la science-fiction.

Faire l’histoire du genre à travers différents contextes permet d’aborder des questions de légitimation culturelle : la science-fiction étant quasiment confondue, dans les discours de défense d’une Continuer la lecture de Appel : SF et bande dessinée

Appel : Pierre Bordage

Appel à contributions pour le dossier du n°13 de ReS Futurae : Pierre Bordage

Dossier dirigé par Claire Cornillon (Université de Nîmes) et Natacha Vas-Deyres (Université Bordeaux-Montaigne)

Échéances

Les propositions d’articles d’environ 250 mots, accompagnées d’une brève bio-bibliographie, sont à envoyer avant le 15 avril 2018 conjointement à Claire Cornillon(clairecornillon@gmail.com) et Natacha Vas-Deyres (natvd@cegetel.net). La date de remise des articles est fixée au 30 octobre 2018.

Les auteurs sont invités à consulter les consignes aux auteurs.

Argument

Pierre Bordage vient de recevoir le prix extraordinaire 2017 décerné par le festival des Utopiales. Auteur de dizaines de romans et de nouvelles, dont WangLa trilogie des ProphétiesLes Derniers Hommes ou encore Les Fables de L’Humpur, il s’est imposé comme un écrivain majeur de la science-fiction contemporaine française. Alors qu’il découvre la science-fiction tardivement, dans un cours de littérature comparée consacré à la science-fiction de l’âge d’or à l’Université de Nantes, son premier roman Les Guerriers du Silence, édité en 1994, marque les esprits et connaît immédiatement le succès en librairie. Revisitant le space opera avec un foisonnement de l’imagination, une écriture évocatrice et des thèmes qui marqueront sa spécificité, notamment la spiritualité, la question de la violence et du mal, il conquiert rapidement un public qui lui reste particulièrement fidèle. En 2010, il comptait déjà 900 000 exemplaires vendus de ses œuvres à travers le monde, selon le site et l’éditeur ActuSF. Écrivain très productif, il oscille entre le space opera, l’anticipation, la dystopie ou la fantasy.

Après les premières lectures de Chauvin et Cornillon (2014) et les entretiens de 2010 et 2017, il conviendrait d’approfondir l’étude de l’œuvre dans son ensemble : par exemple les cycles de L’Enjomineur (2004-2006), de La Fraternité du Panca (2007-2012) ou ses derniers romans commeEchos dans le temps (2016) ou Arkhane (2017). Si la question de l’humanisme, de la spiritualité, ou encore de l’utopie ont déjà été abordés (Vas-Deyres, 2013), qu’en est-il de la question du mal et de la violence par exemple dans son œuvre ? Comment se construit la narration dans ses œuvres ? Quel est son travail stylistique ? Comment aborder ses œuvres sous l’angle générique ? Nous pourrions également nous interroger sur les rapports de Pierre Bordage avec l’institution éditoriale, sur son travail avec ses différents éditeurs. Autant de questions qui gagneraient à être explorées davantage, en mêlant les approches critiques.

Pierre Bordage a souvent été qualifié de « conteur », mais il serait ainsi intéressant d’approfondir le travail stylistique de ses textes et leur construction narrative. Il se dit « scriptural » plutôt que « structural », selon la terminologie de Francis Berthelot dans son essai Rêve de roman (2003).Pour lui, « L’écriture est une expérience, qui nous emmène là où l’on n’avait pas prévu d’aller » (Cornillon, 2011), ce qui semble expliciter les enjeux esthétiques de son invention littéraire. Comment travaille-t-il par exemple l’alternance des points de vue et quelle vision du monde cette construction narrative porte-t-elle ?L’humain, dans ses paradoxes et ses contradictions, entre sublime et monstruosité, ne sont-ils pas finalement au centre de ses histoires ?

D’autre part, si l’adjectif humaniste lui est fréquemment accolé, de quel humanisme parle-t-on ? Quelles sont les interrogations philosophiques et anthropologiques portées par son œuvre ? Les mythes issus des civilisations occidentales et orientales ont une importance capitale dans la création de ses récits : l’épopée est un modèle tant dans l’élaboration de ses personnages, porteurs d’une aventure collective autant science-fictionnelle qu’héroïque (notamment dans ses romans de fantasy) que dans la construction romanesque qui s’imprègne par là d’une volonté d’écrire des gestes éclairantes pour la post-humanité. Comment cette source imprègne-t-elle son œuvre ? Serait-elle une voie de compréhension possible de l’ambiguïté/hybridité générique des textes de Pierre Bordage ?

La quête initiatique, la question du mal, la spiritualité – des thèmes qui lui tiennent à cœur – construisent une ambivalence entre la recherche de la sagesse et la violence féroce régnant dans des univers semblant souvent, au départ, désespérés. On pourrait qualifier cette position spécifique de « religiosité postmoderne » (Denis Jeffrey, Jouissance du sacré, 1998), comme une tentative utopique pour humaniser une société que la science et la rationalité instrumentale ont tendance à rendre de plus en plus problématique. Quel est ainsi la place du corps dans son œuvre ? Et celle de l’esprit ? De quelle spiritualité parle-t-il ? Y a-t-il aussi une place dans ce cadre pour le politique ?Ce sont là quelques-uns des aspects que nous souhaiterions voir aborder dans ce dossier.

Le numéro est ouvert à des articles sur une œuvre singulière mais également à des synthèses abordant de manière traversale un ou plusieurs aspects de l’œuvre de Pierre Bordage. Nous souhaiterions en particulier que soient explorés les points suivants, sans pour autant y limiter cet appel :

Les sources mythologiques et la dimension épique de son œuvre.

La question du genre (diversité des ancrages génériques : science-fiction, fantasy, etc).

La diversité des formats des textes : romans, nouvelles.

Les expérimentations transmédiatiques et cinématographiques : jeux vidéo, scénarios,bande-dessinée.

Le rapport aux éditeurs (L’Atalante, Le Diable Vauvert, Organic…).

L’écriture : la question du style, de la description, de la narration et des points de vue, la structure des récits.

La dimension spirituelle et philosophique.

Le rapport à la violence, la question du mal.

La dimension sociale et politique.

La réception de l’œuvre de Pierre Bordage (publique et critique).

Bibliographie critique indicative :

Atallah Marc, « Nouvelle vie TM de Pierre Bordage : l’exploitation du génome humain peut-elle tuer l’humanité ? in Fictions politiques, Michel Prat et Alain Sebbah (dir.), Presses universitaires de Bordeaux, Eidôlon n°73, 2006.

Chauvin Cédric, « Dedans, dehors : devenirs de l’homme chez Pierre Bordage », in Les Dieux cachés de la science-fiction française et francophone, Natacha Vas-Deyres, Patrick Bergeron, Patrick Guay, Florence Plet-Nicolas et Danièle André (dir.), Presses Universitaires de Bordeaux, Eidôlon n° 91, 2014.

Cornillon Claire, « Spiritualité et science-fiction dans L’Evangile du Serpent de Pierre Bordage », in Les Dieux cachés de la science-fiction française et francophone, Natacha Vas-Deyres, Patrick Bergeron, Patrick Guay, Florence Plet-Nicolas et Danièle André (dir.), Presses Universitaires de Bordeaux, Eidôlon n° 91, 2014.

Périer Isabelle, Mythe et épopée en science-fiction : technoscience, sacré et idéologie dans les cycles d’Herbert, Simmons, Banks, Hamilton, Bordage et Ayerdhal, thèse en littérature comparée sous la direction de Michel Viegnes, Université de Grenoble, 2010.

Vas-Deyres Natacha, « Deux arbres au bord du fleuve de l’Histoire: l’alternative utopique et science-fictionnelle de Pierre Bordage et Maurice G. Dantec », in L’Utopie entre eutopie et dystopie, en hommage à Claude-Gilbert Dubois, Peter Kuon, Gérard Peylet (dir.), Presses universitaires de Bordeaux, Eidôlon n°110, 2013.

Vas-Deyres Natacha, Ces Français qui ont écrit demain, Paris, Honoré Champion, 2013, chapitre « L’aspiration religieuse de l’imaginaire social en cette fin de XXème siècle : le mysticisme pragmatique de Pierre Bordage », p.366-380.

Entretiens :

Cornillon Claire, « Les romanciers sont-ils dépassés par leurs personnages ? Entretien avec Pierre Bordage », entretien réalisé pour le site culturel L’Intermède en juillet 2011 [URL http://www.lintermede.com/dossier-sf-portrait-pierre-bordage-ecrivain.php]

Comballot Richard, « Pierre Bordage », in Voix du futur – Entretien avec huit auteurs de science-fiction (Stefan Wul, Michel Jeury, J.-P. Andrevon, Serge Brussolo, Jacques Barbéri, Ayerdhal, Pierre Bordage, Maurice G. Dantec), Paris, collection « La bibliothèque voltaïque », Les Moutons électriques, 2010.

Vas-Deyres Natacha et Cornillon Claire, « Pierre Bordage, le passeur d’histoires », entretien réalisé avec le service audiovisuel de l’Université Bordeaux Montaigne et diffusé sur France-Culture, mai 2017, [URL https://www.franceculture.fr/conferences/universite-bordeaux-montaigne/pierre-bordage-le-maitre-de-la-science-fiction-made-france]

Appel : Posthumains en séries

Revue en ligne TV Series « Posthumains en séries »

Réponses attendues avant le 15 mars 2018

S’appuyant sur les travaux de la journée d’études « Posthumain(s) en série(s) organisée par Monica Michlin (Université Paul-Valéry Montpellier 3) et Claire Cornillon (Université de Nîmes) le 24 novembre 2017 à la Maison de la recherche de l’Université Paul-Valéry, le numéro 14 de la revue TV/Series, qui paraîtra en décembre 2018, sera intitulé Posthumain(s) en série(s).

Nous invitons les chercheuses et chercheurs de toutes disciplines qui s’intéressent au posthumain tel qu’il apparaît dans les séries télévisées, de Battlestar Galactica à Caprica, de Person of Interest ou Westworld à Black Mirror, de Dr. Who à Orphan Black, à contribuer à ce numéro. Les définitions larges du « posthumain » seront acceptées, allant du robot (cyborg, androïde), à l’humain « augmenté » ou à la machine qui accède à l’intelligence artificielle, mais incluant aussi l’humain transformé par un parasite, et autres formes de « mutation » posthumaine.

L’on s’intéressera aussi bien aux aspects éthiques qu’esthétiques, dans une réflexion sur la mise en abyme du « posthumain » dans la « machine » sérielle , ou dans des microlectures de moments ou d’épisodes spécifiques montrant l’accès à la sentience et à la Continuer la lecture de Appel : Posthumains en séries