Archives par mot-clé : romantisme

APPEL : L’ÉCRIVAIN DILETTANTE À L’ÉPOQUE ROMANTIQUE

Journée d’étude – Université de Caen-Normandie, LASLAR-MRSH, 7 février 2020

Présentation

Dans les premières années du XIXe siècle, la figure du « dilettante » est attachée à l’engouement rossiniste et au Théâtre-Italien, haut lieu de la vie mondaine sous la Restauration. Ce terme italien, introduit dans la langue française au milieu du XVIIIesiècle, dans un temps où la musique italienne pénètre en France, est contemporain de la querelle qui s’ensuivit entre les partisans de Rameau et ceux de Gluck. La notion de dilettante a ainsi désigné, dans un premier temps, une passion exclusive pour la musique avant de renvoyer à une posture, définie notamment par un rapport sensible à l’art. Elle épouse les contours du romantisme, tant par son ouverture aux influences étrangères perçues comme régénératrices, que par le rejet d’un académisme suspicieux à l’égard de la sensibilité artistique.

Cette journée d’étude vise à interroger l’émergence d’une posture qui s’inscrit à la croisée des arts et annonce la figure de l’artiste, qui s’imposera un peu plus tard dans le siècle. Il s’agira également de cerner les contours en pleine évolution d’une notion qui, après avoir désigné l’amateur passionné de musique, s’est élargie à toute personne exerçant une activité au gré de sa fantaisie et de ses goûts.

Continuer la lecture de APPEL : L’ÉCRIVAIN DILETTANTE À L’ÉPOQUE ROMANTIQUE

Alain Vaillant (Université Paris Nanterre)

Alain Vaillant est professeur de littérature française à l’université Paris Ouest et directeur de la revue Romantisme. Il est spécialiste du romantisme, de poétique historique, d’histoire de la poésie et d’histoire des institutions littéraires au XIXe siècle (en particulier, de la presse et de l’édition) ; plus généralement, il est un théoricien de l’histoire littéraire. Ses principaux ouvrages sont : La Poésie, Paris, Colin, 1992 (2ème éd. 2008) ; Histoire de la littérature française du XIXe siècle (en collaboration avec Jean-Pierre Bertrand et Philippe Régnier), Rennes, PUR, 1998 (2ème éd. 2007) ; 1836. L’an 1 de l’ère médiatique (en collaboration avec Marie-Ève Thérenty), Paris, Nouveau Monde éditions, 2001 ; L’Amour-fiction. Discours amoureux et poétique du roman moderne, Saint-Denis, Presses universitaires de Vincennes, 2002 ; La Crise de la littérature. Romantisme et modernité, Grenoble, ELLUG, 2005 ; Baudelaire poète comique, Rennes, PUR, 2007 ; L’Histoire littéraire, Paris, Colin, coll. « U », 2010 ; Baudelaire journaliste (anthologie), Paris, GF–Flammarion, 2011. Il a dirigé une douzaine d’ouvrages collectifs : tout dernièrement, La Civilisation du Journal, histoire culturelle et littéraire de la presse au XIXe siècle (avec Dominique Kalifa, Philippe Régnier et Marie-Ève Thérenty, chez Nouveau Monde éditions, 2011), le Dictionnaire du romantisme (CNRS éditions, 2012), L’Esthétique du rire (Presses universitaires de Paris Ouest, 2012).

Pour une bibliographie plus complète, voir sa page personnelle sur le site du centre de recherche CSLF

 

Le romantisme « frénétique » Histoire d’une appellation générique et d’un genre dans la critique de 1821 à 2010 (27 juin 2012)

Le romantisme « frénétique »

Histoire d’une appellation générique et d’un genre dans la critique de 1821 à 2010

Émilie Pezard soutient sa thèse de doctorat intitulée Le romantisme « frénétique » : histoire d’une appellation générique et d’un genre dans la critique de 1821 à 2010. La soutenance a lieu à l’Université Paris-IV, salle J636, le 27 juin 2012 à 14h. La thèse a été menée sous la direction de Bertrand Marchal, et le jury est composé de José-Luis Diaz (Université Paris-VII), Anthony Glinoer (Université de Sherbrooke), Françoise Mélonio (Université Paris-IV) et Daniel Sangsue (Université de Neuchâtel).

RÉSUMÉ

L’appellation « genre frénétique », créée par Charles Nodier en 1821, fait aujourd’hui partie intégrante du vocabulaire des études sur le romantisme. Le genre qu’elle désigne donne cependant lieu à des définitions divergentes, tant au niveau des auteurs qui l’exemplifient qu’au niveau des caractéristiques qui le décrivent. Cette thèse retrace l’histoire du genre frénétique tel qu’il a été défini par la critique, de 1821 à 2010, à partir d’une étude des emplois de l’appellation générique dans un corpus de près de 630 textes critiques.

Dans les années 1820 et 1830, la notion du frénétique revêt une visée polémique dans le cadre du débat sur le romantisme. Alors que Nodier inventait le genre frénétique pour le distinguer du romantisme, de nombreux critiques assimilent au contraire, totalement ou partiellement, les deux notions, l’appellation permettant de décrire le romantisme dans ses dimensions violente et excessive. Après plusieurs décennies où le genre disparaît des lectures du romantisme, le genre « frénétique » est à nouveau convoqué au début du xxe siècle et connaît un succès croissant, qui a pour corollaire une complexification des définitions. Manifestation d’une révolte métaphysique ou transposition littéraire d’un èthos, le « frénétique », qu’il soit jugé favorablement ou non, permet aussi généralement de rendre compte de la vogue, à l’époque romantique, d’un genre horrifique et outrancier, héritier du roman gothique anglais. Ce dernier genre, formé par les romans de Radcliffe, Lewis et Maturin, constitue cependant un corpus hétérogène déterminant deux lignées génériques qui méritent d’être distinguées, le roman noir et le frénétique.