Archives par mot-clé : roman populaire

Journée d’étude : Littérature d’expression populaire : un champ d’études à baliser

Littérature d’expression populaire : un champ d’études à baliser

26 juin 204

Campus Condorcet, Humathèque-Espace Françoise Héritier, Aubervilliers

Organisé par le CRESPPA (CNRS/Paris 8) et le CESPRA (EHESS/CNRS)

De son premier essai, Les Écrivains du peuple, en 1947 à sa dernière édition de son Histoire de la littérature prolétarienne en 1986, Michel Ragon n’a cessé d’interroger l’expression populaire du texte littéraire.

Peu enclin à céder aux admonestations des théoriciens populistes ou prolétariens, il défendit par exemple l’œuvre de Giono et trouva, au fil du temps et de sa propre carrière d’écrivain, de multiples exemples parmi ses pairs d’une littérature de qualité, utilisant des thèmes et une langue populaires, touchant un large public – les succès phénoménaux des romans des écrivains qui lui étaient proches, Robert Sabatier, Bernard Clavel et Georges Conchon le confortant dans son analyse du sujet. Continuer la lecture de Journée d’étude : Littérature d’expression populaire : un champ d’études à baliser

PARUTION : Écritures et discours « populaires » (XIXe-XXe siècles)

Julie AnselminiChantal Massol (dirs.), Écritures et discours « populaires » (XIXe-XXe siècles) – Nouveaux regards, UGA Éditions, 2023.

La littérature dite « populaire » a longtemps été considérée comme une littérature uchronique et apolitique, tournée seulement vers le divertissement. Il faut attendre le début des années 1990 pour qu’elle soit pleinement intégrée aux études littéraires. Les travaux pionniers de Lise Queffélec-Dumasy ont contribué de manière essentielle à cette réévaluation, fécondant ceux de nombreux universitaires et doctorants, en France et bien au-delà. Dans le présent ouvrage, ce sont 15 chercheurs d’envergure internationale qui portent de nouveaux regards sur les caractéristiques et enjeux de la littérature populaire des XIXe et XXe siècles, du feuilleton à la BD, rendant un hommage aussi original qu’amical à leur collègue « Lise ». Consacrée d’abord à Dumas, la réflexion s’attache ensuite aux spécificités et aux pouvoirs de réinvention de la fiction populaire, pour situer enfin écritures et discours dans leur contexte éditorial et médiatique. Tout au long de ces analyses se croisent les questions que la notion de « populaire » fait inévitablement surgir : celles des personnages et procédés mis en œuvre, celles des publics et des mutations engendrées par la démocratisation politique et culturelle.

Parution : Mousquetaires et misérables. Écrire aussi grand que le peuple à venir : Dumas, Hugo, Baudelaire et quelques autres (Évelyne Pieiller)

Évelyne Pieiller, Mousquetaires et misérables. Écrire aussi grand que le peuple à venir : Dumas, Hugo, Baudelaire et quelques autres, Marseille, Agone, 2022.

« Dans mon enfance, on n’allait pas au cinéma. Ma mère ouvrait le café à 5 heures du matin, pour les éboueurs. Elle m’a pourtant emmenée deux fois à l’Eldorado. Moments luxueux, où on marchait dans la nuit tombée, à la lumière des réverbères. La première fois, c’était pour Les Misérables.

Un an plus tard, à l’occasion inespérée d’une convalescence périlleuse, j’ai lu Le Vicomte de Bragelonne. J’ai lu avec un intérêt un peu distant. Il faut dire qu’il me manquait tout ce qui précède. Mais c’était quand même un Noël.

Ma mère n’est pas à elle seule la représentante du peuple. Mais enfin, elle avait été bonne à tout faire, ouvrière, caissière, elle était fière d’avoir son certificat d’études et se rappelait mystérieusement quelques grandes dates de l’histoire ouvrière. Elle n’avait aucune sympathie pour ceux qui jugent de haut les filles perdues, les malheureux, les pas-chanceux. Elle n’a jamais lu Les Misérables, ni Les Trois Mousquetaires. Mais elle en connaissait l’histoire. Et elle ne s’étonnait pas d’en être à sa façon familière. Elle ne s’en intimidait pas. Ça faisait partie de son patrimoine. Comme pour des millions de gens. Dans le monde entier.

Cette littérature-là ne cherche pas à se mettre « à la portée » mais veut écrire aussi grand que le peuple à venir. Il y a des chansons, l’argot des malfrats, du feuilleton sentimental, du burlesque et du tragique, de la philosophie, un lyrisme flamboyant, des références, du panache et de la politique partout… Et le peuple à venir se l’est, à sa façon, appropriée. »

Étrange duo que les Mousquetaires et les Misérables. L’un dit que le pouvoir est vil et l’existence étriquée, mais qu’il reste de quoi être beau contre l’ordre en place, l’ennui, l’injustice, la vie à l’économie, si on est ensemble. L’autre dit que l’ordre en place massacre, mais qu’on peut ouvrir l’avenir, debout sur les barricades, réelles ou mentales. Le peuple lit là ses peines, ses puissances et se fortifie dans ses peines et ses puissances.

Le petit peuple trop remuant qui se fera massacrer tout au long de ce XIXe siècle trop remuant et qui persévérera dans son absence de goût fera des Misérables sa légende, et, masse qui massivement se fout de l’Art, surtout avec une majuscule, fera de surcroît des Mousquetaires son idéal d’étincelante camaraderie. Le populo s’y est aimé, le populo s’y est embelli et armé : il a choisi ses Internationales romanesques. Rencontre fabuleuse entre les imaginaires des exilés de la Révolution, des orphelins de sa promesse de compléter l’humanité. On ne comprend rien au XIXe siècle si on ne comprend pas qu’il naît de la Révolution, qu’il la rêve sans trêve, y compris dans sa version cauchemar. Ce surgissement a reconfiguré le paysage mental, le sol et le ciel tremblent, l’individu est fêlé. Car la Révolution a inventé le peuple.

Comment se fait-il que la littérature française du XIXe siècle ait fourni au monde quelques-uns de ses héros universels ? que ça commence ici et là, cette production d’imaginaire populaire ? et que ça s’arrête pour ne plus jamais reprendre ?… Où l’on voit comment ce qu’écrit un romancier est plus grand que lui lorsqu’il est à l’écoute de son temps de révolte populaire.

Lire un extrait sur le site du Monde diplomatique

Parution : Jules Verne, Vingt mille lieues sous les mers (éd. W. Butcher)

Jules Verne, Vingt mille lieues sous les merséd. W. Butcher, Clermont-Ferrand, PUBC, 2022.

Vers février 1868, Jules Verne entame l’écriture d’un manuscrit intitulé Voyage sous les eaux. Ce roman, qui commence à paraître treize mois plus tard, est dès sa conception le plus ambitieux des Voyages extraordinaires. La grandeur des thèmes et le ton, alternativement humoristique et majestueux, témoignent d’une maîtrise remarquable. Vingt mille lieues sous les mers figure parmi les œuvres les plus célèbres dans le monde entier.

William Butcher nous livre le conflit entre Verne et son éditeur Jules Hetzel, et dévoile les nombreuses réécritures contraintes qui aboutissent à une édition transformée, au point que le romancier en exprime d’amers regrets pour ses idées originales. Sont en effet supprimés par décision éditoriale d’importants passages inédits, abondamment cités dans ce volume, qui révèlent une vision poétique insoupçonnée et un message esthétique, politique et idéologique inconnu de tous.

Avec un apparat critique fourni, cette édition illustrée, tout en réhabilitant le texte vernien, en analyse en profondeur les sources, les références et les différences entre les éditions principales, transformant ainsi notre compréhension du capitaine Nemo et du roman tout entier.

Continuer la lecture de Parution : Jules Verne, Vingt mille lieues sous les mers (éd. W. Butcher)

Parution : L’Arsène Lupin de Maurice Leblanc. Construction d’un personnage prototypique en littérature populaire (1905-1935) (C. Hannedouche)

Cédric Hannedouche, L’Arsène Lupin de Maurice Leblanc. Construction d’un personnage prototypique en littérature populaire (1905-1935), Limoges, PULIM, coll. “Médiatextes”, 2022.

La simple évocation du nom d’Arsène Lupin suscite l’assurance d’un divertissement mené jusqu’à son terme jubilatoire. Il ouvre en nous les portes d’un imaginaire plaisant, fait de mystères historiques, de richesses et d’aventures mémorables. Aussitôt le nom fabuleux prononcé qu’émerge une silhouette qui nous agrée, celle bien connue d’un cambrioleur rieur, séducteur et justicier. Un personnage au-dessus des lois et des toits, hors du commun, frondeur et dont les multiples aventures posent les pierres fondatrices d’un art nouveau en littérature. Apparu pour la première fois en 1905, dans les pages magazine Je sais tout, le gentleman-cambrioleur a connu, depuis, une remarquable et incomparable longévité transmédiatique. Depuis, la popularité d’Arsène Lupin ne cesse de fasciner et de féconder l’imagination de ses lecteurs jusqu’à phagocyter le nom même de son créateur. Maurice Leblanc est alors un nom qui tombe dans l’oubli tandis que celui d’Arsène Lupin acquiert de son côté une certaine autonomie. 
 
Cédric Hannedouche est professeur agrégé de Lettres Modernes, docteur en Langue et Littérature françaises. Ses recherches portent sur les littératures et les cultures populaires adossées à une démarche transculturelle.

Continuer la lecture de Parution : L’Arsène Lupin de Maurice Leblanc. Construction d’un personnage prototypique en littérature populaire (1905-1935) (C. Hannedouche)

Parution : L’amour comme un roman. Le roman sentimental au Québec, d’hier à aujourd’hui (M.-P. Luneau, J.-P. Warren)

Marie-Pier Luneau et Jean-Philippe Warren, L’amour comme un roman. Le roman sentimental au Québec, d’hier à aujourd’hui, Presses Universitaires de Montréal, 2022. 

Cet ouvrage représente la première grande synthèse de l’histoire du roman sentimental au Québec.

Alors que le roman d’amour est un des genres les plus lus, il a été victime jusqu’ici du mépris des élites envers des textes écrits « à l’eau de rose ». Un tel désintérêt est regrettable, car, pour qui se délivre des préjugés entretenus à son encontre, la littérature sentimentale offre un portrait exceptionnellement riche des interdits et des fantasmes de la société québécoise.

Du roman de sensibilité à la chick lit, des fascicules populaires à la new adult, du roman de la victime à l’homoromance ou des photoromans aux sagas du viol, on s’étonne de la diversité des courants à l’intérieur d’un genre par ailleurs rigidement structuré. À travers les tribulations amoureuses des personnages se découvre ce qu’on peut appeler une « grammaire de l’amour », qui enseigne comment aimer et, peut-être plus encore, comment ne pas aimer.

L’analyse d’un vaste corpus permet d’aborder des questions captivantes. Quelle est la place du coup de foudre dans la rencontre ? Comment l’endogamie (de classe, de nation, de religion, de race) oriente-t-elle le choix des partenaires ? Quelles sont les règles du flirt ? Quelles sont les limites tracées à l’expression des désirs? Quelles sont les attentes face au mariage ?

Dans L’amour comme un roman, Marie-Pier Luneau et Jean- Philippe Warren se livrent à une analyse fine de la façon dont le roman sentimental a fait rêver les Québécoises et les Québécois à l’amour, et ce, pendant deux siècles.

Marie-Pier Luneau est directrice du Groupe de recherches et d’études sur le livre au Québec (grélq) et s’intéresse depuis plusieurs années aux phénomènes touchant l’édition populaire québécoise.

Jean-Philippe Warren est professeur au Département de sociologie et d’anthropologie de l’Université Concordia. Il a publié de nombreux ouvrages sur l’histoire intellectuelle et culturelle du Québec, dont Honoré Beaugrand. La plume et l’épée (1848-1906) (Boréal, 2015), qui a reçu le prix littéraire du gouverneur général du Canada.

Parution : Les Superhéros. Que sont nos héros devenus ?

Frédérique Toudoire-Surlapierre, Sébastier Hubier (dir.), Les Superhéros. Que sont nos héros devenus ?, Le Murmure, 2021. 

Héritier syncrétique du vengeur masqué, du vigilante et du détective de hard boiled, un nouveau type de personnages a émergé avec la postmodernité avant d’étendre son influence dans notre hypermodernité : le super-héros. Dans le sillage des célèbres analyses d’Umberto Eco, de Claude Lalumière ou de Mark Shainblum, les auteurs de ce volume s’attachent à l’étude des nouveaux modes d’expression héroïques au cinéma, dans les romans, les comics, les roman-graphiques, les séries télévisées, la culture gaming et autres nouvelles médiatisations culturelles. Alors que le parcours initiatique des personnages d’antan correspondait surtout à une « consolation héroïque » (Ivanhoe de Walter Scott, Les Trois Mousquetaires, Le Comte de Monte-Christo d’Alexandre Dumas et même, d’une certaine façon, Ulysses de Joyce), nos héros contemporains sont avant tout des héros masqués, jouant et rejouant sans cesse leur existence pour prouver leur grandeur d’âme aussi bien que leur hyper-puissance technique et technologique. Leurs pouvoirs sont certes souvent surnaturels – ils sont, surtout, littéralement anormaux ; et ils ont disséminé dans les fictions d’aujourd’hui sous des formes si variées et si changeantes qu’ils n’est possible de les analyser que dans une perspective transdisciplinaire confrontant et articulant des disciplines académiques ET non-académiques – seule manière de cerner la complexité du monde actuel postpop, postcolonialiste, poststructuraliste, postféministe, postmarxiste, postapocalyptique, posthumaniste et, indéniablement, postlittéraire. Que sont donc nos héros devenus ? C’est cette question qu’abordent les auteurs de ce volume croisant, outre la littérature comparée, les sciences politiques et les champs de la théorie générique et fictionnelle, les fameuses studies : ethnic studies, women’s/ feminist studies, cultural studies, science & technology studies, gender & queer studies, media studies et, bien sûr, cartoon studies.

Continuer la lecture de Parution : Les Superhéros. Que sont nos héros devenus ?

Parution : Le Troisième souffle. Enquête sur les adaptations littéraires à la télévision (Sabine Chalvon-Demersay)

Le Troisième souffle. Parentés et sexualités dans les adaptations télévisées, Sabine Chalvon-Demersay, Presses des Mines, 2021.

Au début des années 2000, les adaptations télévisuelles du Comte de Monte Cristo, des Misérables et du Bossu font émerger la question de l’inceste dans une parenté élective. Tout se passe comme si le mariage du tuteur avec sa pupille qui constituait l’issue heureuse du roman populaire était devenue problématique : l’adaptation des Misérables tourne autour de l’amour impossible de Jean Valjean pour Cosette ; celle du Comte de Monte-Cristoréaménage le scénario pour éviter de laisser partir Monte-Cristo avec Haydée ; celle du Bossu, donne à Lagardère une autre épouse que la jeune Aurore de Nevers, l’enfant qu’il a recueillie et élevée. Vingt ans plus tard, le terme ‘inceste’ est introduit dans le code pénal et la question du consentement est au cœur de l’espace public.

Ce livre est une vaste enquête sociologique sur les adaptations littéraires à la télévision. Fondé sur des entretiens auprès des scénaristes, des réalisateurs, des producteurs et sur une analyse des œuvres, il apporte une contribution déterminante à l’histoire des programmes de la télévision française et permet de comprendre comment la télévision a pris en charge, à travers les adaptations télévisuelles des romans populaires du xixe siècle, les transformations de la famille et de la parenté. La succession des adaptations est un excellent indicateur de la transformation des sensibilités collectives. Cet ouvrage cherche à comprendre comment la télévision parvient à anticiper les transformations sociales dans ses fictions. Ces œuvres ont été écrites sous forme de romans ou de feuilletons. Elles ont ensuite été adaptées au cinéma. La télévision leur donne un troisième souffle.

URL vers le site qui accompagne la parution du livre: https://www.pressesdesmines.com/le-troisieme-souffle/

Parution : Ecritures et formats médiatiques (Belphégor)

Belphégor, n° 2021-1, “Écritures et formats médiatiques”, 2021, sous la direction de Simon Bréan et Matthieu Letourneux

I. Ecritures et formats médiatiques

II. Varia

III. Comptes-rendus

Parution : Vingt mille lieues sous les mers (Jules Verne, éd. William Butcher)

Jules Verne, Vingt mille lieues sous les mersÉdité par William Butcher, Presses Universitaires de Clermont-Ferrand, 2021. 

Vers février 1868, Jules Verne entame, presque sans repos, la rédaction de ce qui deviendra Vingt mille lieues sous les mers. Ce roman, qui commence à paraître treize mois plus tard, est sans doute le plus ambitieux des Voyages extraordinaires. La maîtrise vernienne se voit dans la grandeur des thèmes et dans le style, alternativement humoristique et majestueux. Vingt mille lieues figure parmi les livres les plus connus de tous les temps et parmi les textes classiques les plus vendus en toute langue.
William Butcher nous livre la relation qui se joue entre Jules Verne et son éditeur Hetzel, deux visions du roman qui s’affrontent, et révèle les nombreuses modifications contraintes contribuant à la naissance d’une première édition sous une forme fortement modifiée de celle du manuscrit, au point que l’auteur exprime des regrets amers pour les idées originales. Son brouillon contient ainsi de larges sections inédites, abondamment citées dans ce volume, qui transmettent un message esthétique, politique et idéologique méconnu.