Archives par mot-clé : roman policier

Table ronde : Eclectic Detective & Noir Fiction in French (en ligne)

The Henri Peyre French Institute and the Ph.D. Program in French
at The Graduate Center of CUNY are hosting the virtual roundtable:

Eclectic Detective & Noir Fiction in French

Friday February 11th, 2022, 12:30 PM-2:30 PM (New York) / 6:30-8:30 PM (Paris)

What is crime and noir fiction? Qu’est-ce que le polar? Within the genre of detective fiction this question comes back repeatedly, as if it were almost impossible to grasp the concept of detective fiction, and the field itself.

Since the 1980s, French and Francophone noir and detective fiction have not only experienced an important level of generic hybridity, as Natacha Levet argued in “Le roman noir contemporain : hybridité et dissolution génériques” but keep reinventing themselves under new forms. Florence Aubenas’ L’inconnu de la Poste (2021), a nonfiction true crime narrative, is one its latest and unexpected variations. During this roundtable we will examine and address a range of new trends and their recent developments in the field of detective fiction and the crime story in French Studies. The event will include presentations from an international pool of early career scholars based in Belgium, France, Ireland, and the United States, working on topics related to detective, crime and noir fiction in French studies.

Please join us Friday February 11th 2022 at 12:30 pm (EST) / 6:30 pm (CET) 

Continuer la lecture de Table ronde : Eclectic Detective & Noir Fiction in French (en ligne)

Journée d’étude – “Littératures de genre et stratégies littéraires” (ENS de Lyon)

Journée d’étude – “Littératures de genre et stratégies littéraires”

Vendredi 26 novembre 2021

ENS de Lyon

Organisée par Hélène Martinelli (ENS de Lyon, IHRIM) et Raphaël Luis (ENS de Lyon, CERCC)

Programme

10h Accueil des par­ti­ci­pant·e·s

Littérature majeure, lit­té­ra­ture mineure : se situer dans l’espace lit­té­raire

10h30 Sarah MOMBERT (MCF, ÉNS de Lyon)

« Cyrano de Bergerac d’Edmond Rostand, le triom­phe du théâ­tre de genre ? »

11h Matthieu LETOURNEUX (pro­fes­seur, Paris X Nanterre)

« L’écrivain popu­laire, centre de la culture : les auteurs du Fleuve noir et des Presses de la cité dans l’écosystème cultu­rel du second XXe siècle »

11h30 Pauline FRANCHINI (doc­to­rante, Université de Bourgogne)

« Genres mineurs et majeurs chez Gisèle Pineau et Maryse Condé »

12h Discussion

Pause déjeu­ner

Questions de sup­ports

14h Denis SAINT AMAND (cher­cheur FNRS, Université de Namur)

« Torpiller Spirou ? Le Trombone illus­tré, heb­do­ma­daire pirate »

14h30 Stéphanie COLOMBIER-PARMENTIER (doc­teure, aca­dé­mie de Marseille)

« Littératures de genre et stra­té­gies éditoriales en régime numé­ri­que »

15h Vivien BESSIERE (MCF, uni­ver­sité de Limoges)

« Les manuels d’écriture consa­crés aux lit­té­ra­tu­res de genre : entre stra­té­gies économiques et stra­té­gies poli­ti­ques »

15h30 Discussion

Pause café

Deux uni­vers éditoriaux : roman poli­cier et lit­té­ra­ture jeu­nesse

16h30 Marc VERVEL (doc­teur, Université de Paris)

« L’auto­bio­gra­phie de l’écrivain de récits poli­ciers : un genre impos­si­ble ? Agatha Christie et Jean Meckert »

17h Sarah MALLAH (doc­to­rante, Université Gustave Eiffel)

« La lit­té­ra­ture jeu­nesse, une stra­té­gie éditoriale spé­ci­fi­que ? »

17h30 Discussion

 

MOOC: “Euro Noir: Cultural Identity in European Popular Crime Narratives” (KU Leuven)

MOOC: “Euro Noir: Cultural Identity in European Popular Crime Narratives”

Learn how crime novels, films and television dramas can help investigate European cultural identity

Free registration : here
 
Starts Oct 27
Course length: estimated 10 weeks (4–5 hours per week)
 
Organized by the KU Leuven and DETECt

The crime genre, arguably the most popular narrative genre in Europe, is an ideal object of study for evaluating how the process of Europeanisation has impacted the forms of cultural production, distribution and reception.

Have you ever wondered what has made crime narratives so popular throughout Europe? If yes, this course is a perfect fit for you!

The European collaborative project ‘DETECt – Detecting transcultural identity in European popular crime narratives’, funded under EU Horizon 2020 research programme, has taken up the challenge to investigate how the concept of ‘Europe’ can help to better understand the current landscape of popular media and transmedia crime narratives.

This project has received funding from the European Union’s Horizon 2020 research and innovation programme under grant agreement No 770151.

The views and opinions expressed in the MOOC are the sole responsibility of the author(s) and do not necessarily reflect the views of the European Commission.

Course created with support from

DETECtEuropean Union

What you’ll learn

Module 1: Introduction (KU Leuven)

In the first module, we give you tips on how to best navigate through the course, its modules and units. Also you will discover more about the DETECt project. Through a case study we will introduce you to the topic of crime narratives in Europe.

Module 2: Crime Narratives and Contemporary European Society (University of Bologna)

In the second module, you will learn about the use of the crime genre, and noir in particular, as a form of social criticism. You will get familiar with the notions of glocalization and transculturality. You will reflect on how the cultural identities represented in European crime narratives are shaped by Europe’s history, geography and linguistic diversity. You will hear from the voice of bestselling crime writers how they approached the genre to engage with the social challenges faced by their specific communities, as well as Europe as a whole.

Module 3: History and Politics in European Crime Fiction (University of Limoges)

What are the similarities and relationships between crime fiction and historiography? We will try to find answers by examining how crime novels have recounted, revealed and reflected about some of the most troubling aspects of Europe’s past and present history.

Module 4: Nordic Noir: Style, location and the crisis of the welfare state (Aalborg University)

In the fourth module, we introduce you to the major features of Nordic Noir as a transcultural phenomenon in a Nordic and European context. You will learn about core examples of Nordic Noir and recognize the conspicuous role of place and location in especially television productions. You will also gain insights into how Nordic Noir has critically approached contemporary debates about the welfare state and problems of society.

Module 5: Mediterranean Noir: Migration & Transculturality (University of Bologna)

What is the connecting thread between Mediterranean Noir, migration and transculturality? In this module, we will provide insight into these aspects of the Mediterranean Noir, analyzing some iconic authors and considering the impact of this genre on Film and Television.

Module 6: Eastern Europe: Ethnicity & Diversity (University of Debrecen & University of Bucharest)

This module explains and illustrates the connections of crime narratives to the ways in which East-European societies confront their totalitarian past and the challenges of their EU integration. You will get familiar with the major trends in the production of East-European crime literature, film and television series. You will also learn how East-European crime novels, films and TV dramas have critically approached issues of gender, ethnicity, or social conflict.

Module 7: Conclusion: the Belgian Example (KU Leuven)

In this conclusive module, by taking the example of Belgian crime fiction as a case study, we introduce you to the controversial aspect of multilingualism. In addition, you will have the opportunity to discover the world of female crime fiction through the words of a contemporary crime writer.

Appel à contributions : Le “frisson métaphysique” du roman policier (BPTI n°14)

“Le « frisson métaphysique » du roman policier”, Book Practices & Textual Itinerariesn°14

Échéances des propositions : 15 décembre 2021 
 
Contrairement à la tendance littéraire du roman policier « métaphysique » qui a suscité un intérêt croissant de la part de la critique universitaire notamment depuis la publication de la Trilogie New-Yorkaise de Paul Auster, le plus vaste sujet de la métaphysique du roman policier a rarement été abordé. Ceci s’explique en partie par le fait que les deux points de vue se remettent apparemment mutuellement en doute : d’un côté, le qualificatif « métaphysique » (qui s’impose désormais dans la littérature quoiqu’on lui préfère encore parfois le terme « postmoderne ») suggère que toute autre forme de récit policier en serait dépourvue ; de l’autre, l’existence d’une métaphysique des littératures policières interroge sur la pertinence même de l’étiquette.

Or, selon les spécialistes américaines Patricia Merivale et Susan E. Sweeney, le roman policier « métaphysique » se distingue bel et bien des formes « classiques » du récit policier par le traitement parodique, voire subversif, des codes traditionnels du genre et par une intrigue renouvelée autour d’un « pourquoi » existentiel qui, faisant généralement la part belle à la réflexivité, transcende le pragmatisme routinier du travail d’enquête tant sur le fond que la forme du récit. Par-delà le divertissement intellectuel d’une énigme à résoudre, le roman policier aurait, dès ses débuts dans les contes de « ratiocination » d’Edgar Allan Poe, emprunté une autre voie, ouvertement philosophique et spéculative, notamment articulée à une certaine ironie tragique du personnage-enquêteur. Celle-ci devint, après-guerre, le ressort dramatique de prédilection de nombreux romanciers (J. L. Borges, « La mort et la boussole », 1942 ; Alain Robbe-Grillet, Les Gommes, 1953 ; Friedrich Dürrenmatt, La Promesse, 1958) qui marquera également l’évolution postmoderne du genre policier portée par les générations suivantes (comme les américains Robert Coover, Don DeLillo, Thomas Pynchon ; les britanniques Peter Ackroyd, Martin Amis ou Graham Swift ; les italiens Italo Calvino, Leonardo Sciascia ou encore le français Patrick Modiano). Ces quelques exemples suffisent à montrer que l’étiquette « métaphysique » recouvre, si ce n’est un sous-genre de prestigieux inclassables, du moins un détachement plus ou moins radical et autonome du récit policier originel comme « genre populaire » en réunissant plutôt, constatons-le, une majorité d’auteurs de romans « littéraires » aux faux airs de roman policier.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Le “frisson métaphysique” du roman policier (BPTI n°14)

Colloque international : Crimes fictionnels, crimes factuels. Fictions criminelles européennes et discours médiatiques du crime (H2020 DETECt, ANR Numapresse)

Colloque international : Crimes fictionnels, crimes factuels. Fictions criminelles européennes et discours médiatiques du crime

organisé par H2020 DETECt et ANR Numapresse

Jeudi 7 octobre 2021- Vendredi 8 octobre 2021

Liens pour assister au colloque en direct sur Zoom :

Jeudi : http://urlr.me/X9zY5

Vendredi : http://urlr.me/TwZcN

 

Programme

Télécharger le programme en pdf : Programme CFCF

Jeudi 7 octobre

Université Paris-Nanterre – Bâtiment W Weber, Salle de conférences

9h30 – Présentation par Matthieu LETOURNEUX (Université Paris-Nanterre) et Marie-Ève THÉRENTY (Université Paul Valéry Montpellier 3).

Investigation ~ Présidence : Paul ARON (ULB)

10h00 – Jacques MIGOZZI (Université de Limoges) : Le FabLab du noir : un « nouvel âge de l’enquête » dans le polar français.

10h45 – Victoria LAURENT (Université d’Avignon) : La figure du détective amateur dans les productions de true crime contemporaines.

11h30 – Alice JACQUELIN (Université de Limoges) : Enquête du magazine Society sur l’affaire Xavier Dupont de Ligonnes : feuilleton de l’été 2020.

Continuer la lecture de Colloque international : Crimes fictionnels, crimes factuels. Fictions criminelles européennes et discours médiatiques du crime (H2020 DETECt, ANR Numapresse)

Appel à contributions : D’argot à zygomatique : “San-Antonio de A jusqu’à Z”. Colloque international Frédéric Dard (Université de Bourgogne)

Colloque international : D’argot à zygomatique : « San-Antonio de A jusqu’à Z »

Hommage à Frédéric Dard à l’occasion du centenaire cent-unième anniversaire de sa naissance.

Université de Bourgogne

Échéance des propositions : 15 septembre 2021

100 ans, c’est bien, 101 ans, c’est mieux !

Du fait de la pandémie, le colloque initialement prévu à l’occasion du centenaire de la naissance de Frédéric Dard a été reporté d’un an.

Le « Phénomène San-Antonio », tel était le titre de la première rencontre universitaire autour de l’écrivain. Nous étions alors en 1965, lors d’un séminaire de littérature générale, à Bordeaux. Frédéric Dard y était convié par Robert Escarpit. Entouré d’un aéropage de professeurs qui lui demandèrent ce qu’il avait retenu des propos des uns et des autres, mal à l’aise dans le rôle d’écolier qui lui était assigné, Frédéric Dard eut ses mots : 

« J’avais fabriqué une montre. Vous venez de la démonter en deux temps trois mouvements, et maintenant vous me demandez de dire l’heure ! Je ne sais pas si vous vous rendez compte, mais désormais je vais écrire avec le stylo entre les jambes ! Comment en serait-il autrement puisque j’ai vu de quelle façon vous décortiquez ma prose ». 

Est-ce à dire que la relation entre l’écrivain et la critique universitaire commençait mal ? Non. Frédéric Dard fut flatté de cette reconnaissance académique. Preuve s’il en est : Vas-y Béru, roman publié aussitôt après cette rencontre, fut dédié à Robert Escarpit, de la part de son « Séminariste reconnaissant ».

Continuer la lecture de Appel à contributions : D’argot à zygomatique : “San-Antonio de A jusqu’à Z”. Colloque international Frédéric Dard (Université de Bourgogne)

Parution : Le Roman policier : lire et écrire l’enquête en Europe (Rilune)

Appel à communications : Le polar nordique, objet transmédiatique ?

« Le polar nordique, objet transmédiatique ? »

Lancement d’un Cycle de journées d’études

Université de Limoges et Université de Nancy

Vendredi 3 décembre 2021 (Limoges)

(English version below)

Nous lançons un cycle de journées d’études organisé par l’axe 3 d’EHIC (Université de Limoges) et l’axe IMAJE du LIS (Université de Nancy). La première journée aura lieu le vendredi 3 décembre à Limoges. Il s’agit d’étudier les exportations spatiales et médiatiques de ce genre fictionnel pour comprendre comment le Nordic Noir circule d’un pays à l’autre et comment ses exportations médiatiques contribuent à son évolution transculturelle. Nous nous intéresserons à la façon dont le polar nordique investit ces nouvelles formes multimédiatiques : série, podcast, jeux-vidéo, escape room, jeux de rôles, applications, sites internet, performances multimédia, littéraTube, blogs, podcasts…

Le Nordic Noir essaime actuellement dans les différents médias contemporains. Cette culture médiatique, particulièrement mobile, a franchi les frontières du Nord pour envahir les différentes productions populaires européennes, sans pourtant se délester des morphèmes nordiques qui l’ont engendrée : neige, glace, froid, rigueur, austérité du climat sont loin d’être un simple aménagement paysager constituent un noyau sémantique nécessaire pour comprendre le genre et sa prolifération multimédiatique actuelle, à l’instar du genre de jeux-vidéos appelé « Game Noir ».

Continuer la lecture de Appel à communications : Le polar nordique, objet transmédiatique ?

Parution : Il avait appris à écrire. Incipit des romans de Georges Simenon

Jean-Louis DUMORTIER (éd.), Il avait appris à écrire. Incipit des romans de Georges SimenonPresses Universitaires de Liège, 2020

« Il avait appris à écrire » : retourner ainsi le titre d’un célèbre essai consacré aux incipit, serait-ce donner à entendre que Simenon, au contraire d’Aragon, bien faraud de prétendre n’avoir jamais appris à écrire, applique des procédés qui lui ont été enseignés ? Bien sûr que non ! On sait que sa scolarité a été écourtée et qu’il n’a pu bénéficier, de la part de ses maîtres, de conseils d’écriture susceptibles de faire de lui le romancier qu’il est devenu, un « pêcheur au lancé » capable, en quelques phrases, d’appâter et de ferrer le lecteur. Cette capacité, c’est le fruit d’un apprentissage « sur le tas », en tant que fournisseur de la presse quotidienne, d’abord, puis, très vite, d’une littérature vouée à la consommation rapide.
Peut-on dire que Simenon, au cours des années de maturation sous pseudonymes, a fabriqué des hameçons tout à fait personnels et qu’il a découvert une manière de jeter la ligne à nulle autre pareille ? Sans doute pas : ce serait un jeu d’enfant de trouver, chez ses contemporains, à l’entame des romans, des situations et des personnages aussi indéterminés que les siens, qui piquent la curiosité et suscitent le désir de savoir qui ils sont et ce qui les a menés là où ils sont. Mais il y a chez lui un degré d’intrication des points de vue bien supérieur à celui qui se rencontre chez ses confrères, une alternance de perspectives – sans scrupules pourrait-on dire – qui, à la fois, peut décontenancer le lecteur engoncé dans les habitudes de réception de la narration réaliste, et lui ouvrir de vastes espaces d’interprétation. Quelque chose arrive à quelqu’un quelque part ; quelqu’un parle, mais ce qui a lieu ou ce qui est dit est donné à connaître à travers un énoncé dont la source est indécise ou dont l’énonciateur n’est pas sûr. Si la formule n’était rebattue, on pourrait dire « Ça parle » et il revient au lecteur de chercher ce que ça signifie pour lui, ce qui est à comprendre, ou, plutôt, ce qui peut être compris à partir de, grâce à, malgré aussi parfois ce qui est dit – ou tu.
De tous les écrivains « réalistes », Simenon est peut-être celui qui laisse le plus de marge à l’interprète, celui qui, en régime de clôture du sens, débarrasse le récit de la plupart des figures dévolues à son avènement, ou ne les convoque que pour contester leurs prétentions. Il invite ainsi implicitement le lecteur à débrouiller l’écheveau et, sans le mettre en garde noir sur blanc, il lui laisse entrevoir le risque de ne tirer que sur quelques fils.
Ici, très modestement, il a été proposé à des lecteurs issus de diverses communautés interprétatives et pas tous, loin de là, également familiers de Simenon, de mordre dans l’esche d’un incipit, ou de dire de quoi elle est faite, ou d’être à la fois le poisson et celui qui l’appâte. Il s’agissait de ne pas relancer le carrousel des généralités sur l’univers fictionnel du romancier, mais de mettre le doigt sur les mots, sur les phrases qui incitent à y entrer.

Jean-Louis DUMORTIER, professeur ordinaire honoraire de l’Université de Liège, y a dirigé, de 1999 à 2014, le Service de didactique du français. Il a publié trois livres et une vingtaine d’articles sur Simenon. Membre du Centre d’Études Georges Simenon, il est actuellement directeur de publication de la revue Traces, créée par Danielle Bajomée.

Parution : Le grisbi

Albert Simonin, Le Grisbi, La Manufacture de livres, 2020.

(la trilogie de Max le menteur : Touchez pas au grisbi, Le cave se rebiffeet Les Tontons flingueurs)

Regroupé dans un volume unique, l’ensemble de la trilogie Max le menteur est proposé dans une édition préfacée par François Guérif et agrémentée d’une interview de l’auteur par ce dernier. 

Max, dit le Menteur, vétéran des truands parisiens, s’apprête à se ranger. Le milieu, il en a fait le tour,  en a tiré le meilleur parti et ne le regrettera pas. D’autant que ce monde est en train de changer : les vendeurs de came gagnent du terrain, les truands s’internationalisent, le code d’honneur n’a pas l’air de préoccuper la jeunesse. Seulement quitter les «affaires», ça ne se fait pas en un clin d’œil. Il y a les vieux amis qui vous demandent un dernier service, la relève à organiser, l’avenir à assurer…

Réunis en un seul volume, les romans de la trilogie de Max le menteur sont un monument de la culture française populaire, immortalisés par des films de légende (Touchez pas au grisbi, Le cave se rebiffe et Les Tontons flingueurs). Plongeon dans un Paris qui n’est plus et où résonne la gouaille des truands, l’œuvre de Simonin sublime le monde des voyous et lui a ouvert les portes de la littérature française.

Lire un extrait sur Fabula