Archives par mot-clé : roman policier

Appel à contributions : D’argot à zygomatique : « San-Antonio de A jusqu’à Z ». Colloque international Frédéric Dard (Université de Bourgogne)

Colloque international : D’argot à zygomatique : « San-Antonio de A jusqu’à Z »

Hommage à Frédéric Dard à l’occasion du centenaire cent-unième anniversaire de sa naissance.

Université de Bourgogne

Échéance des propositions : 15 septembre 2021

100 ans, c’est bien, 101 ans, c’est mieux !

Du fait de la pandémie, le colloque initialement prévu à l’occasion du centenaire de la naissance de Frédéric Dard a été reporté d’un an.

Le « Phénomène San-Antonio », tel était le titre de la première rencontre universitaire autour de l’écrivain. Nous étions alors en 1965, lors d’un séminaire de littérature générale, à Bordeaux. Frédéric Dard y était convié par Robert Escarpit. Entouré d’un aéropage de professeurs qui lui demandèrent ce qu’il avait retenu des propos des uns et des autres, mal à l’aise dans le rôle d’écolier qui lui était assigné, Frédéric Dard eut ses mots : 

« J’avais fabriqué une montre. Vous venez de la démonter en deux temps trois mouvements, et maintenant vous me demandez de dire l’heure ! Je ne sais pas si vous vous rendez compte, mais désormais je vais écrire avec le stylo entre les jambes ! Comment en serait-il autrement puisque j’ai vu de quelle façon vous décortiquez ma prose ». 

Est-ce à dire que la relation entre l’écrivain et la critique universitaire commençait mal ? Non. Frédéric Dard fut flatté de cette reconnaissance académique. Preuve s’il en est : Vas-y Béru, roman publié aussitôt après cette rencontre, fut dédié à Robert Escarpit, de la part de son « Séminariste reconnaissant ».

Continuer la lecture de Appel à contributions : D’argot à zygomatique : « San-Antonio de A jusqu’à Z ». Colloque international Frédéric Dard (Université de Bourgogne)

Parution : Le Roman policier : lire et écrire l’enquête en Europe (Rilune)

Appel à communications : Le polar nordique, objet transmédiatique ?

« Le polar nordique, objet transmédiatique ? »

Lancement d’un Cycle de journées d’études

Université de Limoges et Université de Nancy

Vendredi 3 décembre 2021 (Limoges)

(English version below)

Nous lançons un cycle de journées d’études organisé par l’axe 3 d’EHIC (Université de Limoges) et l’axe IMAJE du LIS (Université de Nancy). La première journée aura lieu le vendredi 3 décembre à Limoges. Il s’agit d’étudier les exportations spatiales et médiatiques de ce genre fictionnel pour comprendre comment le Nordic Noir circule d’un pays à l’autre et comment ses exportations médiatiques contribuent à son évolution transculturelle. Nous nous intéresserons à la façon dont le polar nordique investit ces nouvelles formes multimédiatiques : série, podcast, jeux-vidéo, escape room, jeux de rôles, applications, sites internet, performances multimédia, littéraTube, blogs, podcasts…

Le Nordic Noir essaime actuellement dans les différents médias contemporains. Cette culture médiatique, particulièrement mobile, a franchi les frontières du Nord pour envahir les différentes productions populaires européennes, sans pourtant se délester des morphèmes nordiques qui l’ont engendrée : neige, glace, froid, rigueur, austérité du climat sont loin d’être un simple aménagement paysager constituent un noyau sémantique nécessaire pour comprendre le genre et sa prolifération multimédiatique actuelle, à l’instar du genre de jeux-vidéos appelé « Game Noir ».

Continuer la lecture de Appel à communications : Le polar nordique, objet transmédiatique ?

Parution : Il avait appris à écrire. Incipit des romans de Georges Simenon

Jean-Louis DUMORTIER (éd.), Il avait appris à écrire. Incipit des romans de Georges SimenonPresses Universitaires de Liège, 2020

« Il avait appris à écrire » : retourner ainsi le titre d’un célèbre essai consacré aux incipit, serait-ce donner à entendre que Simenon, au contraire d’Aragon, bien faraud de prétendre n’avoir jamais appris à écrire, applique des procédés qui lui ont été enseignés ? Bien sûr que non ! On sait que sa scolarité a été écourtée et qu’il n’a pu bénéficier, de la part de ses maîtres, de conseils d’écriture susceptibles de faire de lui le romancier qu’il est devenu, un « pêcheur au lancé » capable, en quelques phrases, d’appâter et de ferrer le lecteur. Cette capacité, c’est le fruit d’un apprentissage « sur le tas », en tant que fournisseur de la presse quotidienne, d’abord, puis, très vite, d’une littérature vouée à la consommation rapide.
Peut-on dire que Simenon, au cours des années de maturation sous pseudonymes, a fabriqué des hameçons tout à fait personnels et qu’il a découvert une manière de jeter la ligne à nulle autre pareille ? Sans doute pas : ce serait un jeu d’enfant de trouver, chez ses contemporains, à l’entame des romans, des situations et des personnages aussi indéterminés que les siens, qui piquent la curiosité et suscitent le désir de savoir qui ils sont et ce qui les a menés là où ils sont. Mais il y a chez lui un degré d’intrication des points de vue bien supérieur à celui qui se rencontre chez ses confrères, une alternance de perspectives – sans scrupules pourrait-on dire – qui, à la fois, peut décontenancer le lecteur engoncé dans les habitudes de réception de la narration réaliste, et lui ouvrir de vastes espaces d’interprétation. Quelque chose arrive à quelqu’un quelque part ; quelqu’un parle, mais ce qui a lieu ou ce qui est dit est donné à connaître à travers un énoncé dont la source est indécise ou dont l’énonciateur n’est pas sûr. Si la formule n’était rebattue, on pourrait dire « Ça parle » et il revient au lecteur de chercher ce que ça signifie pour lui, ce qui est à comprendre, ou, plutôt, ce qui peut être compris à partir de, grâce à, malgré aussi parfois ce qui est dit – ou tu.
De tous les écrivains « réalistes », Simenon est peut-être celui qui laisse le plus de marge à l’interprète, celui qui, en régime de clôture du sens, débarrasse le récit de la plupart des figures dévolues à son avènement, ou ne les convoque que pour contester leurs prétentions. Il invite ainsi implicitement le lecteur à débrouiller l’écheveau et, sans le mettre en garde noir sur blanc, il lui laisse entrevoir le risque de ne tirer que sur quelques fils.
Ici, très modestement, il a été proposé à des lecteurs issus de diverses communautés interprétatives et pas tous, loin de là, également familiers de Simenon, de mordre dans l’esche d’un incipit, ou de dire de quoi elle est faite, ou d’être à la fois le poisson et celui qui l’appâte. Il s’agissait de ne pas relancer le carrousel des généralités sur l’univers fictionnel du romancier, mais de mettre le doigt sur les mots, sur les phrases qui incitent à y entrer.

Jean-Louis DUMORTIER, professeur ordinaire honoraire de l’Université de Liège, y a dirigé, de 1999 à 2014, le Service de didactique du français. Il a publié trois livres et une vingtaine d’articles sur Simenon. Membre du Centre d’Études Georges Simenon, il est actuellement directeur de publication de la revue Traces, créée par Danielle Bajomée.

Parution : Le grisbi

Albert Simonin, Le Grisbi, La Manufacture de livres, 2020.

(la trilogie de Max le menteur : Touchez pas au grisbi, Le cave se rebiffeet Les Tontons flingueurs)

Regroupé dans un volume unique, l’ensemble de la trilogie Max le menteur est proposé dans une édition préfacée par François Guérif et agrémentée d’une interview de l’auteur par ce dernier. 

Max, dit le Menteur, vétéran des truands parisiens, s’apprête à se ranger. Le milieu, il en a fait le tour,  en a tiré le meilleur parti et ne le regrettera pas. D’autant que ce monde est en train de changer : les vendeurs de came gagnent du terrain, les truands s’internationalisent, le code d’honneur n’a pas l’air de préoccuper la jeunesse. Seulement quitter les «affaires», ça ne se fait pas en un clin d’œil. Il y a les vieux amis qui vous demandent un dernier service, la relève à organiser, l’avenir à assurer…

Réunis en un seul volume, les romans de la trilogie de Max le menteur sont un monument de la culture française populaire, immortalisés par des films de légende (Touchez pas au grisbi, Le cave se rebiffe et Les Tontons flingueurs). Plongeon dans un Paris qui n’est plus et où résonne la gouaille des truands, l’œuvre de Simonin sublime le monde des voyous et lui a ouvert les portes de la littérature française.

Lire un extrait sur Fabula

 

Parution : Agatha Christie. Le droit apprivoisé

Nicolas Bareït, Agatha Christie. Le droit apprivoisé, Paris, Classiques Garnier, « Esprit des Lois, Esprit des Lettres » n°12, 2020.

L’œuvre d’Agatha Christie peut donner lieu à une lecture juridique, car l’auteur y déploie une véritable poétique du droit. Le procès, le couple et la mort sont les trois motifs à la fois littéraires et juridiques qui participent à la structuration de son imaginaire et lui confèrent sa singularité. Continuer la lecture de Parution : Agatha Christie. Le droit apprivoisé

Parution : Dictionnaire amoureux du polar

Pierre Lemaitre, Dictionnaire amoureux du polar, Plon, « Dictionnaire amoureux », 2020. 

« Voici le dictionnaire de ce que j’aime (à quelques oublis près). »

« Nos amis italiens et espagnols (ils ne sont pas les seuls) ne font guère de distinction entre « roman noir » et « roman policier ». Mais comme en France, nous la faisons, en toute logique ce dictionnaire devrait ne comprendre que des entrées concernant le roman policier. Si vous en êtes d’accord, ce sera ma première licence : je parle d’un univers littéraire qui est le mien, on y trouvera aussi bien du « polar » que du « noir ».
S’agissant d’un univers « littéraire », il ne devrait y avoir ici que des livres. Ce sera ma seconde licence : incidemment, on y trouvera quelques films, quelques séries TV, quelques BD, des librairies, des blogs.
Enfin, autant prévenir tout de suite : pour les définitions maîtrisées, les monographies exhaustives, les analyses thématiques, etc., le lecteur trouvera facilement d’excellents ouvrages (j’en cite quelques-uns, en fin de volume) qui correspondront à cette attente. C’est à un écrivain que l’éditeur a confié ce Dictionnaire amoureux. Je parlerai donc ici en lecteur et en romancier. Il y aura des oublis impardonnables, des injustices, des jugements contestables. C’est inévitable mais je ne fais que respecter le projet de cette collection : c’est le dictionnaire de ce que j’aime (à quelques oublis près).      Continuer la lecture de Parution : Dictionnaire amoureux du polar

Émilie Guyard (Université de Pau et des Pays de l’Adour)

Emilie GUYARD a poursuivi ses études à l’Université de Bourgogne dans laquelle elle a obtenu une Agrégation externe d’Espagnol en 1999 puis un doctorat d’Etudes Hispaniques en 2002. Elle est actuellement Maître de Conférences à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour. Après avoir travaillé sur le genre fantastique et plus particulièrement sur l’œuvre l’écrivain galicien Gonzalo Torrente Ballester auquel elle a consacré plusieurs publications (dont Le fantastique dans l’œuvre romanesque de Gonzalo Torrente Ballester (1972-1987), Vigo, Editorial Academia del hispanismo, 2007, ou Formas de lo fantástico en la literatura de Gonzalo Torrente Ballester, La Tabla Redonda, n°12, 2014), elle oriente désormais ses recherches vers le genre policier. Après avoir publié plusieurs articles et coordonné plusieurs ouvrages autour du genre policier espagnol        (L’imaginaire social dans le roman noir espagnol et portugais du XXIe siècle, Binges, Éditions Orbis Tertius (Collection Universitas), 2017, ou encore Roman Noir: espaces urbains et grands espaces, Líneas), elle a obtenu le grade de l’Habilitation à Diriger des Recherches en décembre 2018 grâce à un étude inédite intitulée Carlos Salem : le polar déjanté ou la quête du sens.

CV en ligne

Appel à communication : Colloque international « Le polar dans la cité : littérature et cinéma »

1er et 2 octobre 2020

Université de Pau et des Pays de l’Adour 

« Miroir éclaté de la cité en crise, le roman policier témoigne de la crise de la conscience moderne, de la perte des valeurs ainsi que de l’aliénation économique, psychologique et sociale de l’homme » affirme Franck Evrard rappelant ainsi le lien indissociable entre ce genre littéraire et l’espace de la ville[1]. De fait, comme l’indique son étymologie, le polar, qui dérive du terme grec « polis », constitue peut-être la littérature urbaine par excellence. Tandis que le détective, cet « arpenteur du labyrinthe de la ville »[2], parcourt les rues de la cité pour les besoins de son enquête, « la ville et ses dédales devient un espace de déchiffrement que l’homme interroge comme une sorte de miroir de lui-même »[3].

Le colloque « Le polar dans la cité : littérature et cinéma », qui se tiendra à l’Université de Pau les 1er et 2 octobre 2020, a pour objectif d’explorer les différents liens entre le polar contemporain – sous ses formes narrative et cinématographique – et l’espace de la cité, au sens géographique mais aussi institutionnel et politique de ce terme. Car si le mot « cité » est parfois employé dans la langue française comme simple synonyme de grande ville, ce terme désigne en réalité la ville en tant que corps politique et/ou administratif, communauté politique, administrative que constituent les habitants, les citoyens d’une ville.

Continuer la lecture de Appel à communication : Colloque international « Le polar dans la cité : littérature et cinéma »

Michele Morselli (Université de Bologne, Italie)

Michele Morselli est diplômé en double licence à l’Université de Bologne et de Haute-Alsace avec un mémoire sur le narrateur non-fiable intitulé La Réécriture du destin dans Prochain épisode d’Hubert Aquin. En 2016, il se diplôme cum laude en Littératures modernes, comparées et post-coloniales à l’Université de Bologne. Son mémoire, Écrire par devoir de mémoire : les littératures francophones africaines face au génocide rwandais, envisage le statut du code herméneutique dans les écritures romanesques du génocide. Après une expérience à l’Université McGill de Montréal, il est professeur de langues étrangères au collège et au lycée. Depuis 2017, il est doctorant du DESE (Doctorat d’études supérieures européennes) à l’Université de Bologne. Ses recherches concernent le tournant pragmatique du roman à énigme, en tant que transfert de compétences trans-génériques dans son archi-texte du XIXe siècle. Entre 2018 et 2019, il a été en séjour de recherche au CELLF (Centre d’étude de langue et littératures françaises) à l’Université Paris Sorbonne. En 2019, il participe aux journées du SINS19 de l’Université de Aarhus et en séjour de recherche au laboratoire Rirra21 de l’Université Paul Valéry Montpellier 3. En 2020, il sera rédacteur du prochain numéro de la revue Rilune, intitulé Le Roman policier : lire et écrire l’enquête en Europe.