Archives par mot-clé : roman policier

Annabelle Marion (Université de Limoges)

Membre de l’EHIC (Université de Limoges) et membre associée du CERILAC (Université Paris Cité), Annabelle Marion est chercheuse postdoctorale du projet ANR POLARisation (2023-2027), centré sur le récit policier publié en France entre 1945 et 1989. Elle a consacré sa thèse de doctorat à l’étude de la reconstruction de la figure auctoriale de Jean Giono après la Seconde Guerre mondiale.

Ses recherches portent principalement sur la fabrique des représentations littéraires, saisies à différents niveaux qui articulent diversement les logiques individuelles et collectives. D’une part, ses travaux initiés pendant son doctorat se situent dans la lignée des études qui explorent les figurations auctoriales (Amossy, Diaz, Meizoz). D’autre part, ses recherches au sein de l’ANR POLARisation l’ont conduite à se pencher sur les représentations d’un genre, le récit policier. Ses derniers travaux interrogent ainsi la fabrique de la littérature policière à travers l’étude de la revue Mystère-Magazine.

Domaines de recherche 

  • Construction des identités et des représentations littéraires
  • Auctorialité, imaginaires et postures de l’auteur au XXe siècle
  • Fabrique du genre policier
  • Processus de médiatisation, de réception, de légitimation
  • Littérature narrative du XXe siècle, récit policier

Publications

  • Ouvrage

Renaissance de Giono. La reconstruction de l’auteur après la Seconde Guerre mondiale, Paris, Classiques Garnier, « Études de littérature des XXe et XXIe siècles », 2024. Continuer la lecture de Annabelle Marion (Université de Limoges)

Appel à contributions : Extension africaine francophone du domaine paralittéraire. Formes, enjeux et perspectives (revue Interculturel Francophonies)

Extension africaine francophone du domaine paralittéraire. Formes, enjeux et perspectives

Revue Interculturel Francophonies

Date d’échéance : 15 septembre 2024

Texte de l’appel : 

Ce numéro de la revue Interculturel Francophonies ambitionne d’explorer le domaine postcolonial et francophone d’une réalité littéraire qui, si l’on en croit Yves Reuter, est l’objet d’une « dévalorisation théorique et pédagogique généralisée » ( 1986 : 3) : les paralittératures. Concept mettant l’accent sur le caractère marginal et plus ou moins culturellement illégitime d’un ensemble varié de genres dont la typologie est particulièrement stable, le terme ‘‘paralittératures’’ sert à tracer une frontière institutionnelle entre ce qui relèverait du littéraire et ce qui, en dépit d’une ressemblance apparente, s’en écarte. Quant à l’usage du pluriel, quels que soient le champ littéraire et l’aire géographique où l’on se situe, il revêt un double enjeu. D’une part, cet usage met en lumière « une masse hétéroclite d’objets ‘‘culturels’’ qui semblent n’avoir d’autre chose en commun que leur absence prétendue de valeur esthétique » (Angenot, 1974 : 9), quand, d’autre part, l’emploi du pluriel semble traduire non seulement la « nature intergénérique » (Huybrechts, 2014) du domaine paralittéraire mais également la diversité des codes sémiotiques distinguant les genres paralittéraires. Continuer la lecture de Appel à contributions : Extension africaine francophone du domaine paralittéraire. Formes, enjeux et perspectives (revue Interculturel Francophonies)

Journée d’étude « Critiques et fictions policières, domaine francophone – Japon (1860-1940) » (Université Paris Cité)

Journée d’étude « Critiques et fictions policières, domaine francophone – Japon (1860-1940) »

25 novembre 2023 (9h30-17h)

Université Paris Cité, Campus des Grands Moulins, salle 677C

Organisé par Gérald Peloux, Cécile Sakai et Marc Vervel – CY Héritages (CY Cergy Paris Université) et Cerilac (Université Paris Cité). 

Programme de la journée

9h30  Accueil, café

9h45  Ouverture de la journée

10h    Alice Jacquelin, Université Paris Nanterre/ENSSIB, « L’appellation de “roman policier” dans la presse française (1860-1890) : conception discursive d’un genre littéraire populaire »

11h    Cécile Sakai, Université Paris Cité/CRCAO, « Introduire un modèle de genre littéraire : le roman policier au Japon et Kuroiwa Ruikô ou l’itinéraire d’un pionnier (1890-1900) »

12h    Pause-déjeuner

13h30         Gérald Peloux, CY Cergy Paris Université/Héritages/CRCAO, « L’émergence du “roman policier” japonais dans les années 1910 : Kitan (Extraordinary), les notes de lecture du jeune Edogawa Ranpo »

14h30         Marc Vervel, Université Paris Cité/Cerilac, « La figure du détective faillible au principe d’une déconstruction du récit d’enquête dans la fiction française de la fin du XIXe siècle – quelques exemples »

15h30         Arnaud Huftier, Université Polytechnique des Hauts-de-France/DeScripto, « Steeman ou la réécriture comme geste critique »

16h30         Conclusions et clôture de la journée

Consulter le programme

 

 

Parution : Mystère et enjeux de dramatisation dans la fiction policière émergente (Marc Vervel)

Marc Vervel, Mystère et enjeux de dramatisation dans la fiction policière émergente, Paris, Honoré Champion, coll. “Bibliothèque de littérature générale et comparée “, 2023. 

Résumé du livre 

Le « mystère » entre véritablement en littérature narrative avec le gothique et le fantastique. Il renvoie alors à l’irrationalité, à une déstabilisation des catégories établies. Mais il serait réducteur de l’assimiler à cette seule dimension, tant le mot devient rapidement un talisman pour susciter la curiosité du lecteur avide de s’ouvrir à l’inconnu, à l’envers de la modernité, aux secrets criminels. Le « mystère », pour qui s’intéresse à la littérature du dix-neuvième et du début du vingtième siècles, c’est alors un mot bien étrange, à la fois omniprésent et évanescent, comme inapte à se muer en un véritable objet littéraire en même temps qu’il peut aller à l’occasion jusqu’à recouvrir une portée générique. Il ouvre d’ailleurs à tous les retournements, allant jusqu’à occuper une place importante dans le roman policier émergent. En revenir à l’histoire de ce mot, à la manière dont il s’est insinué dans le roman tout en gardant certains traits hérités de son histoire religieuse, à la façon dont il a pu se constituer, dans le contexte de la culture médiatique, en lieu de tension dans le texte, et particulièrement dans le texte policier qu’il travaille de résonances secrètes et diverses, tel est l’objet de cette étude.

Consulter la table des matières

Lire l’introduction

À propos de l’auteur

Agrégé de Lettres Modernes, docteur en littérature et ancien élève de l’ENS Lettres et Sciences Humaines, Marc Vervel est maître de conférences à l’Université Paris Cité. Ses travaux portent notamment sur le roman policier émergent, le mystère en littérature et la manière dont les fictions contemporaines de la culture médiatique tendent à déployer d’ambivalents jeux de séduction à l’égard du lecteur.

Colloque « Le rose et le noir. Imaginaires sentimentaux et policiers sous la loupe (XIXe-XXIe siècles) » (Université de Sherbrooke)

https://www.usherbrooke.ca/gnec/img/3/9/1083803539-20220313_affiche_rosenoir_lr.jpg

Colloque « Le rose et le noir. Imaginaires sentimentaux et policiers sous la loupe (XIXe-XXIe siècles) »

Dates : Mercredi 7 juin 2023 de 17 h 45 à 19 h 30
Jeudi 8 juin 2023 de 9 h 30 à 19 h
Vendredi 9 juin 2023 de 9 h 30 à 15 h

Lieux : Mercredi 7 juin, à la salle Eastside de l’Hôtel Times (1, rue Belvédère Sud)Jeudi et vendredi, 8 et 9 juin, Agora du Carrefour de l’information de l’Université de Sherbrooke

Organisé par Karol’Ann Boivin (Université de Sherbrooke), Marie-Pier Luneau (Université de Sherbrooke) et Jean-Philippe Warren (Université Concordia)

Programme

Mercredi 7 juin

Salle Eastside, Hôtel Times, 1, rue Belvédère Sud

  • 17 h 45

Accueil

  • 18 h 00

Mot d’ouverture -Marie-Pier Luneau, Université de Sherbrooke

  • 18 h 15

Conférence d’ouverture, « Rose, noir (et bleu) : sérialités éditoriales et catégories génériques » – Matthieu Letourneux, Université Paris-Nanterre

Jeudi 8 juin

Carrefour de l’information, campus de l’Université de Sherbrooke

Le rose, le noir… vus par l’histoire du livre – Séance présidée par Josée Vincent, Université de Sherbrooke

  • 9 h 30 – 10 h 30

« L’édition française et le polar : dettes d’honneur et comptes à régler » – Bertrand Legendre, Université Sorbonne Paris Nord

« Mots durs, mots doux : terminologie des genres sentimental et policier en bibliothèques » – Nadine Desrochers et Stéphanie Courchesne, Université de Montréal

  • 10 h 30 – 10 h 50

Pause

Écrire l’amour et la mort : des imaginaires croisés – Séance présidée par Stéphanie Bernier, Université de Montréal

  • 10 h 50 – 11 h 50

« Entre la faute et le crime : la fille-mère dans les imaginaires sentimental et policier » – Jean-Philippe Warren, Université Concordia

« L’amour dans les bas-fonds : hybridation des imaginaires dans la collection « Roman d’amour » des Éditions Police-Journal (1944-1965) » – Harold Bérubé et Marie-Pier Luneau, Université de Sherbrooke

  • 11 h 50 – 14 h 30

Lunch

Écrire l’amour et la mort : des imaginaires croisés (suite) – Séance présidée par Adrien Rannaud, Université de Toronto

  • 14 h 30 – 15 h 30

« Matérialité et narrativité dans Exemplaire unique de Milorad Pavić » – Anthony Glinoer, Université de Sherbrooke

« Aimer, tuer, enseigner : circulation et usages des stéréotypes dans le roman de campus » – Karol’Ann Boivin, Université de Sherbrooke

  • 19h00

Souper au restaurant l’Auguste, 83, rue Wellington Nord

Vendredi 9 juin

Carrefour de l’information, campus de l’Université de Sherbrooke

Le rose, le noir, sous tous ses supports – Séance présidée par Louise Bienvenue, Université de Sherbrooke

  • 9 h 30 – 10 h 30

« Passions criminelles et rêves coupables : les « histoires vraies » de l’hebdomadaire Confidences (1938-1940) lues à la lumière de Détective » – Mélodie Simard-Houde et Raphaëlle Séguin, Université du Québec à Trois-Rivières

« La jalousie continue son éternelle moisson de sang » : le journal Allô police au prisme des émotions médiatiques (1953) – Rachel Nadon, Université de Sherbrooke / Université Paris-Nanterre

  • 10h30 – 10 h 50

Pause

Le rose, le noir, sous tous ses supports (suite) – Séance présidée par Pierre Hébert, Université de Sherbrooke

  • 10 h 50 – 11 h 50

« Le radioroman : un genre syncrétique? » – Caroline Loranger, Université du Québec à Trois-Rivières

« D’amour et de raison : la rencontre entre les régimes sentimental et criminel dans les teen sleuth comics contemporains » – Philippe Rioux, Université Concordia

  • 11 h 50 – 13 h 15

Lunch

Le rose, le noir… et la sur-spécialisation des sous-genres – Séance présidée par Nicholas Dion, Université de Sherbrooke 

  • 13 h 15 – 14 h 15

« Le thriller sentimental néo-victorien : les flammes de la romance et l’ombre du meurtrier dans The Doll Factory d’Elizabeth MacNeal » – Jessy Neau, Université Montpellier 3

« Cinquante nuances de fictions criminelles : psychologie et violence dans la romance contemporaine » – Yoan Vérilhac, Université de Nîmes

14 h 30

Conclusion du colloque – Membres du comité organisateur

15 h 00

Vin d’honneur (local du GRÉLQ, A3-103, Faculté des lettres et sciences humaines)

 

Séminaire LPCM, séance 4, Vendredi 14 avril 2023, 16h-18h : « Le genre policier mis en jeu » (Pôle Métiers du livre de Saint-Cloud, Paris)

 Le séminaire de recherche mensuel de la LPCM, “Dans l’atelier des chercheur·se·s en littératures populaires et culture médiatique” vise à favoriser les rencontres et les échanges entre les chercheur·se·s qui se spécialisent dans l’analyse des cultures populaires et médiatiques, quel que soit leur ancrage disciplinaire (littérature, sciences de l’information et de la communication, sociologie, histoire, économie, musicologie, humanités numériques…) et leur objet d’étude (littérature, bande dessinée, littérature jeunesse, cinéma, séries télévisées, productions transmédiatiques, musique, jeux vidéo, jeux, figurines, images…). 

Séance 4 – Vendredi 14 avril 2023, 16h-18h : « Le genre policier mis en jeu »

Lieu : Pôle Métiers du livre de Saint-Cloud (salle de réunion, 2ème étage) et en ligne sur Teams

Lien de connexion : pour obtenir le lien de la réunion et suivre à distance cet événement, merci de bien vouloir écrire à l’équipe organisatrice via l’adresse mail de contact : atelierlpcm@protonmail.com

Répondant : Jacques Migozzi (Université de Limoges)

Présentation des deux interventions
  • Victoria Laurent (Université d’Avignon) : « Quand l’enquête criminelle devient un jeu »

Si le fait divers et le divertissement ont évolué et pris de l’importance conjointement depuis leur apparition dans la presse, le feuilleton créé par la succession de chroniques judiciaires et les comics ouvrent une nouvelle expérience de lecture: celle du jeu. Au premier abord, le crime semble loin de rimer avec jeu. Le crime est violent, sanglant, glauque, morbide, mais les “whodunit”, mystères judiciaires, sont, eux, caractérisés par l’une des pierres angulaires du jeu: l’énigme. Aussi, les amateurs de frissons et de mystères redoublent d’inventivité pour rendre leurs énigmes de plus en plus immersives. Les premières communautés composées de lecteurs assidus de Conan Doyle se réunissent dans le Royaume-Uni des années 20 et 30 à l’occasion de murder parties, prémisse du jeu de rôle ancré dans la réalité. La part de théâtralité, de mise en scène et d’improvisation est alors largement inspirée du style graphique illustrant les fait-divers défrayant la chronique, ainsi que du déroulement des procès criminels, qui font eux aussi souvent salle comble. Fort de ces succès, Anthony E. Pratt, jeune britannique ayant passé plusieurs années à jouer du piano lors de ces murder parties, décide en 1944 de déposer le brevet d’un jeu de plateau reprenant les intrigues du jeu de rôle : c’est la naissance du désormais culte Cluedo. La porosité entre réel et fictionnel ne fait que s’accentuer dans le genre du murder mystery, grâce auquel le consommateur (lecteur, spectateur, joueur) doit mener une double-enquête : en plus de celle de la narration, il doit démêler le vrai du faux. 

  • Marc Vervel (Université Paris Cité) : « Le roman policier français du XIXe siècle – de l’origine au discours second ? »

Dans le cadre de la préparation d’un livre sur les romans policiers français du XIXe siècle, Marc Vervel propose de revenir dans le séminaire de la LPCM sur la fameuse question de l’« origine » du genre policier, si familière aux spécialistes. Cette question constitue en effet un lieu obligé du discours critique, tant elle a pu participer des stratégies de stabilisation d’un objet – le roman policier – dont on sait que sa définition est par ailleurs fréquemment considérée comme quelque peu problématique (comme le rappelle notamment Uri Eisenzweig). Si « l’origine » est en outre ici le lieu d’un questionnement privilégié, c’est évidemment qu’elle concerne le fonctionnement même d’un genre en quête d’un point d’origine impossible. Mais surtout, s’il est intéressant de revenir sur la question de l’origine, c’est que, dans la mesure même où il est intimement lié à la modernité médiatique, le genre policier se trouve d’emblée sous le signe du second degré et de la mise à distance de ses traits censément définitoires. On peut en particulier revenir sur quelques textes importants de l’histoire du genre pour voir comment ils défient le discours de l’origine ou du moins, pour le lecteur actuel, semblent relever d’une approche métadiscursive ordinairement et instinctivement associée à une posture qui serait celle du recul historique. Se pose alors la question de la manière de lire ces textes et des questions méthodologique qu’ils permettent de soulever, tant le discours de l’origine semble heurter de front le fonctionnement de textes pris d’entrée de jeu dans la métadiscursivité médiatique.

Programme complet du séminaire 

Organisateurs·rices : Fanny Barnabé (Université de Namur), Marion Coste (CY Cergy Paris Université), Anaïs Goudmand (Sorbonne Université), Sarah Ghelam (Université Paris Nanterre), Aurélie Huz (Université Paris Nanterre), Alice Jacquelin (Université Paris Nanterre), Matthieu Letourneux (Université Paris Nanterre), Marc Vervel (Université Paris Cité)

CONFÉRENCE DE BENOÎT TADIÉ ET PROGRAMME DU CRPM

 

Conférence de Benoît Tadié, Réception et traduction du roman noir américain en France : le cas de Horace McCoyle.

Le 24 mars 2023, de 15h à 17h.

Université Paris Nanterre, bâtiment Ida Maïer, salle 114 (dans le cadre du séminaire “Exercices de traduction”).

Nous en profitons pour fournir également le programme des activités du Centre de recherches pluridisciplinaires et multilingues jusqu’à la fin de l’année universitaire.

EA4418-CRPM-programme 1 2023

 

Parution : À l’Est de l’étoile polar (Paul Bleton dir.)

Paul Bleton (dir.), À l’Est de l’étoile polar, Classiques Garnier, coll. “La Revue des Lettres modernes – Séries policières”, n° 3, 2023/1.

Fondée par Michel Minard en 1954, « La Revue des Lettres modernes » est une collection de séries monographiques et thématiques consacrées aux écrivains modernes et contemporains.

La LPCM vous invite à découvrir le sommaire.

Appel à contributions : The Crime Genre and Crisis (Univ. of Galway, Ireland)

The Ninth Interdisciplinary Conference of the International Crime Genre Research Network, Ireland The Crime Genre and Crisis

Friday 16 – Saturday 17 June 2023

University of Galway, Ireland

Échéance des propositions : 10 février 2023

In 2022 Collins Dictionary chose ‘Permacrisis’ as their word of the year, reflecting a sense of moving from one crisis to another: pandemic; warfare; mass migration; climate change and environmental breakdown. We read about energy crisis, economic crisis, supply chain crisis, mental health crisis, political crisis, global crisis in gender-based violence. Crisis breeds fear and uncertainty but can also represent a turning point and the potential for urgent, radical action. The aim of this ninth interdisciplinary conference is to examine how the crime genre reflects and engages with ideas of crisis. Indeed, crisis is at the heart of the genre, with crimes affecting individuals, families, communities, nations, forcing them to confront terrible acts and face up to devastating truths. Furthermore, the embeddedness of the modern subject within transnational and global networks of travel, commerce, exchange, influence, raises complex questions of complicity and responsibility in local and global crises. We invite submissions on the theme of crisis within the genre, from the individual to the global. We also invite scholars to consider to what extent genre production reinforces a sense of helplessness in the face of these crises and to what extent it suggests or proposes potential solutions.  

As always, we welcome submissions from those working on crime fiction and film, and wider media production. We invite proposals for papers or panels from a wide range of disciplinary perspectives: literature and languages, criminology, anthropology, economics, politics, sociology, gender studies, health, law, etc. Our ambition remains to bring together researchers from a broad range of disciplines, countries and cultures to share knowledge and insights. We welcome established, early career and postgraduate scholars.

Papers can be on any aspect of crisis and can be on crime fiction production from the inception of the genre to the present day. Papers are welcome from any language area, but must be delivered in English and should be no more than twenty minutes in length.

Gender-based violence: Within the broader call, we include an invitation to scholars working on gender-based violence in the crime genre to register their interest in joining a research network to share expertise in this area.

Continuer la lecture de Appel à contributions : The Crime Genre and Crisis (Univ. of Galway, Ireland)

Appel à contributions : Roman policier et démocratie (Université Paris Nanterre)

Colloque international Roman policier et démocratie

Université Paris Nanterre 22-23 juin 2023

Organisé par le Centre de Recherches Anglophones (Université Paris Nanterre) et Queen’s University Belfast, en partenariat avec le Centre de recherches pluridisciplinaires multilingues (Université Paris Nanterre).

Échéance des propositions : 15 janvier 2023

Ce colloque pluridisciplinaire explorera la relation entre le roman policier et la démocratie, de la fin du XIXe siècle à nos jours.

La recherche a récemment mis en évidence la relation entre le roman policier et les institutions démocratiques, et montré qu’il est productif de mettre l’histoire du genre en rapport avec le développement et la consolidation des États libéraux occidentaux. Ce colloque vise à s’appuyer sur ces approches et à les étendre dans deux directions. 

Premièrement, il se focalisera sur la relation du roman policier non seulement avec les institutions étatiques mais aussi, plus généralement, avec la puissance transformatrice de l’esprit démocratique – un esprit qui a été et est encore, selon notre hypothèse de travail, l’une des forces motrices de la croissance et du succès du roman policier, dans ses diverses manifestations. Le colloque visera donc à mettre au jour des rapports entre l’histoire sociologique et culturelle du roman policier et la réalisation ou l’échec des aspirations démocratiques dans différents contextes nationaux et internationaux, à différentes périodes. Il tentera, d’un côté, de montrer comment le genre a pu représenter une force modernisatrice et démocratique au sein du champ littéraire dans son ensemble, notamment parce que son esthétique privilégie souvent des attitudes et des pratiques linguistiques vernaculaires, subvertissant ainsi les hiérarchies traditionnelles et ouvrant la voie à une vision plus égalitaire de la littérature. D’un autre côté, il pourra également mettre en évidence la façon dont le roman policier a parfois incarné des tendances réactionnaires, autoritaires ou prônant le vigilantism. Ces positions contradictoires au sein du genre – parfois au sein d’une même œuvre – reflètent à la fois sa diversité idéologique et les ambiguïtés du concept de démocratie, dont le sens peut varier considérablement suivant les lieux et les époques. Mais elles témoignent aussi, dans l’ensemble, du rôle du roman policier en tant que lieu littéraire où les impulsions et les valeurs démocratiques peuvent être mises à l’épreuve.

Deuxièmement, le colloque vise un large éventail historique et géographique, afin de rendre compte des évolutions et manifestations du roman policier dans diverses aires culturelles. Les communications portant sur l’histoire culturelle et politique du genre seront les bienvenues, tant dans les régions où il est établi depuis longtemps (comme aux États-Unis et en Europe occidentale) que dans celles où il n’a été reconnu que plus récemment, comme en Europe de l’Est et en Russie, en Afrique, en Asie, dans le monde arabe, dans les Caraïbes ou en Amérique latine. Dans ces régions également, le colloque visera à corréler l’essor du roman policier avec l’émergence, l’affirmation, le rejet ou l’effondrement des aspirations démocratiques.

Afin d’explorer ces perspectives théoriques, ce colloque invite des communications de vingt minutes, en anglais ou en français, portant sur les liens multiples entre démocratie et roman policier à travers le monde et reposant, si possible, sur une approche large plutôt que sur l’analyse d’œuvres singulières.  

Continuer la lecture de Appel à contributions : Roman policier et démocratie (Université Paris Nanterre)