Archives par mot-clé : roman noir

Parution : Dictionnaire amoureux du polar

Pierre Lemaitre, Dictionnaire amoureux du polar, Plon, « Dictionnaire amoureux », 2020. 

« Voici le dictionnaire de ce que j’aime (à quelques oublis près). »

« Nos amis italiens et espagnols (ils ne sont pas les seuls) ne font guère de distinction entre « roman noir » et « roman policier ». Mais comme en France, nous la faisons, en toute logique ce dictionnaire devrait ne comprendre que des entrées concernant le roman policier. Si vous en êtes d’accord, ce sera ma première licence : je parle d’un univers littéraire qui est le mien, on y trouvera aussi bien du « polar » que du « noir ».
S’agissant d’un univers « littéraire », il ne devrait y avoir ici que des livres. Ce sera ma seconde licence : incidemment, on y trouvera quelques films, quelques séries TV, quelques BD, des librairies, des blogs.
Enfin, autant prévenir tout de suite : pour les définitions maîtrisées, les monographies exhaustives, les analyses thématiques, etc., le lecteur trouvera facilement d’excellents ouvrages (j’en cite quelques-uns, en fin de volume) qui correspondront à cette attente. C’est à un écrivain que l’éditeur a confié ce Dictionnaire amoureux. Je parlerai donc ici en lecteur et en romancier. Il y aura des oublis impardonnables, des injustices, des jugements contestables. C’est inévitable mais je ne fais que respecter le projet de cette collection : c’est le dictionnaire de ce que j’aime (à quelques oublis près).      Continuer la lecture de Parution : Dictionnaire amoureux du polar

Émilie Guyard (Université de Pau et des Pays de l’Adour)

Emilie GUYARD a poursuivi ses études à l’Université de Bourgogne dans laquelle elle a obtenu une Agrégation externe d’Espagnol en 1999 puis un doctorat d’Etudes Hispaniques en 2002. Elle est actuellement Maître de Conférences à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour. Après avoir travaillé sur le genre fantastique et plus particulièrement sur l’œuvre l’écrivain galicien Gonzalo Torrente Ballester auquel elle a consacré plusieurs publications (dont Le fantastique dans l’œuvre romanesque de Gonzalo Torrente Ballester (1972-1987), Vigo, Editorial Academia del hispanismo, 2007, ou Formas de lo fantástico en la literatura de Gonzalo Torrente Ballester, La Tabla Redonda, n°12, 2014), elle oriente désormais ses recherches vers le genre policier. Après avoir publié plusieurs articles et coordonné plusieurs ouvrages autour du genre policier espagnol        (L’imaginaire social dans le roman noir espagnol et portugais du XXIe siècle, Binges, Éditions Orbis Tertius (Collection Universitas), 2017, ou encore Roman Noir: espaces urbains et grands espaces, Líneas), elle a obtenu le grade de l’Habilitation à Diriger des Recherches en décembre 2018 grâce à un étude inédite intitulée Carlos Salem : le polar déjanté ou la quête du sens.

CV en ligne

Lucie Amir (Université de Limoges)

Ancienne élève de l’ENS de Lyon, Lucie Amir est doctorante contractuelle à l’Université de Limoges (ED Humanités, Laboratoire EHIC – EA1087). Elle prépare, sous la direction de Jacques Migozzi et de Natacha Levet, une thèse en littérature française sur les politiques du polar français de l’extrême-contemporain (2000-2018). Elle est, au titre de ses recherches et de son rattachement à l’Université de Limoges, membre du programme européen H2020 DETECt (2018 – 2021), qui rassemble douze universités européennes dans un projet de recherche portant sur les fictions criminelles européennes de 1989 à aujourd’hui.

CV en ligne

Recherche doctorale : Politiques des genres noirs contemporains : le sous-champ du polar français face à l’engagement (2000-2018).

Cette recherche veut explorer les rapports qu’entretient le polar français de l’extrême-contemporain avec la question de l’engagement littéraire, et veut faire l’état d’un sous-champ littéraire fortement polarisé par la question politique. Les genres noirs sont peu considérés dans les études théoriques et critiques sur l’engagement littéraire et sur le « retour au réel » (Viart 2008) contemporain de la littérature. Pourtant, l’espace générique et socio-économique que recouvre le terme « polar », et qui rassemble tous les héritiers des fictions criminelles françaises (roman noir, thriller, etc.) est aujourd’hui encore fortement tributaire du patronage de la littérature politisée des écrivains du néo-polar et de la « génération Poulpe », qui comptaient une majorité d’ex-militants issus de la gauche post-soixante-huitarde (Collovald et Neveu, 2001). Cette association entre roman noir et engagement politique est restée un leitmotiv des discours contemporains sur le genre. Décrit dans la presse comme une « littérature de décryptage », ou comme une « littérature de rebelles », le polar est spontanément appréhendé comme un genre contestataire, a minima ancré dans le réel et engagé dans la dénonciation des dysfonctionnements sociaux. Néanmoins, à la faveur d’un renouvellement éditorial amorcé au milieu des années 2000, on observe depuis lors une tension dans les pratiques qui incarnent le genre, entre une assignation persistante à porter des enjeux politiques et un retrait patent d’une partie des acteurs de la production contemporaine. Il s’agit de saisir ces inflexions, d’interroger la manière dont les écrivains français de polar envisagent aujourd’hui leur rôle, et celui de leur littérature, dans le monde social, de comprendre comment l’espace français du polar se reconfigure autour de cette question, celle de la définition d’un genre (de sa politique). L’étude s’attache en priorité aux politiques littéraires telles qu’elles s’expriment dans les discours des écrivains. Elle s’appuie sur l’analyse d’entretiens critiques et d’entretiens de recherche d’une part, d’un corpus romanesque significatif d’autre part, incluant les écrivains et les romans les plus reconnus par l’espace du polar depuis le début du siècle (parmi lesquels Fred Vargas, Caryl Férey, Franck Thilliez, Michel Bussi, Hervé Le Corre, Dominique Manotti, Pierre Lemaître, Nicolas Mathieu ou DOA).

Appel : Roman noir et journalisme

Appel à communication pour le colloque international : « Roman noir et journalisme, enquête de vérité »

Université de Pau et des Pays de l’Adour / Université Savoie Mont Blanc, Pau / Chambéry, du 1er au 4 octobre 2019

Organisation : Emile Guyard (Université de Pau et des pays de l’Adour), Myriam Roche (Université Savoie Mont Blanc)

Le roman noir, littérature du réel, tout comme son parent le roman policier, n’est autre que l’héritier du feuilleton populaire qui autrefois paraissait en épisodes dans la presse. Ce lien originel s’est maintenu durant les différentes étapes d’évolution historique du genre, et s’est en particulier prolongé dans le polar par un rapport très fort à l’actualité et une implication sociale brute, souvent accompagnée d’un sentiment d’urgence. Le journalisme, dit le mexicain Paco Ignacio Taibo II, lui-même romancier et journaliste, est « la meilleure des littératures parce que c’est la plus immédiate »[1]. Quand ils ne sont pas eux-mêmes journalistes ou anciens journalistes comme certains de leurs célèbres prédécesseurs, les auteurs de polar de ce début de XXIe siècle confessent d’ailleurs volontiers leur dette à l’égard de la presse à l’instar, par exemple, d’Alexis Ravelo, écrivain canarien dont l’un des romans s’achève sur cette note de l’auteur particulièrement éloquente : « Ce roman est né de ma stupeur, de ma rage, de mon étonnement face à la réalité et, dans une certaine mesure, de ma confusion face à certaines chroniques journalistiques »[2]. De fait, le journalisme d’enquête demeure aujourd’hui une source d’inspiration intarissable pour le polar qui, dans le prolongement du roman noir américain des années 1920 et 1930, entreprend de décrire les dérives d’une société globalement injuste et corrompue : scandales financiers, corruption politique, crime organisé, réseaux de prostitution révélés par la presse nourrissent les pages de nombreuses fictions policières publiées au cours de ces dernières années.

Continuer la lecture de Appel : Roman noir et journalisme

Alice Jacquelin (Université de Limoges)

Mots-clés : Littérature comparée, intermédialité, fictions criminelles, études médiatiques, humanités numériques

Alice Jacquelin est chercheuse postdoctorale dans le cadre du projet européen DETECt (Detecting Transcultural Identity in European Popular Crime Narratives) piloté en France par l’Université de Limoges (http://www.detect-project.eu). Sa thèse Genèse et circulations d’un paradigme culturel populaire en régime médiatique : le cas du Country Noir. France-États-Unis. 1996-2016 a été dirigée par Denis Mellier (Université de Poitiers). Elle porte sur l’émergence médiatique d’un champ culturel contemporain autour de récits criminels ruraux en France et aux États-Unis. Ce nouveau paradigme intermédial appelé « Country Noir » se décline sur différents supports de la culture populaire et industrielle (roman noir, séries télévisées, cinéma, bande dessinée) et charrie des imaginaires politiques proches de l’anarchisme, du libertarisme et de l’écologisme.

Elle est co-commissaire de l’exposition « L’Europe du polar » inaugurée à la BiLiPo (Bibliothèque des Littératures Policières) avec Matthieu Letourneux, Catherine Chauchard et Adrien Frenay sur les circulations médiatiques des fictions criminelles en Europe depuis la fin du XIXe siècle et la cristallisation des imaginaires criminels européens (https://europedupolar.paris.fr). Elle est membre de l’association LPCM et elle a participé aux Assises de la recherche en cultures populaires et médiatiques 2018 (https://lpcm.hypotheses.org/10874).

Elle a enseigné le roman noir, l’intermédialité et l’Histoire des Idées aux universités de Poitiers et de Versailles-Saint-Quentin et s’est formée aux humanités numériques à l’École d’hiver EnExDi 2019. Elle participe à la diffusion de la recherche sur les fictions policières en tant que modératrice dans des festivals (l’Instant Polar de Dissay, Bruits de Langue de Poitiers), productrice et programmatrice radiophonique (France Inter, France Culture, Radio Libertaire) et critique culturelle (Esprit https://esprit.presse.fr/actualites/alice-jacquelin/seules-les-betes-de-dominik-moll-un-country-noir-42558). En tant que lectrice pour la Série Noire de Gallimard et pour les commissions « Avances sur recettes » et « Aides aux films de genres » du CNC, elle a aussi participé au champ médiatique de la création policière contemporaine.

Thèse

2019. Genèse et circulations d’un paradigme culturel populaire en régime médiatique : le cas du Country Noir. France-États-Unis. 1996-2016.

L’expression « Country Noir », apparue en littérature sous la plume de l’écrivain étatsunien Daniel Woodrell en 1996, a ensuite connu une fortune critique aux États-Unis et en France dans l’interdiscours médiatique. Les critiques littéraires mais aussi les maisons d’édition se sont saisis de cette catégorie pour qualifier toute une production littéraire contemporaine de romans noirs qui se déroulent à la campagne. L’appellation circule ensuite entre la France et les États-Unis, d’un côté à l’autre de l’Atlantique, et migre sur différents supports médiatiques : à partir des années 2009-2010, elle s’applique aussi à des films, des séries télévisées et des bandes dessinées. Notre hypothèse est la suivante : montrer comment les circulations transnationales et intermédiales jouent dans la cristallisation d’un paradigme médiatique populaire et comment le Country Noir se fait le creuset des préoccupations contemporaines sur la fin du monde paysan et rural. À partir d’une analyse sociolittéraire en distant reading de la réception critique, grâce aux humanités numériques, pour circonscrire la nébuleuse Country Noir dans ses pratiques et ses usages, nous examinons ensuite un large corpus textuel et audiovisuel en close reading, retrouvant ainsi « une poétique des fictions industrielles », qu’Irène Langlet appelait de ses vœux. Le Country Noir hérite de deux courants littéraires étatsuniens, le Southern Gothic et le Nature Writing, auxquels il emprunte une esthétique gothique étonnante dans le cadre des fictions criminelles ainsi qu’une idéologie politique libertaire. Car le Country Noir est avant tout un paradigme critique qui déconstruit quelques grands mythes occidentaux comme la croissance, la masculinité et la blancheur. Ces catégories, empruntées aux Cultural Studies, démontrent comment le Country Noir se fait le miroir des imaginaires collectifs du déclin et du déclassement.

Articles et publications

À paraître. « The Glory and Misery of the EUROCOPS/EUROFLICS series (1989-1994). Archeology of a European Cooperation in Crime TV Fiction », revue Academic Quarter.

À paraître. « Genèse et circulations d’un sous-genre populaire en régime médiatique : le cas du ‘country noir’ », Écritures et formats médiatiques, revue Belphégor, en ligne.

À paraître.  « L’enquête empêchée, le tragique dans le country noir contemporain », L’Enquête en Arts et Littérature, PUR, Rennes.

2018. « L’indice policier, une trace indécidable ? », Trace(s), PULIM, Limoges.

2018. « Comment se fier à la parole criminelle ? Les récits troubles des narratueurs chez Ellroy, Banville et Ellis », revue Chameaux n°10, en ligne, https://revuechameaux.org/numeros/mensonge/comment-se-fier-a-la-parole-criminelle-les-recits-troubles-des-narratueurs-chez-ellroy-banville-et-ellis/

2017. « Les teen-movies des années 90 adaptés d’œuvres littéraires ou comment les classiques littéraires peuvent-ils aspirer à la consécration hollywoodienne ? », revue Le Pardaillan n°3, Lille.

Conférences et communications

À venir (reporté). Cours-conférence « Polar et Ruralité », Bibliothèque francophone multimédia, Limoges, initialement prévu le 31/03/2020. https://bfm.limoges.fr/evenement/polar-et-ruralite

2018. Assises de la Recherche en Culture Populaire et Médiatique, Université de Paris-Nanterre. Communication : « Genèse et circulations d’un sous-genre populaire en régime médiatique : le cas du ‘country noir’ »

2017. Colloque Trace(s) de doctorants de l’ED « Lettres, pensée, arts et histoire », La Rochelle. Communication : « L’indice policier, une trace indécidable ? »

2016. Conférence Noire is the new noir : the Série Noire and the Franco-American detective traditions, Université Américaine de Paris, Paris. Communication : « La mort est dans le pré : Minville et Guittaut, l’avènement d’un country noir à la française ? »

2016. Colloque international et interdisciplinaire de jeunes chercheurs Cannibales !, Centre Littératures, Imaginaire et Sociétés (LIS) de l’Université de Lorraine, Nancy. Communication : « L’hannibalisme, un syndrome de dévoration narrative ? »

2016. Journée d’étude interdisciplinaire Impuretés, Laboratoire Forell de l’Université de Poitiers, Poitiers. Communication : « Impuretés du polar »

2016. Conférence internationale Airport culture(s), Institut of Modern Langage Research of the University of London, Londres. Communication : « How to fall in love in a non-place ? Airports in Three French and American Romantic Comedies »

2016. Colloque international de jeunes chercheurs Mensonge et littérature, Université de Laval, Québec. Communication : « Comment se fier à la parole criminelle ? Les récits troubles des narratueurs chez Ellroy, Banville et Ellis »

2016. Séminaire de jeunes chercheurs Aux confins de l’enquête – séance 1 « Échec de l’enquête », laboratoire ALEF de Rennes 2, Rennes. Communication : « L’enquête empêchée, le tragique dans le country noir contemporain », https://laboalef.hypotheses.org/tag/country-noir

Manifestations scientifiques et diffusion de la recherche

À venir (reporté). Modération de la table ronde « Les femmes dans le polar ». Invitées : Sophie Chabanel, Michèle Pedinielli et Éléna Piacentini, festival L’Instant Polar, Dissay.

2018. Organisation de la journée d’étude Quand le noir se met au vert : polar, ruralité, écologie, Laboratoire Forellis, Université de Poitiers, MHSH, 02/05/2018. Invité.e.s : Anne-Laure Bonvalot, Oliver Gallmeister, Madeleine Mialocq, Anne-Rachel Hermetet, Benoît Tadié, Sébastian Thiltges

2019. Modération de la table ronde « Le polar face à l’Histoire ». Invités : Didier Daenincks, François Muratet, Hugues Pagan, festival L’Instant Polar, Dissay.

2018. Modération de la table ronde « Polar et journalisme : citez vos sources ». Invités : Olivier Truc, Jean Weber, Marc Fernandez, festival L’Instant Polar, Dissay.

2017. Organisation et modération de la table ronde « Quand le noir se met au vert : le polar rural ». Invités : Laurence Biberfeld, Patrick K. Dewdney, Pierric Guittaut, UFR Lettres et Langues, Université de Poitiers.

2017-2018. Productrice des émissions Polar Palace et Les Sorcières de Paname, Radio Libertaire, FM 89,4.

2013-2017. Attachée de production, France Inter et France Culture et productrice du documentaire radiophonique « Les deux Christian de Gardanne », Les Pieds Sur Terre, Sonia Kronlund, France Culture, 04/03/2014, 26 min

Publications de Luciano Currerri

rosso

 

  1. Per un racconto dello scacco. Simenon e Sciascia venticinque anni dopo / Pour un récit de l’échec. Simenon et Sciascia vingt-cinq ans après. Édités par Danielle Bajomée et Luciano Curreri, avec la collaboration de Giuseppe Traina /A cura di Danielle Bajomée e Luciano Curreri, con la collaborazione di Giuseppe Traina, Cuneo, Nerosubianco, « Le bandiere », 2015

Venticinque anni fa, nel 1989, a distanza di due mesi l’uno dall’altro (4 settembre e 20 novembre), scomparivano Georges Simenon (Liège, 1903) e Leonardo Sciascia (Racalmuto, 1921). Apparentemente, niente sembra unire i due uomini, né i due scrittori, entrambi autori di racconti polizieschi…

Il y a vingt-cinq ans, en 1989,  disparaissaient Georges Simenon (Liège, 1903) et Leonardo Sciascia (Racalmuto, 1921), à deux mois d’intervalle (4 septembre et 20 novembre). Apparemment, rien ne semble unir les deux hommes, ni les deux écrivains, auteurs tous deux de fictions policières…

http://www.nerosubianco-cn.com/scheda.asp?id=131

2. Luciano Curreri, Solo sei parole per Sciascia. Zolfara, popolo, etica, corpo, leggerezza, saggio, Leonforte (EN), Euno, «Le scritture della buona vita», 2015

link : http://eunoedizioni.it/content/solo-sei-parole-sciascia

(3) Luciano Curreri & Michel Delville (a cura di), Il grande «incubo che mi son scelto». Le grand «cauchemar de mon choix». The big «nightmare of my choice». Prove di avvicinamento a Profondo rosso / Les Frissons de l’Angoisse / Deep Red (1975-2015), Edizioni Il Foglio, Piombino (LI), «Archivi Diversi» (3), 2015 Continuer la lecture de Publications de Luciano Currerri

Call for papers : La novena edición del Congreso de Novela y Cine Negro

CALL FOR PAPERS

La novena edición del Congreso de Novela y Cine Negro de la Universidad de Salamanca se celebrará durante los días 16, 17, 18 y 19 de abril de 2013. En esta ocasión, el congreso tendrá como título genérico ?La (re)invención de un género? y tendrá como temas preferentes de estudio los que se ajusten a los siguientes centros de interés:

1. (Re)escrituras literarias y fílmicas del género

2. Releer a los clásicos desde la actualidad

3. El caso de Sherlock Holmes: la vigencia de un mito

4. La figura del detective privado: revisiones de un personaje mítico

5. La novela y el cine negro españoles: (re)inventando un género

6. El neopolicial iberoamericano, entre la tradición y la novedad

7.Historia y actualidad de la novela negra europea: polar, giallo, nordic noir?

8. (Re)descubriendo al cine negro: la vigencia de un género

9. Remakes, intertextos y guiños: el cine negro, de lo clásico a lo contemporáneo

10. Cine negro en pequeña pantalla: los nuevos   formatos de ficción televisiva

11. Nuevos formatos del género negro: la renovación del cómic y los videojuegos

12. El género negro como crónica: el reflejo de la realidad

Con las aportaciones de los asistentes se pretenden aportar diversos y novedosos puntos de vista dentro del estudio de la narrativa y el cine negros, y, tal como se ha venido haciendo en las anteriores ediciones del congreso, se publicará un libro de actas.

Además de los comunicantes, participarán en el congreso destacados escritores, directores de cine, periodistas y expertos universitarios como conferenciantes plenarios. También habrá proyecciones, mesas redondas, coloquios y destacadas actividades sociales.

**

PROPUESTAS Y PLAZOS DE PRESENTACIÓN

Las intervenciones en castellano no superarán los 15 minutos y los interesados deberán enviar, dentro la plantilla de comunicaciones que podrán encontrar en <http://www.congresonegro.com/?attachment_id=1296www.congresonegro.com, un resumen (máx. 250 palabras) acompañado de un breve currículum biobibliográfico (200 palabras) ANTES DEL 20 DE DICIEMBRE DE 2012 a la dirección de correo electrónico: prensacongreso@gmail.com.

El comité organizador confirmará la aceptación de las comunicaciones antes día 14 de ENERO de 2013 a través de comunicación vía mail y a través de la página web del congreso.

* *

CUOTAS DE INSCRIPCIÓN

Las cuotas de inscripción serán de *125 euros* (*100 para los miembros de la Universidad de Salamanca y 100 euros para los estudiantes de tercer ciclo * que puedan acreditar documentalmente tal condición) y los cargos de transferencia serán asumidos por el ordenante. Además de los *derechos de lectura de comunicación y participación en las actas,* los comunicantes recibirán un *certificado acreditativo*, la *documentación del congreso* y estarán *invitados a diversas actividades sociales*.

Aquellas personas que deseen asistir a la *cena de gala* del jueves 18 tendrán que abonar* 25 euros más* (sus tasas, por tanto, serán de 150 euros, 125 en el caso de los miembros de la Universidad de Salamanca y los estudiantes de la Universidad de Salamanca).

El *pago* habrá de abonarse antes del *14 de febrero de 2013* en la cuenta de KUTXA 2101 0674 80 0128359619 código IBAM: ES 6721010674800128359619; código BIC-SWIFT: CGGKES22, indicando en el *destinatario* ?*Asociación de Novela y Cine Negro*? y en el *concepto* ?*Nombre y apellidos del comunicante*?.

Toda la *información* relacionada con el IX Congreso de Novela y Cine Negro ? conferenciantes, escritores invitados, inscripción, alojamiento, actividades, etc.- se podrá consultar en la web : http://www.congresonegro.com.

DIRECCIÓN Y ORGANIZACIÓN: Àlex Martín Escribà (Universidad de Salamanca) y Javier Sánchez Zapatero (Universidad de Salamanca)

SECRETARÍA: María Marcos Ramos (Universidad de Salamanca)

COMITÉ CIENTÍFICO: Dante Barrientos Tecún (Universidad Aix-en-Provence), José F. Colmeiro (Michigan State University), Francisco Javier Frutos Esteban (Universidad de Salamanca), Manuel González de la Aleja (Universidad de Salamanca), Iván Martín Cerezo (Universidad Autónoma de Madrid), Claudio Milanesi (Université Aix-en-Provence), Francisca Noguerol Jiménez (Universidad de Salamanca), José Antonio Pérez Bowie (Universidad de Salamanca), Adolf Piquer Vidal (Universidad Jaume I de Castellón), Joan Ramon Resina (Stanford University), Javier Rodríguez Pequeño (Universidad Autónoma de Madrid), José Luis Sánchez Noriega (Universidad Complutense de Madrid), Enric Sullà (Universidad Autónoma de Barcelona) y Georges Tyras (Université Stendhal, Grenoble 3).

CONTACTO: prensacongreso@gmail.com

Call for papers: Crime Fiction (Deadline: 31 juillet 2012)

Call for papers

Crime Fiction

(Deadline: 31 juillet 2012)

Following our recent project The Foreign in International Crime Fiction: Transcultural Representations (forthcoming from Continuum, August 2012, see information available at www.continuumbooks.com/books/detail.aspx?BookId=167802&SubjectId=997&Subject2Id=927), we invite interested scholars and specialists to contribute to a planned volume on crime series.  We envisage including studies of print, television, and film series and are keen to consider a wide range of authors, countries and time periods. The category ‘crime fiction’ is here understood in the broad sense i.e. detective, spy, mystery and thriller. Research which includes interview input from crime fiction authors is especially welcome.

According to Eco (1966) in his study of the Bond books, a series is constructed around a fixed grammar. Other critics such as Cawelti (1976) have insisted on the formulaic nature of crime fiction, including the series. To what extent is this accurate? What are the mechanisms that anchor a series? What constitutes a series? How do the central characters evolve over time? Can a series (eg. Sherlock Holmes or James Bond) be successfully continued by another author or authors? What moves or allows an author to create more than one series? Might a series be based on elements other than the main protagonist, for example a place? Are series able to create a “sense of a place” (Geherin 2008)? Are there different criteria for a series in different cultures, or across genders and age groups? Can series address the problems and anxieties of a specific class, gender or age group? To what extent do readers’ expectations play a role? How do print series translate into visual form or vice-versa? We welcome proposals addressing these and any other pertinent aspects.

Schedule: Proposals of approximately 500 words, a short bibliography and a 50-word author note should be sent by 31st July 2012. Selected proposers will be invited by 31st August 2012 to send their full article of no more than 5000 words including bibliography and notes by 30th November 2012. Final acceptance will be advised by 31st January 2013.

Please send all inquiries and initial proposals to: carolina.miranda@vuw.ac.nz.

Jean Anderson

Carolina Miranda

Barbara Pezzotti

Parution: David Platten, The Pleasures of Crime. Reading Modern French Crime Fiction.

The Pleasures of Crime.
Reading Modern French Crime Fiction.

Platten, David
Amsterdam/New York, NY, 2011, 269 pp.
Pb: 978-90-420-3429-7
€ 54 / US$ 73

For 150 years the French public and literati have enjoyed a love affair with crime fiction. This book investigates the nature of this relationship and how through periods of dramatic social and political change in France it has flourished. It challenges the conventional view of a popular genre feeding a niche market, depicting crime fiction instead as a field of creative endeavour, which has gradually matured into one of considerable literary fertility. By inviting us to share secrets and crack codes, creating suspense and (at times) not shirking from presenting horrific events in graphic language, the crime story brings into play the intellect and emotions of its readership. This book explores both this intrinsic literary value of the crime novel and its extrinsic witness to historical events and cultural trends, arguing that these apparently distinct aspects are in fact dynamic, interrelated parts of the same whole. This blend of cultural history with literary analysis allows for the discussion of themes such as politics, memory, the urban environment and youth cultures, mixed with case studies of major French crime writers, including Gaston Leroux, Georges Simenon, Jean-Patrick Manchette, Daniel Pennac and Fred Vargas.


Contents
Acknowledgements
Introduction
‘Black’ Markets: the Emergence of the Genre in France
Profusion and Profundity: Simenon and the Paradox of the Crime Novel
Framing the Noir: The Individual in Society
The Aesthetics of Commitment
The Scene of the Crime
Shades of Noir: Modern and Contemporary French Crime Fiction
‘Une Nouvelle Nouvelle Classe d’Âge’: Youth Culture and the Roman Noir
Mapping Minds and Figuring Plots: the Novels of Fred Vargas
Conclusion
Bibliography
Index


David Platten is Professor of Modern French Studies at the University of Leeds. He has published on a wide range of modern French writers, including Michel Tournier, Philippe Djian, Jorge Semprun and Jules Verne. A scholar and fan of French detective and crime fiction, he has recently produced studies of the literary thriller and of the links between the media and politics in the contemporary crime novel. He is now working on an analysis of reading pleasure and has begun a new project on cultural representations of sport and sporting figures in France.