Archives par mot-clé : roman-feuilleton

Parution : Mousquetaires et misérables. Écrire aussi grand que le peuple à venir : Dumas, Hugo, Baudelaire et quelques autres (Évelyne Pieiller)

Évelyne Pieiller, Mousquetaires et misérables. Écrire aussi grand que le peuple à venir : Dumas, Hugo, Baudelaire et quelques autres, Marseille, Agone, 2022.

« Dans mon enfance, on n’allait pas au cinéma. Ma mère ouvrait le café à 5 heures du matin, pour les éboueurs. Elle m’a pourtant emmenée deux fois à l’Eldorado. Moments luxueux, où on marchait dans la nuit tombée, à la lumière des réverbères. La première fois, c’était pour Les Misérables.

Un an plus tard, à l’occasion inespérée d’une convalescence périlleuse, j’ai lu Le Vicomte de Bragelonne. J’ai lu avec un intérêt un peu distant. Il faut dire qu’il me manquait tout ce qui précède. Mais c’était quand même un Noël.

Ma mère n’est pas à elle seule la représentante du peuple. Mais enfin, elle avait été bonne à tout faire, ouvrière, caissière, elle était fière d’avoir son certificat d’études et se rappelait mystérieusement quelques grandes dates de l’histoire ouvrière. Elle n’avait aucune sympathie pour ceux qui jugent de haut les filles perdues, les malheureux, les pas-chanceux. Elle n’a jamais lu Les Misérables, ni Les Trois Mousquetaires. Mais elle en connaissait l’histoire. Et elle ne s’étonnait pas d’en être à sa façon familière. Elle ne s’en intimidait pas. Ça faisait partie de son patrimoine. Comme pour des millions de gens. Dans le monde entier.

Cette littérature-là ne cherche pas à se mettre « à la portée » mais veut écrire aussi grand que le peuple à venir. Il y a des chansons, l’argot des malfrats, du feuilleton sentimental, du burlesque et du tragique, de la philosophie, un lyrisme flamboyant, des références, du panache et de la politique partout… Et le peuple à venir se l’est, à sa façon, appropriée. »

Étrange duo que les Mousquetaires et les Misérables. L’un dit que le pouvoir est vil et l’existence étriquée, mais qu’il reste de quoi être beau contre l’ordre en place, l’ennui, l’injustice, la vie à l’économie, si on est ensemble. L’autre dit que l’ordre en place massacre, mais qu’on peut ouvrir l’avenir, debout sur les barricades, réelles ou mentales. Le peuple lit là ses peines, ses puissances et se fortifie dans ses peines et ses puissances.

Le petit peuple trop remuant qui se fera massacrer tout au long de ce XIXe siècle trop remuant et qui persévérera dans son absence de goût fera des Misérables sa légende, et, masse qui massivement se fout de l’Art, surtout avec une majuscule, fera de surcroît des Mousquetaires son idéal d’étincelante camaraderie. Le populo s’y est aimé, le populo s’y est embelli et armé : il a choisi ses Internationales romanesques. Rencontre fabuleuse entre les imaginaires des exilés de la Révolution, des orphelins de sa promesse de compléter l’humanité. On ne comprend rien au XIXe siècle si on ne comprend pas qu’il naît de la Révolution, qu’il la rêve sans trêve, y compris dans sa version cauchemar. Ce surgissement a reconfiguré le paysage mental, le sol et le ciel tremblent, l’individu est fêlé. Car la Révolution a inventé le peuple.

Comment se fait-il que la littérature française du XIXe siècle ait fourni au monde quelques-uns de ses héros universels ? que ça commence ici et là, cette production d’imaginaire populaire ? et que ça s’arrête pour ne plus jamais reprendre ?… Où l’on voit comment ce qu’écrit un romancier est plus grand que lui lorsqu’il est à l’écoute de son temps de révolte populaire.

Lire un extrait sur le site du Monde diplomatique

Colloque : Le Colosse & le Titan. Balzac et Dumas en face-à-face (suite) (Université de Caen Normandie)

Colloque : Le Colosse & le TitanBalzac et Dumas en face-à-face (suite)

17- 18 mars 2002, Université de Caen Normandie

Comité d’organisation

Télécharger le programme (PDF)

Appel à communications: Journée d’étude “Balzac et Dumas en face-à-face : le colosse et le titan” (Universités de Caen-Normandie et Toulouse-Jean Jaurès)

Double journée d’études: Balzac et Dumas en face-à-face : le colosse et le titan”

19 novembre 2021 – printemps 2022

Universités de Caen-Normandie et Toulouse-Jean Jaurès

Échéance des propositions : 30 avril 2021

Organisé par Julie Anselmini, Lauren Bentolila-Fanon et Marine Le Bail

Texte de l’appel

« C’est à Balzac que l’on demande une peinture de la société de la Restauration et de la monarchie de Juillet, pas à Dumas. À tort » ; ainsi Jean Tulard rend-il compte, dans une formule lapidaire, du traitement opposé qu’ont connu Balzac et Dumas dans l’histoire littéraire. Il faut dire que tout semble éloigner tant les deux hommes, qui n’avaient aucune sympathie l’un pour l’autre, que les deux écrivains : sur le plan idéologique, les convictions républicaines de Dumas contrastent avec le monarchisme de Balzac ; du point de vue de la conception de l’écriture, l’auteur de La Comédie humaine voit dans l’exercice de la littérature un sacerdoce confinant au martyre, tandis que Dumas se distingue par la facilité décomplexée de son écriture, favorisée par la pratique de la collaboration. D’un côté la tentation de l’ascèse avec son cortège de privations, de l’autre le bon vivant notoire, auteur du Grand dictionnaire de cuisine ; d’un côté l’observateur minutieux et le physiologiste acéré de la vie contemporaine ; de l’autre l’auteur de cape et d’épée, le chroniqueur historique qui plonge ses lecteurs dans les grandes pages d’un passé national virevoltant ; d’un côté l’écrivain exigeant qui, élevant le roman au rang d’outil d’investigation du corps social, lui a conféré une légitimité épistémologique inédite, de l’autre le représentant d’une littérature avant tout de divertissement et d’évasion. Continuer la lecture de Appel à communications: Journée d’étude “Balzac et Dumas en face-à-face : le colosse et le titan” (Universités de Caen-Normandie et Toulouse-Jean Jaurès)

Parution : Le Troisième souffle. Enquête sur les adaptations littéraires à la télévision (Sabine Chalvon-Demersay)

Le Troisième souffle. Parentés et sexualités dans les adaptations télévisées, Sabine Chalvon-Demersay, Presses des Mines, 2021.

Au début des années 2000, les adaptations télévisuelles du Comte de Monte Cristo, des Misérables et du Bossu font émerger la question de l’inceste dans une parenté élective. Tout se passe comme si le mariage du tuteur avec sa pupille qui constituait l’issue heureuse du roman populaire était devenue problématique : l’adaptation des Misérables tourne autour de l’amour impossible de Jean Valjean pour Cosette ; celle du Comte de Monte-Cristoréaménage le scénario pour éviter de laisser partir Monte-Cristo avec Haydée ; celle du Bossu, donne à Lagardère une autre épouse que la jeune Aurore de Nevers, l’enfant qu’il a recueillie et élevée. Vingt ans plus tard, le terme ‘inceste’ est introduit dans le code pénal et la question du consentement est au cœur de l’espace public.

Ce livre est une vaste enquête sociologique sur les adaptations littéraires à la télévision. Fondé sur des entretiens auprès des scénaristes, des réalisateurs, des producteurs et sur une analyse des œuvres, il apporte une contribution déterminante à l’histoire des programmes de la télévision française et permet de comprendre comment la télévision a pris en charge, à travers les adaptations télévisuelles des romans populaires du xixe siècle, les transformations de la famille et de la parenté. La succession des adaptations est un excellent indicateur de la transformation des sensibilités collectives. Cet ouvrage cherche à comprendre comment la télévision parvient à anticiper les transformations sociales dans ses fictions. Ces œuvres ont été écrites sous forme de romans ou de feuilletons. Elles ont ensuite été adaptées au cinéma. La télévision leur donne un troisième souffle.

URL vers le site qui accompagne la parution du livre: https://www.pressesdesmines.com/le-troisieme-souffle/

Parution : Nous nous reverrons aux barricades. Les feuilletons des journaux de Proudhon (1848-1850) (Vittorio Frigerio)

Vittorio Frigerio, Nous nous reverrons aux barricades. Les feuilletons des journaux de Proudhon (1848-1850), UGA Éditions, Collection “Bibliothèque stendhalienne et romantique”

Histoire ou fiction ? Qui dit la vérité ? Parcours croisés de romanciers et d’historiens atour des barricades de juin 1832.

À propos de l’ouvrage

Considéré d’habitude comme le « père » de l’anarchisme français, Pierre-Joseph Proudhon entretient un rapport ambivalent avec la création littéraire. Cet essai retrace tout d’abord la relation de Proudhon à la littérature, telle qu’elle apparaît à travers ses ouvrages. Il analyse ensuite les discours tenus dans ses quatre journaux sur les triomphes du roman-feuilleton, visant la conception d’un feuilleton révolutionnaire capable de diffuser auprès du lectorat populaire, par le biais de la fiction, les idées et les théories qui aideront à son affranchissement.

L’auteur

Vittorio Frigerio est professeur émérite de l’Université Dalhousie (Halifax, Canada). Il est Directeur de publication de la revue en ligne Belphégor et a été pendant dix-huit ans rédacteur en chef de la revue Dalhousie French Studies.

La collection “Bibliothèque stendhalienne et romantique”

Approfondir la connaissance de l’œuvre de Stendhal est l’un des objectifs principaux d’une collection née dans une université qui a porté son nom et lui consacre des travaux depuis plusieurs décennies.

 

UGA Éditions

UGA Éditions est la maison d’édition pluridisciplinaire de l’Université Grenoble Alpes, signe fort de son engagement dans sa mission de diffusion de la recherche et des savoirs. Pour faire face aux défis liés aux mutations de l’édition universitaire, UGA Éditions développe de nouveaux supports, de nouvelles thématiques, et ouvre son catalogue à un lectorat plus large tout en assurant l’excellence scientifique de ses publications. 

Continuer la lecture de Parution : Nous nous reverrons aux barricades. Les feuilletons des journaux de Proudhon (1848-1850) (Vittorio Frigerio)

Parution : La Parade monstrueuse. La naissance des monstres modernes (dir. Marc Attalah)

Marc Atallah (dir.), La Parade monstrueuse. La naissance des monstres modernes, Cernunnos/Dargaud, 2020.

Dracula, la créature de Frankenstein, Godzilla, mais aussi les savants fous, les Freaks, les super-héros et les mutants… Des feuilletons littéraires du XIXe siècle aux films d’horreur de la Hammer dans les années 1930 en passant par les aliens de la science-fiction, le monde s’est doté d’une nouvelle mythologie.

Dans cet ouvrage, spécialistes et historiens reviennent sur cette période d’intense créativité qui a donné naissance aux monstres modernes et questionnent le rôle qu’occupent ces représentations face à notre humanité.

Ce livre prolonge et approfondit l’exposition “Je est un monstre” présentée à la Maison d’Ailleurs, musée de la science-fiction, de l’utopie et des voyages extraordinaires d’Yverdon-les-Bains, du 1er décembre 2020 au 24 octobre 2021.

Dirigé par Marc Atallah (Section de français de l’Université de Lausanne), il réunit des textes de Marta Caraion, Danielle Chaperon, Dominique Kunz Westerhoff (toutes de la Section de français), Matthieu Pellet (Institut romand des sciences bibliques) et Stéphane Tralongo (Section d’histoire et esthétique du cinéma), ainsi qu’une riche illustration grâce aux œuvres des artistes Benjamin Lacombe (France) et Laurent Durieux (Belgique), et du fonds iconographique de la Maison d’Ailleurs.

 

Journée d’Étude: Les feuilletons dans la presse, BnF

Les feuilletons dans la presse

10 avr. 2021, 9h30 – 18h

En raison des conditions sanitaires, cet événement ne peut avoir lieu en présence du public et sera diffusé sur notre chaîne Youtube et sur cette page le 10 avril à 9h30

Organisé par la BnF

Présentation :

Longtemps mésestimé, le roman s’est imposé au XIXe siècle comme une forme littéraire majeure, popularisé notamment par les romans-feuilletons qui paraissaient dans la presse quotidienne. Une journée d’étude à la BnF s’intéresse à ce mode de publication que l’on peut explorer dans Gallica.

Après une conférence d’ouverture présentant le roman-feuilleton, un deuxième temps propose un point sur l’actualité de la recherche autour de ces textes, tant du côté de la numérisation et de son exploitation que du côté de l’histoire générale des médias et de la genèse des textes littéraires. Viendront ensuite des parcours spécifiques proposés par des chercheurs et des enseignants : on découvrira par exemple Alexandre Dumas feuilletoniste et des cas pratiques d’utilisation de la sélection pour l’enseignement des Lettres. La journée est rythmée par la lecture d’extraits de romans-feuilletons par Gabriel Dufay, acteur, et accompagnée d’une bibliographie. Continuer la lecture de Journée d’Étude: Les feuilletons dans la presse, BnF

Les mystères de Paris adaptés en gravures animées

Les Mystères de Paris, une série de Véronique Puybaret et Matthieu Dubois, 2020

Paris, 1840. Rodolphe de Gerolstein, prince sans peur mais pas sans reproches, enquête sur la disparition de Germain, le fils de sa gouvernante, aux prises avec la pègre des bas-fonds et les bourgeois des beaux quartiers. Il va découvrir un lourd secret qui le touche intimement… Profitons des nouvelles technologies pour réhabiliter les formidables « Mystères de Paris » d’Eugène Sue, dans leur format feuilletonnant d’origine (1842) mais dans une narration dépoussiérée et décalée grâce à l’animation numérique des gravures dessinées à l’époque pour l’oeuvre. Nos 40 épisodes de fiction (d’environ 3 minutes) sont diffusés gratuitement sur Youtube et seront rejoints peu à peu par 40 petits bonus documentaires, tant l’oeuvre d’Eugène Sue est ancrée dans son époque passionnante. Ce programme pédagogique et distrayant est donc à disposition de tous !

Continuer la lecture de Les mystères de Paris adaptés en gravures animées

Parution : Cahiers Alexandre Dumas, n° 47, “Dumas pour tous, tous pour Dumas!”

Cahiers Alexandre Dumas, n° 4, “Dumas pour tous, tous pour Dumas !”, sous la direction de Julie Anselmini et Claude Schopp, Paris, Classiques Garnier, coll. Cahiers Alexandre Dumas, 2021. 

Publiés une fois par an, les Cahiers Alexandre Dumas sont consacrés à un thème précis, complété par une bibliographie.

Sommaire

Double journée d’études : Balzac et Dumas en face-à-face : le colosse et le titan

Double journée d’études

Balzac et Dumas en face-à-face : le colosse et le titan 

Universités Toulouse-Jean Jaurès et Caen Normandie

19 novembre 2021 – Mars 2022 [date à préciser pour la seconde journée]

« C’est à Balzac que l’on demande une peinture de la société de la Restauration et de la monarchie de Juillet, pas à Dumas. À tort1 » ; ainsi Jean Tulard rend-il compte, dans une formule lapidaire, du traitement opposé qu’ont connu Balzac et Dumas dans l’histoire littéraire. Il faut dire que tout semble éloigner tant les deux hommes, qui n’avaient aucune sympathie l’un pour l’autre, que les deux écrivains : sur le plan idéologique, les convictions républicaines de Dumas contrastent avec le monarchisme de Balzac ; du point de vue de la conception de l’écriture, l’auteur de La Comédie humaine voit dans l’exercice de la  littérature un sacerdoce confinant au martyre, tandis que Dumas se distingue par la facilité décomplexée de son écriture, favorisée par la pratique de la collaboration. D’un côté la tentation de l’ascèse avec son cortège de privations, de l’autre le bon vivant notoire, auteur du Grand dictionnaire de cuisine ; d’un côté l’observateur minutieux et le physiologiste acéré de la vie contemporaine ; de l’autre l’auteur de cape et d’épée, le chroniqueur historique qui plonge ses lecteurs dans les grandes pages d’un passé national virevoltant ; d’un côté l’écrivain exigeant qui, élevant le roman au rang d’outil d’investigation du corps social, lui a conféré une légitimité épistémologique inédite, de l’autre le représentant d’une littérature avant tout de divertissement et d’évasion.

Les deux hommes, d’ailleurs, ne s’appréciaient guère et n’en faisaient pas mystère. Ils considéraient leurs œuvres respectives avec une admiration distante chez Dumas et une morgue venimeuse, si ce n’est insultante, chez Balzac. Dumas écrit ainsi dans ses Mémoires : « Comme homme je ne le connais pas, et ce que j’en connais ne m’est pas le moins du monde sympathique ; comme talent, sa façon de composer, de créer, de produire est si différente de la mienne que je suis mauvais juge à son endroit » (chap. CCXVII). Balzac n’est pas plus tendre dans sa correspondance avec MmeHanska, lui qui voit dans l’auteur des Trois Mousquetaires « un homme taré, un danseur de corde et pis que cela, un homme sans talent2 » bénéficiant d’un « nom immérité dans la littérature3 ». Continuer la lecture de Double journée d’études : Balzac et Dumas en face-à-face : le colosse et le titan

  1. Jean Tulard, Alexandre Dumas, Paris, Presses universitaires de France, « Figures et plumes», 2008, p. 12 []
  2. Lettre à Mme Hanska de 1836 []
  3. Lettre à Mme Hanska de 1840. []