Archives par mot-clé : roman d’espionnage

Parution: Frédéric DARD, Romans de la nuit (éd. D. Jeannerod)

dard

Romans de la nuit
Frédéric DARD

26 Euros
928 pages
ISBN : 978-2-258-10792-2

 

http://www.omnibus.tm.fr/romans-de-la-nuit-frederic-dard-L9782258107922.html

La publication aux éditions Omnibus d’une anthologie des romans noirs de Frédéric Dard éclaire d’un jour nouveau l’entreprise littéraire d’un auteur qui a représenté plus qu’aucun autre en France la vitalité et l’inventivité de l’édition populaire de l’après-guerre à la fin du 20ème siècle. Loin de l’image surmédiatisée de San-Antonio,  ses « romans de la nuit » révèlent un autre écrivain, une autre écriture, et un regard différent sur le monde.

Récits d’intrigues captivantes et de sinistres machinations, itinéraires tragiques d’hommes ordinaires saisis par la fatalité ou happés par des engrenages qu’ils auront cru dominer, ces romans de l’existence et de la destinée montrent quel maître du suspense était Frédéric Dard. Ils évoquent Sartre et Simenon, ainsi que les grands romanciers réalistes américains du milieu du 20ème siècle et la Série Noire de Marcel Duhamel. Ils entretiennent aussi des liens avec le film noir américain et le cinéma  policier français, dont F. Dard  était un des scénaristes attitrés à l’époque  où il rédigeait ces romans.

Cette anthologie est accompagnée d’une Préface et de notices de Dominique Jeannerod ainsi que d’une Filmographie établie par Jacques Baudou.

 

 

Exposition: EXPIONNAGE Les espions se livrent (BILIPO)

BILIPO

EXPIONNAGE

Les espions se livrent


Exposition à la BILIPO (Paris) du 15 novembre 2013 au 24 mars 2014.

À partir des fonds de la BILIPO, mais aussi des collections historiques des services français, l’exposition se propose de dévoiler la relation trouble et complexe entre les services de renseignement et l’écrit, de 1800 à 1989.
Écrivains espionnés, écrivains espions et écrivains d’espionnage nous révèlent comment s’est bâti un pan de l’imaginaire moderne à travers la littérature populaire et le cinéma.
Dans les films, les instructions sont orales et les mallettes s’autodétruisent ; dans la réalité, les services de renseignement intérieur et extérieur sont des administrations qui ont, de longue date, une culture de l’écrit.
Rapports, fiches, dossiers, messages codés et autres microfilms sont au cœur des grandes affaires qui, elles-mêmes, ont inspiré de nombreuses fictions, plus ou moins fidèles.
Pour la première fois en France, d’authentiques documents et objets utilisés par les agents sont aujourd’hui présentés au public. Appareils photo miniatures comme le célèbre Minox, micros dissimulés dans un livre ou dans une boîte d’allumettes, montre à détecter les radiations, stylos lancegaz et machines à coder, plus de trente instruments de la dernière chance seront exposés.

Exposition ouverte du mardi au vendredi de 14h à 18h, le samedi de 10h à 17h, fermée les jours fériés

Parution: Paradoxa Volume 24 Espionage Fiction The Seduction of Clandestinity

Paradoxa Volume 24

Espionage Fiction

The Seduction of Clandestinity

Paradoxa, Volume 24, Espionage Fiction: The Seduction of Clandestinity.

“This issue of Paradoxa on espionage fiction engages novelists and scholars in a wide-ranging conversation on the genre from the early twentieth century to the post-9/11 era. The essays are attentive to contemporary literary theory and build on previous critical paradigms while positing new frameworks for analysis. Single author articles reevaluate canonical figures as well as authors who challenge the traditional male-centered history of the genre. Extensive interviews with Gayle Lynds and Olen Steinhauer become illuminating dialogues on espionage fiction and writers’ methods. Virtually all readers will learn much from this fine collection.” –Kay Mussell, Professor Emerita of Literature at American University and co-editor of North American Romance Writers (1999)

“This new collection of essays is rich in the secret byways of international intrigue. Spy fiction deserves the serious attention found in this superb issue of Paradoxa. Just keep it a secret.” –Clive Bloom, Professor Emeritus, Middlesex University, editor of Spy Thrillers: From Buchan to le Carré (1990)

“This enterprising and varied collection sheds new light on the gendering of spy fiction and permutations of the genre since the Cold War. It addresses neglected figures, offers new interpretations of established authors, and includes an exceptionally thorough survey of recent espionage fiction beyond its usual Anglo-American parameters. The collection profits throughout from situating the genre within its evolving cultural contexts after World War II and in the wake of 9/11. An extra bonus is the inclusion of in-depth interviews with novelists Gayle Lynds and Olen Steinhauer as well as critic LeRoy Lad Panek.” –David Seed, Professor of English at the University of Liverpool and editor of A Companion to Twentieth Century United States Fiction (2010).

http://paradoxa.com/

Table

  • 7 , Introduction, Robert Lance Snyder
  • 11, In Light of the Other: The Hero and the Adversarial Spy, Emma Grundy Haigh
  • 31, Domestic Intelligence: Marriage and Espionage in Helen MacInnes’s Fiction, Christine Bold
  • 55, Manning Coles: The Intermodernism of Espionage Fiction, Mary Anne Schofield
  • 73, Dorothy Gilman’s Mrs. Pollifax and Ian Fleming’s James Bond: Soft and Hard Spy Fiction, Rosie White
  • 91, (Im)Perfect Spies: Identity and the Pathology of the Cold War in John le Carré’s The Perfect Spy and The Secret Pilgrim, Brian E. Crim
  • 107, Spying Women: Gayle Lynds’s Espionage Fiction, Charlotte Beyer
  • 127, The French Espionage Dossier: Trends in Francophone Spy Fiction since 2000, Paul Bleton
  • 161, A Life Spent Lying: The Identity Crises of Post 9/11 Spy Fiction, Lee Horsley
  • 177, The Budapest Spy: Spy-Fiction Elements in a Contemporary Hungarian Crime Series”, Sándor Kálai
  • 187, Roman Monde: Hédi Kaddour’s Waltenberg, Bérengère Vachonfrance-Levet
  • 199, Gayle Lynds’s Espionage Thrillers: An Interview, Charlotte Beyer
  • 215, “Writing Is a Way of Thinking”: An Interview with Olen Steinhauer, Lee Horsley and David Willingham
  • 243, Espionage Versus Detective Fiction: An Interview with LeRoy Lad Panek, Robert Lance Snyder
  • 263, Review of La Cristallisation de l’ombre: Les origines oubliées du roman d’espionnage sous la IIIe République, Gwyneth Jones
  • 269, Indirect Object: A Review of The Art of Indirection in British Espionage Fiction: A Critical Study of Six Novelists, James Winchell
  • 277, “Latter Day Gnostics”?: A Review of Rip Tide, The Geneva Trap, the Trinity Six, and A Foreign Country, Robert Lance Snyder

Parution: Le Rocambole, n° 58, 2012: Pierre Nord.

Pierre Nord, auteur & éditeur

Un volume broché, 14 × 20 cm, 176 pages — printemps 2012

ISBN 978-2-912349-51-4 — Prix public 16.00 €

Sommaire

Editorial
Vie de l’association

Pierre Nord, auteur & éditeur
– Pierre Nord, de l’homme d’action à l’écrivain, par Bernard Alavoine
– Pierre Nord : entre fiction militaire et roman d’espionnage, par Bernard Alavoine
– Nord et le « modèle français » dans le brouillard, par Paul Bleton
– Espionnage à Saint-Quentin en 1915 ou la genèse de Terre d’angoisse, par Bernard Alavoine
– Bibliographie de Pierre Nord, établie par Bernard Alavoine, Jean-Luc Buard et Daniel Compère
– Pierre Nord (Cinéma, TV, Radio), par Marc Georges et Jacques Baudou
– Entretien avec Nicolette Darcis, par Jacques Baudou
– Extrait d’un entretien avec Brice Pelman, par Paul Maugendre
– « L’Aventure criminelle », par Paul Maugendre

Varia
– Les Révélations de Rocambole, par Paul J. Hauswald
– Jean Cocteau et le roman populaire ou le sacre de la littérature « à un sou », par Wendy Prin-Conti
– Un long feuilleton en images  : Terry and the Pirates, par Jean-Louis Touchant

Chroniques
– Le Front populaire
– Revue des autographes, par Jean-Pierre Galvan
– Courrier des lecteurs
– Les contes du Rocambole : Le Déjeuner par contrainte, par Elie Berthet (1887)

CFP: Espionage Fiction; Paradoxa (1 june 2012)

CALL FOR PAPERS

Espionage Fiction

Paradoxa: Studies in World Literary Genres

Previously unpublished essays are solicited for a special issue of Paradoxa: Studies in World Literary Genres devoted to espionage fiction. The collection of original scholarship will concentrate on the genre’s “mainstream” appeal and aesthetic sophistication. Given that focus, submissions in any of the following areas are welcome:

•  The interplay between nationalism and transnationalism in such “novels of intrigue”

•  Liminality, surveillance, and borders, geographic and otherwise, as recurrent topoi

•  Studies of individual authors/texts that exemplify the genre’s evolution, structures, assumptions, tropes, and perspectives

•  Espionage fiction’s transformation(s) since the Cold War’s end and during the “Age of Terrorism”

•  Cinematic adaptations and their constructions of the literary genre’s heterogeneity

Not generally encouraged are papers on Ian Fleming’s parodic “James Bond” cycle or narrowly conceived “source” analyses that trace connections to “real-life” events. Prospective contributors may contact the guest editor (see name and email address below) if they have questions about a particular topic’s appropriateness.

Double-spaced submissions should be between 6,000 and 10,000 words in length, not including “Works Cited,” and prepared in accordance with MLA style favoring parenthetical documentation and endnotes. Jurying will follow a “double-blind” process. After a preliminary screening essays will be forwarded electronically to consultant referees for peer review. MS Word or .doc files sent as attachments thus should not identify an author’s name or affiliation. Within the email itself please include that information as well as a 300-word abstract and any other relevant background.

Submissions should be directed to Paradoxa’s guest editor, Robert Lance Snyder, at robertsnyder1@bellsouth.net by 1 June 2012. All queries and manuscripts will be acknowledged promptly.

Parution: Luc Boltanski, Enigmes et complots

Luc Boltanski

Enigmes et complots

Une enquête à propos d’enquêtes

Paris, Gallimard, “NRF Essais”, 2012

Présentation de l’éditeur
Au tournant des XIXe et XXe siècles, on observe tour à tour le développement du roman policier, dont le cœur est l’enquête, et du roman d’espionnage, qui a pour sujet le complot ; l’invention, par la psychiatrie, de la paranoïa, dont l’un des symptômes est la tendance à entreprendre des enquêtes prolongées jusqu’au délire ; la création par la sociologie de formes spécifiques de causalité – dites sociales –, pour déterminer les entités, individuelles ou collectives, auxquelles peuvent être attribués les événements qui ponctuent la vie des personnes, celle des groupes, ou encore le cours de l’histoire ; enfin, l’orientation nouvelle de la science politique qui, se saisissant de la problématique de la paranoïa, la déplace du plan psychique au plan social et prend pour objet l’explication des événemenst historiques par les «théories du complot».
Dans chacun de ces cas, la réalité sociale est mise en doute. C’est à l’État-nation, tel qu’il se développe à la fin du XIXe siècle, que l’on doit le projet d’organiser et d’unifier cette réalité pour une population et sur un territoire. Mais ce projet, proprement démiurgiques, se heurte à une pluralité d’obstacles parmi lesquels les développements du capitalisme, qui se joue des frontières nationales, occupe une place centrale.
Ainsi, la figure du complot focalise des soupçons qui concernent l’exercice du pouvoir : où se trouve réellement le pouvoir et qui le détient, en réalité? Les autorités étatiques, qui sont censées en assumer la charge, ou d’autres instances, agissant dans l’ombre – banquiers, anarchistes, sociétés secrètes, classe dominante, etc.? Ainsi s’échafaudent des ontologies politiques qui tablent sur une réalité doublement distribuée : à une réalité officielle, mais de surface et sans doute illusoire, s’oppose une réalité profonde, cachée, menaçante, officieuse, mais bien plus réelle. Roman policier et roman d’espionnage, paranoïa et sociologie – inventions à peu près concomittantes – sont solidaires d’une façon nouvelle de problématiser la réalité et de travailler les contradictions qui l’habitent. Les aventures du conflit entre ces deux réalités – réalité de surface contre réalité réelle – constituent le fil directeur de l’ouvrage.

Bleton Paul (TELUQ)

Après un doctorat à l’École pratique des hautes études sous la direction de Roland Barthes, Paul Bleton s’est installé à Montréal en 1972. Il y a certes enseigné au collège Stanislas et à l’université Mc Gill, mais c’est à la TELUQ (Télé-université) que s’est déroulé l’essentiel de sa carrière de professeur. Depuis 1982, il y a publié plus de vingt manuels sur la communication écrite et l’argumentation, la linguistique, la philosophie du langage et les industries de la langue, la communication non-verbale et la communication interculturelle, la littérature de jeunesse, la bande dessinée et la littérature de grande diffusion. Son dernier manuel porte sur le roman d’amour. Continuer la lecture de Bleton Paul (TELUQ)