Archives par mot-clé : roman d’aventures

Parution: Lionel Dupuy, Jules Verne, la géographie et l'imaginaire

Jules Verne, la géographie et l’imaginaire
Aux sources d’un Voyage extraordinaire: Le Superbe Orénoque (1898), essai de Lionel Dupuy.
12 Euros.

Les Voyages extraordinaires de Jules Verne (1828-1905) sont des romans géographiques, appellation déjà revendiquée par l’écrivain lui-même en son temps. Jules Verne, dont les relations avec la géographie de la fin du XIXe siècle sont ici précisées et approfondies, a toujours eu soin d’articuler ses récits autour du passage entre une géographie scientifique du réel et une géographie plus imaginaire décalée dans l’espace et dans le temps. La transition de l’une à l’autre se fait grâce à un récit de type merveilleux par l’intermédiaire duquel le romancier peut évoquer un autre monde, d’autres rapports entre l’homme et la terre.

Appliquée au roman Le Superbe Orénoque (1898), cette nouvelle lecture des Voyages extraordinaires permet de montrer notamment l’importance du mythe, du symbole et de l’exotisme dans la construction de l’imaginaire géographique vernien.

À la croisée de la littérature et de la géographie, cette analyse nous conduit à repenser autrement les modalités de transmission du savoir géographique à une époque où la géographie, en tant que discipline universitaire, éprouve une certaine difficulté à susciter l’intérêt du public. Il apparaît ainsi de plus en plus nécessaire à la géographie de revenir vers la littérature et l’imaginaire, des territoires capables de produire une autre géographie.

Docteur en géographie, Lionel Dupuy est spécialisé en écologie humaine. Après En relisant Jules Verne et Jules Verne, l’homme et la terre, il nous propose avec Jules Verne, la géographie et l’imaginaire — synthèse de ses recherches doctorales — de nouvelles pistes dans sa lecture, sans cesse renouvelée, des Voyages extraordinaires.

ISBN 979-10-90662-11-7.
Collection KhThOn n°3. ISSN 1956-614X.

13 x 20 cm. 152 p.
Imprimé sur bouffant blanc 80g. Couverture pelliculée mat.

Conférences: cycle sur la littérature populaire (Bibliothèque de l'Instruction Publique)

Bibliothèque des amis de l’instruction du 3è arrondissement

54 rue de Turenne 75003 PARIS

SOIRÉES DE LECTURE 2012-2013

Entrée libre dans la limite des places disponibles

Le jeudi 14 février 2013 à 19 h 30 : Marie Palewska : « Le roman d’aventures fin-de-siècle et Paul d’Ivoi »

Le jeudi 21 mars à 19h30 : Hosseïn Tengour (docteur en littérature de l’université de la Sorbonne) : « La figure du forçat dans les romans populaires »

Le jeudi 25 avril à 19h30 : Laurent Bihl (docteur en histoire, animateur à la Dionyversité, Université populaire de Saint-Denis) : « Les illustrations du roman populaire »

Le jeudi 23 mai à 19h30 : Dominique Laporte (professeur agrégé à l’Université du Manitoba) : « Les études sur Paul Féval (1816-1887). Bilan et perspectives à l’approche du Bicentenaire »

Le jeudi 13 juin à 19h30 : Agnès Sandras (conservateur à la Bibliothèque nationale de France) : « Le balcon de Jenny l’ouvrière, de la chanson au roman populaire »

Colloque international: L'œuvre romanesque Pierre Benoit (3 et 14 décembre 2012)

L’œuvre romanesque Pierre Benoit

Colloque international >> 13 et 14 décembre 2012

Université Paris Ouest Nanterre La Défense

Colloque organisé par Anne Struve-Debeaux (Université Paris Ouest Nanterre La Défense, CSLF, EA 1586) et l’équipe REAGIR (Recherches sur les Avant-Gardes, leurs Interférences et le Roman au XXème siècle) dirigée par Myriam Boucharenc.

Avec le soutien du CSLF (Centre des sciences de la littérature française, Université Paris Ouest Nanterre la Défense), du centre HAR (Histoire des Arts et Représentations, Université Paris Ouest Nanterre la Défense), et des éditions Albin Michel.

En collaboration avec l’Association des Amis de Pierre Benoit et le CRAM (Centre de Réflexion sur les auteurs méconnus)

Argumentaire

Romancier prolifique et grand voyageur, Pierre Benoit a publié une quarantaine de romans. Parmi les plus connus : Koenigsmark (1918), L’Atlandide (1919), Mademoiselle de La Ferté (1923), La Châtelaine du Liban (1924), Axelle (1928)… A l’occasion du cinquantenaire de la mort de l’écrivain, alors que les éditions Albin Michel s’apprêtent à rééditer un certain nombre de titres, il paraît intéressant de revenir à cette œuvre qui, incontestablement, a marqué la production romanesque de l’entre-deux-guerres, mais aussi les débuts du cinéma, avec plusieurs adaptations, dont celle de L’Atlandide par Jacques Feyder en 1921. Teintée d’un certain érotisme, et mêlant le plus souvent l’aventure, le fantastique et l’exotisme, elle n’est pas étrangère, non plus, au domaine du roman de caractère, par son exploration du cœur de l’homme et de ses passions.

Jeudi 13 décembre 2012

9h30-10h — Accueil des participants.

10h- 10h15 — Allocution d’ouverture par Myriam BOUCHARENC, Professeur de littérature française, responsable de l’équipe REAGIR (Recherches sur les Avant-Gardes, leurs Interférences et le Roman au XXème siècle) du CSLF.

Séance présidée par Yves Baudelle

10h15 — Daniel ARANJO (Univ. du Sud Toulon-Var) : « Pierre Benoit sans œillères, universitaires ou autres »

10h35 — Jean-François CROZ (CPGE) – « Pierre Benoit et le monde savant : entre séduction et dérision. »

10h55– Catherine HELBERT (Univ. Paris IV-Sorbonne) — « La réception critique de Pierre Benoit par Benjamin Crémieux et la NRF »

11h15– Luc RASSON (Univ. d’Anvers) – « Modernité de Pierre Benoit ? »

11h35-12h — Discussion

12h-14 h — Déjeuner

Séance présidée par Gérard de Cortanze

14h — Hossein TENGOUR (Univ. Paris VII): « La prose de Pierre Benoit, entre roman d’aventures et récit poétique ».

14h20 — Yves BAUDELLE  (Univ. Lille III-Charles de Gaulle) : « Romanesque et parodie : L’Atlantide”».

14h40 — Chantal FOUCRIER ( Univ. de Rouen) : « L’Atlantide de Pierre Benoit, ou : l’art d’accommoder les restes »

15h — Thierry OZWALD (Univ. de Limoges) : « Pierre Benoit et Prosper Mérimée »

15h20-15h-45 : Discussion

15h45-16h : Pause

16h — Henri LHERITIER (écrivain) : « Une verticale de Pierre Benoit »

16h20-17 h — Table ronde

Gérard de CORTANZE et Stéphane HÉAUME (écrivains)

Dégustation et dédicaces.

Vendredi 14 décembre 2012

Séance présidée par Chantal Foucrier

10h15 — Maurice THUILIERE (écrivain) : « Du voyage au reportage, puis au roman : l’exemple du Soleil de Minuit »

10h35 — Anne STRUVE-DEBEAUX (Univ. Paris Ouest Nanterre La Défense) : « Réalité et création littéraire dans Notre-Dame de Tortose ».

10h55 — Eleni TATSOPOULOU (Univ. d’Athènes) : «Saint-Jean d’Acre de Pierre Benoit, à la croisée des cultures et des passions »

11h15 — Jean ARROUYE (Aix-Marseille Université) : « Erromango, bilan négatif de la colonisation »

11h35-12h : Discussion

12h-14 h : Déjeuner

Séance présidée par Daniel Aranjo

14h00– Edith PERRY (Univ. Paris Ouest Nanterre La Défense) : « Mademoiselle de la Ferté, une poétique de l’ambiguïté »

14h20– Paul KAWCZAK (Univ. de Franche-Comté ) : «La mort de l’aventurier dans Koenigsmark et L’Atlantide de Pierre Benoit : une mort idéale ?

14h40-15h — Discussion

15h-15h15 : Pause

Séance présidée par Jean Arrouye

15h15– Erik PESENTI-ROSSI (Univ. de Mulhouse) : « Les adaptations cinématographiques de L’Atlantide ».

15h35–Laurence SCHIFANO (Univ. Paris Ouest Nanterre La Défense) : « Le mythique, un enjeu d’adaptation dans L’Atlantide (Die Herrin von Atlantis) de G.W. Pabst, 1932 ».

16h55– Prosper HILLAIRET (Univ. Paris VIII – Vincennes- Saint Denis) : les adaptations cinématographiques de La Châtelaine du Liban (Gastyne (1926), Epstein (1934), Pottier (1956))

16h15 — Laurent VERAY (Univ. Paris III-Sorbonne Nouvelle) : Kœnigsmark de Léonce Perret  (1923)

16h35-17h : Discussion et conclusion.

Parution: Voyageurs immobiles : le thème du voyage dans les bandes dessinées (dossier de « Neuvième Art 2.0″)

Voyageurs immobiles :

le thème du voyage dans les bandes dessinées

(dossier de “Neuvième Art 2.0”)

Voyageurs immobiles : le thème du voyage dans les bandes dessinées

Dossier de “Neuvième Art 2.0”, août 2012.

Présentation :

Depuis toujours les héros de bande dessinée sillonnent la planète et voyagent jusqu’aux confins des mondes connus. Dans ce dossier, Camille Filliot montre comment la thématique du voyage était déjà prépondérante au XIXème siècle et y rencontrait l’intérêt croissant pour la géographie ainsi que les débuts du tourisme. Laurent Gerbier interroge la figure du héros globe-trotter à travers les héros emblématiques que sont Tintin et Spirou. Et Harry Morgan s’intéresse aux voyages qui s’effectuent, non dans l’espace, mais dans le temps.

Lire les articles du dossier : http://neuviemeart.citebd.org/spip.php?rubrique75

Bibliographie proposée : http://neuviemeart.citebd.org/spip.php?article439

Parution: Les Ciseaux de Jules Verne

Parution

Magasin du Club Verne  N° 2
Volker Dehs
Les Ciseaux de Jules Verne
“Aventures surprenantes de trois vieux marins” par James Greenwood
Un volume broché, 15 × 22 cm, 154 pages — avril 2012
ISBN 978-2-36058-022-4 — Prix public 15.00 €

Entre la rédaction de Vingt mille lieues sous les mers et Autour de la Lune, Jules Verne avait été sollicité par son éditeur Hetzel pour remanier un livre écrit par le romancier et journaliste anglais James Greenwood (1832-1929) et illustré par le Français Ernest ­Griset (1843-1907), dont les aventures débridées paraissaient à première vue bien compatibles avec celles des « Voyages extraordinaires ». Mais l’éditeur Hetzel s’était trompé : les changements proposés par Verne étaient si radicaux qu’il recula devant leur réalisation.

L’édition établie par Volker Dehs d’après l’original conservé aux Bibliothèques d’Amiens Métropole permet d’apprécier — simultanément ou l’une après l’autre — la version originale des Aventures surprenantes de trois vieux marins (1866) et la version que Jules Verne aurait voulu en faire en 1869. L’introduction présente J. Greenwood, un des protagonistes les plus singuliers du journalisme anglais, indûment oublié de nos jours, et retrace la curieuse destinée de ce livre dont l’humour caustique peut encore aujourd’hui déconcerter comme lors de sa première parution.

Parution: Jules Verne, Les Enfants du capitaine Grant – Vingt mille lieues sous les mers

Jules Verne, Les Enfants du capitaine Grant – Vingt mille lieues sous les mers

Édition sous la direction de Jean-Luc Steinmetz avec la collaboration de Jacques-Remi Dahan, Henri Scepi.

Paris : Gallimard, coll. “Bibliothèque de la Pléiade”, 2012.

1488 p.

EAN 9782070128921

Prix de lancement : 50,00 EUR (jusqu’au 31/12/2012).

Présentation de l’éditeur :

Jules Verne, «lecture d’enfance» – soit. C’est bien ce qu’avait en tête Pierre-Jules Hetzel, l’heureux éditeur des «Voyages extraordinaires», tout en sachant (on l’imagine) que son fidèle auteur n’était pas homme à borner son génie. Sachant aussi déjà, peut-être, que parmi les écrivains «pour la jeunesse» celui-là aurait toujours une place à part.
À part : «l’air attentif et fiévreux d’un enfant qui lit un roman de Jules Verne» (Proust dixit) ne s’explique pas autrement. À peine parti pour son premier «Voyage extraordinaire», le jeune lecteur quitte les rivages du conte. Une forme de vie adulte est prête à l’accueillir, où les responsabilités côtoient dangers et merveilles, où les vérités scientifiques dévoilées confèrent au monde sa tangibilité de réel, sans lui ôter son mystère. C’est l’extase, celle dont parle Sartre dans Les Mots. Étrange, irremplaçable expérience de lecture. Elle demeure à jamais vivante dans le souvenir. On y songe comme à un paradis perdu — perdu et à reconquérir, car l’expérience est renouvelable. L’âge du lecteur et le poids de la vie peuvent bien donner au texte des couleurs nouvelles, la magie demeure. Selon Malraux, «le fond de tout, c’est qu’il n’y a pas de grandes personnes». Verne, qu’il avait lu (et auquel le farfelu n’était pas étranger), l’aura conforté dans cette croyance.
Cette édition propose quatre romans, et plus de cinq cents gravures, indissolublement liées au texte : autant de fenêtres ouvertes sur le rêve. D’une part, la seule «trilogie» de l’oeuvre (encore est-ce une trilogie a posteriori) : un voyage autour du monde, un voyage sous les eaux, et le long séjour des «naufragés de l’air» dans une île (apparemment) déserte. D’autre part, Le Sphinx des glaces, roman tardif et superbe, quête d’un pôle Sud alors inexploré; il vient en quelque sorte compléter le roman d’Edgar Poe, Aventures d’Arthur Gordon Pym, que Verne lut dans la traduction de Baudelaire. Poe, le «chef de l’École de l’étrange». Baudelaire, l’auteur de «Voyage», toujours prêt à plonger «Au fond de l’Inconnu pour trouver du nouveau» et qui accola aux Histoires de Poe leur célèbre épithète, extraordinaires.
Voyage, inconnu, nouveau, extraordinaire… En qualifiant ses propres livres de «Voyages extraordinaires», Jules Verne signale discrètement, sous le patronage de Poe et de Baudelaire, que la modernité – la science, la technique, la machine en quoi il voyait une poésie du temps présent – comporte une part d’inassimilable, et que notre sûr pouvoir de dominer le monde se double d’une incertitude, féconde ou fatale. Ce monde, Verne ne s’est d’ailleurs pas contenté de l’inventorier. Il l’a peuplé des marques de ses rêves. Ses vaisseaux franchissent sans peine les portes du réel. Appareillons !

Extrait de l’Introduction de Jean-Luc Steinmetz

Avec zèle et application, les exégètes et lecteurs de Verne ont tenté (vainement) de dresser un panorama explicite de son oeuvre. Comprenons bien que lui-même, pluriel comme le monde, n’a pas facilité la tâche de quiconque voudrait le ramener à une unité problématique. Et pourtant des «Voyages», dont l’extrême variété nous défie, se dégagent une impression, une allure, un horizon. Quoi qu’il en soit de ces explorations, spéculations, anticipations, filatures, guides universels déguisés, nous constatons Jules Verne: son savoir à la portée de tous, ses désirs profonds, sa sédentarité aventureuse, ses rêveries effrénées, ses fantaisies, le confortable excès de ce montreur qui « connaît la musique » et les intenses visions de ce prophète de fin des temps, de ce poète qui se veut sans rime, encore un que ronge l’ennui des heures quotidiennes et qui, contemplant la circonférence de son encrier ou les trains qui passent sous sa fenêtre, ne se lasse pas de partir un peu plus loin, dans l’espérance d’un point final auquel succédera bientôt la majuscule initiale du livre suivant. En route vers ce qui est recherché avec une ardeur invincible : un homme, une terre, un objet idéal («solitude, récif, étoile», disait Mallarmé), le lecteur se confie avec délice au courant de l’écriture, conscient d’être voué à une forme d’inéluctable que lui réserve la providence ou l’infortune. Que signifie ce courant auquel on s’abandonne ? Quels sont les motifs de cet élan irrésistible ? Évidemment, première réponse, la plus utilitaire de toutes : satisfaire aux termes du contrat passé avec Hetzel. Mais, plus sûrement, poursuivre le travail d’écriture qui, en réalité, correspond au plus fol engagement sur les pistes de l’évasion, du rêve (appelez ça création, poïésis à tout prix, au-delà de toute nécessité). Ensuite de quoi une vision nous enveloppe à l’instar d’un mirage, comme sur les illustres couvertures rouges ou polychromes. À coup sûr, en quelque endroit du globe que l’on atteigne, la mer bat de son ressac un rivage, familier ou sauvage. En un coin se dresse un volcan, terrible jouet d’enfant dont Verne ne saurait se passer. Ne l’oublions pas, Verne, dessinant l’île mystérieuse, s’est refusé à lui conférer une allure avenante. Il a présenté presque offensivement le tracé de quelque monstruosité sous-jacente. C’est que le roman d’aventures manoeuvre des invariants, parmi lesquels la présence réitérée d’une menace.

Egalement dans le catalogue : L’Île mystérieuse – Le Sphinx des glaces (édition sous la direction de Jean-Luc Steinmetz avec la collaboration de Marie-Hélène Huet), 1264 p., EAN 9782070128938, prix de lancement 45,00 EUR

CFP: Edited Collection: Challenger Unbound (Revaluating Arthur Conan Doyle’s Professor Challenger Narratives)



Edited Collection: Challenger Unbound

(Revaluating Arthur Conan Doyle’s Professor Challenger Narratives)

Habitually characterised as a late-appearing variant upon the Victorian Quest Romance, Arthur Conan Doyle’s “The Lost World” (1912) in fact marked the beginning of the author’s prolonged investigation of science, ideology and belief under the inhibiting constraints of early twentieth-century modernity. The narratives span from 1912 to 1929 and this new collection will be dedicated to re-evaluating the narratives, their author, the wider culture that he inhabited and the legacy of his work for the twentieth and twenty-first centuries. We are interested in work that treats the texts either directly or tangentially through other aspects of Conan Doyle’s life and thought.

The editors would like to solicit abstracts of 200-300 words or completed articles of 6,000-12,000 words. We are interested in covering as many divergent approaches to the narratives as possible but potential topics might include:

• The Twentieth-Century Quest Romance.
• Arthur Conan Doyle: Low Modernist.
• Arthur Conan Doyle’s Contribution to Science-Fiction and/or Speculative Fiction
• Modernity and the State in Early Twentieth-Century Popular Fiction.
• Science and the Popular Press, 1912-1930.
• Science as a Public Discourse, 1912-1930.
• Science as State-Craft, 1912-1930.
• Spiritual vs. Material Science.
• Grief, Trauma, Mourning and Science during and after the Great War.
• Twentieth-Century Medievalism/Primitivism.
• Spiritualism, Science and the Great War.
• The Strand Magazine in the Twentieth-Century.
• The Twentieth-Century Afterlife of “Victorian” Ideology/Thought/Literary Forms.
• Weapons of Mass Destruction, 1912-1930.
• Heroism, Chivalry and Masculinity after the Great War.
• Science, Technology and European Competition, 1912-1930.
• The Twentieth-Century Legacy of Arthur Conan Doyle in Europe.
• Machines, Weapons, Products, Commodities.
• Conan Doyle’s Non-Fiction, 1912-1930.
• The Endurance of Professor Challenger in Critical Theory (Deleuze & Guattari, Jon McKenzie etc…).
• Early Treatments of Capitalist/Communist Confrontations in Popular Fiction.

Abstracts, submissions and questions should be sent to Dr. Jonathan Cranfield (j.cranfield@kent.ac.uk) and Prof. Hélène Machinal (helene.machinal@univ-brest.fr)

Parution: Jules Verne & Cie, Bulletin du Club Verne, n°1.



Jules Verne & Cie  N° 1

(Collectif)
L’Asie mystérieuse
Un volume broché, 14 × 20 cm, 200 pages (avec un cahier couleurs) — octobre 2011
ISBN 978-2-912349-49-1 — Prix public 20.00 €

http://www.fictionbis.com/encrage/pages/index.php


Notre intention est de replacer Jules Verne dans sa compagnie, bonne ou mauvaise, et relire ses romans dans une perspective qui les relativise et les enrichit. Tel est le but de Jules Verne & Cie qui, rappelons-le, est un supplément de la revue Le Rocambole.

Ce dossier sur « L’Asie mystérieuse » dont le sujet a été proposé par Laurence Sudret, apporte divers éclairages sur les représentations de l’Asie au sens large. Il ne propose pas d’article synthétique sur la vision que présentent ces romanciers du XIXe siècle. En effet, chacune des contributions fait apparaître des positions personnelles dues à des différences de génération, aux contraintes de certaines publications, voire à un engagement idéologique.

Mais des points communs apparaissent, tel la question de la documentation  : ni Verne, ni Le Faure, ni Paul d’Ivoi, ni Pierre Maël ne sont allés en Asie et leur documentation est de seconde main. Quant à Louis Jacolliot qui passe pour un spécialiste de la civilisation indienne, on verra qu’il faut relativiser le sérieux de ses connaissances.