Archives par mot-clé : roman d’aventures

Parution : Dumas amoureux. Formes et imaginaires de l’Éros dumasien

Julie Anselmini et Claude Schopp (dir.), Dumas amoureux. Formes et imaginaires de l’Éros dumasien, Presses Universitaires de Caen, coll. « Symposia », 2020.

L’Éros proprement amoureux de Dumas, qui le poussa à accumuler sa vie durant conquêtes et maîtresses, est la figure emblématique d’une énergie vitale et d’un désir de littérature et d’action qui n’avaient pas, en tant que tels, fait l’objet d’assez d’attention.

Proposant une « éro-poétique » de l’œuvre dumasienne, l’ouvrage y aborde le désir selon plusieurs directions privilégiées. Il explore le désir amoureux et érotique, sa représentation, sa productivité et sa portée dans les différents genres illustrés par Dumas (théâtre, romans, contes, récits de voyage, autobiographie et écrits intimes, causeries…). Il envisage plus largement le désir comme une origine et un foyer de la création dumasienne, permettant d’en comprendre la fécondité, la variété, mais aussi les modes d’énonciation et de réception. Il s’intéresse enfin aux empreintes du désir chez les descendants biologiques et littéraires de Dumas, et à la façon dont les motifs sentimentaux et l’érotisme façonnent l’imaginaire qui se déploie dans les réécritures, les adaptations ou les suites de ses œuvres, telles que le D’Artagnan amoureux de Nimier.

Table des matières

Parution : Les compagnons de Jéhu

Ce document a été créé et certifié chez IGS-CP, Charente (16)

Alexandre Dumas, Les Compagnons de JéhuÉdition d’Anne-Marie Callet-Bianco, Collection Folio classique (n° 6855), Gallimard, 2020. 

Automne 1799 : le Directoire agonise, acculé de toutes parts. À l’est et au sud, des bandes nommées « compagnies de Jéhu » cherchent à financer la contre-révolution royaliste en attaquant les diligences qui transfèrent des fonds. À l’ouest, en Bretagne, la chouannerie renaît, menée par Georges Cadoudal. Un jeune général, Napoléon Bonaparte, revient d’une expédition en Égypte, bien décidé à prendre le pouvoir. Sur cette toile de fond historique se joue un amour impossible entre deux camps opposés : Roland de Montrevel, fidèle inconditionnel de Bonaparte, combat le royaliste Charles de Sainte-Hermine (alias Morgan) qu’aime en secret la propre sœur de Roland, Amélie.

Flamboyante épopée célébrant l’honneur, l’héroïsme et l’amitié, Les Compagnons de Jéhu ressuscite la France d’avant l’Empire, déchirée entre divisions et désir de réconciliation. De ce moment charnière, situé juste avant sa naissance, Dumas fait le volet central d’une trilogie consacrée au Consulat et à l’Empire, qu’il complétera ensuite avec Les Blancs et les Bleus et Le Chevalier de Sainte-Hermine, prouvant que « les poètes savent aussi bien l’histoire que les historiens, – s’ils ne la savent pas mieux ».

Parution : Le Pays des fourrures Le Canada de Jules Verne – I

Auteur littéraire : Verne (Jules)

Éditeurs scientifiques : Pinson (Guillaume), Prévost (Maxime)

Classiques Garnier, coll. Bibliothèque du XIXe siècle, n°77. 

Résumé: Cette nouvelle édition du Pays des fourrures de Jules Verne permet de se plonger dans l’imaginaire canadien des Voyages extraordinaires. Elle s’accompagne d’une introduction scientifique qui met en contexte les représentations du Canada à l’époque de Verne et est accompagnée des illustrations de l’édition de 1873.

Acheter l’ouvrage en ligne sur le site de l’éditeur

Appel : voyages et imprimés

Appel à textes : Mémoires du livre/Studies in Book Cultures, Volume 10, numéro 1, automne 2018 « VOYAGER DANS LA MODERNITÉ : DES MOYENS TECHNIQUES AUX SUPPORTS IMPRIMÉS DE L’AVENTURE »

Sous la direction de Mélodie Simard-Houde, docteure de l’Université Laval et de l’Université Paul-Valéry Montpellier 3

Propositions avant le 15 novembre 2017

Au XIXe siècle, les modalités nouvelles du voyage deviennent l’un des multiples visages du progrès dans les sociétés occidentales. À l’âge d’or de la route succède, au mitan du siècle, celui du chemin de fer, et bientôt des bateaux à vapeur et des paquebots transatlantiques. Au XXe siècle, l’avion prend le relais de ce rêve de progrès, qui trouve un ultime prolongement dans la conquête spatiale. Les innovations techniques permettent de sillonner le monde autrement, d’en repousser les lointains; elles modifient les représentations de l’espace1 et nourrissent l’utopie d’un rapprochement des peuples. Or, leurs échos sont sensibles dans l’histoire du livre, où la révolution industrielle suscite des mutations d’égale ampleur. De la presse mécanique à vapeur aux rotatives Continuer la lecture de Appel : voyages et imprimés

Appel : « Les genres du roman au XIXe siècle »

Colloque

Les genres du roman au xixe siècle

Université Paris 13, les 14-15 avril 2016

Le xixe siècle a vu s’opérer le « sacre du roman[1] » (Mona Ozouf). La promotion de ce genre anciennement déprécié est liée à l’entreprise de légitimation qu’ont menée, dans leurs œuvres, quelques grands romanciers du siècle, comme Balzac et Zola. Elle se manifeste aussi par l’augmentation quantitative des romans publiés, la diversification des supports éditoriaux (volumes, feuilletons, recueils) ainsi que celle des modes de diffusion (cabinets de lecture, collections, compilations). Continuer la lecture de Appel : « Les genres du roman au XIXe siècle »

Parution : « Pierre Benoit »

benoituune

Pierre Benoit, maître du roman d’aventures

 Ouvrage collectif dirié par Anne Struve-Debeaux, Hermann, 2015

Romancier prolifique et grand voyageur, Pierre Benoit a publié une quarantaine de romans. Parmi les plus connus : Kœnigsmark (1918), L’Atlandide (1919), Mademoiselle de La Ferté (1923), La Châtelaine du Liban (1924), Axelle (1928)…

Teintée d’un certain érotisme, et mêlant le plus souvent aventure, fantastique et exotisme, son œuvre a rencontré un succès considérable dans la première moitié du XXème siècle et incontestablement marqué la production romanesque de son époque c’est d’ailleurs Kœnigsmark qui a été choisi par la Librairie générale française pour inaugurer la collection du Livre de Poche en 1953. Mais elle a aussi inspiré très tôt le cinéma, avec plusieurs adaptations, dont celles de L’Atlandide par Jacques Feyder en 1921 et Georg Wilhelm Pabst en 1932. Les contributions réunies dans ce volume s’attachent plus particulièrement à la resituer dans son contexte et à en comprendre les mécanismes secrets, entre érudition, ancrage dans la réalité et inventivité.

Préface de Gérard de Cortanze

Anne Struve-Debeaux, professeur agrégé de lettres modernes et docteur en littérature française de l’université Paris IV-Sorbonne, enseigne la langue et la littérature françaises à l’université Paris Ouest Nanterre La Défense. Outre une grammaire de français langue étrangère et de nombreux articles de littérature française, on lui doit plusieurs directions d’ouvrages et de numéros de revues, ainsi que des traductions de l’anglais, de l’allemand et du japonais. Ses recherches portent plus particulièrement sur les écrivains de l’entre- deux-guerres.

ARROUYE Jean, BARBIER Frédéric, CROZ Jean-François, FOUCRIER Chantal, HÉAUME Stéphane, HELBERT Catherine, KAWCZAK Paul, LHÉRITIER Henri, MALTÈRE Stéphane, OZWALD Thierry, PERRY Edith, PESENTI ROSSI Erik, RASSON Luc, SCHULMAN Peter, STRUVE-DEBEAUX Anne, TATSOPOULOU Hélène, TENGOUR Hossein

Contributeurs :

Continuer la lecture de Parution : « Pierre Benoit »

Parution: Lauric Guillaud, Des mines du roi Salomon à la quête du Graal

haggard couv

Lauric Guillaud

Des mines du roi Salomon à la quête du Graal

Michel Houdiard Editeur. 2014

 

 

Aux sources de la fantasy

Durant l’ère victorienne, tout un monde mystérieux s’ouvre à la colonisation, tandis qu’apparaissent les romans de monde perdu, héritiers des voyages extraordinaires des siècles précédents. Etonnamment, on revient aux valeurs du Moyen Âge et en particulier à l’esprit chevaleresque arthurien qui représente au XIXe siècle un nouvel idéal. L’Afrique offre ses obscures « terres de rêve » à une nouvelle épopée chrétienne. Le colon britannique n’est que la réincarnation moderne du chevalier Galahad en quête de nouveaux Graals.

Les mondes perdus de H. Rider Haggard réactivent l’imaginaire médiéval, créant une « nouvelle » mythologie, celle d’une Afrique nourrie de fantasmes millénaires. Tel un chroniqueur des derniers siècles du Moyen Âge, Haggard décrit moultes « races » monstrueuses ou fabuleuses. Au cœur des ténèbres africaines, on redécouvre des mondes enfouis : peuples terrifiants, ruines énigmatiques, faune inconnue. Sur cette Afrique véritablement « fantôme » se projettent les mythes et les croyances d’antan, exhumant les dieux païens et la liberté noire des désirs inassouvis. Ce glissement de l’Afrique « réelle » à une Afrique mythique est évident chez Haggard, mais aussi chez E. R. Burroughs (Tarzan) et R.E. Howard (Solomon Kane).

Au moment où la fantasy triomphe aujourd’hui universellement dans l’édition ou le cinéma, il était nécessaire de mettre en lumière l’influence médiévale sur le roman d’aventures britannique au 19e siècle, en particulier dans l’œuvre passionnante de Rider Haggard –une influence qui n’est pas prête apparemment de s’éteindre.

 

Spécialiste des littératures de l’imaginaire, Lauric Guillaud est professeur émérite de littérature et de civilisation américaines à l’Université d’Angers.

Parution: Ilcorsaronero 19

corsaro nero

Parution

Ilcorsaronero 19

 

Sommario de “Ilcorsaronero” n. 19:

Editoriale; Marcello Simoni (Dove l’avventura e il mare si intrecciano in storie incredibili);

Claudio Gallo&Giuseppe Bonomi (Qualcosa di nuovo sull’alunno Salgari/Dai registri scolastici della scuola media “Paolo Caliari” di Verona);

Luca Crovi (La Frontiera di Elmore Leonard): Nicola Ruffo (Intervista con Moreno Burattini, curatore della serie a fumetti “Zagor” di Bonelli Editore);

Luciano Curreri (Gabriele, dove sei? Notolette birichine intorno al 150° anniversario della nascita e al 75° della morte di Gabriele d’Annunzio);

Luigi De Liguori (Poe e Salgari: una discesa nel Maelström);

Claudia Mizzotti (Presentazione di Cuore di tigre al liceo “Messedaglia” di Verona. Da Taibo II a Carlotto: scrittori in cattedra);

Franco Pezzini (Ricordare al futuro. Riccardo Valla, Paolo De Crescenzo e le Ombre Lunghe);

Stefano Nocentini (Salgari e i paletuvieri);

Danilo Arona (A volte esistono);

Emanuele Delmiglio (Capitani coraggiosi);

Darwin Pastorin (Quando le favole cominciavano con «C’era una volta…»);

Chiara Begnini (Bisogna leggere Sandokan per sentirsi Sandokan? Quel che resta dell’anno salgariano);

Claudio Gallo (Pietro Gelatti, libraio delle meraviglie);

Giovanni Soldati (Mio padre, Mario Soldati, ed Emilio Salgari);

Massimo Tassi (Don Camillo e Peppone parlano il russo);

Cavalcando l’avventura, a cura di Gino Bedeschi, Giuseppe Cantarosa e Bartolo Tondini; Segnalazioni bibliografiche.

 

PER ABBONARSI

L’abbonamento per il 2013 (anno solare) alla rivista Ilcorsaronero ha un costo di € 12,00 (sostenitore € 25,00). L’importo può essere inviato tramite versamento sul conto corrente postale n. 98473986 intestato a: Associazione Ilcorsaronero

Specificare nella causale: Ilcorsaronero – 2013.

L’ufficio postale rilascerà direttamente ricevuta dell’avvenuto versamento.

La cifra di cui sopra è da intendersi quale contributo alle spese tipografiche e di spedizione della pubblicazione.

Consultando il sito www.delmiglio.it 

è possibile trovare il contenuto di tutti gli arretrati de Ilcorsaronero

Presto nuove news sul mondo dell’avventura!

Séminaire: Qu’est-ce qu’un roman géographique au XIX° siècle ? L’exemple des Voyages extraordinaires de Jules Verne

Qu’est-ce qu’un roman géographique au XIX° siècle ?

L’exemple des Voyages extraordinaires de Jules Verne

séminaire Géographie, arts et littérature
mercredi 6 mars,  14h à 16h – salle Info1 (ENS, 45 rue d’Ulm, sous-sol du NIR)

Lionel DUPUY (Docteur en géographie, chercheur associé au laboratoire SET – UMR 5603 CNRS, Université de Pau et des Pays de l’Adour)

Jules Verne a toujours revendiqué l’appellation de « roman géographique » pour qualifier la série de ses Voyages extraordinaires. Partant de ce constat, et en procédant à une lecture systématique de son oeuvre, il est possible de dégager une grille de lecture qui structure l’ensemble de ces récits qui s’articulent tous autour de deux géographies, l’une réelle, l’autre plus ancrée dans l’imaginaire. L’oeuvre de Jules Verne, désormais éditée dans la célèbre collection de la Pléiade, constitue ainsi une porte d’entrée inattendue mais efficace pour qui s’intéresse au fonctionnement de l’imaginaire en géographie, au moment même où s’esquissent les contours d’une géographie que l’on qualifie de « littéraire ».

Parution: Lionel Dupuy, Jules Verne, la géographie et l'imaginaire

Jules Verne, la géographie et l’imaginaire
Aux sources d’un Voyage extraordinaire: Le Superbe Orénoque (1898), essai de Lionel Dupuy.
12 Euros.

Les Voyages extraordinaires de Jules Verne (1828-1905) sont des romans géographiques, appellation déjà revendiquée par l’écrivain lui-même en son temps. Jules Verne, dont les relations avec la géographie de la fin du XIXe siècle sont ici précisées et approfondies, a toujours eu soin d’articuler ses récits autour du passage entre une géographie scientifique du réel et une géographie plus imaginaire décalée dans l’espace et dans le temps. La transition de l’une à l’autre se fait grâce à un récit de type merveilleux par l’intermédiaire duquel le romancier peut évoquer un autre monde, d’autres rapports entre l’homme et la terre.

Appliquée au roman Le Superbe Orénoque (1898), cette nouvelle lecture des Voyages extraordinaires permet de montrer notamment l’importance du mythe, du symbole et de l’exotisme dans la construction de l’imaginaire géographique vernien.

À la croisée de la littérature et de la géographie, cette analyse nous conduit à repenser autrement les modalités de transmission du savoir géographique à une époque où la géographie, en tant que discipline universitaire, éprouve une certaine difficulté à susciter l’intérêt du public. Il apparaît ainsi de plus en plus nécessaire à la géographie de revenir vers la littérature et l’imaginaire, des territoires capables de produire une autre géographie.

Docteur en géographie, Lionel Dupuy est spécialisé en écologie humaine. Après En relisant Jules Verne et Jules Verne, l’homme et la terre, il nous propose avec Jules Verne, la géographie et l’imaginaire — synthèse de ses recherches doctorales — de nouvelles pistes dans sa lecture, sans cesse renouvelée, des Voyages extraordinaires.

ISBN 979-10-90662-11-7.
Collection KhThOn n°3. ISSN 1956-614X.

13 x 20 cm. 152 p.
Imprimé sur bouffant blanc 80g. Couverture pelliculée mat.