Archives par mot-clé : roman

Parution : La représentation de la ville dans la littérature et les arts

Complexus, n° 3, « La représentation de la ville dans la littérature et les arts  » volume 2, mai  2024.

Ce volume continue l’exploration commencée dans le numéro précédent, en présentant la diversité et la richesse des représentations urbaines à travers diverses perspectives littéraires et artistiques.

Contributions :

Bara NDIAYE (Sénégal) : « Quand la ville inspire Baudelaire, tout est entre « la boue » et « l’or » »
John Vernon MIKELET (France) : « Considération de la ville dans les dystopies postmodernes d’Afrique centrale des années 2000 »
Shayma SAIDANI (Tunisie) : « La ville comme espace criminogène dans les romans de l’écrivain français Georges Bernanos » Continuer la lecture de Parution : La représentation de la ville dans la littérature et les arts

Appel à contributions : Je/ux autobiographiques dans la littérature de jeunesse contemporaine en langue française (revue Relief)

Je/ux autobiographiques dans la littérature de jeunesse contemporaine en langue française

Revue Relief –  Revue électronique de littérature française 

Date d’échéance : 1er juillet 2024

Texte de l’appel :

Le comité de rédaction de Relief – Revue électronique de littérature française (revue-relief.org) vous invite à proposer des contributions pour un dossier thématique sur les rapports entre littérature de jeunesse et écriture de soi. Ce dossier sera dirigé par Régine Battiston et Arnaud Genon – Institut de recherche en langues et littératures européennes – ILLE UR 4363 – Université de Haute-Alsace.

Le vaste champ autobiographique a fait l’objet, depuis les années soixante-dix, de nombreuses études. Les travaux portant sur la question ont permis de cartographier différentes pratiques telles que le roman autobiographique dans lequel un auteur retrace la vie d’un personnage duquel il se distingue, mais avec qui il partage de nombreux biographèmes. À côté des journaux intimes et des Mémoires, genres clairement identifiables, se développe une nouvelle approche de l’autobiographie qui se caractérise, elle, par le pacte théorisé par Philippe Lejeune en 1975. Ce pacte repose sur l’identité onomastique de l’auteur, du narrateur et du personnage et sur l’engagement de l’auteur à ne raconter que la stricte vérité. Continuer la lecture de Appel à contributions : Je/ux autobiographiques dans la littérature de jeunesse contemporaine en langue française (revue Relief)

Parution : Dumas – Création et Rédemption

Alexandre Dumas, Création et Rédemption, édition de Julie Anselmini, Paris, Gallimard, 2024 [1870].

Présentation

Ultime chef-d’œuvre de Dumas, Création et Rédemption (1869-1870) renferme à la fois une chronique tumultueuse de la Révolution française, une histoire d’amour à rebondissements et un récit merveilleux qui fait la part belle à l’alchimie et au magnétisme. En 1785, dans un petit village du Berry, le docteur Jacques Mérey recueille la jeune Éva. Le tuteur et sa pupille tombent amoureux, mais la révélation de la noble ascendance d’Éva les contraint à se séparer. Élu député de la Convention, Jacques part pour Paris, où il côtoie intimement Danton et assiste au tournant de la Terreur. Derrière la trajectoire romanesque de ces amants maudits, c’est la scission violente entre le peuple et l’aristocratie d’Ancien Régime que Dumas donne à voir.
Magistrale plongée au cœur de la tourmente révolutionnaire, ce grand roman oublié retrouve ici son titre et son architecture d’origine, tels que les a pensés celui qui, selon Michelet, « a plus appris d’histoire au peuple que tous les historiens réunis ».

Appel à contributions : Fantasy flora / Flore imaginaire (revue Fantasy Art and Studies)

Fantasy Flora / Flore imaginaire

Revue Fantasy Art and Studies

Nouvelle date d’échéance : 30 juin 2024

(English version below)

Branchiflore, athelas, feainnewedd ou rougeoyeur : tels sont les noms de quelques végétaux imaginaires qui croissent dans des mondes de Fantasy[1]. Qu’elle soit merveilleuse ou non, inventée de toutes pièces ou empruntée à notre réalité, la flore participe à la création d’univers. En tant qu’élément constitutif de la xéno-encyclopédie (Saint-Gelais, 1999) d’une œuvre, elle  enrichit un monde fictif, lui donne une profondeur et permet au lectorat de mieux imaginer l’espace dans lequel il plonge.

En ce que la Fantasy médiévaliste occidentale met régulièrement en scène des environnements naturels, il n’est guère étonnant de trouver des descriptions de forêts et d’arbres. Quelques auteurs, à l’image de J. R. R. Tolkien, offrent une grande place aux plantes dans leurs textes. Le professeur d’Oxford représente d’ailleurs volontiers arbres, fleurs et motifs végétaux dans ses illustrations. Continuer la lecture de Appel à contributions : Fantasy flora / Flore imaginaire (revue Fantasy Art and Studies)

Appel à communications : Adolescences romanesques. La génération des Six Compagnons, 1960-1980 (Caen)

Adolescences romanesques. La génération des Six Compagnons (1960-1980)

20-21 novembre 2024

Université de Caen Normandie INSPE

Date d’échéance : 20 juin 2024

Colloque organisé par Christiane Connan-Pintado, Stéphanie Lemarchand et Anne Schneider.

Texte de l’appel : 

[I]l n’est pas possible d’écrire pour la jeunesse, si, en même temps, on ne s’efforce pas d’écrire sur la jeunesse. Georges G.-Toudouze

À mi-chemin de la guerre et du nouveau millénaire, dans le contexte politique, social et économique favorable des « Trente Glorieuses », l’édition pour la jeunesse connaît en France un essor remarquable (Piquard, 2004). Tel est l’empan temporel que nous proposons de cerner afin d’observer les romans publiés en France pour et sur l’adolescence au cours des années 1960-1980. L’expansion de cette littérature a été amorcée au cours de la décennie précédente : l’importation de séries américaines et britanniques à succès et le développement des différentes collections de G. P. (pour Général Publicité, maison d’édition pour la jeunesse essentielle des années 1940-1980) et de Hachette ont modifié sensiblement le paysage éditorial, les éditeurs invitant leurs auteurs à proposer des fictions de leur cru. Continuer la lecture de Appel à communications : Adolescences romanesques. La génération des Six Compagnons, 1960-1980 (Caen)

Séminaire LPCM – Séance 5, Jeudi 8 février 2024, 17h-19h : (Trans)médialité, transculturalité (Université Paris Cité/En ligne)

Le séminaire de recherche mensuel de la LPCM, “Dans l’atelier des chercheur·se·s en littératures populaires et culture médiatique”, vise à favoriser les rencontres et les échanges entre les chercheur·se·s qui se spécialisent dans l’analyse des cultures populaires et médiatiques, quel que soit leur ancrage disciplinaire (littérature, sciences de l’information et de la communication, sociologie, histoire, économie, musicologie, humanités numériques…) et leur objet d’étude (littérature, bande dessinée, littérature jeunesse, cinéma, séries télévisées, productions transmédiatiques, musique, jeux vidéo, jeux, figurines, images…).

Séminaire LPCM – Séance 5, Jeudi 8 février 2024, 17h-19h : (Trans)médialité, transculturalité (Université Paris Cité/En ligne)

Lieu : Université Paris Cité, salle 679C, Bâtiment des Grands Moulins, esplanade Vidal-Naquet, bâtiment C, 6e étage

Attention : ne pas confondre le bâtiment des Grands Moulins avec la Halle aux Farines, de l’autre côté de l’esplanade. En arrivant depuis la passerelle, il s’agit du grand bâtiment administratif sur votre gauche. L’entrée se fait au niveau de la grille située près de la sculpture de bateaux “Monochrome for Paris” de Nancy Rubins

 À distance :  en ligne sur Zoom

Lien de connexion : pour obtenir le lien de la réunion et suivre à distance cet événement, merci de bien vouloir écrire à l’équipe organisatrice via l’adresse mail de contact : atelierlpcm@protonmail.com

Interventions

  • Laurence Riu-Comut (Université de Pau et des Pays de l’Adour) : Quand le roman contemporain compose avec les films de genre : formes et enjeux de la transposition intermédiale du western et du film noir
  • Ada Lipman (INALCO) : Bien plus que des comédies musicales kitsch : comment étudier le cinéma populaire hindi (Bollywood) ?
  • Enzo Le Guiriec (Université Jean Moulin Lyon 3) : Le fait religieux japonais dans le jeu vidéo et le dungeon crawler

Continuer la lecture de Séminaire LPCM – Séance 5, Jeudi 8 février 2024, 17h-19h : (Trans)médialité, transculturalité (Université Paris Cité/En ligne)

Appel à communications : Les réécritures contemporaines des mythes en littérature de jeunesse : des réceptions plurielles ? (Arras)

Les réécritures contemporaines des mythes en littérature de jeunesse : des réceptions plurielles ?

Séminaire le 7 juin 2024

Arras, université d’Artois

Date d’échéance : 29 mars 2024

Texte de l’appel :

Dans la lignée des travaux de « Textes et Cultures » sur les transformations du patrimoine et du numéro 44 des Cahiers Robinson, Bible et littérature de jeunesse, ce séminaire, qui aura lieu le 7 juin, s’intéresse aux enjeux des réécritures de mythes dans la littérature de jeunesse contemporaine. Il vise à confronter, sous l’angle très circonscrit du destinataire enfantin, les trois sources majeures de la culture européenne, comme le rappelle Olivier Millet, que sont les mythes d’origine biblique, gréco-romaine et celtique. Cela permettra d’interroger la manière dont tout un pan du patrimoine immatériel est transmis, actualisé, détourné, voire instrumentalisé pour le jeune lectorat. Continuer la lecture de Appel à communications : Les réécritures contemporaines des mythes en littérature de jeunesse : des réceptions plurielles ? (Arras)

Parution : Alexandre Dumas. Métisser l’histoire

Isabelle Durand, Alexandre Dumas. Métisser l’histoire, Calype, Coll. “Destins”, publication le 30 mars 2024.

Alexandre Dumas n’est pas seulement l’auteur des Trois Mousquetaires et du Comte de Monte-Cristo : homme de théâtre, voyageur, aventurier à ses heures, il est aussi un homme inscrit dans les turbulences de son époque. Initiateur de nouvelles formes théâtrales, inventeur du roman-feuilleton, infatigable vulgarisateur d’Histoire, il est l’auteur d’une œuvre immense tant par son invraisemblable quantité que par le succès qu’elle a rencontré et rencontre encore.

Et pourtant, il a aussi su faire de sa vie une oeuvre faite d’aventures, de rebondissements, de succès et de déceptions, de femmes, d’amis, de rivaux. Le destin exceptionnel du petit-fils d’esclave est aussi passionnant que celui de ses personnages.

“La grande difficulté est de se garder de ces deux fautes, dont la première est de maigrir le passé, comme le fait l’Histoire ; et la seconde de défigurer l’Histoire comme le fait le roman.” — Alexandre Dumas

Isabelle Durand est professeure de littérature comparée à l’université Bretagne Sud. Ses recherches portent sur les rapports entre littérature et histoire, particulièrement.

Parution : OSS 117, l’espion est-il mat ?

Morgane Gay-Bianco, OSS 117, l’espion est-il mat ?, Antipodes, Collection “GRHIC”, 2023

Jean puis Josette Bruce publièrent plus de 240 romans d’OSS 117 entre 1949 et 1972; tous mettant en scène l’espion de la CIA, Hubert Bonisseur de la Bath, qui parcourt un univers simpliste, exotique et érotisé pour sauvegarder le Monde Libre. Suivant une recette bien rôdée, chaque épisode est une partie d’échecs où le lectorat est au fait des règles et des subtilités et où, en plus, il connaît à l’avance le gagnant. Le succès de la série paralittéraire en fait un objet de recherche de choix pour appréhender les imbrications de l’imaginaire politique de la France de l’après Seconde Guerre mondiale et de l’évolution des cultures de Guerre froide.

Dans les années 1950, la fiction d’espionnage représente un marché lucratif pour de nombreuses maisons d’édition françaises. Dix ans plus tard, les grands éditeurs fusionnent et le roman d’espionnage est de plus en plus assimilé à quelques grands noms, dont la série OSS 117 de la famille Bruce. À première vue, l’évolution du genre paralittéraire suit les mutations des cultures de Guerre froide où le manichéisme des années 1950 pressenti dans le bloc occidental se complexifie et s’ambiguïse la décennie suivante avec l’ajout de nouvelles menaces dont les perturbations dues à la décolonisation et les tensions éclatant au sein des deux blocs. L’analyse de l’univers de références de la série OSS 117 appréhende les imbrications de l’imaginaire politique de la France de l’après Seconde Guerre mondiale et de l’évolution des cultures de Guerre froide.

Continuer la lecture de Parution : OSS 117, l’espion est-il mat ?

Appel à contributions : Le roman d’espionnage (revue Fixxion)

Le roman d’espionnage

Date d’échéance : 1er juin 2024

 

Revue critique de fixxion française contemporaine, n°30 : « Le roman d’espionnage » 

Numéro coordonné par Chloé Chaudet et Alexandre Gefen

Texte de l’appel :

Scroll down for English version

« J’aimais Malko, le prince espion et pornographe de Gérard de Villiers, celui qui défendait l’Occident contre les Rouges » déclare Philippe Lançon dans Le Lambeau, lorsque sa blessure lui impose de se réfugier dans ses souvenirs. Mais rares sont les critiques de langue française osant, comme lui, faire une place à Gérard de Villiers (le créateur de SAS) ou à Jean et Josette Bruce (et leur héros OSS 117). Ne se réduisant pas à ces exemples bien connus, le roman d’espionnage constitue pourtant un genre à la fois extrêmement populaire, culturellement important et littérairement inventif. S’il s’avère moins canonisé que le roman policier ou le polar, les origines que l’on a pu lui attribuer ne sont pas moins nobles (L’Ancien Testament, L’Odyssée ou encore L’Art de la guerre). Et il n’est pas si difficile de montrer, à l’instar de Luc Boltanski dans Énigmes et complots. Une enquête à propos d’enquêtes (Gallimard, 2012), qu’il engage une herméneutique du monde et du livre fondamentale pour la modernité occidentale, ou, tel Peter Szendy dans Sur écoute. Esthétique de l’espionnage (Minuit, 2007), qu’il expose des modes de perception originaux du devenir socio-historique. Continuer la lecture de Appel à contributions : Le roman d’espionnage (revue Fixxion)