Archives par mot-clé : roman

Parution : Dossier « Intervalles sériels » (Sens public)

Sens public, dossier « Intervalles sériels », sous la direction de Thomas Carrier-Lafleur, Frédérique Khazoom, Marta Boni, mars 2021.

Le contexte médiatique contemporain est riche en expériences sérielles : pensons au roman-feuilleton, aux franchises cinématographiques, au cinéma conçu dans son histoire intermédiale et sérielle, à la BD, aux séries télévisées qui se déclinent sur tous les médias, aux jeux vidéo et, surtout, à l’engagement multiforme et interminable des publics qui suivent ces récits pluriels1. Ce dossier est né de la volonté de traiter de manière approfondie un aspect précis, mais incontournable, de l’essence des séries : les intervalles2.

L’intervalle, qu’il soit distance spatiale ou période de temps, est un écart existant entre deux valeurs : appréhendé en tant que phénomène dépassant les frontières médiatiques et disciplinaires, il est un concept qui intéresse à la fois notre relation aux contenus et la façon de construire notre connaissance du réel. Ces interruptions, interstices, pauses, blancs et temps d’arrêt nous demandent de faire attention aux frontières, au rythme et donc à l’identité propre d’une expérience sérielle3. Nous les subissons (la pause publicitaire imposée, la fin d’une saison, la livraison discontinue des tomes d’une saga de romans ou de jeu vidéo) ou nous décidons de les impartir au contenu (arrêter la lecture à un moment plutôt qu’un autre). Ces « vides » qui nous alertent de la fin, ces vides que la fin (toujours provisoire ?) d’un récit produit en nous et avec nous, sont à penser comme des moments nécessaires aux séries et même des espaces productifs.

Dans la course à pied, l’athlète qui s’entraîne par intervalles ajoute de pauses utiles entre les efforts, ce qui lui permet de récupérer de l’effort précédent, mais de façon incomplète. L’intervalle est donc à concevoir comme une méthode pour améliorer sa performance. Pour l’étude des médias, l’intervalle possède un rôle heuristique : il est une interruption qui se révèle utile à l’analyse car il brise une continuité, nous permettant de faire ressortir des œuvres là où autrement il y aurait un flot ininterrompu ; il permet de trouver de la discrétion dans la continuité des flux4. [Lire la suite du texte de présentation…]

Continuer la lecture de Parution : Dossier « Intervalles sériels » (Sens public)

Parution : La Commune des écrivains

La Commune des écrivains. Paris, 1871 : vivre et écrire l’insurrection, Gallimard, « Folio Classique » (n° 6920), 2021

Édition de Jordi Brahamcha-Marin et Alice De Charentenay

18 mars-28 mai 1871 : le peuple de Paris prend les armes pour s’opposer à la défaite de la guerre franco-allemande de 1870 et à une Assemblée nationale à majorité monarchiste. Commence alors une expérience d’autogestion, une utopie fraternelle et sociale. Ouvriers, artisans, hommes et femmes : une population jusqu’alors invisible se fait entendre. Malgré sa brièveté, la Commune occupe dans les mémoires la place lumineuse d’un événement fondateur. Comme l’affaire Dreyfus, elle a divisé pour longtemps les Français, entre fédérés et versaillais, insurgés et légitimistes.

Vivre un tel événement pousse à écrire : témoigner, tirer un bilan, donner à entendre le bruit des balles qui claquent depuis les collines de Paris, offrir le goût du temps des cerises. Une littérature s’invente au printemps 1871, qui ne se cantonne ni aux genres canoniques ni aux auteurs consacrés. A côté des romans, poèmes et pièces de théâtre, on trouve des chansons populaires, hymnes politiques, articles de presse, affiches placardées sur les murs, témoignages de combattants. Hugo, Flaubert, Rimbaud, Verlaine, Vallès voisinent avec Malvina Blanchecotte ou Alix Payen. L’extraordinaire foisonnement de textes lus et entendus dans les rues de Paris se retrouve dans les pages de cette anthologie.

Colloque : Jeu vidéo & romanesque

Colloque « Jeu vidéo & romanesque »

En raison de la situation sanitaire, les séances ont lieu à distance. Nous contacter pour obtenir le lien de connexion (isabelle.hautbout@u-picardie.fr; sebastien.wit@u-picardie.fr).

Jeudi 4 février 2021

9h15 – Ouverture du colloque – Anne Duprat (directrice du CERCLL, Université de Picardie-Jules Verne)

9h30 – 11h10 – Première session : « Du roman au jeu vidéo : l’adaptation en question »

Modération : Anne Duprat (Université de Picardie-Jules Verne)

  • Olivier Caïra (IUT Évry/EHESS), « Fidélité et écarts au roman dans Metro 2033 »
  • Benoiste Salembier (Université Catholique de l’Ouest), Stéphane Blocquaux (Université Catholique de l’Ouest) & Renaud Hétier (Université Catholique de l’Ouest), « Quand le roman policier devient un espace vidéoludique interactif pour enquêteurs virtuels »
  • Alina Nastase Gonzalez (Université de Caen Normandie), « La Bête humaine d’Émile Zola en serious game 2D : la programmation vidéoludique ou la refonte du romanesque » 

Continuer la lecture de Colloque : Jeu vidéo & romanesque

Parution : Tolkien and the Classical World

Hamish Williams (dir.), Tolkien and the Classical World, Walking Tree Publishers, 2021.

While scholars have often cited the influence of medieval texts and society on J.R.R. Tolkien’s seminal fantasy creations, the role of the classical world – the literature and thought of ancient Greece and Rome – has received far less attention.

This volume of essays explores various ways in which Tolkien’s literary creations were shaped by classical epic, myth, poetry, history, philosophy, drama, and language. In making such connections, the contributors to this volume are interested not simply in source-hunting but in how a reception of the classical world can shape the meaning we derive from Tolkien’s masterworks.

The contributions to this volume by Philip Burton, Łukasz Neubauer, Giuseppe Pezzini, Benjamin Eldon Stevens, Graham Shipley, and several other scholars should pave the way for further discussions between classical studies and fantasy studies.

Continuer la lecture de Parution : Tolkien and the Classical World

Parution : Cahiers de littérature orale, n°89, « L’heure du conte »

Michel Porret, Olivia Testori,  Frankenstein, le démiurge des LumièresGenève, Georg éditions, « L’Equinoxe », 2020.

Dans l’héritage naturaliste et expérimental des Lumières, à la croisée des romans philosophique, épistolaire, gothique, noir et d’épouvante, au carrefour du romantisme littéraire et de la « fiction scientifique », ce livre collectif évoque les thématiques et les questions religieuses, philosophiques, politiques, littéraires, esthétiques, épistémologiques et éthiques sur la connaissance, la science, le savant, le corps, l’identité, le genre, l’expérimentation, la loi, la création et la transmission de la vie, la post-humanité, le mal et la mort que pose en 1818 l’œuvre de Mary Shelley.

Autour du bricolage cadavérique de la créature, dont la bonté innée se brise sur le monde social qui la réprouve en sa difformité corporelle, comme incarnation du mal moral, l’ouvrage balise le périmètre culturel des sens, des usages et des représentations qu’induisent les lectures critiques, les déclinaisons et les réappropriations culturelles de Frankenstein.

Michel Porret est professeur d’histoire moderne à l’Université de Genève. Éminent spécialiste du droit de punir et de la médecine judiciaire, il est également co-directeur, avec F. Rosset et B. Baczko† du Dictionnaire critique de l’utopie (Georg, 2016).

Olinda Testori est doctorante en histoire moderne à l’Université de Genève.

Parution : Lire le récit multimodal, à la limite de ses habitudes

Côme Martin, Lire le récit multimodal, à la limite de ses habitudes
Presses Universitaires de Liège, « ACME », 2020.

Cet ouvrage se propose d’examiner des oeuvres, romans, bandes dessinées et récits numériques, qui déploient des stratégies multimodales innovantes et complexes dans la construction de leur narration, en postulant qu’elles peuvent mettre en difficulté leur lectorat et amener à les lire à la limite de ses habitudes. Les récits multimodaux contemporains étudiés en ces pages vont ainsi aller à l’encontre de l’horizon d’attente de leur lectorat et faire de l’acte de lecture, habituellement irréfléchi, un processus actif et volontaire.
Lire ces oeuvres multimodales à la limite de ses habitudes, c’est les considérer sous tous les angles et les approcher comme démonstrations les plus évidentes que l’aspect visuel d’un livre, dans sa totalité, repose sur un certain nombre de conventions désormais invisibles car assimilées par le lectorat. Parce que de tels dispositifs bouleversent nos habitudes de lecture, on ne peut les ignorer : ils amènent des anomalies ou des déviations invitant à être interrogées, analysées, explorées. C’est la feuille de route que se propose, modestement, cet ouvrage : à travers des oeuvres inhabituelles, dans tous les sens du terme, mettre en lumière différents aspects matériels et esthétiques du récit littéraire et graphique que l’on aurait tendance à tenir pour acquis.

Côme Martin est docteur en littérature contemporaine américaine ; il travaille sur les relations entre texte et image et sur les formes matérielles du livre, aussi bien en bande dessinée qu’au sein du roman.

Parution : Fantasy Art and Studies, Fantasy Art and Studies 8 : Tribute to Terry Pratchett/Fantasy humoristique

 
Ce numéro est dédié à Terry Pratchett, maître de la Fantasy humoristique, qui nous a quitté en 2015. Les auteurs et les chercheurs de ce numéro, introduit par un poème de Freyja Stokes, récipiendaire de la bourse Sir Terry Pratchett Memorial, reconnaissent l’influence et l’originalité de la fiction de Pratchett à travers 8 récits par de nouvelles voix de la Fantasy française et 4 articles analysant les œuvres de Pratchett et leurs adaptations. En prime, retrouvez un entretien avec Patrick Couton, le talentueux traducteur français des Annales du Disque-monde, l’œuvre phare de Pratchett, et le nouveau chapitre de la BD de Guillaume Labrude.
 
Ce numéro est illustré par Camille Courtois (couverture), Guillaume Labrude, Antoine Pelloux et Véronique Thill.

Colloque « Les genres du roman au XIXe siècle »

 

Colloque « Les genres du roman au XIXe siècle »

Université Paris 13 et BNF

les 13, 14 et 15 avril 2016

Télécharger ici le programme

Le XIXe siècle a vu s’opérer le « sacre du roman » (Mona Ozouf). La promotion de ce genre anciennement déprécié est liée à l’entreprise de légitimation qu’ont menée, dans leurs œuvres, quelques grands romanciers du siècle, comme Balzac et Zola. Elle se manifeste aussi par l’augmentation quantitative des romans publiés, la diversification des supports éditoriaux (volumes, feuilletons, recueils) ainsi que celle des modes de diffusion (cabinets de lecture, collections, compilations). Ces différents facteurs induisent une « spécialisation du roman », c’est-à-dire une division du genre romanesque en de multiples sous-genres. Roman noir, personnel, sentimental, historique, d’aventures, de mœurs, de cape et d’épée, mondain, psychologique, scientifique ne sont que quelques-unes des catégories permettant aux contemporains de fragmenter un domaine romanesque devenu immense. Cette multiplication est facilitée par la possibilité de définir un genre à partir de nombreux critères, plus ou moins pertinents. D’autres genres ont été oubliés : qui se souvient du roman ecclésiastique ou du roman militaire ? Alors que de nombreux travaux ont déjà permis de préciser les connaissances sur un genre particulier, nous souhaiterions porter un regard englobant et transversal sur cette division du roman en de multiples genres, qui nous semble constituer un enjeu majeur pour l’étude de la production littéraire au XIXe siècle.

 

Appel: Le roman graphiqué: des influences de la BD sur le roman

Le roman graphiqué: des influences de la BD sur le roman

Traduction du Roman de Frederic Tuten
Traduction du Roman de Frederic Tuten

D’une part, il existe des études sur la poésie influencée par la peinture ou sur le roman influencé par le cinéma; d’autre part, il existe des études sur les réalisateurs et films influencés par les « comics » (e.g. Resnais, les 300 de Miller/Snyder, ….) et sur la peinture utilisant les comics (e.g. Andy Warhol). Cependant, il n’y a rien ou presque sur le roman influencé par la BD ou les “comics”.

Y a-t-il des romans informés par la BD ? Continuer la lecture de Appel: Le roman graphiqué: des influences de la BD sur le roman

Appel : Le présent et ses doubles : anticipation, réalité décalée et uchronie dans le roman français contemporain (1950-2010)

megalopole

Le présent et ses doubles : anticipation, réalité décalée et uchronie dans le roman français contemporain (1950-2010)

Date de la journée : 30 janvier 2015 à la Maison de la Recherche de Paris-Sorbonne
Journée d’études de la SELF XX-XXI (Société d’Étude de la Littérature de langue Française des xxe et xxie siècles), organisée par Simon Bréan (Paris-Sorbonne) et Irène Langlet (Limoges), avec le soutien du CELLF (Paris-Sorbonne), de l’EHIC (Limoges) et de THALIM (Paris 3 Sorbonne Nouvelle).

Selon François Hartog, au xxe siècle s’est jouée une importante évolution dans le rapport au temps. Au « futurisme » – entendu « comme la domination du point de vue du futur » (Régimes d’historicité, 2012, p. 149) – se serait substitué le régime du « présentisme », Continuer la lecture de Appel : Le présent et ses doubles : anticipation, réalité décalée et uchronie dans le roman français contemporain (1950-2010)