Archives par mot-clé : rock / punk

Parution : Écrire l’histoire, n° 22, “Chanson, histoire, mémoire”

Écrire l’histoire, n° 22, “Chanson, histoire, mémoire”, dir. Jean Vigne, Paris, CNRS éditions, 2022.

« Les albums dignes d’intérêt avaient beau sortir par brassées, celui-là occultait tous les autres, comme s’il parvenait à concentrer sur ses quatre faces, au-delà de ses radicales qualités, le son de l’époque. On peut rationaliser tant qu’on veut, souligner la cohérence du projet, la qualité des morceaux, l’excellence de la production, l’atout majeur de London Calling, d’autant plus évident avec le recul, c’est que, comme tous les disques phares qui balisent l’océan du rock, il résume à lui seul un moment capital de l’histoire. » Antoine de Caunes, Dictionnaire amoureux du rock, 2e éd. Plon, 2020, article « Clash, The », p. 88.

Peut-on écrire l’histoire sans prêter l’oreille aux chansons ? Et les chanteurs, les chanteuses dont nous aimons fredonner les succès, ne sont-ils pas eux-mêmes les premiers chroniqueurs de notre histoire en train de se faire ? Alors que monte en puissance, dans le champ universitaire, la reconnaissance de la chanson comme vecteur poétique efficace d’un discours social et politique, et par conséquent comme objet historique majeur, notre dossier explore ces liens de la chanson avec l’histoire, sur la base d’exemples très variés, qui vont des couplets des légionnaires romains au rap français le plus contemporain, en passant par les refrains satiriques de la Fronde ou du règne de Louis XV, la romance du XIXe siècle, le musical hollywoodien, la canción protesta espagnole, cubaine ou vénézuélienne, le rock polonais de l’ère communiste, etc. Ces études de cas, focalisant le plus souvent l’attention sur un petit nombre de chansons soigneusement choisies, en mettant en valeur les traces d’une expérience individuelle et collective de la chanson, illustrent les enjeux politiques et mémoriels du genre, les façons très diverses dont il devient lieu de mémoire, dont il participe de l’écriture de l’histoire et suscite la curiosité légitime des historiographes, de Suétone à Robert Darnton, sans oublier Jules Michelet. Ce travail d’équipe, né dans la cadre du projet Idex L’Air du temps à l’Université de Paris (ANR-18-IDEX-0001), réunit les études convergentes de chercheuses et chercheurs venus de disciplines diverses (littérature, musicologie, histoire, sociologie) et soucieux de les faire dialoguer. Qu’ils en soient ici remerciés !

Continuer la lecture de Parution : Écrire l’histoire, n° 22, “Chanson, histoire, mémoire”

Parution : Fictions excitantes (Sébastien Hubier)

Sébastien Hubier, Fictions excitantes, Dijon, ABELL-CPTC, 2022.

Chez les nouveaux tartufes, la pornographie a mauvaise presse. Pourtant le sexe est aujourd’hui partout et sa représentation omniprésente est le phénomène majeur de notre hypermodernité. Le phénomène majeur, certes, mais aussi le plus contradictoire, car le sexe est, en somme, à la fois et totem et tabou : ce dont tout le monde se délecte mais ce dont il est socialement convenu de ne pas parler, sauf pour la blague.

C’est aux fictions qui mettent en scène le désir sexuel (et qui le provoquent) que s’intéresse le présent livre, afin d’en mesurer l’importance, d’en interpréter les sens, d’en dire les plaisirs, d’en pointer les travers. Étudiant aussi bien la littérature (Sade, Louÿs, Calaferte, Esparbec) ou les arts savants (de Giulio Romano à Jennifer Lacey et Nadia Lauro) que les arts de masse et de divertissement (modes vestimentaires, réclames et publicités, bandes dessinées, romans graphiques, vidéos en ligne ou musique rock), cet essai adopte conjointement trois perspectives afin de comprendre pourquoi les fictions excitantes occupent une place tellement importante dans nos cultures, pourquoi, des fresques antiques au porn en ligne, le sexe est peu à peu devenu un spectacle.

S’inscrivant en faux contre les approches normatives et essentialistes, cette triple perspective, anthropologique, psychologique et culturaliste, permet seule de saisir à quel point la pornographie est une construction idéologique reflétant les transformations macrosociologiques qui ont contribué à banaliser la figuration de la sexualité.

Continuer la lecture de Parution : Fictions excitantes (Sébastien Hubier)

Appels à contributions : Metal Music Studies (Journal)

Appels à contributions pour des numéros de Metal Music Studies 

Échéance des articles pour le numéro spécial ‘Fade to Black: Philosophy and Psychology Through Metallica’ : 31 janvier 2022

Échéances des propositions pour la section 2, “Is Metal a Subculture?” : 20 septembre 2022

This peer-reviewed journal provides a focus for research and theory in metal music studies, a multidisciplinary (and interdisciplinary) subject field that engages with a range of parent disciplines. It provides a platform for high-quality research and theory and aims to be a unique resource for metal music studies. It is the intellectual hub for the International Society of Metal Music Studies.

General Call for Papers

Metal Music Studies is explicitly multi-disciplinary and inter-disciplinary: embracing both musicological research and music theory about metal music, and social scientific and humanistic research about metal music as a genre. We are interested in original papers on metal music. We aim to receive contributions from researchers and theorists aligned with the subject field of metal music studies, but also researchers and theorists from other disciplines who feel that their interest in a form of popular music marginalizes them from the core debates in their discipline.

The journal consists of two sections: a main section for full papers; and a second section for shorter pieces, reflections and reviews.

We would be happy to receive contributions from scholars in the parent disciplines of music theory, musicology, aesthetics, music technology, performance, art, policy studies, politics, cultural studies, economics, pedagogy, sociology, linguistics, psychology, history, regional studies, theology, philosophy, and natural sciences. As well as new research and theory on metal music in all its forms, the journal will accept and commission shorter pieces from those involved in the metal music industry: journalists, label owners and other industry insiders, managers, musicians and fans.

Continuer la lecture de Appels à contributions : Metal Music Studies (Journal)

Colloque : “Punk is not dead” Une histoire de la scène punk en France (1976-2016) (BnF / Issy-Les-Moulineaux)

Colloque : “Punk is not dead” Une histoire de la scène punk en France (1976-2016)

9 h 30 – 18 h, BnF, François-Mitterrand, Petit auditorium
 
12 mars 2022, Réacteur, Issy-les-Moulineaux
 

À l’occasion de l’entrée des archives du groupe punk Bérurier noir à la BnF, un colloque revient sur un pan majeur de la contre-culture musicale incarnée par les Bérus à partir du début des années 1980.

Fanfan et Masto, deux membres du mythique groupe de rock alternatif Bérurier noir, ont fait récemment don de leurs archives à la BnF. Leurs manuscrits musicaux, affiches, brouillons, carnets de notes, correspondance, enregistrements sonore, agendas et articles de presse ont ainsi rejoint les collections du département de la Musique. Pour célébrer l’entrée de ce fonds, PIND et la BnF organisent un colloque, les 11 et 12 mars 2022, qui illustre tout un pan de l’histoire du rock alternatif en France.

Programme de la journée du 11 mars à la BnF

11 mars

10 h – 10 h 30 : Ouverture officielle du colloque

10 h 30 – 12 h 30 : Les Bérus, une question de génération ?
Les Bérus, comment ai-je pu passer à côté ? – Par Laurent Grün
Les Bérus en Normandie (1985-1987) : regards croisés – Par Christophe Pécout 
Ma rage n’est pas perdue : être lycéen au temps des Bérus – Par Sylvain Boulouque 
Itinéraires : écouter les Bérus, trouver sa « raïa » et devenir punk dans les années 2000 – Par Coralie Douat  

Continuer la lecture de Colloque : “Punk is not dead” Une histoire de la scène punk en France (1976-2016) (BnF / Issy-Les-Moulineaux)

Appel à contributions : la scène punk à Laval (1976-2016) (SCOMAM, Laval)

Journée d’étude : La scène punk à Laval (1976-2016) 

2 avril 2022, SCOMAM, Laval

Échéance des propositions : 10 mars 2022

Responsables scientifiques de la journée : Luc Robène, Manuel Roux et Solveig Serre

Cette trente-troisième journée d’étude en partenariat avec le 6PAR4 et Mayenne Culture s’inscrit dans le cadre du projet de recherche PIND (Punk is not dead, une histoire de la scène punk en France, 1976-2016), soutenu par le programme Intelligence des patrimoines du CESR, THALIM et la DRAC Île-de-France. Dès 1976, le punk est en France un phénomène total. La montée de sève qui propulse sur scène des groupes à peine formés et déjà célèbres à l’échelle de leur quartier, de leur ville ou de leur région montre combien le mouvement ne se limite pas à un phénomène parisien, même si la capitale constitue un centre de gravité qui attire ou, au contraire, qui suscite méfiance et défiance. Dans les années 1970, le punk à Laval c’est d’abord quarante gamins arborant épingles à nourrices et spikes sur cheveux verts, coincés entre pavillons et tours au cœur du quartier Saint-Nicolas, et les premiers groupes – Génocide, Détritus – qui réinventent une manière de sonner punk, avant d’envahir les locaux de Radio-Mayenne pour vibrer aux fulgurances de l’émission « Whasa Whasa ». C’est ensuite l’ébauche d’une scène qui se structure dans les années 1980 autour du disquaire indépendant Mélody, lieu de rencontre lavallois ouvert sur les contrées rennaises et mancelles, puis le festival de La Rouaudière qui mobilise les groupes locaux à l’image  de Réseau d’Ombres. C’est enfin l’ère des projets et des structures punk. En 1992, David Tessier et Patrick  Levanier fondent l’école Créazic, qui permet à un nombre important d’acteurs de la scène actuelle d’apprendre le « métier punk ». Sous l’impulsion de ses élèves, une scène s’organise autour de projets menés jusqu’à la côte bretonne, avant de résonner à l’international. Birds In Row qui signe en 2012 avec le label américain Deathwish, l’un des plus célèbres de la scène hardcore, est emblématique de cette dynamique, tout comme le projet porté par Amaury Sauvé pour construire un studio familial d’enregistrement entièrement DIY, devenu The Apiary, prisé par la sphère punk au niveau national et bien au-delà des frontières. Reconnue aujourd’hui pour ses initiatives inédites de rencontres intergénérationnelles mais également institutionnelles dans le développement des pratiques amateurs et professionnelles, la scène punk de Laval réinterroge fortement l’image traditionnelle du punk réduite aux formes de marginalités et de radicalités.

Cette journée d’étude consacrée à l’histoire du punk en Mayenne s’intéressera donc à la singularité de la scène lavalloise, aux jalons historiques qui marquent ses développements. Elle éclairera les réseaux et tensions qui définissent ses ancrages locaux, et régionaux, entre Rennes et Le Mans, elle questionnera son identité au cœur du punk national et international.  Les propositions de contribution (un titre, 20 lignes de résumé, 10 lignes de biographie) se feront avant le 10 mars 2022 aux adresses suivantes : solveig.serre@gmail.com; luc.robene@u-bordeaux.fr

Parution : Cover culture. La reprise dans la pop musique urbaine francophone (Buata B. Malela)

Buata B. Malela, Cover culture. La reprise dans la pop musique urbaine francophone, Les Éditions du Cerf, coll. “Cerf Patrimoines”, 2022.

La reprise dans la pop musique se comprend comme un phénomène social et un acte de réappropriation musicale propres à l’histoire culturelle. Le cas paradigmatique de la pop musique urbaine francophone se nourrit des grands principes de la reprise ou cover déjà développés dans le rhythm and blues, le rock ’n’ roll, le reggae jamaïcain, la culture DJ, la musique électronique et le rap. La pop musique urbaine s’enracine alors dans cet héritage musical à même de transformer la question du sujet en une expérience existentielle dans la cover. Ce livre examine cette idée en se reposant sur deux grands points : le traitement de la reprise dans l’histoire de la pop musique et l’étude systématique des catégories de la reprise en tant que manifestation concrète de la culture cover dans le monde social.

Buata B. Malela est maître de conférences habilité à diriger des recherches en littératures francophones à l’Université de Mayotte (France), chercheur associé à l’Université libre de Bruxelles et membre du laboratoire CEREDI (EA 3229). Ses recherches portent sur les littératures francophones, la théorie de la littérature et les cultures populaires.

Parution : Audimat 16

Audimat 16

Rap-de-mixtape
Abe Beame traduit par Hervé Loncan
 
Cela peut paraître bizarre à l’heure des sorties erratiques de singles en streaming, mais il fut un temps où les meilleur·e·s rappeurs et rappeuses se tiraient la bourre sur un format « mixtape », étrangement peu sensible aux variations de supports (cassettes, CD puis MP3). Format esthétique et commercial, la mixtape empruntait sa durée à celle de l’album (excédant parfois les plus longs d’entre eux) et, de plus en plus fréquemment au cours de son histoire, ses rythmes effrénés de parution aux sitcoms. Elle révéla quelques-uns des rappeurs les plus brillants et influents de leur génération – 50 Cent ou Fabolous. La seconde génération, en particulier, celle des Lil Wayne ou Gucci Mane, s’est montrée capable d’en enchaîner plusieurs par mois, donnant à voir le progrès de leurs flows presque en direct, générant sans cesse des punchlines sur le mode du flux de conscience, testant sans craintes des timbres vocaux ou des ad libs inédits. Nos camarades journalistes ayant surtout parlé de l’âge de la mixtape pour son économie et sa manière de préfigurer le marché dérégulé du streaming, il nous a paru important de revenir sur ce que la mixtape a pu porter au niveau du style et de la manière de rapper. Pour cela, nous sommes allés chercher l’un des meilleurs spécialistes en la personne de Josh Kaplan aka Abe Beame, de Passion of the Weiss, l’un des rares blogs à avoir continué après l’effervescence du milieu des années 2000 sans avoir à en rougir. Il nous replonge dans cette source vive, celle d’une certaine idée du rap comme délire fantaisiste presque ininterrompu, communiquant un mélange d’excès, de générosité et de tension dont l’influence reste perceptible chez les trappeurs et trappeuses d’aujourd’hui. 

Continuer la lecture de Parution : Audimat 16

Parution : Sex Revolts. Rock’n’roll, genre & rébellion (Simon Reynaud, Joy Press)

Simon Reynaud, Joy Press, Sex revolts. Rock’n’roll, genre & rébellion, La Découverte, 2021.

Iggy Pop a déclaré un jour, à propos des femmes : « Aussi intimes qu’on puisse devenir, je les laisserai toujours tomber. C’est de là que vient ma musique. » Cette férocité masculine, cette répulsion vis-à-vis du féminin, c’est le rock’n’roll à son paroxysme. Que l’on songe aux hymnes machistes des Rolling Stones, au punk et sa glorification de l’abject, ou au culte que Can et Brian Eno vouent à la Terre Mère, la rébellion rock masculine s’est souvent ancrée dans un imaginaire où les femmes étaient sinon absentes, du moins allégoriques ou reléguées à l’arrière-plan.
Sex revolts est le premier ouvrage à faire l’analyse des multiples « misogynies rebelles ». Depuis les premiers rockeurs jusqu’au gangsta rap, en passant par le jazz, le psychédélique, le glam et le postpunk, il dresse un impressionnant panorama de la culture et des artistes rock dans leurs relations au « féminin ». Parallèlement aux généalogies d’une contre-culture qui, depuis les années 1960, s’est attachée à déconstruire certaines formes de masculinité tout en demeurant profondément misogyne, Sex revolts retrace aussi l’histoire de la rébellion des femmes dans le rock ; celle de musiciennes qui, telles Patti Smith, Siouxsie Sioux ou Courtney Love, ont dû composer avec cet héritage majoritairement masculin pour créer leur propre répertoire et libérer leur propre énergie.

Simon Reynolds est un critique musical anglais parmi les plus influents de sa génération. Plusieurs de ses livres ont été traduits en français, notamment Rétromania (Le Mot et le Reste, 2012) et Le Choc du glam (Éditions Audimat, 2020).

Journaliste et éditrice étatsunienne, Joy Press est notamment l’autrice de Stealing the Show : How Women Are Revolutionizing Television (Faber & Faber, 2018).

Marion Brachet (EHESS)

marion.brachet@ehess.fr

Marion Brachet (Dax, 1996) est doctorante en musicologie à l’EHESS – École des Hautes Études en Sciences Sociales (Paris, France) et à l’Université Laval (Québec, Canada). Elle a travaillé de 2019 à 2021 comme chargée d’enseignement à l’EHESS dans le master Arts, Littératures, Langages. Après avoir soutenu en 2018 un mémoire de master sur les récits dans le rock progressif, elle travaille maintenant à une thèse de doctorat portant sur les récits des musiques rock et folk des années 1960 à 1980. Elle cherche à comprendre ce que racontent respectivement les chansons rock et folk, comment les récits y sont mis en musique, mais aussi comment ils sont perçus par les auditeurs et dans quelle mesure ils participent à la définition des traditions rock et folk.

Doctorante en cotutelle : EHESS, ED 286, mention « Musique, histoire, société »

Université Laval (Québec, Canada), département de Musicologie

Directeurs de thèse : Esteban Buch (EHESS) et Serge Lacasse (ULaval)

Sujet de thèse : La narrativité dans les musiques populaires : enjeux génériques et politiques des musiques rock et folk des années 1960 aux années 1980

Centres de recherche : CRAL (EHESS) / OICRM-ULaval

Mémoire de master : « Les récits dans le rock progressif. Approches croisées en narratologie et musicologie », sous la direction de Marc Chemillier. Master Arts et Langages, EHESS, soutenu en 2018. https://www.academia.edu/39159191/Les_r%C3%A9cits_dans_le_rock_progressif_Approches_crois%C3%A9es_en_narratologie_et_musicologie

Continuer la lecture de Marion Brachet (EHESS)

Parution : Modulations. Dans la guerre froide – la révolte et son double. Rock, soul, reggae et autres musiques (collectif)

Modulations. Dans la guerre froide – la révolte et son double. Rock, soul, reggae et autres musiques, ouvrage collectif, traduit de l’anglais par Pauline Bruchet et Benjamin Fau, Allia, 2021. 

“En intégrant dans leur musique les bruits de la ville, en trafiquant le cœur de leurs machines, en plongeant tête la première dans des univers mystérieux, en réactivant des rituels oubliés et en s’imaginant de nouvelles identités, ces musiciens se sont ouverts à l’idée que la machine, supposée nous déshumaniser, peut très bien, en réalité, nous rendre plus humains.”

Si vous cherchez un point commun entre Daft Punk et Karlheinz Stockhausen, Giorgio Moroder et Aphex Twin, Public Enemy et Brian Eno, n’allez pas plus loin : ils font tous partie de la plus grande aventure musicale de la fin du XXe siècle (et du début de ce siècle), celle des musiques électroniques. Du futurisme italien jusqu’aux travaux de déconstruction sonore des musiciens de house ou de downtempo, depuis les montages de bandes magnétiques des précurseurs de la musique concrète jusqu’à l’extrémisme brutal du gabber et la douceur ouatée de l’ambiant, en passant par les fulgurances des pionniers de la musique hip-hop et les visions électro-funk des inventeurs de la techno de Detroit, Modulations est la première histoire raisonnée de ces musiques publiée en France. Chaque chapitre, rédigé par un spécialiste, à la fois amoureux sonique et critique érudit, couvre une période de leur développement ou une branche de leur activité créative. Des annexes complètent le panorama en s’attardant sur les sous-genres les plus importants et les styles connexes, tandis que des transcriptions d’interviews donnent la parole aux acteurs eux-mêmes. S’adressant au néophyte autant qu’à l’amateur éclairé, Modulations offre au lecteur les clefs pour comprendre le texte et le contexte d’une musique qui a révolutionné notre approche tant de la composition que de l’écoute musicale, en réconciliant avant-garde et grand public.

Sommaire