Archives par mot-clé : rock / punk

Marion Brachet (EHESS)

marion.brachet@ehess.fr

Marion Brachet (Dax, 1996) est doctorante en musicologie à l’EHESS – École des Hautes Études en Sciences Sociales (Paris, France) et à l’Université Laval (Québec, Canada). Elle a travaillé de 2019 à 2021 comme chargée d’enseignement à l’EHESS dans le master Arts, Littératures, Langages. Après avoir soutenu en 2018 un mémoire de master sur les récits dans le rock progressif, elle travaille maintenant à une thèse de doctorat portant sur les récits des musiques rock et folk des années 1960 à 1980. Elle cherche à comprendre ce que racontent respectivement les chansons rock et folk, comment les récits y sont mis en musique, mais aussi comment ils sont perçus par les auditeurs et dans quelle mesure ils participent à la définition des traditions rock et folk.

Doctorante en cotutelle : EHESS, ED 286, mention « Musique, histoire, société »

Université Laval (Québec, Canada), département de Musicologie

Directeurs de thèse : Esteban Buch (EHESS) et Serge Lacasse (ULaval)

Sujet de thèse : La narrativité dans les musiques populaires : enjeux génériques et politiques des musiques rock et folk des années 1960 aux années 1980

Centres de recherche : CRAL (EHESS) / OICRM-ULaval

Mémoire de master : « Les récits dans le rock progressif. Approches croisées en narratologie et musicologie », sous la direction de Marc Chemillier. Master Arts et Langages, EHESS, soutenu en 2018. https://www.academia.edu/39159191/Les_r%C3%A9cits_dans_le_rock_progressif_Approches_crois%C3%A9es_en_narratologie_et_musicologie

Continuer la lecture de Marion Brachet (EHESS)

Parution : Modulations. Dans la guerre froide – la révolte et son double. Rock, soul, reggae et autres musiques (collectif)

Modulations. Dans la guerre froide – la révolte et son double. Rock, soul, reggae et autres musiques, ouvrage collectif, traduit de l’anglais par Pauline Bruchet et Benjamin Fau, Allia, 2021. 

“En intégrant dans leur musique les bruits de la ville, en trafiquant le cœur de leurs machines, en plongeant tête la première dans des univers mystérieux, en réactivant des rituels oubliés et en s’imaginant de nouvelles identités, ces musiciens se sont ouverts à l’idée que la machine, supposée nous déshumaniser, peut très bien, en réalité, nous rendre plus humains.”

Si vous cherchez un point commun entre Daft Punk et Karlheinz Stockhausen, Giorgio Moroder et Aphex Twin, Public Enemy et Brian Eno, n’allez pas plus loin : ils font tous partie de la plus grande aventure musicale de la fin du XXe siècle (et du début de ce siècle), celle des musiques électroniques. Du futurisme italien jusqu’aux travaux de déconstruction sonore des musiciens de house ou de downtempo, depuis les montages de bandes magnétiques des précurseurs de la musique concrète jusqu’à l’extrémisme brutal du gabber et la douceur ouatée de l’ambiant, en passant par les fulgurances des pionniers de la musique hip-hop et les visions électro-funk des inventeurs de la techno de Detroit, Modulations est la première histoire raisonnée de ces musiques publiée en France. Chaque chapitre, rédigé par un spécialiste, à la fois amoureux sonique et critique érudit, couvre une période de leur développement ou une branche de leur activité créative. Des annexes complètent le panorama en s’attardant sur les sous-genres les plus importants et les styles connexes, tandis que des transcriptions d’interviews donnent la parole aux acteurs eux-mêmes. S’adressant au néophyte autant qu’à l’amateur éclairé, Modulations offre au lecteur les clefs pour comprendre le texte et le contexte d’une musique qui a révolutionné notre approche tant de la composition que de l’écoute musicale, en réconciliant avant-garde et grand public.

Sommaire

Parution : Trans-Global Punk Scenes. The Punk Reader Volume 2

Russ Bestley, Mike Dines, Paula Guerra and Alastair Gordon (eds.), Trans-Global Punk Scenes. The Punk Reader Volume 2, Intellect Books, 2021. 

The second offering in Intellect’s Global Punk series, this edited volume is an interdisciplinary exploration of contemporary trans-global punk scenes. 

While the punk scenes and subcultures of the late 1970s and early 1980s are well known and well documented, the proliferation of punk after the year 2000 has been far less studied. Trans-Global Punk Scenes brings together contributors from a range of disciplines to examine the global influence of punk in the new millennium, with a focus on punk demographics, the evolution of subcultural punk styles, and the notion of punk identity across cultural and geographic boundaries.

International in scope and analytical in perspective, the chapters offer insight into the dissemination of punk scenes and their form, structure, and contemporary cultural significance in New Zealand, Indonesia, Singapore, Ireland, South Africa, Mexico, the UK and US, Siberia and the Philippines. Continuer la lecture de Parution : Trans-Global Punk Scenes. The Punk Reader Volume 2

Parution : Des cris et des crêtes. Chanter punk en français (1977-1989)

Olivier Migliore, Des cris et des crêtes. Chanter punk en français (1977-1989), Riveneuve, « En marge ! », 2020. 

Troisième ouvrage de la collection sur le punk « En marge ! » pilotée par des chercheurs reconnus sur le phénomène de la voix dans le punk, entre violence et insolence, à travers les outils de la musicologie, la linguistique et l’analyse du signal acoustique.

Le troisième ouvrage d’une collection « En marge ! » sur le punk et les cultures marginales qui s’impose
Une analyse hors pair sur la voix dans le punk, entre violence et insolence, à travers les outils de la musicologie, la linguistique et l’analyse du signal acoustique.
Un ouvrage très graphique de format élégant, avec un couverture de couleur et des rabats souples.

Appel à communications : « Vive le feu ! » Bérurier Noir branché sur courant alternatif

« VIVE LE FEU ! »

Bérurier Noir, branchés sur courant alternatif

 Ça a existé, ici, en France…

Ça n’est pas encore assez su mais il s’est passé quelque chose de puissant et de profond au sein de la société française des années 80. Une agitation, plus qu’une révolte à proprement parler, qui a secoué ces années Mitterrand pendant lesquelles fut enterré l’espoir d’une révolution socialiste et même d’un simple changement qui transformerait la vie de tous. L’expression fut musicale, rageuse et festive, mais plus fondamentalement elle fut l’expression d’une immense envie de vivre et de vivre libre, c’est-à-dire libéré des carcans imposés par une société vieille, vieille de ses sempiternelles considérations « bourgeoises ». Sans doute y avait-il encore un écho lointain de 68, mais sans le soulèvement et avec une génération toute fraîche qui n’avait pas connu l’effervescence de mai, parce qu’elle était précisément sortie du ventre maternel à peu près à ce moment là, ou juste après. Une réplique, éloignée donc, du même cri de la jeunesse, contre la pesanteur étouffante de la société.

Apparu dans les squats puis sur les petites scènes de MJC avec des groupes chantant presque exclusivement en français, ce souffle naît aussi des derniers soubresauts importés du punk anglais de la décennie précédente. Même si l’énergie est sensiblement la même, le phénomène est bien différent dans le sens où l’esprit et les formes du mouvement sont nourris de conditions socioculturelles bien d’ici, en faisant un bouillonnement de culture tout à fait hexagonal. Il s’agissait d’insuffler un peu de jus et de décibels dans cette société française un peu terne et timorée, de vivre à nouveau au contact cru de la liberté, de crier, de créer, de vivre comme on voulait, entre « nous » les jeunes, à notre sauce (tomato Ketchup bien sûr), avec nos haines, nos joies et nos peines.

 Le phénomène n’a pas duré, à peine une décennie, et fut d’ailleurs baptisé «  alternatif », comme si le retour inexorable du continu devait dès le départ l’emporter sur cette fièvre trop forte pour être autre chose que passagère. Mais dans cette parenthèse, que d’aventures et de rages existentielles se sont jouées ! C’est pour cela que trente cinq ans plus tard, dans la jeunesse à son tour renouvelée, beaucoup les connaissent et les écoutent encore, y retrouvent quelque chose de sismique et d’authentiquement jouissif.

 Ce cri de la jeunesse, même s’il a été porté par beaucoup de groupes dans cette décennie (Oberkampf, La souris déglinguée, Ludwig von 88, Les Endimanchés, Les Wampas, etc.), s’est surtout incarné dans Bérurier Noir. « Les Bérus » sont, et de loin, le groupe phare de la scène underground française de l’époque, du « rock alternatif » comme on l’a appelé. À l’occasion d’une poignée d’albums et d’un peu plus de concerts, ils ont marqué profondément de leur rage contagieuse le paysage affectif de leur génération, des squats parisiens aux cours de lycée de province. Peu médiatisés évidemment, ils ont cependant massivement investi les radiocassettes et les conversations d’une frange de la jeunesse qui a étrenné avec eux sa sensibilité révoltée et une forme encore tâtonnante de radicalité. Continuer la lecture de Appel à communications : « Vive le feu ! » Bérurier Noir branché sur courant alternatif

Journée d’étude : La scène punk en France (1976-2016) : Punk sur les ondes

La scène punk en France (1976-2016) : Punk sur les ondes

26 novembre 2020  

Maison de La Conversation, 10-12 rue Maurice Grimaud 75018 Paris

Responsables de la journée : Monique Blanquer, Luc Robène et Solveig Serre

Cette trente-troisième journée d’étude, en partenariat avec Radio Nova, Les Inrockuptibles, La Maison de la Conversation et l’INA, s’inscrit dans le cadre du projet de recherche PIND (Punk is not dead. Une histoire de la scène punk en France, 1976-2016), soutenu par le CNRS et l’ANR.

Le punk est-il soluble dans la radio ? La radio en tant que média s’est-elle nourrie du punk au point d’en adopter l’éthique, les pratiques ? Quels liens peut-on identifier pour accréditer l’hypothèse d’une symbiose entre punk et cultures radiophoniques ? 

Par les lois du 9 novembre 1981, puis du 29 juillet 1982, le pouvoir politique ouvre les ondes et permet aux Français de créer des radios dites « libres », à condition de se constituer en association et de ne tirer aucun bénéfice de la publicité. La radio qui n’apparaissait jusqu’alors que comme le reflet d’une culture commerciale ou « mainstream », articulée à un monopole d’État ou, a contrario, comme une forme de transgression jouissive inscrite dans l’interdit et l’impertinence des « radios pirates » (Radio Caroline au large des eaux territoriales, Radio Campus en France), devient immédiatement une pratique largement partagée dans le pays : dès les premiers mois, ce sont des centaines de radios libres qui émergent dans l’hexagone, déployant des trésors de débrouillardise pour offrir de nouvelles voies d’expression face à « l’ordre médiarchique ». Cette énergie créatrice et ce bricolage radiophoniques entrent en résonance avec les développements de la scène punk, l’invention de réseaux de diffusion (groupes et concerts de rock), la création de labels indépendants et de fanzines. Si la plupart des radios libres n’ont qu’une existence éphémère, rapidement noyées dans la dynamique commerciale de la bande passante FM, ou carrément interdites par la puissance publique (Radio Carbonne 14 est interdite d’antenne en août 1983), un certain nombre de structures historiques perpétuent depuis leur origine une forme de résistance contre-culturelle (Radio FMR à Toulouse, La clef des Ondes à Bordeaux, PunK à Poitiers, Radio Béton à Tours, etc.). D’autres stations comme radio Nova créée en 1981 par Jean-François Bizot, alors patron d’Actuel, ont tracé leur route en capitalisant l’énergie contre-culturelle des années « pirates » (Radio verte, Radio Ivre, station Nova-Ivre) pour penser des lendemains radiophoniques innovants en imaginant et déclinant des contenus susceptibles d’intégrer l’imagination, l’inédit, les regards décalés. D’autres enfin, comme la radio pirate de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes, liées à des contextes et des conjonctures singulières, appellent une réflexion plus spécifique encore, invitant à mesurer finement l’apport, le rôle et la place, des 102 émissions radiophoniques à tendance punk répertoriées aujourd’hui en France.

C’est à cette créativité, à cette résistance radiophonique et aux archives et témoignages de la contre-culture des ondes que s’intéresse cette journée d’étude, ainsi que, de manière plus large, à la mise en onde du punk.

Les propositions de communications (un titre, dix lignes d’intention) seront envoyées avant le 5 novembre 2020 aux adresses suivantes : solveig.serre@gmail.com ; luc.robene@u-bordeaux.fr.

Parution : La critique musicale au XXe siècle

Timothée Picard (dir.), La critique musicale au XXe siècle, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2020

Cet ouvrage est la première synthèse d’envergure consacrée à la critique musicale occidentale au XXe siècle. Il explore la multiplicité des visages que revêt la musique – classique, jazz, rock, chanson, musiques actuelles – et toutes les formes que prend la critique musicale spécialisée ou généraliste. Il passe en revue les principales théories et conceptions de la critique musicale, les acteurs types ainsi que les genres et formes qu’ils pratiquent. Les spécificités propres à tel pays et telle aire culturelle considérés y sont analysées. Apport décisif à l’histoire culturelle du XXe siècle, ce livre s’impose comme une contribution majeure à une réflexion sur le genre et la pratique de la critique en général. Continuer la lecture de Parution : La critique musicale au XXe siècle

Publication : Popular Music and Countercultures, n°1

The first issue of the French edition of « Popular Music and Countercultures » is now out and online.

Full table of contents: https://www.cairn.info/revue-volume-2012-1.htm

To purchase/subscribe from beyond France: http://volume.revues.org/1643

CONTENT

– Introduction

– Sheila Whiteley, « Contre-cultures et Musiques Populaires – présentation »

– Andy Bennett, « Réévaluer la “contre-culture” »

1. Théoriser les Contre-Cultures

  • Ryan Moore, « “Break on Through” : La Contre-culture et l’apogée de la modernité américaine »
  • Simon Warner, « “The Banality of degradation”: Andy Warhol, le Velvet Underground et l’esthétique trash »

II. Les Scènes Contre-Culturelles – Musique & Espace

  • Giovanni Vacca, « Musique et contre-cultures en Italie : la scène napolitaine »
  • Aline Macke, « Les Taqwacores : émergence d’une contre-subculture américano-musulmane ? »
  • Fabien Hein, « Le DIY comme dynamique contre-culturelle : l’exemple de la scène punk rock »
  • Gildas Lescop, « Les skinheads : du reggae au RAC. Le passage d’une contre-culture à une contre-contre-culture sous influence musicale »
  • Philippe Birgy, « “Si cette histoire vous amuse, on peut la recommencer” : Le yéyé et l’importation de l’Amérique »

Notes de Lecture – Contre-Cultures

  • Ian Inglis : Andy Bennett (ed.) (2004), Remembering Woodstock, Farnham & Burlington : Ashgate.
  • Michaël Rolland : Claude Chastagner (2012), Révoltes et Utopies. Militantisme et contre-culture dans l’Amérique des années soixante, Paris : Presses Universitaires de France.
  • Elsa Grassy : Barbara Lebrun (2009), Protest Music in France: Production, Identity and Audiences, Farnham : Ashgate.
  • Hazel Marsh : Ian Peddie (ed.) (2011), Popular Music & Human Rights I & II, Farnham & Burlington : Ashgate.
  • Richard Elliott : Keith Negus (2008), Bob Dylan, Sheffield : Equinox.
  • Patrick Burke : Russell Reising (ed.) (2006), Speak to Me: The Legacy of Pink Floyd’s The Dark Side of the Moon, Aldershot & Burlington : Ashgate.
  • Peter Mills : Kevin Fellezs (2011), Birds of Fire: Jazz, Rock, Funk and the Creation of Fusion (Refiguring American Music), Durham : Duke University Press

Varia

  • Olivier Julien, « “Make-Believe Ballroom Times” : de l’influence du DJing sur les modes d’interprétation et de composition des musiques populaires anglo-américaines »

An English version of this issue will be published, with new papers, in 2013 by Ashgate.

Parution : Punkademics, Zack Furness (dir.)

Punkademics

Edited by Zack Furness

The basement show in the ivory tower…

In the thirty years since Dick Hebdige published Subculture: The Meaning of Style, the seemingly antithetical worlds of punk rock and academia have converged in some rather interesting, if not peculiar, ways. A once marginal subculture documented in homemade ‘zines and three chord songs has become fodder for dozens of scholarly articles, books, PhD dissertations, and conversations amongst well-mannered conference panelists. At the same time, the academic ranks have been increasingly infiltrated by professors and graduate students whose educations began not in the classroom, but in the lyric sheets of 7” records and the cramped confines of all-ages shows.

Continuer la lecture de Parution : Punkademics, Zack Furness (dir.)