Archives par mot-clé : rire

Colloque international : “Les publics de l’humour” (RIRH – Réseau Interdisciplinaire de Recherche sur l’Humour)

Colloque international : “Les publics de l’humour”

24-25 novembre 2022

Centre de colloques du Campus Condorcet (Place du Front populaire, Aubervilliers)

Organisé par le RIRH – Réseau Interdisciplinaire de Recherche sur l’Humour

Présentation

Ce colloque international, organisé par l’association RIRH – Réseau Interdisciplinaire de Recherche sur l’Humour, propose de produire une photographie des travaux portant sur la question de la réception et des publics de l’humour. Il s’agit de mettre à l’honneur un ensemble de perspectives et d’approches (littérature, histoire, sociologie, traduction, études théâtrales, sciences de l’information et de la communication, science politique) pouvant contribuer, par leurs réflexions épistémologiques, leurs analyses de terrain et leurs méthodologies variées à saisir et interroger les contours de ces publics. Qu’est-ce que les publics de l’humour ? Comment les définir ? Comment les appréhender ? Comment se matérialisent-ils ? Autant de questions que ce colloque international souhaite traiter. Continuer la lecture de Colloque international : “Les publics de l’humour” (RIRH – Réseau Interdisciplinaire de Recherche sur l’Humour)

Appel à contributions : Humour et Moyen Âge, de Rabelais à Twitter (séminaire “Modernités médiévales”, en ligne)

Appel à propositions pour le séminaire 2022-2023 de l’association « Modernités médiévales » : Humour et Moyen Âge, de Rabelais à Twitter

Date limite d’envoi des propositions : 10 septembre 2022

Date des réponses du comité scientifique : 20 septembre 2022

Le séminaire « Humour et Moyen Âge, de Rabelais à Twitter » de l’association « Modernités médiévales » s’intéressera en 2022-2023 aux usages humoristiques associés à la période médiévale et à son imaginaire au fil de l’histoire.

On voit en effet se développer aujourd’hui un humour médiévaliste, et s’il a déjà été étudié sur son versant audiovisuel, c’est par exemple moins le cas pour ses déclinaisons sur les médias numériques ou sur les réseaux sociaux, qui se sont en particulier fait remarquer en France durant la période très incertaine des débuts du COVID. L’on y revisite aussi bien les enluminures (Simon de Thuillières) et la langue médiévale pour commenter l’actualité (compte Twitter @Jehan le Brave) que des tubes des années 80 dans le sillage du « bardcore », avec des exemples comme Hildegard Von Binglin ou Maître Frelon (« Elle a les yeux arquebuse »). Le jeu sur un faux ancien français, expérimental et potache, reposant surtout sur la réinvention lexicale, serait une sorte de retour aux sources fantasmé en même temps peut-être qu’une forme de parade (aux deux sens du terme : résistance et ostentation) au franglais, au globish… 

Cette nouvelle sociabilité et ces pratiques humoristiques contemporaines en lien avec le médiéval nous invitent à nous demander avec Michèle Gally, dans son dernier ouvrage, A la croisée des temps. Les avatars littéraires du Moyen Âge, « quelle représentation du passé (et ce qu’il contribue à en construire) et aussi quel souci le geste de remonter au Moyen Âge – et non à une autre époque – engagent chez nos contemporains » (CNRS Editions, 2022, p. 189). Rit-on du Moyen Âge ou des représentations et visages qu’on lui prête ? Les temps épidémiques sont-ils à l’origine de rapprochements ? Rit-on avec le Moyen Âge, contre lui ? A côté ou en opposition à lui ? Cette recréation témoignerait peut-être aussi de « l’attitude inquiète vis-à-vis du présent et de l’avenir », souligne ainsi Michèle Gally (p. 191).

Continuer la lecture de Appel à contributions : Humour et Moyen Âge, de Rabelais à Twitter (séminaire “Modernités médiévales”, en ligne)

Appel à contributions : Les publics de l’humour (Sorbonne Nouvelle / Campus Condorcet)

Colloque international RIRH – Paris 2022 : Les publics de l’humour

24 et 25 novembre 2022, Sorbonne Nouvelle / Campus Condorcet – Aubervilliers

Échéance des propositions : 30 juin 2022

Ce colloque international, organisé par l’association RIRH – Réseau Interdisciplinaire de Recherche sur l’Humour, propose de produire une photographie des travaux portant sur la question de la réception et des publics de l’humour. Il s’agit de mettre à l’honneur un ensemble de perspectives et d’approches (littérature, histoire, sociologie, traduction, études théâtrales, sciences de l’information et de la communication, science politique) pouvant contribuer, par leurs réflexions épistémologiques, leurs analyses de terrain et leurs méthodologies variées à saisir et interroger les contours de ces publics. Qu’est-ce que les publics de l’humour ? Comment les définir ? Comment les appréhender ? Comment se matérialisent-ils ? Autant de questions que ce colloque international souhaite traiter.

 L’humour, entre ambivalence et plaisir 

Quoique l’humour soit indissociable du rire qu’il est censé provoquer, les travaux qui se développent depuis plusieurs années dans le champ des études sur l’humour ou humour studies explorent peu la question de la réception et encore moins celle des publics. Au cœur de plusieurs écrits fondateurs du champ se tient une interrogation sur le pouvoir de l’humour. Les œuvres Bergson (2004 [1900]) et Bakhtine (1970 [1965]), devenues canoniques, initient une véritable réflexion sur les effets de l’humour, et accordent à l’humour tantôt une fonction de régulation sociale, tantôt un pouvoir de déstabilisation des normes et de l’ordre social. Les travaux qui ont suivi (Benton, 1988 ; Powell, 1989 ; Lloyd, 2001 ; Westwood, 2004) n’ont jamais véritablement tranché ces dilemmes. Les uns avancent que l’humour, la blague et la dérision reproduisent, voire renforcent la structure sociale par son pouvoir correcteur. Les autres répliquent que l’humour et la comédie sont autant de moyens déployés pour résister, défier et subvertir les modèles dominants.
D’autres travaux interrogent le lien entre la déstabilisation que l’humour peut produire et la part de jouissance que semble désigner le déclenchement du rire. Pour Mary Russo (1986) et Kathleen Rowe (1995) qui explorent, après Hélène Cixous dans Le Rire de la Méduse (2010 [1975]), le potentiel subversif de l’humour en termes de genre, le corps féminin grotesque se distingue par son indiscipline et la mise en échec des tentatives de contrôle. Pour Nelly Quemener (2014), les « troubles dans le genre » produits par les pratiques de travestissement, le brouillage du masculin au féminin ou encore les personnages poussant à leur paroxysme les codes de la masculinité et féminité sont indissociables du plaisir esthétique à voir un corps se transformer. La part subversive de ces performances humoristiques repose alors sur la jouissance provoquée par le spectacle de ces corps en mouvement et le renversement des attendus de la féminité et de la masculinité. Subversion et plaisir deviennent un des ressorts de « succès » de ces performances auprès des publics, selon une procédure proche de l’expérience cathartique évoquée par Umberto Eco (1984).

Continuer la lecture de Appel à contributions : Les publics de l’humour (Sorbonne Nouvelle / Campus Condorcet)

Parution : Clowns ! (Pascal Jacob)

Pascal Jacob, Clowns !Paris, Seuil, coll. “Beaux Livres”, 2021

Photographies de Christophe Raynaud de Lage

Drôle, fantasque, ubuesque ou terrifiant, le clown nourrit notre imaginaire depuis l’enfance. Façonné par William Shakespeare, Molière, Alfred Jarry, Federico Fellini ou Stephen King, le clown ne connaît pas les frontières pour s’exprimer. Tomber pour faire rire est un mécanisme joyeux qui remonte probablement à l’aube de l’humanité. Bouffons, fous et farceurs sont les grands ancêtres du clown qui puise dans ses origines à la fois sacrées et profanes pour émouvoir ou divertir.

Abondamment illustré, cet ouvrage retrace la généalogie d’un personnage hors du commun, né sur les planches du théâtre élisabéthain, mais qui a très vite conquis le monde du cirque pour s’y épanouir dès le XVIIIe siècle. De nombreux documents inédits, issus des fabuleuses collections de la Bibliothèque nationale de France, racontent une histoire singulière en contrepoint des photographies de Christophe Raynaud de Lage pour un regard exceptionnel sur l’univers clownesque où la mémoire est toujours imprégnée d’une vision contemporaine.

Aujourd’hui, de la scène à la piste, de la rue à l’hôpital, féminin, social ou politique, le clown est partout !

Parution : De quoi se moque-t-on ? Satire et liberté d’expression (dir. Cédric Passard et Denis Ramond)

Cédric Passard et Denis Ramond (dir.), De quoi se moque-t-on ? Satire et liberté d’expression, CNRS Editions, 2021

Qu’elle provienne du Canard enchaîné, des Guignols de l’info ou de Dieudonné, la satire frappe et scandalise. Elle bouscule les normes sociales et dérange le politique en usant d’armes singulières : le comique, l’exagération et la caricature. Distincte du simple pamphlet, elle est d’abord un genre littéraire et artistique dans lequel le satiriste oppose ses valeurs morales à une réalité qu’il juge absurde.
Les attentats contre Charlie Hebdo de 2015, les polémiques à répétition au sujet de dessins de presse et de certains registres humoristiques révèlent que la satire se situe sur une ligne de crête : dénonçant les travers de la société ou le ridicule de certains comportements, elle est souvent accusée de mépriser les plus faibles et de tourner en dérision les choses les plus sacrées. En réunissant historiens, juristes, philosophes, politistes, sociologues et linguistes, cet ouvrage offre un large regard sur la pratique satirique, sur les contraintes qui l’entourent et les conditions qui la rendent possible, notamment les contours de la liberté d’expression. Il examine la façon dont la satire se construit entre conventions artistiques et règles juridiques, comment elle a évolué dans ses formes, ses contenus et ses stratégies depuis le XIXe siècle jusqu’à ses usages politiques récents, en particulier pendant les élections présidentielles de 2017.
Alors qu’elle doit désormais jouer avec un nouvel « esprit de censure », la satire montre qu’elle est depuis bien longtemps l’art périlleux de choisir ses cibles.

Avec les contributions de Marc Angenot, Paul Aron, Laurent Bihl, Marlène Coulomb-Gully, Laurence Danguy, Philippe Darriulat, Marie Duret-Pujol, Guillaume Grignard, Pierre-Emmanuel Guigo, Guy Haarscher, Olivier Ihl, Dominique Lagorgette, Jacques Le Rider, Nelly Quemener, Denis Saint-Amand, Carole Talon-Hugon, Léa Tilkens, Dominique Tricaud et David Vrydaghs.

Continuer la lecture de Parution : De quoi se moque-t-on ? Satire et liberté d’expression (dir. Cédric Passard et Denis Ramond)

Parution : L’Empire du rire. XIXe-XXIe siècles (Dir. Letourneux & Vaillant)

Matthieu Letourneux, Alain Vaillant (dir.), L’Empire du rire. XIXe-XXIe siècles, CNRS Édition, 2021

PRÉSENTATION

Avec l’avènement de la démocratie, le rire apparaît comme un bien commun, partagé par tous et irriguant la totalité de l’espace public. Ce rire démocratique prend aussi appui sur la puissance de propagation et d’innovation des nouvelles industries médiatiques, qui acquièrent un poids économique et une force de frappe incomparables : acteur majeur de notre culture moderne du loisir et du divertissement, le rire s’est imposé à tous et constitue aujourd’hui l’un des moteurs de la société marchande et du consumérisme. Mais le rire répond aussi à un besoin anthropologique plus large : il soulage face aux angoisses de l’existence, et permet d’expérimenter le plaisir de la connivence sociale et celui de la fantaisie imaginative.

Pour lui restituer toute sa richesse, cet ouvrage a choisi de multiplier les angles d’approche, en proposant à la fois une histoire culturelle du rire, une description de ses formes et des techniques utilisées, une réflexion théorique sur ses usages dans l’espace social.

Tous les aspects du rire y sont envisagés de façon transdisciplinaire : des catégories du risible aux cibles du rire, de l’esthétique du rire à son usage au service des idéologies – à travers les beaux-arts, la littérature, la caricature, les arts de la scène, la télévision et les médias, la publicité, internet. Dans cette encyclopédie stéréoscopique du rire, abondamment illustrée, on aura encore plaisir à retrouver, au fil des pages et des images, toutes les grandes figures de l’humour depuis près de deux siècles. Il s’agira donc de prendre au sérieux la culture du rire, et de mesurer le rôle capital qu’elle a pu jouer dans l’histoire de notre modernité.

Continuer la lecture de Parution : L’Empire du rire. XIXe-XXIe siècles (Dir. Letourneux & Vaillant)

Appel À contribution: Quêtes littéraires, N°10, Caricature – l’art de démesure

Intrinsèquement liée aux arts plastiques, la caricature graphique a l’habitude d’accompagner le texte sous forme de feuilles volantes, gravures, dessins ou illustrations. Cependant, elle n’hésite pas à se parer de mots pour tenter les plus illustres des hommes de lettres, tels que Molière, Zola, Balzac ou Baudelaire, qui lui ont consacré de longues réflexions théoriques, ou bien l’ont pratiquée en composant des portraits ridicules de leurs personnages. Tout en reconnaissant la valeur de la caricature elle-même, les artistes étaient pourtant loin de la jauger unanimement. Les uns, tel Racine dans Les Plaideurs, louaient le procédé de « pousser les choses au delà du vraisemblable » pour faire « discerner le vrai au travers du ridicule ». Les autres, au contraire, avouaient la mépriser profondément, comme les frères Goncourt qui rabaissaient au niveau du loisir bourgeois « ce plaisir bas de la dérision plastique, cette récréation de la laideur, cet art qui est à l’art ce que la gaudriole est à l’amour » (Journal, 1860). Or, tous s’accordent à dire que la caricature s’assoit sur une charge ou un poids (de l’italien caricare « charger »), ce qui fait qu’elle n’est point une reproduction ni une imitation, mais qu’elle consiste à interpréter la réalité.
Continuer la lecture de Appel À contribution: Quêtes littéraires, N°10, Caricature – l’art de démesure