Archives par mot-clé : révolution

Parution : La Commune en romans (Rocambole n°95/96)

Rocambole, « La Commune en romans », dir. Daniel Compère, n°95/96, été-automne 2021 (à paraître)

Le Rocambole ne pouvait ignorer le 150e anniversaire de la Commune de Paris. Non pour célébrer l’événement ou l’analyser, ni parce qu’il s’agit d’une insurrection populaire, mais parce que de nombreux romanciers l’ont vécu et s’en sont inspirés. Comme l’affaire Dreyfus, elle a divisé pour longtemps les Français, entre fédérés et Versaillais, insurgés et légitimistes. Aujourd’hui, les passions sont retombés (enfin presque !) et voici le temps de regarder ce qu’en disent les romanciers populaires.
Nous sommes en effet frappés — encore une fois — que les ouvrages et articles qui ont l’ambition d’observer les relations entre les écrivains et la Commune, ignorent les romans populaires, ou quasiment tous. Cette ignorance tient au fait que les auteurs de ces travaux en restent souvent aux auteurs légitimés et ne pensent pas à sortir un peu de ce domaine bien balisé. Certes, s’intéresser aux romans populaires demande plus de travail : il faut les repérer dans la presse ou sous des plumes peu connues, les trouver, les lire, les analyser. Mais, comme vous le verrez à la lecture de ce dossier, la recherche en vaut la peine. Il y a des textes tout à fait passionnants dans le secteur qui nous intéresse. Et ils ne manquent pas !

Continuer la lecture de Parution : La Commune en romans (Rocambole n°95/96)

Parution : Nous nous reverrons aux barricades. Les feuilletons des journaux de Proudhon (1848-1850) (Vittorio Frigerio)

Nous nous reverrons aux barricades. Les feuilletons des journaux de Proudhon (1848-1850), Vittorio Frigerio, UGA Éditions, 2021.

Considéré d’habitude comme le «père» de l’anarchisme français, Pierre-Joseph Proudhon entretient un rapport ambivalent avec la création littéraire. Cet essai retrace la relation de Proudhon à la littérature, telle qu’elle apparaît à travers ses ouvrages, pour ensuite analyser les discours tenus dans ses quatre journaux sur les triomphes du roman-feuilleton et qui ébauchent la théorie d’un feuilleton progressiste et révolutionnaire, capable de diffuser auprès du lectorat populaire, par le biais de la fiction, les idées et les théories qui aideront à son affranchissement. Une présentation des romans-feuilletons parus dans le journal Le Peuple est suivie par une étude plus approfondie de l’un d’entre eux, le roman Le Mont Saint-Michel, qui narre les aventures d’un groupe de républicains lors du célèbre épisode de la barricade du cloître Saint-Merry, clou tragique de l’insurrection avortée de 1832. Convoquant de nombreux auteurs connus (Michelet, Stendhal, Victor Hugo et Alexandre Dumas père) et oubliés, cette analyse veut offrir une réflexion sur la nature du roman historique et de l’écriture historiographique pendant une période clef pour leur développement.

Continuer la lecture de Parution : Nous nous reverrons aux barricades. Les feuilletons des journaux de Proudhon (1848-1850) (Vittorio Frigerio)

Parution : Nous nous reverrons aux barricades. Les feuilletons des journaux de Proudhon (1848-1850) (Vittorio Frigerio)

Vittorio Frigerio, Nous nous reverrons aux barricades. Les feuilletons des journaux de Proudhon (1848-1850), UGA Éditions, Collection « Bibliothèque stendhalienne et romantique »

Histoire ou fiction ? Qui dit la vérité ? Parcours croisés de romanciers et d’historiens atour des barricades de juin 1832.

À propos de l’ouvrage

Considéré d’habitude comme le « père » de l’anarchisme français, Pierre-Joseph Proudhon entretient un rapport ambivalent avec la création littéraire. Cet essai retrace tout d’abord la relation de Proudhon à la littérature, telle qu’elle apparaît à travers ses ouvrages. Il analyse ensuite les discours tenus dans ses quatre journaux sur les triomphes du roman-feuilleton, visant la conception d’un feuilleton révolutionnaire capable de diffuser auprès du lectorat populaire, par le biais de la fiction, les idées et les théories qui aideront à son affranchissement.

L’auteur

Vittorio Frigerio est professeur émérite de l’Université Dalhousie (Halifax, Canada). Il est Directeur de publication de la revue en ligne Belphégor et a été pendant dix-huit ans rédacteur en chef de la revue Dalhousie French Studies.

La collection « Bibliothèque stendhalienne et romantique »

Approfondir la connaissance de l’œuvre de Stendhal est l’un des objectifs principaux d’une collection née dans une université qui a porté son nom et lui consacre des travaux depuis plusieurs décennies.

 

UGA Éditions

UGA Éditions est la maison d’édition pluridisciplinaire de l’Université Grenoble Alpes, signe fort de son engagement dans sa mission de diffusion de la recherche et des savoirs. Pour faire face aux défis liés aux mutations de l’édition universitaire, UGA Éditions développe de nouveaux supports, de nouvelles thématiques, et ouvre son catalogue à un lectorat plus large tout en assurant l’excellence scientifique de ses publications. 

Continuer la lecture de Parution : Nous nous reverrons aux barricades. Les feuilletons des journaux de Proudhon (1848-1850) (Vittorio Frigerio)

Appel à contributions : Les esthétiques du désordre. Pour une autre généalogie de l’utopie.

Ouvrage collectif :  Les Esthétiques du désordre. Pour une nouvelle généalogie de l’utopie

Échéances des propositions : 4 juillet 2021

Dirigé par Aurore Turbiau, Samy Lagrande, Judith Cohen

Appel

L’ouvrage Les Esthétiques du désordre. Pour une nouvelle généalogie de l’utopie vise à proposer une relecture du genre de l’utopie sous l’angle du désordre, de l’anarchie, de la déconstruction et de la destruction.

L’utopie est ordinairement définie comme un genre fictionnel et politique apparu à la suite de l’œuvre éponyme de Thomas More en 1516, Utopia. Ce modèle classique de l’utopie, celui de la fiction méditative, semble, aujourd’hui encore, nourrir les imaginaires – bien que d’autres modèles eussent pu, dans l’histoire, le remplacer.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Les esthétiques du désordre. Pour une autre généalogie de l’utopie.