Archives par mot-clé : représentations

Appel à contributions : Figures mythiques nordiques dans les cultures contemporaines (Université de Caen-Normandie)

Journée d’étude Figures mythiques nordiques dans les cultures contemporaines 

18 novembre 2022, Université de Caen-Normandie

Échéance des propositions : 10 mai 2022

Organisée en partenariat avec le festival Les Boréales et la bibliothèque Alexis de Toqueville

Dans la culture actuelle, on trouve un grand nombre de figures issues des récits du passé mais réinterprétées pour qu’elles puissent parler au public d’aujourd’hui. Ainsi les personnages mythologiques, folkloriques, historiques, légendaires et littéraires réapparaissent de nos jours dans la littérature générale et de jeunesse, dans la bande dessinée et le dessin animé, dans le cinéma et les séries télévisées, ainsi que dans les jeux vidéo et les jeux de société. 

Parmi ces figures, celles issues des cultures nordiques semblent particulièrement intéresser le public actuel, que ce soit le « Viking » et les anciens dieux et héros, ou les créatures folkloriques comme le troll ou le métamorphe, ou bien d’autres personnages emblématiques. Ces figures mythiques sont entourées de mystère, ce qui permet une exploitation assez libre.

Cette journée d’étude a pour objectif d’analyser comment l’image de ces figures mythiques, telles qu’on les connait à travers les sources anciennes disponibles (les Eddas, les Sagas, les légendes populaires, le Kalevala, etc.), a évolué à travers le temps et se transmet aujourd’hui notamment à travers la culture populaire, à la fois à l’intérieur de l’aire géographique nordique et à l’étranger. Qu’est-ce qu’elles ont pour fasciner toujours autant, voire davantage ? Quels objectifs servent-elles aujourd’hui ? 

Les propositions,  d’environ 400 mots et accompagnées d’une courte bio-bibliographie, peuvent être envoyéesjusqu’au 10 mai 2022.

Contact : Annelie Jarl Ireman annelie.jarl@unicaen.fr

Appel à contributions : Queering Blackness : cultures populaires et représentations noires non-binaires à l’ère post-Obama (Paris 8)

Journée d’études organisée par TransCrit (Transferts Critiques anglophones) : Queering Blackness : cultures populaires et représentations noires non-binaires à l’ère post-Obama

Jeudi 17 novembre 2022, Université Paris 8 Vincennes–Saint-Denis

Échéance des propositions : 30 avril 2022

Conférence plénière : Alfred L. Martin (University of Iowa)

Scroll down for English 

Queer, fluid, gender-queer, nonconforming, gray, neutrois, agender, non-binary, pan… autant de termes, mots-valises, emprunts ou raccourcis qui rivalisent à nommer le rejet des normes sociétales états-uniennes, si influentes à l’international. Mais, dans cette société américaine, ce rejet revêt-il, lui aussi, des tendances normatives, disproportionnellement racisées, socialement marquées ? Ou bien émane-t-il fondamentalement des populations les plus opprimées, à la fois hautement vulnérables et combatives ? 

Ces questionnements évoluent en parallèle de la longue lutte pour les droits civiques aux États-Unis, toile de fond théorique et militante qui se poursuit aussi bien avec l’élection du premier président noir d’une nation qui, seulement cinquante ans plus tôt, séparait sa population en fonction de sa race, qu’à travers l’essor du mouvement #BlackLivesMatter sous la présidence Trump, la pandémie et ses inégalités. Aussi, que cela signifie-t-il qu’un corps non-blanc, faussement accusé d’être né hors-sol, dont le deuxième prénom est homonyme de l’ennemi public à l’international des années quatre-vingt-dix, accède à la plus blanche des maisons américaines ? Quelles implications sa position de Président ont-elles eu alors qu’il a dû, avec sa famille hétéronormée africaine américaine, passer la main à son premier critique, parangon d’une Amérique nostalgique du « bon vieux temps », époux d’une troisième femme d’origine slovène et patriarche de multiples lits ? Les cartes de l’hétéronormativé cisgenre WASP sont-elles dorénavant redistribuées aléatoirement au sein d’un château dont l’équilibre ne serait plus dépendant de critères normatifs obligatoires ? Ou, au contraire, gardent-elles leurs pouvoirs de domination, tels les atouts d’une partie éternellement rejouée ? Les cultures populaires reflètent ces interrogations qui parcourent la société états-unienne et offrent de nouveaux modèles sans pouvoir ou vouloir toujours contrecarrer des stéréotypes bien ancrés d’hyper-virilité et/ou hypersexualité noires américaines, parfois soulignés par leur déni même.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Queering Blackness : cultures populaires et représentations noires non-binaires à l’ère post-Obama (Paris 8)

Parution : “Amour fou et crimes en séries. Quand le polar ausculte les abîmes” (La Revue des lettres modernes)

La Revue des lettres modernes, 2022-3, série « Séries policières », n° 2, “Amour fou et crimes en séries. Quand le polar ausculte les abîmes”, dir. Isabelle Casta, 2022. 

Isabelle Rachel Casta, «Amour (devenu) fou et crimes en séries. Quand le polar ausculte les abîmes» – Cédric Pérolini, «Le rose et le noir, roman d’amour vs roman policier? Quête amoureuse et enquête criminelle dans les romans de Léo Malet» – Aziza Benzid, «À la recherche de l’amour perdu, ou la mort retrouvée dans la trilogie policière de Jean-Claude Izzo » – Paul Bleton, « Desseins assassins. Après le Mur, à l’Est, interférences, amours et crimes» – Cédric Hannedouche, « La belle inconnue. Génétique de la femme fatale dans des productions littéraires et cinématographiques» – Caroline GRanieR, «À cause des garçons? Les femmes détectives face aux flèches de Cupidon : résistance et autodéfense ! » – Isabelle Rachel Casta, « Amour et case prison. Oz, ou la passion empêchée » – Beverly MaR- chand, « Hannibal Lecter et le trouble amoureux. De la “femme du vampire” aux “amants tueurs” » – Thierry JandRok, « L’amour à mort ! »

Table des matières (PDF)

Bon de commande (PDF)

 

Appel à contributions : “School Fantasy / École et Fantasy” (revue Fantasy Art and Studies)

Appel à contributions : Fantasy Art and Studies, “School Fantasy / École et Fantasy”

Échéance des propositions : 30 mars 2022

(English version below)

Du célèbre château de Poudlard au lycée de Sunnydale, en passant par l’académie de magie d’Aretuza, la Fantasyprend régulièrement pour cadre des écoles, en particulier lorsqu’il s’agit de s’adresser à de jeunes lecteurs et spectateurs. Cet espace familier, potentiellement rassurant, peut alors dissimuler nombre de mystères, depuis des passages secrets dissimulés par magie jusqu’à des enseignants-vampires, suscitant tantôt inquiétude, tantôt émerveillement.

Si la dimension éducative est parfois représentée par des relations individualisées entre maître et élève, comme dans The Sword in the Stone ou Mistress Masham’s Repose de T. H. White, les œuvres de Fantasy semblent le plus souvent privilégier des relations collectives d’enseignement, proposant ainsi des cadres narratifs plus proches de la réalité quotidienne des lecteurs. C’est bien entendu le cas des différents tomes de la saga Harry Potter de J. K. Rowling et, de même, des aventures d’Amandine Malabul, sorcière maladroite de Jill Murphy, immense source d’inspiration de J. K. Rowling. La présence d’un groupe-classe augmente alors les possibilités de rebondissements surnaturels, apportant encore plus de dynamisme à l’intrigue. Outre ces séries à succès où les protagonistes quittent peu voire pas l’espace scolaire, il serait possible de multiplier à l’envi les titres d’œuvres de Fantasy se déroulant dans une école, ou prenant pour sujet principal des questions éducatives : Le Sorcier de Terremer, The Magicians, L’École du Bien et du Mal, Umbrella Academy, Mortilège, The Shadow of What Was Lost, Novice Dragoneer, A Deadly Education

Pourquoi les écoles fascinent-elles tant la Fantasy ? S’agit-il simplement de profiter d’une proximité avec le cadre quotidien des jeunes lecteurs et lectrices ? Ou la Fantasy voit-elle dans ces espaces éducatifs un potentiel merveilleux permettant de réenchanter le monde ? Le numéro 13 de la revue bilingue Fantasy Art and Studies propose d’étudier ce lien étroit qui unit la Fantasy et l’école. Cette réflexion sur la représentation de l’école en Fantasy pourra d’ailleurs être étendue aux autres espaces éducatifs (collège, lycée, université, etc.), qui sont régulièrement mis en scène dans les littératures de l’imaginaire.

Continuer la lecture de Appel à contributions : “School Fantasy / École et Fantasy” (revue Fantasy Art and Studies)

Parution : Les Nouveaux Avatars du roman policier, (dir. Moez Lahmédi & Kamel Feki)

Moez Lahmédi & Kamel Feki (dir.), Les Nouveaux Avatars du roman policier, Paris, Classiques Garnier, coll.” Rencontres”, 2022.

Les études réunies dans cet ouvrage tentent d’explorer la fiction criminelle contemporaine à partir de nouvelles voies d’étude : stéréotypes antiféministes, nécropoétique, intermédialité, réécriture subversive, dénonciation sociopolitique, etc.

Table des matières

Appel à contributions : Pustules, virus et bien être. Le corps sanitaire et la bande dessinée (Angoulême, CIBDI)

Colloque : Pustules, virus et bien être. Le corps sanitaire et la bande dessinée

Angoulême, CIBDI

Échéance des propositions : 12 avril 2022

Les soins, la situation des hôpitaux, les politiques de santé publique ont pris une place considérable auprès de l’opinion publique depuis la crise ouverte par la propagation de la covid 19. Actrices et acteurs de la vie politique, journalistes, observateurs, épidémiologistes, médecins et personnels soignants, patientes et malades, écrivains et autrices, et bien d’autres encore, se sont mobilisés, ont été affectés, ont été meurtris… Les débats portent à la fois sur les symptômes, les risques, les mesures à prendre, les comportements individuels et les conduites collectives… La fin d’un fléau, une guérison ou même une rémission permettent de porter un regard différent sur l’existence humaine. Une pandémie ou une longue maladie sont aussi des moments où chacun peut apprécier les instants passés, les périodes d’accalmie, voir se projeter dans l’avenir. 

Le 9e art a depuis longtemps traité des épidémies fulgurantes et des virus ravageurs. Les dessinateurs et scénaristes ont porté une grande attention aux manifestations visibles. La purulence, les croutes et cicatrices annoncent de redoutables manifestations. Les albums qui évoquent la conquête du Nouveau Monde, et la disparition des civilisations précolombiennes, évoquent les combats et le choc culturel, mais aussi les ravages provoqués par la rougeole qui décime des milliers d’Indiens. 

Les pandémies comme la peste noire qui vit disparaître un tiers de la population européenne, sont l’objet des nombreux récits. Tout récemment, Eric Stalner et Cédric Simon ont traité par l’entremise d’un personnage, appartenant à l’ordre des hospitaliers, de l’apparition de la peste en 1347.  Un navire à la dérive, sans âme qui vive si ce n’est des rats qui contamine tous les compagnons de Baldus, le personnage principal (2021). Plus didactique, en direction d’un lectorat juvénile, Fabrice Erre et Sylvain Savola, ont entrepris de faire l’ Histoire d’une pandémie (2020). D’autres albums n’ont pas hésité à traité d’un épisode historique comme la peste qui s’abat sur Marseille en 1720 (Fred Lévy et Frédéric Chabaud, 2021 ) emportant la moitié de la population. La sarabande morbide ne s’arrête pas à ces albums. Des héros comme Jen (2017), maître Pancacre (adaptation de Marcel Pagnol en  2019) font plonger les lectrices et lecteurs dans des univers où les peurs, les superstitions, les égoïsmes, les rejets mais aussi les solidarités se bousculent.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Pustules, virus et bien être. Le corps sanitaire et la bande dessinée (Angoulême, CIBDI)

Parution : Petits soldats dans la Grande Guerre. Les combattants juvéniles dans la littérature française entre 1914 et 1918 (Daniel Aranda)

Daniel Aranda, Petits soldats dans la Grande Guerre. Les combattants juvéniles dans la littérature française entre 1914 et 1918, Presses Universitaires de Lyon, 2022. 

Disponible au format numérique sur OpenEdition

Entre 1914 et 1918, la littérature populaire et de jeunesse met régulièrement en scène des enfants et des adolescents qui aspirent à se battre contre l’ennemi allemand. Leur engagement est poutant illicite : l’âge minimum requis pour rejoindre l’armée est de 17 ans.

Victime, fugueur, vengeur, frondeur, le personnage du combattant juvénile est d’autant plus apprécié du public que les romanciers savent tirer parti du patriotisme propre à la période. Mais ces auteurs cherchent également à peser sur l’opinion des lecteurs, sur leurs convictions. Entre littérature et propagande, ils rusent alors avec les contraintes réglementaires pour justifier les actions de leurs jeunes héros.

Exhumant un corpus de romans, nouvelles, contes journalistiques ou historiettes, dont une grande partie, publiée dans des périodiques, était tombée dans l’oubli, Daniel Aranda propose dans cet ouvrage une analyse de ce personnage politiquement incorrect qu’est l’enfant-soldat. Véritable métaphore de la France en danger de mort des premiers mois du conflit, ce dernier sera concurrencé puis supplanté par la figure du « poilu », représentatif de la guerre de position des années suivantes. Une anthologie vient compléter cette étude, offrant à la lecture une trentaine de ces textes jusqu’alors introuvables.

Daniel Aranda est agrégé en lettres, docteur en littérature générale et comparée et maître de conférences en langue et littérature françaises à l’Université de Nantes. Il est également membre du Centre de recherche en éducation de Nantes (CREN EA2661). Il interroge la notion de personnage à travers les phénomènes de récurrence romanesque et de morphogenèse dans le domaine du conte populaire.

Appel à contributions : “Crossing drawn borders: bande dessinée et migration” (Scritture migranti 16/2022 Special issue)

Scritture migranti 16/2022 – EN/FR/IT – Special issue – Crossing drawn borders: bande dessinée et migration

Échéance des propositions : 28 février 2022

FR:

Ce numéro spécial de Scritture migranti vise à explorer la représentation des récits de migration dans la bande dessinée.

La production de bandes dessinées traitant du thème de la migration est en plein dynamisme. Les graphic memoirs, les autobiographies, le BD reportage et les romans ethnographiques – pour ne citer que quelques genres – se sont fréquemment emparés des expériences de migration internationale passées et contemporaines. Une production aussi vaste et florissante invite à réfléchir sur le rôle de la bande dessinée comme support spécifique pour raconter les phénomènes migratoires, et encourage une exploration plus approfondie de la manière dont les nouvelles connaissances sur la migration peuvent circuler par le biais de la bande dessinée. Des études récentes ont abordé le sujet sous différents angles, comme la mémoire et la représentation de l’expérience des migrant·e·s (Serrano 2021), le postcolonialisme (McKinney 2021), les récits autobiographiques et mémoriels (Nabizadeh 2019), les passés traumatiques (Davies et Rifkind 2020), les aspects émotionnels (Humphrey 2017), la politique et l’esthétique (Earle 2020 ; Nabizadeh 2014), les topographies (Rifkind 2017) et les braided geographies (Davies 2019).  

Nous sommes donc intéressés par un large éventail de contributions qui explorent davantage l’intersection entre la bande dessinée et la migration, et qui étudient la manière dont la bande dessinée attire l’attention sur les problèmes urgents de la migration. Nous accueillons donc des propositions issues de différents contextes disciplinaires pour étudier la manière dont les causes, les mécanismes et la dynamique de la migration sont représentés dans les bandes dessinées. Afin de mieux comprendre comment les bandes dessinées contribuent à forger notre connaissance de la migration, nous accueillons des propositions sur la bande dessinée et la migration déclinées en trois axes principaux :

Continuer la lecture de Appel à contributions : “Crossing drawn borders: bande dessinée et migration” (Scritture migranti 16/2022 Special issue)

Appel à contributions : Féminisation de la chanson ? Approches théoriques et empiriques (2000 -2022) (Université de Strasbourg)

Journées d’étude : Féminisation de la chanson ? Approches théoriques et empiriques (2000 -2022)

Université de Strasbourg, 29 – 30 juin 2022

USIAS, CREAA 

Échéance des propositions : 31 janvier 2022

Coordination : Isabelle Marc (USIAS Strasbourg, Universidad Complutense) et Barbara Lebrun (University of Manchester, GB)

Comité scientifique : Cécile Prévost-Thomas (Université Sorbonne Nouvelle, CERLIS), Céline Pruvost (Université de Picardie, CERCLL), Catherine Rudent (Université Sorbonne Nouvelle, CERLIS), Chris Tinker (Heriot Watt University, GB)

Depuis le tournant du 21e siècle, l’essor, la visibilité et le succès des femmes dans les musiques populaires en France ont trouvé leur pendant universitaire dans l’éclosion des travaux sur la place des femmes et les représentations du genre et de la sexualité en chanson (Prévost-Thomas, Ravet et Rudent 2005 ; Prévost-Thomas et Ravet 2007 ; Pénet 2007 ; Hirschi 2017 ; Chaudier 2018 ; Pruvost 2018 ; Deniot 2019, entre autres). De façon plus ou moins directe, ces publications rejoignent la recherche internationale sur le féminisme, le genre, et les identités queer dans la littérature, le cinéma, et, bien- sûr, dans la popular music anglophone (Frith et McRobbie 1990 ; McClary 1991 ; O’Brien 1995 ; Whiteley 1997, 2000 et 2006 ; Brett et al. 2006 ; Jarman-Ivens 2007 et 2011, parmi beaucoup d’autres). Partant d’une conception pragmatique de la notion de genre, défini comme outil d’analyse des rapports de pouvoir entre les pôles du féminin et du masculin propres aux sociétés patriarcales (Octobre 2014), ces journées d’étude souhaitent revenir sur la profusion de talents féminins dans la chanson d’expression française et discuter des changements esthétiques et sociaux qu’elle accompagne, promeut et représente. Ce que nous appelons la féminisation de la musique populaire en France servira de point de départ pour explorer les rapports actuels entre les genres humains, qu’ils soient masculins, féminins ou autres, et les genres musicaux. 

Continuer la lecture de Appel à contributions : Féminisation de la chanson ? Approches théoriques et empiriques (2000 -2022) (Université de Strasbourg)

Parution : La ville en planches. Bande dessinée et mondes urbains (dir. Pascal Robert)

Pascal Robert (dir.), La ville en planches. Bande dessinée et mondes urbains, Hermann, 2021. 

La ville est actuellement une question vive. La bande dessinée s’en est emparée depuis longtemps. Pour autant, l’analyse de ses représentations bédéiques reste encore largement à investir et ce livre collectif ne sera qu’une pierre à un édifice qu’il faudra encore largement enrichir. La ville est un «  objet  » complexe, ou plutôt un complexe d’objets qui ne relèvent pas forcément de l’évidence  : la bande dessinée, justement, en offre, si on accepte de la regarder avec attention, des objets inattendus comme l’incommunication ou un rayon lumineux, par exemple. Ce qui signifie aussi que ce livre porte moins sur la représentation de la ville en bande dessinée qu’il ne s’interroge sur leur relation. Parce que la bande dessinée peut, à sa manière, documenter la ville ou intervenir dans le processus même de sa production. Parce que, lorsqu’elle met en scène la ville, elle ne manque pas de questionner, sur un mode théorique, le statut de la ville dans un récit de bande dessinée  : est-ce un simple décor, ou bien tout autre chose  ? À quoi sert-elle dans la dynamique narrative  ? Quel rôle joue-t-elle  ? Parce que ville et bande dessinée peuvent partager la question de la marge ou de la fenêtre et nouer un dialogue à ce sujet. Il se dégage, dès lors, deux grandes logiques dans ces approches  : l’une qui explore plutôt l’urbain comme un jeu de cadres et l’autre qui explore plutôt les interstices, le presque rien et le décalage.