Archives par mot-clé : représentations

Parution : Inclusive Screenwriting for Film and Television (Jesse King)

Jesse King, Inclusive Screenwriting for Film and Television, Routledge, 2022. 

Breaking down the traditional structures of screenplays in an innovative and progressive way, while also investigating the ways in which screenplays have been traditionally told, this book interrogates how screenplays can be written to reflect the diverse life experiences of real people.

Author Jess King explores how existing paradigms of screenplays often exclude the very people watching films and TV today. Taking aspects such as characterization, screenplay structure, and world-building, King offers ways to ensure your screenplays are inclusive and allow for every person’s story to be heard. In addition to examples ranging from Sorry to Bother You to Portrait of a Lady on Fire, four case studies on Killing Eve, Sense8, I May Destroy You, and Vida ground the theoretical work in practical application. The book highlights the ways in which screenplays can authentically represent and uplift the lived experiences of those so often left out of the narrative, such as the LGBTQIA+ community, women, and people of color. The book addresses a current demand for more inclusive and progressive representation in film and TV and equips screenwriters with the tools to ensure their screenplays tell authentic stories, offering innovative ways to reimagine current screenwriting practice towards radical equity and inclusion.

This is a timely and necessary book that brings the critical lenses of gender studies, queer theory, and critical race studies to bear on the practice of screenwriting, ideal for students of screenwriting, aspiring screenwriters, and industry professionals alike.

Jess King is an Instructor of Screenwriting and Cinema Production at DePaul University, USA. Jess is an educator, scholar, and interdisciplinary filmmaker, teaching courses in screenwriting, independent television, and film analysis. King’s creative scholarship revolves around frameworks for reimagining screenwriting for inclusion and social justice.

Continuer la lecture de Parution : Inclusive Screenwriting for Film and Television (Jesse King)

Séminaire doctoral science-fiction, séance 2 (Université Gustave Eiffel)

Séminaire doctoral Science-fiction, séance 2 : “Politiques de l’imaginaire“.

Vendredi 13 mai 2022, 10h-13h, Université Gustave Eiffel (Noisy-Champs).

Inscription : frederic.guignard@unil.ch  

La séance s’interrogera sur la possibilité ou l’impossibilité pour les littératures de l’imaginaire d’échapper au politique. Le choix de coordonnées spatio-temporelles implique un choix de référentiel idéologique qui force souvent à problématiser l’assentiment immédiat au « réel » (naturalisé libéral, dans les fictions qui nous intéressent). S’ils ont longtemps été réaffirmation de valeurs, « massage idéologique » (R. Bozzetto) pour la classe moyenne américaine, la science-fiction et les genres apparentés contiennent un potentiel révolutionnaire indéniable (sur les enjeux de genre, climatiques ou d’organisation économique). Il s’agira également de comprendre comment chaque sous-genre de l’imaginaire (SF, fantasy, utopies) configure spécifiquement son champ politique.

Organisateur : Frédéric Guignard
Médiatrice : Margot Châtelet

Intervenant·es :
– Aliénor Vauthey (Université de Lausanne)
– Manon Berthier (UPEC)
– Frédéric Guignard (Université de Lausanne)

Répondante : Anne Besson, professeure en littérature générale et comparée à l’Université d’Artois

Continuer la lecture de Séminaire doctoral science-fiction, séance 2 (Université Gustave Eiffel)

Parution : Cahiers Robinson n° 51, “Ces petites filles qui lisent”

Cahiers Robinson, n° 51, “Ces petites filles qui lisent”, Artois Presses Université, 2022. 

Les récits, littéraires comme audiovisuels, multiplient les personnages de jeunes lectrices, dont l’identité se définit, ou même se résume à ce rapport privilégié aux livres et au savoir. Certaines sont passées à la postérité, comme Jo March, Hermione ou Matilda, et incarnent à elles seules ce motif littéraire de « la fille qui lit ».

Le fait qu’un personnage féminin lise, – souvent avec plaisir et régularité -, joue un rôle narratif essentiel dans ces œuvres où les héroïnes utilisent leurs lectures pour dynamiser le récit et venir à bout de périls variés, selon l’idée « scientia potentia est ». Car les filles lisent aussi autre chose que des romans et des contes, et emploient ce goût éclectique pour s’émanciper, aider leurs amis ou même sauver le monde.

Sommaire « Ces petites filles qui lisent »

Introduction – Justine Breton 

Enjeux intertextuels et métatextuels dans Matilda de Roald Dahl : portrait d’une lectrice idéale – Florence Casulli 

Hermione Granger ou les multiples facettes de l’héroïne lectrice du monde de Harry Potter – Marie-France Burgain

Jo March, héroïne littéraire et modèle d’identification – Priscille Croce

Aléthiomètre et mains d’animiste : lectrices atypiques dans À la croisée des mondes et La Passe-miroir – Amelha Timoner

Les paradoxes de la jeune lectrice dans la littérature de jeunesse : entre marginalisation et héroïsation de la lectrice – Nadège Langbour

Images de fillettes lectrices dans l’album pour la jeunesse : du stéréotype au motif littéraire – Christiane Connan-Pintado

Lire pour se réinventer : ce que re-content les réécritures du Petit Chaperon rouge – Pascale Hellégouarc’h

Formes et uniformes de la lectrice à l’écran : représentation, monstration et identification – Vincent Baudart

Les filles veulent tout simplement lire des bandes dessinées : la déconstruction des stéréotypes et des formats dans Flora & Ulysse – Eva Van de Wiele

À l’école de la joie. Une étude de Rebecca of Sunnybrook Farm, A Little Princess et Anne of Green Gables – Marguerite Mouton

L’amour des livres et l’éthique de la reconnaissance dans A Little Princess de Frances Hodgson Burnett – Tessa Ashlin Nunn

La vulgarisation des sciences à destination des fillettes au XIXe siècle : une fiction spécifique – Catherine Borot Alcantara

Ces petites filles qui ne lisent pas : les jeunes lectrices contrariées des classes populaires – Victoria Pleuchot

Couverture (PDF)

Colloque : Les mythes au XXIe siècle (Besançon)

Colloque interdisciplinaire : Les mythes au XXIe siècle 

12 et 13 mai 2022, Besançon, Université de Franche-Comté, UFR STAPS

Organisateur·rice·s : Laurent Di Filippo (CREM, Université de Lorraine) et Audrey Tuaillon Demésy (C3S, Université de Franche-Comté).

Programme

Appel à communications

 

Appel à contributions : Un/Making Graphic History: BD and Narratives of Resistance in French

“Un/Making Graphic History : BD and Narratives of Resistance in French”, New Directions in Francophone Studies: Diversity, Decolonization, Queerness. 

Échéance des propositions : 1er juin 2022

In recent years, bande dessinées and graphic novels, as both fiction and/or documentary, have become a popular medium to shed light on unknown or forgotten parts of history or to raise awareness on current socio-political realities and challenges. BDs and graphic novels in French have tackled various topics such as the environmental and socio-economic impact of urban growth (Rural!, 2001), the chlordecone pollution in the French Antilles from 1972 to 1993 (Tropiques toxiques, 2020), the infestation of sargassum seaweed on the shores of Caribbean islands (Mission Pas Possible-Opération Sargasses, 2020), the deportation of children from Réunion to rural hexagonal France (mainly Creuse) from 1964 to 1984 (Piments zoizos: les enfants oubliés de La Réunion, 2020), or the formation of the Vietnamese diaspora in French territories in the context of the Vietnam War (series Mémoires de Viet-Kieu, 2010 – 2020).

We invite chapter proposals in English for a forthcoming edited volume with New Directions in Francophone Studies: Diversity, Decolonization, Queerness (an EUP series). This collection will examine the political, aesthetic, and ethical gestures embedded in bande dessinées and graphic novels in order to bear witness to, inform, or question our past and contemporary realities. Through the combination of image and text, the medium encourages us to reconsider the possibilities and limits of documentary and/or fictional, personal, and collective accounts, examining the historical, political, aesthetic, and pedagogical relevance of the medium. This volume will explore some of the following questions: how do BDs and graphic novels examine environmental, gender, racial, religious, political, and social questions? How do the media, through the combination of text and image, engage with notions of voice, power, bias, and perspective? How are the media relevant to the exploration of individual and collective identity de/construction? How are BDs and graphic novels a valuable pedagogical tool to discuss diversity, decolonization, inclusion, and social justice issues?

Continuer la lecture de Appel à contributions : Un/Making Graphic History: BD and Narratives of Resistance in French

Appel à contributions : Écrire l’esclavage dans la littérature pour la jeunesse (2). Histoire, littérature, enseignement

Écrire l’esclavage dans la littérature pour la jeunesse (2). Histoire, littérature, enseignement

Échéance des propositions : 15 septembre 2022

Le présent projet d’ouvrage collectif s’inscrit à la suite du volume publié en 2020 aux Presses universitaires de Bordeaux, Écrire l’esclavage dans la littérature pour la jeunesse (coll. « Modernités », n° 45, série « Littérature, enseignement, recherche »).

Ce second volume a vocation à faire l’objet d’une publication dans la même collection, en 2024. Nous poursuivons ainsi notre dialogue entre littérature et histoire pour étudier les récits d’esclavage adressés à la jeunesse. Le point de départ de notre réflexion s’ancre dans un constat : l’impact manifeste sur l’édition pour la jeunesse de la promulgation de la Loi Taubira qui institue en 2001 l’esclavage comme crime contre l’humanité et prescrit son enseignement dans les classes. En effet, les trois quarts du corpus réuni – plus d’une centaine d’ouvrages pour la jeunesse publiés en France depuis un demi-siècle, parfois en traduction – sont parus après cette date et le rythme des publications ne cesse d’augmenter.

Pour ne citer que quelques titres récents, des auteurs appartenant à la frange la mieux légitimée du domaine abordent désormais la question, tel Timothée de Fombelle qui lance en 2020 sa trilogie « d’aventure sur le combat de l’esclavage et de l’abolition » (Alma, ill. François Place, Gallimard jeunesse) ; de même, Jean-Luc Marcastel, écrivain reconnu de romans fantastiques et de fantasy, publie Libertalia, (ill. Cécile et Lionel Marty, Gulf Stream éditeur, 2020), un roman historique qui croise les destins de trois jeunes Nantais confrontés au commerce triangulaire » ; certains auteurs de littérature tout public prennent l’initiative de parler de l’esclavage aux enfants, comme Paula Jacques (Blue Pearl, Gallimard jeunesse, 2020) ; les traductions se multiplient, souvent en provenance des États-Unis, comme La longue route de Little Charlie, de Christopher Paul Curtis (trad. F. Pressmann, L’École des loisirs, 2021), mais aussi d’ailleurs comme Dandara et les esclaves libres de Jarid Arraes (trad. du brésilien P. Anacaona, Anacaona éditions, 2018) ; on ne compte plus les documentaires – narrativisés, habilement fictionnalisés et présentés sous le format de l’album – qui visent à informer les jeunes lecteurs sur cette page douloureuse de l’histoire, par exemple Harriet Tubman, une héroïne américaine, de Fleur Daugey (ill. Olivier Charpentier, Actes sud junior, 2020) et L’incroyable histoire de l’Underground Railroad de Jennifer Dalrymple (ill. Justine Brax, Albin Michel Jeunesse, 2021).

Cette sensibilisation accrue à la question de l’esclavage dans les livres pour la jeunesse reflète celle qui s’affiche dans le contexte de ce début de XXIe siècle qui prête une attention soutenue aux minorités, se penche sur les non-dits de l’histoire et multiplie les actions pour mieux faire connaître et comprendre les tragédies du passé. C’est bien en lien avec l’histoire de l’esclavage que Pap Ndiaye publie en 2008 La Condition noire, que les villes de la façade atlantique enrichies par les traites et l’esclavage, se dotent de musées dédiés et érigent des statues d’esclaves dans l’espace public ; la ville de Nantes crée la Fondation pour la mémoire de l’esclavage en 2019 et, la même année, le Musée d’Orsay met en valeur la présence des esclaves et de leurs descendants dans la peinture française depuis le XIXe siècle avec l’exposition consacrée au Modèle noir de Géricault à Matisse. Dans le même ordre d’idées, on signalera l’exposition « Slavernij » (« Esclavage ») qui s’est tenue au Rijksmuseum d’Amsterdam en 2021 : consacrée au passé colonial des Pays-Bas, elle dénonçait les exactions inhérentes à l’esclavage à travers l’histoire de dix personnages. Par ailleurs, sont parues deux sommes : Mémoire noire. Histoire de l’esclavage : Bordeaux, La Rochelle, Rochefort, Bayonne , sous la direction de Caroline Le Mao (Mollat, 2020) et Les Mondes de l’esclavage. Une histoire comparée qui propose, sous la direction de Paulin Ismard (Seuil, 2021) « une histoire inédite de l’esclavage depuis la Préhistoire jusqu’au présent ».

Continuer la lecture de Appel à contributions : Écrire l’esclavage dans la littérature pour la jeunesse (2). Histoire, littérature, enseignement

Appel à contributions : “Les mythes au XXIe siècle” (Interrogations n°36)

Appels à contributions : Interrogations n° 36, “Les mythes au XXIe siècle

Numéro coordonné par Laurent Di Filippo

Échéance des propositions : 30 juin 2022

Thor et Loki, personnages bien connus des mythes nordiques, sont devenus des super héros du grand comme du petit écran et illustrent les références actuelles des industries culturelles à d’anciens récits. À leurs côtés, de nouveaux héros et de nouvelles histoires, comme celles de la franchise Matrix, se voient attribuer des valeurs symboliques et collectives, ainsi qu’une place de choix dans nos cultures. Qu’il s’agisse d’emprunts ponctuels ou plus larges à des textes anciens, ou d’une mise en valeur d’un imaginaire actuel, les mythes sont aujourd’hui bien présents dans nos sociétés contemporaines et circulent sous diverses formes.

Suivant cette observation, ce numéro de la revue ¿Interrogations? propose de questionner les mythes et mythologies, dans les multiples significations de ces termes et dans leur actualité contemporaine. Cet appel à contributions invite les chercheurs à s’interroger selon différents angles sur cette présence des mythes et mythologies aujourd’hui et ce qui permet de les définir de la sorte. C’est pourquoi, il est notamment attendu que chaque contribution précise la ou les définitions retenues pour les notions de mythe ou de mythologie qui seront utilisées et discutées.

Axe 1 : Des mythes anciens adaptés au temps présent

Les productions des industries culturelles regorgent de références à différents mythes, qu’il s’agisse de réécritures comme l’ouvrage Norse Mythology de Neil Gaiman (2017), qui reprend le contenu de l’Edda en Prose de Snorri Sturluson dans une version modernisée, des adaptations très grand public comme les œuvres de Disney, parmi lesquelles apparaît l’Atlantide, ou des transformations plus importantes de la matière des sources comme les aventures du roi Arthur dans Kaamelott et de Thor dans les films du Marvel Cinematic Universe. Les emprunts des œuvres actuelles aux matières mythiques passées peuvent consister en des réécritures complètes ou partielles, voire ne conserver que certains éléments ponctuels. Un premier axe d’interrogation portera donc sur la présence de références mythiques et mythologiques dans les productions contemporaines, ainsi que sur leurs réécritures et leurs adaptations sur différents supports, qu’il s’agisse de littératures, de films, de séries télévisées, jusqu’aux jeux vidéo ou aux mangas. Ces références amènent les chercheurs à s’interroger à la fois sur les composantes qui sont toujours présentes et celles qui sont oubliées, renvoyant à des questionnements sur des notions comme la « mémoire », qui comporte toujours une part d’« oubli » (Ricoeur, 2000). Dans les grandes franchises médiatiques, les produits dérivés, tels que des jouets et déguisements, pouvant également faire référence à d’anciens mythes, questionnent aussi les modes d’appropriations actuels de ces récits anciens et de leur renouveau. De fait, outre la consommation via les industries culturelles, les mythes et leurs expressions contemporaines peuvent aussi être envisagés dans leurs dimensions corporelle et sociale. Il peut s’agir d’un style (Hebdige, 2008) arboré, tel que des tatouages ou des vêtements évoquant les récits mythiques retravaillés, mais aussi de pratiques d’incarnation de personnages issus de différentes mythologies, comme le cosplay.

Continuer la lecture de Appel à contributions : “Les mythes au XXIe siècle” (Interrogations n°36)

Appel à contributions : Nature et paysages dans la bande dessinée polar (en ligne)

Journée d’études en distanciel : Nature et paysages dans la bande dessinée polar

Cette journée d’études se rattache à l’axe, Images, Espace et  Temps du laboratoire LLA-CREATIS

avec  la participation de l’université Sorbonne Paris Nord, Laboratoire Pléiade.

Échéance des propositions : 30 avril 2022

On a coutume d’étudier dans le polar – tant dans le film que dans le roman – l’espace  urbain, afin d’en souligner ses caractéristiques, qu’il soit adjuvant ou opposant. Le roman noir, lui, accorde une importance considérable à la ville. Selon Chandler, c’est Dashiell Hammett[1] qui a inauguré véritablement le genre quand « il a sorti le crime de son vase vénitien et l’a flanqué dans le ruisseau [2]». La ville devient ainsi un élément essentiel du roman policier où, à l’origine simple cadre de l’histoire, elle occupe une place croissante. Georges Simenon, suivant en cela Honoré de  Balzac, fut l’un des premiers à faire de la ville un élément essentiel et même constitutif du roman policier. On comprend dès lors que si les publications portant sur l’espace urbain dans la  bande dessinée sont assez disparates, il n’en reste pas moins qu’elles sont assez nombreuses[3]. Effectivement, les nombreuses études sur la dialectique entre bande dessinée et espace interrogent l’espace urbain au sens architectural. Comme l’espace architectural – particulièrement urbain –  a déjà  fait l’objet d’études chez les bédéistes ainsi que  chez les théoriciens,  nous  souhaitons engager une réflexion nouvelle, sur l’articulation entre la nature – et ses  paysages -, et la  bande dessinée polar. Cette nécessité s’impose dans la mesure où les études qui se  sont intéressées  à la nature dans tous états sont peu orientées sur le genre de la bande dessinée polar. 

Les axes de réflexion proposés portent sur les questions suivantes. La bande dessinée polar a souvent été fascinée par l’espace urbain mais qu’en est-il de l’espace naturel ou du paysage ? Comment cet espace et ces paysages sont-ils mis en valeur ?  Comment interfèrent-t-ils dans le récit graphique polar ? Comment cette double jonction, entre nature et récit graphique polar fonctionne-t-elle ?  Quelles sont les fonctions  de la nature dans la narration  graphique ? Comment fait-elle évoluer la fiction ?  Quelle  est  la place de cet espace dans la narrativisation graphique ? Concret, métaphorisé, fantasmé, l’espace naturel  joue son rôle dans le récit fictionnel graphique de genre policier.  Au même titre que l’espace urbain  qui fait partie du dispositif graphico-narratif, la nature avec paysages constitue un élément essentiel dans l’élaboration de l’intrigue fictionnelle. Ainsi, peut-on se demander comment la nature et ses paysages opèrent dans l’évolution de l’enquête. Enfin du point de vue moins narratif mais plus plastique, comment cet espace naturel est-il dessiné dans la planche ou dans la case ?

Plus largement, si l’espace naturel fait vivre ou rebondir l’enquête, il peut aussi apporter  une valeur ajoutée et  renouvelée, et en ce sens introduire une part poétique, une dimension  qui orienterait la bande dessinée vers le genre éco-thriller graphique  qui pourrait être  une  autre piste d’étude possible. 
Nous attendons de cette journée d’études des communications portant sur ces questionnements, en particulier, celles qui relèveraient de la bande  dessinée polar ou éco-thriller des XXe et XXIe siècles.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Nature et paysages dans la bande dessinée polar (en ligne)

Appel à contributions : Figures mythiques nordiques dans les cultures contemporaines (Université de Caen-Normandie)

Journée d’étude Figures mythiques nordiques dans les cultures contemporaines 

18 novembre 2022, Université de Caen-Normandie

Échéance des propositions : 10 mai 2022

Organisée en partenariat avec le festival Les Boréales et la bibliothèque Alexis de Toqueville

Dans la culture actuelle, on trouve un grand nombre de figures issues des récits du passé mais réinterprétées pour qu’elles puissent parler au public d’aujourd’hui. Ainsi les personnages mythologiques, folkloriques, historiques, légendaires et littéraires réapparaissent de nos jours dans la littérature générale et de jeunesse, dans la bande dessinée et le dessin animé, dans le cinéma et les séries télévisées, ainsi que dans les jeux vidéo et les jeux de société. 

Parmi ces figures, celles issues des cultures nordiques semblent particulièrement intéresser le public actuel, que ce soit le « Viking » et les anciens dieux et héros, ou les créatures folkloriques comme le troll ou le métamorphe, ou bien d’autres personnages emblématiques. Ces figures mythiques sont entourées de mystère, ce qui permet une exploitation assez libre.

Cette journée d’étude a pour objectif d’analyser comment l’image de ces figures mythiques, telles qu’on les connait à travers les sources anciennes disponibles (les Eddas, les Sagas, les légendes populaires, le Kalevala, etc.), a évolué à travers le temps et se transmet aujourd’hui notamment à travers la culture populaire, à la fois à l’intérieur de l’aire géographique nordique et à l’étranger. Qu’est-ce qu’elles ont pour fasciner toujours autant, voire davantage ? Quels objectifs servent-elles aujourd’hui ? 

Les propositions,  d’environ 400 mots et accompagnées d’une courte bio-bibliographie, peuvent être envoyéesjusqu’au 10 mai 2022.

Contact : Annelie Jarl Ireman annelie.jarl@unicaen.fr

Appel à contributions : Queering Blackness : cultures populaires et représentations noires non-binaires à l’ère post-Obama (Paris 8)

Journée d’études organisée par TransCrit (Transferts Critiques anglophones) : Queering Blackness : cultures populaires et représentations noires non-binaires à l’ère post-Obama

Jeudi 17 novembre 2022, Université Paris 8 Vincennes–Saint-Denis

Échéance des propositions : 30 avril 2022

Conférence plénière : Alfred L. Martin (University of Iowa)

Scroll down for English 

Queer, fluid, gender-queer, nonconforming, gray, neutrois, agender, non-binary, pan… autant de termes, mots-valises, emprunts ou raccourcis qui rivalisent à nommer le rejet des normes sociétales états-uniennes, si influentes à l’international. Mais, dans cette société américaine, ce rejet revêt-il, lui aussi, des tendances normatives, disproportionnellement racisées, socialement marquées ? Ou bien émane-t-il fondamentalement des populations les plus opprimées, à la fois hautement vulnérables et combatives ? 

Ces questionnements évoluent en parallèle de la longue lutte pour les droits civiques aux États-Unis, toile de fond théorique et militante qui se poursuit aussi bien avec l’élection du premier président noir d’une nation qui, seulement cinquante ans plus tôt, séparait sa population en fonction de sa race, qu’à travers l’essor du mouvement #BlackLivesMatter sous la présidence Trump, la pandémie et ses inégalités. Aussi, que cela signifie-t-il qu’un corps non-blanc, faussement accusé d’être né hors-sol, dont le deuxième prénom est homonyme de l’ennemi public à l’international des années quatre-vingt-dix, accède à la plus blanche des maisons américaines ? Quelles implications sa position de Président ont-elles eu alors qu’il a dû, avec sa famille hétéronormée africaine américaine, passer la main à son premier critique, parangon d’une Amérique nostalgique du « bon vieux temps », époux d’une troisième femme d’origine slovène et patriarche de multiples lits ? Les cartes de l’hétéronormativé cisgenre WASP sont-elles dorénavant redistribuées aléatoirement au sein d’un château dont l’équilibre ne serait plus dépendant de critères normatifs obligatoires ? Ou, au contraire, gardent-elles leurs pouvoirs de domination, tels les atouts d’une partie éternellement rejouée ? Les cultures populaires reflètent ces interrogations qui parcourent la société états-unienne et offrent de nouveaux modèles sans pouvoir ou vouloir toujours contrecarrer des stéréotypes bien ancrés d’hyper-virilité et/ou hypersexualité noires américaines, parfois soulignés par leur déni même.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Queering Blackness : cultures populaires et représentations noires non-binaires à l’ère post-Obama (Paris 8)