Archives par mot-clé : récit policier / crime fiction

Parution : “French Crime Fiction and the Palimpsest”

 Rewriting Wrongs: French Crime Fiction and the Palimpsest  (Angela Kimyongür et Amy Wigelsworth, éd.), septembre 2014

 0127183_rewriting-wrongs_300

 

Rewriting Wrongs: French Crime Fiction and the Palimpsest furthers scholarly research into French crime fiction and, within that broad context, examines the nature, functions and specificity of the palimpsest. Because the practice of rewriting is so central to popular fiction as a whole, crime fiction is replete with hypertextual transformations. The palimpsest also has tremendous extra-diegetic resonance, in that crime fiction frequently involves the rewriting of criminal or historical events and scandals. This collection of essays therefore exemplifies and interrogates the various manifestations and implications of the palimpsest in French crime fiction. Continuer la lecture de Parution : “French Crime Fiction and the Palimpsest”

Conference: The global and the local in contemporary world crime fiction (Queen’s University, Belfast, 13-14th June 2014)

Poster29052014ee_Page_1

 

INTERNATIONAL CRIME FICTION RESEARCH GROUP

Conference on the Territorialisation of Crime fiction

Queen’s University, Belfast, 13-14th June 2014

The global and the local in contemporary world crime fiction

Circulation and exchanges

or further information contact:
Dr Dominique Jeannerod, d.jeannerod@qub.ac.uk or
Dr Natacha Levet, natacha.levet@unilim.fr

 

 

Parution: The Wire, L’Amérique sur écoute

the wire

The Wire
L’Amérique sur écoute

Sous la direction de M.-H. Bacqué, A. Flamand, A.-M. Paquet-Deyris, J. Talpin

La Découverte; Collection : Sciences humaines – 272 pages – 24,50 €

Créée par un ancien journaliste du Baltimore Sun, David Simon, et un ancien policier, Ed Burns, et scénarisée par des grands noms du roman noir américain, la série américaine The Wire est devenue culte. S’appuyant sur des investigations de terrain de plusieurs années, elle décrit fi nement la réalité sociale, économique et politique des habitants du « ghetto » de Baltimore. Consacrée « meilleure ethnographie jamais réalisée de l’Amérique urbaine contemporaine » par le sociologue William Julius Wilson, saluée par Time Magazine ou le New York Post comme étant la meilleure série de l’histoire de la télévision américaine, elle est un outil effi cace de discussion et de débats autour des problématiques qui parcourent les quartiers populaires. Elle sert aujourd’hui de support à de nombreux cours sur la ville ou sur les inégalités sociales aux États-unis. Pourquoi un tel succès ? Que peuvent nous apprendre les médias de masse sur la société et, ce faisant, comment interpellent-ils les sciences sociales ? Que donne à voir la série des quartiers populaires américains, au service de quel message social et politique ? Quelle en est la réception française et un The Wire hexagonal serait-il possible ? Telles sont les questions discutées par cet ouvrage pluridisciplinaire, au croisement des études cinématographiques et sérielles, de la sociologie, de l’urbanisme et de la science politique.
Avec les contributions de Julien Achemchame, John Atlas, Marie-Hélène Bacqué, Anmol Chaddha, Fabien Desage, Peter Dreier, Didier Fassin, Amélie Flamand, Valérie Foucher-Dufoix, Ariane Hudelet, Marc V. Levine, Lamence Madzou, Monica Michlin, Anne-Marie Paquet-Deyris, Julien Talpin, Fabien Truong, William Julius Wilson.

– Marie-Hélène Bacqué est professeure d’études urbaines à l’université Paris-Ouest Nanterre.
– Amélie Flamand enseigne à l’École nationale supérieure d’architecture de Clermont-Ferrand.
– Anne-Marie Paquet-Deyris est professeure de cinéma anglo-saxon et de littérature américaine à l’université Paris-Ouest Nanterre.
– Julien Talpin est chargé de recherches au CNRS/CERAPS.

Parution: Frédéric DARD, Romans de la nuit (éd. D. Jeannerod)

dard

Romans de la nuit
Frédéric DARD

26 Euros
928 pages
ISBN : 978-2-258-10792-2

 

http://www.omnibus.tm.fr/romans-de-la-nuit-frederic-dard-L9782258107922.html

La publication aux éditions Omnibus d’une anthologie des romans noirs de Frédéric Dard éclaire d’un jour nouveau l’entreprise littéraire d’un auteur qui a représenté plus qu’aucun autre en France la vitalité et l’inventivité de l’édition populaire de l’après-guerre à la fin du 20ème siècle. Loin de l’image surmédiatisée de San-Antonio,  ses « romans de la nuit » révèlent un autre écrivain, une autre écriture, et un regard différent sur le monde.

Récits d’intrigues captivantes et de sinistres machinations, itinéraires tragiques d’hommes ordinaires saisis par la fatalité ou happés par des engrenages qu’ils auront cru dominer, ces romans de l’existence et de la destinée montrent quel maître du suspense était Frédéric Dard. Ils évoquent Sartre et Simenon, ainsi que les grands romanciers réalistes américains du milieu du 20ème siècle et la Série Noire de Marcel Duhamel. Ils entretiennent aussi des liens avec le film noir américain et le cinéma  policier français, dont F. Dard  était un des scénaristes attitrés à l’époque  où il rédigeait ces romans.

Cette anthologie est accompagnée d’une Préface et de notices de Dominique Jeannerod ainsi que d’une Filmographie établie par Jacques Baudou.

 

 

Parution: Barbara Pezzotti, Politics and Society in Italian Crime Fiction: An Historical Overview

Pezzotti

Barbara Pezzotti

Politics and Society in Italian Crime Fiction: An Historical Overview

Jefferson: McFarland & Company, 2014

This book comprehensively covers the history of Italian crime fiction from its origins to the present. Using the concept of “moral rebellion,” the author examines the ways in which Italian crime fiction has articulated the country’s social and political changes. The book concentrates on such writers as Augusto de Angelis (1888-1944), Giorgio Scerbanenco (1911-1969), Leonardo Sciascia (1921-1989), Andrea Camilleri (b. 1925), Loriano Macchiavelli (b. 1934), Massimo Carlotto (b. 1956), and Marcello Fois (b. 1960). Through the analysis of writers belonging to differing crucial periods of Italy’s history, this work reveals the many ways in which authors exploit the genre to reflect social transformation and dysfunction.

About the Author
Barbara Pezzotti is an honorary research associate of the Australasian Centre for Italian Studies. Author of a 2012 book and several journal articles on Italian crime fiction and co-editor of a volume on international crime writing, she lives in New Zealand.

For further information: http://www.mcfarlandpub.com/book-2.php?id=978-0-7864-7652-7

Parution: Le polar africain

polar africain

Le Polar africain

Textes édités par Bernard De Meyer, Pierre Halen et Sylvère Mbondobari.
Metz : Centre de recherches « Ecritures », coll. Littératures des mondes contemporains, série Afriques, n°8, 2013, 260 p. – ISBN : 978-2-917403-23-5.

La distinction jadis entretenue entre la littérature et une « paralittérature » qui serait sans intérêt, – caractérisée par le fait divers et par un lectorat peu instruit ou pressé, – est aujourd’hui caduque. Sans doute la critique a-t-elle longtemps été abusée par l’origine populaire des premiers auteurs ou bien par les thèmes abordés, négligeant le travail de création et l’imaginaire mis en œuvre.
Les contributeurs du présent ouvrage, attentifs à l’évolution du genre policier et à ses développements, singulièrement dans le champ francophone, éclairent le corpus récent du roman policier africain à partir de plusieurs perspectives : histoire littéraire, poétique, réception, herméneutique, etc. Ils mettent en évidence la singulière créativité d’auteurs comme Bolya Baenga, Achille Ngoye, Modibo Sounkalo Keita, Mongo Beti ou Alain Mabanckou et prennent la mesure d’un genre en pleine évolution dans toutes ses dimensions littéraire, sociologique, anthropologique et politique.
Quels sont les enjeux profonds de la réappropriation, par les auteurs du continent africain ou de ses diasporas, du genre policier, associé par Jacques Dubois à l’idée de « modernité » ? Y a-t-il une spécificité africaine du genre, ou cette appropriation signifierait-elle que les littératures africaines rejoignent ainsi, simplement, les pratiques les plus répandues de la littérature contemporaine ? Quelles valeurs, de conformité à l’ordre social ou au contraire de protestation et de résistance, sont-elles ainsi mises en œuvre ?
Table des matières
Bernard De Meyer & Sylvère Mbondobari
Introduction…………………………………………………………………………………………………………………………………. 5
Daniel Delas
Le polar africain. Pour cartographier un continent……………………………………………………………………. 17
Sylvère Mbondobari & Bernard De Meyer
Polars d’Afrique noire francophone : influences et confluences………………………………………………. 43
Pierre Halen
Des énigmes criminelles dans le contexte de l’ère coloniale finissante :
une lecture policière de La Termitière de Daniel Gillès…………………………………………………………… 61
Florian Alix
Le polar satirique postcolonial : Driss Chraïbi et Mongo Beti…………………………………………………… 81
Susanne Gehrmann
L’enquête comme quête du savoir. Les usages du roman policier
chez Boubacar Boris Diop………………………………………………………………………………………………………. 105
J.-J. Rousseau Tandia Mouafou
Pour une sociopoétique des valeurs dans le polar d’Afrique francophone……………………………. 127
Bernard De Meyer & Guilioh Merlain Vokeng Ngnintedem
Le polar d’Afrique francophone comme (ré)écriture de l’histoire.
À propos des dernières œuvres de Mongo Beti…………………………………………………………………….. 145
Sylvère Mbondobari
Les lieux de l’immigration dans le roman policier africain postcolonial…………………………………. 157
Thorsten Schüller
L’« africanisation » des genres (para-)littéraires.
La déconstruction du roman policier chez Théo Ananissoh et Alain Mabanckou…………………. 179
Katia Meintel
Le sorcier enquêteur : le roman policier et la magie en Afrique francophone……………………….. 195
Karen Ferreira-Meyers
Le roman policier africain et les arts de l’oralité en Afrique :
deux mondes parallèles ?………………………………………………………………………………………………………. 217
Thérèse De Raedt
Entretien avec Abasse Ndione……………………………………………………………………………………………….. 235
Le roman policier d’Afrique noire francophone
(bibliographie succincte)………………………………………………………………………………………………………… 251

Conférence: Fantômas ! Biographie d’un monstre moderne (BILIPO, 8 juin)

La bibliothèque des littératures policières a le plaisir de vous convier à la conférence « Fantômas ! Biographie d’un monstre moderne » le samedi 8 juin à 16 heures.

Présentation

En 1913, Pierre Souvestre et Marcel Allain mettaient un terme au premier cycle des aventures de Fantômas par un trente-deuxième volume annonçant « La fin de Fantômas ».

À cette date, le personnage avait déjà quitté en partie l’espace de la littérature populaire pour entamer une carrière au cinéma, sous la direction de Louis Feuillade, avant de susciter dès l’année suivante l’intérêt de Guillaume Apollinaire, de Blaise Cendrars, de Max Jacobs.

Il continuera par la suite sa course sanglante dans tous les médias, théâtre, cinéma, radio, bande dessinée, romans-photos, au point d’apparaître comme l’une des figures clés de l’imaginaire du xxe siècle.

Cette importance s’explique par la modernité du criminel masqué : le monde de Fantômas, c’est celui de la ville, des machines et de l’électricité ; c’est aussi celui des faits-divers et de l’actualité sanglante qui servent de sous-texte à la série, c’est celui encore des fantasmes d’une génération hantée par la violence. Mais cette modernité, c’est aussi celle d’auteurs appliquant les techniques les plus récentes de l’industrie culturelle, cherchant à exploiter leur personnage sur des médias différents, inventant de nouvelles formes, de nouvelles pratiques d’écriture, et invitant le lecteur à lire lui-même autrement.

C’est cette modernité que présenteront dans leur conférence Loïc Artiaga et Matthieu Letourneux, auteurs d’un essai sur le criminel aux éditions Les Prairies Ordinaires (Fantômas ! Biographie d’un criminel imaginaire, 2013) et responsables de la réédition de l’intégrale de Fantômas aux éditions Bouquins (juin 2013).

Loïc Artiaga est maître de conférences en Histoire culturelle à l’Université de Limoges. Il a publié Des Torrents de papier (PULIM, 2007) et Le Roman populaire, 1836-1960 (Autrement, 2008).

Matthieu Letourneux est maître de conférences en Littérature française à l’Université Paris Ouest. Il a publié Le Roman d’aventures, 1860-1920 (PULIM, 2010) et La Librairie Jules Tallandier, histoire d’une grande maison populaire (avec Jean-Yves Mollier, Nouveau Monde, 2011).

Nous vous conseillons de réserver en nous contactant au 01 42 34 93 00 ou en nous écrivant à bilipo@paris.fr

Très cordialement,

Bibliothèque des littératures policières

48/50, rue du Cardinal-Lemoine

75005 PARIS

tél : 01 42 34 93 00

bilipo@paris.fr

Conférence: Pepe, Rogas, Santamaria… Les inspecteurs des fictions policières italiennes

Dans le cadre du Festival International du Film Policier de Liège

Le séminaire de l’imaginaire, la BiLA présente:

“Pepe, Rogas, Santamaria… Les inspecteurs des fictions policières italiennes”

par Luciano Curreri (ULg).

Pepe, Rogas, Santamaria… Trois fonctionnaires de la police italienne qui sortent de trois romans: Il commissario Pepe (Ugo Facco De Lagarda), Il contesto (Le contexte) de Leonardo Sciascia, La donna della domenica (La femme du dimanche) de Fruttero & Lucentini.

Trois romans (respectivement de 1965, 1971, 1972) devenus films grâce à trois metteurs en scène de premier plan: I

– Il commissario Pepe (Le fouineur) d’Ettore Scola (Trevico, Avellino 1931), paru dans les salles en 1969;

– La donna della domenica (La femme du dimanche), de Luigi Comencini (Salò, Brescia 1916- Rome 2007), en 1975;

– Cadaveri eccellenti (Cadavres exquis), de Francesco Rosi (Naples 1922), en 1976.

Face à la standardisation d’une bonne partie de la littérature policière et du cinéma de nos jours, ces trois romans et ces trois films marquent une sorte d’âge d’or du “giallo” italien, où se mêlent avec raffinement la quête classique du meurtrier et la déconstruction du genre, la réalité et l’imaginaire de toute la péninsule, la comédie des moeurs et l’engagement, la lutte contre le pouvoir obscur des démocraties occidentales et la ruse de la culture populaire italienne de cette époque si terrible, mais si féconde, entre la seconde moitié des Sixties et les années de plomb.

Après, avec l’assassinat d’Aldo Moro (1978), l’été des massacres (l’attentat de la gare à Bologna et la tragédie d’Ustica en 1980), la chute du mur de Berlin en ’89, les scandales politiques et l’opération “Mains propres” et la soi-disante deuxième république italienne des années quatre-vingt-dix, les choses vont changer…

Le conférencier:

Le Professeur Luciano Curreri enseigne la langue et la culture italienne au sein du département de langues et littératures romanes de l’Université de Liège.

Jeudi 25 avril, à 12h00, à la Bibliothèque des Chiroux, Place des Carmes, 4000 Liège.

Appel: Le Thriller métaphysique

Le Thriller métaphysique

Colloque bilingue (anglais/français)

Université de Liège, CIPA, Belspo

Liège, Belgique – 26-27 septembre 2013

Fin de l’appel à candidatures le 16 Juin 2013

Le thriller métaphysique est souvent considéré comme un phénomène typiquement contemporain dont l’apogée coïncide avec le dernier quart de siècle. Il est aussi généralement associé au développement de la fiction postmoderne expérimentale. Mais, au final, qu’est-ce que le thriller métaphysique ?

Le colloque s’intéressera au « thriller » et au « métaphysique » selon une approche diachronique et/ou synchronique. Il s’agira de décrire les différents avatars de la littérature policière de Poe à nos jours, ainsi que la capacité de ce genre à intégrer certaines considérations qui dépassent les enjeux traditionnels de la littérature policière et de ses nombreuses manifestations sous-génériques.

Le plus souvent, les écrits policiers métaphysiques récents mettent en exergue métafiction et autoréflexivité. Ces aspects seront comparés aux structures plus habituelles de la littérature policière « traditionnelle ». Une telle approche nous amènera à reconsidérer le contrat de lecture des œuvres envisagées tout en interrogeant la nature même du « fictionnel » ainsi que la question fondamentale des « limites de la connaissance ». A la lumière de telles stratégies anti-narratives, le terme « métaphysique » sera aussi remis en question et confronté à d’autres terminologies.

On peut regretter le peu de sources secondaires concernant le thriller métaphysique. Toutefois, l’ouvrage dirigé par Patricia Merivale et Susan Elizabeth Sweeney, intitulé Detecting Texts: The Metaphysical Detective Story from Poe to Postmodernism (1999), établit les bases fondamentales d’une recherche approfondie dans le domaine, ébauchant une définition du genre tout en soulignant les éléments de parodie et/ou de subversion des conventions de base de la littérature policière dite traditionnelle. Il est à noter que cette notion apparait comme étant de plus en plus problématique au regard de la richesse et de la variété de ce genre depuis son apparition, durant la seconde moitié du 19e siècle.

Les articles sur des sujets incluant les thèmes suivants, sans toutefois s’y limiter, sont les bienvenus :

  • la « métaphysique fictionnelle » et la « fiction métaphysique »
  • les lectures rapprochées d’écrivains tels que E.A. Poe, Franz Fafka, J.L. Borges, Vladimir Nabokov, Umberto Eco, Alain Robbe-Grillet, Georges Perec, William Faulkner, Paul Auster, …
  • les structures et thèmes récurrents (e.g., le double, la pièce fermée, le labyrinthe, …)
  • l’héritage de Poe (e.g., les paradigmes de la lettre volée et de « l’homme des foules »)
  • l’ambiguïté ou l’absence de signification des indices matériels, des preuves et des témoignages
  • les éléments de métafiction et/ou d’intertextualité
  • le détective vaincu
  • le thriller métaphysique en tant que phénomène postmoderne
  • les stratégies ontologiques et épistémologiques dans la littérature policière
  • les identités perdues, transformées ou échangées
  • l’absence de fin, la circularité narrative et l’effet de boucle

Veuillez envoyer vos propositions (300 mots maximum) pour des interventions de 20 minutes à adechene@ulg.ac.be et mdelville@ulg.ac.be avant le 16 juin 2013.

Pour plus d’informations veuillez contacter :

Antoine Dechêne, Université de Liège adechene@ulg.ac.be

Michel Delville, Université de Liège mdelville@ulg.ac.be

CIPA website: www.cipa.ulg.ac.be

Offre de poste: DEL Creative Writing doctoral studentship in ‘Radical Crime Fiction’ (Queen's University, Belfast)

Themed PhD studentship awards, commencing September 2013

The School of English, Queen’s University Belfast, is pleased to announce

A DEL Creative Writing doctoral studentship in ‘Radical Crime Fiction’ commencing in September 2013.

Supervisors: Dr Andrew Pepper (English) and Dr Dominique Jeannerod (French)

Applications for this award must be submitted through the Queen’s online application system (on the prospective students’ portal) before the closing date of FRIDAY 22nd February, 2013. Applications are similar to those invited for ‘open’ PhD studentships, but applicants are not required to upload a description of the intended thesis. Applicants for this ‘themed’ awards should supply, instead of the thesis description, a personal statement (maximum 1500 words) outlining the distinctive contribution they could make to the research for the thesis.

Informal enquiries are very welcome and should be directed to Dr. Andrew Pepper (a.pepper@qub.ac.uk) or to the School’s Director of PG Education: Dr Adrian Streete (a.streete@qub.ac.uk).

Project Description:

This project is a hybrid creative-critical one that involves writing a ‘radical’ crime novel and critically reflecting on what radical crime fiction is, whether such a thing, in fact, exists and whether a popular genre, especially one typically concerned with the activities of the state and the production of order, can ever be considered radical. Its starting point lies in the rise to prominence of a particular kind of formally disruptive and politically leftist crime novel across the U.S. and Europe in the 1960s and 1970s (e.g. by Chester Himes, Jean-Patrick Manchette) and the relative decline of such work in the contemporary era. The issue of whether crime stories are able to further radical political agendas and if so what is the relationship between political agitation and formal and/or aesthetic innovation, will be addressed through creative practice and critical reflection. At the heart of the project is the question of how creativity is deployed in the contemporary era and what its relationship to commercial enterprise is. Rather than assuming that this relationship is harmonious and mutually reinforcing, however, this project considers whether it is possible to write and produce a radical crime novel in today’s commercial environment and by the same logic why so much crime fiction is so derivative and predictable, The intention, then, is to imagine a more disruptive and antagonistic relationship between art and the marketplace but to do so in the form of a creative piece that, crucially, still conforms to at least some of our assumptions about what a crime novel is.

Qualifications:

Candidates will be expected to demonstrate a history of research and/or publication in creative writing. Demonstrable experience of writing or researching crime fiction is considered desirable but not essential.

Eligibility: UK residents.

Closing date for applications: Friday 22nd February, 2013

Important Note: Please state on the on-line application form that you are applying for the Creative Writing themed Studentship in ‘Radical Crime Fiction’ in the School of English and provide a supporting statement (1500 words maximum) outlining the distinctive contribution you could make to the project.