Archives par mot-clé : récit policier / crime fiction

Appel à contributions : Giallo! The Long History of Italian Television Crime Drama

Giallo! The Long History of Italian Television Crime Drama

Journal of Italian Cinema and Media Studies

Échéance des propositions : 30 avril 2021

Dirigé par Luca Barra and Valentina Re

Most of the Italian television drama able to circulate internationally belongs to the multifaceted crime genre, both in some sparse examples from the past and in growing contemporary productions (from premium channels and digital platforms to public service and commercial broadcasters). However, for many decades, only a limited range of titles has been given scholarly attention, drawing a useful yet partial account of an otherwise dense and multilayered history. Moreover, exceptions have often been studied far more than the most conventional crime series in the ‘giallo’ spectrum: most police procedurals are deemed too formulaic, or too popular, to be distinguished. Therefore, this special issue intends to overcome these limits by focusing on the historical evolution of the crime genre inside the development of Italian television, from the early stages to the latest mainstream and niche successes, and by highlighting the many crime titles that have become familiar to large Italian audiences. Continuer la lecture de Appel à contributions : Giallo! The Long History of Italian Television Crime Drama

Parution : Cultural Express, n° 5 : « Résurrections en séries »

Cultural Express, n° 5, 2021 : « Résurrections en séries »

sous la direction d’Isabelle-Rachel Casta

Sommaire

D’entre les morts… Revenir en séries? Ou : la résurrection comme « punctum » aveuglant

Par CASTA Isabelle-Rachel

1. Saison 1. Une parousie…bancale

La résurrection dans les séries. Mémoire et altérité, un parcours de la violence dans les séries Game of Thrones, The Walking Dead et Gotham

Par DEMASSIEUX Benjamin

Continuer la lecture de Parution : Cultural Express, n° 5 : « Résurrections en séries »

Appel à communications : Crimes fictionnels/crimes factuels. Fictions criminelles européennes et discours médiatiques du crime

Colloque international

Crimes fictionnels/crimes factuels. Fictions criminelles européennes et discours médiatiques du crime

Université Paris Nanterre, 7 et 8 octobre 2021

organisé par Matthieu Letourneux (Université Paris Nanterre) et Marie-Ève Thérenty (Université Paul-Valéry-Montpellier 3)

dans le cadre du projet H2020 Detect et du projet ANR Numapresse 

Il existe une histoire commune des fictions criminelles et des discours médiatiques sur l’insécurité et la violence sociale. Ainsi, les fictions policières se sont constamment inspirées des grands faits divers de leur époque ou se sont efforcées de traiter de sujets de société, de même qu’elles ont pu prétendre jouer un rôle de révélateur de pratiques inavouables ou d’aspects cachés de la société. À l’inverse, dans leur souci de dramatisation, les productions médiatiques se sont souvent inspirées des procédés de la fiction, depuis les techniques de feuilletonisation des grands faits-divers par la presse du XIXe siècle jusqu’aux émissions « true crime » de la télévision par câble, en passant par la multitude d’articles ou de reportages convoquant en sous-main des intertextes de fiction. Or, des travaux récents ont permis de prendre la mesure de l’importance de ces échanges entre fictions criminelles et productions médiatiques, en mettant en évidence un lien profond existant dès l’origine entre les dynamiques communicationnelles de la presse et des médias et la structure même du récit criminel, depuis les mystères urbains du XIXe siècle accompagnant l’avènement d’une culture médiatique moderne, jusqu’aux prétentions de la fiction contemporaine à investir les espaces de l’enquête journalistique. De tels échanges, que l’on retrouve partout, ont contribué à l’homogénéisation des imaginaires européens.

Continuer la lecture de Appel à communications : Crimes fictionnels/crimes factuels. Fictions criminelles européennes et discours médiatiques du crime

Appel à communications : Le polar nordique, objet transmédiatique ?

« Le polar nordique, objet transmédiatique ? »

Lancement d’un Cycle de journées d’études

Université de Limoges et Université de Nancy

Vendredi 3 décembre 2021 (Limoges)

(English version below)

Nous lançons un cycle de journées d’études organisé par l’axe 3 d’EHIC (Université de Limoges) et l’axe IMAJE du LIS (Université de Nancy). La première journée aura lieu le vendredi 3 décembre à Limoges. Il s’agit d’étudier les exportations spatiales et médiatiques de ce genre fictionnel pour comprendre comment le Nordic Noir circule d’un pays à l’autre et comment ses exportations médiatiques contribuent à son évolution transculturelle. Nous nous intéresserons à la façon dont le polar nordique investit ces nouvelles formes multimédiatiques : série, podcast, jeux-vidéo, escape room, jeux de rôles, applications, sites internet, performances multimédia, littéraTube, blogs, podcasts…

Le Nordic Noir essaime actuellement dans les différents médias contemporains. Cette culture médiatique, particulièrement mobile, a franchi les frontières du Nord pour envahir les différentes productions populaires européennes, sans pourtant se délester des morphèmes nordiques qui l’ont engendrée : neige, glace, froid, rigueur, austérité du climat sont loin d’être un simple aménagement paysager constituent un noyau sémantique nécessaire pour comprendre le genre et sa prolifération multimédiatique actuelle, à l’instar du genre de jeux-vidéos appelé « Game Noir ».

Continuer la lecture de Appel à communications : Le polar nordique, objet transmédiatique ?

Appel à communications : De la bande dessinée polar au cinéma

Journée d’études « De la bande dessinée polar au cinéma »

Université de Toulouse-Jean Jaurès 2

Alors que la question de l’adaptation du roman à l’écran a déjà été largement théorisée et fait l’objet d’études régulières, en revanche celle de la bande dessinée polar au cinéma n’a soulevé que très peu d’études. D’ailleurs, il convient de signaler que peu de spécialistes se sont intéressés à ce phénomène transmédiatique et complexe qui sollicite des outils autres que ceux qui relèvent des codes de la forme cinématographique et qui soulève des problématiques afférentes à la transposition.

L’adaptation, une des formes de la transposition, est le processus-l’opération- par lequel on modifie une oeuvre. Cette opération a lieu généralement lorsqu’on fait passer cette oeuvre, soit d’un genre à un autre au sein d’une même sémiotique (langage), soit d’une sémiotique à une autre. Ce phénomène peut d’ailleurs s’apparenter au terme de transposition intermédiatique.

La bande dessinée offre de nombreuses possibilités de processus adaptatifs. Qu’elle soit oeuvre source ou but, elle entretient en effet des relations avec d’autres médias tel que le cinéma. Continuer la lecture de Appel à communications : De la bande dessinée polar au cinéma

Parution : Il avait appris à écrire. Incipit des romans de Georges Simenon

Jean-Louis DUMORTIER (éd.), Il avait appris à écrire. Incipit des romans de Georges SimenonPresses Universitaires de Liège, 2020

« Il avait appris à écrire » : retourner ainsi le titre d’un célèbre essai consacré aux incipit, serait-ce donner à entendre que Simenon, au contraire d’Aragon, bien faraud de prétendre n’avoir jamais appris à écrire, applique des procédés qui lui ont été enseignés ? Bien sûr que non ! On sait que sa scolarité a été écourtée et qu’il n’a pu bénéficier, de la part de ses maîtres, de conseils d’écriture susceptibles de faire de lui le romancier qu’il est devenu, un « pêcheur au lancé » capable, en quelques phrases, d’appâter et de ferrer le lecteur. Cette capacité, c’est le fruit d’un apprentissage « sur le tas », en tant que fournisseur de la presse quotidienne, d’abord, puis, très vite, d’une littérature vouée à la consommation rapide.
Peut-on dire que Simenon, au cours des années de maturation sous pseudonymes, a fabriqué des hameçons tout à fait personnels et qu’il a découvert une manière de jeter la ligne à nulle autre pareille ? Sans doute pas : ce serait un jeu d’enfant de trouver, chez ses contemporains, à l’entame des romans, des situations et des personnages aussi indéterminés que les siens, qui piquent la curiosité et suscitent le désir de savoir qui ils sont et ce qui les a menés là où ils sont. Mais il y a chez lui un degré d’intrication des points de vue bien supérieur à celui qui se rencontre chez ses confrères, une alternance de perspectives – sans scrupules pourrait-on dire – qui, à la fois, peut décontenancer le lecteur engoncé dans les habitudes de réception de la narration réaliste, et lui ouvrir de vastes espaces d’interprétation. Quelque chose arrive à quelqu’un quelque part ; quelqu’un parle, mais ce qui a lieu ou ce qui est dit est donné à connaître à travers un énoncé dont la source est indécise ou dont l’énonciateur n’est pas sûr. Si la formule n’était rebattue, on pourrait dire « Ça parle » et il revient au lecteur de chercher ce que ça signifie pour lui, ce qui est à comprendre, ou, plutôt, ce qui peut être compris à partir de, grâce à, malgré aussi parfois ce qui est dit – ou tu.
De tous les écrivains « réalistes », Simenon est peut-être celui qui laisse le plus de marge à l’interprète, celui qui, en régime de clôture du sens, débarrasse le récit de la plupart des figures dévolues à son avènement, ou ne les convoque que pour contester leurs prétentions. Il invite ainsi implicitement le lecteur à débrouiller l’écheveau et, sans le mettre en garde noir sur blanc, il lui laisse entrevoir le risque de ne tirer que sur quelques fils.
Ici, très modestement, il a été proposé à des lecteurs issus de diverses communautés interprétatives et pas tous, loin de là, également familiers de Simenon, de mordre dans l’esche d’un incipit, ou de dire de quoi elle est faite, ou d’être à la fois le poisson et celui qui l’appâte. Il s’agissait de ne pas relancer le carrousel des généralités sur l’univers fictionnel du romancier, mais de mettre le doigt sur les mots, sur les phrases qui incitent à y entrer.

Jean-Louis DUMORTIER, professeur ordinaire honoraire de l’Université de Liège, y a dirigé, de 1999 à 2014, le Service de didactique du français. Il a publié trois livres et une vingtaine d’articles sur Simenon. Membre du Centre d’Études Georges Simenon, il est actuellement directeur de publication de la revue Traces, créée par Danielle Bajomée.

Parution : Le grisbi

Albert Simonin, Le Grisbi, La Manufacture de livres, 2020.

(la trilogie de Max le menteur : Touchez pas au grisbi, Le cave se rebiffeet Les Tontons flingueurs)

Regroupé dans un volume unique, l’ensemble de la trilogie Max le menteur est proposé dans une édition préfacée par François Guérif et agrémentée d’une interview de l’auteur par ce dernier. 

Max, dit le Menteur, vétéran des truands parisiens, s’apprête à se ranger. Le milieu, il en a fait le tour,  en a tiré le meilleur parti et ne le regrettera pas. D’autant que ce monde est en train de changer : les vendeurs de came gagnent du terrain, les truands s’internationalisent, le code d’honneur n’a pas l’air de préoccuper la jeunesse. Seulement quitter les «affaires», ça ne se fait pas en un clin d’œil. Il y a les vieux amis qui vous demandent un dernier service, la relève à organiser, l’avenir à assurer…

Réunis en un seul volume, les romans de la trilogie de Max le menteur sont un monument de la culture française populaire, immortalisés par des films de légende (Touchez pas au grisbi, Le cave se rebiffe et Les Tontons flingueurs). Plongeon dans un Paris qui n’est plus et où résonne la gouaille des truands, l’œuvre de Simonin sublime le monde des voyous et lui a ouvert les portes de la littérature française.

Lire un extrait sur Fabula

 

Parution : San-Antonio International – Circulation et imaginaire d’une série policière française

Loïc Artiaga, Dominique Jeannerod (dir.), San-Antonio International – Circulation et imaginaire d’une série policière française, Presses Universitaires de Limoges, « Médiatextes », 2020. 

San-Antonio, parangon supposé d’ une littérature policière dérivative et franco-centrée, est-il compréhensible, voire apte à intéresser hors de France ? Depuis les années 1950, la série des aventures du «beau Commissaire» a pourtant articulé nombre de problématiques liées aux relations internationales et à la mondialisation des échanges. Elle a aussi été largement traduite à travers l’ Europe, en Amérique et en Asie.

C’ est cette histoire mondiale méconnue de l’ œuvre inventée par Frédéric Dard que le présent ouvrage invite à découvrir. On y interrogera les représentations de l’ autre et de soi, celles des diverses communautés, nationales, linguistiques ou imaginaires. On apercevra les contours d’ un continent aujourd’ hui à peu près perdu, celui des millions de livres et de plusieurs centaines de titres, pour beaucoup illisibles et introuvables, qui matérialisent l’ expansion de l’ univers de San-Antonio en langues étrangères. On y appréciera l’ art déployé par les traducteurs pour acclimater dans leurs cultures la langue et l’ esprit réputés intraduisibles de San-Antonio, ainsi que la manière dont il a été présenté et lu à travers le monde.

Au-delà du paradoxe d’une série mondialisée à son corps défendant, qui exporte des représentations de l’ étranger souvent chauvines, offrant un miroir peu flatteur aux lecteurs internationaux auxquels elle se voit proposée, ce livre envisage aussi la question de l’ internationalisation de San-Antonio sous deux angles. D’ une part comme produit de la culture de masse hexagonale, machine sans pilote à la conquête d’univers éditoriaux inconnus, au risque de l’ accident industriel. D’ autre part dans la perspective d’ une histoire de la francophonie et de de la francophilie. L’ examen du rôle des lecteurs et des traducteurs, dans leur fonction de prescripteurs et de passeurs culturels, renverse ici les perspectives habituelles de l’ histoire et de la critique littéraire. San-Antonio International permet de réévaluer les échanges internationaux dans le domaine de l’ édition comme dans les marges de la promotion officielle des œuvres. Se dessine ici l’  histoire populaire d’ une œuvre populaire, vestige d’ une mondialisation culturelle à la française. Continuer la lecture de Parution : San-Antonio International – Circulation et imaginaire d’une série policière française

Appel à contributions : Making a Murderer: True Crime in Contemporary American Popular Culture

deadline for submissions: 
January 31, 2021
 
full name / name of organization: 
Crime Fiction Studies
 
contact email: 
 

“Everybody’s fascinated with the notion that there is a cause and effect,” claims notorious serial killer Ted Bundy, quoted in the Netflix original, Conversations with a Killer: The Ted Bundy Tapes (2019) – that we can “put our finger on it,” and reassuringly rationalise the genesis of the uniquely modern phenomenon of the American serial killer. But when there is “absolutely nothing” in the background of a serial murderer that would lead one to believe they were “capable of committing murder,” how do we begin to acclimatise ourselves to this violent defect of contemporary history? More challengingly, how do we bring depth to our collective portrait of what constitutes a murderer, so that we may then self-exempt our compulsion to look more closely at these perversely familiar figures?

Continuer la lecture de Appel à contributions : Making a Murderer: True Crime in Contemporary American Popular Culture

Parution : Dictionnaire amoureux du polar

Pierre Lemaitre, Dictionnaire amoureux du polar, Plon, « Dictionnaire amoureux », 2020. 

« Voici le dictionnaire de ce que j’aime (à quelques oublis près). »

« Nos amis italiens et espagnols (ils ne sont pas les seuls) ne font guère de distinction entre « roman noir » et « roman policier ». Mais comme en France, nous la faisons, en toute logique ce dictionnaire devrait ne comprendre que des entrées concernant le roman policier. Si vous en êtes d’accord, ce sera ma première licence : je parle d’un univers littéraire qui est le mien, on y trouvera aussi bien du « polar » que du « noir ».
S’agissant d’un univers « littéraire », il ne devrait y avoir ici que des livres. Ce sera ma seconde licence : incidemment, on y trouvera quelques films, quelques séries TV, quelques BD, des librairies, des blogs.
Enfin, autant prévenir tout de suite : pour les définitions maîtrisées, les monographies exhaustives, les analyses thématiques, etc., le lecteur trouvera facilement d’excellents ouvrages (j’en cite quelques-uns, en fin de volume) qui correspondront à cette attente. C’est à un écrivain que l’éditeur a confié ce Dictionnaire amoureux. Je parlerai donc ici en lecteur et en romancier. Il y aura des oublis impardonnables, des injustices, des jugements contestables. C’est inévitable mais je ne fais que respecter le projet de cette collection : c’est le dictionnaire de ce que j’aime (à quelques oublis près).      Continuer la lecture de Parution : Dictionnaire amoureux du polar