Archives par mot-clé : récit policier / crime fiction

Parution : “Euronoir” (Belphégor, n° 20-1)

Belphégor, n° 20-1, “Euronoir”, sous la direction de Jacques Migozzi, 2022

Sommaire

Parution : Démons du crime. Les pouvoirs du truand dans l’entre-deux-guerres (V. Platini)

Vincent Platini, Démons du crime. Les pouvoirs du truand dans l’entre-deux-guerres, Paris, Classiques Garnier, coll. “Perspectives comparatistes”, 2022.

Durant l’entre-deux-guerres apparaissent dans la littérature des figures de truands ambiguës. Cet ouvrage examine les discours à l’œuvre dans la construction de personnages qui transgressent une norme de vie. Le public se réapproprie ces figures et en fait les vecteurs de nouvelles pratiques culturelles.

Mots-clés: Michel Foucault, XXe siècle, littérature populaire, roman policier, film noir, film de gangsters, crime, criminel, violence, discipline

Continuer la lecture de Parution : Démons du crime. Les pouvoirs du truand dans l’entre-deux-guerres (V. Platini)

Appel à contributions : Critique policière et mythologie (InterCriPol, Athènes)

Colloque international : Critique policière et mythologie

Athènes, 3-5 Mars 2023

Échéance des propositions : 30 septembre 2022

InterCriPol, qui s’est donné pour mission de rouvrir et de résoudre les cold cases de la fiction, organisera à Athènes les 3-5 mars 2023 un colloque international qui prendra pour point de départ le récent ouvrage de Pierre Bayard, Œdipe n’est pas coupable (Minuit, 2021), dans lequel il remet en cause la solution de Sophocle. Le colloque comprendra deux jours de communications, suivis d’une visite de la scène de crime et d’une reconstitution.

Comme de nombreuses lectrices et lecteurs, au premier chef Voltaire, l’ont en effet souligné, l’enquête qui fait l’objet de la tragédie et qui conclut à la culpabilité du roi de Thèbes, menée de façon précipitée et en dépit du bon sens, ne peut être prise pour argent comptant. Ainsi, de nombreuses zones d’ombre demeurent et demandent à être dissipées, avec le concours de tous les détectives de bonne volonté.

En parallèle, InterCriPol est en train de constituer un dossier collectif de contre-enquêtes, à paraître dans sa revue annuellequi cherche à explorer toutes les hypothèses concernant les Labdacides (dont quatre articles sont déjà accessibles) et qui pour­ra s’enrichir des communications présentées au colloque. 

Toute intervention – en français ou en anglais – susceptible de faire avancer ce dossier sera la bienvenue, mais les contributions pourront aussi concerner une autre œuvre théâtrale de l’Antiquité, voire un autre épisode de la mythologie grecque ou romaine. Quelle que soit l’œuvre choisie, celle-ci devra être soumise à une critique policière rigoureuse, menée dans l’esprit d’InterCriPol.

Pour toute information ou suggestion, écrire à : Pierre Bayard et Zoe Angelis

Parution : Des Compagnons de la Croix-rousse aux Six compagnons. Une série policière pour la jeunesse (1961-1978) (Anne-Marie Mercier-Faivre et François Quet)

Anne-Marie Mercier-Faivre et François Quet, Des Compagnons de la Croix-rousse aux Six compagnons. Une série policière pour la jeunesse (1961-1978), Bordeaux, Presses Universitaires de Bordeaux, coll. “Études sur le Livre de Jeunesse”, 2022.

La série Les Six Compagnons, inscrite dans le genre du roman policier pour la jeunesse popularisé par les traductions des éditions Hachette (Le Club des Cinq, Alice, etc.) a proposé aux jeunes lecteurs des années 1960 une alternative à ces romans peu ancrés dans le réel. Cet ouvrage analyse le projet de l’auteur, la genèse et les caractéristiques de ce qui a constitué l’une des plus intéressantes séries policières françaises pour les enfants. Située dans son époque, populaire et réaliste, cette série propose un équilibre entre éducation et distraction, stéréotypie et innovation.

Anne-Marie Mercier-Faivre a co-écrit avec Dominique Perrin Métamorphoses en culture d’enfance et d’adolescence. Questions de genre en 2020.

Parution : Chanter le crime. Canards sanglants & Complaintes tragiques (Jean-François “Maxou” Heintzen)

Jean-François “Maxou” Heintzen, Chanter le crime. Canards sanglants & Complaintes tragiques, Saint-Pourçain-sur-Sioule, Bleu autour, coll. “Grands Essais”, 2022.

Préface de Jean Lebrun

La complainte criminelle – reproduite sur une feuille illustrée, ou « canard sanglant » – narrait un fait divers marquant sur un air connu.
Après son âge d’or de 1870 à 1940, elle s’est effacée derrière la radio et la télévision. Écrite par des auteurs le plus souvent anonymes et interprétée à voix nue par ses colporteurs, elle exprimait l’horreur des crimes du temps pour mieux la mettre à distance.

Pionnier, l’ouvrage donne à lire, voir et entendre cette production populaire, foisonnante et méconnue. En même temps qu’il décrit son histoire, il éclaire d’un nouveau jour maintes affaires, oubliées ou non : Landru, Violette Nozière, Dreyfus, Stavisky… Et, à l’heure des réseaux sociaux, il donne à réfléchir sur la médiatisation du fait divers qui n’est plus chanté en plein vent.

Deux films sonores, via une clé USB encartée dans le premier rabat de couverture, accompagnent et prolongent cet ouvrage :

• Conter le crime, une libre interprétation contemporaine des complaintes criminelles servie par les talents de comédiens, chanteurs et musiciens : Olivier Perrier et Monique Brun, Yannick Guilloux, Mathilde Paris, Roland Brou, Patrick Couton, Jean-François “Maxou” Heintzen, Riton la Manivelle et Arnaud Moyencourt, dit « le facteur ».

• Jean-François “Maxou” Heintzen dialogue avec Yannick Guilloux. L’entretien proposé réunit l’auteur du livre, Jean-François “Maxou” Heintzen, et Yannick Guilloux, docteure en littérature, professeure de Lettres, chanteuse et spécialiste des répertoires populaires du Centre de la France. Leur dialogue est émaillé de chants interprétés par Monique Brun, Roland Brou, Patrick Couton et par eux-mêmes ; on entend également Patrick Couton, à la guitare et à la autoharpe, et Jean-François “Maxou” Heintzen, à la vielle.

Continuer la lecture de Parution : Chanter le crime. Canards sanglants & Complaintes tragiques (Jean-François “Maxou” Heintzen)

André-Marc Aymé

André-Marc Aymé est infirmier en psychiatrie retraité.

Ouvrages parus 

  • Archéologie de la littérature policière, Collection Sang Maudit, L’Harmattan, 2013.
  • Policiers romantiques, Anthologie des premiers héros policiers, mars 2021, Collection Noir, L’Harmattan.
  • Tueurs et tueuses romantiques, Une anthologie, 2022, Collection Sang Maudit, L’Harmattan.

Participation à des ouvrages et recueils 

  • Commémorations Nationales 2016, Collectif, Éditions du Patrimoine, (Notice pour les 150 ans de la parution de L’affaire Lerouge d’Émile Gaboriau.)
  • Participation à un recueil de nouvelles pour le festival Regards Noirs à Niort (Nov. Déc. 2019, compagnonnage avec Marin Ledun). Diffusion locale.
  • Recueils de poésies édités par Les écrits de la Belle (2019 et 2021) à Celles sur Belle (Deux-Sèvres). Diffusion locale.

Chercheur « amateur » en littérature policière du XIXème siècle 

  • Expositions sur l’histoire du polar (Niort, 2016, Pauillac, 2017)
  • Conférences sur l’histoire du polar (Thorigné, 2019 ; Pessac,  Festival du film d’histoire, 2021 ; Université populaire Maison des arts, Brioux, 2022).
  • Membre du jury du Prix Jaune Corbeau au festival Regards Noirs (Niort, depuis 2020).

Exposition en ligne : L’Europe du polar

Mise en ligne de l’exposition L’Europe du polar (Bibliothèque des littératures policières) 

Cette exposition reprend en partie l’exposition L’Europe du polar qui a été présentée à la Bibliothèque des littératures policières (BiLiPo, ville de Paris) du 6 mars au 31 décembre 2020. Voir la présentation de cette exposition sur le site de la ville de Paris.

Depuis les vénérables Mystères de Paris jusqu’à Millenium, l’Europe a toujours donné une place particulière aux récits criminels. Ceux-ci ont accompagné les transformations de nos sociétés, révélant au fil des décennies la face cachée de la ville moderne, la peur des classes populaires, les conflits engendrés par l’industrialisation, la montée en puissance d’une société de contrôle ou les abus des multinationales ; ils ont encore questionné la libération des mœurs ou mis à nu les injustices sociales. En prise directe avec notre monde, ils ont nourri les imaginaires européens.

Nés avec la presse du XIXe siècle, et investissant tous les grands médias – cinéma, radio, télévision – les récits criminels sont les produits de la culture médiatique dont ils épousent, en les dramatisant, les dynamiques de révélation sensationnelle à travers les logiques du mystère et de l’enquête. En ce sens, même dans leurs versions populaires souvent fantasmatiques et stéréotypées, ils ont pour vocation de donner sens à notre monde. Suivre les évolutions du genre, c’est donc interroger sur deux siècles nos représentations et la manière dont les fictions leur donnent une forme lisible.

Les récits criminels ont circulé dans tout l’espace européen, générant partout des imitations adaptées aux goûts locaux. Les œuvres françaises, anglaises, américaines, aujourd’hui scandinaves, ont ainsi contribué à homogénéiser les imaginaires. Certains pays, comme l’Allemagne au début du XXe siècle ou l’Italie dans les années 1960 ont joué un rôle de passeurs. D’autres, comme l’Espagne ou la Grèce, ont fait preuve d’une incroyable faculté d’appropriation. De même, durant la Guerre Froide, les Pays de l’Est n’ont eu de cesse d’opposer leurs valeurs à celles véhiculées par les fictions du Bloc ennemi. Ainsi, à force d’échanges, de bricolages et d’imitations, les récits du crime ont donné une forme commune aux craintes des Européens et à leur manière de penser la modernité. Loin de tout panthéon des auteurs, c’est cette circulation des formes et des motifs du crime que cette exposition cherche à restituer.

Commissaires de l’exposition : Matthieu Letourneur, Catherine Chauchard et Alice Jacquelin Adrien Frenay.

Assemblage : Jean-Lucien Sanchez, chargé d’études en histoire, Laboratoire de recherche et d’innovation de la Direction de l’administration pénitentiaire (ministère de la Justice).

Edition en ligne : Delphine Usal, chargée d’édition, Centre pour les humanités numériques et l’histoire de la justice (CLAMOR, UAR 3726)

Appel à contributions : Perspectives sur l’imaginaire scandinave (Studia Universitatis Babeș-Bolyai Philologia)

Perspectives sur l’imaginaire scandinave“, Studia Universitatis Babeș-Bolyai Philologia, Numéro spécial 2/2023

studia.philologia@lett.ubbcluj.ro  

Échéance des propositions : 15 septembre 2022

Coordinateurs :
Roxana-Ema Dreve, Université Babeș-Bolyai de Cluj-Napoca 
roxana.dreve@ubbcluj.ro

Raluca-Daniela Duinea, Université Babeș-Bolyai de Cluj-Napoca
 raluca.radut@ubbcluj.ro 

Raluca Pop, Université Babeș-Bolyai de Cluj-Napoca
 raluca.petrus@ubbcluj.ro 

Le terme « imaginaire » a une longue tradition en Europe et surtout en France, grâce aux travaux de Gilbert Durand (Les structures anthropologiques de l’imaginaire) et de Jean-Jacques Wunenburger (L’imaginaire). Au fil des années, l’imaginaire a reflété la connexion de différents ensembles d’images culturelles, artistiques, littéraires, linguistiques, religieuses, sociales et historiques à la notion d’identité, liant le terme à l’esthétique et à la réception. Différentes directions articulent donc le concept d’« imaginaire » aujourd’hui. Au-delà de l’exploration du Moi par rapport aux autres, la réalité, la fiction, l’histoire et la mémoire ont également été réévaluées à l’aune de l’imaginaire. 

Tenant compte de ces perspectives, le présent numéro se propose d’analyser l’imaginaire à l’égard de la Scandinavie. La culture, la linguistique et le canon littéraire norvégiens, suédois et danois sont souvent perçus comme des structures faisant partie, au-delà de la complexité multilingue et multiculturelle inhérente, d’un imaginaire scandinave homogène. Renvoyant à un ensemble complexe d’éléments – comprenant à la fois poèmes eddiques, sagas, histoires ou personnages fantastiques (comme les trolls) et véhiculant diverses croyances et coutumes anthropologiques, historiques ou religieuses –, l’imaginaire culturel scandinave gagne du terrain dans les préoccupations philologiques récentes. Dans Story and Emotion : A Study in Affective Narratology, Per Thomas Andersen prend en considération la manière dont différents états d’esprit sont abordés dans la littérature, la philosophie ou la psychologie à partir d’un contexte culturel scandinave. Les 25 essais sur le canon littéraire norvégien édités par Stig Sæterbakken et Janike Kampevold Larsen (Norsk litterær kanon, 2008) présentent l’imaginaire littéraire à travers différentes grilles de lecture. Dans le sixième tome de la Norsk idéhistorie. Et lite land i verden, Trond Berg Eriksen, Andreas Hompland et Eivind Tjønneland examinent la culture norvégienne depuis 1950 à travers plusieurs sujets tels la littérature, la politique, les médias, l’éducation ou la religion.

Outre la littérature et la culture, un autre élément lié à l’imaginaire scandinave est l’utilisation de la langue, base du patrimoine culturel, de l’identité et de l’interaction sociale. L’imaginaire scandinave peut ainsi s’exprimer également à travers l’analyse des dialectes, des études contrastives sur la langue écrite et parlée ou des traductions de textes fictifs et non-fictionnels. Au cours des dernières décennies, on a remarqué une orientation de l’imaginaire littéraire et linguistique scandinave vers l’écocritique (Henning Howlid Wærp, Hele livet en vandrer i naturen, 2018), l’espace, le non-espace, la temporalité, la réécriture des mythes ou bien la littérature de voyage.

Le présent numéro se propose de faire un état des lieux de telles approches de l’imaginaire scandinave, surpris dans toute sa complexité. Nous accepterons ainsi des contributions portant sur la question de l’imaginaire scandinave ou faisant référence à l’espace littéraire et linguistique du Nord.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Perspectives sur l’imaginaire scandinave (Studia Universitatis Babeș-Bolyai Philologia)

Appel à contributions : De la bande dessinée polar au cinéma (revue Plasticités)

« De la bande dessinée polar au cinéma », revue Plasticités

Université de Toulouse-Jean Jaurès, (LLA-CREATIS) Université Paris Nord, (Pléiade)

Échéance des propositions : 10 mai 2022

En complément de la journée d’études qui s’est tenue le 19 Novembre 2021, nous souhaiterions faire un appel à contributions écrites en vue d’une publication dans la revue Plasticité.
Alors que la question de l’adaptation du roman à l’écran a déjà été largement théorisée et fait l’objet d’études régulières, en revanche celle de la bande dessinée polar au cinéma n’a soulevé que très peu d’études. D’ailleurs, il convient de signaler que peu de spécialistes se sont intéressés à ce phénomène transmédiatique et complexe qui sollicite des outils autres que ceux qui relèvent des codes de la forme cinématographique et qui soulève des problématiques afférentes à la transposition. L’adaptation, une des formes de la transposition, est le processus -l’opération- par lequel on modifie une œuvre. Cette opération a lieu généralement lorsqu’on fait passer cette œuvre, soit d’un genre à un autre au sein d’une même sémiotique (langage), soit d’une sémiotique à une autre. Ce phénomène peut d’ailleurs s’apparenter au terme de transposition intermédiatique.

La bande dessinée offre de nombreuses possibilités de processus adaptatifs. Qu’elle soit œuvre source ou but, elle entretient en effet des relations avec d’autres médias tel que le cinéma.
Il convient de signaler que le polar qui regroupe trois tendances, le roman d’énigme, le roman noir et le roman de suspense peut être transposé dans la bande dessinée polar. Ainsi, en recense-t-on un certain nombre, notamment Le Lotus bleu d’Hergé, paru en 1946, en noir et blanc, qui a inspiré Serge Grieco pour réaliser un film d’espionnage intitulé, Opération lotus bleu, en 1966. De plus, L’Île noire d’Hergé, parue en 1938 chez Casterman a marqué les séquences filmiques de Gilles Grangier, Le Cave se rebiffe, en 1961 ; de même Le Secret de la licorne d’Hergé, en 1942, est transposé à l’écran, en 2011 sous le titre Les Aventures de Tintin, Le Secret de la licorne. La bande dessinée d’énigme au même titre que le roman anglo-saxon sous le terme anglais whodunit (contraction « who has done it ? », « Qui l’a fait ?») détermine qui est le coupable. Cette remarque fondamentale se trouve dans la plupart des bandes dessinées que nous venons de citer. Ainsi, le lecteur est-il amené à se poser ces questions : Qui est à la tête de l’organisation de trafiquants de drogue ? Qui a perpétré l’attentat ? Qui a pris le magot ? Qui a volé la maquette de la Licorne ?

Continuer la lecture de Appel à contributions : De la bande dessinée polar au cinéma (revue Plasticités)

Appel à contributions : Nature et paysages dans la bande dessinée polar (en ligne)

Journée d’études en distanciel : Nature et paysages dans la bande dessinée polar

Cette journée d’études se rattache à l’axe, Images, Espace et  Temps du laboratoire LLA-CREATIS

avec  la participation de l’université Sorbonne Paris Nord, Laboratoire Pléiade.

Échéance des propositions : 30 avril 2022

On a coutume d’étudier dans le polar – tant dans le film que dans le roman – l’espace  urbain, afin d’en souligner ses caractéristiques, qu’il soit adjuvant ou opposant. Le roman noir, lui, accorde une importance considérable à la ville. Selon Chandler, c’est Dashiell Hammett[1] qui a inauguré véritablement le genre quand « il a sorti le crime de son vase vénitien et l’a flanqué dans le ruisseau [2]». La ville devient ainsi un élément essentiel du roman policier où, à l’origine simple cadre de l’histoire, elle occupe une place croissante. Georges Simenon, suivant en cela Honoré de  Balzac, fut l’un des premiers à faire de la ville un élément essentiel et même constitutif du roman policier. On comprend dès lors que si les publications portant sur l’espace urbain dans la  bande dessinée sont assez disparates, il n’en reste pas moins qu’elles sont assez nombreuses[3]. Effectivement, les nombreuses études sur la dialectique entre bande dessinée et espace interrogent l’espace urbain au sens architectural. Comme l’espace architectural – particulièrement urbain –  a déjà  fait l’objet d’études chez les bédéistes ainsi que  chez les théoriciens,  nous  souhaitons engager une réflexion nouvelle, sur l’articulation entre la nature – et ses  paysages -, et la  bande dessinée polar. Cette nécessité s’impose dans la mesure où les études qui se  sont intéressées  à la nature dans tous états sont peu orientées sur le genre de la bande dessinée polar. 

Les axes de réflexion proposés portent sur les questions suivantes. La bande dessinée polar a souvent été fascinée par l’espace urbain mais qu’en est-il de l’espace naturel ou du paysage ? Comment cet espace et ces paysages sont-ils mis en valeur ?  Comment interfèrent-t-ils dans le récit graphique polar ? Comment cette double jonction, entre nature et récit graphique polar fonctionne-t-elle ?  Quelles sont les fonctions  de la nature dans la narration  graphique ? Comment fait-elle évoluer la fiction ?  Quelle  est  la place de cet espace dans la narrativisation graphique ? Concret, métaphorisé, fantasmé, l’espace naturel  joue son rôle dans le récit fictionnel graphique de genre policier.  Au même titre que l’espace urbain  qui fait partie du dispositif graphico-narratif, la nature avec paysages constitue un élément essentiel dans l’élaboration de l’intrigue fictionnelle. Ainsi, peut-on se demander comment la nature et ses paysages opèrent dans l’évolution de l’enquête. Enfin du point de vue moins narratif mais plus plastique, comment cet espace naturel est-il dessiné dans la planche ou dans la case ?

Plus largement, si l’espace naturel fait vivre ou rebondir l’enquête, il peut aussi apporter  une valeur ajoutée et  renouvelée, et en ce sens introduire une part poétique, une dimension  qui orienterait la bande dessinée vers le genre éco-thriller graphique  qui pourrait être  une  autre piste d’étude possible. 
Nous attendons de cette journée d’études des communications portant sur ces questionnements, en particulier, celles qui relèveraient de la bande  dessinée polar ou éco-thriller des XXe et XXIe siècles.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Nature et paysages dans la bande dessinée polar (en ligne)