Archives par mot-clé : récit policier / crime fiction

Parution : Le travail de l’obscure clarté dans Le Fantôme de l’Opéra de Gaston Leroux (Isabelle Rachel Casta)

Isabelle Rachel Casta, Le travail de l'”obscure clarté” dans Le Fantôme de l’opéra de Gaston Leroux, Classiques Garnier, Lettres modernes Minard, coll. “Archives des Lettres modernes“, 2023, rééd.

Le romancier Gaston Leroux a imaginé, dans son Fantôme de l’Opéra de 1910, un dispositif inédit où se font face art lyrique et art d’écrire, monstruosité légendaire et beauté archétypale. Ainsi le présent essai documente-t-il l’érotique mêlée des décors et des corps, au travail dans cette ode à la disgrâce.

Nombre de pages: 79

Parution: 25/01/2023

Réimpression de l’édition de: 1997

Collection:Archives des lettres modernes, n° 268

Consulter le sommaire ici.

Appel à contributions : Polars fantômes et autres spectres : séries et surnaturel (Revue des lettres modernes, Classiques Garnier)

Polars fantômes et autres spectres : séries et surnaturel

Volume collectif à paraître dans la collection “Séries policières”, La Revue des lettres modernes, Classiques Garnier.

Échéance des propositions : début juillet 2023

Dirigé par Isabelle Rachel Casta (Laboratoire Textes et Culture, EA 4028, Artois)

Appel :

“Je vois des gens qui sont morts… ils vont et ils viennent comme n’importe qui… ils ne se voient pas entre eux… ils ne voient que ce qu’ils ont envie de voir… ils ne savent pas qu’ils sont morts” (Cole dans The sixth sense)

Si tant est, dans l’esthétique postmoderne, qu’un genre puisse conserver ses spécificités, il paraît difficile de concilier les codes du polar avec ceux du surnaturel ; la résolution rationnelle des énigmes – même les plus apparemment insurmontables – demeure la règle la plus intangible du roman policier, et à part quelques cas d’école de type « Scooby Doo » ou « SOS Fantômes », la structure du récit (ou du film) de détection ne fait que rarement place au doute fantastique – si ce n’est sous forme de boutades, d’images, ou de superstitions populaires vite ridiculisées : dans le cultissime Mystère de la chambre jaune (Leroux), seuls les vieux domestiques crédules et les paysans du coin croient à une présence diabolique, mais ces remarques sont plus typifiantes que sérieuses ; d’ailleurs, pas un seul instant le policier Larsan ou le journaliste Rouletabille n’accordent le moindre crédit à ces allégations naïves : « Alors ? Alors… je commençais à croire au diable » (17) ; « C’est un mystère du diable ! » (57) ; « Je m’suis signée, quand j’ai entendu ça, comme si j’entendais l’diable ! » (93).

On retrouve le même procédé dans la plupart des romans de Leroux, par exemple dans Le Fantôme de l’Opéra : « La légende du fantôme avait bientôt pris des proportions colossales dans le corps de ballet. […]Tout était de la faute du fantôme, du fantôme de l’Opéra ! » (14), ou dans La Poupée sanglante : « C’est épouvantable !… C’est moi qui l’ai livrée au démon ! … Que Jésus ait pitié de nous ! » (t. 1 : 205), qui appartient effectivement à la science-fiction post-vernienne, mais pas par le biais que l’on croit.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Polars fantômes et autres spectres : séries et surnaturel (Revue des lettres modernes, Classiques Garnier)

Appel à contributions : “Polars fantômes et autres spectres : séries et surnaturel”

“Polars fantômes et autres spectres : séries et surnaturel”, quatrième volume des « séries policières », RLM Minard-Garnier.

Laboratoire Textes et Culture, EA 4028, Université d’Artois

Échéance des propositions : 01 Juillet 2023

“Je vois des gens qui sont morts… ils vont et ils viennent comme n’importe qui… ils ne se voient pas entre eux… ils ne voient que ce qu’ils ont envie de voir… ils ne savent pas qu’ils sont morts” (Cole dans The sixth sense)

Si tant est, dans l’esthétique postmoderne, qu’un genre puisse conserver ses spécificités, il paraît difficile de concilier les codes du polar avec ceux du surnaturel ; la résolution rationnelle des énigmes – même les plus apparemment insurmontables – demeure la règle la plus intangible du roman policier, et à part quelques cas d’école de type « Scooby Doo » ou « SOS Fantômes », la structure du récit (ou du film) de détection ne fait que rarement place au doute fantastique – si ce n’est sous forme de boutades, d’images, ou de superstitions populaires vite ridiculisées : dans le cultissime Mystère de la chambre jaune (Leroux), seuls les vieux domestiques crédules et les paysans du coin croient à une présence diabolique, mais ces remarques sont plus typifiantes que sérieuses ; d’ailleurs, pas un seul instant le policier Larsan ou le journaliste Rouletabille n’accordent le moindre crédit à ces allégations naïves : « Alors ? Alors… je commençais à croire au diable » (17) ; « C’est un mystère du diable ! » (57) ; « Je m’suis signée, quand j’ai entendu ça, comme si j’entendais l’diable ! » (93).

On retrouve le même procédé dans la plupart des romans de Leroux, par exemple dans Le Fantôme de l’Opéra : « La légende du fantôme avait bientôt pris des proportions colossales dans le corps de ballet. […]Tout était de la faute du fantôme, du fantôme de l’Opéra ! » (14), ou dans La Poupée sanglante : « C’est épouvantable !… C’est moi qui l’ai livrée au démon ! … Que Jésus ait pitié de nous ! » (t. 1 : 205), qui appartient effectivement à la science-fiction post-vernienne, mais pas par le biais que l’on croit.

Plusieurs auteurs ont relevé le défi, en préférant le « mystère » (lié à l’atmosphère, donc inscrutable) à l’énigme (résolue la plupart du temps, donc rationnelle). Prenons un exemple : toute l’œuvre de Jean Ray – nous parlons du corpus fondé sur la récurrence de Harry Dickson, l’autoproclamé Sherlock Holmes américain – est un vaste flirt entre enquête policière classique et aventures surnaturelles (par exemple, dans Le Temple de Fer) ! Bien avant lui, Sheridan Le Fanu avait inventé, avec le personnage de Martin Hesselius, le prototype du « détective de l’occulte » dans les Créatures du Miroir. Des auteurs ont ouvertement exploré ce filon, entre autres les chronologiquement contemporains William Hope Hodgson et Algernon Blackwood ; le premier a créé un personnage d’enquêteur amateur d’insolite et de bizarre : son Thomas Carnacki affronte les revenants mal intentionnés dans Carnacki et les fantômes (1910) ; mais c’est essentiellement par son recueil La Chose dans les algues que Hodgson est passé à la postérité, en tant qu’écrivain de la suggestion fantastique à part entière ; tué à Ypres en 1918, il laisse une œuvre en pleine maturation. Deux ans avant Carnacki, Blackwood avait proposé, lui, un héros « psychologue » féru de fantastique, le docteur John Silence, qui libère ses patients de leurs sujétions diaboliques (John Silence, 1908). Le plus connu est cependant leur cadet, Seabury Quinn, créateur du « Sherlock Holmes du surnaturel » en la personne de Jules de Grandin (Les aventures de Jules de Grandin, 1923-1952).

Continuer la lecture de Appel à contributions : “Polars fantômes et autres spectres : séries et surnaturel”

Appel à contributions : The Crime Genre and Crisis (Univ. of Galway, Ireland)

The Ninth Interdisciplinary Conference of the International Crime Genre Research Network, Ireland The Crime Genre and Crisis

Friday 16 – Saturday 17 June 2023

University of Galway, Ireland

Échéance des propositions : 10 février 2023

In 2022 Collins Dictionary chose ‘Permacrisis’ as their word of the year, reflecting a sense of moving from one crisis to another: pandemic; warfare; mass migration; climate change and environmental breakdown. We read about energy crisis, economic crisis, supply chain crisis, mental health crisis, political crisis, global crisis in gender-based violence. Crisis breeds fear and uncertainty but can also represent a turning point and the potential for urgent, radical action. The aim of this ninth interdisciplinary conference is to examine how the crime genre reflects and engages with ideas of crisis. Indeed, crisis is at the heart of the genre, with crimes affecting individuals, families, communities, nations, forcing them to confront terrible acts and face up to devastating truths. Furthermore, the embeddedness of the modern subject within transnational and global networks of travel, commerce, exchange, influence, raises complex questions of complicity and responsibility in local and global crises. We invite submissions on the theme of crisis within the genre, from the individual to the global. We also invite scholars to consider to what extent genre production reinforces a sense of helplessness in the face of these crises and to what extent it suggests or proposes potential solutions.  

As always, we welcome submissions from those working on crime fiction and film, and wider media production. We invite proposals for papers or panels from a wide range of disciplinary perspectives: literature and languages, criminology, anthropology, economics, politics, sociology, gender studies, health, law, etc. Our ambition remains to bring together researchers from a broad range of disciplines, countries and cultures to share knowledge and insights. We welcome established, early career and postgraduate scholars.

Papers can be on any aspect of crisis and can be on crime fiction production from the inception of the genre to the present day. Papers are welcome from any language area, but must be delivered in English and should be no more than twenty minutes in length.

Gender-based violence: Within the broader call, we include an invitation to scholars working on gender-based violence in the crime genre to register their interest in joining a research network to share expertise in this area.

Continuer la lecture de Appel à contributions : The Crime Genre and Crisis (Univ. of Galway, Ireland)

Parution : Les Peurs de la Belle époque. Crimes, attentats, catastrophes et autres périls (A.-D. Houte)

Arnaud-Dominique Houte, Les Peurs de la Belle époque. Crimes, attentats, catastrophes et autres périls, Paris, Tallandier, 2022.

Paris, 1889 : la tour Eiffel éclaire la Ville Lumière. La Belle Époque qui s’annonce est faite de progrès technique, de prospérité économique, de démocratie politique et de grandeur diplomatique. Mais rien n’est si simple : la modernité éveille aussi les peurs, qui se nourrissent des menaces de guerre, des tensions sociales, des divisions partisanes, d’une sensibilité croissante aux violences et aux drames. Loin d’être cachées ou refoulées, ces craintes sont au coeur de l’imaginaire des hommes et des femmes de 1900 : les meurtres, les mauvais coups des « apaches », les accidents spectaculaires, les épidémies, les attentats anarchistes, les manifestations réprimées dans le sang et les menaces plus ou moins fantasmées s’épanouissent dans la presse, les feuilletons et même le cinéma naissant.

Arnaud-Dominique Houte étudie, de l’Exposition universelle de 1889 à la mobilisation générale de l’été 1914, les préoccupations de la société française. Ses chapitres sont autant d’éclats dans lesquels se décrypte l’imaginaire de la Belle Époque ; leur combinaison constitue une formidable traversée de la France de 1900.

Arnaud-Dominique Houte est professeur d’histoire contemporaine à Sorbonne-Université, spécialiste des questions de sécurité et de la Troisième République. Il est notamment l’auteur de Propriété défendue : La société française à l’épreuve du vol (2021), prix du Sénat du livre d’histoire.

 

Parution : Critique n° 906, “Contre-enquêtes : faits divers et fiction”

Critique n° 906, “Contre-enquêtes : faits divers et fiction“, Paris, Minuit, 2022.

Le fait divers sanglant fascine. Non résolu, il passionne. Rien d’étonnant à ce que les écrivains s’en inspirent ou s’en emparent : de Stendhal à Truman Capote, ils ont été nombreux à mettre cet atout dans leur jeu. Mais le jeu lui-même est en train de changer. Qu’elle « fictionnalise » des crimes bien réels ou qu’elle rouvre des dossiers que l’on croyait depuis longtemps classés, toute une littérature d’aujourd’hui s’adonne à la contre-enquête.
Simple perpétuation, par d’autres moyens, d’une connivence invétérée ? Ou émergence d’une nouvelle relation entre écrivains et assassins – ce qu’on pourrait appeler, en souvenir de Borges, un « tournant inquisitorial » ?
L’affaire est instruite, dans cette livraison de Critique, par Blanche Cerquiglini, Pierre Judet de la Combe et Thierry Hoquet, avec l’aide de Pierre Bayard, orfèvre en « critique policière ».

Sommaire :

Blanche CERQUIGLINI : Le fait divers ou la monstruosité ordinaire

Thierry HOQUET : Le fait divers en roman

Pierre JUDET DE LA COMBE : Coupable, forcément coupable

ENTRETIEN

Pierre BAYARD : « Sophocle s’est trompé »


Bruno KARSENTI : Islam. L’ambivalence politique comme inquiétante étrangeté

Benjamin JOINAU : Corée-miroir, Corée-refuge. La Hallyu et nous

Aliocha WALD LASOWSKI : Soixante ans de James Bond au cinéma

NOTE

Henri SCEPI : Jean-Luc Steinmetz, une « discrétion accueillante »

Appel à contributions : Roman policier et démocratie (Université Paris Nanterre)

Colloque international Roman policier et démocratie

Université Paris Nanterre 22-23 juin 2023

Organisé par le Centre de Recherches Anglophones (Université Paris Nanterre) et Queen’s University Belfast, en partenariat avec le Centre de recherches pluridisciplinaires multilingues (Université Paris Nanterre).

Échéance des propositions : 15 janvier 2023

Ce colloque pluridisciplinaire explorera la relation entre le roman policier et la démocratie, de la fin du XIXe siècle à nos jours.

La recherche a récemment mis en évidence la relation entre le roman policier et les institutions démocratiques, et montré qu’il est productif de mettre l’histoire du genre en rapport avec le développement et la consolidation des États libéraux occidentaux. Ce colloque vise à s’appuyer sur ces approches et à les étendre dans deux directions. 

Premièrement, il se focalisera sur la relation du roman policier non seulement avec les institutions étatiques mais aussi, plus généralement, avec la puissance transformatrice de l’esprit démocratique – un esprit qui a été et est encore, selon notre hypothèse de travail, l’une des forces motrices de la croissance et du succès du roman policier, dans ses diverses manifestations. Le colloque visera donc à mettre au jour des rapports entre l’histoire sociologique et culturelle du roman policier et la réalisation ou l’échec des aspirations démocratiques dans différents contextes nationaux et internationaux, à différentes périodes. Il tentera, d’un côté, de montrer comment le genre a pu représenter une force modernisatrice et démocratique au sein du champ littéraire dans son ensemble, notamment parce que son esthétique privilégie souvent des attitudes et des pratiques linguistiques vernaculaires, subvertissant ainsi les hiérarchies traditionnelles et ouvrant la voie à une vision plus égalitaire de la littérature. D’un autre côté, il pourra également mettre en évidence la façon dont le roman policier a parfois incarné des tendances réactionnaires, autoritaires ou prônant le vigilantism. Ces positions contradictoires au sein du genre – parfois au sein d’une même œuvre – reflètent à la fois sa diversité idéologique et les ambiguïtés du concept de démocratie, dont le sens peut varier considérablement suivant les lieux et les époques. Mais elles témoignent aussi, dans l’ensemble, du rôle du roman policier en tant que lieu littéraire où les impulsions et les valeurs démocratiques peuvent être mises à l’épreuve.

Deuxièmement, le colloque vise un large éventail historique et géographique, afin de rendre compte des évolutions et manifestations du roman policier dans diverses aires culturelles. Les communications portant sur l’histoire culturelle et politique du genre seront les bienvenues, tant dans les régions où il est établi depuis longtemps (comme aux États-Unis et en Europe occidentale) que dans celles où il n’a été reconnu que plus récemment, comme en Europe de l’Est et en Russie, en Afrique, en Asie, dans le monde arabe, dans les Caraïbes ou en Amérique latine. Dans ces régions également, le colloque visera à corréler l’essor du roman policier avec l’émergence, l’affirmation, le rejet ou l’effondrement des aspirations démocratiques.

Afin d’explorer ces perspectives théoriques, ce colloque invite des communications de vingt minutes, en anglais ou en français, portant sur les liens multiples entre démocratie et roman policier à travers le monde et reposant, si possible, sur une approche large plutôt que sur l’analyse d’œuvres singulières.  

Continuer la lecture de Appel à contributions : Roman policier et démocratie (Université Paris Nanterre)

Parution : “Euronoir” (Belphégor, n° 20-1)

Belphégor, n° 20-1, “Euronoir”, sous la direction de Jacques Migozzi, 2022

Sommaire

Parution : Démons du crime. Les pouvoirs du truand dans l’entre-deux-guerres (V. Platini)

Vincent Platini, Démons du crime. Les pouvoirs du truand dans l’entre-deux-guerres, Paris, Classiques Garnier, coll. “Perspectives comparatistes”, 2022.

Durant l’entre-deux-guerres apparaissent dans la littérature des figures de truands ambiguës. Cet ouvrage examine les discours à l’œuvre dans la construction de personnages qui transgressent une norme de vie. Le public se réapproprie ces figures et en fait les vecteurs de nouvelles pratiques culturelles.

Mots-clés: Michel Foucault, XXe siècle, littérature populaire, roman policier, film noir, film de gangsters, crime, criminel, violence, discipline

Continuer la lecture de Parution : Démons du crime. Les pouvoirs du truand dans l’entre-deux-guerres (V. Platini)

Appel à contributions : Critique policière et mythologie (InterCriPol, Athènes)

Colloque international : Critique policière et mythologie

Athènes, 3-5 Mars 2023

Échéance des propositions : 30 septembre 2022

InterCriPol, qui s’est donné pour mission de rouvrir et de résoudre les cold cases de la fiction, organisera à Athènes les 3-5 mars 2023 un colloque international qui prendra pour point de départ le récent ouvrage de Pierre Bayard, Œdipe n’est pas coupable (Minuit, 2021), dans lequel il remet en cause la solution de Sophocle. Le colloque comprendra deux jours de communications, suivis d’une visite de la scène de crime et d’une reconstitution.

Comme de nombreuses lectrices et lecteurs, au premier chef Voltaire, l’ont en effet souligné, l’enquête qui fait l’objet de la tragédie et qui conclut à la culpabilité du roi de Thèbes, menée de façon précipitée et en dépit du bon sens, ne peut être prise pour argent comptant. Ainsi, de nombreuses zones d’ombre demeurent et demandent à être dissipées, avec le concours de tous les détectives de bonne volonté.

En parallèle, InterCriPol est en train de constituer un dossier collectif de contre-enquêtes, à paraître dans sa revue annuellequi cherche à explorer toutes les hypothèses concernant les Labdacides (dont quatre articles sont déjà accessibles) et qui pour­ra s’enrichir des communications présentées au colloque. 

Toute intervention – en français ou en anglais – susceptible de faire avancer ce dossier sera la bienvenue, mais les contributions pourront aussi concerner une autre œuvre théâtrale de l’Antiquité, voire un autre épisode de la mythologie grecque ou romaine. Quelle que soit l’œuvre choisie, celle-ci devra être soumise à une critique policière rigoureuse, menée dans l’esprit d’InterCriPol.

Pour toute information ou suggestion, écrire à : Pierre Bayard et Zoe Angelis