Archives par mot-clé : récit

PARUTION : L’éconarration. Des ateliers d’écriture pour transformer notre relation au vivant

Angela Biancofiore et Clément Barniaudy (dirs.), L’éconarration. Des ateliers d’écriture pour transformer notre relation au vivant, Le Bord de l’eau, 2024 [parution le 14 février].

Résumé :

“Alors que le feu des histoires engageant l’entièreté de l’être demande aujourd’hui à être alimenté aussi bien dans les établissements scolaires et universitaires (l’école, les collèges et lycée, l’université) que dans d’autres lieux (l’hôpital, les EPHAD, les entreprises, les associations, les espaces publics de la cité, entre autres), cet ouvrage entend inspirer et accompagner les enseignants et formateurs pour faire jaillir l’écriture éconarrative, de son éclosion à sa maturation.

Nous sommes convaincus que l’éconarration peut jouer un rôle vital car elle nous permet d’agir et de prendre soin de nous à travers nos récits lorsque les événements nous dépassent : ce geste – faire émerger des récits en lien avec les crises écologiques et sanitaires – réalisé dans un cadre non jugeant et accueillant, permet de retrouver la stabilité, de faire émerger les émotions liées à un vécu qui est enfoui mais qui continue d’agir sur nous. La recherche-action Econarrative nous confirme – comme l’écrivait déjà le psychologue Keith Oatley – que les émotions produites par la lecture et l’écriture ne sont pas de la « fiction », mais s’inscrivent profondément en nous, dans nos corps et nos esprits, agissant directement dans la chair du monde.”

Cet ouvrage, centré sur un projet international de recherche-action soutenu par la MSH-SUD Montpellier, explore l’art de susciter des éconarrations à travers un apprentissage transformatif et régénératif. Cette pratique pédagogique, fondée sur une éthique du care, se développe à partir d’une qualité d’attention à l’égard de nous-mêmes, des autres et des écosystèmes vivants.

 

Appel à communications : Atelier “Super-(em)pouvoir(ment) : culture comics, grands pouvoirs… grandes responsabilités ?” (Aix-en-Provence)

Atelier “Super-(em)pouvoir(ment) : culture comics, grands pouvoirs… grandes responsabilités ?”

21-24 mai 2024

Aix-Marseille Université

Date d’échéance : 20 février 2024

55e Congrès de l’Association Française d’Études Américaines “Power & Empowerement”, organisé par Savinien Capy (ELICO, Université Lyon 2) et Charles Joseph (3L.AM, Le Mans Université).

Texte de l’appel : 

Représentant la majorité des ventes de comic books aux États-Unis, les super-héros sont devenus des figures emblématiques de la culture populaire tant dans le pays qu’à l’international, succès relancé depuis le début des années 2000 avec la déferlante de leurs adaptations cinématographiques et sérielles. De par la place centrale qu’ils occupent dans l’imaginaire collectif, autant que par les arcs narratifs de leurs intrigues, les questions de pouvoir et d’empouvoirement surgissent. Parce qu’ils s’articulent autour de personnages dotés de capacités extra-ordinaires, le concept de « pouvoir » fait partie de l’ADN narratif des produits que sont les comic books. Ces derniers permettent également d’interroger comment les concepts de pouvoir, de prise de pouvoir, d’accès au(x) pouvoir(s), de rapport de pouvoir, etc. sont représentés dans un médium naturellement enclin à se plier aux goûts du public, et se voulant miroir des représentations mentales d’une majorité de la population. Continuer la lecture de Appel à communications : Atelier “Super-(em)pouvoir(ment) : culture comics, grands pouvoirs… grandes responsabilités ?” (Aix-en-Provence)

Appel à communications : Temps lointains – De la littérature géologique à la science-fiction, XIXe-XXIe siècle

Journée d’étude jeunes chercheurs : Temps lointains – De la littérature géologique à la science-fiction, XIXe-XXIe siècle.

13 juin 2024

Université Gustave Eiffel, Paris-Est (Champs-sur-Marne) – LISAA (FTD)

Echéance des propositions : 24 mars 2024

Organisé par Tristan Tailhades et Sarah Mallah, Laboratoire Littératures, Savoirs et Arts (LISAA)

Aux XVIIIe et XIXe siècles, c’est à la géologie qu’il est revenu de s’engager dans « le sombre abîme du temps » qu’évoquait Buffon, et de révéler que l’histoire du monde ne s’écrivait pas en milliers d’années, comme l’enseignait l’Écriture, mais en millions et bientôt en milliards d’années. On sait l’usage qu’ont fait les sciences de ces très longues durées : Charles Darwin y a adossé sa théorie de l’évolution, qui ne réclamait pas moins que « des milliers de générations » (Darwin, 1859) pour expliquer le passage progressif d’une espèce à une autre. Les temporalités longues des sciences de la nature ont inspiré à Michelet, dans le domaine des sciences humaines, des développements sur la préhistoire des nations (Petitier, 1997). Les découvertes scientifiques rendent possible d’imaginer le monde en des temps très éloignés, dans le passé comme dans le futur. Sur le plan politique, Roger Luckhurst rappelle que le XIXe siècle est le grand moment de la domination des empires coloniaux, ce qui explique selon lui l’élargissement des échelles à la fois temporelles et spatiales  (Luckhurst, 2012). Continuer la lecture de Appel à communications : Temps lointains – De la littérature géologique à la science-fiction, XIXe-XXIe siècle

Journée d’étude : Vingt ans de narratologie au CRAL : rétrospectives, narratologies à venir

Cette jounée d’étude intitulée Vingt ans de narratologie au CRAL : rétrospectives, narratologies à venir, organisée par John Pier et Philippe Roussin dans le cadre du séminaire Narratologies contemporaines : CRAL-EHESS/CNRS / ENS Paris / UPJV / Sorbonne Université, aura lieu le 6 février 2024.

Elle se déroulera en format HybridePrésentiel (sur inscription par mail) ou visio conference (lien sur demande), en écrivant à : j.pier@wanadoo.fr et roussin@ehess.fr

Programme

Table ronde 1 – Rétrospectives (14h15 – 16h)

    • Claude Calame (EHESS, Centre AnHiMA et CRAL)
    • Annick Louis (Université de Besançon/CRIT-Institut Universitaire de France – CRAL)
    • John Pier (Université de Tours et CRAL)
    • Philippe Roussin (CRAL/CNRS)
    • Jean-Marie Schaeffer (EHESS/CNRS)
    • Michael Scheffel (Bergische Universität Wuppertal)
    • Frank Wagner (Université de Haute Bretagne – Rennes 2)

Table ronde 2 – Narratologies à venir (16h15 – 18h)

    • Olivier Caïra (IUT Evry et EHESS)
    • Thomas Conrad (ENS Paris)
    • Anne Duprat (Université d’Amiens et IUF)
    • Liesbeth Korthals Altes (Université de Groningen)  
    • Anaïs Goudmand (Sorbonne Université)
    • Larissa Mouravieva (Bard College Berlin)
    • Sylvie Patron (Université Paris Cité)

Pot de clôture – 18H

Philippe Roussin (EHESS)

Directeur de recherche émérite au CNRS est membre du Centre de recherche sur les arts et le langage (UMR CNRS/EHESS)

Philippe Roussin enseigne avec Sabina Loriga, Directrice d’études EHESS, le séminaire Temps historique et chronotope littéraire dans le cadre de la mention Histoire du master en sciences sociales de l’EHESS et est l’un des organisateurs du séminaire collectif Narratologies contemporaines de la spécialité «Théorie littéraire » du master Lettres de l’E.N.S. Il a été en poste à la Maison française d’Oxford ( 2012-2016) et Visiting Professor in French Studies, Wadham College ( 2012-2016). Entre 2017 et 2022, il a coordonné le GDRI (CNRS) Literature and Democraty : Theoretical , Historical and Comparative Approaches (XXIth-XXst centuries), qui a réuni une soixantaine de chercheurs d’une dizaine d’équipes en Espagne, aux Etats-Unis, en France, au Japon, au Royaume-Uni, à Taiwan et en Tunisie et qui a donné lieu à une série de publications en français, espagnol et anglais référencées infra. Il est membre du comité de rédaction de la revue Communications. Projet de recherche actuel : la littérature entre patrimoine et contemporain.

PUBLICATIONS

Ouvrages

  • 2005, Misère de la littérature, terreur de l’histoire. Céline et la littérature contemporaine, Paris, Gallimard, collection NRF-ESSAIS, 754 pages

Direction ou co-direction d’ouvrages et de numéros de revue

  • 2024 (printemps, à paraître) : « Liberté pour les sciences sociales », Communications, n° 114, Paris, éditions du Seuil, dirigé par Nicole Lapierre, Evelyne Ribert et Philippe Roussin.
  • 2022 Literature, Democracy and Transitional Justice.Comparative World Perspectives ❖ Edited by Mohamed-Salah Omri and Philippe Roussin, Transcript 19, Legenda, Oxford, 268 pages.
  • 2020 « Post-censures » Communications, n° 106, Paris, éditions du Seuil, dirigé par Catherine Brun et Philippe Roussin, 221 pages.
  • 2019, Escribir la democracia. Literatura y transiciones democráticas (siglos XX- XXI), sous la direction de Anne-Laure Bonvalot, Agnès Delage, Anne-Laure Rebreyend, et Philippe Roussin, Madrid Presses de la Casa de Velázquez, 308 pages.
  • 2018 «Le formalisme russe. Cent ans après», Communications, n° 103, Paris, éditions du Seuil, dirigé par Catherine Depretto, John Pier et Philippe Roussin , 285 pages.
  • 2017, Emerging Vectors of Narratology, Ed by Hansen Per Krogh/ Pier John/ Roussin Philippe/ Schmid, Wolf Series Narratologia 57, de Gruyter, Berlin, 628 pages
  • 2016, « Démocratie et Littérature. Expériences quotidiennes, espaces publics, régimes politiques », Communications, n° 99, Paris, éditions du Seuil, dirigé par Philippe Roussin et Sebastian Veg, 218 pages.
  • 2016, Céline à l’épreuve. Réceptions, critiques, influences (1961-2011), sous la direction de Philippe Roussin, Alain Schaffner et Régis Tettamanzi, Paris, Honoré Champion, 347 pages
  • 2013, Philosophy. Sign. Narrative, Hsueh-i Chen, Jieh- Hua Chen, Cristal Huang, Kyoto Lee, John Pier & Philippe Roussin, Bookmans Books Ltd, Taipei, Taïwan, 210 pages
  • 2013, The Third ENN Conference, Emerging Vectors of Narratology: Toward Consolidation or Diversification ?, John Pier et Philippe Roussin, Paris, March 29 and 30 2013, 114 pages
  • 2012, Ecritures de l’histoire, Ecritures de la fiction, sous la direction de John Pier et Philippe Roussin, on line publication, http://narratologie.ehess.fr/
  • 2012, Marc Pataut, Humaine, J.-F. Chevrier, V. Naoum-Grappe, Ph Roussin et Pia Viewing, CRP/ Le Point du jour, 2012, 160 pages
  • 2011, Réévaluer l’art moderne et les avant-gardes, sous la direction de Esteban Buch, Denys Riout et Philippe Roussin, Paris,éditions de l’EHESS, 244 pages
  • 2009, La Bibliothèque de la Pléiade. Travail éditorial et valeur littéraire, J. Gleize et Ph Roussin (dirs), Paris, Editions des archives contemporaines, 197 pages
  • 2006, « Des faits et des gestes. Le Parti pris du document 2 », Communications, n° 79, Paris, Éditions du Seuil, juin, sous la direction de J.-F. Chevrier et Ph. Roussin, 368 pages
  • 2001, Partages de la littérature, partages de la fiction, études réunies par J. Bessière et Ph. Roussin, Genève/Paris, HonoréChampion, 220 pages
  • 2001, «Le Parti pris du document. Littérature, photographie, cinéma, architecture au XXe siècle », Communications, n° 71, Paris, éditions du Seuil, septembre, numéro dirigé par J.- F. Chevrier et Ph. Roussin, 462 pages
  • 1998, « La Contagion », Communications, n° 66, Paris, éditions du Seuil, sous la direction de J. Cheyronnaud, Philippe Roussin et G. Vigarello, 192 pages
  • 1998, Critique et affaires de blasphème à l’époque des Lumières, textes réunis par Ph. Roussin, Paris/Genève, Honoré Champion, 270 pages
  • 1994, Céline, USA, South Atlantic Quaterly, Durham, Duke University Press, A. Kaplan and Ph. Roussin special issue editors, 93:2, 345 pages
  • 1993 Cinquante ans d’exercice de la médecine en France, Carrières et pratiques des médecins français 1930-1980, C. Herzlich, M. Bungener, G. Paicheler, Ph. Roussin et M.- C. Zuber, Paris, éditions INSERM/ Doin, 274 pages 

Continuer la lecture de Philippe Roussin (EHESS)

Appel à contributions : Fabula-LhT : Sérialités narratives. Pour une approche décloisonnée des fictions au long cours

Fabula-Lht : Sérialités narratives. Pour une approche décloisonnée des fictions au long cours

Date d’échéance : 5 février 2024.

Appel à contributions pour un prochain numéro de la revue Fabula-LhT : littérature, histoire, théorie.

Sous la direction de Yasmina Foehr-JanssensSimone VenturaCamille Carnaille et Prunelle Deleville.

Texte de l’appel

Quels profits intellectuels y aurait-il à penser le phénomène de sérialité narrative à partir d’un corpus non borné historiquement ? Qu’apprendrions-nous en traitant dans un même sommaire des œuvres antiques, médiévales, modernes et contemporaines ? Dans le prolongement d’un colloque ayant eu lieu à Genève en janvier 2023, ce prochain numéro de Fabula-LhT assemblera des contributions portant sur les formes de sérialité narratives comme phénomène culturel, dans une perspective de littérature globale. Continuer la lecture de Appel à contributions : Fabula-LhT : Sérialités narratives. Pour une approche décloisonnée des fictions au long cours

Séminaire : « Recherches contemporaines en narratologie » 2023-2024

Séminaire « Recherches contemporaines en narratologie » 2023-2024 : « Acceptabilité des récits »

Le séminaire se réunit tous les quinze jours, les 1er, 3e et 5e mardi du mois, de 16h à 18h
École Normale Supérieure, 29, rue d’Ulm – 75005 Paris – Salle U205

Le séminaire se déroulera en mode hybride (présentiel + distanciel)

Lien Zoom : https://us02web.zoom.us/j/84989043345?pwd=V1VlSVhCT3F1Q25QS2ppT3BPbEZhQT09

Co-responsables du séminaire

Olivier Caïra (IUT Evry et EHESS), Thomas Conrad (ENS, Paris), Anne Duprat (Université d’Amiens et IUF), Anaïs Goudmand (Sorbonne Université), John Pier (Université de Tours et CRAL), Philippe Roussin (CRAL/CNRS)

Site du séminaire : http ://narratologie.ehess.fr/presentation/

English below

Acceptabilité des récits

Des critères d’acceptabilité pèsent sur la plupart des récits, qu’ils soient fictionnels ou documentaires. Ceux-ci peuvent se manifester dans des institutions laïques ou religieuses, tout comme elles peuvent s’intérioriser dans des pratiques d’autocensure ou des dispositifs d’autorégulation industrielle (le Code de Production hollywoodien, par exemple). Les querelles d’acceptabilité peuvent demeurer cantonnées dans la sphère privée du contrôle parental ou faire irruption dans l’espace public, via les revendications récurrentes de groupes de pression, ou de manière plus sporadique à l’initiative d’une personnalité influente ou d’un collectif de mécontents, sans oublier la censure politique et les représentations narratives dissidentes vouées à contester l’acceptabilité imposée. D’autre part, ces critères peuvent évoluer avec le temps à l’occasion de réécritures postérieures ou d’adaptations transmédiales, par exemple. Que les querelles reflètent des idées conservatrices ou progressistes, elles ont en commun l’ambition d’influencer la réception des récits par la stratégie narrative, la modification du contenu, le choix de canaux de diffusion et de promotion ou par des dispositifs de sélection de ses publics.

Continuer la lecture de Séminaire : « Recherches contemporaines en narratologie » 2023-2024

Appel à articles : Humanities, Special Issue, “Seen and Unseen: The Folklore of Secrecy”

Humanities, Special Issue, “Seen and Unseen: The Folklore of Secrecy

Échéance des propositions : 20 septembre 2023

The notion of what is seen but not well understood without esoteric knowledge—as well as what is unseen and only detectable and comprehended by the initiated few—informs various popular beliefs and narratives, including secret societies, lost cities, hidden treasures, elusive monsters, covert rituals, subliminal messages, mysteries of aliens, fairies, ghostly apparitions, and the veiled manifestations of the gods themselves! These legends, cryptic memes, cryptid claims, wonder tales, and beliefs of fantastical, magical, occult, and political intrigue have shaped visions of the ancient as well as the modern world.  We face today not only new vectors of so-called disinformation and potentially dangerous consequences of divergent and disruptive beliefs, but also vivid creations and traditions of speculative mystery, regardless, perhaps, of baleful or benign intent.

In the contemporary moment, it is not simply that visible hopes and anxieties of everyday life and divisive politics are driving the invention and proliferation of popular lore; we also have the role of a vital invisible world. Pervasive memes of apocalyptic spiritual forces, rising belief in ghosts, newsworthy regional legends (the release of Tamamo-no-Ma in Japan from the killing stone), and boosts to socio-political action because of supernatural belief (Huldufólk lore nurturing environmentalism in Iceland) stimulate and renew the living matrix of contemporary folklore of the unseen or the obscurely understood.

Please submit your articles exploring the ways that different communities are engaging folklorically with the concept of secrets, and how those secrets connect to meaningful layers of identity and experiential truth. Finished essays must be at least 5000 words and are due by 20 September 2023. Please send an abstract of no more than 500 words, together with a short bibliography of primary and critical texts, to Dr. Jason Harris at .

Appel à contributions : La carte à jouer et ses formes numériques : un dispositif d’écriture et de narration ? (Nouveaux Cahiers de Marge, n° 9)

Appel à contributions : Nouveaux Cahiers de Margen°9, La carte à jouer et ses formes numériques : un dispositif d’écriture et de narration ?”

Présentation de la revue

Revue de l’équipe de recherche MARGE (EA3712), Les Nouveaux Cahiers de Marge ont pour axes principaux : poétiques numériques, poétique, littérature et histoire et pratiques médiatiques et industries culturelles. Ils regroupent des recherches en Littérature, Langues et Sciences de l’Information et de la Communication. Ils se proposent comme objets les relations de la littérature avec ce qui la borde ou la traverse, qu’il s’agisse d’autres discours et récits, d’autres champs disciplinaires, d’autres médias. La revue intègre notamment les formes d’expression numériques et audiovisuelles de toutes les aires géographiques et linguistiques.

Argumentaire

En 2023, le jeu de cartes à collectionner Magic The Gathering (Garfield, Wizards of the Coast, 1993), célèbre son 30e anniversaire. Trente années d’existence au cours desquelles ce jeu a connu de multiples transformations pour devenir, d’une part, un dispositif ludique complexe constitué de milliers d’éléments uniques et de règles en perpétuelle actualisation, a fortiori avec la déclinaison progressive de Magic sous plusieurs formes numériques, relativement fidèles et complètes vis-à-vis du jeu d’origine. D’autre part, Magic fonctionne aujourd’hui comme un véritable écosystème transmédiatique (Jenkins, 2006 ; Bourdaa, 2013 ; Groupierre, 2017), composé de créations littéraires et audiovisuelles réalisées par Wizards of the Coast ou par de nombreuses communautés de fans. Cet écosystème intègre bien entendu le jeu en lui-même qui, au-delà de développer un univers diégétique qui lui est propre, s’ouvre de plus en plus à d’autres franchises, telles que Fortnite (Epic Games, 2017) ou encore Stranger Things (Duffer et Duffer, Netflix, 2016-2022), par l’intermédiaire de crossovers. Avec ces cartes issues de processus d’hybridations formelle et sémiotique se pose la question de l’adaptation d’une œuvre première, aussi bien jouable que non-jouable, vers une carte à jouer seconde, intégrée à un ensemble de cartes et de règles plus vaste. Autrement dit, avec cet exemple, la question qui se pose ici est celle de la carte à jouer comme média et comme dispositif de narration, avec ses éventuelles écritures spécifiques et ses potentielles métamorphoses numériques et transmédiatiques.

Continuer la lecture de Appel à contributions : La carte à jouer et ses formes numériques : un dispositif d’écriture et de narration ? (Nouveaux Cahiers de Marge, n° 9)

Parution : Enfances dystopiques. Romans et récits (XX-XXIème siècles) (dir. Sylvie Servoise)

Sylvie Servoise (dir.), Enfances dystopiques. Romans et récits (XX-XXIème siècles), Rennes, PUR, coll. “Interférences”, 2023.

Les dystopies, de 1984  à La Servante écarlate  en passant par Hunger Games  ou Le Passeur, connaissent aujourd’hui un grand succès. Adossées à un imaginaire puissant de la catastrophe, elles seraient le symptôme le plus visible de la fin de l’âge des utopies politiques bien sûr, mais également scientifiques et philosophiques. Elles off riraient le miroir déformant de notre époque en même temps que des angoisses et fantasmes qui la travaillent. Ce succès suscite une attention soutenue de la critique littéraire et artistique, mais aussi des sciences humaines et de la philosophie.

Au sein de cette thématique en plein essor, Enfances dystopiques propose cependant un décentrement inédit du regard. Il s’agit en effet de porter l’attention sur une figure apparemment secondaire de la fiction dystopique classique : la figure de l’enfant et de l’adolescent. Cette figure est pourtant essentielle, à la fois parce qu’elle incarne ; tous les fantasmes de «l’homme nouveau» à construire, à éduquer  ou à rééduquer, et parce qu’elle occupe une place grandissante dans les dystopies contemporaines, et notamment dans le champ en pleine expansion de la littérature pour la jeunesse.

Lire l’introduction et parcourir la table des matières détaillée