Archives par mot-clé : récit

Appel à contributions : Sérialités narratives : pour une approche décloisonnée des fictions au long cours (Université de Genève)

Colloque international : Sérialités narratives : pour une approche décloisonnée des fictions au long cours

les 26-27-28 janvier 2023

Université de Genève

Échéance des propositions : 31 mars 2022

Contexte scientifique

Le projet de recherche « Canoniser les Sept Sages » (C7S) porte sur une ample somme romanesque médiévale, le Cycle des sept sages de Rome. Composé de manière cumulative au cours du XIIIe s., le C7S développe l’univers romanesque du roman-souche par un mouvement de constante amplification qui repose notamment sur le déploiement de la chronique fictive d’une lignée d’empereurs de Rome et de Constantinople, descendants du sage Caton. Considéré du point de vue de la culture médiévale, le Roman des Sept Sages est un classique littéraire. Cependant, la construction contemporaine du canon de la littérature médiévale a contribué à marginaliser cet univers narratif riche et complexe. 

Principes directeurs du colloque

Dans l’optique de « canoniser les Sept sages », notre groupe de recherche se propose de rendre au C7S sa place parmi les grands cycles narratifs médiévaux. Ces œuvres romanesques de grande envergure sont fondées sur un principe d’amplification potentiellement infini, fait d’agrégats narratifs, de greffes textuelles et/ou d’inventions rétrospectives. Les « ambages » du Livre de Lancelot font depuis longtemps l’admiration de ses lecteurs, de Dante à Roubaud, et la connaissance des grands cycles romanesques (Perceforest et Guiron le courtois) a connu un important renouvellement depuis une décennie, ouvrant la voie à de nombreux travaux sur la notion d’écriture sérielle. 

En proposant la tenue d’un colloque sur les sérialités comme phénomène culturel dans une perspective de littérature globale, au début de l’année 2023 à l’Université de Genève, nous souhaitons confronter les principes méthodologiques qui sont les nôtres avec la critique et la théorie contemporaine portant sur les fictions sérielles. Il s’agit de consolider la réflexion sur les procédures d’amplification narrative en l’inscrivant dans le cadre plus vaste de la création sérielle comme phénomène transhistorique. Des Mille et une nuits à Harry Potter, du Perceforest à Stars Wars, les fictions sérielles procèdent par réduplication, réappropriation, enchâssement, emprunts, parodies, réécritures. Les notions contemporaines de transfictionnalité, de polytextualité, trans- et inter-médialité trouvent leur pertinence pour l’étude de tout type de fictions longues. Nous souhaitons rassembler des théoriciens du récit et des créateurs de fictions sérielles dans différents types de media (bande dessinée, cinéma, télévision). Le colloque visera à favoriser les échanges entre praticiens et critiques, entre spécialistes de la fiction contemporaine, médiévistes et historiens de la littérature moderne dans le but de promouvoir une approche décloisonnée de la complexité narrative et des outils conceptuels forgés pour en rendre compte.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Sérialités narratives : pour une approche décloisonnée des fictions au long cours (Université de Genève)

Appel à contributions : Peut-on sauver le passé ? Imaginaires et récits contre-factuels

Appel à contributions pour un numéro de la revue Cultx : “Peut-on sauver le passé ? Imaginaires et récits contre-factuels”

Échéance des propositions : 10 février 2022

« Il y a surabondance d’espoir, mais rien pour nous »  (Kafka)

Les romanesques dickien (Le Maître du Haut Château) ou kingien (22/11/63) interrogent la capacité des imaginaires parachroniques à exhausser quelques grands moments de bascule historique – en tout cas considérés tels par une communauté… pour « sauver » un passé insatisfaisant ou toxique ; la diégèse du High Castle opère d’ailleurs une double torsion, puisqu’elle imagine d’abord un passé qui n’a pas eu lieu (victoire de l’Axe sur les démocraties) pour ensuite mieux acter une parachronie à l’intérieur de la parachronie, en l’espèce l’ouvrage d’un écrivain fictif, Hawthorne Abendsen, qui suppose, à l’inverse, les conséquences d’une victoire des Alliés, mais qui n’aboutissent absolument pas à « notre » monde. On comprend alors pourquoi le titre désigne une « maison isolée, une véritable forteresse », où vivrait Abendsen pour se protéger des puissants de l’heure, qui essaient d’éliminer en lui l’auteur du « Poids de la sauterelle » : ce roman constitue le vrai lien entre tous les personnages, et est mentionné de nombreuses fois au cours du récit. Son titre provient d’une citation de l’Ecclésiaste (12:5) : « et les sauterelles deviendront un fardeau »…

Pour Stephen King, le voyage temporel va se doubler d’une mission salvatrice : Jake Epping, un professeur un peu paumé, accepte de traverser un portail temporel pour empêcher l’assassinat de John F. Kennedy. Mais peu à peu la question initiale (peut-on sauver Kennedy?) mute en autre chose : faut-il sauver le passé ? Car modifier un élément ne garantit en rien l’advenue d’un monde meilleur.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Peut-on sauver le passé ? Imaginaires et récits contre-factuels

Appel à contributions : « Les récits par et sur le numérique » (Cahiers de narratologie)

Appel à contribution pour un numéro spécial des Cahiers de Narratologie : « Les récits par et sur le numérique »

Coordinateurs : Rémi Cayatte (CERTOP – U. Toulouse III), Dario Compagno (Dicen-IDF – U. Paris Nanterre), Stéphane Goria (CREM – U. de Lorraine)

Date limite d’envoi des articles : 20 février 2022

Présentation

La revue Cahiers de Narratologie vous propose de contribuer à un numéro abordant les relations existantes et émergentes entre les récits et les apports du numérique. À travers ce numéro, l’enjeu est de faire un point à propos d’un objet de recherche qui a subi des transformations importantes en lien avec celles des technologies de communication. En même temps que le récit s’est adapté à de nouvelles formes d’expression et de circulation, les chercheurs se sont saisi des nouveaux potentiels d’interaction et de partage ouverts par ces technologies. Certains spécialistes ont ainsi adopté l’informatique comme support méthodologique à leur travail et pas seulement comme variation de l’objet qu’ils observaient. Dès lors, nous posons à partir de cet appel diverses questions qui prennent en compte l’influence du numérique sur la production, la circulation et la réception des récits par les individus ou les communautés. Pour ce faire, nous chercherons à privilégier des contributions portant sur quatre facettes de cette mise en relation.

La première série de questions que nous souhaitons traiter dans ce numéro concerne la jonction entre jeux numériques et récits. Elle concerne, notamment, les rôles et les compétences des concepteurs et des joueurs dans le développement et dans les pratiques de consommation interactives, massivement partagées, ou encore situées dans des mondes virtuels persistants. Il y sera question également de la conception dans le cas des récits qui utilisent des technologies d’intelligence artificielle qui permettent d’ouvrir des potentiels narratifs inédits et émergents. Ce questionnement peut être aussi inversé pour traiter de l’influence des récits et univers qui se sont développés dans des espaces numériques avant de s’étendre et de se déployer dans le monde physique.

Un second ensemble de questions est consacré aux travaux sur le récit dans le domaine journalistique. Il y sera question de ce que le numérique apporte au concept d’intrigue en matière de journalisme en ligne, de la place des récits factuels lorsque ces derniers se trouvent au centre de liens et échanges sur les réseaux sociaux, ainsi que de l’impact des architextes logiciels sur les formes de rédaction journalistique Dans ce registre, plusieurs sous-thématiques et questionnements nous semblent importants et intéressants pour les études narratologiques. Nous y associons, par exemple, des questionnements à propos des spécificités des discours complotistes, haineux, radicaux, agressifs, mais aussi incitant des changements sociaux (#metoo, #blacklivesmatter), au temps duwebjournalisme et des réseaux sociaux, ou bien en termes de nouveauté apportée par le datajournalisme à la narration journalistique.

Continuer la lecture de Appel à contributions : « Les récits par et sur le numérique » (Cahiers de narratologie)

Appel à contributions : Les formes hybrides du polar francophone (Revue Interculturel Francophonies)

Les formes hybrides du polar francophone

Revue Interculturel Francophonies

Échéance des propositions : 30 octobre 2021

Ce numéro de la revue Interculturel Francophonies vise à étudier les différentes formes d’hybridité qui caractérisent le polar francophone d’Afrique, de la Caraïbe et du Maghreb. Relevant des littératures dites « populaires », le polar francophone interroge à la fois les limites du genre auquel il appartient et rend poreuses les frontières entre la littérature dite « lettrée » et la littérature populaire. Du fait même de sa dimension postcoloniale, il traduit l’évolution de la notion de genre et le statut actuel du polar dans le champ littéraire contemporain. Son hybridité s’inscrit dans une « sensibilité désormais mondialisée » (De Meyer et Mbondobari, 2013 : 9) et prend différentes formes qui peuvent être analysées et définies en termes poétiques. Elle perturbe non seulement la dominante policière par l’introduction d’éléments provenant d’autres genres comme le fantastique, le roman historique, la science-fiction ou le roman d’espionnage, mais elle brouille aussi les codes et les conventions qui ont traditionnellement régi le genre policier. Des romans comme Le Sourire macabre (2011) et Cœur insomniaque (2012) de Sophie Adonon ou Les Cloches de la Brésilienne (2006) et Saison de porcs (2008) de Gary Victor illustrent bien cette tendance du polar francophone à travers les enquêtes du commissaire Aza et de l’inspecteur Azémar. Si la structure, l’action et les personnages permettent d’identifier ces romans comme des polars, l’introduction d’intrigues, de récits et de compositions liés au vaudou, à la divination et aux pratiques surnaturelles brouillent les frontières génériques du polar et rapprochent ces œuvres du genre fantastique. 

Dans d’autres romans, l’écriture, dont la dimension subversive est manifeste, se veut réflexive, en ce sens qu’elle vise à traduire les préoccupations artistiques de l’enquêteur. Le procédé de doublure instancielle mettant en scène un écrivain fictif qui écrit les histoires et aventures de l’enquêteur est abondamment utilisé dans Inspecteur Ali (1991) de Driss Chraîbi pour requalifier « les pouvoirs de la littérature à représenter le monde et à poser des questions essentielles à l’écriture romanesque elle-même en tant que discours spécifique » (Attikpoé et Semujanga, 2018 : 5). Julie, amoureuse d’art et peintre impressionniste qui enquête sur un meurtre au « premier degré » dans 90 jours avec Vandel (2017) d’Awa Tamboura déplace quant à elle l’enquête policière vers la réflexion sur la peinture. Ses nombreuses discussions avec son patron Vandel consistent à faire du sujet pictural la dynamique même de la production romanesque.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Les formes hybrides du polar francophone (Revue Interculturel Francophonies)

Appel à contributions : Banlieues : figurations de l’espace populaire ? (13e Congrès des francoromanistes, “Populaire ! Populär ?)

Colloque : Banlieues : figurations de l’espace populaire ? Les périphéries urbaines dans les représentations culturelles (XIXe–XXIe siècle)

21-24 septembre 2022

Dans la section Littérature du 13e Congrès de l’Association des francoromanistes, “Populaire ! Populär ?”, Université de Vienne. 

Échéance des propositions : 15 janvier 2022

Tout travail sur la « banlieue » se heurte à des difficultés de définition tant le terme recouvre des notions aussi bien juridiques, géographiques, sociologiques et culturelles que symboliques. Si ce mot qualifie les espaces qui se trouvent dans les alentours et sous la dépendance d’une grande ville, son découpage spatial n’est ni continu ni homogène dans le temps. Il est pourtant possible d’aborder la banlieue en étudiant les imaginaires culturels et sociaux (Castoriadis) projetés sur elle.

Au début du XIXe siècle, la littérature participe à la construction d’une, ou plutôt des identités de la banlieue comme espace dédié aux pratiques de plusieurs strates de la société. Nous voulons nous intéresser en particulier à la représentation des classes populaires en banlieue, source d’une vaste production littéraire aux XIXe et XXe siècles, puis cinématographique au XXe et XXIe siècles, qui imprègne les mentalités et s’inscrit dans le patrimoine culturel de certaines communes.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Banlieues : figurations de l’espace populaire ? (13e Congrès des francoromanistes, “Populaire ! Populär ?)

Parution : “Raconter, décrire, intervenir : la politique du reportage” (Recherches & travaux, n° 98)

Recherches & travaux, n° 98 / 2021, “Raconter, décrire, intervenir : la politique du reportage”sous la direction d’Anna Saignes et de Laurent Demanze

La critique contemporaine est marquée par un regain d’intérêt pour les littératures du réel, aux lisières des champs disciplinaires. Dans ce contexte, les études sur les formes et les supports journalistiques, en particulier le reportage, connaissent un renouvellement important. Ce volume s’inscrit dans ce renouvellement en proposant un décentrement de la focale : au lieu d’élaborer une histoire du reportage littéraire depuis le New journalism américain, cet numéro interroge les circulations entre les aires françaises et polonaises, pour promouvoir une histoire polycentrique du reportage.

Sommaire

Anna Saignes et Laurent Demanze : Introduction

Témoigner, dévoiler : le reportage politique

Sarah Mombert : Aux origines du reportage social. Le proto-reportage français dans la presse et la fiction 

Jean-François Louette : Le Sursis ou la dernière heure

Agata Zawiszewska : La réalité soviétique au prisme du regard des femmes polonaises (1930-1939) 

Publier, diffuser : les politiques du reportage

Marie-Odile Thirouin : Un écrivain-reporter dans les confins tchécoslovaques : Ivan Olbracht en Ruthénie subcarpatique (1931-1936) 

Marie-Ève Thérenty : Le rewriting et le romanesque dans les reportages de Paris Match (1949-1959)

Beata Nowacka : Faits et fiction dans le reportage littéraire : à propos du Shah de Ryszard Kapuściński

Urszula Glensk : La littérature inférieure : trois présupposés interprétatifs

Configurer, partager : la politique du reportage

Aleksandra Wojda : Écritures de l’instabilité. L’émergence du reportage littéraire polonais au xixe siècle

John S. Bak et Aleksandra Wiktorowska : From Poland to France with Amo(u)r: Elena Poniatowska’s Mexican Crónicas  

Mathilde Roussigné : « Insignifiant et déplacé », Jean Rolin reporter de guerre

Maud Lecacheur : La « ligne droite » et la « ligne sinueuse » : reportage et littérature dans les Récits des marais rwandais de Jean Hatzfeld 

Comptes rendus

Estelle Mouton-Rovira : Maxime Decout, Éloge du mauvais lecteur 

Paris, Minuit, coll. « Paradoxe », 2021

 

Colloque international : Formes narratives & Supports médiatiques (II) – Transferts, reconfigurations et transition numérique dans la bande dessinée (Université de Lausanne)

Colloque international : Formes narratives et supports médiatiques (II) – Transferts, reconfigurations et transition numérique dans la bande dessinée

du 21 au 23 octobre 2021

Université de Lausanne

Présentation du colloque

Cet événement s’inscrit dans le cadre du colloque international en deux volets: Formes narratives & Supports médiatiques. La première partie du colloque: « Impact de la sérialité sur le récit audiovisuel », organisée par Alain Boillat et Valentine Robert, se tiendra à l’UNIL du 20 au 21 octobre 2021 (plus d’informations ici).

Ce second volet du colloque, mêlant communications scientifiques et tables rondes, vise à interroger l’interdépendance entre les supports médiatiques et les formes narratives qui s’y déploient dans le cadre particulier de la bande dessinée. L’une des spécificités de ce médium est justement de se définir par la projection d’une séquence d’images sur la surface qui lui tient lieu de support, ce qui explique cette focale particulière. Les questionnements diversifiés qui composent le programme de ces trois journées, tant du point de vue des approches, des méthodes que des objets convoqués, s’inscrivent dans des enjeux particulièrement contemporains. En effet, la problématique de l’évolution de l’identité culturelle de la bande dessinée en lien avec l’émergence des technologies numériques, est très actuelle, car celle-ci semble avoir modifié en profondeur les modes de production, de diffusion et de consommation des récits graphiques.

Cette seconde partie est organisée dans le cadre du projet de recherche Sinergia « Reconfiguring Comics in Our Digital Era », financé par le FNS: CRSII5_180359.

Continuer la lecture de Colloque international : Formes narratives & Supports médiatiques (II) – Transferts, reconfigurations et transition numérique dans la bande dessinée (Université de Lausanne)

Colloque international : Formes narratives & supports médiatiques (i) – Impact de la sérialité sur le récit audiovisuel (Université de Lausanne)

Colloque international :  Formes narratives & supports médiatiques (I) – Impact de la sérialité sur le récit audiovisuel

20-21 octobre 2021

Université de Lausanne

Ce colloque se prolonge les 21 et 22 octobre 2021 par : Formes narratives & supports médiatiques (II) Transferts, reconfigurations et évolution dans la bande dessinée.

Mercredi 20 octobre 2021 – Géopolis 1628 10h Café d’accueil

10h30 Mot de bienvenue | Alain Boillat & Valentine Robert

10h45 – 11h15

Entre collection de plaques et série narrative : l’ambiguïté sérielle de la lanterne magique

Sébastien Fevry (UCLouvain) & Adeline Werry (UCLouvain)

11h30 – 12h

The Cisco Kid au pays du capitalisme médiatique. La sérialité comme stratégie de prévention des risques industriels | Achilleas Papakonstantis (UNIL)

12h15 – 12h45

La reformulation – la sérialité à l’épreuve de l’immanence de la fin | Vladimir Lifschutz (MARGE)

14h30 – 15h

Le « clone » comme figure méta-sérielle. Thématisation réflexive du fonctionnement de la sérialité dans deux franchises cinématographiques de science-fiction (« Alien » et « Resident Evil ») | Alain Boillat (UNIL)

15h15 – 15h45

Buffy & Harry contre les compositeurs : vers une continuité musicale en série Jérémy Michot (UEvry|ESEC)

17h30 – Table ronde

Rouages de la production de séries télévisées en Suisse romande

Avec : Sylvie Coquart-Morel (Responsable des séries RTBF) ; Jean-Marc Frohle (producteur Pointprod); Delphine Lehericey (scénariste et réalisatrice); Patrick Suhner (Producteur éditorial RTS) | Modération : Alain Boillat.

Continuer la lecture de Colloque international : Formes narratives & supports médiatiques (i) – Impact de la sérialité sur le récit audiovisuel (Université de Lausanne)

Appel à contributions : Séminaire LPCM 2022, « Dans l’atelier des chercheur·se·s en littératures populaires et culture médiatique »

Séminaire LPCM 2022 : « Dans l’atelier des chercheur·se·s en littératures populaires et culture médiatique »

À partir du mercredi 26 janvier 2022, 17h-19h, en visioconférence

Échéance des propositions : 5 novembre 2021

L’Association internationale des chercheur·se·s en Littératures Populaires et Culture Médiatique (LPCM) a pour but d’étudier, dans une perspective résolument pluridisciplinaire et intermédiale, les formes des cultures médiatiques, les pratiques qu’elles ont favorisées et les imaginaires qu’elles ont suscités dans les époques moderne et contemporaine. Depuis sa création, l’Association a fédéré des initiatives interdisciplinaires variées permettant une saisie problématisée des récits multimédiatiques produits et diffusés par les industries culturelles et circulant dans l’espace public depuis l’avènement du roman-feuilleton. Fondatrice, en 2001, de la revue en ligne Belphégor, l’Association a aussi, parmi bien d’autres projets collectifs, co-organisé les Assises de la recherche en cultures populaires et médiatiques 2018, qui ont réuni un grand nombre de spécialistes des cultures populaires autour du thème commun « Approches critiques des fictions médiatiques : enjeux, outils, méthodes ».

Le séminaire de recherche mensuel de la LPCM se tiendra le mercredi de 17h à 19h à partir du 26 janvier 2022. Il visera à favoriser les rencontres et les échanges entre les chercheur·se·s qui se spécialisent dans l’analyse des cultures populaires et médiatiques, quel que soit leur ancrage disciplinaire (littérature, sciences de l’information et de la communication, sociologie, histoire, économie, musicologie, humanités numériques…) et leur objet d’étude (littérature, bande dessinée, littérature jeunesse, cinéma, séries télévisées, productions transmédiatiques, musique, jeux vidéo, jeux, figurines, images…). 

L’appel est ouvert aux jeunes chercheur·se·s (masterant·e·s et doctorant·e·s) aussi bien qu’aux chercheur·se·s confirmé·e·s. Nous souhaitons encourager la présentation de recherches en cours, en insistant plus particulièrement sur leur dimension méthodologique : il s’agira de nous interroger sur les outils et les méthodes pour analyser les phénomènes caractéristiques de la production et de la réception des littératures populaires et de la culture médiatique (sérialité, transmédialité, histoire des supports, construction de monde, fandom, usages ludiques ou politiques…). Chaque séance de l’atelier sera composée de deux interventions (d’une durée maximale de 30 minutes chacune), suivies d’un temps de discussion avec un·e répondant·e, visant à offrir aux participant·e·s un cadre de réflexion collectif entre pairs permettant, en fonction des besoins, d’enrichir des problématiques de travail en cours, de suggérer de nouvelles pistes de recherche ou d’interroger des difficultés ou blocages éventuels. En fonction des propositions reçues, des séances de conférence pourront aussi être organisées ponctuellement pour présenter des recherches plus abouties ou des travaux et projets collectifs.

Si la situation sanitaire le permet, le séminaire se tiendra sous une forme hybride et nomade : chaque séance sera diffusée en visioconférence, tout en laissant la possibilité aux intervenant·e·s et aux auditeur·rice·s qui le souhaitent de se rendre sur place dans l’université dans laquelle elle se déroulera (Université Paris Nanterre, Sorbonne-Université, Université de Limoges, Université de Lausanne…). 

Les propositions, de 300 mots ou 2000 signes maximum et accompagnées d’une brève notice biobibliographique, devront être adressées avant le 5 novembre 2021 à l’adresse suivante : atelierlpcm@protonmail.com 

Continuer la lecture de Appel à contributions : Séminaire LPCM 2022, « Dans l’atelier des chercheur·se·s en littératures populaires et culture médiatique »

Séminaire : Recherches Contemporaines en Narratologie (CRAL, CNRS/EHESS)

Séminaire « Recherches contemporaines en narratologie » 2021-2022

Centre de recherches sur les arts et le langage (CNRS/EHESS)

Le séminaire se réunit tous les quinze jours, les 1er et 3e mardi du mois, de 15h à 17h 54, boulevard Raspail – 75006 Paris
Salle B02_18

NB : Le séminaire sera en visio cette année.
Le lien sera communiqué la veille de chaque séance

http://narratologie.ehess.fr

John Pier (Université de Tours et CRAL) et Philippe Roussin (CRAL/CNRS), gestionnaires, avec la collaboration d’Olivier Caïra (IUT Evry et EHESS), de Thomas Conrad (ENS, Paris), d’Anne Duprat (Université d’Amiens et IUF) et d’Anaïs Goudmand (Sorbonne Université)

English below

Performativités narratives

Scribere est agere. Parler c’est agir. La formule juridique convient particulièrement bien au récit. Les récits agissent, sont efficaces entre autres raisons parce que nous les croyons. Et nous les croyons parce que, comme l’ont enseigné la philosophie du sens commun (Thomas Reid et le principe de crédulité : toute assertion est digne de créance tant qu’elle n’a pas été démontrée fausse) et, plus récemment, la psychologie cognitive (l’existence d’une disposition à croire nos semblables, à avoir confiance dans la véracité des récits qui nous sont contés), notre pente naturelle est de croire ce que l’on nous raconte. La théorie des actes de langage d’Austin, élaborée par rapport au droit (qu’il s’agisse de l’engagement du locuteur, des obligations contractuelles, qui se déclarent avec l’assertion, la promesse, etc.), les « implicatures conversationnelles » de Grice et la pragmatique renvoient alors aux questions de la détermination des autorités et des narrateurs fiables (on peut ainsi réinterroger la tradition du unreliable narrator issue de la rhétorique narrative de Wayne Booth), de la confiance (entendue comme une attitude épistémique) que nous accordons à ce que l’on nous raconte et de la défiance (comme attitude trop coûteuse). Loin des problématiques trop usuelles du pouvoir, de la puissance d’agir de la fiction ou du récit, le storytelling (pour ne citer que lui) peut ainsi être repensé, dans ses versions orales comme écrites, au-delà de la seule interprétation qui a prévalu en France par la rationalité et la communication manipulatrices.

Ce séminaire de recherche portera également sur des récits – littéraires ou non, contemporains ou non – chargés d’une forte promesse de performativité, qu’ils aient une orientation utopique ou dystopique. L’injonction contemporaine à « inventer de nouveaux récits » ne vise pas simplement à renouveler les pratiques narratives, mais surtout à faire advenir des changements sociaux par leur truchement. La question du statut fictionnel ou documentaire des œuvres sera l’un des thèmes récurrents de la réflexion au fil des séances. La performativité peut en effet être envisagée comme une caractéristique transformatrice, non seulement des éléments du récit, mais aussi du statut pragmatique de ce dernier : si la documentarité et la fictionnalité se jugent à l’aune du monde existant, qu’en est-il du rapport des œuvres narratives à des mondes en gestation ? De William Gibson à Fredric Jameson, ne dit-on pas des récits cyberpunk des années 1980 qu’ils ont prophétisé, voire modelé le monde actuel ? On abordera donc la genèse des « grands récits » du passé ainsi que leur rôle, réel ou supposé, de moteur de l’histoire, mais aussi des initiatives actuelles, comme le projet Witnesspedia (https://scifieconomics.world/), dont l’objectif affirmé est de raconter d’autres futurs pour leur donner une chance d’advenir.

Continuer la lecture de Séminaire : Recherches Contemporaines en Narratologie (CRAL, CNRS/EHESS)