Archives par mot-clé : récit

Journée d’étude : Le religieux au prisme de ses récits

Le religieux au prisme de ses récits

30 mai 2024

 

 

Ecole Normale Supérieure, Campus Jourdan
48, boulevard Jourdan, Paris 14e
Salle R1-07

Lien de connexion

Organisé par Emma Bigot, Arthur Kramer, Thierry Maire, Sabrina Pastorelli, Centre Maurice Halbwachs

Argumentaire

Si les définitions du mot ‘religion’ sont nombreuses (Lambert, 1991 ; Bobineau & Tank-Storper, 2012), et nourrissent depuis longtemps un débat passionnant sur ce que recouvre le terme, débat par exemple renouvelé par les approches post et décoloniales (Assad, 1973, 1993), c’est sans doute en raison de la place occupée par les phénomènes religieux ici et ailleurs, aujourd’hui ou hier. La polysémie du terme reflète la versatilité des expériences qui y sont rattachées.

Il est cependant une dimension du ‘religieux’ qui peut faire consensus, c’est que les phénomènes religieux ou de croyance se manifestent fréquemment au travers d’un récit. Pour Enzo Pace, les religions sont avant tout des “dispositifs communicationnels” (Pace, 2011). Ces derniers permettent aux acteurs du religieux de mettre en place des méthodes d’exposition et de conviction quant aux contenus qu’ils proposent, mais aussi d’intervenir dans l’espace public, pris au sens d’Habermas, sur tout sujet qui leur semble pertinent. On peut ainsi affirmer avec le philosophe Francis Jacques qu’une religion ne saurait exister sans communiquer (Jacques, 1979). Les instances de cette communication sont par définition variées. Elles peuvent prendre la forme de textes, de déclarations, de biographies, mais aussi d’images, de symboles, d’objets divers et variés qui portent et supportent la représentation d’un discours qui les transcende. Nombre de religions mobilisent ainsi des médiations diverses pour convaincre, partager et diffuser leurs idées. Ces médiations transitent par des supports divers, qu’ils soient matériels, textuels ou symboliques. En somme, la notion de récit, prise dans son acception la plus large, sous-tend l’expression d’une croyance ou d’un système de croyances. Continuer la lecture de Journée d’étude : Le religieux au prisme de ses récits

Appel à contributions : Les albums pour la jeunesse coréens depuis les années 1970/Korean Picture Books since the 1970s

Les albums pour la jeunesse coréens depuis les années 1970

Date d’échéance : 30 juin 2024

Numéro  de la revue en ligne dirigé par Dr Sungyup Lee (Ewha Womens University, Seoul).

Texte de l’appel :

 English version below

En 1988 est publiée une œuvre qui restera gravée dans l’histoire de l’album coréen : 백두산 이야기 ([Baekdusan Iyag], L’histoire du mont Baekdu), considérée comme le premier album coréen vendu à l’unité (Lee, 2022). De la fin du XIXe siècle au milieu du XXe, on peut pourtant observer la publication de livres et de recueils considérés comme précurseurs de l’album, dont témoigne우리들 노래 ([Urideul norae], Nos chansons, 1947), recueil de poèmes (Cho, 2006 ; Jeong, Park, 2013). Mais jusque dans les années 1960 et 1970, il n’existe pratiquement que des collections, dont le format est uniformisé et qui se vendent seulement en bloc, avec paiement fractionné. La plupart des collections empruntent leurs textes à des contes traditionnels ; d’autres sont des traductions non autorisées d’albums étrangers. À la fin des années 1970, prenant conscience du grand écart entre les livres coréens et étrangers, la maison d’édition Dongwha publie 그림나라 100 ([Grimnara100], Pays d’images 100), une collection qui se distingue par le fait que chaque livre est une création, et non une reproduction d’un conte traditionnel (Cho, 2019 ; Ro, 2018). Une décennie plus tard, L’histoire du mont Baekdu marque la naissance des albums à l’unité dans lesquels s’expriment l’originalité et la créativité de chaque artiste. Continuer la lecture de Appel à contributions : Les albums pour la jeunesse coréens depuis les années 1970/Korean Picture Books since the 1970s

Appel à contributions : Apocalypse et dystopie dans la littérature italienne et française, de 1945 à aujourd’hui (Cahiers d’études italiennes)

Apocalypse et dystopie dans la littérature italienne et française,  de 1945 à aujourd’hui

Cahiers d’études italiennes, Novecento… e dintorni , n° 42, printemps 2026  

Université Grenoble Alpes

Date d’échéance : 28 février 2025

Sous la direction d’Enzo Neppi, Stefano Lazzarin, Diego Pellizzari, et Valentina Sturli.

Texte de l’appel :

Les intrigues dystopiques et apocalyptiques sont fréquentes dans la littérature récente et contemporaine. Pour en saisir toute la portée, il faut néanmoins les replacer dans le contexte historique constitué par la révolution scientifique (théorisée par Francis Bacon), la transformation capitaliste de l’économie, la philosophie de l’histoire (née dans la seconde moitié du XVIIIe siècle) ainsi que par les courants « messianiques » modernes auxquels ces intrigues apocalyptiques s’opposent.

Depuis Kant, qui théorise la « paix universelle » et le « royaume des fins » comme « fin cachée de la nature », jusqu’à Kurzweil, qui présente l’expansion de l’intelligence dans le cosmos comme la « fin de l’univers », en passant par Fichte, Condorcet, Constant, Shelley, Fourier, Marx, Nietzsche, Marinetti, Trotski, Keynes, Ayn Rand et bien d’autres, le messianisme « laïc » a traversé les deux derniers siècles sous des formes différentes. Continuer la lecture de Appel à contributions : Apocalypse et dystopie dans la littérature italienne et française, de 1945 à aujourd’hui (Cahiers d’études italiennes)

Appel à communications : La ville postapocalyptique comme objet critique dans l’imaginaire nord-américain. Perspectives pluridisciplinaires (Saint-Étienne)

La ville postapocalyptique comme objet critique dans l’imaginaire nord-américain. Perspectives pluridisciplinaires.

3 et 4 octobre 2024

Université Jean Monnet, Saint-Etienne

Date d’échéance : 24 mai 2024

Journées d’études organisées par Vincent Jaunas et Jonathan Tichit.

Texte de l’appel :

Si les fictions nord-américaines regorgent de récits de fins du monde et d’environnements postapocalyptiques variés, elles témoignent d’une fascination particulière pour l’effondrement du mode de vie urbain. A maintes reprises, New York a par exemple été envahie par des monstres (Je suis une légende, Richard Matheson, 1954), des zombies et des vampires (Empire of the Dead, tome 1, George Romero et Alex Maleev, 2014), des Kaiju (Cloverfield, Matt Reeves, 2008) ou des extra-terrestres (Avengers, Joss Whedon, 2012). Elle est aussi devenue trop chaude pour l’espèce humaine (Le Dieu venu du Centaure, Philip K. Dick, 1965), a été engloutie (New York 2140, Kim Stanley Robinson, 2017), ensevelie (La Planète des singes, Franklin Schaffner, 1968) et a sombré dans l’anarchie après un virus mortel (Tom Clancy’s The Division, Ubisoft, 2016) ou une décision politique (New York 1997, John Carpenter, 1981). La ruine totale d’une mégalopole, identifiable au premier coup d’œil, acquiert une dimension emblématique, signifiant par métonymie la ruine du monde. Depuis l’adaptation filmique de La Planète des singes réalisée par Franklin Schaffner et son célèbre twist final, on ne compte plus le nombre de représentations figurant la Statue de la Liberté sous la forme d’un vestige, pour sa capacité à symboliser à elle seule un futur postapocalyptique. Continuer la lecture de Appel à communications : La ville postapocalyptique comme objet critique dans l’imaginaire nord-américain. Perspectives pluridisciplinaires (Saint-Étienne)

PARUTION : L’éconarration. Des ateliers d’écriture pour transformer notre relation au vivant

Angela Biancofiore et Clément Barniaudy (dirs.), L’éconarration. Des ateliers d’écriture pour transformer notre relation au vivant, Le Bord de l’eau, 2024 [parution le 14 février].

Résumé :

“Alors que le feu des histoires engageant l’entièreté de l’être demande aujourd’hui à être alimenté aussi bien dans les établissements scolaires et universitaires (l’école, les collèges et lycée, l’université) que dans d’autres lieux (l’hôpital, les EPHAD, les entreprises, les associations, les espaces publics de la cité, entre autres), cet ouvrage entend inspirer et accompagner les enseignants et formateurs pour faire jaillir l’écriture éconarrative, de son éclosion à sa maturation.

Nous sommes convaincus que l’éconarration peut jouer un rôle vital car elle nous permet d’agir et de prendre soin de nous à travers nos récits lorsque les événements nous dépassent : ce geste – faire émerger des récits en lien avec les crises écologiques et sanitaires – réalisé dans un cadre non jugeant et accueillant, permet de retrouver la stabilité, de faire émerger les émotions liées à un vécu qui est enfoui mais qui continue d’agir sur nous. La recherche-action Econarrative nous confirme – comme l’écrivait déjà le psychologue Keith Oatley – que les émotions produites par la lecture et l’écriture ne sont pas de la « fiction », mais s’inscrivent profondément en nous, dans nos corps et nos esprits, agissant directement dans la chair du monde.”

Cet ouvrage, centré sur un projet international de recherche-action soutenu par la MSH-SUD Montpellier, explore l’art de susciter des éconarrations à travers un apprentissage transformatif et régénératif. Cette pratique pédagogique, fondée sur une éthique du care, se développe à partir d’une qualité d’attention à l’égard de nous-mêmes, des autres et des écosystèmes vivants.

 

Appel à communications : Atelier “Super-(em)pouvoir(ment) : culture comics, grands pouvoirs… grandes responsabilités ?” (Aix-en-Provence)

Atelier “Super-(em)pouvoir(ment) : culture comics, grands pouvoirs… grandes responsabilités ?”

21-24 mai 2024

Aix-Marseille Université

Date d’échéance : 20 février 2024

55e Congrès de l’Association Française d’Études Américaines “Power & Empowerement”, organisé par Savinien Capy (ELICO, Université Lyon 2) et Charles Joseph (3L.AM, Le Mans Université).

Texte de l’appel : 

Représentant la majorité des ventes de comic books aux États-Unis, les super-héros sont devenus des figures emblématiques de la culture populaire tant dans le pays qu’à l’international, succès relancé depuis le début des années 2000 avec la déferlante de leurs adaptations cinématographiques et sérielles. De par la place centrale qu’ils occupent dans l’imaginaire collectif, autant que par les arcs narratifs de leurs intrigues, les questions de pouvoir et d’empouvoirement surgissent. Parce qu’ils s’articulent autour de personnages dotés de capacités extra-ordinaires, le concept de « pouvoir » fait partie de l’ADN narratif des produits que sont les comic books. Ces derniers permettent également d’interroger comment les concepts de pouvoir, de prise de pouvoir, d’accès au(x) pouvoir(s), de rapport de pouvoir, etc. sont représentés dans un médium naturellement enclin à se plier aux goûts du public, et se voulant miroir des représentations mentales d’une majorité de la population. Continuer la lecture de Appel à communications : Atelier “Super-(em)pouvoir(ment) : culture comics, grands pouvoirs… grandes responsabilités ?” (Aix-en-Provence)

Appel à communications : Temps lointains – De la littérature géologique à la science-fiction, XIXe-XXIe siècle

Journée d’étude jeunes chercheurs : Temps lointains – De la littérature géologique à la science-fiction, XIXe-XXIe siècle.

13 juin 2024

Université Gustave Eiffel, Paris-Est (Champs-sur-Marne) – LISAA (FTD)

Echéance des propositions : 24 mars 2024

Organisé par Tristan Tailhades et Sarah Mallah, Laboratoire Littératures, Savoirs et Arts (LISAA)

Aux XVIIIe et XIXe siècles, c’est à la géologie qu’il est revenu de s’engager dans « le sombre abîme du temps » qu’évoquait Buffon, et de révéler que l’histoire du monde ne s’écrivait pas en milliers d’années, comme l’enseignait l’Écriture, mais en millions et bientôt en milliards d’années. On sait l’usage qu’ont fait les sciences de ces très longues durées : Charles Darwin y a adossé sa théorie de l’évolution, qui ne réclamait pas moins que « des milliers de générations » (Darwin, 1859) pour expliquer le passage progressif d’une espèce à une autre. Les temporalités longues des sciences de la nature ont inspiré à Michelet, dans le domaine des sciences humaines, des développements sur la préhistoire des nations (Petitier, 1997). Les découvertes scientifiques rendent possible d’imaginer le monde en des temps très éloignés, dans le passé comme dans le futur. Sur le plan politique, Roger Luckhurst rappelle que le XIXe siècle est le grand moment de la domination des empires coloniaux, ce qui explique selon lui l’élargissement des échelles à la fois temporelles et spatiales  (Luckhurst, 2012). Continuer la lecture de Appel à communications : Temps lointains – De la littérature géologique à la science-fiction, XIXe-XXIe siècle

Journée d’étude : Vingt ans de narratologie au CRAL : rétrospectives, narratologies à venir

Cette jounée d’étude intitulée Vingt ans de narratologie au CRAL : rétrospectives, narratologies à venir, organisée par John Pier et Philippe Roussin dans le cadre du séminaire Narratologies contemporaines : CRAL-EHESS/CNRS / ENS Paris / UPJV / Sorbonne Université, aura lieu le 6 février 2024.

Elle se déroulera en format HybridePrésentiel (sur inscription par mail) ou visio conference (lien sur demande), en écrivant à : j.pier@wanadoo.fr et roussin@ehess.fr

Programme

Table ronde 1 – Rétrospectives (14h15 – 16h)

    • Claude Calame (EHESS, Centre AnHiMA et CRAL)
    • Annick Louis (Université de Besançon/CRIT-Institut Universitaire de France – CRAL)
    • John Pier (Université de Tours et CRAL)
    • Philippe Roussin (CRAL/CNRS)
    • Jean-Marie Schaeffer (EHESS/CNRS)
    • Michael Scheffel (Bergische Universität Wuppertal)
    • Frank Wagner (Université de Haute Bretagne – Rennes 2)

Table ronde 2 – Narratologies à venir (16h15 – 18h)

    • Olivier Caïra (IUT Evry et EHESS)
    • Thomas Conrad (ENS Paris)
    • Anne Duprat (Université d’Amiens et IUF)
    • Liesbeth Korthals Altes (Université de Groningen)  
    • Anaïs Goudmand (Sorbonne Université)
    • Larissa Mouravieva (Bard College Berlin)
    • Sylvie Patron (Université Paris Cité)

Pot de clôture – 18H

Philippe Roussin (EHESS)

Directeur de recherche émérite au CNRS est membre du Centre de recherche sur les arts et le langage (UMR CNRS/EHESS)

Philippe Roussin enseigne avec Sabina Loriga, Directrice d’études EHESS, le séminaire Temps historique et chronotope littéraire dans le cadre de la mention Histoire du master en sciences sociales de l’EHESS et est l’un des organisateurs du séminaire collectif Narratologies contemporaines de la spécialité «Théorie littéraire » du master Lettres de l’E.N.S. Il a été en poste à la Maison française d’Oxford ( 2012-2016) et Visiting Professor in French Studies, Wadham College ( 2012-2016). Entre 2017 et 2022, il a coordonné le GDRI (CNRS) Literature and Democraty : Theoretical , Historical and Comparative Approaches (XXIth-XXst centuries), qui a réuni une soixantaine de chercheurs d’une dizaine d’équipes en Espagne, aux Etats-Unis, en France, au Japon, au Royaume-Uni, à Taiwan et en Tunisie et qui a donné lieu à une série de publications en français, espagnol et anglais référencées infra. Il est membre du comité de rédaction de la revue Communications. Projet de recherche actuel : la littérature entre patrimoine et contemporain.

PUBLICATIONS

Ouvrages

  • 2005, Misère de la littérature, terreur de l’histoire. Céline et la littérature contemporaine, Paris, Gallimard, collection NRF-ESSAIS, 754 pages

Direction ou co-direction d’ouvrages et de numéros de revue

  • 2024 (printemps, à paraître) : « Liberté pour les sciences sociales », Communications, n° 114, Paris, éditions du Seuil, dirigé par Nicole Lapierre, Evelyne Ribert et Philippe Roussin.
  • 2022 Literature, Democracy and Transitional Justice.Comparative World Perspectives ❖ Edited by Mohamed-Salah Omri and Philippe Roussin, Transcript 19, Legenda, Oxford, 268 pages.
  • 2020 « Post-censures » Communications, n° 106, Paris, éditions du Seuil, dirigé par Catherine Brun et Philippe Roussin, 221 pages.
  • 2019, Escribir la democracia. Literatura y transiciones democráticas (siglos XX- XXI), sous la direction de Anne-Laure Bonvalot, Agnès Delage, Anne-Laure Rebreyend, et Philippe Roussin, Madrid Presses de la Casa de Velázquez, 308 pages.
  • 2018 «Le formalisme russe. Cent ans après», Communications, n° 103, Paris, éditions du Seuil, dirigé par Catherine Depretto, John Pier et Philippe Roussin , 285 pages.
  • 2017, Emerging Vectors of Narratology, Ed by Hansen Per Krogh/ Pier John/ Roussin Philippe/ Schmid, Wolf Series Narratologia 57, de Gruyter, Berlin, 628 pages
  • 2016, « Démocratie et Littérature. Expériences quotidiennes, espaces publics, régimes politiques », Communications, n° 99, Paris, éditions du Seuil, dirigé par Philippe Roussin et Sebastian Veg, 218 pages.
  • 2016, Céline à l’épreuve. Réceptions, critiques, influences (1961-2011), sous la direction de Philippe Roussin, Alain Schaffner et Régis Tettamanzi, Paris, Honoré Champion, 347 pages
  • 2013, Philosophy. Sign. Narrative, Hsueh-i Chen, Jieh- Hua Chen, Cristal Huang, Kyoto Lee, John Pier & Philippe Roussin, Bookmans Books Ltd, Taipei, Taïwan, 210 pages
  • 2013, The Third ENN Conference, Emerging Vectors of Narratology: Toward Consolidation or Diversification ?, John Pier et Philippe Roussin, Paris, March 29 and 30 2013, 114 pages
  • 2012, Ecritures de l’histoire, Ecritures de la fiction, sous la direction de John Pier et Philippe Roussin, on line publication, http://narratologie.ehess.fr/
  • 2012, Marc Pataut, Humaine, J.-F. Chevrier, V. Naoum-Grappe, Ph Roussin et Pia Viewing, CRP/ Le Point du jour, 2012, 160 pages
  • 2011, Réévaluer l’art moderne et les avant-gardes, sous la direction de Esteban Buch, Denys Riout et Philippe Roussin, Paris,éditions de l’EHESS, 244 pages
  • 2009, La Bibliothèque de la Pléiade. Travail éditorial et valeur littéraire, J. Gleize et Ph Roussin (dirs), Paris, Editions des archives contemporaines, 197 pages
  • 2006, « Des faits et des gestes. Le Parti pris du document 2 », Communications, n° 79, Paris, Éditions du Seuil, juin, sous la direction de J.-F. Chevrier et Ph. Roussin, 368 pages
  • 2001, Partages de la littérature, partages de la fiction, études réunies par J. Bessière et Ph. Roussin, Genève/Paris, HonoréChampion, 220 pages
  • 2001, «Le Parti pris du document. Littérature, photographie, cinéma, architecture au XXe siècle », Communications, n° 71, Paris, éditions du Seuil, septembre, numéro dirigé par J.- F. Chevrier et Ph. Roussin, 462 pages
  • 1998, « La Contagion », Communications, n° 66, Paris, éditions du Seuil, sous la direction de J. Cheyronnaud, Philippe Roussin et G. Vigarello, 192 pages
  • 1998, Critique et affaires de blasphème à l’époque des Lumières, textes réunis par Ph. Roussin, Paris/Genève, Honoré Champion, 270 pages
  • 1994, Céline, USA, South Atlantic Quaterly, Durham, Duke University Press, A. Kaplan and Ph. Roussin special issue editors, 93:2, 345 pages
  • 1993 Cinquante ans d’exercice de la médecine en France, Carrières et pratiques des médecins français 1930-1980, C. Herzlich, M. Bungener, G. Paicheler, Ph. Roussin et M.- C. Zuber, Paris, éditions INSERM/ Doin, 274 pages 

Continuer la lecture de Philippe Roussin (EHESS)

Appel à contributions : Fabula-LhT : Sérialités narratives. Pour une approche décloisonnée des fictions au long cours

Fabula-Lht : Sérialités narratives. Pour une approche décloisonnée des fictions au long cours

Date d’échéance : 5 février 2024.

Appel à contributions pour un prochain numéro de la revue Fabula-LhT : littérature, histoire, théorie.

Sous la direction de Yasmina Foehr-JanssensSimone VenturaCamille Carnaille et Prunelle Deleville.

Texte de l’appel

Quels profits intellectuels y aurait-il à penser le phénomène de sérialité narrative à partir d’un corpus non borné historiquement ? Qu’apprendrions-nous en traitant dans un même sommaire des œuvres antiques, médiévales, modernes et contemporaines ? Dans le prolongement d’un colloque ayant eu lieu à Genève en janvier 2023, ce prochain numéro de Fabula-LhT assemblera des contributions portant sur les formes de sérialité narratives comme phénomène culturel, dans une perspective de littérature globale. Continuer la lecture de Appel à contributions : Fabula-LhT : Sérialités narratives. Pour une approche décloisonnée des fictions au long cours