Archives par mot-clé : récit

Appel à contributions : Narratives of Mobility: The Transnational and Transculutral Turn in European Crime Fiction (Scritture migranti)

« Narratives of Mobility: The Transnational and Transculutral Turn in European Crime Fiction »

Scritture migranti

Deadline : May 31 2021

Publication anticipated in January 2022

Edited by Maurizio Ascari, Silvia Baroni, Sara Casoli

This issue of Scritture migranti (15/2021) aims to investigate a phenomenon that is highly characteristic of contemporary crime fiction on a global level: the representation and thematization of multiculturalism, international mobility, and transcultural identities. Thanks to its transnational circulation and its aptitude to highlight social and political issues throughout the lens of the investigation, crime fiction offers a privileged perspective through which to observe the encounters and the conflicts associated with social and cultural mobility. Moreover, the critical reflections on the connections between social norms and otherness expressed in crime fiction encourage also to take into consideration the mobility of the genre itself in terms of genre-blending.

In particular, we aim at analysing authors and characters whose transnational and multicultural perspective epitomizes an alienating gaze questioning the social norms of hegemonic groups. Describing mobility across national borders and cultural contexts, these figures suggest alternative readings of the society in which they live, and thus reflect on notions such as “cultural identity”, “integration”, and “transnationality”. 

Continuer la lecture de Appel à contributions : Narratives of Mobility: The Transnational and Transculutral Turn in European Crime Fiction (Scritture migranti)

Séminaire Numapresse : « La fabrique médiatique des récits de vie » (en ligne)

Séminaire Numapresse : « La fabrique médiatique des récits de vie »

Lundi 22 mars de 14h à 16h

lien du séminaire : meet.google.com/jss-yahc-zzj

Dans le cadre des études portant, au sein de Numapresse, sur les phénomènes médiatiques de viralité, on se propose d’accorder une attention particulière aux récits de vie et à leur circulation médiatique et transmédiatique, depuis les biographies de contemporains en vogue sous le Second Empire (du Dictionnaire universel des contemporains de Vapereau aux Binettes contemporaines ou au Panthéon-Nadar qu’étudia Loïc Chotard) jusqu’aux pages biographiques rédigées aujourd’hui selon un mode collectif et participatif sur Wikipédia. Plus précisément, il s’agira d’observer de près la mise en place, l’imposition et la circulation d’une série de biographèmes, ces passages obligés de toute biographie, attachés à des personnalités du monde artistique, culturel ou politique. On tentera ainsi de remonter à l’acte de naissance supposé de tel biographème dans une rubrique journalistique (portrait, interview, nécrologie…), dans une brochure (comme Les Contemporains de Mirecourt), dans une notice de dictionnaire. On observera aussi la circulation de ce biographème et le jeu d’inflexions, modifications, amplifications qui l’affectent au fil des reprises, avant leur éventuel effacement ou remplacement. Les travaux pourront ainsi concerner une vie illustre dont on suivrait la mise en récit transmédiatique sur un temps long, ou se concentrer sur un ensemble de biographèmes attachés à une catégorie de personnalités (l’acte de naissance supposé d’une vocation artistique, par exemple), ou encore envisager l’élection soudaine d’une personne élevée par la viralité (trans)médiatique, hier ou aujourd’hui, au rang de « figure publique » (voir Antoine Lilti, Figures publiques. L’invention de la célébrité, 1750-1850, Fayard, 2014). Les raisons de l’élection d’une personne ou de la crispation à son sujet sur tels biographèmes seront questionnées. Plus généralement, une réflexion poétique sur l’évolution des codes biographiques pourra accompagner l’étude culturelle des modifications historiques des conditions de la célébrité.  

Lors du séminaire, deux exemples seront traités en guise de mise à l’épreuve des hypothèses et des outils de recherche ou d’analyse : Bocage, comédien et directeur de théâtre (Olivier Bara) et George Sand (Marie-Eve Thérenty).  Pierre-Carl Langlais présentera également les outils d’analyse de viralité permettant ces nouvelles explorations.

Contact : Julien Schuh – schuh.julien@gmail.com 

Parution : Dossier « Intervalles sériels » (Sens public)

Sens public, dossier « Intervalles sériels », sous la direction de Thomas Carrier-Lafleur, Frédérique Khazoom, Marta Boni, mars 2021.

Le contexte médiatique contemporain est riche en expériences sérielles : pensons au roman-feuilleton, aux franchises cinématographiques, au cinéma conçu dans son histoire intermédiale et sérielle, à la BD, aux séries télévisées qui se déclinent sur tous les médias, aux jeux vidéo et, surtout, à l’engagement multiforme et interminable des publics qui suivent ces récits pluriels1. Ce dossier est né de la volonté de traiter de manière approfondie un aspect précis, mais incontournable, de l’essence des séries : les intervalles2.

L’intervalle, qu’il soit distance spatiale ou période de temps, est un écart existant entre deux valeurs : appréhendé en tant que phénomène dépassant les frontières médiatiques et disciplinaires, il est un concept qui intéresse à la fois notre relation aux contenus et la façon de construire notre connaissance du réel. Ces interruptions, interstices, pauses, blancs et temps d’arrêt nous demandent de faire attention aux frontières, au rythme et donc à l’identité propre d’une expérience sérielle3. Nous les subissons (la pause publicitaire imposée, la fin d’une saison, la livraison discontinue des tomes d’une saga de romans ou de jeu vidéo) ou nous décidons de les impartir au contenu (arrêter la lecture à un moment plutôt qu’un autre). Ces « vides » qui nous alertent de la fin, ces vides que la fin (toujours provisoire ?) d’un récit produit en nous et avec nous, sont à penser comme des moments nécessaires aux séries et même des espaces productifs.

Dans la course à pied, l’athlète qui s’entraîne par intervalles ajoute de pauses utiles entre les efforts, ce qui lui permet de récupérer de l’effort précédent, mais de façon incomplète. L’intervalle est donc à concevoir comme une méthode pour améliorer sa performance. Pour l’étude des médias, l’intervalle possède un rôle heuristique : il est une interruption qui se révèle utile à l’analyse car il brise une continuité, nous permettant de faire ressortir des œuvres là où autrement il y aurait un flot ininterrompu ; il permet de trouver de la discrétion dans la continuité des flux4. [Lire la suite du texte de présentation…]

Continuer la lecture de Parution : Dossier « Intervalles sériels » (Sens public)

Parution : Epopée et intermédialité (CIMEEP)

Epopée et intermédialité

Troisième colloque du CIMEEP (Centre International et Multidisciplinaire d’Études Épiques), en collaboration avec le FoReLLIS pôle B (Poitiers)

Échéance des propositions : 30 avril 2021
 

La tradition de l’épopée ou du « rêve de l’épopée » (H. Christians, 2004), la recherche de l’idéal par définition inaccessible du modèle homérique, s’est toujours accompagnée d’une remise en cause des frontières entre les différents médias : la description du bouclier d’Achille dans l’Iliade, première ekphrasis de l’histoire littéraire européenne, signe traditionnellement le début des réflexions sur les relations texte-image. Ainsi, depuis l’Antiquité, l’idée de l’aède et l’idéal de l’écriture déterminée par la présentation orale ont accompagné la production de textes épiques intrinsèquement ambivalents, situés à la frontière entre le texte et la parole. La matière épique – des histoires de héros rayonnants qui se battent pour le collectif – inspire les auteurs dans leur recherche d’un texte idéal, capable de décrire et en même temps d’unir la communauté dans un langage sophistiqué et souvent versifié. Mais dans la même mesure, ces matières, qu’elles reposent sur un texte concret ou sur des sources hybrides, deviennent aussi des motifs des arts visuels : on les retrouve sous forme de peintures ou de sculptures. La question de l’intermédialité de l’épopée se pose également lorsque la matière épique est mise en scène – de la tragédie et de l’opéra classiques aux longs drames historiques du XIXesiècle, qui font souvent délibérément référence à la tradition des épopées nationales et sont reçus comme des « drames épiques ». Mais alors que les possibilités de représentation sur la scène classique étaient soumises à des limites spatiales et morales claires, l’émergence du film, au XXesiècle, a pu ouvrir des possibilités totalement nouvelles : à l’écran, de nombreuses adaptations de matières épiques classiques obtiennent finalement le succès populaire tant attendu ; à Hollywood, l’epic filmdevient même un genre à part. Plus récemment encore, ce succès a été prolongé par le jeu vidéo et la bande dessinée, ce qui a permis entre autres de remettre en cause la linéarité du récit et de recourir à de nombreuses citations intertextuelles et intermédiales. L’évolution, au fil des siècles, montre que chaque nouveau médium évoque le scepticisme des précédents, tout en ouvrant de nouvelles possibilités aux matières épiques traditionnelles ou plus récentes. L’émergence d’esthétiques nouvelles reflète ainsi toujours la longue tradition du récit épique.

Continuer la lecture de Parution : Epopée et intermédialité (CIMEEP)

Parution : Queer and Feminist Theories of Narrative

Tory Young (ed.), Queer and Feminist Theories of NarrativeRoutledge, 2021

This book argues for the importance of narrative theories which consider gender and sexuality through the analysis of a diverse range of texts and media.

Classical Narratology, an allegedly neutral descriptive system for features of narrative, has been replaced by a diverse set of theories which are attentive to the contexts in which narratives are composed and received. Issues of gender and sexuality have, nevertheless, been sidelined by new strands which consider, for example, cognitive, transmedial, national or historical inflections instead. Through consideration of texts including the MTV series Faking It and the papers of a nineteenth-century activist, Queer and Feminist Theories of Narrative heeds the original call of feminist narratologists for the consideration of a broader and larger corpus of material. Through analysis of issues including the popular representation of lesbian desire, the queer narrative voice, invisibility and power in the digital age, embodiment and cognitive narratology, reading and racial codes, this book argues that a named strand of narrative theory which employs feminist and queer theories as intersectional vectors is contemporary and urgent.

The chapters in this book were originally published as a special issue of the journal Textual Practice.  Continuer la lecture de Parution : Queer and Feminist Theories of Narrative

Parution : Virtual Reality Cinema. Narrative Tips and Techniques

Eric R. Williams, Carrie Love, Matt Love, Virtual Reality Cinema. Narrative Tips and Techniques, Routledge, 2021. 

Award-winning cine-maVRicks Eric R. Williams, Carrie Love and Matt Love introduce virtual reality cinema (also known as 360° video or cine-VR) in this comprehensive guide filled with insider tips and tested techniques for writing, directing and producing effectively in the new medium.

Join these veteran cine-VR storytellers as they break down fundamental concepts from traditional media to demonstrate how cine-VR can connect with audiences in new ways. Examples from their professional work are provided to illustrate basic, intermediate and advanced approaches to crafting modern story in this unique narrative space where there’s no screen to contain an image and no specific stage upon which to perform.

Continuer la lecture de Parution : Virtual Reality Cinema. Narrative Tips and Techniques

Parution : The Revolution in Transmedia Storytelling through Place

Donna Hancox, The Revolution in Transmedia Storytelling through Place, Routledge, 2021. 

This book proposes that the theory and practice of transmedia storytelling must be re-considered from a social impact and community development perspective, and that time has come for a rigorous critique of the limited ways in which it has been commonly represented.

Transmedia storytelling has become one of the most influential and profitable innovations in the field of media and entertainment. It has changed the ways audiences interact with films, television and web series, advertising, gaming and book publishing. It has also shifted the practices around creation and dissemination of such content. This book asserts that the futures of transmedia storytelling for social impact or change are deeply tied to understandings of place grounded in human geography. Through a series of case studies of projects which challenge the status quo of transmedia, this book explores the elements of transmedia that can be used to amplify under-represented voices and make stories that signal a more inclusive and sustainable future.

This book offers a valuable contribution to the literature in the areas of transmedia storytelling, narratology, digital fiction, electronic literature, locative storytelling, performative writing, digital culture studies and human geography.

Table of contents

Appel à propositions : « Circulation des discours dans les récits complotistes »

Appel à propositions d’articles – Revue Mots. Les langages du politique, n° 110, novembre 2022 : « Circulation des discours dans les récits complotistes »

Numéro coordonné par Valérie Bonnet, Arnaud Mercier et Gilles Siouffi

Date limite de réception des avant-projets (propositions) : 10 mai 2021

 

Appel

On considérera, à titre de définition liminaire, les discours conspirationnistes ou complotistes (entre lesquels nous choisissons à ce stade de ne pas établir de distinction) comme un discours épousant la logique d’une « théorie conspiratrice de l’ignorance » comme la nomme Karl Popper (Popper, 1962, p. 7-8). Pareille vision du monde correspond à une position épistémologique qui « interprète l’ignorance non pas comme un simple défaut de connaissance, mais comme l’ouvrage de quelque puissance inquiétante, origine des influences impures et malignes qui pervertissent et contaminent nos esprits et nous accoutument de manière insidieuse à opposer une résistance à la connaissance » (Popper, 1962, p. 4).

Selon Loïc Nicolas, « la démarche conspirationniste s’attache (1) à recueillir et à combiner des événements épars élevés au statut de faits bruts, pour (2) les faire tenir ensemble au sein d’une trame narrative ; ceci dans l’intention (3) d’apporter la preuve que ces faits sont forcément liés entre eux (4) en ce qu’ils résultent d’une cause unique, c’est-à-dire (5) d’un complot dont ils témoignent et (6) au sein duquel les participants répondent à une nature profonde, un agenda caché, des obligations ou des pulsions mauvaises et destructrices qui les déterminent » (Nicolas, 2016). Elle a pour résultat de produire un discours, et, comme le résume le fondateur du site ConspiracyWatch.info, Rudy Reichstadt, « le complotisme n’est pas un trouble mental. C’est un discours politique » (Reichstadt, 2019). Continuer la lecture de Appel à propositions : « Circulation des discours dans les récits complotistes »

Appel à communications : Crimes fictionnels/crimes factuels. Fictions criminelles européennes et discours médiatiques du crime

Colloque international

Crimes fictionnels/crimes factuels. Fictions criminelles européennes et discours médiatiques du crime

Université Paris Nanterre, 7 et 8 octobre 2021

organisé par Matthieu Letourneux (Université Paris Nanterre) et Marie-Ève Thérenty (Université Paul-Valéry-Montpellier 3)

dans le cadre du projet H2020 Detect et du projet ANR Numapresse 

Il existe une histoire commune des fictions criminelles et des discours médiatiques sur l’insécurité et la violence sociale. Ainsi, les fictions policières se sont constamment inspirées des grands faits divers de leur époque ou se sont efforcées de traiter de sujets de société, de même qu’elles ont pu prétendre jouer un rôle de révélateur de pratiques inavouables ou d’aspects cachés de la société. À l’inverse, dans leur souci de dramatisation, les productions médiatiques se sont souvent inspirées des procédés de la fiction, depuis les techniques de feuilletonisation des grands faits-divers par la presse du XIXe siècle jusqu’aux émissions « true crime » de la télévision par câble, en passant par la multitude d’articles ou de reportages convoquant en sous-main des intertextes de fiction. Or, des travaux récents ont permis de prendre la mesure de l’importance de ces échanges entre fictions criminelles et productions médiatiques, en mettant en évidence un lien profond existant dès l’origine entre les dynamiques communicationnelles de la presse et des médias et la structure même du récit criminel, depuis les mystères urbains du XIXe siècle accompagnant l’avènement d’une culture médiatique moderne, jusqu’aux prétentions de la fiction contemporaine à investir les espaces de l’enquête journalistique. De tels échanges, que l’on retrouve partout, ont contribué à l’homogénéisation des imaginaires européens.

Continuer la lecture de Appel à communications : Crimes fictionnels/crimes factuels. Fictions criminelles européennes et discours médiatiques du crime

Alexie Geers (Université de Reims)

Alexie Geers, Université de Reims

Spécialiste des discours et des images médiatiques, je m’intéresse à la mise en récit des normes de genre dans les médias et à la constitution de cultures féminines à partir des médias dits féminins, tels que la presse féminine, les encyclopédies domestiques, les blogs féminins, les manuels scolaires et ce dans une perspective socio-historique.

Je suis enseignante contractuelle et chercheuse associée au Cerep de l’Université Reims Champagne Ardenne.

Pour plus d’infos : https://apparences.hypotheses.org/

Continuer la lecture de Alexie Geers (Université de Reims)