Archives par mot-clé : récit

Appel à contributions : Les formes hybrides du polar francophone (Revue Interculturel Francophonies)

Les formes hybrides du polar francophone

Revue Interculturel Francophonies

Échéance des propositions : 30 octobre 2021

Ce numéro de la revue Interculturel Francophonies vise à étudier les différentes formes d’hybridité qui caractérisent le polar francophone d’Afrique, de la Caraïbe et du Maghreb. Relevant des littératures dites « populaires », le polar francophone interroge à la fois les limites du genre auquel il appartient et rend poreuses les frontières entre la littérature dite « lettrée » et la littérature populaire. Du fait même de sa dimension postcoloniale, il traduit l’évolution de la notion de genre et le statut actuel du polar dans le champ littéraire contemporain. Son hybridité s’inscrit dans une « sensibilité désormais mondialisée » (De Meyer et Mbondobari, 2013 : 9) et prend différentes formes qui peuvent être analysées et définies en termes poétiques. Elle perturbe non seulement la dominante policière par l’introduction d’éléments provenant d’autres genres comme le fantastique, le roman historique, la science-fiction ou le roman d’espionnage, mais elle brouille aussi les codes et les conventions qui ont traditionnellement régi le genre policier. Des romans comme Le Sourire macabre (2011) et Cœur insomniaque (2012) de Sophie Adonon ou Les Cloches de la Brésilienne (2006) et Saison de porcs (2008) de Gary Victor illustrent bien cette tendance du polar francophone à travers les enquêtes du commissaire Aza et de l’inspecteur Azémar. Si la structure, l’action et les personnages permettent d’identifier ces romans comme des polars, l’introduction d’intrigues, de récits et de compositions liés au vaudou, à la divination et aux pratiques surnaturelles brouillent les frontières génériques du polar et rapprochent ces œuvres du genre fantastique. 

Dans d’autres romans, l’écriture, dont la dimension subversive est manifeste, se veut réflexive, en ce sens qu’elle vise à traduire les préoccupations artistiques de l’enquêteur. Le procédé de doublure instancielle mettant en scène un écrivain fictif qui écrit les histoires et aventures de l’enquêteur est abondamment utilisé dans Inspecteur Ali (1991) de Driss Chraîbi pour requalifier « les pouvoirs de la littérature à représenter le monde et à poser des questions essentielles à l’écriture romanesque elle-même en tant que discours spécifique » (Attikpoé et Semujanga, 2018 : 5). Julie, amoureuse d’art et peintre impressionniste qui enquête sur un meurtre au « premier degré » dans 90 jours avec Vandel (2017) d’Awa Tamboura déplace quant à elle l’enquête policière vers la réflexion sur la peinture. Ses nombreuses discussions avec son patron Vandel consistent à faire du sujet pictural la dynamique même de la production romanesque.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Les formes hybrides du polar francophone (Revue Interculturel Francophonies)

Appel à contributions : Banlieues : figurations de l’espace populaire ? (13e Congrès des francoromanistes, « Populaire ! Populär ?)

Colloque : Banlieues : figurations de l’espace populaire ? Les périphéries urbaines dans les représentations culturelles (XIXe–XXIe siècle)

21-24 septembre 2022

Dans la section Littérature du 13e Congrès de l’Association des francoromanistes, « Populaire ! Populär ? », Université de Vienne. 

Échéance des propositions : 15 janvier 2022

Tout travail sur la « banlieue » se heurte à des difficultés de définition tant le terme recouvre des notions aussi bien juridiques, géographiques, sociologiques et culturelles que symboliques. Si ce mot qualifie les espaces qui se trouvent dans les alentours et sous la dépendance d’une grande ville, son découpage spatial n’est ni continu ni homogène dans le temps. Il est pourtant possible d’aborder la banlieue en étudiant les imaginaires culturels et sociaux (Castoriadis) projetés sur elle.

Au début du XIXe siècle, la littérature participe à la construction d’une, ou plutôt des identités de la banlieue comme espace dédié aux pratiques de plusieurs strates de la société. Nous voulons nous intéresser en particulier à la représentation des classes populaires en banlieue, source d’une vaste production littéraire aux XIXe et XXe siècles, puis cinématographique au XXe et XXIe siècles, qui imprègne les mentalités et s’inscrit dans le patrimoine culturel de certaines communes.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Banlieues : figurations de l’espace populaire ? (13e Congrès des francoromanistes, « Populaire ! Populär ?)

Parution : « Raconter, décrire, intervenir : la politique du reportage » (Recherches & travaux, n° 98)

Recherches & travaux, n° 98 / 2021, « Raconter, décrire, intervenir : la politique du reportage »sous la direction d’Anna Saignes et de Laurent Demanze

La critique contemporaine est marquée par un regain d’intérêt pour les littératures du réel, aux lisières des champs disciplinaires. Dans ce contexte, les études sur les formes et les supports journalistiques, en particulier le reportage, connaissent un renouvellement important. Ce volume s’inscrit dans ce renouvellement en proposant un décentrement de la focale : au lieu d’élaborer une histoire du reportage littéraire depuis le New journalism américain, cet numéro interroge les circulations entre les aires françaises et polonaises, pour promouvoir une histoire polycentrique du reportage.

Sommaire

Anna Saignes et Laurent Demanze : Introduction

Témoigner, dévoiler : le reportage politique

Sarah Mombert : Aux origines du reportage social. Le proto-reportage français dans la presse et la fiction 

Jean-François Louette : Le Sursis ou la dernière heure

Agata Zawiszewska : La réalité soviétique au prisme du regard des femmes polonaises (1930-1939) 

Publier, diffuser : les politiques du reportage

Marie-Odile Thirouin : Un écrivain-reporter dans les confins tchécoslovaques : Ivan Olbracht en Ruthénie subcarpatique (1931-1936) 

Marie-Ève Thérenty : Le rewriting et le romanesque dans les reportages de Paris Match (1949-1959)

Beata Nowacka : Faits et fiction dans le reportage littéraire : à propos du Shah de Ryszard Kapuściński

Urszula Glensk : La littérature inférieure : trois présupposés interprétatifs

Configurer, partager : la politique du reportage

Aleksandra Wojda : Écritures de l’instabilité. L’émergence du reportage littéraire polonais au xixe siècle

John S. Bak et Aleksandra Wiktorowska : From Poland to France with Amo(u)r: Elena Poniatowska’s Mexican Crónicas  

Mathilde Roussigné : « Insignifiant et déplacé », Jean Rolin reporter de guerre

Maud Lecacheur : La « ligne droite » et la « ligne sinueuse » : reportage et littérature dans les Récits des marais rwandais de Jean Hatzfeld 

Comptes rendus

Estelle Mouton-Rovira : Maxime Decout, Éloge du mauvais lecteur 

Paris, Minuit, coll. « Paradoxe », 2021

 

Colloque international : Formes narratives & Supports médiatiques (II) – Transferts, reconfigurations et transition numérique dans la bande dessinée (Université de Lausanne)

Colloque international : Formes narratives et supports médiatiques (II) – Transferts, reconfigurations et transition numérique dans la bande dessinée

du 21 au 23 octobre 2021

Université de Lausanne

Présentation du colloque

Cet événement s’inscrit dans le cadre du colloque international en deux volets: Formes narratives & Supports médiatiques. La première partie du colloque: « Impact de la sérialité sur le récit audiovisuel », organisée par Alain Boillat et Valentine Robert, se tiendra à l’UNIL du 20 au 21 octobre 2021 (plus d’informations ici).

Ce second volet du colloque, mêlant communications scientifiques et tables rondes, vise à interroger l’interdépendance entre les supports médiatiques et les formes narratives qui s’y déploient dans le cadre particulier de la bande dessinée. L’une des spécificités de ce médium est justement de se définir par la projection d’une séquence d’images sur la surface qui lui tient lieu de support, ce qui explique cette focale particulière. Les questionnements diversifiés qui composent le programme de ces trois journées, tant du point de vue des approches, des méthodes que des objets convoqués, s’inscrivent dans des enjeux particulièrement contemporains. En effet, la problématique de l’évolution de l’identité culturelle de la bande dessinée en lien avec l’émergence des technologies numériques, est très actuelle, car celle-ci semble avoir modifié en profondeur les modes de production, de diffusion et de consommation des récits graphiques.

Cette seconde partie est organisée dans le cadre du projet de recherche Sinergia « Reconfiguring Comics in Our Digital Era », financé par le FNS: CRSII5_180359.

Continuer la lecture de Colloque international : Formes narratives & Supports médiatiques (II) – Transferts, reconfigurations et transition numérique dans la bande dessinée (Université de Lausanne)

Colloque international : Formes narratives & supports médiatiques (i) – Impact de la sérialité sur le récit audiovisuel (Université de Lausanne)

Colloque international :  Formes narratives & supports médiatiques (I) – Impact de la sérialité sur le récit audiovisuel

20-21 octobre 2021

Université de Lausanne

Ce colloque se prolonge les 21 et 22 octobre 2021 par : Formes narratives & supports médiatiques (II) Transferts, reconfigurations et évolution dans la bande dessinée.

Mercredi 20 octobre 2021 – Géopolis 1628 10h Café d’accueil

10h30 Mot de bienvenue | Alain Boillat & Valentine Robert

10h45 – 11h15

Entre collection de plaques et série narrative : l’ambiguïté sérielle de la lanterne magique

Sébastien Fevry (UCLouvain) & Adeline Werry (UCLouvain)

11h30 – 12h

The Cisco Kid au pays du capitalisme médiatique. La sérialité comme stratégie de prévention des risques industriels | Achilleas Papakonstantis (UNIL)

12h15 – 12h45

La reformulation – la sérialité à l’épreuve de l’immanence de la fin | Vladimir Lifschutz (MARGE)

14h30 – 15h

Le « clone » comme figure méta-sérielle. Thématisation réflexive du fonctionnement de la sérialité dans deux franchises cinématographiques de science-fiction (« Alien » et « Resident Evil ») | Alain Boillat (UNIL)

15h15 – 15h45

Buffy & Harry contre les compositeurs : vers une continuité musicale en série Jérémy Michot (UEvry|ESEC)

17h30 – Table ronde

Rouages de la production de séries télévisées en Suisse romande

Avec : Sylvie Coquart-Morel (Responsable des séries RTBF) ; Jean-Marc Frohle (producteur Pointprod); Delphine Lehericey (scénariste et réalisatrice); Patrick Suhner (Producteur éditorial RTS) | Modération : Alain Boillat.

Continuer la lecture de Colloque international : Formes narratives & supports médiatiques (i) – Impact de la sérialité sur le récit audiovisuel (Université de Lausanne)

Appel à contributions : Séminaire LPCM 2022, « Dans l’atelier des chercheur·se·s en littératures populaires et culture médiatique »

Séminaire LPCM 2022 : « Dans l’atelier des chercheur·se·s en littératures populaires et culture médiatique »

À partir du mercredi 26 janvier 2022, 17h-19h, en visioconférence

Échéance des propositions : 5 novembre 2021

L’Association internationale des chercheur·se·s en Littératures Populaires et Culture Médiatique (LPCM) a pour but d’étudier, dans une perspective résolument pluridisciplinaire et intermédiale, les formes des cultures médiatiques, les pratiques qu’elles ont favorisées et les imaginaires qu’elles ont suscités dans les époques moderne et contemporaine. Depuis sa création, l’Association a fédéré des initiatives interdisciplinaires variées permettant une saisie problématisée des récits multimédiatiques produits et diffusés par les industries culturelles et circulant dans l’espace public depuis l’avènement du roman-feuilleton. Fondatrice, en 2001, de la revue en ligne Belphégor, l’Association a aussi, parmi bien d’autres projets collectifs, co-organisé les Assises de la recherche en cultures populaires et médiatiques 2018, qui ont réuni un grand nombre de spécialistes des cultures populaires autour du thème commun « Approches critiques des fictions médiatiques : enjeux, outils, méthodes ».

Le séminaire de recherche mensuel de la LPCM se tiendra le mercredi de 17h à 19h à partir du 26 janvier 2022. Il visera à favoriser les rencontres et les échanges entre les chercheur·se·s qui se spécialisent dans l’analyse des cultures populaires et médiatiques, quel que soit leur ancrage disciplinaire (littérature, sciences de l’information et de la communication, sociologie, histoire, économie, musicologie, humanités numériques…) et leur objet d’étude (littérature, bande dessinée, littérature jeunesse, cinéma, séries télévisées, productions transmédiatiques, musique, jeux vidéo, jeux, figurines, images…). 

L’appel est ouvert aux jeunes chercheur·se·s (masterant·e·s et doctorant·e·s) aussi bien qu’aux chercheur·se·s confirmé·e·s. Nous souhaitons encourager la présentation de recherches en cours, en insistant plus particulièrement sur leur dimension méthodologique : il s’agira de nous interroger sur les outils et les méthodes pour analyser les phénomènes caractéristiques de la production et de la réception des littératures populaires et de la culture médiatique (sérialité, transmédialité, histoire des supports, construction de monde, fandom, usages ludiques ou politiques…). Chaque séance de l’atelier sera composée de deux interventions (d’une durée maximale de 30 minutes chacune), suivies d’un temps de discussion avec un·e répondant·e, visant à offrir aux participant·e·s un cadre de réflexion collectif entre pairs permettant, en fonction des besoins, d’enrichir des problématiques de travail en cours, de suggérer de nouvelles pistes de recherche ou d’interroger des difficultés ou blocages éventuels. En fonction des propositions reçues, des séances de conférence pourront aussi être organisées ponctuellement pour présenter des recherches plus abouties ou des travaux et projets collectifs.

Si la situation sanitaire le permet, le séminaire se tiendra sous une forme hybride et nomade : chaque séance sera diffusée en visioconférence, tout en laissant la possibilité aux intervenant·e·s et aux auditeur·rice·s qui le souhaitent de se rendre sur place dans l’université dans laquelle elle se déroulera (Université Paris Nanterre, Sorbonne-Université, Université de Limoges, Université de Lausanne…). 

Les propositions, de 300 mots ou 2000 signes maximum et accompagnées d’une brève notice biobibliographique, devront être adressées avant le 5 novembre 2021 à l’adresse suivante : atelierlpcm@protonmail.com 

Continuer la lecture de Appel à contributions : Séminaire LPCM 2022, « Dans l’atelier des chercheur·se·s en littératures populaires et culture médiatique »

Séminaire : Recherches Contemporaines en Narratologie (CRAL, CNRS/EHESS)

Séminaire « Recherches contemporaines en narratologie » 2021-2022

Centre de recherches sur les arts et le langage (CNRS/EHESS)

Le séminaire se réunit tous les quinze jours, les 1er et 3e mardi du mois, de 15h à 17h 54, boulevard Raspail – 75006 Paris
Salle B02_18

NB : Le séminaire sera en visio cette année.
Le lien sera communiqué la veille de chaque séance

http://narratologie.ehess.fr

John Pier (Université de Tours et CRAL) et Philippe Roussin (CRAL/CNRS), gestionnaires, avec la collaboration d’Olivier Caïra (IUT Evry et EHESS), de Thomas Conrad (ENS, Paris), d’Anne Duprat (Université d’Amiens et IUF) et d’Anaïs Goudmand (Sorbonne Université)

English below

Performativités narratives

Scribere est agere. Parler c’est agir. La formule juridique convient particulièrement bien au récit. Les récits agissent, sont efficaces entre autres raisons parce que nous les croyons. Et nous les croyons parce que, comme l’ont enseigné la philosophie du sens commun (Thomas Reid et le principe de crédulité : toute assertion est digne de créance tant qu’elle n’a pas été démontrée fausse) et, plus récemment, la psychologie cognitive (l’existence d’une disposition à croire nos semblables, à avoir confiance dans la véracité des récits qui nous sont contés), notre pente naturelle est de croire ce que l’on nous raconte. La théorie des actes de langage d’Austin, élaborée par rapport au droit (qu’il s’agisse de l’engagement du locuteur, des obligations contractuelles, qui se déclarent avec l’assertion, la promesse, etc.), les « implicatures conversationnelles » de Grice et la pragmatique renvoient alors aux questions de la détermination des autorités et des narrateurs fiables (on peut ainsi réinterroger la tradition du unreliable narrator issue de la rhétorique narrative de Wayne Booth), de la confiance (entendue comme une attitude épistémique) que nous accordons à ce que l’on nous raconte et de la défiance (comme attitude trop coûteuse). Loin des problématiques trop usuelles du pouvoir, de la puissance d’agir de la fiction ou du récit, le storytelling (pour ne citer que lui) peut ainsi être repensé, dans ses versions orales comme écrites, au-delà de la seule interprétation qui a prévalu en France par la rationalité et la communication manipulatrices.

Ce séminaire de recherche portera également sur des récits – littéraires ou non, contemporains ou non – chargés d’une forte promesse de performativité, qu’ils aient une orientation utopique ou dystopique. L’injonction contemporaine à « inventer de nouveaux récits » ne vise pas simplement à renouveler les pratiques narratives, mais surtout à faire advenir des changements sociaux par leur truchement. La question du statut fictionnel ou documentaire des œuvres sera l’un des thèmes récurrents de la réflexion au fil des séances. La performativité peut en effet être envisagée comme une caractéristique transformatrice, non seulement des éléments du récit, mais aussi du statut pragmatique de ce dernier : si la documentarité et la fictionnalité se jugent à l’aune du monde existant, qu’en est-il du rapport des œuvres narratives à des mondes en gestation ? De William Gibson à Fredric Jameson, ne dit-on pas des récits cyberpunk des années 1980 qu’ils ont prophétisé, voire modelé le monde actuel ? On abordera donc la genèse des « grands récits » du passé ainsi que leur rôle, réel ou supposé, de moteur de l’histoire, mais aussi des initiatives actuelles, comme le projet Witnesspedia (https://scifieconomics.world/), dont l’objectif affirmé est de raconter d’autres futurs pour leur donner une chance d’advenir.

Continuer la lecture de Séminaire : Recherches Contemporaines en Narratologie (CRAL, CNRS/EHESS)

Parution : Retour sur Formes et politiques de la bande dessinée (1998) – Entretien avec Jan Baetens

Retour sur Formes et politiques de la bande dessinée (1998) – Entretien avec Jan Baetens, Publié sur le site du9.org, mai 2021.

« Sébastien Conard : Il y a un peu plus de vingt ans, vous publiez Formes et politiques de la bande dessinée (Peeters/Vrin, 1998), un petit livre tout aussi concis que précis, réparti en quatre parties correspondantes à quatre foyers de recherche : (1) la couleur ; (2) les rapports entre texte et image « au sein du genre mixte qu’est la bande dessinée », relevant par là le concept de graphiation (de Philippe Marion) ; (3) l’apport de certains traits formels à la construction du récit  ; et (4) enfin, « les premiers jalons d’une analyse politique du genre ». Couleur, texte et image, récit, politique : voilà un quatuor de choc qui devrait continuer à faire valser la bande dessinée.
Il me semble opportun de mesurer les changements et les tournants du champs depuis deux décennies. Quelques années auparavant, votre collègue Benoît Peeters indiquait des « nouveaux territoires » pour la bande dessinée à venir dans un court ouvrage (La bande dessinée. Un essai pour comprendre, Un essai pour réfléchir. Flammarion, 1993) : le renouveau graphique, l’ambition narrative ou littéraire, la féminisation et la reconquête de l’enfance en étaient quelques-uns. Vous y ajoutiez la nécessité d’une production diversifiée — tant au niveau des créations que des lectorats — et d’une certaine « réinsertion sociale » du médium. Nous reviendrons inévitablement sur ces questions. En tout cas, votre propre “quatuor” d’enjeux pourrait, lui aussi, faire office de checklist quant aux évolutions du récit graphique depuis 1998…

Jan Baetens : Avant d’aborder les questions que vous avez eu la gentillesse de préparer à partir d’un petit livre qui m’est toujours resté très cher, permettez-moi de vous remercier de cette « exhumation ». Je suis sincèrement ravi de voir que Formes et politiques de la bande dessinée, volume à ma connaissance non encore épuisé, parvient toujours à retenir l’intérêt de jeunes créateurs et théoriciens (dans votre cas, la distinction entre les deux devient oiseuse, ce qui n’est pas pour me déplaire). Cela dit, il est important de souligner d’emblée que le monde de la bande dessinée a changé comme le monde lui-même, même si c’est de manière beaucoup moins dramatique, bien entendu. Dans le domaine francophone, ces mutations profondes ont été fort bien commentées et analysées par Thierry Groensteen, notamment dans deux de ses livres qui, avec une bonne dizaine d’années de distance, ont fait le point sur la situation et de l’art et du marché de la bande dessinée : Un objet culturel non identifié (Angoulême, éd. de l’An 2, 2006), puis La Bande dessinée au tournant (Bruxelles : Les Impressions Nouvelles, 2017). Ce diptyque permet de mesurer la distance parcourue entre l’époque où la bande dessinée était toujours à la recherche de sa légitimité et celle où elle est parvenue à trouver sa place au sein — je ne dis pas au cœur — de la culture mainstream.

Quant au discours proprement universitaire, il a également beaucoup évolué. (…) »

Lire la suite

Parution : Characters and Figures: Conceptual and Critical Approaches (dir. Carlos Reis et Sara Grünhagen)

Carlos Reis et Sara Grünhagen (dir.), Characters and Figures: Conceptual and Critical Approaches, Almedina, 2021

Dirigé par Carlos Reis et Sara Grünhagen, cet ouvrage collectif en anglais se compose de six chapitres, précédés d’une introduction qui replace le recueil dans son contexte. Des questions théoriques sur la catégorie des personnages sont analysées, reprises sous des angles spécifiques que le caractère pluriel et interdisciplinaire des études narratives a favorisé. Certains des essais traitent, par exemple, de personnages traditionnellement moins valorisés ou éloignés d’une vision strictement littéraire et canonisante du récit. En ce sens, la diversité des approches de cet ouvrage met en évidence la condition dynamique du personnage, configurant ainsi un état de l’art toujours provisoire et qui s’inscrit dans un contexte plus large de redimensionnement théorique et d’ouverture transdisciplinaire des études narratives. Le débat qui en résulte concerne donc tout à la fois la catégorie narrative analysée et le champ d’études qui l’examine.

Introduction et table des matières sur le site de l’éditeur.

Marion Brachet (EHESS)

marion.brachet@ehess.fr

Marion Brachet (Dax, 1996) est doctorante en musicologie à l’EHESS – École des Hautes Études en Sciences Sociales (Paris, France) et à l’Université Laval (Québec, Canada). Elle a travaillé de 2019 à 2021 comme chargée d’enseignement à l’EHESS dans le master Arts, Littératures, Langages. Après avoir soutenu en 2018 un mémoire de master sur les récits dans le rock progressif, elle travaille maintenant à une thèse de doctorat portant sur les récits des musiques rock et folk des années 1960 à 1980. Elle cherche à comprendre ce que racontent respectivement les chansons rock et folk, comment les récits y sont mis en musique, mais aussi comment ils sont perçus par les auditeurs et dans quelle mesure ils participent à la définition des traditions rock et folk.

Doctorante en cotutelle : EHESS, ED 286, mention « Musique, histoire, société »

Université Laval (Québec, Canada), département de Musicologie

Directeurs de thèse : Esteban Buch (EHESS) et Serge Lacasse (ULaval)

Sujet de thèse : La narrativité dans les musiques populaires : enjeux génériques et politiques des musiques rock et folk des années 1960 aux années 1980

Centres de recherche : CRAL (EHESS) / OICRM-ULaval

Mémoire de master : « Les récits dans le rock progressif. Approches croisées en narratologie et musicologie », sous la direction de Marc Chemillier. Master Arts et Langages, EHESS, soutenu en 2018. https://www.academia.edu/39159191/Les_r%C3%A9cits_dans_le_rock_progressif_Approches_crois%C3%A9es_en_narratologie_et_musicologie

Continuer la lecture de Marion Brachet (EHESS)