Archives par mot-clé : récit

Parution : Saison. La revue des séries 2022 – 1, n° 3, varia

Saison. La revue des séries, 2022 – 1, n° 3 : Varia, Paris, Classiques Garnier, coll. “Saison. La revue des séries”, 2022

sous la direction d’Emmanuel Taïeb 

Saison est la première revue papier entièrement consacrée aux séries. Son comité de rédaction composé de journalistes, d’essayistes, d’universitaires et de professionnels du secteur audiovisuel (scénaristes, monteurs, réalisateurs), ainsi que de plumes spécialisées, tous grands amateurs de séries, s’en emparent comme matériau filmique et narratif, mais aussi comme phénomène de société inédit. Chaque numéro propose des articles dédiés à des séries très différentes, et des articles plus transversaux, utiles aux sériephiles consacrés ou dilettantes, aux lecteurs avides d’informations et d’analyses, comme aux fans incollables.

Continuer la lecture de Parution : Saison. La revue des séries 2022 – 1, n° 3, varia

Appel à contribution : “L’adaptation. De la bande-dessinée (et comics) aux films et/ou vice versa” (revue Transcr(é)ation)

Transcr(é)ation, n°2, “L’adaptation. De la bande-dessinée (et comics) aux films et/ou vice versa”, hiver 2023

Échéance des propositions : 15 août 2023

Transcr(é)ation est une revue spécialisée consacrée à la transmédialité et aux dialogues texte – film, sans hiérarchisation de l’un sur l’autre. Nous accueillons des travaux théoriques ou analytiques ainsi que des dossiers thématiques sur les questions de l’intermédialité, du dialogue entre les médiums, ou toute autre ouverture encore peu ou prou investiguée. 

Pour notre second numéro, nous faisons un appel bilingue (anglais ou français) portant sur

l’adaptation de bandes-dessinées, comics et graphic novels (et vice versa).

Langues de rédaction : Anglais, Français

Appel – « L’adaptation – De la bande-dessinée (et comics) aux films et/ou vice versa » (hiver 2023)

D’après les éditeurs de Transmédialité, Bande dessinée et Adaptation (2019), la bande dessinée aurait été tenue à l’écart de la réflexion sur l’intermédialité alors que l’on peut retracer la naissance de la première adaptation filmique de BD aussi loin qu’au 19e siècle, avec L’arroseur arrosé des frères Lumière. A l’époque, cette nouvelle forme de divertissement qu’était le cinéma aurait non seulement cherché d’accéder à une certaine crédibilité artistique mais aussi à une stabilité narrative, en s’inspirant des autres médiums, déjà bien assis. Bien que le 7e art ait notamment puisé dans les genres romanesque et dramatique, l’adaptation de bande dessinées avait (et maintient), d’après Burke, une présence non négligeable dans le corpus. Cela ne semble en effet pas étonnant puisque, « en établissant une relation active avec son lecteur durant le processus de lecture, [le système bédéique] devient un médium au riche potentiel lorsqu’il s’agit de contribuer à la compression des mécanismes narratifs propres au contexte numérique, où tant la non-linéarité de la trame que le type de lecture qui implique activement le lecteur deviennent l’essence de l’acte narratif » (Deprêtre et Duarte, 9).

Bien que nous ne comptons pas revenir, dans ce dossier, sur les successifs courants de pensée de la critique sur l’adaptation cinématographique, nous aimerions prolonger la réflexion entamée par ces collègues concernant les dialogues entre la BD (à entendre au sens large) et le médium filmique. Même si certains estiment que les adaptations de BD n’ont que rarement été édifiés au rang de canon, figurent quasiment jamais dans la liste des meilleurs films, ni n’emportent la faveur des fans (Lefèvre, 1), nous pensons que les échanges qui parcourent les corpus bédéique et filmique méritent une attention plus soutenue. L’objet « BD » se laisse en effet saisir comme un médium composite, en tant que combinaison d’images et de mots, fonctionnant à la fois ensemble et indépendamment en vue de raconter une histoire. Il partage donc un certain nombre de caractéristiques avec le cinéma tout en évoquant également les pratiques romanesques, mais ne peut être réduit ni à l’un ni à l’autre de ces médiums.

Continuer la lecture de Appel à contribution : “L’adaptation. De la bande-dessinée (et comics) aux films et/ou vice versa” (revue Transcr(é)ation)

Appel à contributions : La fabrique médiatique des récits de vie. Circulation des biographèmes de Vapereau à Wikipédia (MSH Lyon)

Colloque : La fabrique médiatique des récits de vie. Circulation des biographèmes de Vapereau à Wikipédia

Jeudi 19 et vendredi 20 janvier 2023, Maison des Sciences de l’Homme de Lyon

Le  projet ANR Numapresse qui met en place une histoire littéraire et culturelle de la presse du XIXe siècle au XXIe siècle fondée sur les corpus de presse numérisés et des outils de lecture automatisés de ces corpus, organise un colloque sur l’écriture, la diffusion et la reproduction des récits de vie et de leurs biographèmes, depuis les grands dictionnaires biographiques du XIXe siècle jusqu’aux notices biographiques publiées aujourd’hui sur Wikipédia, en incluant évidemment la production et la création de récits de vie dans la presse de cette période.

Dans le cadre des études portant, au sein de Numapresse, sur les phénomènes médiatiques de viralité, on se propose donc d’accorder une attention particulière à la production de récits de vie et à leur circulation médiatique et transmédiatique, dans les journaux, dans les biographies de contemporains en vogue au XIXe siècle (du Dictionnaire universel des contemporains de Vapereau aux Binettes contemporaines ou au Panthéon-Nadar qu’étudia Loïc Chotard) jusqu’aux pages biographiques rédigées aujourd’hui selon un mode collectif et participatif sur Wikipédia. Il s’agira notamment d’observer de près la mise en place, l’imposition et la circulation de séries de « biographèmes », ces unités élémentaires biographiques que Barthes identifie dans sa préface à Sade, Fourier, Loyola :  “[…] si j’étais écrivain, et mort, comme j’aimerais que ma vie se réduisît, par les soins d’un biographe amical et désinvolte, à quelques détails, à quelques goûts, à quelques inflexions, disons : des « biographèmes », dont la distinction et la mobilité pourraient voyager hors de tout destin et venir toucher, à la façon des atomes épicuriens, quelque corps futur, promis à la même dispersion ; une vie trouée en somme, comme Proust a su écrire la sienne dans son œuvre […]” (OC III, p. 706) Effectivement les caractéristiques des biographèmes sont leur brièveté, leur viralité et aussi une certaine capacité à, additionnés, composer des formes de vies, discontinues et morcelées, aptes à se fixer dans les mémoires.

Mais la “dispersion” et le “voyage” des “atomes” biographématiques semblent, sous la plume de Barthes, se produire dans un milieu indéfini, dans une forme d’apesanteur, hors de tout support de transmission, par les seuls bons soins d’un “biographe amical et désinvolte”. Le biographe est-il seul auteur responsable des biographèmes qu’il transmet à la postérité ? Les travaux récents conduits sur l’édition, la presse, les médias invitent là comme ailleurs à prendre en compte les supports et à analyser la manière dont ils contribuent à reconfigurer les unités de sens et donc les biographèmes. Par quels canaux transitent ces éclats de vie figés, par quels supports sont-ils fixés, configurés avant d’être transmis et sans doute déformés ? Dans quels espaces et quels médias peut-on voir émerger les biographèmes : dans une rubrique journalistique (portrait, interview, nécrologie…), dans une brochure (comme Les Contemporains de Mirecourt), dans une notice de dictionnaire ? Peut-on observer la circulation de ces biographèmes et le jeu d’inflexions, modifications, amplifications qui les affectent au fil des reprises, avant leur éventuel effacement ou remplacement ? Les biographèmes diffèrent-ils lorsque les vies décrites sont imaginaires (Schwob) ou minuscules ? Les travaux pourront ainsi concerner une vie dont on suivrait la mise en récit transmédiatique sur un temps long, ou se concentrer sur un ensemble de biographèmes attachés à une catégorie de personnalités (l’acte de naissance supposé d’une vocation artistique, par exemple), ou encore envisager l’élection soudaine d’une personne élevée par la viralité (trans)médiatique, hier ou aujourd’hui, au rang de « figure publique » (voir Antoine Lilti, Figures publiques. L’invention de la célébrité, 1750-1850, Fayard, 2014). Les raisons de l’élection d’une personne ou de la crispation à son sujet sur tels biographèmes seront questionnées. Plus généralement, une réflexion poétique sur l’évolution des codes biographiques pourra accompagner l’étude culturelle des modifications historiques des conditions de la célébrité.  

Cinq pistes de réflexions sont proposées (mais toutes les propositions seront étudiées).

Continuer la lecture de Appel à contributions : La fabrique médiatique des récits de vie. Circulation des biographèmes de Vapereau à Wikipédia (MSH Lyon)

Appel à contributions : Temporalités alternatives : uchronies, mondes parallèles et rétrofuturisme (Université du Québec, Montréal)

Colloque international : Temporalités alternatives : uchronies, mondes parallèles et rétrofuturisme

Université du Québec à Montréal, 17-19 mai 2023

Organisé par Elaine Després, Gina Cortopassi, Hélène Machinal, Antonio Dominguez Leiva et Jean-François Chassay

Si nos perceptions et nos représentations du temps ont longtemps été stables, elles se sont diversifiés et complexifiés depuis le 19e siècle. Les révolutions industrielles, du transport et des communications nous ont d’abord fait entrer dans le temps accéléré et irrémédiablement tourné vers l’avenir de l’idéologie progressiste. Puis, au 20e siècle, la physique théorique a proposé une relativisation du temps, sa courbure et son maillage avec l’espace, un temps cosmique qui n’a plus rien d’humain et qui donne le vertige. C’est également le siècle de la Seconde Guerre mondiale et son temps de la fin de l’humanité; la fin des empires coloniaux et de son temps universel; la fin de la guerre froide et celle de l’Histoire, selon les vainqueurs néo-libéraux; mais aussi la fin des grands récits et la déconstruction temporelle postmoderniste. Au 21e siècle, le présentisme s’est imposé avec l’arrivée du numérique et des écrans, sans compter la pandémie actuelle dont l’impact sur notre rapport au temps est encore à étudier. Il s’agit là d’un portrait incomplet, mais il montre la complexité de ce qui est en jeu : plutôt que de se succéder, ces changements s’additionnent et demeurent bien prégnants. Ce n’est donc pas un hasard si l’émergence et la montée en popularité des représentations alternatives du temps débute également au 19e siècle. Alors que la solidité du réel s’effrite et que le temps apparaît de moins en moins linéaire, que le rapport au passé, au présent et au futur se fait incertain, l’imaginaire devient l’interface idéale pour l’appréhender, et les différentes formes de fiction et de représentation contemporaines lui offrent un support parfait.

En 1857, le philosophe Charles Renouvier invente le terme « uchronie » – cette « utopie dans l’Histoire » – et marque la naissance d’un genre qui fleurit autant chez les philosophes politiques que chez les littéraires, un genre qui nous ramène aux fondements mêmes de la fiction en posant la question : « Et si… ? ». L’uchronie déplace l’utopie spatiale vers une nouvelle frontière, celle du temps, et comme l’utopie, elle est politique dès le départ. Au 19e siècle, les uchronies permettent d’imaginer ce que serait le monde occidental si l’Empire romain ne s’était pas écroulé, si Napoléon avait vaincu, si les rois n’avaient pas perdu la tête, mais au 20e siècle, elles se déplacent vers un point de divergence uchronique quasi unique qui obsède, qui apparaît comme le temps zéro de notre époque : la fin de la Seconde Guerre mondiale. La très vaste majorité des uchronies récentes imaginent ce que serait notre présent après une victoire nazie, si Hitler était mort plus tôt ou s’il était devenu un artiste. Si l’on parle de « ground zero » dans l’imaginaire de la fin (pour parler de la bombe nucléaire ou des attaques du 11 septembre), l’imaginaire uchronique diverge à partir d’un « temps zéro » qui se situe souvent en 1945. Ce choix pourrait s’expliquer de plusieurs manières : une vraie impression qu’il s’agit là d’un moment de basculement majeur; la peur d’un retour du fascisme aujourd’hui; la nostalgie d’une époque sans ambiguïté morale, etc. Aujourd’hui, l’uchronie prend plusieurs formes : individuelle, explorant les enjeux des choix personnels et leurs contingences; économique (Sagan); ou culturelle. Dans ce dernier cas, elle peut offrir la possibilité de ré-imaginer une version de l’histoire avec, au centre de celle-ci, des acteurs autrement marginalisés dans celle de l’Occident, afin de mettre en exergue et de dé-essentialiser cette marginalité.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Temporalités alternatives : uchronies, mondes parallèles et rétrofuturisme (Université du Québec, Montréal)

Appel à contributions : Experiences of the Self in Comics (revue Nuevas Poligrafías)

Nuevas Poligrafías. Revista de Teoría Literaria y Literatura Comparada, “Experiences of the Self in Comics

Guest editors: Áurea Esquivel Flores y Alfredo Guzmán Tinajero

Since its origins, comics and their different traditions (historietas, bande dessinée, manga, etc.) have explored the territories of the self. Their authors have represented themselves in search of their own being and as a way of (re)constructing their images in the world. Since the seventies, representations of the self in comic narratives have been a prevailing resource along with others such as costumbrismo, satire, or the documentary, resources that broke with dominant narratives. This gesture towards the personal was one of the factors that favored the cultural recognition of the medium as well as its legitimation within academic reflection. The subsequent invention of the concept of the graphic novel, in addition to its editorial expansion, made it possible to delve into the experiences of the intimate, producing a plethoric creative phenomenon of innumerable and complex stories centered on sentimental, embarrassing, or painful events, which on many occasions pose particular approaches to the self, to the authorial, to the collective and to self-representation.

A widely recognized turning point of this phenomenon was Maus (1991) by Art Spiegelman, who, drawing on authors such as Justin Green, Robert Crumb, Will Eisner, or Harvey Peekar, took advantage of the ways in which the medium allows exploring the self and its relationships with memory, tradition, and pain. Another key moment in the long history of the experiences of the self in comics occurs at the turn of the millennium with the publication of two works that consolidated the paths of self-representation and emphasized the indispensable gaze of women in it: Persepolis (2000) by Marje Satrapi and Fun Home (2006) by Alison Bechdel. In these works, in which a gaze marked by the authors of Wimmen’s Comix or Ah Nana! is recognizable, it becomes clear that everyday life, identity, and growth are territories of expression and struggle in an environment apparently dominated by the heteronormative, the adventure and the puerile.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Experiences of the Self in Comics (revue Nuevas Poligrafías)

Appel à contributions : “Narrativity & Multimodal Communication in the Age of New Media” (revue Punctum)

Narrativity & Multimodal Communication in the Age of New Media“, Special issue of Punctum. International Journal of Semiotics 8 (2)

Deadline for abstracts : May 30, 2022

The paradigm of narrativity communicates in the most challenging ways with another fundamental paradigm of human communication, that of multimodality. Regardless of the nature of the narratives, whether they are spoken, written, or digital narratives, a variety of semiotic resources are integrated and work together in meaning-making processes. People express meanings through narratives by making choices between semiotic resources and/or modes that are available to them in a particular social situation and moment in time (Jewitt 2014; Jewitt & Henriksen 2016; Kull 2018). 

In today’s multimodal society (Baldry 2000; Kress and van Leeuwen 2001; Norris 2004; Kress 2010), where new information technologies are expanding rapidly, revealing a dynamic information ecosystem, new opportunities are emerging to explore highly abstract issues, such as the interplay between narrativity and multimodality. This special issue aims to bring together contributions that explore the multimodal nature of narrativity (Page 2010), the particular ways in which the two universal paradigms – narrativity and multimodality – communicate, in a common effort to get closer to understanding the complexity of reality. 

Given this background, we invite abstracts that focus on the multimodal nature of narrativity, on applications of a social semiotic multimodal approach to the narrative texts. More analytically, abstracts can be about topics such as, but not limited to:

Continuer la lecture de Appel à contributions : “Narrativity & Multimodal Communication in the Age of New Media” (revue Punctum)

Parution : Les longs formats dans la presse (Komodo 21)

Komodo 21, n°16, “Les longs formats dans la presse”, dir. Valérie Jeanne-Perrier, Violaine Sauty, Oriane Deseilligny, 2022.

Valérie Jeanne-Perrier, Violaine Sauty, Oriane Deseilligny
Présentation

Valérie Jeanne-Perrier
Les Gulliver contre les Lilliputiens ? Sémio-genèse des formats longs de la presse en ligne en France

Oriane Deseilligny
Le long format au cœur des métamorphoses numériques d’un quotidien : le cas de La Croix

Marie-Ève Thérenty
« Lâcher la rampe ». Configuration et mise en intrigue dans les longs formats de Florence Aubenas

Violaine Sauty
Effets et enjeux de la réédition des reportages long format : l’exemple de Surdose d’Alexandre Kauffmann

Marie Vanoost
Le journalisme narratif aux États-Unis : de l’imprimé aux nouveaux formats en ligne

Isabelle Meuret
Raconter l’inimaginable : long format pour micro-histoires. Récit de la pandémie dans le New York Times Magazine

Appel à contributions : Le dessin sur la peau : tatouages & narrations graphiques ( Musée d’art et d’histoire Paul Eluard)

Colloque : Le dessin sur la peau : tatouages et narrations graphiques

16 – 17 juin 2022, ParisMusée d’art et d’histoire Paul Eluard, Saint-Denis

Échéance des propositions : 1er mars 2022

Le programme pluriannuel et interdisciplinaire La littérature dans la peau, coordonné par Anne Chassagnol (Université Paris 8 Vincennes Saint-Denis, UR TransCrit) et Brigitte Friant-Kessler (Université Polytechnique Hauts-de-France, DeScripto-LARSH), a donné lieu à trois cycles de conférences, sur le tatouage et l’imaginaire fictionnel (juin 2019), les représentations des pratiques esthétiques et poétiques du tatouage dans les performances artistiques (novembre 2020) et sur les rapports entre tatouage, littérature et droit (juin 2021). 

Pour le 4e volet, nous invitons des chercheurs de tous horizons à contribuer à notre prochain colloque international consacré aux rapports qu’entretiennent le tatouage, les narrations graphiques et les arts dessinés. Il s’agira de comprendre d’un point de vue historique et esthétique comment le dessin sur la peau qui couvre une grande variété d’appellations (parures primitives, pourpoints, bousilles, flétrissures, stigmates, marques ou peintures corporelles) est collecté, recensé, décrypté, et lu au prisme de différentes disciplines scientifiques (ethnologie, anthropologie, médecine). Entre dessin, marquage et gravure, on pourra interroger la nature même de ce qui se donne à voir sur la peau (ou sur d’autres surfaces assimilées telles que la pierre, la céramique ou encore le textile).
Dans quelles mesures répondent-ils à des codes et en quoi reflètent-ils des pratiques sociologiques et esthétiques ? Dans certaines communautés ou parties du monde, le tatouage constitue un système sémiologique qui renvoie à des affiliations sociales ou claniques. Il représente la preuve d’un accomplissement, un rite de passage ou une épreuve. Mais quels discours ou contre-discours tient-il ? Comment appréhender la fonction de ce motif et en quoi est-il partie intégrante d’une mise en fiction et d’un récit ?

Continuer la lecture de Appel à contributions : Le dessin sur la peau : tatouages & narrations graphiques ( Musée d’art et d’histoire Paul Eluard)

Appel à contributions : Sérialités narratives : pour une approche décloisonnée des fictions au long cours (Université de Genève)

Colloque international : Sérialités narratives : pour une approche décloisonnée des fictions au long cours

les 26-27-28 janvier 2023

Université de Genève

Échéance des propositions : 31 mars 2022

Contexte scientifique

Le projet de recherche « Canoniser les Sept Sages » (C7S) porte sur une ample somme romanesque médiévale, le Cycle des sept sages de Rome. Composé de manière cumulative au cours du XIIIe s., le C7S développe l’univers romanesque du roman-souche par un mouvement de constante amplification qui repose notamment sur le déploiement de la chronique fictive d’une lignée d’empereurs de Rome et de Constantinople, descendants du sage Caton. Considéré du point de vue de la culture médiévale, le Roman des Sept Sages est un classique littéraire. Cependant, la construction contemporaine du canon de la littérature médiévale a contribué à marginaliser cet univers narratif riche et complexe. 

Principes directeurs du colloque

Dans l’optique de « canoniser les Sept sages », notre groupe de recherche se propose de rendre au C7S sa place parmi les grands cycles narratifs médiévaux. Ces œuvres romanesques de grande envergure sont fondées sur un principe d’amplification potentiellement infini, fait d’agrégats narratifs, de greffes textuelles et/ou d’inventions rétrospectives. Les « ambages » du Livre de Lancelot font depuis longtemps l’admiration de ses lecteurs, de Dante à Roubaud, et la connaissance des grands cycles romanesques (Perceforest et Guiron le courtois) a connu un important renouvellement depuis une décennie, ouvrant la voie à de nombreux travaux sur la notion d’écriture sérielle. 

En proposant la tenue d’un colloque sur les sérialités comme phénomène culturel dans une perspective de littérature globale, au début de l’année 2023 à l’Université de Genève, nous souhaitons confronter les principes méthodologiques qui sont les nôtres avec la critique et la théorie contemporaine portant sur les fictions sérielles. Il s’agit de consolider la réflexion sur les procédures d’amplification narrative en l’inscrivant dans le cadre plus vaste de la création sérielle comme phénomène transhistorique. Des Mille et une nuits à Harry Potter, du Perceforest à Stars Wars, les fictions sérielles procèdent par réduplication, réappropriation, enchâssement, emprunts, parodies, réécritures. Les notions contemporaines de transfictionnalité, de polytextualité, trans- et inter-médialité trouvent leur pertinence pour l’étude de tout type de fictions longues. Nous souhaitons rassembler des théoriciens du récit et des créateurs de fictions sérielles dans différents types de media (bande dessinée, cinéma, télévision). Le colloque visera à favoriser les échanges entre praticiens et critiques, entre spécialistes de la fiction contemporaine, médiévistes et historiens de la littérature moderne dans le but de promouvoir une approche décloisonnée de la complexité narrative et des outils conceptuels forgés pour en rendre compte.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Sérialités narratives : pour une approche décloisonnée des fictions au long cours (Université de Genève)

Appel à contributions : Peut-on sauver le passé ? Imaginaires et récits contre-factuels

Appel à contributions pour un numéro de la revue Cultx : “Peut-on sauver le passé ? Imaginaires et récits contre-factuels”

Échéance des propositions : 10 février 2022

« Il y a surabondance d’espoir, mais rien pour nous »  (Kafka)

Les romanesques dickien (Le Maître du Haut Château) ou kingien (22/11/63) interrogent la capacité des imaginaires parachroniques à exhausser quelques grands moments de bascule historique – en tout cas considérés tels par une communauté… pour « sauver » un passé insatisfaisant ou toxique ; la diégèse du High Castle opère d’ailleurs une double torsion, puisqu’elle imagine d’abord un passé qui n’a pas eu lieu (victoire de l’Axe sur les démocraties) pour ensuite mieux acter une parachronie à l’intérieur de la parachronie, en l’espèce l’ouvrage d’un écrivain fictif, Hawthorne Abendsen, qui suppose, à l’inverse, les conséquences d’une victoire des Alliés, mais qui n’aboutissent absolument pas à « notre » monde. On comprend alors pourquoi le titre désigne une « maison isolée, une véritable forteresse », où vivrait Abendsen pour se protéger des puissants de l’heure, qui essaient d’éliminer en lui l’auteur du « Poids de la sauterelle » : ce roman constitue le vrai lien entre tous les personnages, et est mentionné de nombreuses fois au cours du récit. Son titre provient d’une citation de l’Ecclésiaste (12:5) : « et les sauterelles deviendront un fardeau »…

Pour Stephen King, le voyage temporel va se doubler d’une mission salvatrice : Jake Epping, un professeur un peu paumé, accepte de traverser un portail temporel pour empêcher l’assassinat de John F. Kennedy. Mais peu à peu la question initiale (peut-on sauver Kennedy?) mute en autre chose : faut-il sauver le passé ? Car modifier un élément ne garantit en rien l’advenue d’un monde meilleur.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Peut-on sauver le passé ? Imaginaires et récits contre-factuels