Archives par mot-clé : recherche

Parution : Récits d’outre-thèse. Quelle place dans le monde pour les docteur·es en Humanités? (revue Essais, hors série)

Isabelle Poulin (dir.), Récits d’outre-thèse. Quelle place dans le monde pour les docteur·es en Humanités ? (revue Essais, hors série), 2022.

Des docteur·es en arts, lettres, langues, sciences humaines, politiques ou sociales ont pris la plume pour raconter leur vie de chercheur au-delà des années de formation, dans le moment de leur confrontation avec le monde du travail.

Force est de constater que l’avenir de la recherche s’est assombri, de nouveaux statuts précaires ont même été créés, en plein confinement, par la loi du 24 décembre 2020 de programmation de la recherche pour les années 2021 à 2030 (LPR). Le monde du travail manque singulièrement d’appétence, quant à lui, pour les formations par la recherche.

Il semblait donc urgent de reprendre la main sur la forme de storytelling du show médiatique « ma thèse en 180 secondes », qui promeut performance orale et brièveté, mais peine à faire exister les docteur·es et les enjeux spécifiques de la recherche dans le monde moderne.

La publication a pu voir le jour grâce au travail collectif de doctorants, de docteurs et d’enseignants-chercheurs.

Continuer la lecture de Parution : Récits d’outre-thèse. Quelle place dans le monde pour les docteur·es en Humanités? (revue Essais, hors série)

Programme du séminaire LPCM 2022 : “Dans l’atelier des chercheur·se·s en littératures populaires et culture médiatique”

 Organisatrices : Fanny Barnabé (Epitech), Anaïs Goudmand (Sorbonne Université), Aurélie Huz (Université Paris Nanterre), Alice Jacquelin (Université Paris Nanterre)

L’Association internationale des chercheur·se·s en Littératures Populaires et Culture Médiatique (LPCM) a pour but d’étudier, dans une perspective résolument pluridisciplinaire et intermédiale, les formes des cultures médiatiques, les pratiques qu’elles ont favorisées et les imaginaires qu’elles ont suscités dans les époques moderne et contemporaine.

Le séminaire de recherche mensuel de la LPCM vise à favoriser les rencontres et les échanges entre les chercheur·se·s qui se spécialisent dans l’analyse des cultures populaires et médiatiques, quel que soit leur ancrage disciplinaire (littérature, sciences de l’information et de la communication, sociologie, histoire, économie, musicologie, humanités numériques…) et leur objet d’étude (littérature, bande dessinée, littérature jeunesse, cinéma, séries télévisées, productions transmédiatiques, musique, jeux vidéo, jeux, figurines, images…). 

Le séminaire aura lieu le mercredi de 17h à 19h, à l’exception des séances partagées (séances 4 et 7) et de la journée d’études (mardi 7 juin 2022, Université de Lausanne). Il se tiendra sous une forme co-modale et nomade : chaque séance sera diffusée en visioconférence, tout en laissant la possibilité aux intervenant·e·s et aux auditeur·rice·s qui le souhaitent de se rendre sur place dans l’université dans laquelle elle se déroulera (Sorbonne Université, Université Paris Nanterre…). 

Le lien de connexion sera communiqué quelques jours avant chaque séance. Les auditeur·rice·s qui souhaitent se rendre sur place doivent obligatoirement s’inscrire en écrivant à l’adresse suivante une semaine avant les séances : atelierlpcm@protonmail.com.

Nous encourageons les participant·e·s à adhérer à la LPCM :

https://lpcm.hypotheses.org/adherer-a-lassociation  

PROCHAINE SÉANCE

Séance 6 – Mardi 7 juin 2022 : JOURNÉE D’ÉTUDES. La recherche doctorale sur la bande dessinée à l’UNIL.

Université de Lausanne (salle à déterminer)

  • Intervenant·e·s confirmé·e·s : Justine Favre, Gaëlle Kovaliv, Raphaël Oesterlé, Camille Schaer, Olivier Stucky, Maelys Tirehot-Corbin

En partenariat avec le Groupe d’Études sur la BD (GrEBD), avec le soutien de la formation doctorale interdisciplinaire de la Faculté des lettres de l’Université de Lausanne.

PROGRAMME

PRINTEMPS 2022

Séance 1 – Mercredi 26 janvier 2022, 17h-19h : Méthodes et théories de l’intermédialité

Sorbonne Université, Maison de la recherche, salle D116

Pour obtenir le lien vers la salle de visioconférence, voir cette page.

  • Francesca Aiuti (Université degli Studi Roma Tre) : « Discours rap-portés : analyse médiologique de l’interaction entre rap et littérature »
  • Giorgio Busi Rizzi (Universiteit Gent) : « La bande dessinée numérique : une forme nouvelle/ancienne »

Répondant·e·s : Olivier Stucky (Université de Lausanne) et Gaëlle Kovaliv (Université de Lausanne)

Programme détaillé de la séance 1

Séance 2 – Mercredi 16 février 2022, 17h-19h : Animation japonaise

Epitech Paris, 18 rue Pasteur, 94270 Kremlin-Bicêtre – Salle Ada Lovelace (4e étage, bâtiment Paritalie)

  • Oriane Sidre (Université Picardie Jules Verne) : « Une médiatisation qui définit ses propres règles ? L’écrivain Kenji Miyazawa et l’industrie animée japonaise : le cas du film biographique Fantaisie d’Îhatôbu : Le Printemps de Kenji (Kawamori Shôji, 1996) »
  • Matteo Watzky (Université Paris 8 Vincennes – Saint-Denis) : « Comment étudier l’animation ? Enjeux et méthode de la “micro-analyse” »

Répondant : Julien Bouvard (Université Jean Moulin Lyon 3)

Programme détaillé de la séance 2

Séance 3 – Mercredi 16 mars 2022, 17h-19h : Fictions de jeunesse et représentations sociales (album, BD)

Pôle Métiers du Livre de Saint-Cloud (salle de réunion 2ème étage)

  • Ada Lipman (Inalco) : « Ludique et éducatif : l’étude de la bande dessinée indienne Akbar Bīrbal Digest»
  • Sarah Ghelam (Université Paris Nanterre) : « À la recherche du reflet – Retour sur une pratique de lecture »

Répondante : Cécile Boulaire (Université de Tours)

Programme détaillé de la séance 3

Séance 4 – Jeudi 21 avril 2022, 16h30-19h : Feat. PHisTEM

Séance partagée avec le séminaire général de l’équipe de « Poétique historique des textes modernes » (CSLF, EA 1586)

Université Paris Nanterre, Bâtiment Max Weber, salle de séminaire 1

  • Yoan Vérilhac (Université de Nîmes/RIRRA 21) : « Sublime, mélodrame, sensationnalisme : esthétiques de l’excès et démocratisation culturelle »
  • Aurélie Huz (Université Paris Nanterre) : « La science-fiction : une approche par les sons »

Séance 5 – Mercredi 18 mai, 17h-19h : La lanterne magique : un impact culturel insoupçonné. Retour sur un processus de recherche

Pôle Métiers du Livre de Saint-Cloud (salle de réunion 2ème étage)

Répondant : Matthieu Letourneux (Université Paris Nanterre)

Programme détaillé de la séance 5

Séance 6 – Mardi 7 juin 2022 : JOURNÉE D’ÉTUDES. La recherche doctorale sur la bande dessinée à l’UNIL.

Université de Lausanne (salle à déterminer)

  • Intervenant·e·s confirmé·e·s : Justine Favre, Gaëlle Kovaliv, Raphaël Oesterlé, Camille Schaer, Olivier Stucky, Maelys Tirehot-Corbin

En partenariat avec le Groupe d’Études sur la BD (GrEBD), avec le soutien de la formation doctorale interdisciplinaire de la Faculté des lettres de l’Université de Lausanne.

Séance 7 – Vendredi 17 juin, 10h-13h : Science-fiction et créations sonores

Séance partagée avec le séminaire doctoral SF de l’Université Gustave Eiffel

Université Gustave Eiffel, Marne-la-Vallée (salle à déterminer)

  • Margot Châtelet (Université Gustave Eiffel) : « Des artefacts sonores science-fictionnels : quand la radio joue avec le réel »
  • Crys Aslanian (Université Gustave Eiffel) : « Futurotopies Féministes et Mutin·es Mutant·e·s, la  SF radiophonique comme possibilité de rêver l’obscur » 
  • Clémentine Hougue (Le Mans Université, Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3) : « Pour une pharmacologie du son : politique du cut-up dans le film Decoder (1984) »

Répondante : Aurélie Huz (Université Paris Nanterre)

AUTOMNE 2022

Les lieux et les répondant·e·s des séances du semestre d’automne seront annoncés dans le courant de l’été 2022.

Séance 8 – Mercredi 5 octobre, 17h-19h : Médias audiovisuels et études culturelles

  • Elena Defay-Thibaud (Université du Mans) : « Étude des enjeux médiologiques de la représentation de la female loser dans la série Fleabag : la narratologie, un outil d’analyse pertinent ? »
  • Yoshiko Suto (Université Nihon, Tokyo) : « L’affiche japonaise de film, univers cinématographique ou culturel ? »

Séance 9 – Mercredi 9 novembre, 17h-19h : Musiques populaires, narration et intermédialité

  • Jason Julliot (Université de Rouen, Université de Liège) et Jérémy Michot (Université Clermont Auvergne) : « L’analyse des musiques populaires dans la cinémusicologie française : enjeux méthodologiques et disciplinaires »
  • Marion Brachet (EHESS, Université de Laval, Québec) : « “Like short movies in my head” : les mondes narratifs dans les musiques populaires »

Séance 10 – Mercredi 30 novembre, 17h-19h : Jeu vidéo, littérature et littératie

  • Benjamin Demassieux (Professeur agrégé de lettres classiques, Académie de Lille) : « Une poétique vidéoludique ? »
  • Lana Maldonado (Université Côte d’Azur) : « L’engagement narratif dans les jeux vidéo comme engagement d’apprentissage : la conception d’un protocole expérimental »

Séance 11 – Mercredi 14 décembre, 17h-19h : Récits science-fictionnels

  • Isabelle Casta (Université d’Artois) : « Imaginaires du voyage temporel : peut-on sauver le passé ? »
  • Clémentine Hougue (Le Mans Université, Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3) : « Implications narratives, esthétiques, historiques et génériques d’une stratégie éditoriale : le cas du fix-up en science-fiction »

Télécharger le programme (PDF)

Appel à communications : Nouvelles interdisciplinarités des études littéraires (XXe-XXIe siècles)

Nouvelles interdisciplinarités des études littéraires (XXe-XXIe siècles)

Journée d’étude « Jeunes chercheur.se.s » de la SELF XX-XXI

27 novembre 2021 – École normale supérieure (Paris)

Organisée par Aurélien d’Avout (Université de Rouen) et Esther Demoulin (Sorbonne Université)

Échéance (propositions) : 15 mai 2021

Appel

L’objectif de cette journée d’étude de la SELF consiste à sonder les nouvelles pratiques de l’interdisciplinarité, telles qu’elles sont mises en œuvre par les jeunes chercheur.se.s en littérature des XXe et XXIe siècles, dans le cadre de leurs différents travaux et de leur thèse en particulier. Les intervenant.e.s sont ainsi invité.e.s à présenter la nature, la genèse et la portée de leurs recherches passe-frontières ; à exposer leurs manières de faire (disciplines convoquées, astuces méthodologiques inventées) comme leurs manières de vivre (sociabilités construites, lieux de savoirs fréquentés) cette interdisciplinarité. Entendue comme « un certain rapport d’unité, de relations et d’actions réciproques […] entre diverses branches du savoir[1] », celle-ci présente souvent un rôle fondateur dans la construction d’un parcours intellectuel et dans les rencontres qu’elle induit. 

L’encouragement à convoquer des disciplines plurielles ou à élaborer a minima des projets transversaux n’est pas nouveau et provient parfois de l’auteur ou de l’objet d’étude choisi. Pour autant, les cartes se trouvent rebattues depuis le dernier quart du XXe siècle sous l’effet de plusieurs tendances, à commencer par la légitimation accrue des studies anglo-saxonnes, qu’elles soient déjà assez anciennes (postcolonial et gender studies par exemple) ou plus récentes (animalenvironmental, trauma studies, etc.). En cherchant à revaloriser de manière parfois militante la place des récits issus des minorités, celles-ci ont réorganisé la topographie traditionnelle des échanges disciplinaires en favorisant de nouvelles combinaisons épistémologiques ainsi que la création de nouveaux sous-champs dans la recherche littéraire (à l’exemple de l’écocritique ou de la zoopoétique). Plus récemment, l’intérêt pour la littérature mondiale, le développement des humanités numériques et surtout le dialogue entre littérature et sciences cognitives – dont le mérite est de renouveler l’appréhension du processus créatif comme de l’acte de la lecture[2] – redessinent les contours des pratiques interdisciplinaires en ouvrant la voie à des corpus inédits. 

Continuer la lecture de Appel à communications : Nouvelles interdisciplinarités des études littéraires (XXe-XXIe siècles)

Création du master « La Bande Dessinée : édition, théorie et critique » à l’Université Bordeaux Montaigne à la rentrée 2020

Bande Dessinée : édition, théorie et critique, MASTER

Le parcours de master « Bande dessinée : édition, théorie et critique » est un programme universitaire unique en France combinant formation à l’édition et à la recherche sur la bande dessinée. Issu d’une collaboration entre le Pôle Métiers du Livre de l’IUT Bordeaux Montaigne et une équipe pluridisciplinaire d’enseignants-chercheurs de l’Université Bordeaux Montaigne, ce parcours propose une spécialisation visant à acquérir une connaissance approfondie de la bande dessinée comme « industrie culturelle et créative », tout autant secteur économique que domaine artistique.

Contact : Jean-Paul Gabilliet, Jean-Paul.Gabilliet@u-bordeaux-montaigne.fr Continuer la lecture de Création du master « La Bande Dessinée : édition, théorie et critique » à l’Université Bordeaux Montaigne à la rentrée 2020

Association LPCM: appel à nouveaux membres

PRÉSENTATION

L’Association internationale des chercheurs en Littératures Populaires et Cultures Médiatiques (LPCM) / International Research Association in Popular Literature and Media Culture (PLMC) a pour but d’étudier, suivant une perspective résolument pluridisciplinaire et intermédiale, les formes des cultures médiatiques, les pratiques qu’elles ont favorisées et les imaginaires qu’elles ont suscités dans les époques moderne et contemporaine.

Depuis sa création, l’Association a fédéré des initiatives interdisciplinaires variées permettant une saisie problématisée des récits multimédiatiques produits et diffusés par les industries culturelles et circulant dans l’espace public depuis l’avènement du roman-feuilleton. Fondatrice, en 2001, de la revue en ligne Belphégor, l’Association a aussi, entre bien d’autres projets collectifs, co-organisé les Assises de la recherche en cultures populaires et médiatiques 2018, qui ont réuni un grand nombre de spécialistes des cultures populaires autour du thème commun « Approches critiques des fictions médiatiques : enjeux, outils, méthodes ». Continuer la lecture de Association LPCM: appel à nouveaux membres

Colloque : “Cinéma d’animation”

Colloque : « Ecrire sur le cinéma d’animation »

1er et 2  décembre 2017, à l’INHA (Institut National d’Histoire de l’Art, Paris).

http://nefanimation.fr/etudes-recherches/colloque-universitaire/ 

Image : Lou et l’île aux sirènes  de Masaaki Yuasa

Deuxième colloque d’études francophones, initié par le comité scientifique de la NEF Animation, organisé par Jean-Baptiste Massuet, Marie Pruvost-Delaspre, Nicolas Thys et Pascal Vimenet.

Il est conçu en partenariat avec l’Université Paris Ouest Nanterre-La Défense, l’Université Paris 3 Sorbonne Nouvelle, l’Université Toulouse Jean Jaurès, l’Ecole National Supérieure des Arts Décoratifs, l’Université de Picardie Jules Verne, l’Université de Rennes 2, l’Ecole des Métiers du Cinéma d’Animation et l’AFCA.

Lire l’argument

Si le cinéma d’animation constitue un territoire
cinématographique aussi bien institutionnel
qu’esthétique, il n’en reste pas moins, également,
une invention discursive.
Principalement institutionnalisé dans les années
1950-1960 par le biais de la création de l’ASIFA
(Association Internationale du Film d’Animation), Continuer la lecture de Colloque : “Cinéma d’animation”

Enquête/questionnaire: Les pratiques empiriques de photo numérique au service de la recherche

Enquête/questionnaire

Les pratiques empiriques de photo numérique au service de la recherche

Chers collègues,

dans le cadre de la MSH Val de Loire, nous lançons une enquête sur les pratiques empiriques de photo numérique au service de la recherche, en Lettres et Sciences Humaines. Accepteriez-vous de relayer notre appel au sein du réseau LPCM?

Bien amicalement,

pour l’équipe IconoReseau, Cécile Boulaire

La photo numérique s’est aujourd’hui tellement banalisée qu’elle a évidemment trouvé sa place dans les démarches de recherches en Lettres et en SHS, serait-ce de manière empirique: tout un chacun a déjà pris des photos d’un livre (faute de photocopieur sous la main), d’un article, d’un site, d’un objet de recherche quel qu’il soit.

Quel matériel est utilisé pour ces prises de vues? Quel traitement ultérieur subissent les images? Comment sont-elles nommées, classées, archivées, partagées? Quels en sont les usages ultérieurs, en termes de valorisation, édition, pédagogie, constitution de corpus? L’objectif du projet Icono Réseau est de recenser les pratiques les plus empiriques, mais aussi les problèmes rencontrés par les chercheurs, et les “astuces” imaginées par eux pour les résoudre ou les contourner. L’équipe Icono Réseau réunit des chercheurs et des ingénieurs; ce questionnaire sera la base de départ à un travail plus ambitieux sur les modalités du dialogue entre pratiques empiriques et exigences techniques, entre recherche sur le terrain et valorisation institutionnelle, entre les chercheurs et les compagnons de la recherche. Les résultats de cette enquête seront la base à partir de laquelle sera organisée une journée d’études sur les usages de la photo dans la recherche en LSHS, organisée par l’équipe IconoRéseau le mercredi 6 novembre 2013 à la MSH Ange-Guépin de Nantes.

Répondre au questionnaire prend moins de 10 minutes; n’hésitez pas à le faire connaître autour de vous, plus les réponses seront nombreuses, meilleur sera le dialogue entre les pratiques.

Accéder au questionnaire: http://sondage.msh-vdl.fr/index.php/779281/lang-fr

L’équipe Icono Réseau

http://iconorezo.hypotheses.org/

icono-reseau@univ-tours.fr