Archives par mot-clé : réception / reception studies

Parution : Antiquipop. La référence à l’Antiquité dans la culture populaire contemporaine

Fabien Bièvre-Perrin et Élise Pampanay (dir.), Antiquipop. La référence à l’Antiquité dans la culture populaire contemporaine, MOM Éditions, 2020. 

Actes du colloque, 26-28 mai 2016, université Lumière Lyon 2 et Musée gallo-romain de Lyon-Fourvière.
Publié avec le soutien de la FSDIE Lyon 2 et de l’Association des Amis de la Maison de l’Orient.

Volume HORS SÉRIE des Travaux de la Maison de l’Orient et de la Méditerranée.

Citée discrètement, utilisée comme toile de fond ou comme motif principal, l’Antiquité irrigue, inspire et influence les productions audiovisuelles contemporaines de tout genre. La culture classique occupe en effet une place majeure dans la construction des sociétés occidentales et fait depuis de nombreuses années l’objet de travaux scientifiques, notamment dans les pays anglo-saxons. Ces études, que certains nomment les « reception studies », commencent depuis peu à intéresser la recherche française. Cependant, celle-ci se concentre avant tout sur l’époque moderne et les débuts de la période contemporaine, délaissant la période la plus actuelle. De plus, les études concernant les manifestations les plus récentes de l’Antiquité dans la culture populaire se consacrent généralement à la littérature, à la bande dessinée et aux péplums, ceux de la vague d’après 2000 ayant cependant été peu traités.

Ce volume rassemble les actes du colloque Antiquipop qui s’est tenu en mai 2016 à Lyon. Il propose de se concentrer sur les références à l’Antiquité dans la culture populaire la plus contemporaine, et sur des supports trop peu considérés : le jeu vidéo, les séries télévisées, l’art, la musique pop… Ces médias, à la fois divers et interconnectés, et pour la plupart issus de la culture de masse, constituent une vaste interface entre nos sociétés et la culture classique : y étudier la présence de l’Antiquité fournit un miroir de notre époque et de notre rapport au passé, que les auteurs réunis ici proposent de saisir. En abordant des figures emblématiques, telles qu’Alexandre ou Cléopâtre, ou des références mythologiques, comme les sirènes ou les Amazones, ces actes offrent un panorama de ces représentations dans la culture populaire contemporaine et suggèrent d’analyser notre relation à l’Antiquité, dans toute sa profondeur et sa complexité.

Continuer la lecture de Parution : Antiquipop. La référence à l’Antiquité dans la culture populaire contemporaine

Parution: Théorème, n°32 « Dans l’intimité des publics: réceptions audiovisuelles et production de soi »

Delphine Chedaleux, Myriam Juan & Thomas Pillard (dir.), Théorème, n°32, « Dans l’intimité des publics: réceptions audiovisuelles et production de soi », Presses Sorbonne Nouvelle, 2020
 
Pages : 238 pages
Date de parution : 2020
Format : 19×23
 

Résumé

Quoi de plus personnel, et en même temps inséparable de dynamiques collectives et sociales, que le choix de visionner un film en salle, l’envie de partager une expérience audiovisuelle et le fait d’en cultiver le souvenir, ou encore l’acte banal et routinier consistant à jouer chez soi à un jeu vidéo ? C’est à partir de ce constat paradoxal, ouvrant la voie à de multiples questions, que ce volume entend explorer dans une optique inter et pluridisciplinaire les usages et les appropriations intimes des images animées autour d’une variété d’études de cas, du cinéma muet jusqu’aux médias numériques sans oublier le rapport si particulier tissé avec le petit écran.

Un tel projet se situe dans le prolongement du renouveau des études de réception et du tournant émotionnel des sciences sociales, qui voient l’essor de recherches sur les publics d’une part et sur l’intime en tant qu’objet et catégorie analytique d’autre part. Il semble dès lors pertinent d’adosser ces notions en apparence contradictoires, la première renvoyant censément au « privé » et la seconde à la sphère dite « publique », pour mieux dépasser cet antagonisme afin d’évaluer toute la fécondité de leur rapprochement. Plonger dans « l’intimité des publics » revient, de ce point de vue, à interroger l’imbrication des mondes sociaux et des pratiques liées aux écrans, en envisageant celles-ci tant comme des lieux de négociation ou de tension entre l’individu et le collectif que des techniques de production et de connaissance de soi. Continuer la lecture de Parution: Théorème, n°32 « Dans l’intimité des publics: réceptions audiovisuelles et production de soi »

Colloque « NINA COMPANEEZ, UNE FEMME ET DES HEROÏNES »

28-30 mai 2020, Paris

Colloque co-organisé par l’ENS Louis Lumière, l’INA et la composante ISOR du Centre d’histoire du XIXe siècle de l’Université Paris 1

Les propositions de contributions (maximum 5 000 signes), devront être adressées avant le 30 octobre 2019 à : isor@univ-paris1.fr

Les auteurs des propositions seront informés de la réponse du comité scientifique le 30 novembre 2019.

Site de l’appel

Présentation

Si Nina Companeez est bien connue pour ses téléfilms et feuilletons historiques, son travail n’a été, jusqu’ici, que peu étudié. Figure singulière et emblématique d’une télévision à la fois populaire et exigeante, la cinéaste a toujours écrit et réalisé seule, qu’il s’agisse de scénarios originaux (Les Dames de la côteUn pique-nique chez Osiris, Voici venir l’orage) ou d’adaptations (L’Allée du roiÀ la recherche du temps perdu). Peu de femmes auront eu autant de liberté qu’elle dans le paysage audiovisuel français des années 1970-2010, et bien peu auront proposé des personnages de femmes aussi nuancés, émancipés ou en voie d’émancipation, inspirés d’héroïnes de la littérature russe, américaine ou française mais également des femmes de sa famille. Continuer la lecture de Colloque « NINA COMPANEEZ, UNE FEMME ET DES HEROÏNES »

Appel à contributions pour la revue ¿Interrogations? : Penser les représentations de l’ »idéal féminin » dans les médias contemporains

Revue ¿Interrogations? n° 31

Numéro coordonné par Sebastien Haissat

Clôture: 30 novembre 2019

Lien de l’appel

 

PRÉSENTATION :

Selon leurs cultures, les sociétés humaines construisent des normes qui prescrivent ce que doit être un homme ou ce que doit être une femme (Mead, 1963). D’une part, la famille, principalement les parents proches, mais aussi l’entourage social de la personne, participent à la transmission d’attitudes, de comportements et d’attentes sociales qui définissent des modèles de la féminité et de la masculinité auxquels il faudrait se conformer. Une étude de Curt Hoffman et Nancy Hurst montre que les parents ont des attentes différentes selon le sexe de l’enfant : ils souhaitent davantage que leur fils soit volontaire, travailleur, intelligent et ambitieux et que leur fille soit plutôt aimable, gentille, attirante et devienne une bonne mère (Hoffman & Hurst, 1990). D’autre part, les médias contemporains, particulièrement présents dans nos sociétés de consommation, véhiculent également des stéréotypes (Biscarrat, 2013) qui exercent une influence normative culturelle. Ainsi, la télévision, le cinéma et la presse par exemple, constituent des instances de socialisation non négligeables qui agissent dans la construction des identités de genre (Julliard, Quéméner, 2014), notamment à travers les discours qu’ils véhiculent (Courbières, 2013). Continuer la lecture de Appel à contributions pour la revue ¿Interrogations? : Penser les représentations de l’ »idéal féminin » dans les médias contemporains

Parution : Guerre d’Espagne vue d’Italie

Luciano Curreri, Fiction, propagande, témoignage, réalité. Cinq micro-essais sur la représentation de la guerre civile espagnole en Italie

Quodlibet « Elements », 2017

Voir https://www.quodlibet.it/libro/9788822900692

Ces cinq micro-essais sont consacrés à l’un des épisodes historiques les plus denses et complexes du XXe siècle : la guerre civile espagnole (1936-39), dont on célèbre cette année le 80e anniversaire. En Italie peut-être plus qu’ailleurs, fiction et réalité s’entremêlent dans la représentation de la guerre d’Espagne. En effet, l’histoire du « Bel Paese » a très vite fait osciller entre Droite et Gauche toute une série d’éléments qu’on aurait pourtant cru n’appartenir qu’à une seule vision du monde : le thème de la croisade, par exemple, ou l’ordre ‘militaro-narratif’, figures idéologiquement affiliables à un credo conservateur, comme on le sait, mais qu’on retrouve, néanmoins, à gauche. En ce sens, et dès le premier de ces micro-essais, il faudra affronter de façon quelque peu malicieuse et provocatrice un obstacle épistémologique coriace, pour faire le point sur une certaine réalité et l’usage plus ou moins légitime qu’en fait la fiction, avançant ou reculant entre propagande et témoignages et circulant entre narration, reportage, études, pamphlets, théâtre, cinéma, bande dessinée : et ceci d’un côté à l’autre de la barricade. On s’apercevra alors de la nécessité de ne pas Continuer la lecture de Parution : Guerre d’Espagne vue d’Italie

Séminaire : l’essai médiatique

« L’essai médiatique », séminaire de l’EA 1087 EHIC

Université de Limoges

 

Le séminaire « L’essai médiatique » de l’EA 1087 EHIC, université de Limoges, courra sur 2 ans, à raison de 4 séances par année universitaire, et se conclura par un colloque international.

Organisatrices : Irène Langlet et Chloé Ouaked, avec l’aide de Maxime Hureau.

cropped-l_l-de-mars-allegorie-verite

Argument (résumé)

De la forme de discours de savoir inventée par Montaigne, libre et subjective, nous souhaitons interroger les espèces qui se sont mêlées à, et ont migré vers d’autres supports que le livre et d’autres systèmes de signes que le texte littéraire: l’essai photographique, l’essai filmique, l’essai numérique, l’essai dessiné… Par « essai médiatique », nous entendons ainsi, avant tout, toute forme essayiste qui ne peut se comprendre sans tenir compte précisément de son support et du régime sémiotique impliqué.

Dans un deuxième sens, plus relatif à la réception de l’essai, nous comprenons l’essai « médiatique » comme l’essai à succès, l’essai grand public, l’essai relayé par les médias. Résolument contre la position des ceux qui expulsent du genre essayiste cette « pensée par gros concepts, aussi gros que des dents creuses » (Deleuze), nous examinerons sans a priori élitiste cette production d’essais de grande consommation, et tenterons de mesurer finement leur rapport à l’essai distingué, légitimé.

Lire l’argument complet.

Calendrier

Mercredi 14 décembre 2016, 16h-19h L’essai photographique Andrew Stafford, University of Leeds (Royaume-Uni) Continuer la lecture de Séminaire : l’essai médiatique

Journée : « Intimité des publics »

Journée d’études « Dans l’intimité des publics: appropriations et usages personnels des images audiovisuelles »

IRCAV-JE-DansinitimitepublicsBAT.indd

Sous la responsabilité de Delphine Chedaleux, Myriam Juan et Thomas Pillard

Jeudi 6 octobre 2016, 9h-18h

Maison de la Recherche (Salle Athéna)

4 rue des Irlandais, 75005 Paris

 

Depuis les années 1990 et 2000, des travaux importants, issus d’horizons disciplinaires divers, ont contribué à revisiter l’histoire du cinéma et de la télévision en mettant l’accent sur l’expertise des spectateurs/trices et sur la participation active des publics cinématographiques et audiovisuels. Ces différentes approches ont joué un rôle central dans le développement actuel des études de réception, permettant à la recherche française de commencer à combler le retard sensible pris sur les travaux universitaires anglo-américains dans l’analyse des cultures fan, des jugements amateurs et des expériences spectatorielles ordinaires. À l’heure où les pratiques sociales liées aux écrans sont reconfigurées au sein de la « culture de la convergence », attestant d’une intimité toujours plus forte entre les publics et les images animées, il demeure pourtant peu fréquent d’interroger les usages personnels et les appropriations individuelles de ces images, en plaçant les spectateurs/trices au centre du questionnement analytique. Cette journée d’études vise précisément à adopter une telle démarche Continuer la lecture de Journée : « Intimité des publics »

Appel : « Ecrits de la réception »

« Les écrits de la réception : pratiques textuelles des publics médiatiques »

Appel à contribution pour le numéro 7 de la revue Genre en séries : cinéma, télévision, médias

Coordination du numéro :

Sébastien François, docteur en sociologie, postdoctorant au Labex ICCA, rattaché aux laboratoires EXPERICE (Université Paris 13) et CERLIS (Université Paris Descartes)

Thomas Pillard, docteur en études cinématographiques et audiovisuelles, chercheur associé à l’IRCAV (Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3)

 

Lettres à la célébrité, courriers des lecteurs, analyses critiques, récits dérivés et fanfictions, etc. : l’écrit n’a eu de cesse d’être un vecteur privilégié pour prolonger des expériences de réception médiatiques. Par-delà les contenus qui leur donnent naissance, les différences de contexte historique ou les dispositifs de communication mobilisés, ces textes en disent souvent long sur leurs auteur×e×s, comme sur la composition et le degré de structuration des publics auxquels ils appartiennent (Abercrombie & Longhurst 1998 ; Cefaï & Pasquier 2004). Plus encore, ils sont un des lieux où se jouent et se révèlent les enjeux de genre (gender) qui façonnent ces différents publics (Buckingham 1993 ; Maigret 1995 ; Sellier 2009), fournissant aux chercheur×e×s des ressources précieuses pour traiter des problèmes théoriques, méthodologiques et épistémologiques liés à l’étude du « genre de la réception » (Biscarrat 2015).

Ce numéro de Genre en Séries entend rassembler des travaux qui prennent pour objet ces multiples pratiques textuelles et qui mobilisent, de différentes façons, le prisme du genre pour sa capacité à éclairer tant les contenus médiatiques consommés que les discours suscités. Les écritures « ordinaires », « domestiques » ou « non-scolaires » étant déjà hautement genrées (Blanc 1993 ; Lahire 1997 ; Lyons 2013), il semble essentiel de mieux connaître le profil des rédacteurs/trices de ces textes adossés à la réception d’objets culturels eux-mêmes porteurs de représentations et de normes genrées. L’étude des conditions d’écriture et, le cas échéant, de publication Continuer la lecture de Appel : « Ecrits de la réception »

Appel : « Renaissance imaginaire »

Renaissance imaginaire : la réception de la Renaissance dans la culture contemporaine (XXe XXIe siècles)

 EPHE/Université de Rouen, 1-2 avril 2016

Comité d’organisation

Mélanie Bost-Fievet (EPHE), Perrine Galand (EPHE), Louise Katz (EPHE, CNRS-IRHT) et Sandra Provini (CÉRÉdI/Rouen)

Crédits image : Assassin’s Creed 2, Ubisoft, 2009

Les études de réception, qui constituent aujourd’hui en France un champ de la recherche en plein essor, ont abordé largement la présence du Moyen Âge[1] et, plus récemment, de l’Antiquité gréco-latine[2] aux XXe et XXIe siècles, en prenant de plus en plus fréquemment en compte les littératures de l’imaginaire et la culture populaire contemporaine. Le colloque organisé en 2012 sur L’Antiquité dans l’imaginaire contemporain : fantasy, science-fiction, fantastique[3] a notamment permis de mettre en évidence la complexité des jeux de réécriture, de citation, de détournement, et la fécondité des motifs et mythes antiques dans la construction d’univers secondaires, mais a aussi fait apparaître la Renaissance comme un jalon incontournable de la réception de l’Antiquité aux XXe et XXIe siècles.

Pourtant, cette période, envisagée ici sur la longue durée, du Quattrocento à la fin du XVIe siècle, n’a pas encore reçu en France toute l’attention qu’elle semble mériter et que lui accordent déjà depuis plusieurs années les recherches anglophones sur le devenir de la Renaissance anglaise[4]. Continuer la lecture de Appel : « Renaissance imaginaire »

Parution : « Les Trente Glorieuses du téléspectateur »

Les Trente Glorieuses du téléspectateur : Une histoire de la réception télévisuelle des années 1950 aux années 1980

Géraldine Poels, Ina Editions, Collection « Médias essais », ISBN 978-2-86938-227-5, Avril 2015, 420 p.

trenteglorieuses

Raconter la télévision non plus du point de vue de ceux qui la font, mais du point de vue de ceux qui la regardent : ce changement de perspective représente à la fois un défi méthodologique et une approche iconoclaste qui met à mal certains mythes, à commencer par celui du téléspectateur fasciné, un peu naïf et souvent passif.

Cet ouvrage propose donc une autre histoire de la télévision, celle de la réception et des publics, à partir d’une hypothèse : les manières de regarder la télévision, le sens qu’on donne à ces pratiques, sont historiquement déterminées. Continuer la lecture de Parution : « Les Trente Glorieuses du téléspectateur »