Archives par mot-clé : réception / reception studies

Appel à contributions : La bande dessinée numérique (Espagne, Portugal, Amérique Latine) (Université ClerMont Auvergne)

Colloque international : La bande dessinée numérique (Espagne, Portugal, Amérique Latine) 

8 et 9 décembre 2022Université Clermont AuvergneCELIS (UPR 4280)

Échéance des propositions : 31 août 2022

La révolution numérique que nous vivons a modifié en profondeur le neuvième art tant en Europe qu’en Amérique Latine. L’invention d’un nouveau système technologique a alimenté la création numérique en bande dessinée (logiciels graphiques, tablettes, technologies web, etc.) et les auteurs, les éditeurs, s’appropriant ces nouvelles technologies, font preuve d’innovation (BAUDRY, 2018) dans deux directions qui peuvent paraître contradictoires : la standardisation et l’expérimentation.

Cet élargissement du champ de la bande dessinée, qui « recouvre des réalités croisées et protéiformes » (ESCANDE-GAUQUIE & SOUCHIER, 2011), pose la question des dépassements supposés de frontières, si l’on veut bien considérer la bande dessinée numérique du point de vue de son appropriation et de sa réception. Dépassement des frontières génériques, d’une part, dans la mesure où le numérique favorise la multimodalité – un des champs les plus dynamiques de la narratologie (RYAN, 2014) –, et ouvre sur de multiples possibilités inter et transmédiatiques ; dépassement des frontières d’audience, d’autre part, puisqu’elle offre la possibilité d’une expression et d’une communication « déterritorialisées », tout en étant propice à la création de petits espaces d’expression localisés, regroupant une communauté autour d’un intérêt commun.

Dans le prolongement du colloque de la Ghent University (« Comics strike back : Digital Comics, Digital Audiences, Digital Practices ») qui invite à « recadrer la bande dessinée numérique dans une perspective holistique qui rende compte des particularités du médium tout en parvenant à les placer dans un contexte plus large envisagé dans une perspective multidisciplinaire1 », le colloque international organisé à l’Université Clermont Auvergne (Clermont-Ferrand) mettra au centre de ses interrogations la création, les pratiques et les usages de la bande dessinée numérique de l’espace culturel ibérique et d’Amérique Latine, sans exclure toutefois d’autres productions dans une optique comparatiste.

Continuer la lecture de Appel à contributions : La bande dessinée numérique (Espagne, Portugal, Amérique Latine) (Université ClerMont Auvergne)

  1. « Comics strike back : Digital Comics, Digital Audiences, Digital Practices » : https://www.digitalcomics.ugent.be/call-for-paper/ []

Parution : Cahiers Robinson n° 51, “Ces petites filles qui lisent”

Cahiers Robinson, n° 51, “Ces petites filles qui lisent”, Artois Presses Université, 2022. 

Les récits, littéraires comme audiovisuels, multiplient les personnages de jeunes lectrices, dont l’identité se définit, ou même se résume à ce rapport privilégié aux livres et au savoir. Certaines sont passées à la postérité, comme Jo March, Hermione ou Matilda, et incarnent à elles seules ce motif littéraire de « la fille qui lit ».

Le fait qu’un personnage féminin lise, – souvent avec plaisir et régularité -, joue un rôle narratif essentiel dans ces œuvres où les héroïnes utilisent leurs lectures pour dynamiser le récit et venir à bout de périls variés, selon l’idée « scientia potentia est ». Car les filles lisent aussi autre chose que des romans et des contes, et emploient ce goût éclectique pour s’émanciper, aider leurs amis ou même sauver le monde.

Sommaire « Ces petites filles qui lisent »

Introduction – Justine Breton 

Enjeux intertextuels et métatextuels dans Matilda de Roald Dahl : portrait d’une lectrice idéale – Florence Casulli 

Hermione Granger ou les multiples facettes de l’héroïne lectrice du monde de Harry Potter – Marie-France Burgain

Jo March, héroïne littéraire et modèle d’identification – Priscille Croce

Aléthiomètre et mains d’animiste : lectrices atypiques dans À la croisée des mondes et La Passe-miroir – Amelha Timoner

Les paradoxes de la jeune lectrice dans la littérature de jeunesse : entre marginalisation et héroïsation de la lectrice – Nadège Langbour

Images de fillettes lectrices dans l’album pour la jeunesse : du stéréotype au motif littéraire – Christiane Connan-Pintado

Lire pour se réinventer : ce que re-content les réécritures du Petit Chaperon rouge – Pascale Hellégouarc’h

Formes et uniformes de la lectrice à l’écran : représentation, monstration et identification – Vincent Baudart

Les filles veulent tout simplement lire des bandes dessinées : la déconstruction des stéréotypes et des formats dans Flora & Ulysse – Eva Van de Wiele

À l’école de la joie. Une étude de Rebecca of Sunnybrook Farm, A Little Princess et Anne of Green Gables – Marguerite Mouton

L’amour des livres et l’éthique de la reconnaissance dans A Little Princess de Frances Hodgson Burnett – Tessa Ashlin Nunn

La vulgarisation des sciences à destination des fillettes au XIXe siècle : une fiction spécifique – Catherine Borot Alcantara

Ces petites filles qui ne lisent pas : les jeunes lectrices contrariées des classes populaires – Victoria Pleuchot

Couverture (PDF)

Parution : Routledge Handbook of Sport Fans and Fandom

Danielle Sarver Coombs, Anne C. Osborne (eds.), Routledge Handbook of Sport Fans and Fandom, Routledge, 2022. 

This is the first book to explore the full significance of sport fans and fandom from an international and interdisciplinary perspective, across different sports, communities and levels of engagement. It gives a comprehensive overview of the undeniable economic and cultural influence of sport industries for which fans are the driving force.  

The book examines different theoretical and methodological approaches to the study of fans, including typologies of fandom, and presents cutting-edge discussion across broad thematic areas such as performance and identity, the business of fandom, and fandom and media. It considers the experiences of diverse and marginalized fan groups, with an emphasis on intersectional analysis, and shines new light on key contemporary themes such as fan activism, violence and deviance, mobility and migration, and the transformative effects of digital and social media. This volume includes chapters by many of the leading scholars responsible for having laid the foundation for sport fan research as well as early-career scholars who examine the newest developments in media technologies, legalized betting, gaming, and fantasy sports. 

Including perspectives from disciplines such as philosophy, sociology, psychology, management, economics, and media studies, this book is essential reading for anybody interested in the study of sport and wider society or fans and subcultures more broadly.

Danielle Sarver Coombs is Professor in the School of Media and Journalism at Kent State University, USA. She has published extensively around politics, sports, and the politics of sport. 

Anne C. Osborne is Professor in the S.I. Newhouse School of Public Communications at Syracuse University, USA. Her research and teaching focus on gender, media, and sport.

Appel à contributions : Les publics de l’humour (Sorbonne Nouvelle / Campus Condorcet)

Colloque international RIRH – Paris 2022 : Les publics de l’humour

24 et 25 novembre 2022, Sorbonne Nouvelle / Campus Condorcet – Aubervilliers

Échéance des propositions : 30 juin 2022

Ce colloque international, organisé par l’association RIRH – Réseau Interdisciplinaire de Recherche sur l’Humour, propose de produire une photographie des travaux portant sur la question de la réception et des publics de l’humour. Il s’agit de mettre à l’honneur un ensemble de perspectives et d’approches (littérature, histoire, sociologie, traduction, études théâtrales, sciences de l’information et de la communication, science politique) pouvant contribuer, par leurs réflexions épistémologiques, leurs analyses de terrain et leurs méthodologies variées à saisir et interroger les contours de ces publics. Qu’est-ce que les publics de l’humour ? Comment les définir ? Comment les appréhender ? Comment se matérialisent-ils ? Autant de questions que ce colloque international souhaite traiter.

 L’humour, entre ambivalence et plaisir 

Quoique l’humour soit indissociable du rire qu’il est censé provoquer, les travaux qui se développent depuis plusieurs années dans le champ des études sur l’humour ou humour studies explorent peu la question de la réception et encore moins celle des publics. Au cœur de plusieurs écrits fondateurs du champ se tient une interrogation sur le pouvoir de l’humour. Les œuvres Bergson (2004 [1900]) et Bakhtine (1970 [1965]), devenues canoniques, initient une véritable réflexion sur les effets de l’humour, et accordent à l’humour tantôt une fonction de régulation sociale, tantôt un pouvoir de déstabilisation des normes et de l’ordre social. Les travaux qui ont suivi (Benton, 1988 ; Powell, 1989 ; Lloyd, 2001 ; Westwood, 2004) n’ont jamais véritablement tranché ces dilemmes. Les uns avancent que l’humour, la blague et la dérision reproduisent, voire renforcent la structure sociale par son pouvoir correcteur. Les autres répliquent que l’humour et la comédie sont autant de moyens déployés pour résister, défier et subvertir les modèles dominants.
D’autres travaux interrogent le lien entre la déstabilisation que l’humour peut produire et la part de jouissance que semble désigner le déclenchement du rire. Pour Mary Russo (1986) et Kathleen Rowe (1995) qui explorent, après Hélène Cixous dans Le Rire de la Méduse (2010 [1975]), le potentiel subversif de l’humour en termes de genre, le corps féminin grotesque se distingue par son indiscipline et la mise en échec des tentatives de contrôle. Pour Nelly Quemener (2014), les « troubles dans le genre » produits par les pratiques de travestissement, le brouillage du masculin au féminin ou encore les personnages poussant à leur paroxysme les codes de la masculinité et féminité sont indissociables du plaisir esthétique à voir un corps se transformer. La part subversive de ces performances humoristiques repose alors sur la jouissance provoquée par le spectacle de ces corps en mouvement et le renversement des attendus de la féminité et de la masculinité. Subversion et plaisir deviennent un des ressorts de « succès » de ces performances auprès des publics, selon une procédure proche de l’expérience cathartique évoquée par Umberto Eco (1984).

Continuer la lecture de Appel à contributions : Les publics de l’humour (Sorbonne Nouvelle / Campus Condorcet)

Parution : Lectures et écritures numériques. Nouvelles formes, nouvelles pratiques ? (dir. M. Dendani, F. Soldini)

Mohamed Dendani et Fabienne Soldini (dir.), Lectures et écritures numériques. Nouvelles formes, nouvelles pratiques ?, Rennes, PUR, 2022.

Malgré sa massification dans la plupart des domaines d’activité, le numérique questionne toujours spécialistes et chercheurs. Ainsi, alors que les pratiques numériques sont supposées être démocratisées, pourquoi l’aisance dans la lecture et dans l’écriture numériques demeure bien souvent l’apanage des classes aisées et cultivées ainsi que des jeunes, dont les compétences en littératie varient sensiblement selon leur origine sociale ? De même, comment se hiérarchisent les usages différenciés du numérique ? Voici des questions auxquelles cet ouvrage répond en présentant les travaux de sociologues de l’éducation, de la lecture et de la culture, qui analysent différentes formes de littératie numérique.

Ils montrent que l’origine sociale demeure la variable fondamentale pour la maîtrise du numérique en général et des compétences en littératie en particulier, reproduisant dans le domaine du numérique les inégalités sociales, éducatives et culturelles, voire les amplifiant. Mais d’autres variables apparaissent déterminantes pour une réelle démocratisation du numérique : l’influence de la sociabilité comme formation informelle ou l’assiduité de la pratique.

avec le soutien du LAMES-UMR 7305-CNRS et de la fondation A*MIDEX d’Aix-Marseille Université 

Continuer la lecture de Parution : Lectures et écritures numériques. Nouvelles formes, nouvelles pratiques ? (dir. M. Dendani, F. Soldini)

Appel à contributions : Collectionner les arts du spectacle (Université de Caen Normandie)

Journée d’études : Collectionner les arts du spectacle

Université de Caen Normandie – 30 septembre 2022

Échéance des propositions : 15 mai 2022

Cette journée d’études propose de se pencher sur l’expérience des spectateurs et des spectatrices à travers la pratique des collections consacrées aux arts du spectacle. Inaugurant le programme de recherche « Objets de spectateurs : instruments et reliques » développé au sein du Laslar (EA4256 Université de Caen Normandie), elle entend envisager l’expérience spectatorielle non plus seulement dans le temps de la représentation ou de la projection mais aussi dans le temps passé hors des salles. Ce déplacement invite à ne pas se limiter à la mise en récit d’une réception par l’écrit et à chercher les différentes traces matérielles qui témoignent d’une pratique de spectatrice ou de spectateur ou au travers desquelles se manifeste un amour pour les arts (et les artistes) de la scène et du cinéma. Nous aimerions donc aborder la réception des films ou des spectacles par les objets qui la permettent ou qu’elle suscite. 

Les collections constituées par des amateurs de théâtre et les cinéphiles sont l’expression la plus flagrante de la manière dont les objets peuvent témoigner de cette expérience, retracer des carrières de spectateurs, être porteurs ou investis d’une histoire enfin, que celles et ceux qui les réunissent cherchent à préserver ou à s’approprier. Si la figure du collectionneur est bien connue des historiens de l’art et si la collection est un objet d’étude bien identifié dans ce champ[1], elle a cependant moins retenu l’attention des chercheurs spécialistes des arts du spectacle.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Collectionner les arts du spectacle (Université de Caen Normandie)

Appel à contributions : “Crossing drawn borders: bande dessinée et migration” (Scritture migranti 16/2022 Special issue)

Scritture migranti 16/2022 – EN/FR/IT – Special issue – Crossing drawn borders: bande dessinée et migration

Échéance des propositions : 28 février 2022

FR:

Ce numéro spécial de Scritture migranti vise à explorer la représentation des récits de migration dans la bande dessinée.

La production de bandes dessinées traitant du thème de la migration est en plein dynamisme. Les graphic memoirs, les autobiographies, le BD reportage et les romans ethnographiques – pour ne citer que quelques genres – se sont fréquemment emparés des expériences de migration internationale passées et contemporaines. Une production aussi vaste et florissante invite à réfléchir sur le rôle de la bande dessinée comme support spécifique pour raconter les phénomènes migratoires, et encourage une exploration plus approfondie de la manière dont les nouvelles connaissances sur la migration peuvent circuler par le biais de la bande dessinée. Des études récentes ont abordé le sujet sous différents angles, comme la mémoire et la représentation de l’expérience des migrant·e·s (Serrano 2021), le postcolonialisme (McKinney 2021), les récits autobiographiques et mémoriels (Nabizadeh 2019), les passés traumatiques (Davies et Rifkind 2020), les aspects émotionnels (Humphrey 2017), la politique et l’esthétique (Earle 2020 ; Nabizadeh 2014), les topographies (Rifkind 2017) et les braided geographies (Davies 2019).  

Nous sommes donc intéressés par un large éventail de contributions qui explorent davantage l’intersection entre la bande dessinée et la migration, et qui étudient la manière dont la bande dessinée attire l’attention sur les problèmes urgents de la migration. Nous accueillons donc des propositions issues de différents contextes disciplinaires pour étudier la manière dont les causes, les mécanismes et la dynamique de la migration sont représentés dans les bandes dessinées. Afin de mieux comprendre comment les bandes dessinées contribuent à forger notre connaissance de la migration, nous accueillons des propositions sur la bande dessinée et la migration déclinées en trois axes principaux :

Continuer la lecture de Appel à contributions : “Crossing drawn borders: bande dessinée et migration” (Scritture migranti 16/2022 Special issue)

Parution : A Fan Studies Primer. Method, Research, Ethics (dir. Paul Booth, Rebecca Williams)

Paul Booth et Rebecca Williams (dir.), A Fan Studies Primer. Method, Ethics, Research, University of Iowa Press, 2021.

“This groundbreaking collection marks the further maturing of fandom studies as an academic field through its consideration of a diverse range of fan practices, methodologies, and theoretical issues, with a strong emphasis on ethical concerns. I know I will be sharing many of these contributions with my students for years to come.”—Henry Jenkins, author, Textual Poachers: Television Fans and Participatory Culture

A Fan Studies Primer is a necessary contribution to the field. The book makes a vital case for the importance of methods and methodology in fan studies—while, importantly, recognizing the complexity and risks of doing so. It is an essential resource for scholars, researchers, and students.”—Adrienne Evans, Coventry University

The discipline of fan studies is famously undisciplined. But that doesn’t mean it isn’t structured. This is the first comprehensive primer for classroom use that shows students how to do fan studies in practical terms. With contributions from a range of established and emerging scholars, coeditors Paul Booth and Rebecca Williams pull together case studies that demonstrate the wide array of methodologies available to fan studies scholars, such as auto/ethnography, immersion, interviews, online data mining, historiography, and textual analysis. This collection also probes the ethical questions that are unique to fan studies work, such as the use of online fan content for research, interview methods, consent, and privacy.

Contributors: 

Maria Alberto, Cait Coker, Renee Ann Drouin, Anne Gilbert, Danielle Hart, Matt Hills, Lies Lanckman, Julia Largent, Katherine Larsen, Lori Morimoto, EJ Nielsen, Mandy Olejnik, Rukmini Pande, Milena Popova, Kadian L. Pow, Suzanne Scott, Josh Stenger, Alex Thomas, Elise Vist, Lesley Willard, Benjamin Woo

Parution : Les Spectateurs du cinéma Histoire des théories de la réception filmique (Emmanuel Plasseraud)

Emmanuel Plasseraud, Les Spectateurs du cinéma Histoire des théories de la réception filmique, Paris, Classiques Garnier, coll. “Recherches cinématographiques”, 2021

À travers l’histoire des théories de la réception filmique, de la période muette à nos jours, l’opposition idéologique entre collectivisme et individualisme transparaît dans la valorisation de la vision collective des films en salle ou de la dimension individuelle de l’expérience spectatorielle.

Table des matières

Parution : “Télévision : les publics” (Réseaux 2021/5, N° 229)

Réseaux, 2021/5, n° 229, “Télévision : les publics”, dir. Dominique Pasquier et Frank Rebillard. 

SOMMAIRE

Éditorial